28/11/2016

Tournai : le point sur les chantiers (une rubrique sans fin) !

L'hiver est à notre porte et les chantiers de longue durée vont entrer en hibernation. Durant les éventuelles périodes de gel, on ne verra même plus un seul ouvrier le long de nos routes et autoroutes. Il faudra dès lors prendre son mal en patience et, sur la section entre Marquain et Kain de l'autoroute E42, ronger son frein et continuer à perdre de précieuses minutes aux heures de pointe.

La réfection du tronçon d'autoroute entre Kain et la frontière française devrait être, sans aléas, entièrement terminée pour les prochaines grandes vacances, après pas loin de trois années de travaux ! En attendant, sur la chaussée de Lille (N7), malgré que la circulation soit interdite aux transports de plus de 3,5 tonnes depuis le zoning de Tournai-Ouest, on continue à croiser de nombreux semi-remorques, souvent étrangers, guidés par leur GPS jusqu'aux portes de la ville. Celui qui emprunte régulièrement cette chaussée constate qu'elle se dégrade, peu à peu, principalement entre Marquain et le village d'Orcq mais aussi à l'entrée de Tournai. Dans le cadre de ce chantier, la bretelle d'accès de Froyennes vers Mons et Bruxelles est interdite depuis le 21 novembre et ce pour de longs mois. Il faut désormais se rendre à la chaussée de Renaix pour emprunter ces deux autoroutes (E42 et E429). 

Après avoir été soustraite à toute circulation depuis la mi-septembre, la rue des Aveugles a enfin reçu sa couche d'asphalte, ce vendredi 25 novembre, à la grande satisfaction des riverains. Après un temps de solidification, la voirie sera de nouveau accessible par la rue Saint-Martin, probablement dans le courant de cette semaine. 

La pose d'un câble de fibre optique a été entamée, voici plus d'un mois, à la rue Saint-Eleuthère. Le chantier ayant été suspendu durant la semaine de Toussaint et pour le week-end du 11 novembre, progresse très lentement et concerne, en ce moment, le tronçon compris entre l'avenue Beau Séjour et celle des Peupliers. Une équipe de paveurs efface toutes traces de ces travaux dans le tronçon compris entre le chemin de la Ramée et l'avenue Beau Séjour. 

Le chantier du Becquerelle touche à sa fin. Afin de permettre l'accès aux personnes se rendant quotidiennement aux crèches jouxtant le siège d'Ideta, une petite boucle a été ouverte à partir de la rue de l'Epinette vers la rue du Becquerelle, il y a trois semaines environ. Les ouvriers terminent la pose de pavés sur le quai Dumon. Il reste à effectuer la jonction avec la descente du Pont de Fer et à terminer les abords (plantations).

La presse nous révèle que, dès ce lundi 5 décembre, des travaux seront entrepris pour sécuriser la rue de Marvis et la rue Saint-Martin. Chaque passage protégé sera équipé d'une zone refuge pour les piétons. Malgré l'état fortement dégradé de la rue Saint-Martin (il faudra bien un jour songer à la rénover en profondeur si on ne veut pas être confronté à des effondrements causés par la vétusté des égouts) et malgré la vitesse limitée à 30km/h dans l'intra-muros, certains automobilistes dégringolent vers le beffroi à une vitesse nettement supérieure. 

Le budget extraordinaire voté ce lundi soir, au Conseil communal fait, à nouveau, la part belle aux travaux de rénovations durant l'année 2017. Ceux-ci concerneront le plateau de la gare, la place Crombez et la rue Royale. Ils pourraient avoir lieu en même temps que ceux réalisés par le SPW entre la rue de la Lys et la rue d'Amour, soustrayant les boulevards et le carrefour de la chaussée de Bruxelles à la circulation et déviant les véhicules vers les chaussées de Renaix et d'Antoing. Il est également prévu d'entamer les travaux sur la place Verte dans la partie interdite à la circulation depuis près de 4 ans en raison du risque d'effondrement d'un collecteur d'eaux usées. 

Au niveau immobilier, des chantiers sont en cours : à la place de Lille (reconstruction d'un immeuble jouxtant l'église Sainte-Marguerite), à la rue de Courtrai (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien siège du Courrier de l'Escaut), dans la rue des Choraux et au Marché au Jambon (construction, débutée en 2013, d'un vaste ensemble résidentiel, la fin des travaux est prévue dans le courant de l'année 2017), sur le quai des Salines (finalisation de l'important projet des "Erables"), à la rue de Marvis (construction d'un hôtel sur le site des anciens établissements Goossens), au boulevard Walter de Marvis (agrandissement du centre commercial des Bastions avec construction d'un parking souterrain), au Pont de Maire (réalisation d'une nouvelle zone commerciale à proximité du Tennis Club Tournaisien) et à la rue du Glategnies (transformation des anciens établissements Cofidis pour le transfert de l'école d'architecture Saint-Luc).

Très bientôt débutera l'important chantier de l’îlot Madame dans le quartier Saint-Piat (entre la rue Madame et la rue Cherequefosse). D'autres projets sont en voie de finalisation ou dans l'attente d'un permis de bâtir : à la rue des Carmes (projets de kots pour étudiants), au quai Andréï Sakharov et à la rue des Magasins (appartements et kots), à l'avenue Van Cutsem (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien site Dubuisson).

Se poursuivent également le chantier de rénovation de la Maison de la Culture (qui ne semble pourtant pas avoir réellement débuté) et celui de la rénovation de la cathédrale Notre-Dame dont quatre des cinq clochers sont, à nouveau, visibles. L'agrandissement du Musée des Beaux-Arts est envisagé et devrait débuter dans les prochaines années ! A plus longue échéance, on parlera de la création du pôle muséal dans l'immeuble des Anciens Prêtres sur la place de l'Evêché. Par contre, a été envoyée aux calendes grecques, la rénovation de la Tour Henri VIII qui se dégrade rapidement tout comme celle des Tours Marvis qui - proximité de la caserne Saint-Jean exige - sont en état permanent de camouflage. 

Depuis le quai du Luchet d'Antoing jusqu'au quai Saint-Brice d'une part et dans l'environnement immédiat du Pont des Trous, les travaux d'élargissement de l'Escaut vont profondément perturber la vie quotidienne des riverains et de l'ensemble des Tournaisiens entre la fin de l'année 2017 et l'année 2020.

En conclusion, le Tournaisien peut s'attendre à être confronté à d'importants chantiers durant plusieurs années encore !

On feint d'ignorer que ces chantiers génèrent de continuels désagréments au niveau de la circulation automobile (pour s'en convaincre, il suffit d'écouter le radio-guidage chaque jour). La question est de savoir combien de centaines de milliers d'heures de travail sont ainsi perdues, chaque année, sur l'ensemble de la Wallonie, en raison des embouteillages et connaître l'impact réel que cette situation engendre sur le PIB de la région! Il serait peut-être temps que les responsables du SPW songent enfin à construire des routes plus solides, pensent à surveiller la réelle présence des ouvriers sur les chantiers ainsi que la qualité du travail exécuté et se décident à entretenir les voiries en temps et en heure pour le plus grand bénéfice de l'économie wallonne. On peut toujours rêver car aucun ministre de la mobilité n'a jamais osé le suggérer, il n'y aurait-il pas finalement un "Etat dans l'Etat" ?

S.T. novembre 2016

19:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, chantiers, rénovations, spw, voiries, chantiers immobiliers |

08/10/2015

Tournai : rénovations attendues et chancres existants.

Il n'y aura pas de crise du logement à Tournai !!!!

Il suffit de se promener dans et aux abords de notre ville pour constater que les chantiers immobiliers sont nombreux. Des centaines d'appartements seront disponibles dans les années à venir. une question est posée : les Tournaisiens sont-ils privilégiés au niveau du logement ?  

1. Les chantiers qui se terminent.

Le plus avancé parmi ceux-ci est celui de la résidence "Les jardins de la Reine" situé à proximité du rond-point de l'Europe, dans l'avenue de Troyes. La réalisation de cette résidence de 33 appartements avec rez-de-chaussée commercial est terminée. Une partie des appartements vendus est déjà occupée. Au milieu d'un espace vert entièrement clôturé, le bâtiment s'élève entre le jardin de la Reine et le parc du boulevard Léopold.

Sur la chaussée de Douai, la phase deux de la construction de " la Corne Saint-Martin" est également terminée. Les deux bâtiments déjà construits, dont un est presqu'entièrement occupé, font partie d'un complexe résidentiel qui en comptera, à terme, cinq autour d'un espace vert et d'un plan d'eau alimenté par la récupération des eaux pluviales. Une fois terminé, celui-ci ne comprendra pas moins de 191 appartements "passifs", près de 800 m2 dévolus à des activités commerciales et 200 m2 de services.

A la rue Jean Cousin, entre la chaussée de Douai et celle de Willemeau, le projet des "résidences Jean Cousin" est en voie d'achèvement. La première phase est terminée depuis quelques mois et déjà occupée. Les premiers occupants de la seconde phase arriveront probablement dans quelques semaines, le second bâtiment étant au stade des finitions. 

A l'angle du Becquerelle et du quai Saint-Brice, sur le site de l'ancienne clinique Saint-Georges, jouxtant l'immeuble de l'intercommunale Ipalle, les deux résidences à peine terminées voient arriver leurs premiers occupants. le projet a aussi accueilli deux crèches.

Dans la rue Barthélémy Frison, sur le site de l'ancienne imprimerie Campin, le projet de "l'ilot Desclée" est en voie d'achèvement. Dans le courant de l'année 2016, 47 lofts de standing seront progressivement occupés.

Dans la rue Saint-Eleuthère, un vaste projet prévoyant la construction d'un centre de stockage pour une firme de garde-meubles annexé à un bâtiment résidentiel comprenant appartements et rez-de-chaussée commercial est en cours d'achèvement. Dans le courant de l'année 2016, les bâtiments pourront être occupés.

Sur la place de Lille, les travaux de transformation de l'église Sainte-Marguerite en trois appartements de très haut standing sont terminés, il reste quelques finitions à effectuer au niveau des abords immédiats (création d'une entrée pour personnes à mobilité réduite dans la rue As-Pois).

Sur le quai des Salines et à la rue de l'Ecorcherie, la transformation des anciennes usines Allard en appartements et lofts se poursuit.

Sur la place Verte, un bâtiment voisin de l'ancienne Fontaine d'Or abritant jadis un magasin et une maison d'habitation appartenant à un atelier protégé vient d'être aménagé en appartements.

A la rue des Choraux, un immeuble à appartements qui donnera également sur la rue du Marché au Jambon (à côté d'un restaurant grec) est en cours de construction. On est actuellement à la phase de construction des fondations. L'immeuble à usage de quincaillerie de la rue du Marché au Jambon, (inoccupé depuis quelques années) sera totalement rénové. Sa construction est relativement récente, elle date de la reconstruction de la ville après le second conflit mondial.   

2. Les projets soumis à permis de bâtir.  

Sur la place de Lille, le promoteur qui achève la rénovation de l'église Sainte-Marguerite s'est tourné vers les deux bâtiments jouxtant l'église, l'un étant actuellement à usage de restaurant, l'autre de librairie. Ces deux immeubles anciens mais sans cachet particulier seront détruits et remplacés par deux immeubles du même gabarit abritant des appartements, l'information a circulé comme quoi le restaurant reprendrait possession du rez-de-chaussée à la fin des travaux.

A la rue Muche Vache, un promoteur souhaite transformer en appartements  l'immeuble ancien qui abrita une chocolaterie avant le restaurant à l'enseigne de "La table de Muche-Vache".

Au boulevard des Combattants, un vaste projet concerne les anciens établissements connus naguère sous le nom de "Colmant et Cuvelier" et ensuite de "Dunlop-CCT". Le projet qui y sera mené sera de longue haleine car il prévoit tout d'abord l'assainissement du site, une partie de celui-ci devant être dépolluée. Ensuite, seront érigés deux bâtiments : une maison destinée à une profession libérale et un immeuble de bureaux dans lequel une grande banque a déjà marqué son intérêt afin d y transférer son siège régional. La seconde phase verra la réalisation  d'immeubles à appartements proposant 150 logements pour étudiants, une cinquantaine de logements pour le troisième âge, des bureaux et peut-être même un appart-hôtel. Une nouvelle voirie reliant le boulevard des Combattants à la rue Paul Pastur sera également créée. Comme on le voit, il s'agit cette fois d'un projet mammouth qui s'étalera sur plusieurs années.

A la chaussée de Douai, sur le territoire du village d'Ere, un projet de réhabilitation des anciennes usines "Les Textiles d'Ere" vient d'être soumis à enquête publique. Le très vaste bâtiment industriel devrait être transformé en un centre d'affaires après une réhabilitation totale.  

3. Les chancres qui perdurent.

On en dénote encore quelques-uns.

Le principal se trouve au pied de la cathédrale, dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, nous avons déjà très (trop) souvent parlé du site de l'ancien cinéma "Multiscope Palace", du restaurant "Chez Pietro" et des anciens locaux du journal "Le Courrier de l'Escaut". Par rapport aux articles précédents stigmatisant déjà ce lieu rien ne semble évoluer. Passer dans cette rue reste une "galère" (!) visuelle.

Le suivant est celui de l'église Sainte-Marie-Madeleine, située à la Terrasse de la Madeleine, désacralisée en 1968, abandonnée depuis lors à son triste sort et qui tombe en décrépitude. La presse annonce qu'on est occupé à couler du béton sur son pourtour afin de pouvoir y dresser une solide palissade de façon à assurer la sécurité des riverains. Ce site qui appartient au désargenté Institut du Patrimoine Wallon ne risque pas d'être réhabilité de sitôt.

Le troisième se situe dans le quartier Saint-Piat, on l'appelle communément "l'ilot Cherequefosse". Pour celui-ci cependant, une lueur d'espoir a surgi. En effet, on vient récemment de démolir les anciens bâtiments de la "Technique" à la rue Cherequefosse. Ceux-ci menaçaient ruine et les terrains situés à l'arrière se transformaient  depuis longtemps en une jungle dans laquelle chats et rats se livraient à des parties de cache-cache. L'année prochaine, il est prévu, si rien ne change, de démolir l'ancienne "piscine Madame" située dans le rue du même nom et dans les mois qui suivent de débuter le chantier de construction de"Technicité", le projet de l'intercommunale Ipalle. Le secteur privé devrait y construire, quant à lui, du logement social et divers services.

En conclusion.

A la lecture de ces différentes réalisations, on pourrait croire que la crise du logement ne menace nullement la cité des cinq clochers. Toutefois, il faut bien se rendre compte qu'il s'agit avant tout de logements de standing et, tout comme la majorité des maisons qui sont actuellement proposées à la vente, l'offre est accessible principalement à des ménages aux revenus aisés ou à des étrangers désireux d'investir à Tournai. Malgré les très nombreux appartements et maisons situées dans les quartiers du Luchet d'Antoing, du Vert Bocage, du Maroc, de la résidence Carbonnelle, du "vingt-quatre août", du Vert Lion, de la rue des Bouchers Saint-Jacques et malgré les nombreuses réhabilitations d'immeubles réalisées au centre-ville, par la société le Logis Tournaisien, le logement social reste le parent pauvre. Les listes d'attente ne se résorbent pas en raison de la paupérisation de larges pans de la population. On en arrive à ce paradoxe, malgré la crise économique qui touche les plus faibles, on n'a jamais construit autant d'immeubles "luxueux" à l'ombre de Notre-Dame.

S.T. octobre 2015.   

29/07/2015

Tournai : les chantiers, on n'est pas sorti de l'auberge.

Le calme avant la tempête !

Pour l'instant, en raison des congés, tout est calme au cœur de la ville de Tournai. Chaque année, durant la période comprise entre le 21 et le 31 juillet, la cité des cinq clochers semble entrer en léthargie, simplement arpentée par les touristes venus la découvrir. C'est également la période durant laquelle on trouve le plus facilement une possibilité de stationner au centre-ville.

Préparons-nous cependant !

Toutes bonnes choses ont une fin, bientôt, entre le 4 et le 10 août, les ouvriers vont (re)prendre possession de nos rues et, cette fois, cela risque d'être sérieux.

Il y a tout d'abord la reprise des chantiers abandonnés durant quatre semaines.

Le parvis du beffroi.

Où en est la pose des impétrants ? Qu'en est-il de la restauration (chemisage) du système d'égouttage ? Va-t-on encore fouler la cendrée durant plusieurs semaines ? Le revêtement de sol en dalles va-t-il bientôt être reposé ? Les terrasses des cafés et restaurants vont-elles refleurir avant la fin de l'hiver ? Voilà autant de questions que se posent les passants qui empruntent régulièrement la rue des Chapeliers ou le Vieux Marché aux Poteries. 

La rue du Marché au Jambon.

Voilà un des derniers maillons manquants du projet de rénovation du quartier cathédral (il y a longtemps qu'on a perdu l'habitude de dire de "revitalisation" lorsqu'on dénombre les vitrines vides). La pose du revêtement a débuté avant les congés, elle devrait se poursuivre durant le mois d'août.

La place Saint-Pierre.

Le pavage des rues du Chevet Saint-Pierre, Poissonnière et de la ruelle d'Ennetières est terminé. Les travaux concernent désormais la place Saint-Pierre. Actuellement, la rue de la Lanterne dans sa section comprise entre le quai du Marché au Poisson et la place Saint-Pierre est interdite à la circulation, la déviation s'effectue par la rue Poissonnière.

La rue du Général Piron.

Dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, les travaux de rénovation de la voirie vont reprendre. Ceux-ci semblent bien avancés puisqu'il reste à déposer le revêtement définitif en asphalte.

Angle des rues des Sports, Allard l'Olivier et de la Citadelle.

Le chantier a débuté bien avant la période des congés. Il devrait reprendre au mois d'août. Dans la foulée, il restera à rénover la rue des Sports proprement dite, la rue de la Citadelle, dans sa section comprise entre la rue Allard l'Olivier et la rue de Barges et enfin d'entreprendre les travaux dans cette même rue de Barges. Pour rappel, ce vaste chantier d'infrastructure routière a été nécessité par l'ouverture, très probablement dans le courant de l'année 2016, du site "Union" du CHwapi, ceci, afin de sécuriser les différents accès à cet important complexe hospitalier.

Il y a des situations qui s'éternisent !

La place Verte.

La section comprise entre la rue de l'Epinette et la rue du Sondart reste fermée à la circulation et cela depuis plus de deux ans  déjà suite à des dégâts à la voirie (effondrements) provoqués durant l'hiver. Le chantier fait partie d'un vaste projet de rénovation qui semble prévu pour l'année 2016.

Il y a de nouveaux chantiers qui vont débuter !

Le quai des Vicinaux.

Dès le 4 août et jusqu'au 21, des travaux d'aménagement cyclables seront entrepris au quai des Vicinaux (un détour souvent emprunté par les automobilistes se rendant à Kain et voulant éviter le rond-point du Viaduc, principalement aux heures de pointe). Ce chantier nécessitera une interdiction de la circulation automobile entre la rue des Trois Coins et le quai Andréï Sakaharov (Pont des Trous). La circulation des cyclistes sera néanmoins maintenue.

La rampe du pont de Fer.

Les automobilistes venant de la rue du Château et du quai Sakharov qui souhaitent traverser l'Escaut en empruntant le Pont de Fer savent, depuis bien longtemps, combien la rampe de ce pont est en mauvais état. Il faut slalomer entre enfoncements de pavés, bosses et plaques d'égout surélevées pour éviter les nombreuses secousses néfastes à la suspension des véhicules et désagréables pour les occupants de ceux-ci. Pour les usagers des bus, la situation est pire encore, il vaut mieux s'accrocher au siège !

Entre le 10 et le 31 août, le revêtement va être refait, cela nécessitera l'interdiction de circulation sur cette rampe. L'administration communale conseille donc de rejoindre le Pont-à-Pont via les rues du Becquerelle, Royale et des Campeaux.

La fermeture du pont Notre-Dame.

Le pont levant sera fermé à la circulation à partir du 10 août en raison de travaux entrepris par la firme Ores à la rue Royale et au quai Saint-Brice. Ces travaux doivent normalement être terminés pour la rentrée des classes du début du mois de septembre.

Mais voilà le hic, deux des trois ponts situés dans le centre-ville qui permettent de traverser l'Escaut dans le sens rive droite vers la rive gauche seront fermés durant les trois dernières semaines du mois d'août. A lui seul, le Pont-à-Pont va devoir supporter toute la circulation automobile. Cela promet de fameuses files, aux heures de pointe, entre le rond-point de Saint-Brice et le carrefour du beffroi ! Le mot "coordination de chantier" semble avoir perdu son sens au sein des administrations.

La rue des Bastions.

Celle-ci sera fermée entre le 3 août et le 4 septembre dans le cadre du chantier de l'extension du centre commercial des Bastions.

La rue de la Lys.

Perpendiculaire à la rue des Bastions, la rue de la Lys connaîtra elle aussi un chantier de pose de câbles par la firme Ores entre le 10 août et le 15 septembre. La circulation sera maintenue mais se fera alternativement, réglée par des feux.

D'autres chantiers qui restent à réaliser.

La rue du Curé Notre-Dame.

Après la réfection de la rue du Marché au Jambon, la rue du Curé Notre-Dame, comprise entre la rue des Choraux et la place Paul Emile Janson, deviendra le chaînon manquant dans le cadre de la réfection du quartier cathédral. La date de démarrage du chantier n'est pas encore programmée.

L'avenue de Maire.

L'allée latérale donnant accès aux habitations dans sa section comprise entre la chaussée de Roubaix (appellation que les Tournaisiens retiennent mieux) et la rue de Lannoy a été totalement rénovée et est désormais également dévolue aux cyclistes. La section comprise entre  la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe est fortement dégradée. Comme cet endroit est régulièrement inondé lors de fortes pluies, on réalise actuellement, par caméra, un audit de l'égouttage sur l'entièreté de l'avenue. La rénovation du revêtement ne pourra être effectué que suite aux conclusions de cet état des lieux.

L'avenue des Peupliers.

Vu son très mauvais état dans le tronçon compris entre le Vieux Chemin de Willems et l'avenue Vert-Bois, le collège communal a prévu, en mai, un budget pour sa rénovation. Là non plus, on ne connaît pas la date de début des travaux.

Conclusions.

En terminant cette revue de chantiers qui empoisonnent le quotidien des Tournaisiens depuis bien longtemps, il ne reste plus qu'à souhaiter une bonne route aux automobilistes et à leur conseiller vivement d'emprunter les boulevards de ceinture s'ils ne font que traverser la ville. Il ne doivent pas hésiter, non plus, à utiliser le parking de délestage de la plaine des Manœuvres (Esplanade du Conseil de l'Europe) s'ils veulent se rendre dans l'hyper-centre (Grand-Place) situé à moins de cinq minutes à pied, c'est gratuit, illimité dans le temps et cela permet d'entretenir sa forme par un peu de marche à pied ! 

S.T. juillet 2015.

08:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations, rues, circulation |

16/06/2015

Tournai : le point sur l'immobilier

A deux semaines de la période des congés dans le secteur de la construction, il est temps de faire un point sur les chantiers qu'on découvre aux quatre coins de la cité des cinq clochers.

Rue Jean Cousin :

Ce chantier abandonné, dans un premier temps, par un promoteur en raison d'une faillite a été repris et touche désormais à sa fin. La première phase est terminée depuis quelques mois et les appartements sont occupés. La seconde phase de la "Résidence Jean Cousin" est en cours, le second bâtiment, parallèle au premier, sera probablement terminé avant la fin de cette année puisque les travaux de finitions sont bien avancés.

Chaussée de Douai :

La deuxième phase de construction de la "Corne Saint-Martin" est également terminée. Vingt-sept appartements et trois studios sont mis en vente. A terme, ce projet immobilier doit normalement comporter cinq immeubles à basse consommation d'énergie érigés sur un terrain de plus d'un hectare et demi entourant un plan d'eau.

Rue Barthélémy Frison :

La rénovation de l'ilot Desclée se poursuit, elle consiste en la transformation de l'ancienne imprimerie Campin, mieux connue des Tournaisiens sous le nom d'imprimerie Desclée ou Gédit. Une première phase située à front de rue est déjà occupée, les autres bâtiments sont en cours d'aménagement. A terme 47 lofts de standing auront ainsi été créés.

Place de Lille :

La rénovation de l'église Sainte-Marguerite touche à sa fin. La phase de vente des trois appartements de très haut standing bénéficiant d'un vue imprenable sur la ville est en cours, précisons que le prix d'achat n'est pas à la portée de toutes les bourses. La salle du rez-de-chaussée prévue au départ pour être à vocation culturelle est actuellement occupée par une exposition inaugurée le 6 juin. L'ensemble redonne vie à un quartier en pleine mutation. Espérons que le promoteur poursuivra le chantier pour donner une plus fière allure au clocher qui, désormais, fait tache face à la magnifique rénovation de la nef et du chœur.

Rue Frinoise :

Le chantier de la résidence construite à l'emplacement de l'ancien cinéma Eden est terminé. En face, à l'arrière de l'ancienne brasserie Saint-Yves, les appartements construits par le Logis Tournaisien sont en phase de finition.

Avenue de Troyes

Face au jardin de la Reine, dont elle tire d'ailleurs son nom, la résidence érigée à l'emplacement de l'ancien Casino de Tournai est en voie d'achèvement. Trente appartements sont mis en vente, des bureaux vont s'installer au rez-de-chaussée. Cette implantation a été réalisée au centre d'un vaste ilot de verdure, à une entrée principale de la ville. 

Quai des Salines :

L'imposante usine des Textiles Allard qui abrita durant quelques années un atelier de travail adapté est en pleine mutation. De nouveaux bâtiments s'élèvent, sur l'arrière, à la rue de l'Ecorcherie. La rénovation de l'immeuble situé sur le quai, à proximité du Pont des Trous, a débuté, il y a quelques semaines.

Rue Galterie Saint-Jean :

Un groupe d'immeubles insalubres, inoccupés depuis des décennies, a été démoli il y a quelques mois, la construction d'un immeuble a démarré, la phase de gros-œuvre est en cours de réalisation.

Rue Paul Pastur :

Un chantier abandonné durant près d'une année a été repris par le Logis Tournaisien qui y réalise de nombreux appartements. Le gros-œuvre se termine, on peut envisager la mise à disposition des appartements durant les premiers mois de l'année 2016.

Les projets qui devraient démarrer bientôt :

Des demandes de permis de bâtir ont déjà été affichées aux valves de l'Hôtel de Ville pour la transformation de l'ancien "car-drink", situé à l'avenue Van Cutsem, en appartements de standing, de même que pour la construction d'un hôtel à l'emplacement des anciens établissements Goossens entre la rue de Marvis et l'avenue Bozière.

Les chancres qui n'évoluent guère :

Ils sont malheureusement tous situés dans le quartier cathédral, au pied même des cinq clochers, détruisant, par leur vision, le cachet qu'on a voulu donner à cet environnement. Il s'agit de la transformation de l'immeuble occupé jadis par le journal "le Courrier de l'Escaut" (pour éviter que le bâtiment ne soit squatté, les fenêtres ont été murées). Il s'agit également du terrain vague exploité comme lieu de stockage des matériaux de chantier par la firme chargée de la rénovation des rues du quartier, un terrain qui se situe sur le site de l'ancien cinéma "Multiscope Palace". Il s'agit enfin du pôle muséal prévu dans le bâtiment dit des "Anciens Prêtres" sur la place de l'Evêché et la place Paul Emile Janson.  

La rénovation de l'ilot Cherequefosse ne devrait bientôt plus être qualifiée "d'Arlésienne tournaisienne", à la lecture des dernières informations parues dans la presse locale, il semblerait que le dossier progresse lentement auprès des autorités compétentes. Si des démolitions d'immeubles dans la rue Madame (notamment l'ancienne piscine) sont prévues en cette fin d'année, le véritable chantier ne verra pas le jour avant 2016, voire 2017. Et surtout qu'on ne me taxe pas, dans les milieux concernés, de pessimisme, car depuis le temps que ce projet fait l'objet de présentations multiples (et différentes) aux gens du quartier, nous avons appris à rester prudent.

S.T. juin 2015

 

   

 

 

14:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, rénovations, chantiers, immobilier, résidences |

31/05/2015

Tournai : le point sur les chantiers

Les chantiers terminés.

Que ce soit sur une autoroute, une nationale ou au cœur d'une ville, un chantier qui y est ouvert dérange très souvent et empoisonne régulièrement la vie des usagers ou des riverains. En fonction de sa localisation, celui-ci génère presque toujours des déviations, des interdictions de circuler, des embouteillages, de la poussière ou de la boue, du bruit, des vibrations, bref, un cortège de désagréments qui rendent la rénovation entamée peu sympathique auprès de ceux qui doivent la subir quotidiennement. Dès lors, c'est un énorme soulagement lorsqu'on voit des travaux prendre fin !

Deux importants chantiers ont été finis ces dernières semaines :

celui du parvis de la gare tout d'abord. Entamé en avril, il devait normalement se terminer en juin, les excellentes conditions météorologiques ont permis de le réaliser dans des délais beaucoup plus courts. Désormais, le plateau situé devant la gare est asphalté et les places dévolues aux divers usagers amenés à l'emprunter (bus, taxis et dépose-minute de navetteurs) sont bien délimitées par un marquage au sol judicieux. Ainsi, la grande esplanade (mal) pavée qui aurait pu jusqu'alors figurer au menu de Paris-Roubaix est déjà oubliée. C'est du bel ouvrage mais "pourvu que cela tienne" comme disent déjà certains Tournaisiens échaudés par les expériences vécues sur la Grand-Place, la place de Lille et la place Saint-Pierre.

Celui de l'axe Place Gabrielle Petit, rue Saint-Jean et rue des Croisiers, une des sorties de ville empruntée par de nombreux automobilistes aux heures de pointe et qui va voir sa circulation augmenter avec l'arrivée prochaine de l'école Saint-Luc dans les anciens locaux de Cofidis. Ces rues connaissaient de sérieux problèmes d'inondations lors de pluies torrentielles. L'égouttage refait, le nouveau revêtement en asphalte posé, on ose espérer que ces calamités vécues par les riverains seront désormais rangées au rayon des mauvais souvenirs.

Les chantiers en cours.

Les pelleteuses sont entrées en action dans la rue de l'Arbalète. On réalise les nouvelles fondations de cette ruelle typique qui relie la rue de l'Hôpital Notre-Dame à la rue Dame Odile dans ce qu'on appelle le Bas-Quartier.

Depuis plusieurs semaines, la rue Général Piron dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports est fermée à la circulation, On procède actuellement à la pose des bordures de trottoirs, le revêtement de la voirie quant à lui sera réalisé plus tard. Ce chantier est effectué dans le cadre de la construction du nouvel hôpital du Centre Hospitalier de Wallonie Picarde (le CHWapi) qui devrait normalement être totalement terminé à l'horizon 2017.

La rénovation des rues du quartier Saint-Pierre a débuté depuis quelques semaines, la place et les rues voisines avaient très mal vieilli, les pavés sciés qui composaient le revêtement s'étaient déchaussés très rapidement. La rue du Chevet Saint-Pierre est terminée. De petits pavés y ont été placés. Actuellement, le chantier s'est déplacé vers la ruelle d'Ennetières et la rue Poissonnière. Afin d'éviter que la place Saint-Pierre ne devienne une impasse, la rue de la Lanterne vient d'être, à nouveau, ouverte à la circulation permettant de rejoindre la rue du Curé Notre-Dame via la place Paul Emile Janson.

L'allée latérale de l'avenue de Maire comprise entre la rue du Pont Royal (ancienne chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy est en réfection. La partie la plus malade entre la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe sera réalisée plus tard, car le chantier est beaucoup plus complexe en raison du problème des inondations récurrentes qui est à solutionner à cette occasion.

Les travaux de rénovation de la traversée du village de Willemeau, débutés depuis plus d'un an, entrent dans leur phase finale. On peut espérer, sauf imprévu, que l'axe qui relie le village d'Ere à la chaussée de Douai serait rendu à la circulation pour la rentrée des classes de septembre.

Les chantiers qui doivent débuter.

Une des rues qui fut parmi les plus commerçantes de notre cité, la rue des Chapeliers est-elle maudite ? Elle a, tout d'abord, était interdite à la circulation dès le début du siècle en raison de problème de stabilité du chœur de la cathédrale. Elle fit ensuite l'objet d'une rénovation complète du revêtement de voirie dans le cadre du projet cathédral. Accessible à nouveau pour les piétons et les véhicules à partir de la rue de Paris, elle a été, à nouveau, fermée suite aux problèmes posés par un risque d'effondrement du système d'égouttage qui date des siècles passés à hauteur du parvis du beffroi. La réparation et le chemisage des égouts se terminent.

Très prochainement (on parle de début juin), l'entièreté du parvis du beffroi fera l'objet d'un important chantier, celui de la pose de nouvelles conduites de gaz, de câbles électriques et téléphoniques et du remplacement des dalles bleues par un matériau plus résistant. Posées, il y a à peine deux décennies, ces dalles n'ont pas résisté à l'usure du temps, leur enlèvement était devenu une nécessité dans ce carrefour touristique distribuant l'accès à la Grand-Place, au beffroi et à la cathédrale.

D'autres projets verront le jour dans un avenir plus ou moins éloigné, nous aurons l'occasion d'en reparler.

S.T. mai 2015.

16/04/2015

Tournai : le point sur les chantiers.

Trois nouveaux chantiers !

Ils ont, tous les trois, débuté cette semaine et l'un d'entre eux va provoquer quelques embarras de circulation.

Le plateau de la gare.

Depuis des années, celui-ci était en mauvais état, les bus, taxis ou voitures particulières venant déposer ou reprendre des navetteurs devaient slalomer, lorsque cela était possible, entre des nids de poule d'une certaine ampleur. Par temps de pluie, le parvis était même parsemé de mares plus ou moins profondes. On en vient finalement à se demander si les rues formées d'un pavé d'un autre âge peuvent encore supporter le poids des véhicules de transport en commun de plus en plus longs (bus à soufflets) et chargés à l'extrême, aux heures de pointe.

L'Echevin des Travaux a annoncé sur les antennes de No Télé que la solution mise actuellement en œuvre serait provisoire, le chantier consistant en l'enlèvement des pavés, à la préparation de la fondation et à la pose d'un tarmac.

Sauf aléas pouvant survenir en raison de la météo, les travaux devraient être terminés pour les grandes vacances.

Les abords du Chwapi.

Lorsque le nouveau Centre Hospitalier de Wallonie Picarde sera totalement opérationnel, la circulation et le stationnement des véhicules sera beaucoup plus important dans le voisinage immédiat. Là aussi les rues datent de plusieurs dizaines d'années et ont besoin d'un sérieux lifting.

Ce lundi, le chantier de rénovation a débuté à l'angle de la chaussée de Willemeau et de la rue Général Piron. Dans un premier temps, on procèdera à la pose d'impétrants, ensuite on enlèvera, uniquement dans la section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, les pavés datant d'un autre âge que ne rejetteraient pas les organisateurs de Paris-Roubaix. Ce chantier est prévu jusqu'aux vacances mais connaît déjà des aléas suite à la découverte de canalisations souterraines non renseignées sur les plans du sous-sol, preuve, une fois de plus, que l'organisation au niveau des travaux de terrassement est une notion et surtout une préoccupation relativement récente.

La rue Saint-Martin.

Moins spectaculaire sont les travaux entrepris depuis cette semaine à la rue Saint-Martin et au pied du beffroi. Il s'agit de remédier à un travail bâclé, réalisé il y a quelques mois, certains pavés du trottoir ayant été placés à la hâte et sans un grand souci d'obtenir une surface plane. Dans le cas présent, se pose la question des limites des appels d'offres obligatoires lors de travaux publics. Pour remporter la soumission, certaines entreprises n'hésitent pas à casser les prix au point qu'elles sont obligées d'engager un personnel peu qualifié pour ce genre de travail (en espérant qu'elles ne rognent pas non plus sur la qualité des matériaux). On nous dit que les bons paveurs n'existent plus mais de là à faire réaliser l'ouvrage par de mauvais bricoleurs la marge est grande. En attendant, comme on dit parfois : "faire et défaire, c'est de l'ouvrage".

Chantier en cours depuis quelques semaines.

Quartier Saint-Pierre.

On procède actuellement à la réfection de la rue du Chevet Saint-Pierre dont les pavés placés, il a une dizaine d'années, étaient descellés

Les constructions et rénovations d'immeubles.

Le chantier de rénovation de la cathédrale Notre-Dame concerne actuellement les deux tours Nord, celles qui surplombent la place Paul Emile Janson, on peut dire que l'entreprise respecte les délais estimés.

D'autres chantiers progressent ou sont même en voie d'achèvement, ils sont très nombreux : rue Jean Cousin, chaussée de Willemeau, chaussée de Douai, îlot Desclée à la rue Barthélémy Frison, église Sainte-Marguerite à la place de Lille, rue des Maux, rue Frinoise, site de l'ancien Casino, anciennes Usines Allard au quai des Salines, rue Saint-Eleuthère, rue Galterie Saint-Jean, rue Paul Pasture, site des Bastions, site de Sacallain à la rue de la Lys...

Comme je le laissais entendre dans un article précédent, Gérard Depardieu dont le magasin a été fermé à Estaimpuis a également déserté l'Espace Pic-Puce. La cellule dans laquelle sa vinothèque devait être installée a été reprise par une commerçante tournaisienne qui compte ouvrir son magasin à la veille des vacances après quelques travaux.

Il n'y a toujours pas de fumée blanche en ce qui concerne les chantiers de constructions d'appartements et de commerces à l'emplacement de l'ancien siège du Courrier de l'Escaut à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame, ni pour ceux qui devraient être érigés sur le site de l'ancien cinéma Palace. Il n'y a pas, non plus, d'informations nouvelles pour l'important projet Technicité à Saint-Piat ou celui, plus lointain, de la ZAC Morel.

Par contre, il y a peut-être une fumée blanche en ce qui concerne la pose du "fil d'or" dans les rues rénovées du quartier cathédral, un essai a semble-t-il été réalisé entre la place Paul Emile Janson et la rue de l'Hôpital Notre-Dame. "Wait and see !" diraient les Anglais "Orwette et tais-te !" comme on dirait plutôt à Tournai !

S.T. avril 2015.

25/03/2013

Tournai : les chantiers refleurissent !

Il y a quelques jours, j'évoquais le timide redémarrage des chantiers dans les rues de la cité tournaisienne, un peu comme un perce-neige qui pointe ses frêles pétales au premier rayon du soleil. Cette fois, les divers engins de génie civil sont entrés en action et les grues reprennent peu à peu leurs ballets aériens.

Le quartier cathédral.

La rue du Four Chapitre à peine terminée (les pavées de la partie de droite n'étant pas encore scellés) a été, sur une demi-largeur, ouverte à la circulation pour permettre aux véhicules montant la rue des Choraux de ne pas se retrouver dans une impasse. En effet, on vient de débuter le chantier de la rue des Orfèvres. Lundi et mardi, les pavés ont été enlevés et depuis mercredi les engins creusent les tranchées pour les impétrants. Quatre mois, au moins, seront nécessaires pour la rendre, rénovée, à la circulation. Les commerces restent accessibles en empruntant de minuscules trottoirs ou supposés tels.

Sur la place Paul Emile Janson, entre la rue de l'Hôpital Notre-Dame et la rue de la Lanterne, on creuse une tranchée afin de placer de nouvelles conduites d'eau.

Très prochainement, le chantier de rénovation de la rue de l'Hôpital Notre-Dame va démarrer, il  devait, normalement, déjà être en activité depuis le 15 mars, si on en croit un communiqué de l'Administration Communale, mais l'expérience nous a appris que rarement les délais de mise en oeuvre sont respectés, il semble toujours exister une divergence de vues entre le maître d'oeuvre et la firme chargée de réaliser les travaux, en clair, les Tournaisiens ont désormais compris que la vérité de l'Administration Communale est rarement en adéquation avec celle des acteurs de terrain. L'axe gare-beffroi, emprunté quotidiennement par des milliers d'automobilistes, va donc être interrompu pendant près de six mois et il sera vivement conseillé de l'éviter si cela est possible !

Au prochain conseil communal de ce 25 mars, les édiles seront amenés à examiner l'autorisation d'ouverture à la circulation de la rue des Puits l'Eau, dans sa partie basse, fermée depuis bien longtemps mais terminée depuis de nombreuses semaines. Elle pourra être empruntée par les automobilistes à vitesse très réduite, il s'agit d'une zone partagée entre piétons-voitures. 

La tour Marie de la cathédrale Notre-Dame est la première à recevoir son corset de fer. Depuis cette semaine, des ouvriers installent l'échafaudage qui va la ceinturer pour quelques années. L'Optimiste s'est rendu sur les lieux, ce vendredi 22 mars, et a pu constater que la construction métallique dépassait déjà la moitié de sa hauteur, soit une quarantaine de mètres ! Les autres tours bénéficieront ensuite du même traitement de protection et, avant l'automne, les cinq clochers disparaîtront à la vue des Tournaisiens et des visiteurs le temps nécessaire pour se refaire une beauté. 

Sur la place Paul Emile Janson, les travaux de démolition de l'ancien immeuble du Courrier de l'Escaut situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame devaient débuter il y a quelques semaines, force est de constater que rien ne bouge. No Télé et la presse régionale nous ont donné, ce jeudi 21 mars, la raison de cet immobilisme affligeant : le projet présenté par l'architecte a reçu les autorisations nécessaires mais les responsables de la Ville négocient avec lui et le promoteur quelques modifications de façon à que la bâtiment puisse mieux s'intégrer dans ce site situé jute au pied de la cathédrale. A la découverte du projet dont les photos sont parues lors du second semestre de 2012, l'Optimiste avait eu son attention attirée par quelques "détails", notamment au niveau de l'imposant gabarit, qui pouvaient faire coup de poing dans le paysage urbain du centre-ville car ils rompaient l'harmonie avec les immeubles voisins (voir l'article du 20 septembre 2012).

Sur cette même place Paul Emile Janson, il y a toujours peu d'animation au niveau du chantier du nouveau Centre de Tourisme et son ouverture n'est pas encore programmée pour demain. Il devait normalement être inauguré pour la saison touristique 2012 (avril) mais la faillite de l'entreprise chargée de la réalisation a fait perdre de nombreux mois, l'ancienne majorité avait probablement secrètement espéré de l'inaugurer à la vielle des élections d'octobre 2012, en guise de cadeau d'adieu aux Tournaisiens, mais elle a été obligée de remiser ses espoirs, la nouvelle majorité issue du scrutin d'octobre a peut-être songé faire coïncider l'ouverture du Centre avec le début de la nouvelle mandature (janvier 2013), mais ce fut encore peine perdue. 

Il va bientôt avoir du changement dans ce qu'on appelle l'ilôt Palace, du nom du cinéma qui situé à cet endroit jusqu'en 2005, la Presse locale nous annonce que le restaurant "Chez Pietro" qui se dresse encore fièrement au milieu des ruines fermera ses portes dans deux mois. Le bâtiment sera voué à la démolition mais on ne sait pas encore si le terrain accueillera des immeubles à appartements avec rez-de-chaussée commerciaux comme le souhaiterait un promoteur tournaisien ou bien un hôtel ***, rêve d'un investisseur étranger à la région, sensé prendre la succession du projet pharaonique de la "tour Michelin" rejetée par une majorité de Tournaisiens.

La place de Lille

L'immeuble de l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournay" et la maison voisine sont en cours de rénovation, ils disparaissent eux aussi derrière un échafaudage muni de toiles plastifiées. A l'arrière, les travaux de construction d'un parking sur deux étages avancent rapidement, on peut voir ce chantier dans la rue As-Pois. 

La Grand'Place.

Le rude hiver a un peu plus attaqué les pavés de la Grand'Place. Celle-ci devait déjà faire face à l'inconscience des automobilistes (surtout français, il faut hélas le constater) qui ne respectent pas les règles de stationnement, à l'ivrognerie d'autres conducteurs qui détrusient les potelets censés délimiter les zones de circulation et la partie réservée au piéton, aux véhicules beaucoup trop lourds envoyés par un GPS capricieux qui descellent les pavés sur leur passage, voici maintenant que la partie qui supporte les jets d'eau s'est affaissée et a du être protégée par des barrières "nadar" du plus bel esthétisme. Cette jeudi, à hauteur de l'église Saint-Quentin, un ouvrier communal recelait des pavés qui jouaient un air de castagnettes au passage des piétons, tandis que d'autres plaçaient des barrières pour remplacer, provisoirement, les potelets disparus. A raison d'environ quatre cents euros le potelet, les comportements inciviques de certains coûtent cher à la population tournaisienne.

Depuis ce lundi 25 mars, la rue des Carmes qui relie l'église Saint-Jacques à la place de Lille est interdite à la circulation.

Les autres chantiers dont on parle

Tournai est la ville la plus étendue du royaume, les mandataires communaux se doivent de ne pas privilégier le coeur de la cité par rapport aux autres villages qui la composent. De nombreux chantiers vont débuter dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines :

- renouvellement du  revêtement de voirie à la rue de la Prévoyance (poursuite du chantier dont les premières phases se sont déroulées en 2012) et à la rue du Crampon, réfection complète et pose d'un nouvel égouttage à l'avenue des Erables, réalisation de nouveaux trottoirs à l'avenue Beau Séjour et Vert Bois après Pâques, amélioration de l'égouttage à la chaussée Romaine en ce qui concerne Tournai.

- Travaux de réfection de voiries à Gaurain-Ramecroix, Kain, Bandain, Hertain, Orcq et Templeuve et sécurisation de la voie cyclable entre Tournai et Vaulx en ce qui concerne les villages.

Pour y passer tous les jours, je puis vous assurer que le chantier de l'avenue de Troyes n'évolue pas, si il y a un seul ouvrier présent, il sort probablement de la tranchée à la nuit tombée !

A la place Reine Astrid, on recule progressivement le périmètre de sécurité établi autour de la salle des Concerts, la situation se dégrade rapidement surtout en raison des mauvaises conditions météorologiques. Ce n'est probablement pas demain la veille qu'on verra les ouvriers entrer en action. Les plans de rénovation ont été présentés dans le courant de l'année 2012, l'accord a été voté par l'Administration Communale mais... il y a encore bien des écueils à franchir, d'autres pouvoir doivent non seulement marqués leur accord de subside mais également provisionné le montant de leur intervention dans leur budget et c'est un mot qui fait bien peur à l'heure actuelle... On ne parle plus du parking souterrain sous le parc communal et on peut s'en réjouir, voici un endroit idyllique de la Ville qui aurait été massacré pour de nombreuses années pour la réalisation d'un second parking alors que le premier n'est même par opérationnel ! En effet... la rue Perdue a été réouverte à la circulation, il y a près de trois mois, et le parking souterrain y construit n'est toujours pas "viabilisé" et ne peut donc être occupé. On évoque avec insistance la raison pour laquelle son ouverture serait retardée, cela résulterait de la négociation prochaine d'un nouveau contrat global de gestion du parking au centre-ville et on sait que l'administration communale souhaite charger la société de le gérer. Les commerçants de la ville viennent d'ailleurs de recevoir cette semaine un avis à ce sujet dans leur boîte aux lettres.

En conclusion.

Il faut bien l'avouer, la situation n'est jamais fort agréable pour qui doit subir les inconvénients d'un chantier. Qu'il soit commerçant ou particulier, bruit, poussières ou boues, difficultés pour arriver au magasin ou au domicile sont les aléas incontournables d'une rénovation ou d'une transformation et chacun sait qu'il faut, très souvent, savoir souffrir pour obtenir une meilleure situation. Ceci étant admis, le pire ce sont ces chantiers qui s'éternisent par manque de concertation et de collaboration entre les différents intervenants, par une mauvaise coordination et une organisation déficiente qui sont souvent l'apanage des entreprises belges occupées sur plusieurs chantiers simultanément (pour avoir la certitude de remplir leur carnet de commandes) sans avoir le personnel en suffisance pour y faire face. Le rôle du maître d'oeuvre est de surveiller le bon avancement des travaux mais si cela est monnaie courant dans le domaine privé, c'est encore loin d'être le cas dans le domaine public, la meilleure preuve nous est donnée quand une administration nous annonce le début d'un chantier et que le responsable des travaux semble s'en moquer éperdument parce que ce n'est pas dans son planning personnel. 

Contrairement aux particuliers, les pouvoirs publics doivent constituer des dossiers qui passent d'une administration à une autre (Province, région Wallonne, Europe parfois) et le cheminement est souvent très lent, il ya donc loin de la coupe aux lèvres. 

En attendant, l'hiver qui se poursuit ne permet pas d'être optimiste quand à l'accélération des chantiers !

 

 (S.T. mars 2013)

 

09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations |

25/05/2011

Tournai : circulez, il n'y a rien à voir !

L'expression "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs" est connue de tous. A Tournai, actuellement, on pourrait ajouter à celle-ci "pour nos rues on ne fait pas de rénovation sans sérieusement entraver la circulation". Les automobilistes tournaisiens sont servis et ils ne savent peut-être encore pas ce qui les attend.

Suite à la construction du parking souterrain de la rue Perdue, cela fait près de 19 mois que cette voie directe qui mène de la rue de la Tête d'Argent à la rue des Maux et à Grand'Place est interdite à toute circulation. Il faut emprunter la très étroite rue Piquet, le goulot de la rue Hespel et la rue des Bouchers Saint-Jacques pour rejoindre la rue Dorez et ensuite le forum tournaisien via la rue des Maux. Il est à remarquer que pour permettre le croisement des véhicules au bas de la rue des Bouchers Saint-Jacques, une section d'une vingtaine de mètres a été interdite au stationnement, mesure peu efficace car non respectée.

La rue des Puits l'Eau, dans sa section qui rejoint l'Escaut, est actuellement en chantier. Sa rénovation interdit un passage par le quai du Marché aux Poissons qui forme un cul de sac depuis  six semaines à sept semaines. Les automobilistes qui souhaitent se rendre sur la place Saint-Pierre doivent impérativement sortir de celle-ci par la rue de la Lanterne. La semaine dernière, des touristes suisses m'ont interpellé dans la rue de la Tête d'Or, ils devaient se rendre à l'Hôtel situé sur cette place. Ils ont donc été obligés de passer par la rue de la Wallonie, de traverser le carrefour du beffroi, souvent fort encombré, la Grand'Place, emprunter la rue des Orfèvres, la rue du Four Chapitre, la rue de Courtrai, virer vers la rue de l'Hôpital Notre-Dame, prendre le quai du Marché aux Poissons et remonter la rue de la Lanterne. Avant d'arriver à l'Hôtel, ils avaient déjà bien visité Tournai ! 

Un des trottoirs du Pont-à-Pont, dans sa partie qui surplombe la rue des Puis-l'Eau basse, est interdit à la circulation des piétons, en cause, la création d'un belvédère, à côté de la naïade de Georges Grare, une réalisation similaire à celle qui vient d'être créée au Pont de Fer, juste à côté de la statue de Barthélémy Dumortier.

La rue de Monnel subit les assauts de lourds engins de chantier, on y effectue le remplacement des tuyauteries de gaz en acier par de nouvelles en polyéthylène. Cette modification s'étendra par la suite aux rues voisines, une déviation est mise en place pour les automobilistes se rendant de la place Clovis vers la rue Royale. Dans les semaines à venir, ces travaux s'étendront aux rues voisines !

La première phase des travaux de la place de Lille est terminée mais il reste à aménager la section entre la rue des Carmes et la rue Blandinoise, ce qui nécessitera également la fermeture provisoire de ce carrefour emprunté quotidiennement par les centaines d'étudiants des Ursulines et du Collège Notre-Dame.

Les rues du piétonnier de la Croix du Centre subissent la dernière phase de leur lifting, l'ancien revêtement est enlevé et les courants d'air fréquents à cet endroit y soulèvent des tourbillons de poussière. Les travaux du nouveau Centre de Tourisme nécessitent un empiètement du chantier sur la place Paul Emile Janson, le passage pour les voitures est réduit à un étroit couloir et certains véhicules doivent monter sur le trottoir. Cela a nécessité un passage protégé pour les piétons, le long du chantier, mais la plupart ne l'utilisent pas.

Comme si tout cela n'était pas encore suffisant, voici que se profile le chantier de remplacement des impétrants (égoûts, eau, gaz, électricité, téléphone, télé-distribution) dans la rue des Orfèvres. Ceux-ci devraient débuter dans les prochains jours. A quelques jours près, nos amis suisses auraient vu leur déviation s'allonger car la rue de l'Yser deviendra ainsi la seule issue pour quitter la Grand'Place et ils auraient été obligés d'aller jusqu'au 4 coins Saint-Jacques pour reprendre la totalité de la rue de Courtrai ! En raison de ce chantier, la place de l'Evêché sera interdite au stationnement car l'entreprise chargée des travaux va y installer ses sanitaires, son bureau de chantier et y stocker le matériel.

Dans la foulée, le chantier gagnera la rue du Four Chapitre où se situe l'école des Frères, rendant alors impossible la circulation par la rue des Choraux.

Les rues des Fossés, Dame Odile, des Ecoles et la placette du Bas Quartier sont actuellement en travaux pour la pose des impétrants avant le remplacement de leur revêtement.

Au carrefour du Dôme débuteront, dès après la période des congés, les travaux de création de la plate-forme de dépose pour les bus et autocars.

A la rue de la Madeleine se terminent les travaux d'aménagement des arrêts de bus, à proximité de l'église, ils provoquent souvent un ralentissement de la circulation, car ils empêchent parfois le croisement de deux véhicules. 

Après ces deux ou trois années de chantier qui perturbent fortement la circulation au centre-ville soit les conducteurs tournaisiens seront devenus des champions du slalom automobile ou, mieux encore, ils auront pris l'habitude de faire leurs dépacements urbains à pied, ce qui n'est pas plus mal pour la santé !

08:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chanteirs, travaux, rénovations |

15/02/2011

Tournai : on creuse, on rebouche !

Mettons provisoirement entre parenthèses l'évocation des années "vingt" à Tournai pour nous pencher sur un "brûlant" sujet d'actualité, les chantiers qui fleurissent aux quatre coins de la cité des cinq clochers et qui deviennent un véritable casse-tête pour les automobilistes qui doivent traverser la ville.

"Des p'tits trous, des p'tits trous, toujours des p'tits trous et... même des trous de première classe", en se promenant dans les rues de la ville, on pourrait aisément pasticher la chanson de Serge Gainsbourg, "Le poinçonneur des Lilas".

Il y a tout d'abord les trous qu'on ouvre dans le quartier baptisé "cathédral", plus précisément dans les rues des Fossés, des Ecoles et du Bas-quartier afin de placer de façon rationnelle les impétrants que sont l'eau, le gaz, l'électricité, le téléphone et modifier le réseau d'égouttage avant de poser le nouveau pavement dans le cadre de la rénovation complète des voiries.

Il y a les trous qu'on a réouverts dans le "piétonnier de la Croix du Centre", dans les rues de la Cordonnerie, des Puits Wagnon et Gallait et qui débordent désormais dans la rue de la Tête d'Or. Rebouchées à la hâte pour les fêtes de fin d'année, les tranchées courent à nouveau pour la pose des canalisations d'eau et des égoûts.

Il y a l'énorme trou béant, peu à peu masqué par une flore qui ferait le bonheur des herboristes, à la rue de l'Hôpital Notre-Dame, où se situait naguère le cinéma "Multiscope Palace" et qui n'est probablement pas là d'être rébouché puisque la construction est liée pour une raison d'élévation à l'érection de l'hôtel **** à la place du bâtiment des "Archives de l'Etat".

Il y a une longue tranchée ouverte, depuis le début de cette semaine, sur la Grand'Place pour le remplacement d'un câble électrique défectueux et il y a le trou spectaculaire de la rue Perdue où l'enlèvement des terres vient de se terminer et la pose du béton des fondations a débuté.

Il y a les trous qui se sont formés suite au passage des véhicules sur la Grand'Place et qu'une équipe d'ouvriers communaux s'efforcent de réparer en plaçant des nouvelles dalles face à l'église Saint-Quentin et il y les pavés des trottoirs de la rue des Maux qui se sont peu à peu désolidarisés créant des pièges pour les piétons distraits que ces mêmes paveurs cimentent un à un.

Il y a le quai des Salines où on termine le pavage autour de la statue de Barthélémy Dumortier, il y a les trous sur le quai Dumon où des travaux de raccordements d'immeubles sont en cours, n'oublions pas l'immense trou, à la rue des Sports, pour les fondations pour la construction du "Centre Hospitalier de Wallonie Picarde" où les bâtiments poussent comme des champignons.

un chantier est ouvert également à la place de Nédonchel et le passage par la ruelle de la Grand'Garde en venant de la Grand'Place n'est pas aisé pour les piétons.

Bientôt de lourds engins entreront en action sur la plaine des Manoeuvres, le long de la chaussée de Douai, pour la construction d'un ensemble d'immeubles et à la rue du Château pour la dernière phase des travaux de l'immeuble du Ministère des Finances, entre l'église Saint-Nicolas et les bâtiments récemment rénovés. 

Au printemps, la poursuite des travaux du quartier "cathédral" concerneront la rue Dame Odile, la rue de l'Arbalète, la ruelle des Noirets. A ce moment, on espère que le chantier qui a bloqué durant toute la période hivernale les rues Madame et des Carliers, dans le quartier Saint-Piat, ne seront plus qu'un mauvais souvenirs pour leurs habitants.

On nous parle de la démolition, cette année encore, des bâtiments de l'ancienne clinique Saint-Georges à l'angle du quai Saint-Brice et de la place du Becquerelle, de la création, à la fin de l'année, d'un parking pour le hall Tournai-Expo, de la construction de la nouvelle école du "Petit Colisée" à l'avenue de Maire et d'une concession automobile à côté de l'arsenal des pompiers sur la même avenue.

Sont ou seront donc concernées par des travaux dans le courant de l'année 2011 : la rue Perdue, la placette aux Oignons, la Grand'Place, les rues de la Tête d'Or, des Puits l'Eau, des Carliers, Madame, de la Cordonnerie, des Puits Wagnons, de la Lanterne (construction du nouveau centre de tourisme), des Ecoles, du Bas-quartier, de l'Arbalète, la ruelle des Noirets, le quai des Salines, la rue du Château, la rue Edouard Vaelcke (certaines de celles-ci seront interdites à la circulation durant de nombreuses semaines et... simultanément) !

On apprend également que les arrêts d'autobus des lignes du Tec feront l'objet de réaménagements importants (ceux-ci sont en cours sur l'avenue de Maire).

On va probablement recruter du personnel dans les métiers de la construction cette année à Tournai. 

09:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, rénovations, travaux |

16/01/2011

Tournai : d'autres chantiers reprennent ou débutent

Les Tournaisiens et principalement les commerçants du centre-ville, cette année 2011 risque fort de les plonger dans la désolation. On devrait, en effet, entrer dans le vif du sujet au niveau de la rénovation du quartier cathédral. On nous en parle depuis plus de trois ans, on nous a présenté des projets qui ont soulevé la polémique (rappelons-nous la fameuse "tour Michelin", cet hôtel 4*** en forme de phallus que l'architecte moderniste parisien voulait implanter au pied de la cathédrale multi-centenaire en faisant fi du caractère ancien de la ville des cinq clochers), on nous a bien souvent proposé des plans avec des rues virtuelles vues de jour ou de nuit et du plus bel aspect, on nous offre, il faut le dire, de belles images en se gardant néanmoins de trop préciser que tout cela nécessitera de longs chantiers, des bouleversements d'habitudes, des problèmes de circulation et de stationnement, de la poussière et de la boue. Mais comme l'Optimiste a coutume de dire : "il faut savoir souffrir pour être belle" ou encore "on n'a pas construit Rome en un jour" et cela ne l'empêchera pas de visiter les commerces où il se rend d'ordinaire car il faut toujours apporter un soutien à des amis qui vivent des moments difficiles.  

Voici donc que vont redémarrer les travaux du piétonnier de la Croix du Centre. Pour la période des fêtes de fin d'année, les tranchées ouvertes au milieu des rues de la Cordonnerie, Gallait, des Chapeliers ont été rebouchées et un cimentage léger a été coulé. A partir de maintenant, le chantier va se concentrer dans la partie qui mène à la place Saint-Pierre. A partir de ce lundi 17 janvier, de nouvelles rues vont être concernées par les travaux réalisés par les "impétrants", il s'agit de la rue des Fossés, du Bas quartier, des Ecoles et des Cheoncq clotiers, Belgacom va y poser ses câbles téléphoniques, la SWDE, les canalisations d'eau et Ores, les câbles électriques et les conduites de gaz. On nous parle d'un délai de deux mois, jusqu'à présent les aléas que connaissent tous les chantiers de par le monde ont toujours amenés un dépassement de celui-ci.

En parlant d'aléas, la pollution du sol découverte lors des fondations effectuées au quai des Salines, face à la grande surface, ont retardé le chantier et ont empêché les responsables de le terminer pour le 15 décembre 2010 comme cela avait été annoncé en janvier de la même année lors du début des travaux. La neige de décembre et les fortes pluies de ce début janvier n'ont pas permis encore de terminer les quelques 1.000 m2 qui restent à réaliser !

Autre chantier à l'arrêt et qu'on espère voir un jour reprendre est celui de la Tour Henri VIII toujours recouverte d'une armature métallique qui soutenait une protection depuis bien longtemps envolée et ceinturée de barrières métalliques semblant la protéger d'un éventuel assaut de gredins. 

L'année 2011 devrait être aussi celle du début de nouveaux projets : la créations d'immeubles à appartements à basse consommation d'énergie sur la plaine des Manoeuvres, à proximité de la chaussée de Douai en attendant la création du parking de "Tournai-Expo" et ensuite, en 2011, celui sous le parc communal, à proximité de l'Hôtel de Ville.  i

Il y a trois ou quatre décennies, certains défaitistes proclamaient avec emphase "Tournai, Ville d'art, ville en retard" ou encore "Tournai, une ville morte", ils n'avaient peut-être pas tout à fait tort car la cité fut, à cette époque, gérée sans beaucoup de dynamisme, sans grands projets, sans vision pour l'avenir, on est heureux d'assister à sa résurrection et de constater qu'elle est désormais prête à affronter les défis du XXIe siècle.

19:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, travaux, rénovations, restaurations, chantiers |