14/08/2013

Tournai : l'année 2007 sous la loupe (1)

L'année 2007, voici six à peine ou... six ans déjà. Notre mémoire a probablement retenu certains faits et en a oublié d'autres. A la lecture de la rétrospective, on se dit : "il y a déjà si longtemps !" ou bien "tiens, je pensais que c'était plus vieux !". Retenir dates et faits n'est pas donné à chacun d'entre nous, aussi cette rubrique "Tournai, l'année 2007 sous la loupe" va apporter les précisions nécessaires. Il s'agit d'une sélection d'événements heureux ou malheureux qui ont fait l'actualité de la cité des cinq clochers au cours de ces douze mois. Le choix est subjectif et les faits les plus douloureux ont été volontairement omis pour ne pas réveiller une douleur chez leurs acteurs ou victimes.

2007, une année qui a vu, au niveau international, l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'Union européenne en date du 1er janvier, l'élection de Nicolas Sarkozy à la Présidence de la République française, le 6 mai et la mort, dans un attentat, de Bénazir Bhutto, au Pakistan, le 27 décembre à quelques jours des élections.

2007 a aussi connu son lot de décès : celui de l'abbé Pierre (le 22 janvier), de la résistante française Lucie Aubracq (le 14 février), du jeune chanteur Grégory Lemarchal (le 30 avril), du comédien Michel Serrault (le 29 juillet), et du maître de ballet, Maurice Béjart (le 22 novembre)...

2007, en Belgique, fut une année d'élections législatives fédérales. Au soir du 10 juin, on constate un recul du parti libéral flamand de Guy Verhofstadt, du parti socialiste et une avancée d'Ecolo et du Vlaamse Belang. Ce sera aussi l'entrée en vigueur de la loi sur l'interdiction de fumer dans l'Horéca, le drame de Nivelles où une mère poignarde ses cinq enfants ou, plus près de nous,  l'affaire de l'Excelsior de Mouscron.

Comme toujours, heurts et malheurs composent l'actualité de la cité des cinq clochers.

Janvier.

Au 1er janvier 2007, on apprend que Tournai comptait 67.598 habitants au 1er juillet 2006, soit une très faible augmentation de 45 unités par rapport à la même date, l'année précédente.

Pluie et vent sont au rendez-vous de la nuit de la Saint Sylvestre, les pompiers sont appelés à effectuer de nombreuses sorties pour des câbles électriques détachés, des panneaux publicitaires abattus, des branches d'arbres jonchant les chaussées.

En ce début d'année, "les Polaris" sortent leur second DVD en concert live, la captation a été réalisée par un spécialiste en la matière, Pascal Dauvillée qui oeuvre également au sein de No Télé. Par la suite, Christian Croain, le chanteur du groupe, lancera également le groupe "Jolie Fille". 

Le 14 janvier, la plantureuse victoire obtenue par le Football Club de Tournai à Maldegem sur le score de 2-5, conjuguée à la défaite du leader Wetteren sur le score de 2-3 face à Willebroeck permet aux Tournaisiens de reprendre la tête de la Division 3 nationale avec 36 points pour 34 à leurs rivaux et 30 à Diegem. 

A la mi-janvier, dans le populaire quartier du Maroc, on évoque la probable construction d'un centre culturel et social pour les musulmans du Tournaisis. La mosquée devrait être construite sur un terrain, propriété de l'institut des Marronniers, le long de la rue Général Piron. Une pétition forte de plusieurs centaines de signature sera remise à l'administration communale qui mettra fin au projet et recherchera un nouveau lieu d'implantation pour le culte musulman. 

La presse signale, le 16 janvier, que la future liaison Seine-Nord constituera bel et bien une menace pour le Tournaisis si les mandataires régionaux restent absents du projet. Celui-ci impliquerait le passage de péniche de 2 à 3.000 tonnes et nécessiterait l’aménagement de divers obstacles à la navigation : l'écluse de Kain et le Pont des Trous. Bizarrement,  à ce moment, on n'évoque nullement le redressement de la courbe du fleuve dans la traversée de Tournai et la modification du Pont à Pont. Est-ce une façon de préparer le Tournaisien en douceur, une volonté de ne pas le heurter ? 

Le 18 janvier, la météo se déchaîne, la Belgique n'a plus connu une aussi violente tempête depuis l'année 2002. Elle a fait deux morts : une septuagénaire dans la région hutoise et une adolescente à Hal. Notre région n'est pas épargnée, à Tournai, le hall Tournai-Expo, le musée de la porcelaine et celui des Beaux-Arts, l'école du Chemin d'Ere et celle de la Porte de Lille, l'établissement de défense sociale, l'école et la crèche de Warchin... comptent au nombre des bâtiments ayant subi le plus de dégâts. 

Evénement extraordinaire, en ce dernier week-end de janvier en l'église Saint-Paul. La chorale "A travers Chants" dirigée par Michel Jakobiec a souhaité célébrer par un grand concert la clôture de l'année Mozart. Pour la circonstance, les choristes tournaisiens sont accompagnés par l'orchestre "Les Symphonistes européens" et renforcés par "Akwaba", une chorale universitaire de Valenciennes et les chœurs de "Musique en Andrésis". Plus de 200 exécutants sont ainsi rassemblés sur la scène improvisée tandis que près de 1.000 spectateurs ont pris place sur les chaises et les bancs ne pouvant même pas bouger un petit doigt, ce qui ne les empêchera pas d'applaudir longuement cette parfaite prestation. 

Février.

Le 1er février, la salle Jean Noté de la Maison de la Culture accueille le spectacle "Sois Belge et tais-toi" présenté par la Compagnie Victor, à l'invitation du Lion's Club les Templiers.

Le samedi 3 février, Bruno Delmotte est l'invité de la soirée des Insolents en la salle La Fenêtre. L'auteur patoisant et défenseur de notre langue picarde a plus d'un tour dans son sac pour faire rire une salle une nouvelle fois pleine à craquer !

En ce début du mois de février, on commence à beaucoup parler de la gestion de la régie autonome du stade communal Luc Varenne. Les administrateurs sont las du manque de transparence qui y règne. Tarek Bouziane est désigné pour reprendre la fonction d'administrateur délégué. 

Le conseil communal approuve la mise au gabarit de 3.000 tonnes pour l'Escaut. Ceci équivaut à la démolition totale des arches du Pont des Trous ou au creusement d'un contournement, une solution qui coûtera quatre fois plus cher. 

Une société flamande présente un projet d'ouverture d'un hôtel "trois étoiles" de 80 chambres dans le centre-ville. Rapidement, on évoque l'emplacement de l'hôtel des anciens prêtres. 

Mars.

Au début de ce mois, "La Piste aux Espoirs" fête ses vingt ans. Le festival international de cirque amateur connaît une fois encore un énorme succès de foule.

En tête depuis la mi-janvier, le Football Club Tournai, défait le dimanche 11 mars par Torhout (1-2), se fait rattraper par Diegem, les deux clubs totalisent 48 points pour 42 à Geel.

Le lundi 12 mars, un incendie éclate, vers 18h, dans le magasin de confection Line, à la rue de Courtrai. Le feu a pris naissance dans le plafond de la vitrine heureusement séparée du reste du magasin, ce qui limite les dégâts.

Le mardi 13 mars, la princesse Mathilde visite "Lire et Ecrire", au quai Andréï Sakaharov. Dans le Tournaisis, 250 à 300 personnes participent régulièrement à des formations dans les différentes structures mises en place. Son arrivée est saluée par des classes de deux écoles du quartier, l'école Saint-André et l'école du Château.

Les 16 et 17 mars, Tournai vit à l'heure de son carnaval. La cuvée 2007 est une nouvelle fois un succès, pour une fois les chiffres publiés par les organisateurs sont identiques à ceux de la police (c'est tellement rare que cela mérite d'être signalé!) : plusieurs milliers de personnes ont envahi les rues de la ville. Sur le thème "A chacun son paradis", les forces du Bien et du Mal ont rivalisé au cours d'une nuit d'enfer, le vendredi soir, tandis que le samedi les "carnavaleux" avaient une nouvelle fois participé à ce grand rassemblement festif annuel. 

Le dimanche 25 mars, les mélomanes sont conviés à un spectacle extraordinaire, le "Tokyo String quartet et ses Stradivarius" est en concert en la Halle-aux-Draps dans des œuvres de Haydn, Toshio Hosokawa et Beethoven.  

En cette fin de mois de mars se termine le procès des auteurs du violent braquage de la banque Dexia de la rue Royale. Le tireur est condamné à neuf ans fermes, les deux autres braqueurs à 7 ans, le complice au sein de l’organisme financier à cinq ans dont quatre avec sursis. Ce hold-up avait été un des plus violents perpétrés à Tournai depuis celui réalisé par la bande d'Haemers à la rue Saint-Eleuthère.

(à suivre)

(sources : le Courrier de l'Escaut de l'année 2007 et autres articles de presse)

S.T. août 2013.

 

16/05/2012

Tournai : les Okidok ou le retour aux sources de l'Art clownesque.

Ils sont deux, nés à quelques jours d'intervalle, deux beaux athlètes de 36 ans. Benoît Devos et Xavier Bouvier se sont connus, encore enfants, sur les bancs de l'Ecole des Frères à Tournai. A cette époque, leurs regards se tournaient déjà vers les arts circassiens et durant les récréations, alors que d'autres jouaient probablement au football, ils préféraient s'adonner à l'exercice difficile de la jonglerie. Cette passion attira l'attention d'un de leurs professeurs évoluant dans le milieu du spectacle, Xavier Soudeau, mieux connu à Tournai sous les traits du clown "Cassonade" qui animait les fêtes enfantine, de ceux de l'inquiétant Boris, bossu au visage livide et à la voix d'outre-tombe qui fait de fréquentes apparitions à l'occasion de soirées de gala ou encore comme membre de la Compagnie du Tarmac. 

L'énorme potentiel de ces deux jeunes allait tout naturellement les conduire vers l'école de Lasaad à Bruxelles et ensuite à l'Ecole du Cirque de Montréal. 

En 1991, les deux compères font une apparition remarquée lors de la quatrième Piste aux Espoirs de Tournai, le Festival international de Cirque amateur dans un numéro de jongleries burlesques, le public tournaisien, grand amateur de cirque, vient de découvrir les Okidok qui seront, à cette occasion, récompensés par le Prix d'encouragement.

En 1993, lors de la sxième édition de la Piste aux Espoirs, Benoît Devos participe à un numéro de voltige aérienne dans un groupe de sept adolescents originaires de Bruxelles et de Tournai, les "Flyers" au sein duquel évolue également sa soeur Céline. Le numéro est parfait, il fait un triomphe et est récompensé d'une Piste d'Or en catégorie "amateurs" et du Prix du Public. 

En 1997, Benoît Devos revient une nouvelle fois, à la Piste aux Espoirs, au sein d'un groupe de voltigeurs composé de Sophie Mandoux, Vincent Schoonbroodt, Véronique Jean, Christian Etienne et Cecile Pofilat. Cette remarquable prestation sous la voûte du chapiteau leur permet de remporter une Piste spéciale. En cette même année, les Okidok, de retour de Montréal, sont récompensés par le Prix de la Ville de Gand.

En 2002, les voici invités au Festival d'Avignon, ils resteront durant trois semaines à l'affiche du Théâtre des Doms. Ils y présentent leur spectacle intitulé "Ha,Ha, Ha", créé lors de la Piste aux Espoirs de l'année précédente. 

Lors de l'année 2003, les deux artistes tournaisiens sont notamment présents au Festival du Cirque de Demain à Paris et y trustent les prix : le trophée Annie Fratellini, le Prix Eloïse et le Prix Word's Fair. 

Le succès du spectacle "Ha, Ha, Ha" sera considérable, il sera joué lors de plus de 600 représentations, il précèdera une nouvelle création intitulée "Slips Inside", spectacle clownesque mêlant acrobaties, mimes et danses. Les deux clowns évoluent dans un univers totalement dépouillés faisant leur entrée sur scène, dans le plus grand silence, vêtus d'un peignoir avant d'évoluer en slip dans des numéros de portés, d'acrobaties à couper le souffle dans lesquels l'humour n'est jamais absent. C'est le retour aux sources de l'Art clownesque, celui des Charlie Chaplin ou d'Howard Butten dont ils firent d'ailleurs la première partie d'un spectacle à Paris. 

La réputation du duo Okidok a permis à Benoît Devos et Xavier Bouvier de probablement réaliser un rêve : le tour du monde. Les deux spectacles ont été présentés en Russie, au Brésil, en Nouvelle-Calédonie, en Chine, à Tahiti et dans pratiquement tous les pays européens.

Les deux artistes tournaisiens ont aussi apporté leur collaboration à la création d'évènements tels "Décrochez la lune " de Franco Dragone, ainsi qu'à "l'Opéra Pompier" de Patrick Masset . Ils ont aussi joué sous le chapiteau du Cirque du Docteur Paradis avec la Compagnie du Chien en France.

Le dernier réveillon de l'an, Okidok l'a passé au Canada, du 20 décembre au 5 janvier, "Ha, Ha, Ha" a de nouveau été représenté à la Tohu à Montréal.

Le vendredi 18 mai 2012, ils sont au Festival du Rire de Rochefort, le lendemain, on peut les voir sur France2 dans "Le plus grand cabaret du Monde" de Patrick Sébastien et, en juillet 2012, ils sont à nouveau présents au Festival d'Avignon. 

Comme on le constate Benoit et Xavier ne posent leurs valises jamais plus que quelques jours dans la cité des cinq clochers, c'est la rançon d'un succès totalement mérité !

(S.T mai 2012) 

 


22/06/2009

Tournai : analyse des années nonante (3)

Si durant cette décennie, le monde économique tournaisien a connu de nombreux et importants remous, que dire alors des conditions atmosphériques. Les années nonante venaient à peine de débuter que la région allait connaître sa première violente tempête le 25 janvier 1990, des vents de plus de 110km/h provoquent de très nombreux dégâts. En avril 1991, c'est un violent orage qui est à l'origine de l'incendie du clocher de l'église Notre-Dame Auxiliatrice, celui-ci sera complètement détruit mais rapidement restauré. En 1997, une importante vague de froid va s'abattre sur le Tournaisis, la navigation fluviale sur l'Escaut sera interrompue par les glaces, avec la neige, le verglas et le brouillard, les conditions de circulation seront très pénibles durant quelques semaines. Mais l'évènement majeur au niveau météorologique sera la tornade du 14 août 1999 qui dévastera une partie du centre de la ville et particulièrement le quartier Nord faisant des dizaines de millions de FB de dégâts.

Dans le domaine culturel, Tournai affirme sa vocation qui aurait dû faire d'elle, en toute logique, la véritable capitale culturelle de la Wallonie si elle avait eu, elle aussi, un homme politique d'envergure nationale pour défendre sa candidature. Sa cathédrale, son beffroi, ses nombreux monuments, ses sept musées, son important patrimoine historique, sa procession séculaire, ses artistes anciens et modernes, ses industries d'art dans le domaine de la porcelaine et de la tapisserie de haute lisse, sa dynamique Maison de la Culture plaidaient déjà, par le passé, pour cette reconnaissance et durant les années nonante, on constate que la Piste aux Espoirs, Festival international de Cirque amateur a fait connaître la cité des cinq clochers dans le monde entier. Les artistes et écoles de cirque viennent d'Allemagne, de France, de Grande Bretagne, des Pays-Bas, de Suisse, de Hongrie et de Russie notamment en ce qui concerne les européens, ils viennent également du Maroc, de Tunisie, du Canada et de Chine. La Piste aux Espoirs de Tournai est un "must" dans les arts circassiens. Le Festival international de Folklore attire également chaque année, durant près d'une semaine, de très nombreux spectateurs venus applaudir des troupes ambassadrices des cinq continents. Le Festival international des Imitateurs, nouveau venu, est connu au-delà de nos frontières, de nombreux artistes français ou suisses sont venus se joindre aux nouveaux talents belges en matière d'imitation. IL attire, en outre, les plus grands humoristes (Roland Magdane, Popeck, Anne Roumanof, les Taloche...). Autre festival qui est né durant cette décennie, "L'accordéon, moi j'aime" en collaboration avec le quartier de Wazemme à Lille, qui vient animer, en mai, les rues de Tournai comme la Fête de la Musique les anime en juin. Tournai a présenté durant les années nonante de prestigieuses expositions, "les Celtes" en 1998, la "Porcelaine de Tournai" ou "Les Céramiques du IIe au VIe siècle à Tournai" dans l'auditorium d'un organisme financier et bien d'autres.

En sport, cette décennie sera marquée par la révélation de Sandrine Hennart, recordwoman et championne de Belgique en athlétisme dans les catégories 100 et 200 m, relais et saut en longueur. Elle verra aussi les titres de champion de Belgique et victoire en coupe pour le CNT en water-polo, les cinq titres consécutifs des Cardinals en football américain. Dans le domaine des variétés, c'est la révélation de Mélanie Cohl, 6e au Grand Prix Eurovision de la Chanson et choisie par les studios Disney pour l'interprétation française des chansons du dessin animé Mulan. Voici un article qui résume tout ce que vous avez pu découvrir quotidiennement sur les années nonante, est-il emprunt de chauvinisme ? Peut-être, mais on défend toujours ce qu'on aime !

10:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, meteo, culture, piste aux espoirs |

01/05/2009

Tournai : l'année 1996 sous la loupe (3)

En cette année 196, à côté de faits divers dramatiques ou de crises sociales qui plongent de nombreuses familles de la région dans la peine ou l'inquiétude, il apparaît, parfois, une information qui surprend et réjouit . Ainsi, le mardi 26 mars 1996, vers 8h15, lorsqu'une automobiliste s'engage sur le passage à niveau de la rue d'Allain à Froyennes et cale son moteur sur les voies. Elle entend alors retentir la sonnerie annonçant l'arrivée imminente d'un train. Sans perdre son sang-froid, elle détache et emmène l'enfant qui se trouvait avec elle dans le véhicule, se met en sécurité et assiste à la destruction complète de sa voiture. Présence d'esprit et chance étaient au rendez-vous à cet instant de sa vie.

Nous abordons maintenant la rétrospective de l'année culturelle 1996. Le 8 février, la "Revue du Théâtre des Galeries" emmenée par la célèbre Madame Chapeau se produit, une nouvelle fois, à la Maison de la Culture, toujours à l'invitation du Lion's Club "Les Templiers" de Pecq. Pour accueillir les artistes bruxellois, la salle Jean Noté affiche complet...

En mars, la "Piste aux Espoirs" se déroule cette fois sur trois journées, des éliminatoires ont lieu le vendredi. Les Pistes d'Or en catégorie "Espoirs" sont remportées par Ayin Sotho, un fil de fériste suisse et par Yu, Quing, Yan, Cuniong, Dan, un ensemble chinois à la trempoline. Les Pistes d'Argent reviennent à Donald Grand, un écossais maître dans l'art du maniement du diabolo, à Abdel et Mahmoud, un duo français de portée acrobatique et à Vanessa Laroque, une jeune française également, éblouissante au trapèze ballant. Les Pistes de Bronze sont décernées à Stéphane Gaspardi, un canadien au trapèze fixe, au groupe ukrainien "The Léopards", au maquillage extraordinaire, dans un numéro de contorsions et à Nadine Serrano, une autre contorsionniste venue du Canada. En catégorie "Amateurs", la Piste d'Or revient à Elodie et Chloé, deux jeunes trapézistes belges, la Piste d'Argent à Sandra et Vichy, un duo suisse à la corde lisse, celle de Bronze à Olivier Alinda, un jeune français présentant un numéro de jonglerie et de monocycle. Ayin Sotho remporte également les prix de la Presse et du Public. Le jury était, une nouvelle fois, présidé par Patrick Hourdequin, (tournaisien d'origine, responsable du festival de cirque de Monaco), Fernand Banning, Guy Puttevils, Bernard Turin, mais aussi par Madona Bouglione, directrice de théâtre à Paris, par le canadien Jean Roch Achard, Président de la Fédération mondiale des Ecoles de Cirque et par le Vice-Président du plus grand cirque du monde, Barnum and Bailey. On comprend mieux la valeur des prix attribués et la renommée du festival tournaisien avec la présence d'une telle élite pour juger les candidats. Un public nombreux, remplissant tous les gradins lors de chaque représentation, était venu rêver devant les exploits de ces jeunes passionnés d'arts cicassiens, un spectacle chatoyant dans lequel musique, projecteurs, couleurs et costumes scintillants participaient aussi à la féerie. C'était l'époque où, non seulement par la qualité de son spectacle mais aussi par celle de sa présentation, l'artiste pouvait créer des moments merveilleux appréciés par les petits et les grands ! Un monde magique que le matérialisme actuel a emporté dans sa tourmente. A chaque époque, sa vision des choses ! Il est parfois dur, cependant, d'étouffer la nostalgie ! Il nous faut encore parler de la suite de cette année culturelle, des exploits des portifs tournaisiens et de quelques informations générales, il y aura donc encore quelques articles consacrés à l'actualité de l'année 1996 à Tournai.