14/04/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (403)

Avril 2080 : Lette d'un garcheon d'no ville à s'mamère.

Tournai, l'dix-siept d'Avril 2080.

M'bin chère Mamère,

D'puis que te t'es ormariée et qu'pou la Suisse t'a quitté Tournai, te peux m'acroire, tout, ichi, i-a bin cangé.

L'jour dusque t'es née, l'sièque i-n'aveot qu'eine ainnée. Ainsin, cha t'fait septante-nuef ans depuis l'début du printemps. T'as connu les grands travéaux dins l'centre-ville qui seont dev'nus, asteur, total'mint inutiles. Cha a comminché pa l'fil d'or au mitan des rues, ceulle riche trouvale d'Mossieu Michelin elle n'a jamais tenu. Ein echevin i-aveot bin déclaré que, dins l'béteon, i-falleot tout simplemint l'visser mais quançqu'i-a intindu parelle idée, l'architecte d'prumière classe i-a été débalté. Après cha, ch'a été les pavés qui s'seont mis à jeuer les castagnettes, à chaque feos qu'i-passeot eine auteo ou bin eine camionnette. On a eu bieau les inl'ver et les ormette dix queops, quançqu'on rouleot pa d'zeur, cha f'seot ein boucan d'seot. Final'mint, les responsapes i-ont pris l'décisieon d'tertous les ertirer mais pa manque de liards, à l'plache, i-ont été obligé d'étinte du... gravier. Alors pou éviter l'poussière dins les maseons, partout dins l'ville on a interdit l'circulatieon. On a d'abord pinsé arroser mais l'cruéau i-a bin vite comminché à pousser et, comme les écoleos n'vouleot'ent pus qu'on pulvérise des produits chimiques, on s'a vite ortrouvé pa d'vant eine situatieon catastrophique. On veyeot même apparaîte des hierpes de la pampa, d'ein bout à l'eaute de l'rue Saint-Piat. Su l'plaine i-a bin lommint qui n'a pus d'chapiteau, à l'plache, on a agrandi l'parking pou les auteos. In incien Audax i-a proposé d'offère des véléos élestriques pou les visiteus qui veule'tent faire eine porménate touristique. 

Que l'ville elle soiche réservée uniqu'mint aux piéteons, ch'n'éteot pos, à vrai dire, eine si mauvaisse solutieon, après tout, les magasins i-ont, ein p'tit peu à l'feos, été serrés et i-n'a pus, dins les rues, que des restos et des cabarets. Comme ch'est tolérance zéreo pou l'conduite d'eine automobile, du queop, ch'est à pied qu'les gins s'in veont boire et minger in ville. On areot pu pinser que Tournai elle s'reot ainsin dev'nue eine ville dortoir, ahais, les gins ronfièlent pindant l'jour et sortent de leu maseon quançqu'i-fait noir. A partir de dix heures au soir, su les terrasses de la Grand-Plache, i-feaut presque battlier pou trouver eine plache. Les camions pou les poubelles i-passe'tent, tous les jours, à chinq heures au matin, à c'momint-là, cha fait d'jà deux heures qu'eine armada d'ambulances ramasse'tent les quervassins. On a fait appel à des privés pasque les gins du 112 i-éteot'ent débordés. L'réductieon des effectifs des peompiers et des policiers elle a qu'minché sous l'gouvernance du ceu qu'on app'leot "Gambeon Prumier" et après cha n's'a pos améloré !

I-a ein indreot dins l'ville qui est acore fort animé, comme au beon vieux temps, ch'est l'leong des quais. Cha fait pus d'chinquante ans aujordhui qu'l'Esqueaut, i-est dev'nu eine véritape autoroute à batieaux. Vu qu'jour et nuit, dins l'navigatieon i-a pos d'arrêt, l'pont Noter-Dame i-a fallu l'démeonter, ch'éteot pos l'peine de l'laicher, i-areot toudis été l'vé. Au début, pou calmer les gins, on n'aveot orconstruit des arches au Pont des Treos mais on s'a bin vite rindu queompte que les baquets éteot'ent freinés pa l'gouleot. Adeon, on a assisté à ein nouvieau démolissache et ch'est à l'intrée de l'rue Royale qu'on a plaché les arches. Pou que les vieux Tournisiens acore s'in rappelle'tent, soiche rasseurée, on a quand même laiché les tours jumelles. Tins, i-a aussi ein service d'navettes qui imbarque les gins à Allain pou les déposer à l'Borgnette, Ainsi, si aux Bastions, les clients n'ont pos trouvé leu bonheur, i-seont au complexe d'Froyennes in moinse d'ein quart d'heure. 

tournai,patois,picard

Ave m'feimme et les infants, pos pus tard qu'hier, on a passé toute l'journée au bord d'la mer. Quançque j'raqueonte aux infants que te f'seos près d'deux heures de route pou ti aller bronzer su l'sape de Knokke le Zoute, i-m'orwettent comme si je leu diseos des cacoules ou s'demindent si j'n'deviens pos maboul. Comme d'puis chinq ans, la mer elle est asteur inter Ypres et Courtrai, Tournai la Plache qui aveot lieu dins l'temps su les quais, cha va béteôt ête eine réalité. Aller péquer des guernates à l'incien quai des guernoules ou bin faire de l'plongée sous-marine à l'incienne gare margarine, dins vingt ans, si cha continue ainsin, no port fluvial i-s'ra dev'nu port maritime. Bah, cha f'ra toudis du bouleot pou les ceusses qui veont louer des pédaleos. 

On a fini d'aménager no nouvelle maseon à l'rue du P'tit Rudy, i-paraît que ch'est l'neom d'ein incien bourguémette quançque te d'meureos acore ichi. Pou li deonner s'neom, on a débaptisé l'rue des Bleuets, tout à fait inter-nous, j'pinse qu'on s'a seûrmint trompé. On areot mieux fait d'canger l'neom de l'rue des Roseliers. Mi qui aimeot bin ouvrer au gardin, d'puis deux ans j'n'y fais pus rien. Avé 45° in plein meos d'juillet, mes p'tits légueimes i-seont tout déssequés. J'arroseos tous l'matin mes pichoulits et mes barpes d'capuchin, l'soir i-éteot'ent couchés et orséqués su l'terrain. Quoisque te veux, ch'est l'résultat du récauff'mint climatique qui a trinsformé in désert l'presque totalité d'l'Afrique et orcouvert d'ieau eine beonne partie d'no Belgique. Te m'moutreos souvint des photeos avé les neiches éternelles, i-feaut les raviser asteur pou qu'on s'in rappelle. 

Ov'là les toutes dernières nouvelles de l'cité des cheonq clotiers, si t'orviens ein jour, comme te le veos, te vas ête dépaysée.

P.S. : In t'écrivant, j'ravise du coin d'l'ouel m'compteur geiger, ch'est ein apparel rud'mint nécessaire d'puis qu'in 2050, à Tihange, l'cintrale nucléaire a invéyé des atomes s'porméner dins l'air. Ch'est grâce aux éoliennes et aux panneaux solaires qu'aujourd'hui dins nos maseons on s'éclaire et dire qu'i-aveot de d'grands esperts qui n'arrêteot'ent pos d'déclarer : "l'cuve du réacteur elle est troée mais i-a pos d'quoi s'inquiéter". I-aveot'ent fait des études poussées mais on aveot seul'mint oblié que ch'est pa les reponsapes de l'élestrique quee mes gins i-éteot'ent payés !

J'te fais eine baisse,

T'pétit Batisse.

(lexique : l'lette : la lettre / l'garcheon : le garçon / l'mamère : la mère / ormarier : remarier / acroire : croire / ichi : ici / canger : changer / dusque : où / l'sièque : le siècle / nuef : neuf / asteur : maintenant / commincher (ou qu'mincher) : commencer / au mitan : au milieu / ceulle : cette / trouvale : trouvaille / parelle : pareille / prumière : première / débalté : exaspéré, déchaîné / jeuer : jouer / dix queops : dix coups, dix fois / quançque : lorsque / pa d'zeur : dessus / tertous : tous / les liards : l'argent / étinte : étendre / l'cruéau : les mauvaises herbes / ortrouvé : retrouvé / on veyeot : on voyait / des hierpes de l'pampa : des herbes de la pampa / bin lommint : bien longtemps / offère : offrir / élestrisques : électriques / eine porménate : une promenade / soiche : soit / ein p'tit peu à l'feos : un petit peu à la fois, progressivement / ête serré : être fermé /  du queop : du coup, dès lors / ahais : oui / ronfiéler : ronfler / battlier : batailler, se battre / eine plache : une place / chinq : cinq / les quervassins (ou les quervés) : les ivrognes / qu'mincher (ou commincher : commencer) / ein indreot : un endroit / l'leong : le long / chinquante : cinquante / laicher : laisser / toudis : toujours / s'rinte queompte : se rendre compte, remarquer / les baquets; les péniches, les bateaux fluviaux / adeon : donc / rasseurée : rassurée / l'feimme : la femme / l'sape : le sable / orwettier (ou raviser) : regarder / des cacoules : des mensonges, des contes à dormir debout / inter : entre / béteôt : bientôt / péquer : pécher / les guernates : les crevettes / l'quai des guernoules : le quai des grenouilles / les ceusses : ceux / ein bourguémette : un bourgmestre (en Belgique), un maire (en France) / seûrmint : sûrement / ouvrer : travailler / l'gardin : le jardin / les légueimes : les légumes / désséqué : desséché / les pichoulits : les pissenlits / les barpes d'capuchin : les barbes de capucin / orséqué : desséché / quoisque : qu'est-ce que / moutrer : montrer / les neiches : les neiges / raviser (ou orwettier) : regarder / ov'là : voilà / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'ouel : l'oeil / invéyé : envoyé / les esperts : les experts / troé : troué / oblier : oublié / l'élestrique : l'électricité / j'te fais eine baisse : je t'embrasse, bons baisers).

Jusse avant d'orfermer ceulle pache, j'vous souhaite à tertous eine beonne et hureusse fiête de Pâques. Diminche, je vous conselle d'aller vir dins vo gardin si les cloques elles n'ont pos laiché des oués in chucolat et si ch'est pos l'cas, alors lindi, n'hésitez pos à printe ein bâteon pou vous rinte au Meont de l'Ternité (ch'est ainsin qu'on appelle aussi l'Meont Saint-Aubert), i-ara là-vas seûrmint ein masse d'amisses et d'connissances et bramint d'occasieons d'goûter l'jus du houbleon.  

photo : montage Courrier de l'Escaut.

S.T. avril 2017.

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

08/04/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (402)

L'nostalgie d'Edmeond. 

A l'fin d'l'hiver, ch'est l'même histoire chaque ainnée, pindant tout l'meos d'avril Edmeond i-est démoliné. Tout au leong d'eine sainte journée, i-n'arrête pos d'parler du temps passé. 

"Je m'deminde ce que j'fais acore su ceulle tierre, l'Optimisse, te sais, no vie elle éteot bin pus belle hier".

Rien que pou li faire plaisi, jeudi dernier, j'l'ai acouté pindant tout l'après-deîner et quançqu'au soir à m'maseon j'sus rintré, j'aveos l'impressieon d'ête moral'mint desterminé. Vous n'allez pétête pos m'acroire mais pou l'restant de l'sémaine, l'nunu-cabadèche d'Edmeond i-m'a foutu eine riche démigraine.

Ov'là ichi tout ce qui m'a débabeiné et, acore, i-d'a la mitan que j'ai oblié : 

"Avant, l'propreté, ch'éteot l'prumier des soucis, tous les verdis, m'mamère elle feseot s'saim'di. Elle metteot ses bottes et elle nettieot l'intièr'té de l'maseon, elle feseot l'cuisine et l'couloir à l'brouche et au noir saveon. Elle ortireot les arnitoiles avé l'tiête de leu et elle récureot au Sidol, la taque du feu. Elle feseot blinquer les cuifes et les argint'ries et, à l'velle de Pâques, elle chireot toutes les boiseries. Même l'trottoir, dusqu'i-n'aveot jamais ein brin d'tchien, i-éteot astiqué et les ceusses qui nettieot'ent inl'veotent bin vite de l'rigole les rares papiers. I-falleot vir comme elle éteot hureusse que tout soiche fraîque, que tout sinte beon quançque des amisses, l'diminche, veneot'ent deîner à no maseon. 

Dins les rues, comme elles n'aveot'ent pos 'cor été invintées, on n'veyeot pos, comme asteur, des dizaines de canettes ruées su l'pavé. Les paquets d'frites ch'est dins les poubelles qu'on s'in débarrasserot, ch'n'est pos, comme d'nos jours, su l'quémin qu'on les laicheot. I-arriveot alfeos qu'ein quervassin, au p'tit matin, pa d'vant vo maseon démaqueot mais à l'prumière heure du jour, in ruant ein séeau d'ieau, s'carte de visite elle parteot.

Tertous, on n'aveot du respect pou l'ouvrache qui aveot été fait, on saveot combin d'argint, pou des travéeaux, i-aveot été dépinsé, du queop, su les murs, on n'garchenneot pos l'traval, i-n'aveot pos d'tags dessinés pa des vandales. Les étudiants canteot'ent pétête à tue-tiête, de l'nuit, dins les rues et les rulettes mais jamais pou biêt'mint s'amuser i-n'areot'ent buqué su l'prumière perseonne qui'v'neot'ent à croiser. Pindant chinq ainnées, on aveot connu l'guerre et, dins l'misère, les gins éteot'ent solidaires. 

On n'alleot pos à l'école jusqu'à quinze ans mais dins l'vie on saveot tirer s'plan, on ouvreot nuève heures su eine journée et l'soir venu on n'aveot pos l'temps d'aller lusoter. Les gins n'aveot'ent pos bramint d'certificats mais i-saveot'ent écrire presque sans feautes eine lette, ch'n'est pos comme l'espèce de charabia qu'on lit aujord'hui su internet.

On n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels, on n'queureot pos les boîtes de nuit, on buveot et mingeot des produits naturels et eine beonne crasse pinte nous donneot du lari. A minuit, à s'maseon, ch'est à pied qu'on ortourneot et si, berzèque, on rincontreot alfeos ein piquet, on n'déploreot qu'ein boursieau et, su les routes, i-aveot beauqueop moinse d'tués.  

Comme on n'aveot pos 'cor l'télé, l'soir, on n'éteot pos prisonnier. L'hiver, on alleot jeuer à cartes chez les visins et l'été, on raconteot nos avintures de l'journée dins l'gardin. On pouveot laicher les portes ouvertes, on veyeot raremint ein agripeu et aux portes des magasins, on n'éteot pos constammint harcelé pa les brimbeus. Les agints feseot'ent leu reonde à pied, deux pa deux, et i-croiseot'ent pus souvint l'route d'ein buveu que d'ein voleu. 

Nos interprisses su l'territoire communal ou régional n'éteot'ent pos dirigées pa des multinationales. Carton, Meura, Desclée, Casterman, ch'est pa chintaines que les jeones trouveot'ent du traval. T'y rintreos avant vingt ans et te sorteos, à l'ortraite, à soixante-chinq ans. Quançqu'i-sorteot'ent d'l'école, les jeones n'cacheot'ent pos lommint après d'l'ouvrache, i-n'deveot'ent même pos s'inscrire au chômache et les patreons n'planqueot'ent pos des liards dins des paradis à Jersey ou aux Philippines, i-préféreot'ent bin mieux investir l'argint gagné dins ein nouvel otiache ou eine machine pou l'usine.

Dins l'temps, les politiciens i-s'metteot'ent su les listes pou servir leu populatieon et pos pou s'in foute plein l'portefuèle comme ch'est asteur leu prumière des préoccupations. Je n'dis pos, les p'tits peots d'vin cha a toudis existé mais, asteur, ch'est pa des pipelines intiers qu'mes gins i-seont arrosés. 

Edmeond i-éteot tell'mint débalté qui n'aveot pu moyen d'l'arrêter. I-a tout passé in orvue : les Racingmen et les Unionisses qui jeueot'ent au fotbal pou ein kileo d'bure ou d'saucisse, les vedettes de l'cancheon qui n'gagneot'ent pos des millieons, les opérettes et les opéras qu'on pouveot acore aller vir à l'Halle-aux-Draps, l'balleon qu'on alleot vir meonter le lindi de l'karmesse su l'plache Crombez, l'traversée d'Tournai in natatieon dins ein Esqueaut pos acore touché pa l'pollutieon...  

Quoisque vous voulez que j'pouveos acore dire après eine parelle litanie, j'ai berdélé deux treos meots qui n'a pos compris et infin j'li ai dit :

"Mais Edmeond, i-feaut vife avé s'temps, i-n'feaut jamais orwettier in arrière, même si ch'n'est pus comme avant, i-n'veaut mieux pus pinser à hier. N'ravise pus l'télé, n'ouvère pus les gazettes, n'acoute pus les journaux parlés et surtout laiche caire internet et, ein beon consel... inter nous, évite les cabarets, pasqu'au comptoir, on n'queompte pus les cacoules qui y seont raqueontées. Edmeond, m'n'amisse te deos arrêter de t'masinguer pasque j'sus seûr que pour Fifinne ch'n'est pos fort gai. Intinte s'délaminter s'n'heomme à tous les momints, cha deot deonner à ceulle paufe feimme bramint d'chagrin. Viens t'porméner avé mi dins les beos et les camps, on ravisera les fleurs et des osieaux, on acoutera l'cant. Te verras les grands arpes onduler avé l'vint et l'air ein peu fraîque su t'visache i-t'f'ra du bin. Arrête de busier, cha t'fait du mau, cache après tout ce qui est bieau".

(lexique : ête démoliné : être démoralisé / tout au leong : tout au long / ceulle : cette / acouter : écouter / l'après-deîner : l'après-midi / desterminé : détruit / pétête : peut-être / acroire : croire / l'nunu-cabadèche : un qui fait des petits contes pour rien / l'démigraine : la migraine / ov'là ichi : voilà ici / débabeiner : raconter ses heurs et malheurs / la mitan : la moitié / l'verdi : le vendredi / m'mamère : ma mère / faire s'saim'di : faire le nettoyage hebdomadaire / nettier : nettoyer / l'brouche : la brosse / l'noir saveon : le savon noir / les arnitoiles : les toiles d'araignées / l'tiête de leu : la tête de loup / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / l'velle : la veille / chirer : cirer / ein brin d'tchien : une déjection canine / astiquer : rendre propre, brillant / les ceusses : ceux / vir : voir / fraîque : fraîche / deîner : dîner / asteur : maintenant / ruer : jeter / l'quémin : le chemin / alfeos : parfois / ein quervassin: un ivrogne / pa d'vant : devant / démaquer : vomir, remettre / ein séeau : un seau / tertous : tous / du queop : du coup, dès lors / garchenner : abîmer / canter : chanter / les rulettes : les ruelles / buquer : frapper / tirer s'plan : se débrouiller / ouvrer : travailler / nuève : neuf / lusoter : flâner / bramint : beaucoup / queurir : courir / deonner du lari : mettre en joie / berzèque : éméché / ein boursieau : une bosse (suite à un coup) / moinse : moins / jeuer : jouer / les visins : les voisins / l'gardin : le jardin / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ein brimbeu : un mendiant / les interprisses : les entreprises / les chintaines : les centaines / les jeones : les jeunes / l'ortraite : la retraite (en Belgique on dit plus souvent la pension) / cacher après : chercher / lommint : longtemps / les liards : l'argent / l'otiache : l'outillage / s'in foute : s'en mettre / l'portefuèle : le portefeuille / débalté : déchaîné / passer in orvue : passer en revue, faire le point / l'bure : le beurre / l'cancheon : la chanson / l'karmesse : la kermesse / parelle : pareille / berdéler : bredouiller / vife : vivre / orwettier : regarder / raviser : regarder / inter : entre / les cacoules : histoires inventées, mensonges, les "hoax" comme on dit aujourd'hui / s'masinguer : se faire du mauvais sang / ête seûr : être sûr / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / les beos : les bois / les camps : les champs / les cants : les chants / les arpes : les arbres / busier : ruminer / faire du mau : faire mal).

S.T. avril 2017.

13:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05/04/2017

Tournai : "circulez... si vous le pouvez encore !".

Des difficultés de circulation sont à prévoir un peu partout en ville !

A l'ombre des cinq clochers, il faudra bien choisir son itinéraire, cette semaine, si on ne veut pas tomber sur un des multiples chantiers qui entravent la circulation.

Rue Saint-Eleuthère.

La pose d'impétrants entre l'avenue Beau-Séjour et le carrefour de l'avenue des Peupliers entraîne une restriction de circulation. En journée, le passage alternatif des véhicules est réglé par des feux et le stationnement est interdit tout le long de la section en travaux.

Rue de la Borgnette.

Cette rue, fort fréquentée par les automobilistes qui se rendent à la zone commerciale de Froyennes, fait l'objet depuis deux semaines d'une pose d'impétrants dans la section comprise entre la rue Lefebvre Caters et les bâtiments du service des travaux de la Ville. Là aussi, une circulation alternative est réglée par des feux. Ceux-ci autorisent d'abord le passage des automobilistes venant de l'avenue de Maire, ensuite de ceux venant du quai et enfin de ceux qui viennent de la zone commerciale. Le temps d'attente engendre des files qui se prolongent parfois jusqu'au carrefour de l'avenue de Maire. Pour se rendre à la zone de Froyennes mieux vaut, à partir de Tournai, soit emprunter les quais, soit poursuivre sur la chaussée de Courtrai jusqu'à l'entrée de la zone commerciale. Il en est de même pour rejoindre la ville.  

Avenue de Maire.

Des travaux sont en cours depuis plusieurs semaines sur la voie latérale droite (dans le sens vers Tournai), une section de cette voirie est interdite à la circulation. 

Rue du Château.

Pose d'impétrants également dans cette rue, actuellement entre l'avenue Delmée et la rue Robert Campin.

Place Verte.

Celle-ci aussi est concernée par la pose d'impétrants préalable à sa rénovation. Cette semaine, le chantier va se prolonger dans la rue de l'Epinette. 

Boulevard des Nerviens.

Des travaux de sécurisation ont débuté ce lundi 3 avril, on y crée trois passages pour piétons avec éclairage particulier. Le chantier se terminera vers le 23 avril (temps de séchage nécessaire). Le boulevard est interdit à la circulation. Celle-ci est déviée par l'avenue Delmée pour les automobilistes circulant vers la gare, par l'avenue Leray pour ceux venant de cette dernière. 

Place Reine Astrid.

A partir de celle-ci, on ne peut, momentanément, plus rejoindre la rue d'Espinoy vers le Palais de Justice en raison de travaux dans la rue des Jésuites. Toute la circulation est déviée par la rue Garnier où certains automobilistes stationnent parfois de façon anarchique !

Boulevard des Combattants et chaussée de Bruxelles.

La pose d'impétrants préalable à l'important chantier qui va se dérouler de mai à décembre a débuté voici quelques semaines. Le trottoir de la chaussée de Bruxelles entre la rue de la Paix et le carrefour de Marvis est interdit aux piétons, il en est de même pour celui du boulevard des Combattants jusqu'à la rue d'Amour. 

Rue Saint-Martin.

Afin d'assurer la sécurité sur les trois passages pour piétons, des rétrécissements ont été créés de part et d'autre de la rue. Cela a été nécessaire car, si la vitesse dans toutes le rues du centre-ville est limitée à 30km/h une fois la ceinture des boulevards franchie, de nombreux automobilistes dégringolent encore cette rue à une vitesse supérieure. On se demande si ceux-ci ont le respect de l'intégrité de leur véhicule vu l'état déplorable de la voirie.

Rue de Marvis.

Réduire la vitesse des automobilistes est le même principe qui a prévalu à la rue de Marvis. Le large virage qui se trouve à l'entrée de celle-ci a été rétréci par la pose de piquets au centre de la voirie et un marquage au sol la réduisant à deux bandes de circulation. Là aussi, certains chauffeurs pressés ne respectaient pas souvent la limitation de vitesse. 

Centre-ville.

Les bornes télécommandées filtrant l'accès au piétonnier de la Croix du Centre (appellation aujourd'hui oubliée), à la rue de Paris, à la rue des Chapeliers (à hauteur du beffroi) et à la place de l'Evêché sont, par le plus grand des hasards (!), toutes en panne. Dès lors, de nombreux automobilistes étrangers à la ville et même quelques tournaisiens ne se privent pas d'emprunter les rues jusqu'alors réservées à la circulation des piétons. Il y a donc lieu d'être prudent car rien ne semble bouger chez les responsables chargés de l'entretien de ces systèmes.

Conclusion.

Tous ces travaux et ceux entrepris à de nombreux immeubles réduisent le nombre de places de stationnement situées dans le centre-ville. Aussi, en raison du beau temps actuel et afin de retrouver la forme après de longs mois d'hiver, il est conseillé aux sportifs de stationner leur véhicule au-delà de la ceinture des boulevards. Une petite balade à pied est salutaire pour une bonne circulation... du sang (et permet également de découvrir les vitrines des commerçants qui font grise mine depuis que les chantiers ont envahi Tournai) ! 

S.T. avril 2017.

10:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, circulation, chantiers, impétrants |

03/04/2017

Tournai : Amédée Coinne, héros oublié comme tant d'autres !

Amédée Coinne, un devoir de réhabilitation.


1940 Amédée Coinne.JPGLes conflits qui eurent lieu durant le XXème siècle ont révélé le courage et le dévouement d'hommes et de femmes engagés dans un combat, le plus souvent discret, afin de débarrasser le sol natal d'un ennemi. Ils ont donné naissance à des héros anonymes qui ont bien souvent laissé leur vie au service de leur pays. Les années succédant aux années, leurs actes de bravoure ont sombré peu à peu dans l'oubli. Les livres d'histoire n'évoquent que très rarement leur mémoire et sur les immeubles qu'ils habitaient aucune plaque ne rappelle leur sacrifice. Ce sont des héros oubliés dont le souvenir n'existe plus qu'au sein de leurs familles.

Me plongeant dans l'histoire familiale, j'ai pu reconstituer, il y a bien longtemps déjà, l'histoire d'un cousin de mon grand-père maternel. Il s'appelait Amédée COINNE.

Amédée Coinne était né en août 1897. Il avait épousé Valentine Foulon et, lorsque la seconde guerre mondiale éclata, le couple demeurait au n°94 de la chaussée de Roubaix à Tournai.

Jusqu'en 1939, Amédée Coinne, militaire de carrière, était fourrier au 3e Chasseur. Au sein de l'armée, on désignait sous cette appellation, un sous-officier chargé du cantonnement des troupes et du couchage, de la distribution des vivres et des vêtements. Lors du dédoublement du 3e Chasseur, il fut affecté au 6e Chasseur et avec ce bataillon, il participa à la campagne des dix--huit jours. 

Revenu à Tournai, au début de l'année 1941, il mit rapidement sa maison de la chaussée de Roubaix à la disposition de la "Phalange Belge", un groupe de résistants assermentés fondé en octobre 1940. Ce groupe fusionnera, en cette année 1941, avec la "Légion Belge" qui deviendra par la suite "l'Armée Secrète".

Au sein de ce groupe, Amédée Coinne collabore tout d'abord à la diffusion de la presse clandestine. Sous le pseudonyme de "Médée", il stigmatise ceux qui sont entrés en collaboration avec l'ennemi. Il distribuera également "La Libre Belgique" et "Le Vigilant".

Il deviendra le spécialiste des petits sabotages en semant des clous sur le parcours des camions allemands, retardant ainsi quelque peu leur avancée. Il y eut ainsi durant la guerre de nombreux petits gestes du genre qui empoisonnaient le déroulement des opérations programmées par l'occupant.  

Son dévouement à la cause de la résistance le fera repérer par l'Intelligence Service qui le recrutera en qualité d'agent du Service de Renseignement et d'Action (le S.R.A). Il sera agent de liaison entre la région de Tournai et les groupes du Nord-Pas-de-Calais.

En 1942, les Allemands imposent le Service de Travail Obligatoire (le S.T.O.). A Tournai, celui-ci sera installé dans un immeuble de la rue Duquesnoy (pratiquement en face des bâtiments de l'Athénée Royal). Amédée Coinne parvient à y recruter deux employées et, en quelques mois, plus de 400 dossiers vont être falsifiés. De plus, le réseau aura connaissance de lettres anonymes de dénonciation ce qui permettra d'exfiltrer les personnes menacées. Le résistant n'attire pas l'attention de l'occupant. Aux yeux des Allemands, Amédée Coinne est un simple employé du Secours d'Hiver dont les magasins aident les plus démunis par la distribution de vêtements, de vivres ou de charbon. Comme cette organisation a été créée avec l'accord des Allemands, certains à Tournai y voient un repaire de collaborateurs. On prononce parfois la phrase "Secours d'Hiver, secours d'Hitler". Ceux qui propagent pareilles allégations au sujet de cette organisation humanitaire ne peuvent imaginer qu'elle sert également de couverture pour des résistants ! En décembre, il est recruté par le service Mill.

Son habitation servira de lieu d'hébergement pour les réfractaires au travail volontaire. C'est là également que la résistance sera en contact radio avec Londres. 

Amédée Coinne va être averti que l'occupant est à la recherche d'un certain Médée, l'employée de la rue Duquesnoy a été découverte mais avertie du fait, avec la complicité de la résistance, elle a quitté Tournai juste avant d'être arrêtée. Elle n'y reviendra que le conflit terminé.

Au courant de ces derniers développements, Amédée Coinne se méfie et décide de ne plus demeurer à la chaussée de Roubaix. Valentine, son épouse, restera seule. Un code établi entre eux va lui permettre de lui rendre visite de temps à temps. Un carton placé à la fenêtre lui prévient qu'il n'y a aucun danger.

Le 13 février 1944, il est présent à son domicile pour fêter son anniversaire de mariage. Durant le repas, on sonne à la porte, c'est la Gestapo et la G.F.P (Geheime Feldpolizeï, la police secrète allemande). Amédée Coinne voulant fuir par l'arrière de l'habitation est arrêté. Il a été dénoncé par une femme qui travaillait à la Kommandantur et à la Werbestelle. Valentine ne le reverra plus.

Il a été emmené à Arras, au Grand Hôtel du Commerce, quartier général de la Gestapo. Interrogé, il ne vendra jamais le réseau. Lors d'une tentative d'évasion, il sera gravement blessé à la tête et le 18 mai 1944, il est abattu avec onze autres résistants et enterré dans une fosse commune sans que son nom soit transcrit sur les sinistres registres allemands.

Après la fin de la guerre, la famille se mettra à sa recherche. A Arras, des anciens geôliers certifient qu'il faisait partie d'un convoi parti vers l'Allemagne durant le mois d'août 1944. L'espoir de le revoir vivant renaît et, qui plus est, un prisonnier français assure l'avoir croisé au camp de Belsen en septembre 1944. En 1945, un journal local annonce, sur base d'on ne sait quelle information, que la famille d'Amédée Coinne a reçu un télégramme lui annonçant sa présence dans le camp allemand. Hélas, en 1950, l'exhumation de douze corps des fossés de la citadelle d'Arras va mettre fin à l'attente et à l'espérance. Le 18 octobre, une étude du squelette, de la dentition, de la veste militaire belge, de la chevelure ondulée qui le caractérisait et de la trace d'une ancienne blessure, conséquence d'un coup de crosse reçu lors du premier conflit mondial, va permettre d'identifier formellement sa dépouille.

Le samedi 21 octobre 1950, son corps sera rapatrié à Tournai et des funérailles nationales seront organisées le lendemain. La famille pourra enfin faire son deuil, elle avait longtemps espéré le revoir vivant. Amédée Coinne avait 47 ans lorsqu'il a été tué par la barbarie d'un régime heureusement vaincu ! 

tombe d'Amédée Coinne.JPG

La stèle d'Amédée Coinne au cimetière du Sud

Durant ma jeunesse, son histoire était souvent racontée lors des réunions de famille. C'était donc un devoir de mémoire pour moi de la conter à mon tour. Au travers de ce récit, c'est un hommage qui est rendu à ces anonymes qui, un jour, se sont levés contre l'occupant et ont travaillé à la perte de celui-ci ! Les jeunes qui vivent en paix depuis plus de septante ans grâce à ceux qui combattirent l'ennemi devraient parfois s'inspirer de leur patriotisme, eux qui sont le plus souvent absents des commémorations encore organisées en souvenir de ces héros. 

mémorial soldats 14-18 40-45.JPG

Pensées d'Emile Verhaeren à l'entrée de la pelouse du souvenir au cimetière du Sud. 

(sources : histoire familiale - journal le Nord-Eclair. Il est à noter que sa photo est également parue dans l'ouvrage de Pierre Bachy, professeur à l'Athénée Royal de Tournai : "Vie et Mort dans le Val de Verne" - photos S.T.).

S.T. avril 2017. 

31/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (401)

Les orcettes de cuisine d'Fifinne.

Pindant l'sémaine, no brafe Fifinne, elle a acore bin ouvré dins s'cusine. Elle nous a préparé ein bieau p'tit deîner et j'sus seûr que vous allez vous régaler.

Les anwiles au vert à l'mote Fifinne.

Vous avez ormarqué, quançqu'on parle d'anwiles, i-a des gins qui feont gnien-gnien mais, mi, j'préfère acore cha aux insectes qu'on vind asteur dins les magasins. Ein vier, ein sautérieau ou bin eine mouque, je n'me veos pos mette cha dins m'bouque

Pou faire les anwiles au vert à l'mote Fifinne, i-ara des ingrédients plein l'tape de l'cuisine. 

Pou deux perseonnes, i-feaut queompter six à siept chints grammes d'anwiles, la mitan d'ein céleri, ein bieau greos ogneon, chint grammes d'persin, six ou siept fuèles d'épinards, six ou siept fuèles d'oselle, six fuèles d'chitreonnelle, de l'sauge verte, ein bieau bouquet d'cresseon, ein fuèle de laurier, ein cleo d'girofle, ein peu d'cherfoué, ein peu d'dragone, eine branque d'thym, du poife du moulin, du , ein chitreon, eine cuillère d'fareine, soixante grammes d'bure, treos oués et eine pétite boutelle d'vin blanc (ein beon p'tit Muscadet).  

Vous pouvez d'minder à vo marchand d'pisseon d'vous préparer et nettier les anwiles, i-n'vous restera pus qu'à les coper in tranques de chinq chintimètes invireon. 

Vous allez commincher pa laver vos légueumes pou inl'ver tous les produits chimiques qu'on met pa d'zeur dins les camps et les gardins

Vous copez vo céléri in dés et vous l'mettez à cuire pindant invireon ein quart d'heure dins ein peu d'ieau. 

Vous allez insuite faire cuire vos anwiles, passées dins l'fareine, à feu vif pindant chinq minutes dins l'bure ave l'ogneon haché. Pou que cha n'colle pos dins l'feond de l'marmite, i-feaut ormuer d'temps en temps. Vous allez verser pa d'zeur quarante à chinquante chintilites de vin pou les orcouvrir (Edmeond i-mettreot bin l'boutelle intière), mette dins vo préparatieon l'céleri (in ortirant l'ieau bi seûr) mais aussi ajouter : vos fuèles d'épinards, d'oselle et d'chitreonelle, l'bouquet d'cresseon, l'dragone, l'persin haché, l'fuèle de laurier, l'cléo d'girofle, l'sauge verte, ein peu d'cherfoué, du sé, du poife du moulin. Vous allez alors laicher cuire pindant ein p'tit quart d'heure en ormuant avec eine spatule. Vous ortirez l'tout de l'flamme. Pou lier l'sauce, vous allez alors ajouter treos guéaunes d'oué. Jusse avant d'servir vous laichez couler su les anwiles ein filet d'jus d'chitreon. Cha peut s'minger quieaud ave des penn'tieres ou bin freod ave du pain. 

Edmeond qui truèfe toudis occasion de s'mette in vedette, i-a voulu eine feos acore apparaîte dins l'orcette, i-vous deonne l'consel de l'sémaine : accompagnez toudis l'plat d'ein Muscadet d'Sèvre et Maine. 

L'clafouti d'Fifinne.

Ov'la ichi ein dessert pou minger au mitan d'l'après-deîner quancque les anwiles du midi elles seont bin digérées. Cha, avé eine jatte d'chéribeon, ch'est l'momint attindu pa Edmeond. 

On va à nouvieau rimplir l'tape ave les ingrédients : chint grammes d'fareine (du gruéau comme on dit à Tournai), quarante grammes d'Maïzena, ein peu d'sé, chint-quatre vingt grammes d'chuque fin et ein sachet d'chuque vanillé, deux cuillerées à café d'levure sèque, deux oués, septante-chinq ml d'lait et deux belles peommes (Fifinne elle prind toudis des Jonagold).

Pou faire ceulle préparatieon, vous avez b'soin d'ein moule d'vingt-quate chintimètes d'diamète et d'invireon six chintimètes de hauteur (ch'est précis, ch'est pou que cha meonte mieux !). 

Dins ein saladier, vous allez mette l'fareine, l'maïzena, l'levure, eine pincée d'sé, deux cuillerés à café d'levure sèque, l'chuque fin et l'sachet d'chuque vanillé (cha orprésinte dix grammes).

Vous allez bin mélanger l'tout (n'orwettiez pos à bin malaxer) puis ajouter les oués et les septante-chinq ml d'lait. Et vous allez continuer ainsin à bin touiller (vir ouvrer les mains d'eine feimme dins l'fareine, ch'est l'pus bieau des gestes qu'on veot dins eine cuisine).

L'pâte ainsin obtenue, vous allez l'mette dins l'moule que vous avez beurré. Vous épluchez les deux peommes et les copez in fines tranques (Fifinne elle appelle cha des lamelles). Vous les étalez su l'pâte. Vous allez mette précauffer vo four à 180° et puis y mette l'moule pou eine demi-heure. (N'obliez pos d'raviser d'temps en temps si cha dore bien et qu'cha n'brûle pos)

L'démoulache i-est important, si vo moule i-a été bin beurré, cha deot aller tout seu. Vous posez alors vo clafouti sur eine grille et vous laicher orfroidir.

Fermez vo porte d'cuisine à clé si, à vo maseon vous avez des galfards comme Edmeond.

tournai,patois,picard

 

(lexique : eine orcette : une recette / brafe : brave / acore : encore / ouvrer : travailler / eine deîner : un dîner (repas du midi en Belgique) / ête seûr : ête sûr / les anwiles : les anguilles / à l'mote : à la façon, à la mode / quancque : lorsque / faire gnien-gnien : faire la fine bouche, rechigner / asteur : maintenant / les viers : les vers / ein sautérieau : une sauterelle / eine mouque : une mouche / l'bouque : la bouche / l'tape : la table / queompter : compter / chint : cent / l'mitan : la moitié / l'persin : le persil / les fuèles (ou fouèles) : les feuilles / l'oselle : l'oseille / l'chitreonnelle : la citronnelle / ein cléo : un clou / du cherfoué : du cerfeuil / de l'dragone : de l'estragon / eine branque : une branche / du poife : du poivre / du sé : du sel / ein chitreon : un citron / de l'fareine : de la farine / l'bure : le beurre / les oués : les oeufs / l'marchand d'pisseon : le poissonnier / nettier : nettoyer / coper : couper / les tranques : les tranches / les légueumes : les légumes / pa d'zeur : dessus / les camps : les champs / les gardins : les jardins / ormuer : remuer / ortirer : retirer / laicher : laisser / les guéaunes : les jaunes / jusse : juste / quieaud : chaud / les penn'tières : les pommes de terre / freod : froid / i-truèfe : il trouve / ichi : ici / eine jatte d'chéribeon : une tasse de très bon café / du gruéau : de la fine fleur de froment / l'chuque : le sucre / sèque : sèche / ceulle : cette / orprésinter : représenter / orwettier (ou raviser) : regarder / touiller : mélanger / vir : voir / précauffer : préchauffer / tout seu : tout seul / des galfards : des gourmands).

S.T. mars 2017.

11:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

29/03/2017

Tournai : souvenirs du Cabaret (9)

Le "renouveau" du Cabaret a déjà vingt ans !

Après la démission de Lucien Jardez, les membres ont élu un nouveau Président en la personne de Philippe De Smet (voir l'article que nous lui avons consacré au sein du blog) et préparé la saison du 90ème anniversaire.

S'il n'y a pas eu de "révolution de palais", les fidèles amis du Cabaret ont néanmoins constaté une modernisation notamment dans la présentation des membres.

Finies ces deux rangées de tables où les membres siégeaient par ordre de préséance, abandonnée la présentation de chaque chansonnier par une introduction présidentielle, désormais, les membres sont attablés par groupes de deux ou trois auprès d'une petite table comme dans une guinguette et c'est le chansonnier lui-même qui présente sa chanson, son poème ou son monologue et demande le ban pour le précédent. 

Deux nouveaux membres sont venus renforcer l'équipe, Claude Delonville, un poète qui écrit tantôt en patois, tantôt en français et Michel Petit. Ils sont tous les deux lauréats du concours Prayez de 1996. Bientôt Jean-Marc Foucart (voir l'article que nous lui avons consacré au sein du blog) viendra les rejoindre. A la fin de l'année, pour fêter les nonante ans, le Cabaret enregistre un CD reprenant les quatre airs les plus connus des Tournaisiens dont l'hymne "Les Tournaisiens sont là" qu'ils n'avaient jusqu'alors jamais enregistré.  

Le Cabaret a acquis rapidement une nouvelle vitesse de croisière et, d'année en année, de nouveaux membres sont venus frapper à sa porte : Vincent Braeckelaere, Bernard Clément, Jean-Michel Carpentier, Pascal Winberg, Michel Derache, Danny Batteauw, Pol Wacheul, Christian Bridoux, Luc Feron, Georges Vico, Gérard Platevoet et l'actuel aspirant, Jonathan Delforge. 

Certains ne feront qu'un bref passage comme Michel Petit ou Bruno Delannay et, ainsi va la vie, d'autres nous quitteront pour toujours comme Marcel Roland, René Godet, Félicien Doyen, Jean-Pierre Verbeke ou André Wilbaux. 

Marcel Roland était né le 20 juin 1921 à Tournai. Lauréat du concours Prayez en 1953  avec ses chansons "L'Parc Communal" et "Mi, j'aime bin cha", il entre dans la Royale Compagnie en 1959. Avant de devenir directeur d'agence au sein d'un organisme financier, il avait tenu avec Fernande, son épouse, la coopérative socialiste de la rue Saint-Brice et, nanti d'un diplôme de comptabilité, avait travaillé aux Cafés Hivre. 

Au sein de la Compagnie, il exerça la fonction de grand argentier jusqu'à son départ le 15 janvier 1997. Il était reconnu comme remarquable interprète des œuvres des anciens mais on lui doit aussi "L'Vie tournaisienne" et "M'pétite école". Il restera à jamais dans la mémoire des amateurs de Revues comme le compère de Lucien Jardez dans le duo hilarant "Jojo et Nénesse". Habitant la rue Royale, il est décédé inopinément en septembre 2000.

1997 RCCWT JM Foucart René Godet.jpg

René Godet (à gauche de la photo) en compagnie de Jean-Marc Foucart et de Pierre Vanden Broecke en 1997.

René Godet était né à Tournai, le 18 juillet 1934. Fils de teinturier, il tint l'entreprise familiale située à la rue du Bourdon Saint-Jacques en compagnie de son épouse Josiane jusqu'au début des années 2000. René était un homme sensible à la détresse humaine et, avec son épouse, il s'est investi profondément au sein de  la Fondation Follereau (antenne tournaisienne des Amis du Père Damien), rendant souvent visite à "ses" amis, les lépreux de la léproserie espagnole San Francisco de Borja de Fontilles. Il est d'ailleurs à l'origine d'une charte signée entre la léproserie et la Ville de Tournai et de la venue à Tournai de malades guéris ou stabilisés. Il a évoqué son engagement dans un livre qu'il a publié  sous le titre"La Joie d'Aimer", paru en 1992. Serviteur de la cité des cinq clochers, il sera membre du Comité de l'a.s.b.l. "Les Amis de Tournai" et Chevalier Massier de la Confrérie des Chevaliers de la Tour.

1992 Fondation Follereau réunion.jpg

René Godet (à droite sur la photo) en compagnie de ses amis de la Fondation Follereau de Tournai en 1992.

Lauréat du Concours Adolphe Prayez en 1977 avec sa chanson "Edmond", il est entré au Cabaret en 1979. Dans l'esprit de la majorité des auditeurs, il a succédé à Louis Urbain avec ce côté "fleur bleue" qui transpirait dans la plupart de ses chansons. Inconditionnel de Charles Trenet qu'il nous disait avoir rencontré à Bruxelles et être allé applaudir à Paris lors de ses adieux, il choisissait souvent un air du "fou chantant" pour nous distiller ses textes où on sentait souvent pointer son côté Cyrano de Bergerac, pourfendeur des travers de la Société. Au sein de la Compagnie, il exerça la fonction de Secrétaire-bibliothécaire (succédant à Ghislain Perron) de 1997 à  2000. Obligé de quitter le ponton en raison du mal qui était apparu, il nous a quittés le 18 avril 2011. Son fils "Loulou Godet" est bien connu des auditeurs de l'émission "Les enfants de chœur", le dimanche sur Vivacité où il est fait de fréquentes apparitions, des téléspectateurs de No Télé où il apparaît, avec son compère Dominique Watrin, chaque samedi dans l'émission "Les Wapirates de l'Info", des spectateurs des Pi-Menteurs, spectacle de la salle La Fenêtre, et des lecteurs de la presse, où il fait paraître régulièrement des billets d'humeur et d'humour ! Bon sang ne peut mentir !

1997 RCCWT remise charge René Godet.jpg

Remise de la charge de René Godet en 1997 par Jean-Pierre Verbeke et André Wuibaut.

Alors qu'on disait son nonantième anniversaire menacé, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien fête, cette année, ses cent dix années d'existence et, comme dit la chanson : "Au Cabaret, i-a toudis des bieaux jours". 

2016.01.09 RCCWT.jpg

Philippe De Smet au piano accompagne Georges Vico - Christian Bridoux - Pascal Winberg et Gérard Platevoet lors d'un Cabaret donné à la "Résidence du Théâtre" à Tournai en janvier 2016.

Voici résumées les septante dernières années du Cabaret mais l'histoire est loin d'être terminée, l'Optimiste va continuer à brosser le portrait des membres actuels qu'il n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer.

(sources : "Florilège du Cabaret", ouvrage paru en 1982 à l'occasion du 75ème anniversaire de la Compagnie - "Chint ans d'Cabaret", ouvrage de Pol Wacheul publié lors du centième anniversaire de la compagnie -  "Les Charges de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien", de Jean-Luc Dubart et Freddy Gaspardo, paru en 1998 - souvenirs personnels - photos : "Courrier de l'Escaut" et R.R.). 

S.T. mars 2017.

27/03/2017

Tournai : le carnaval 2017

Tournai fête le retour des beaux jours !

Dans l'impossibilité de m'y rendre, j'ai heureusement pu compter sur la collaboration d'une amie qui m'a transmis une série de photos prises à l'occasion de l'édition 2017 du Carnaval de la cité des cinq clochers.

Cet événement annuel qui prend place le week-end du Laetare fut tout à fait exceptionnel car tous les ingrédients étaient réunis pour assurer le succès de cette journée et apporter un large sourire sur le visage des organisateurs.

Comme il est rare qu'à la fin du mois de mars, on puisse bénéficier de pareilles conditions météorologiques, une foule immense fut au rendez-vous. On évoque un nombre de 10 à 15.000 personnes, c'est possible mais difficile à évaluer ! Dès le début de l'après-midi, les parkings mis à disposition des participants affichaient "complet". Il fallait chercher bien longtemps pour encore trouver une place sur le parking du Conseil de l'Europe (plaine des Manœuvres), sur celui de la Maison de la Culture, de la Maison des Sports et tout le long des boulevards de ceinture (des automobilistes avaient même stationné leur véhicule sous le chapiteau communal dressé à l'avenue des Frères Rimbaut) ! Des milliers de personnes, presque toutes déguisées, ont pris d'assaut les rues de la ville. 

Que ce soit à Binche, Malmédy, Stavelot, Chapelle-les Herlaimont tout comme à Kain, Vaulx ou Tournai... partout où il est organisé le Carnaval permet à la population locale et aux visiteurs de fêter dans la joie la fin d'un hiver parfois trop long, de retrouver le pavé des rues abandonné pendant de longs mois et surtout, à notre époque, d'oublier durant quelques heures un monde fait d'une violence exacerbée et d'agressions, de mettre entre parenthèses, une vie très souvent teintée d'inquiétude et de pessimisme. 

2017.03.25 carnaval Martine déguisée.jpg

Toutes les statues sont à la fête, quelques jours avant l'événement, elles sont habillées aux couleurs d'une confrérie qui les parraine. Martine et son chien patapouf n'ont pas été oubliés.

2017.03.25 carnaval la princesse d'Epinoy déguisée.jpg

Sur la Grand-Place, Christine de Lallaing est devenue la reine de la fête. 

2017.03.25 carnaval (5).jpg

On découvre d'étranges personnages au détour d'une rue.

Le carnaval de Tournai a la particularité de ne pas présenter une cavalcade, un cortège organisé, mais trois grands groupes composés de confréries qui se rejoignent au centre-ville pour des temps forts : l'hommage à la Naïade, le lâcher de ballons, le jet de "pichous" du beffroi (des petits pains confectionnés par les boulangers tournaisiens pour l'occasion), le sacrifice du Roi carnaval sur un bûcher dressé au milieu du forum tournaisien et la marche funèbre de la Grand-Place à l'Escaut afin de jeter ses cendres dans le fleuve. 

2017.03.25 carnaval le singe.jpg

Un singe qui semble surpris par l'objectif ou tout simplement en admiration devant la photographe.

2017.03.25 carnaval le gille.jpg

Les Gilles de Saint-Piat étaient de sortie.

Il n'y a pas de cortège sans chars, certains ont demandé des heures de travail.

2017.03.25 carnaval le bateau des vikings.jpg

Les vikings étaient de retour à Tournai mais beaucoup plus pacifiquement que ce qui nous envahirent au Moyen-Age. 

2017.03.25 carnaval (11).jpg

Le carrosse des "Monsenors" emporte les ballons pour le lâcher.

2017.03.25 carnaval (3).jpg

Tout comme les premières fleurs, le Carnaval symbolise l'arrivée du printemps.

2017.03.25 carnaval (8).jpg

Il est impossible de photographier l'ensemble des participants. Qu'on sache simplement que la photo ci-dessous prise à la rue des Puits l'Eau lors de l'hommage à la Naïade ne représente qu'une petite partie de la marée humaine qui avait envahi Tournai.

2017.03.25 carnaval la foule au rendez-vous.jpg

2017.03.25 carnaval le char des cinq éléments.jpg

Le char du Roi Carnaval représentant les éléments, thème de cette année, défile dans les rues avant de rejoindre la Grand-Place où il terminera dans un immense brasier. Il faut savoir que ce char a été confectionné par des institutions accueillant des personnes handicapées ou socialement défavorisées. 

2017.03.25 carnaval (6).jpg

Différents fanfares et groupes musicaux dont l'un vient chaque année de Suisse animent cette manifestation.  

2017.03.25 carnaval (2).jpg

Le "Pirate" est rentré au port ! Le Carnaval 2017 est terminé, nul doute que, forts de son succès, les organisateurs préparent déjà l'édition 2018 !

(photos : Renelde Rauwers).

S.T. Mars 2017.

10:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, carnaval, christine de lallaing, martine |

24/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (400)

Quate chintième babillarte !

Cha fait asteur quate chints saim'dis qu'in patois d'Tournai j'vous écris. Mo Dieu, bé comme l'temps passe et vite s'écoule, cha fait d'jà huit ainnées que j'raqueonte des cacoules ! In m'lisant, vous l'avez seûrmint adveiné, j'sus vraimint fier d'ête ein infant d'Tournai et je n'veux pos que l'parler d'ichi i-soiche oblié que, pa des gins parlant eine eaute lanque, i-soiche déméprisé

No patois, ch'est no symbole, no signe de ralliemint, ch'est l'incestral lien qui unit tous les Tournisiens. L'ceu qui veut, eine feos, intinte ces meots qu'on dit dins l'cité des cheonq clotiers, in ouvrant ses orelles pou bin acouter, i-n'a qu'à aller porméner dins nos rues, nos rulettes ou bin l'leong d'nos quais .

J'sus seûr que dins toutes les conversatieons, i-intindra toudis au moinse eine de ces espressieons : 

D'ein qui n'in a jamais assez, pou bin définir l'perseonne, on dit : "M'n'heomme i-li faudreot l'gardin et les preones". On dit pou ein rusé, ein soucard : "Dusqu'i-s'perdra, i-f'ra noir !". On dit pou ein heomme qui veut passer inaperchu, ein qu'on a jamais ermarqué : "I-fait l'effet d'ein grain d'aveine dins l'gueule d'ein baudet".  Pou ein individu maiguerleot, on dit que "ch'est ein carilleon d'ossiéaux". On dit d'ein heomme qui fait du mauvais ouvrache, d'ein bricoleu, d'ein cafouilleu : "Et bé m'n'heomme, i-est adreot d'ses mains comme ein pourchéau de s'queue". Pou désigner ein qui aime bin l'biere et qui est toudis quervé, vous risquez pétête d'intinte : "M'heomme i-buvreot Bapéeaume et ses fossés" cha m'étonnereot... cha n'est pus fort utilisé, asteur, on parle avant tout "d'ein potieau d'cabaret". Pou ein vantard, ein qui s'prind toudis l'tiête, on dit :"Ein heomme qui s'vante et ein baudet qui s'gratte ch'est deux bellés biêtes". Cha va alfeos vous choquer quançque vous intindrez pou ein heomme qui est in train d'agoniser ; "I-n'a pus beauqueop d'sanche, s'cul i-sint l'louchet", rasseurez-vous, cha n'est pos de l'vulgarité, diseons que ch'est ein peu... imagé. Là dusque j'sus d'accord d'dire que ch'est vraimint grossier, ch'est quançqu'on anneonche que "l'feimme est impanch'loutée". Ces meots-là cha m'fait pinser au ceu qui n'a pos l'langache fort raffiné, ainsin on dira d'ein qui parle platemint : "à m'mote que m'n'heomme i-n'tamisse pos fin !". Pou ein heomme qui a marié eine feimme infidèle, eine qui a l'habitude d'aller vir ailleurs si l'hierpe elle est pus belle, on li dira, in guisse d'consolatieon et pou n'pos treop s'in faire : "I-véaut mieux ête wieot qu'aveule : on veot ses confrères". Cha m'fait pinser à ceulle phrase que j'ai intindue concernant ein malhureux qui éteot cocu :"L'curé li ouvère l'porte à double battants, pou qui n'accroche pos ses cornes in rintrant". Vous avez pétête rincontré dins vo vie, ein profiteu, ein heomme du ginre pique-assiette, d'li on dira : "Pou li minger à l'ouel, s'bouque elle f'reot l'tour de s'tiête". 

Ein bieau jour, des gins de la héaute société on voulu interdire l'patois d'Tournai. Pa ces jocrisses, i-a été banni des classes des écoles, ch'est simpe, si on l'parleot, on attrapeot eine colle. Si te diseos "ahais Mossieu" pou répeonte à eine questieon, te t'ortruèveos, vite fait bin fait, avé eine punitieon. On d'veot copier chint feos, in calligraphie : "En français on répond oui, le maître me l'a souvent dit".

Comme diseot Mossieu Parvenu et Madame Proutemachère : 

"Mon Dieu que ce langage est vulgaire, il définit bien les classes populaires, si un enfant veut s'élever dans la société, on doit lui interdire cette façon de parler". 

"Bé queompte là d'zeur et beos d'l'ieau, t'aras des clairs boyéaux", si à l'école on éteot obligé d'parler l'lanque de Voltaire, à nos maseons l'maîte i-n'pouveot pos v'nir nous faire taire. 

Tous ces gins qui, pou parler, metteot'ent les preones dins les quertins, i-ont été fameus'mint estoqués pa l'succès du Cabaret Walleon Tournisien. Du patois, ces gins-là i-n'sav'tent pétête rien mais, pou nous eautes, acouter les Filles Celles Picardes, Bruno Delmotte ou les canteus du Bistreot Tournaisien, ch'est bin leon d'ête du flamind. 

I-n'ont jamais voulu comprinte tous ces adeptes du beon langache, que ch'est l'patois de l'Ile de France qui est, peu à peu, dev'nu l'usache. 

Nos incêtres, nos aieux, nos parints qui nous ont éduqués, i-n'conniseot'ent pétête pos deux meots d'Français mais i-ont quand même fait des infants qui, dins l'société, peuv'tent, aujord'hui, s'débrouiller. 

Dins no beonne ville d'Tournai, tertous on sait qu'eine perseonne qui a l'bazin, ch'est eine qui est prisse d'trimblemints, qu'ein heomme qui su s'freont i-a ein riche boursieau, ch'est pasqui-a eine bosse après eine mauvais queop. I-n'feaut pos nous espliquer quançqu'on dit qu'on a brichaudé l'argint, on comprind tout d'suite qu'on a gaspillé les liards comme chez Publifin. On s'déméfie des cache-à-puches et des mordiquéaux, i-cache'tent toudis à batt'lier, à vous bourrieauder, à vous inveyer à l'hosto. A Tournai, à Ath ou à Mouscreon, on a tertous nos espressieons, ch'est no carte d'idintité, ein espèce d'marque d'fabricatieon. 

Si vous m'suivez d'puis l'prumier artique, vous n'avez pus b'soin du lexique et si vous êtes fidèle d'puis l'prumière rubrique vous pouvez me l'faire savoir pa ein commintaire, même laconique.

In attindant, l'sémaine qui vient, on orpalera d'cuisine grâce, bin seûr, aux orcettes de no beonne Fifinne !

(lexique : eine babillarte : une lettre / asteur : maintenant / quate chints : quatre cents / saim'di : samedi / des cacoules : des carabistouilles, des histoires inventées / adveiner : deviner / ein infant : un enfant / ichi : ici / eine eaute lanque : une autre langue / démépriser : mépriser / l'ceu : celui / eine feos : une fois / les cheonq clotiers : les cinq clochers / acouter : écouter / porméner : promener / les rulettes : les ruelles / l'leong : le long / seûr : sûr / au moinse : au moins / l'gardin : le jardin / les preones : les prunes / ein soucard : un sournois / dusque : où / inaperchu : inaperçu / l'aveine : l'avoine / ein maiguerleot : un homme très mince / les ossiéaux : les os / ein ouvrache : un ouvrage, un travail / ein cafouilleu : personne qui agit de façon désordonnée, qui ne sait pas par où commencé l'ouvrage / ein pouchéau : un porc, un cochon / quervé : ivre / pétête : peut-être / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / alfeos : parfois / quançque : lorsque, quand / l'sanche : la chance / l'louchet : la bêche (dans ce cas celle du fossoyeur) / anneoncher : annoncer / impanch'loutée : enceinte / platemint : platement / à m'mote : à mon idée / tamisse : tamise / l'hierpe : l'herbe / in guisse : en guise / wieot : cocu / ein aveule : un aveugle / ceulle : cette / l'ouel : l'oeil / l'bouque : la bouche / simpe : simple / ahais : oui / queompter : compter / là d'zeur : là-dessus / l'ieau : l'eau / l'maseon : la maison / mette les preones dins les quertins : phrase souvent entendue qui signifie parler avec emphase / ête estoqué : être abasourdi, frappé à mort / les canteus : les chanteurs / ête bin leon : être bien loin / tertous : tous / avoir l'bazin : être pris de tremblements / ein boursieau : une bosse, un hématome / ein queop : un coup / brichauder : gaspiller / les liards : l'argent / s'déméfier : se méfier / les cache-à-puches : personnes qui recherchent la bagarre,, qui cherchent continuellement noise / des mordiquéaux : des sales individus / batt'lier : batailler / bourrieauder : brutaliser / inveyer : envoyer / l'prumier artique : le premier article / les orcettes :les recettes).

S.T. mars 2017.

08:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

22/03/2017

Tournai : le prix de l'asbl Pasquier Grenier

Deux magnifiques restaurations primées par Pasquier Grenier. 

Fortes de plus de 400 membres, L’ASBL Pasquier Grenier oeuvre pour la sauvegarde du patrimoine immobilier tournaisien. Depuis sa création en 1984, on ne compte plus le nombre d'interventions que ses administrateurs ont effectuées auprès de différents services responsables afin de défendre des constructions remarquables appartenant au patrimoine immobilier de la ville ou afin de signaler des immeubles fortement dégradés ou carrément laissés à l'abandon. On ne compte plus les courriers adressés au service de l'Urbanisme pour signaler des restaurations mal réalisées en ce qui concerne notamment les matériaux ou les couleurs utilisés ou le respect de l'harmonie de l'environnement.

Les restaurations sont l'oeuvre tant du secteur public que de propriétaires privés, elles représentent un combat de longue haleine qui peut parfois décourager certains téméraires tentés par l'aventure. Aussi l'ASBL Pasquier Grenier intervient pour soutenir le projet, apporter son aide dans les démarches à effectuer, donner des conseils et récompenser les meilleures réalisations. Depuis plus de 30 ans, des propriétaires audacieux ont ainsi été récompensés.

Le 9 février dernier, le Conservatoire de Tournai accueillait un nombreux public convié à la remise du prix annuel.

Cette année deux réalisations exemplaires ont été primées, l'une entreprise par le secteur public, l'autre par un propriétaire privé. Toutes deux présentent une telle qualité qu'il a été impossible au jury de les départager.

Le Conservatoire de la Ville de Tournai.

Pour admirer le travail réalisé, il suffit de comparer deux photos prises à dix ans d'intervalle, l'une prise en 2006, l'autre aujourd'hui :

2006 Tournai la Salle des Concerts.JPG

Une toiture et des corniches en mauvais état, les éléments entourant les fenêtres totalement dégradés, le revêtement du pourtour qui s'effondre sur la voie publique et des locaux intérieurs non adaptés aux exigences d'accueil des nombreux élèves. En clair, une impression de délabrement au centre d'une place Reine Astrid accueillante (photo F.B).

2017.03 place Reine Astrid salle des Concerts rénovées.JPG

C'est tout l'ensemble qui a été rénové en comprenant également les façades des immeubles de l'ilôt des Primetiers. De larges vitres ferment désormais le péristyle créant ainsi un lieu de réception convivial, la salle des concerts situées à l'étage a été totalement rénovée ainsi que les ascenseurs et les classes (photo : S.T.). 

 

L'immeuble situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et le la placette du Bas Quartier.

2017.03 rue de l'Hôpital N-D prix Pasquier Grenier.JPG

(photo : S.T.).

Cet immeuble abritait jadis le café à l'enseigne de "l'Entracte" en raison de sa proximité avec le cinéma Multiscope Palace aujourd'hui disparu. Il a été racheté et entièrement rénové par Mr. Yves Boyaval avec l'aide du cabinet d'architecture Archipel (Eric Marchal et Frédérique Matagne). La réalisation n'était pas simple, car il a notamment fallu supprimer et remplacer des éléments qui avaient été ajoutés au fil des restauration précédentes. Cet immeuble de style Louis XIV a aujourd'hui retrouvé sa splendeur historique avec sa toiture totalement refaite, ses larges corniches débordantes à corbeaux, ses pierres et briques et son badigeon rouge sang de bœuf.

Mer et Mme Yves et Anne Boyaval, d'origine française, passionnés par les anciennes pierres, ne sont pas inconnus à Tournai. Ils sont tombés sous le charme de la cité des cinq clochers, il y a de nombreuses années et ont déjà été primés par Pasquier Grenier, en 2010, pour une autre rénovation, celle d'une rangée d'immeubles située aux numéros 8, 9 et 10 du quai Notre-Dame, au sein d'un ensemble immobilier plus vaste, héritage de l'aménagement des quais de Tournai et de la rectification du cours de l'Escaut entrepris sous Louis XIV. 

Tournai Quai Notre-Dame maisons rénovées (2013).JPG

Quai Notre-Dame 8, 9 et 10 (juste après la façade en pierre jusqu'à l'angle du quai avec la ruelle des Noirets- photo J d.C).

De nombreux propriétaires n'hésitent pas de se lancer dans la restauration de leur immeuble afin de lui redonner l'aspect et le lustre de jadis. Année après année, Tournai retrouve des témoignages de son riche passé. L'Optimiste vous emmène à la découverte de ces différentes réalisations primées en vous les situant.

En vous promenant dans la ville, vous pourrez les admirer :

Quai Taille Pierre n°22, rue des Récollets n°26, rue des Augustins n°53, rue du Floc à Brebis n°13, rue de la Ture n°29, rue du Château n°33, rue Haigne n°27, rue Saint-Jacques n°17, rue des Corriers n°22, quai du Marché-au-Poisson n°18, rue Saint-Jacques n°9, rue du Ballon n°16 et 18, rue Sainte-Catherine n°30, rue du Palais Saint-Jacques n°5, rue Roc Saint-Nicaise n°19, rue du Louvre n°1 et 3, rue Sainte-Catherine n°25, rue des Jésuites n°19, place Victor Carbonnelle n°5, rue des Récollets n°4, rue des Corriers n°50, rue Saint-Piat n°1, quai Vifquin n°19, rue Dame Odile n°4, rue des Puits l'Eau n°9 et 11, rue de la Cordonnerie n°2, rue des Augustins n°27 et 29, rue de la Madeleine n°17, avenue Van Cutsem n°28 et 29 (deux maisons "Art Nouveau" érigées en 1904), Quai Notre-Dame N° 8, 9  et 10, rue Roc Saint-Nicaise n°15 (angle de la rue Jean Noté), rue des Cloches n°4, rue de l'Hôpital Notre-Dame à l'angle de la placette du Bas-Quartier (immeuble dit "Aux Scènes bibliques" faisant face à la réalisation primée en 2016), rue des Croisiers n°1 (ancien presbytère de l'église Saint-Jean Baptiste), Boulevard des Déportés n°36 (immeuble Art Nouveau), Boulevard Léopold (bâtiment néogothique de l'Institut Don Bosco, ancien orphelinat et oratoire Saint-Charles).

(sources : revue trimestrielle de l'asbl Pasquier Grenier - presse locale : le Courrier de l'Escaut).

S.T. Mars 2017.

Tournai : souvenirs du Cabaret Wallon (8)

1996, l'orage qui couvait au sein de la royale Compagnie éclate !

L'année 1996 restera à jamais gravée dans les annales de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien. Après la disparition de quatre membres importants et à l'issue d'une année sabbatique, on pensait que le Cabaret allait vivre à nouveau des jours plus sereins. Si, en septembre, au moment de la proclamation des résultats du Concours Prayez, le ciel semblait s'être illuminé, il était présomptueux de croire que les beaux jours étaient enfin revenus ! Non, l'orage qui couvait et que parfois on devinait aux travers de déclarations des uns ou d'attitudes des autres éclatera soudainement à la fin de l'année.

Tournai, cabaret Wallon tournaisien, lucien jardez, philippe de smet

Concours Prayez 1996 : trois des quatre lauréats deviendront membres de la Compagnie en 1997, (de gauche à droite à partir de la croix) : Jean-Marc Foucart (et non Jean-Marie), Claude Delonville et Michel Petit. Le titre du journal semble signifier qu'aucun des auteurs n'est habitant de Tournai-Ville, un chauvinisme qui n'est pas de bon aloi en raison de la situation, ils demeurent néanmoins dans les faubourgs !

Premier coup de tonnerre, la disparition de la célèbre gazette du Cabaret : "Les Infants d'Tournai", créée en novembre 1954, parue cinq cents fois et sabordée par son rédacteur en chef qu'est le Président Lucien Jardez. Des difficultés financières et le manque de textes à publier sont les raisons évoquées par lui pour justifier la fin de la parution. C'est avant tout la lassitude de l'homme-orchestre qui en est à l'origine.

Ardent défenseur du patois auquel il a donné ses lettres de noblesse, serviteur incontesté de la Compagnie qu'il a portée à des sommets et amenée à faire connaître au-delà des frontières du Tournaisis, fine plume pour la rédaction de monologues, auteur de multiples fois récompensé pour ses contributions patoisantes mais aussi pour ses écrits en langue française, Lucien Jardez est tout cela (et peut-être même plus) mais... il possède un défaut flagrant, il est dogmatique. Depuis des années, il décrète, de plus en plus, ce qui est bon et mauvais pour le Cabaret, se montre intransigeant sur la qualité des textes qui sont présentés par de jeunes auteurs et exige de ces derniers une extrême rigueur et un talent inné pour une entrée au Cabaret. Toujours en recherche du mot juste et de la belle expression, Lucien Jardez est devenu, peu à peu, le défenseur d'une forme d'élitisme qui n'aurait certainement pas été partagée par les membres-fondateurs en 1907.

Un pouvoir sans partage ne peut conduire qu'à des réactions parfois outrancières. Deux clans se sont formés : les "Anciens" qui reconnaissent les qualités de ce Président élu en 1964 et qui, avec l'âge, ont perdu la fougue de la jeunesse pour le contredire et les "Modernes" soutenus par d'autres membres plus anciens qui souhaitent injecter du sang neuf dans la Royale Compagnie. Lassé par ce déchirement, déçu par les critiques dont il est l'objet au sein de la Compagnie mais aussi parmi certains membres cotisants, le 27 novembre 1996, Lucien Jardez rédige et envoie sa lettre de démission. Il met ainsi un terme à 53 années de présence et 42 années de présidence. 

1996 RCCWT démission de L Jardez (2).jpg

extraits de la lettre de démission de Lucien Jardez. 

Les propos extraits de la lettre de démission qu'un "vent favorable" a amenée à la presse traduisent la personnalité de l'auteur. Les amoureux du Cabaret lui sont reconnaissants du travail accompli pour avoir fait du Cabaret Wallon Tournaisien, une vitrine du "parler de chez nous", et d'avoir prouvé à tous que la langue picarde n'était pas ce langage des vulgaires et du petit peuple comme aimaient à le proclamer bien haut les snobinards et les parvenus de l'époque. Lucien Jardez a donc parfaitement raison de déclarer que, sous sa présidence, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien a atteint des sommets qu'elle n'avait jamais connus au cours de son existence, malheureusement... était-il vraiment nécessaire d'ajouter la phrase "et qu'elle ne connaîtra probablement plus jamais" ? Ce sont là des mots qui mettent au grand jour une personnalité imbue d'elle-même et aigrie, des petites phrases qui vont ternir quelque peu l'image de celui qui restera pour longtemps encore un défenseur de notre patois digne de figurer au panthéon des auteurs tournaisiens et wallons. Déçus par le départ de cet homme d'exception tout autant que par ses écrits parus dans la presse, les quelque deux mille membres cotisants de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien se demandent finalement si le président n'avait pas l'intention inavouée de voir disparaître le Cabaret à brève échéance en créant une absence de relève.

 

1985 RCCWT distinction pour L. Jardez.jpg

Lucien Jardez avait été fait Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France en 1985.

1994 Tournai au Fil du Temps L Jardez (2).jpg

En 1994, Lucien Jardez, par ailleurs conservateur de "la Maison Tournaisienne", le musée de Folklore, était venu évoquer son autre passion pour Tournai, la préservation de son folklore, au cycle de conférences "Tournai, Au Fil du Temps" organisé au profit de l'institut d'Enseignement spécial "le Saulchoir" à Kain.  

Le départ inopiné de Lucien Jardez survenu dans une atmosphère conflictuelle latente ne doit pas faire oublier tout ce que la cité des cinq clochers doit à cet homme : outre sa très longue présidence au sein du Cabaret Wallon, il était aussi membre de l'A.S.B.L "Les Amis de Tournai", Chevalier Camerlingue de la "Confrérie des Chevaliers de la Tour". Il était également auteur de vaudevilles, de poèmes, de monologues et de nouvelles en prose, Conservateur du Musée de Folklore depuis 1982, Président de la section "Arts et Traditions populaires" au sein de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie, membre de l'Association Royale des Ecrivains Wallons. On lui doit la traduction en patois des BD : les "Pinderleots de l'Castafiore" (les Bijoux de la Castafiore d'Hergé) et "Les potieaux d'cabaret", ou encore "L'année de la bière", versions tournaisiennes des BD de Cauvin et Carpentier. Il a rédigé le "Glossaire picard tournaisien" et écrit "Les Géants de Tournai et leur suite" et "Tournai, Tournaisis". Il a participé aux émissions dialectales tournaisiennes sur Radio-Hainaut (Vivacité désormais) et, entre 1973 et 1984, il a composé tous les poèmes de présentation, en français, des Galas du Folklore Wallon qui se déroulaient au Palais des Beaux-Art de Bruxelles. 

Suite à la décision irrévocable de Lucien Jardez, plusieurs questions se posent désormais : que vont faire les Anciens qui l'ont toujours soutenu ? Qui va diriger le Cabaret ? Combien de membres comptera encore la Compagnie ?  Le Cabaret n'a-t-il pas reçu le coup de grâce ? 

1996 RCCWT démission de L Jardez (3).jpg

Le journaliste du "Courrier de l'Escaut" résume d'excellente manière la situation créée par le départ de l'homme qui incarnait le Cabaret depuis bien longtemps. 

Tel le phénix renaissant de ses cendres, le Cabaret va se doter d'un nouveau Président en la personne de son pianiste-accompagnateur Philippe De Smet (voir l'article qui lui a été consacré sur le présent blog). Symbole du renouveau annoncé, c'est le plus jeune membre qui va avoir la lourde charge d'assurer la continuité et on peut être... "optimiste" à ce sujet !

(sources : "Chint ans d'Cabaret" de Pol Wacheul, ouvrage paru en 2007 à l'occasion du 100ème anniversaire la R.C.C.W.T. - presse locale - "Le Courrier de l'Escaut" pour les documents photographiques).

S.T. mars 2017.