18/02/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (396)

L'guernoule d'Edmeond.

J'sais d'puis lommint que m'n'amisse Edmeond, d'puis s'pus jeone âche i-a eine vraie passieon : quançqu'i-peut prévir à l'avanche (*) l'temps qui va faire, vous pouvez ête seûr que no gaillard i-est à s'n'affaire. Vous avez l'raminvrance que ch'est près d'Kain qu'i-d'meureot, i-resteot dins eine belle maseon de l'rue Montifeaut. Comme tous les beons gardéniers, i-aimeot savoir ce que l'ciel i-alleot li apporter. Si s'gardin i-aveot b'soin d'ieau, il falleot de l'pluèfe mais... pos treop. Si l'solel i-luiseot treop fort, ein p'tit neuache n'areot pos fait d'tort. Les penn'tieres éteotent plantées quançque l'terre commincheot à s'récauffer et i-n'areot jamais eu l'idée d'semer avant que l'lune rousse elle ne soiche passée. 

D'puis qu'in ville, su ein de nos quais, i-est v'nu habiter, su l'appui d'ferniête i-ravise ses géraniums pousser. I-a surlommé no ville "Tournai minérale", i-feaut dire qu'on y cope les arpes à l'rafale. Ceulle sémaine, accoudé au cassis,  Edmeond i-a brait, i- éteot tell'mint triste d'vir les ouverriers d'la ville abattent les charmes du quai Saint-Brice.

Asteur, Edmeond, ch'est avant tout pou s'santé qu'i-orwette l'météo tous les soirs su No Télé. S'n'organisme i-réagit au temps qui fait, ainsin i-souffère tout du leong d'eine ainnée. Breongile, allergies, orfroidiss'mints ou bin angile, ch'est ainsin pindant douze meos du prumier mai au trinte avril. 

Tout au leong d'eine sainte ainnée, s'feimme elle l'intind s'délaminter :

"J'sus seûr que l'temps i-va canger, j'sins des douleurs dins mes poignets",

ou bin :

"A m'mote que l'momint du pollen i-est arrivé, cha fait treos jours que je n'arrête pos d'éternuer",

ou acore :

"Et avé cha, i-feaut vir mes is, i-seont rouches de l'rache que j'ai catoupi".

Quançqu'i-fait freod, dins tout s'corps, i-orchins partout des lanchures, i-a du mau à s'tiête, à s'deos et à toutes les jointures. Quançqu'i-va caire de l'pluèfe, ch'est automatique, i-sins deux jours à l'avanche s'dérinvier ses romatiques. Quançque l'temps i-cange, i-a toudis hic et hac, finalm'int on peut dire qu'i-est toudis patraque.

A peine qu'in s'baissant, à ses reins, i-sint eine pétite gêne, i-va aussi vite querre ein paquet d'ouate "le Thermogène" (j'seûr que vous avez tertous connu ceulle ouate, ave l'imache d'ein diape qui crache des flammes su l'boîte). Eine feos qu'i-aveot des riches lanchures, i-n'a pos fait dins l'demi-mesure, comme ormète, i-a mis eine crème pou récauffer et eine couche d'ouate pou que cha fasse bin d'l'effet. Eine heure après i-aveot des cloques tout du leong de s'colonne vertébrale et, pou l'soigner, i-a fallu l'inveyer aux urginces de l'hôpital. I-éteot brûlé presqu'au deuxième degré et pindant quate jours su s'vinte i-est resté couché. 

"Bah, ch'est de m'feaute, si j'aveos su qu'i-alleot geler, j'areos rajouté ein p'tit gilet et mes reins i-areot'ent été protégés, mais l'velle i-aveot quéquein à l'maseon et j'aveos oblié d'raviser les prévisieons !".

Ein bieau jour, Fifinne li a dit :

"J't'ai d'jà dit que t'd'veos printe l'temps comme i-vient, in acoutant les prévisieons te t'in fais bin souvint pou rien. A partir d'asteur, ch'est décidé, au momint du bulletin su No Télé, j'vas printe l'télécomminde et su eine eaute caîne j'vas zapper".

Au bout d'deux jours, Edmeond qui n'aveot rien dit, i-est sorti in prenant, pa précautieon, s'parapluie. Tertous dins l'rue l'preneot pou ein annochint vu que l'solel brilleot d'mille feux au firmamint. 

"Te n'as pos ichi l'air fort optimiste Edmeond, su Vivacité, te n'as pos acouté les prévisieons".

In ravisant tout autour de li, on l'a vu rintré, in catimini, dins ein magasin qui vind d'nouvieaux animaux d'compagnie. 

"I-n'me feaut pos ein serpint ni eine grosse aronne, i-a pos d'détoule, je cache tout simplemint après eine pétite guernoule".

L'feimme li a deonné ein bieau bocal pou ortourner à s'maseon ave l'animal.

Quançque Fifinne, d'commissieons, elle est rintrée, elle a tout à n'ein queop vu l'batracien su l'(fausse) quémeinée.

"Ah neon, te vas m'in'lver cha tout d'suite, comarate, rien qu'à vir ceulle sale biête, j'vas caire malate".

In souriant, Edmeond i-a berlé comme ein fuchéau :

"J'te présinte l'nouvelle Mam'zelle Météo". 

I-a rajouté :

"Si elle reste au feond, i-n'va pos faire beon et si elle grimpe su l'éthielle, on sait qui va faire du solel".

"Bé j'ai bin l'foute d'ceulle mocheté, dins l'Esqueaut te vas aller l'ruer !".

"Ah mais pou cha, tout d'abord, i-faudra m'passer su l'corps, j'te présinte l'ceulle qui s'ra no'Miss Météo, Fifinne,  Tatiana cha s'ra l'neom de m'nouvelle copine !".

Li à qui, à causse de l'météo, on aveot d'jà copé l'imache, ceulle feos-chi, i-n'aveot même pus l'seon dins l'ménache.

Eine sémaine pus tard, sintant eine beonne naque venant de l'cuisine, Edmeond i-a d'mindé :

"Quoisque te fais pou deîner, Fifinne ?".

"L'surprisse du chef, te vas t'pourléquer les babines !" li a répeondu no brafe Fifinne.

I-sinteot meonter les ieaux, ch'est seûr, i-alleot faire bombance, comme on dit, l'maseon elle imbaumeot la Provence. 

Tout in souriant, Fifinne, de s'n'heomme, elle a ravisé s'tiête quancqu'i-a vu l'pétite paire de gampes cuites au mitan de s'n'assiette. 

"Quoisque ch'est qu'cha ? Milliards, ceulle espèce de maboule, elle m'a préparé des cuisses de guernoule !".

Edmeond i-a été vir su l'quémeinée, l'bocal i-n'éteot pus occupé. On l'a alors vu berdéler comme ein infant colérique, Fifinne elle aveot osu s'attaquer à l'statieon météorologique. 

L'geste, Fifinne, elle l'a bin vite orgretté pasqu'Edmeond, débalté, i-a menacé d'divorcer. 

Elle a bin essayé de l'raiseonner, i-n'a rien qu'i-a fait, i-feaut dire qu'elle aveot mal queusi les meots pou li parler.

"T'Tatiana, pindant toute l'journée, t'éteos toudis in train d'l'amidouler, j'aveos vraimint l'impressieon d'ête eine feimme trompée et, j'te l'avoue, au momint dusque j'ai qu'minché à l'fristouiller, j'aveos l'impressieon que j'éteos in train de m'vinger".

D'puis qu'ces faits seont arrivés, Edmeond i-est démoliné. Comme i-n'saveot jamais l'temps qu'i-alleot faire, i-est resté à s'maseon, sans sortir, pindant tout l'hiver. 

Ein soir d'l'été passé, Fifinne li a d'mindé :

"Te pinses qu'on va avoir d'l'orache, ravise j'sus ichi tout in nache et, pa d'zeur l'Meont de l'Ternité i-a des noirs neuaches?".

Edmeond i-a erlevé s'tiête et li a dit avé ein air biête :

"I-feaut printe l'temps comme i-vient, les prévisieons météo cha n'sert à rien, i-s'ra toudis temps d'aller t'mucher quançque les premiers queops d'tonnerre i-veont éclater". 

Je n'vas pos mintir, final'mint, je n'sais pos si déhors l'orache i-a éclaté mais ce que j'ai appris pa les visins ch'est que dins l'maseon on les a intindu bin berteonner !

(*) prévir à l'avanche cha s'appelle ein pléonasme,  pou prévir après, i-n'feaut pos ête fort doué ! 

(lexique : eine guernoule : une grenouille / lommint : longtemps / l'jeone âche : le jeune âge / quançque : lorsque / prévir : prévoir / à l'avanche : à l'avance / ête seûr : être sûr (dans le sens d'être certain d'une chose) / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / leu : leur / ein gardénier : un jardinier / l'gardin : le jardin / d'l'ieau : de l'eau / l'pluèfe : la pluie / ein neuache : un nuage / les penn'tières : les pommes de terre / commincher (ou qu'mincher) : commencer / récauffer : réchauffer / raviser (ou orwettier) : regarder / surlommer : surnommer / coper : couper / les arpes : les arbres / ceulle : cette / l'cassis : le châssis / braire : pleurer / vir : voir / asteur : maintenant / orwettier (ou raviser) : regarder / ainsin : ainsi / i-souffère : il souffre / l'breongile : la bronchite / l'orfroidiss'mint : le refroidissement / l'angile : l'angine / l'prumier : le premier / l'meos : le mois / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / canger : changer / à m'mote : selon moi, à mon idée / treos : trois / acore : encore / le is : les yeux / rouches : rouges / de l'rache : tellement / avoir catoupi : avoir des démangeaisons / orchintir : ressentir / des lanchures : des élancements, des douleurs vives / avoir du mau : avoir mal / l'deos : le dos / caire : tomber / s'dérinvier : se réveiller / les romatiques : les rhumatismes / toudis : toujours / ête patraque : ne pas se sentir bien, ne pas être dans son assiette / querre : chercher / tertous : tous / ceulle : cette / l'imache : l'image / ein diape : un diable / eine feos : une fois / ein ormète : un remède / des cloques : des cloches, petites ampoules apparaissant après une brûlure / l'inveyer : l'envoyer / s'vinte : son ventre / l'velle : la veille / quéquein : quelqu'un / oblier : oublier / printe : prendre / acouter : écouter / eine caîne : une chaîne / ein annochint : un innocent / eine aronne : une araignée / avoir de l'détoule : avoir de l'embarras, de l'ennui / cacher après : chercher / tout à n'ein queop : tout à coup / l'quémeinée : la cheminée / comarate : camarade / berler : crier / ein fuchéau (ou ein fussiéau) : un putois / mam'zelle : mademoiselle / l'éthielle : l'échelle / j'ai bin l'doute : je me moque, je n'ai cure / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / ruer : jeter / l'seon : le son / eine beonne naque : une bonne odeur / quoisque : qu'est-ce que / deîner : dîner / s'pourléquer : se pourlécher / sintir meonter les ieaux : avoir une profonde envie de manger / les gampes : les jambes / au mitan : au milieu / berdéler : rouspéter, manifester son mécontentement / ein infant : un enfant / osu : osé / orgretté : regretté / débalté : ce mot possède plusieurs sens, pris ici dans celui de déchaîné / queusir : choisir / amidouler : amadouer, flatter, caresser / dusque : où / qu'mincher (ou commincher : commencer / fristouiller : cuisiner, préparer le repas / ête démoliné : être démoralisé / l'orache : l'orage / pa d'zeur : par-dessus / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité, autre nom désignant le Mont Saint-Aubert qui s'élève au Nord de Tournai / erlever (ou orlever) : relever / biête : bête / s'mucher : se cacher / les queops : les coups / les visins : les voisins / berteonner : se mot à plusieurs signification, ici pris dans celui de gronder).

S.T. février 2017.

09:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

31/01/2015

Tournai : expressions tournaisiennes (296)

In Vino Veritas !

Quand j'ai rincontré, Edmeond, à Froyennes, vierdi, i-éteot grogneon et ov'là c'qui m'a dit :  

"Aujourd'hui, l'Optimisse, j'deos bin te l'avouer, je n'sais pus quoisque j'deos pinsé. I-a asteur dins l'actualité bramint d'sujets qui veaut mieux n'pus aborder.

Ainsin, prinds, par eximpe, l'plan d'mobilité qui devreot aérer no beonne vielle cité. L'projet i-est à peine né au début du meos d'janvier qu'i-a d'jà provoqué eine masse d'levées d'boucliers. Pou nos édiles, ch'est pou rinte pus facile l'circulatieon dins no ville mais pou les ceusses qui tienne'tent boutiques, malhureux, ch'est l'comminch'mint du désert économique.

Tout cha, ch'est ein problème d'mintalité et, d'puis quarante ainnées, elle a bin cangé :

Quand i-n'aveot pos 'cor beauqueop d'automobiles, les gins étaient beauqueop pus... mobiles, i-z'alleot'ent à pied à l'école, à l'ouvrache, vir les espositieons, porméner ou bin faire les commissieons. On n'pinseot pos à mette les magasins in déhors des cités pasque ch'éteot chez l'boucher, l'boulinger, l'épicier ou l'marchands d'sorlets du quartier qu'on aveot l'habitude d'aller. Ch'est même là-vas qu'on appreneot les p'tites nouvelles : l'naissance d'ein rotleot, l'mariache d'ein visin ou bin l'mort d'untel. A l'porte des écoles, quand les infants éteot'ent rintrés, les mamères raqueonteot'ent les p'tites misères sans vir l'temps passer.

A l'heure d'aujord'hui, quand on va in ville, ch'est au volant de l'automobile et on veut pouvoir stationner jusse face à l'indreot dusqu'on va acater. On n'sait pus faire chinq mètes quand on s'déplache pasque, sans conditieon, on est bin vite tout in nache. Ch'est aussi au volant de s'n'auteo que m'voisine Marceline, elle fait tout bell'mint s'léque-vitrine. "J'ai vu eine belle rope" qu'elle dit à s'n'heomme Emile, arrêtée in plein mitan de l'rue d'l'Yser, ave son mobile. Si on laicheot tout faire, pou aller à messe, certains automobilisses rintrereot'ent ave leur auteo dins l'églisse et au marché pou ein kileo d'tomates, madame s'fereot servir pa l'cassis de s'quate-quate.

Dis hardimint, même pus savoir aller à pied pou ein kileo d'tomates, i-a pos à dire, i-feaut ête vraimint dev'nu fate. "La fonction crée l'organe" m'aveot ein jour dit l'maîte Cambier, in sixième ainnée, bé, si ch'est vrai, béteôt les infants i-veont naîte sans gampes et sans pieds.

Quand j'm'in vas in ville, de m'maseon de l'rue Montifeaut, ch'est toudis à pied ou bin au bus quand i-fait freod. I-feaut vir au Viaduc, les infants qui veont l'matin à l'école faire l'file pindant ein quart d'heure, ave leu mopère, dins les bagnoles. L'pire ch'est qui n'feaut pos dire cha treop heaut pasque t'es tout d'suite pris pou ein vieux seot, i-feaut t'déméfier d'ces jocrisses, pou avoir dit la vérité, i-t'f'reotent rinserré à l'hospice.

Pour tout asteur, mi j'sus prudint et avant d'dire eine séquoi, j'busie bin. D'puis qu'"Tintin au Congo" i-a failli ête interdit, utiliser l'meot noir, pou mi, ch'est fini. Bin seûr, ch'a été dur pour m'habituer, m'vie elle a profondémint cangé. Asteur, pou qui m'soiche rien orproché, à l'estaminet, j'comminde ein café au lait. Te sais, ch'est pos qu'j'aime bin mais au moinse je n'risque pos d'imbêt'mints. Dire que j'fais faire d'l'ouvrache au noir, ch'est terminé, j'dis à tertous que j'ai imbauché ein ouvrier polonais ! T'areos vu Fifinne m'orwettier d'ein dreôle d'air quand j'li ai conseillé : "N'dis pus qui fait noir, dis qui n'fait pos clair". D'ailleurs, je n'fais pus l'noir quart d'heure pou économiser l'éclairache, j'dis à tertous que j'm'intraîne pou quand i-ara l'délestache. J'n'ai pus jamais les idées noires, je vis des momints d'désespoir. J'ai dû passer du chucolat noir à l'ceu au lait et je n'prinds pus des balleons noirs, j'chuche des balleons d'Tournai. J'ai même supprimé l'saveon noir pou nettier ch'est Mossieu Prope qui l'a rimplaché.

In intindant cha, j'éteos tout ébeubi, j'pinseos que ch'éteot ein rêve, que j'éteos acore indormi. Quoisque que m'heomme i-alleot là querre, j'pinseos : "Vraimint, Edmeond i-exagère."

Te n'deos pos réagir ainsin, rappelle-te c'qu'on dit alfeos : "on est toudis noirchi pa ein noir peot". Te n'vas pos ichi foute in l'air toutes nos traditieons et deonner à quelques brayous raiseon.

Comme i-m'simbleot débalté, on a, à nouvieau, cangé d'sujet.

In attindant no bourguémette, i-serre les cafés qui feont trop d'bruit de l'nuit, à Fifinne et à mi, cha a rud'mint cangé no vie, asteur quand j'rinte ave ein verre dins l'nez, nos disputes elles seont, comme à l'télé, sous-titrées. Elle m'attind ave eine pancarte dusqu'i-est marqué : "A m'mote que t'es acore bin arrangé", mi j'sors l'fuèlle que j'ai toudis su mi dusqu'i-est écrit : "Pus bas, Polo, i-n'est pos leon d'ichi".

Avant d'partir, Edmeond m'a ravisé, i-a souri et i-m'a dit : Ortiens bin cha, pou ête hureux dins l'vie, i-feaut jeuer la Muette de Portici".

"Ah, Ch'est grâce à ceulle pièche qu'on a eu no révolutieon".

"Pos si fort, n'dis pos cha ichi, ch'est pétête bourré d'espieons".

Pou t'nir des propeos ainsin, final'mint, j'pinse que m'heomme, i-t'neot tout simplement... eine riche preone

(lexique : vierdi : vendredi / grogneon : d'humeur maussade / quoisque : qu'est-ce que / asteur : maintenant / bramint : beaucoup / par eximpe : par exemple / rinte : rendre / les ceusses : ceux / l'comminch'mint : le commencement / canger : changer / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / porméner ou pourméner : promener / les sorlets : les souliers / là-vas : là-bas / ein rotleot : un roitelet, désigne un petit enfant / l'mariache : le mariage / ein visin : un voisin / les mamères : les mères / vir : voir / jusse : juste / acater : acheter / chinq : cinq / ête tout in nache : être en nage, en transpiration, baigné de sueur / tout bell'mint : tout bellement, à son aise / l'léque-vitrine : le léche-vitrine / eine rope : une robe / in plein mitan : au beau milieu / laicher : laisser / l'cassis : le chassis, la fenêtre / les gampes : les jambes / freod : froid / l'mopère : le père / s'démefier : se méfier / rinserrer : renfermer / dire eine séquoi : dire quelque chose / busier : penser / l'meot : le mot / orprocher : reprocher / au moinse : au moins / tertous : tous / orwettier : regarder / du chucolat : du chocolat / chucher : sucer / nettier : nettoyer / rimplacher : remplacer / ébeubi : fortement étonné, frappé de stupeur / querre : chercher / alfeos : parfois / on est toudis noirchi pa ein noir peot : littéralement, on est toujours noirci par un noir pot, signifie on est souvent blâmé par ceux qui devraient se taire / foute in l'air : envoyer en l'air / débalté : profondément énervé / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / serrer : fermer / l'fuèlle ; la feuille / Polo : diminutif de Paul-Olivier / pos leon d'ichi : pas loin d'ici / ortenir : retenir / jeuer : jouer / ceulle pièche : cette pièce / pétête : peut-être / tenir eine riche preone : avoir une fameuse cuite, être profondément enivré).

S.T. Janvier 2015.

14:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

28/02/2014

Tournai : expressions tournaisiennes (263)

Les arondielles n'seont pos 'cor orvenues mais... les ouverriers i-seont infin disparus !

Vous n'allez pétête pos accroire ce que j'vas ichi vous dire, mes gins, mais... si fait, dins no quartier, les ouverriers seont partis... infin, cha nous fait même tout dreôle, on commincheot tout douch'mint a ête habitué à leu présince. I-aveot siept meos qui z'éteot'ent là à ouvère les trottoirs, à les orfermer, à orcommincher, à daller et à inl'ver les dalles qui v'neotent d'ête posées, à faire des treos dins nos gardins, à étinte à l'raclette l'chimint. Asteur, l'grue n'est pus là pou ouvère des tranchées, l'marteau-pic i-n'nous fait pus tranner, les camieons ont fini d'passer et rapasser, l'calme i-est orvenu, l'silence i-est orcait.

Pou autant, tout n'est pos l'pus bieau dins l'meilleu des meontes pasqu'i-nous ont laiché ein bel héritache, eine rude pourchell'rie, ein bieau dégueulache. Ainsin, l'firme qui a ouvré pou l'queompte d'Belgacom, elle a obliée d'ormette des dalles pa-d'vant l'maseon du Présidint du Cabaret Walleon et d'ses visins, chinq carrés d'bédoule in plein mitan des trottoirs qui viennent d'ête orfaits, i-a pos à dire, ch'est du pus bel effet.

L'interprisse qui ouvreot pou l'queompte d'Ores, elle, elle a laiché des meonts d'tierre, d'sape, d'vielles dalles, des palettes de beos in plein mitan du qu'min ou bin pa d'vant les maseons des riverains, ainsin, au bout de m'rue pou tourner, on deot manœuvrer ave s'n'auteo, raviser à deux feos pou n'pos foncher dins l'monchéau.  

I-a plein d'chimint dins les rigoles et les avaloirs et du sape su les trottoirs, on direot des planches d'jeu d'fier et ave cha, cha gliche, cha croque, on in a plein les sorlets, on in met plein les maseons, m'feimme elle est toudis ave s'loque. Quand l'pluèfe elle comminche à caire, les rues seont trinsformées in patinoire à causse de l'bédoule laichée pa les ingins d'chantier.

D'jà in décimpe, j'aveos interrogé l'responsape des travéeaux de l'ville et m'aveot asseuré que tout deveot ête ormis in état à l'fin du chantier. I-f'reot bin d'v'nir faire ein tour, vir ichi l'tablature qu'on nous a laichée, i-comprindra bin vite pourquoi on est à l'feos débalté.

J'sais bin, on n'deot pos treop s'plainte pasqu'à Tournai, on est bramint logé à l'même inseine, à l'rue des Cap'liers, à la plache Paul Emile Janson, cha fait des meos qu'on slalome inter les treos, les meonts d'tierre, les bulls et les camieons, l'ville elle areot pu déposer s'candidature pou les Jeux Olympiques à l'plache de Sotchi, on areot eu l'slalom au pied de l'cathédrale, l'patinache au Vert-Beos et on areot fait l'déquinte de l'rue du Four Chapitre à ski. Pou le ski acrobatique, on areot éviter les treos de l'rue des Jésuites, ch'éteot pos l'peine d'dépinser des milliards d'Euros et cha nous areot fait acore ein peu puque d'publicité que l'arrivée du Tour de France dins no cité.

Pou no quartier, je n'sus pos fort optimisse, pasqu'on a d'jà vu dins l'gazette qu'eine interprisse aveot été désignée pour orfaire les trottoirs in p'tits pavés, on nous a dit que ch'est prévu pou l'meos d'mai mais à l'vitesse que cha va d'ordinaire, on risque d'avoir nos trottoirs, ave ein peu d'sanche, pou l'début d'l'hiver.

On m'a toudis dit que "faire et défaire, ch'éteot d'l'ouvrache", cha permetteot à des ouverriers de n'pos aller au chômache, bé alors, quoisqu'on attind pou faire ein beon nettiache, cha n's'reot pos dammache et pou tertous cha s'reot ein avantache.

Hureus'mint, ein responsape qui aveot été mis au courant, à l'interprisse i-a télépheoné et, verdi au matin, l'meont i-a infin été inl'vé. Mais... on a d'jà déposé pos bin leon de nouvieaux tuyéaux moutrant qu'on alleot béteôt orcommincher les travéeaux.

(lexique : les arondielles : les hirondelles / Les ouverriers : les ouvriers / pétête : peut-être / accroire : croire / ichi : ici / on commincheot : on commençait / douch'mint : doucement / siept meos : sept mois / ouvère : ouvrir / orfermer : refermer /  les treos : les trous / les gardins : les jardins / l'chimint : le ciment / asteur : maintenant / tranner : trembler / orcaire : retomber / l'meonte : le monde / laicher : laisser / eine pourchell'rie : une porcherie, un lieu très sale / ein dégueulache : un mauvais travail , une saleté repoussante / ainsin : ainsi / l'queompte : le compte / oblier : oublier / pa d'vant : devant / les visins : les voisins / l'bédoule : la boue / in plein mitan : au beau milieu / l'interprisse : l'entreprise / ouvrer : travailler / les meonts d'tierre : les monts de terre / l'sape : le sable / du beos : du bois / l'qu'min : le chemin / raviser : regarder / l'monchéau : le tas / glicher : glisser / les sorlets : les souliers /  l'feimme : la femme / toudis : toujours / l'pluèfe : la pluie / les ingins : les engins / décimpe : décembre /  l'responsape : le responsable / vir l'tablature : voir nos tracas, notre situation anormale / à l'feos : parfois / débalté : exaspéré / l'puche : le puits /  seûrmint : sûrement / bramint : beaucoup / l'inseine : l'enseigne / l'rue des Cap'liers : la rue des Chapeliers / la plache : la place / inter : entre / ein peu puque : un peu plus / l'sanche : la chance / l'chômache : le chômage / nettiache : nettoyage / dammache : dommage / tertous : tous / verdi : vendredi / pos bin leon : pas bien loin / moutrer : montrer / béteôt : bientôt).

S.T. février 2014.

17:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : patois, picard. |

07/09/2013

Tournai : expressions tournaisiennes (240)

Naissance au villache.

J'vous ai parlé du mariache d'Robert et Valentine, deux beons infants qui viveot'ent dins l'villache d'Havinnes. Ch'éteot in... mille neuf chint chinquante six... au meos d'juillet... cha i-est, vous vous in souv'nez, j'veos que l'euro i-est cait ! J'ai cangé l'meot pasque cha fait asteur pus d'dix ans qu'on n'queompte pus in francs.

Ov'là ichi l'suite de l'histoire...

Eine pétite ainnée pus tard, in orvenant à s'maseon, du soir, Robert a vu s'feimme Valentine qui l'attindeot sur l'pas de l'porte et i-a tout d'suite vu qu'elle éteot... blanque comme eine morte.

"Bé quoisque-t'as, m'pétit mimisse, t'es bin paleote, t'es toute fraîque et on direot même que t'as l'trimblote"

"J't'attinds ichi d'puis pus d'eine heure, après-deîner, j'ai été au docteur".

"Mo Dieu, Mo Dieu, t'as attrapé eine séquoi, allez, dis-me vite ce qui n'va pas".

"Ch'est pos grafe, j'deveos simplemint aller querre, l'résultat des examens de l'sémaine dernière".

"T'aveos d'jà été au l'docteur et te n'm'aveos rien dit, et bé ichi, mes amisses, j'sus saisi jusqu'a m'fusil".

"Mon paufe Robert, feaut pos que te t'inquiètes, j'vas pos faire d'détours, j'vas te l'dire tout net, on va béteôt être treos perseonnes à vife sous l'toit d'no maseonne".

Si Robert ch'est ein beon garcheon, l'meilleu des maris, malhureus'mint i-n'comprinds pos vite ce quo li dit. On a toudis dit qu'i-éteot dur de comperdure

"Te n'vas pos ichi m'anneoncher qu'à partir d'asteur, on va vife ichi à treos ave l'docteur.

"Mais infin, espèce de grand niqu'doule, te fais esprès d'jeuer les andoules, tout ce que j'veux dire par là ch'est qu'dins siept meos, bé... te s'ras papa".

Robert i-a failli tourner d'l'ouel, caire dins les peommes, Valentine a du aller querre eine cayère pou assir s'n'heomme.

"T'es bin seûr, tout cha ch'est bin confirmé, à l'feos que l'docteur i-s'areot trompé".

"Cha fait treos s'maines que je m'sins dreôle, je n'digère pos, j'ai des tournioles, tous les matins, jusse après qu'j'ai mingé, j'queurre à l'toilette pou tout dégobiller, j'ai l'coeur malate et pa momints je l'sins batte, même in plein mitan de l'nuit, je n'te l'ai jamais dit, j'aveos invie d'minger des fruits""

(Vous veyez, mes gins, que je m'sus bin documenté pasque mi, j'vous l'avoue... j'n'ai jamais accouché).

Là d'zeur, i-seont partis bras d'zus, bras d'zous chez les parints pou leu anneoncher ceulle grande nouvelle, l'bel évèn'mint. 

Armand, i-a pos à dire, ch'est bin l'mopère à Robert, i-n'est pos fort rapide malgré qui ouèfe au qu'min d'fier.

Pou ménager l'coeur d'Armand, Robert i-a mis les gants. 

"J't'anneonche qu'après l'fin d'l'hivier, te vas ichi ête grand'père".

"Ch'est vrai... te n'as pos oblié que j'vas ête pinsieonné du qu'min d'fier mais quand on est ortraité, garcheon, ch'est pos pou cha qu'on est ein grand'père". 

Robert i-a bin eu des russes pou espliquer à Armand que s'feimme Valentine attindeot ein infant.

Armand i-a dit : "Mo bé, on va ichi boire eine beonne pétite goutte"

Valentine a répeondu : "Pos pour mi, c'beon moumint... asteur i-est oute".

Après i-ont acore été chez Hortense et Martin, les parints d'Valentine, qui habiteot'ent (j'vous l'rappelle) au Grand'Qu'min. 

Siept meos pus tard, au mitan d'féverrier, l'grand jour tant attindu i-est arrivé.

Ch'est pindant qu'elle acouteot, "Cha va bouillir", s'feul'teon que Valentine a comminché à avoir les prumières contractieons.

Hortense, s'mamère quand elle a vu qu'elle pierdeot les ieaux a tout d'suite, appelé, l'accoucheusse, Bertha Renaud pasque, à c'temps-là, dins bramint d'familes, on metteot acore s'n'infant au meonte à domicile. Aller à l'maternité du Catieau Dumont, ch'éteot beauqueop pus facile pou les gins qui d'meureotent in ville.

Quand Bertha elle est arrivée, elle a tout organisé. Elle a rétindu Valentine su l'tape de l'cuisine et elle a dit à Martin qui n'deveot pos rester dins s'quemin, l'heomme i-est parti dins l'saleon pou ortrouver s'garcheon. Elle a fait cauffé d'l'ieau dins un bassin et pris des linches à portée de s'main. 

"Poussez, Valentine, poussez et l'infant va arriver"

Ch'éteot pos acore l'accouch'mint sans douleurs et on attindeot bin des cris et des pleurs.

Dins l'saleon, Martin, l'mopère, essayeot d'réconforter Robert et li parleot toudis pou l'distraire.

L'garcheon aveot l'orelle fine et intindeot tous les bruits de l'cuisine.

"Cha va acore durer lommint ?

"Cha dépind " qu'i-a dit Martin, pou t'naissance cha a duré treos heures tout plein. 

L'ouvrache i-a duré pindant deux leonques heures et Robert, autant que s'feimme, i-éteot tout in sueur.

Tout à n'ein queop, Bertha, ave ein bieau sourire, est rintrée dins l'saleon :

"Av'nez tous les deux... Mossieu Robert, vous avez ein bieau garcheon !".

In imbrachant s'feimme i-a d'mindé :

"Commint qu'on va l'appeler"

Seûre qu'elle alleot avoir eine file, Valentine pinseot l'appeler Camile mais comme ch'éteot ein bieau et greos garcheon, il falleot asteur vite faire eine eaute sélectieon.

L'préneom i-a été vite queusi,  l'infant i-s'appel'reot Jacky !

Robert i-a été porté tout partout l'nouvelle, l'infant ch'éteot Jacky in hommache... à Brel.

On a été vir Mossieu le Curé pou bin vite l'baptiser.

L'jour de l'office, l'infant éteot dins les bras de s'marraine, l'mamère, dins l'attinte des orlevalles, ne pouveot pos assister au baptême. 

Quand l'ieau a coulé su s'petite tiête, Jacky a berlé à tue-tiête. 

L'moneonque Achille qui n'in pierd pos eine, a pris douch'mint l'bras de l'marraine et i-a dit :

"Ch'est tout l'portrait craché de s'mopère, i-n'aime pos l'ieau mais i-goût'ra bin l'bière". 

L'curé qui aveot fini l'messe in latin préféreot, ch'est normal, ein verre de vin !

Tertous, in cortèche, seont ortournés à l'maseon, minger de l'tarte et boire eine jatte de chéribeon. On a deonné des peos d'chuque tout l'leong du qu'min, on in a deonné tell'mint qu'in arrivant à l'maseon i-n'in resteot pus ein. 

L'bâptême de Jacky, cha a été ein bieau baptême, comme l'ceu de l'cancheonne tournisienne "L'baptême du P'tit Nicodème", les ceusses qui y éteot'ent tant qui vivreont, comme dit l'orfrain, bé...i-s'in souviendreont.

Pinsant au mariache, on a orconduit moneonque Achille à s'maseon pasque su l'quémin i-aveot des travéeaux tout du leong, des feos qui li prindreot acore l'mauvaisse idée, d'passer l'nuit alleongé dins l'tranchée...

Comme vous l'veyez, mes gins, j'vous parle d'ein évèn'mint qui est bin lointain. Jacky a fiêté ses chinquante six ans et i-est papa d'deux bieaux infants. Valentine a pierdu Robert qu'i-orpose asteur au chim'tière, elle est partie dins eine maiseon pou les gins qui souffèrent d'Alzeihmer pasque la vie, ch'est ainsin fait, i-des joies mais aussi bramint d'misères. 

 

(lexique : l'mariache : le mariage / l'meos : le mois / cait : tombé / cangé : changé / asteur : maintenant / queompter : compter / orvenant : revenant / blanque : blanche / quoique t'as : qu'as-tu / paleote : pâle / fraîque : fraîche / avoir l'trimblote : être prise de tremblements / eine séquoi : quelque chose / querre : chercher / ête saisi jusqu'à s'fusil : être fortement surpris / paufe : pauvre / béteôt : bientôt / vife : vivre / eine maseonne : autre mot pour désigner une maison / comperdure : compréhension, "ête dur de comperdure", expression tournaisienne qui signifie : comprendre avec difficulté / anneoncher : annoncer / ein niqu'doule : un innocent, aussi un imbécile / jeuer les andoules : jouer les andouilles / tourner d'l'ouel : tourner de l'oeil / eine cayère : une chaise / des tournioles : des vertiges / jusse : juste / queurir : courir / dégobiller : vomir / là d'zeur : là dessus / ceulle : cette / ouèfe : travaille / oblié : oublié / pinsieonné : pensionné, (belgicisme signifiant retraité) / avoir des russes : avoir des difficultés / oute : finie, terminée / féverrier : février / acouter : écouter / commincher : commencer / prumières : premières / les ieaux : les eaux / bramint : beaucoup / mette au meonte : mettre au monde / l'maternité du Catirau Dumont : la maternité du Château Dumont était la première maternité à Tournai, à la chaussée de Saint-Amand / beauqueop : beaucoup / rétindu : étendu / l'tape : la table / ortrouver : retrouver / cauffé : chauffé / les linches : les linges / toudis : toujours / l'orelle : l'oreille / lommint : longtemps / l'ouvrache : le travail / leonques : longues / tout à n'ein queop : tout à coup / av'nez : venez / seûre : sûre, certaine  / eine file : une fille / queusi : choisi / in hommache : en hommage / les orlevalles : les relevailles, cérémonie aujourd'hui disparue qui se déroulait quelques semaines après un baptême / berlé : crié / l'moneonque : l'oncle / tertous : tous / eine jatte d'chéribeon : un tasse d'excellent café / des peos d'chuque : des pois de sucre, des dragées / tell'mint : tellement / eine cancheonne : une chanson / tout du leong : tout du long / des feos : des fois / l'chim'tière : le cimetière).

S.T. septembre 2013. 

 

09:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard. |

24/03/2012

Tournai : expressions tournaisiennes (166)

On n'peut pos plaire à tout l'meonte !

Vous avez d'jà ormarqué que quand on fait eine séquoi pou offere du lari aux gins, i-in a toudis au moins ein qui n'est pos contint !

Ahais, j'vas ichi vous moutrer ein eximpe : l'destinatieon de l'Maseon des inciens prêtres su la plache de l'Evêché et de l'vielle bibliothèque su la plache Paul Emile Janson, au pied de no chinq clotiers, des bâtimints d'pus beteôt deux ans inoccupés.

Certains d'nos édiles, comme Martin Luther King, i-aveotent fait ein rêve, eu eine illuminatieon, i-vouleot'ent y faire ein hôtel de standing, ein quate étoiles in réunissant les deux maseons. Quater-vingt campes, des salles de séminaires, ein resto d'classe et ein bieau belvédère. Toute ceulle belle affaire areot eu aussi eine tour de verre. 

L'idée excentrique d' Mossieu Michelin elle-a vite été orjetée pa les Tournisiens, pou définte l'grand machin i-n'a pos eu bramint d'gins. Mais, on s'a pas laiché abatte et on a vite queusi : y aire ein treos étoiles, ein hôtel ein peu pus p'tit. Pou cha, i-falleot quand même faire eine constructieon jusqu'au mitan de l'plache Janson. Là, i-a eu eine levée d'boucliers des membres d'Pasquier Grenier. Pou nous les vrais Tournisiens, au pied d'no cathédrale, l'quadrilatère bé ch'est eine sorte d'sanctuaire. In mille nuef chint siept, pou bin vir no bieau monumint, on l'a dégagé, et ov'la qu'asteur, pou construitre l'hôtel, on voudreot à nouvieau l'insérrer !

L'promoteu qu'i-a acaté l'Courrier d'l'Escaut, i-a pos à dire, cha li a foutu ein sale queop. S'n'argumint d'vinte principal, eine belle vue su l'cathédrale, i-n'valeot pus des masses à causse de l'écran qui alleot avoir in face . 

Et ainsin, ein p'tit peu à l'feos, l'projet d'hôtel s'dégonfleot. In puque ave l'crisse, i-areot pos été facile d'faire du bénéfice !

Tout à n'ein queop l'Université d'Louvain déclare qu'elle veut bin acater les bâtimints. Elle offère deux millieons chinq chint mille euros, ein montant qu'aucun paufe jamais n'orfus'reot. On s'a dit tout l'meonte alleot ête bénaisse, que cha alleot orlancer l'commerce, qu'on alleot va vir des garcheons et des files au plein mitan d'no beonne vielle ville, qu'on s'ra tertous ravi pasqu'infin là i-ara de l'vie. L'projet i-aveot même la côte auprès d'eine feimme qui vouleot louer des kots. 

L'échevin des Finances s'frotteot d'jà les mains, pou l'budget des liards li i-d'aveot bin b'soin, i-aveot aussi l'Présidente du CPAS qui diseot qu'avec cha elle s'reot ein pus à l'aisse. Les élus du MR, du CDH et des Ecoleos, in choeur, diseot'ent d'jà bravo. Les gins d'Pasquier Greniers proclameot'ent que l'coeur de no cité infin i-éteot sauvé. Mais i-falleot timpérer les ardeurs et attinte jusqu'à l'dernière heure. A l'fin, l'sagesse elle-a triomphé, on a queusi l'université !

A vo mote tertous ainsin i-éteot hureux, ch'éteot ein moment merveilleux, neon...i-a toudis ein malhureux, i-a toudis ein berdéleu.

A l'plache du cinéma Palace, ein architecte vouleot bâtir des appartemints de standing et l'arrivée des étudiants n'intreot pus dins s'planning. Pou li, ch'n'éteot pus l'peine d'construire du luxe dins l'coin, on pouveot s'continter d'cahutes à lapins. 

Vous l'veyez bin mes gins qui d'a toudis ein qui est mécontint !

(lexique : offere : offrir / du lari : du plaisir / moutrer :montrer / ein eximpe : un exemple / l'plache : la place / béteôt : bientôt /  eine campe : une chambre / ceulle : cette / bramint : beaucoup / queusi : choisi / au mitan : au milieu / ein queop : un coup / tout à n'ein queop : tout à coup / acater : acheter / paufe : pauvre / bénaisse : content / vir : voir / les garcheons : les garçons / les files : les filles / tertous : tous / les liards : l'argent / bin : bien / seûr : sûr/ à vo mote : selon vous, à votre idée : ein berdéleu : un râleur, un rouspéteur) ).

S.T. mars 2012 


09:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

03/03/2012

Tournai : expressions tournaisiennes (163)

Ein infant affublé d'ein bin bieau neom.

I-aveot lommint que j'aveos rincontré Edgard, vous savez l'heomme d'Irma, les amisses d'Edmeond et Fifinne, les ceusses du quartier du Palais d'Justice. I-aveot bin eu des russes pou partir à commissieons à causse d'ein procès qui aveot attiré toute l'presse de l'Hexagone, eine affaire saumâtre dont on j'n'aveos jamais intindu parler. 

Edgard i-éteot acore sous l'queop d'l'émotieon car in lisant s'gazette, i-aveot découvert l'nouvieau neom de l'banque Dexia qu'on appeleot avant l'Crédit Communal. 

"Ch'est à morir de rire mais quand j'ai li cha j'ai failli m'étroner ave m'jatte de café : Belfius. J'ai dit à Irma, ainsin pou rire, planqueons nos sesterces, les Romains sont orvenus. M'feimme elle a cru que j'dev'neos seot mais quand j'li ai moutré l'artique, elle aussi elle s'a mis à rire plein s'panche. Acore eine beonne histoire belge qui veont dire les Français. Ch'est vrai qu'ein neom parel, on direot qu'on a été l'querre chez Mossieu Uderzo, l'mopère d'Astérix. Te sais ce qu'cha veut dire Belfius ?"

"Neon mais j'sus seûr que te vas me l'dire !".

"I-feaut lire Bel comme Belgique, Fi comme Finances et Us, te deos bin t'tenir, comme nous in inglais. Cha veut dire les Finances Belges à nous eautes. Ch'est ein peu tordu comme neom, neon ! Ch'est pou moutrer l'ancrage belge. L'pire là d'dins ch'est qui ont osé dire qui aveot eu pus d'quate mille neoms proposés. Bé si on a pris l'meilleu ou bin l' moins mauvais quoisque cha deveot ête les eautes. J'ai eine idée, pou rinflouer les caisses de ceulle banque qui a fait pus d'ein milliard d'pertes in 2011, i-feaut éditer ein life ave tous les propositieons, ch'est l'succès du rire asseuré, les Pirette, De Warzee et tous les eautes pourreot'ent aller s'rhabiller, in lisant cha, on rireot à picher dins s'mareonne".

J'ai pos eu l'temps d'in placher eine qui continueot d'jà.

"J'veos d'jà ichi l'prumier slogan publicitaire : Ave vos liards chez Belfius, nos administrateurs sereont toudis des Crésus ou acore les biens que Belfius gèrent à l'intérieur, se voient à l'extérieur. Ahais, I-va falloir pus d'trinte-chinq millieons d'eureos pou canger les façades des aginces. Bé hureus'mint qu'in Belgique, l'ridicule i-n'tue pus, i-faudreot ornouv'ler tous l'consel d'administratieon de ceulle nouvelle banque. J'vas ichi deonner eine idée à no beonne vielle caisse d'épargne de l'Ville de Tournai, si elle deot canger d'neom, l'jour où elle va ête adossée, comme on dit, mi j'li deonnerai comme neom : la CaDeMi (L'caisse d'épargne à mi), cha va moutrer à tertous son ancrage tournaisien !".

Comme i-orpreneot s'n'haleine, j'ai quand même pus placher ein meot.

"Te sais, Edgard, i-a des cosses bin pus graves que cha, on s'focalise su des cacoules ainsin et pindant c'temps-là, l'situatieon économique, elle se dégrade. L'carburant, l'élestrique, l'ieau, l'gaz, tout coûte pus tchier. Béteôt, on s'ra si paufe qu'on ara pus d'liards à déposer à Belfius ou bin ailleurs".

L'sourire d'Edgard i-s'a éteint et i-est parti l'deos reond in m'disant ein bin p'tit à'rvoir.

(lexique : lommint : longtemps / les ceusses : ceux / avoir des russes : avoir des difficultés / l'queop : le coup / s'étroner : s'étrangler / moutré l'artique : montré l'article / rire plein s'panche : rire aux larmes / querre : chercher / ein life : un livre / picher à s'mareonne : rire à ne plus savoir se retenir, la mareonne signifie le pantalon, la culotte / canger : changer / des cosses : des choses / des cacoules : des mensonges / l'élestrique : l'électricité / tchier : cher)

S.T. mars 2012.

08:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard. |

29/04/2011

Tournai : expressions tournaisiennes (120)

On conneot Edgard, Irma, Edmeond et Fifinne, j'vas ichi vous parler d'Léon et Léontine. Eusses deux, ch'est l'jour et la nuit, i-n'seont pos parels, Léon est taiseu, Léontine ch'est eine babelle. Léon, on peut dire qu'i-est fin comme eine alleumette, mais Léontine, elle, ch'est eine grande sèque à leunettes. Cha fait chinquante ans qu'Léon n'a qu'eine seule passieon, tous les diminches d'été, bé, i-jeue à couleons. Ch'est pos vraimint l'tasse de thé de s'feimme Léontine, elle est puteôt du genre, nettiache et cuisine.

A chinq heure du matin, elle se liève aux aurores pindant qu'Léon, au bord du lit, i-dort acore. Et quand i-ouvère l'ouel et comminche à s'éveiller, i-a bin lommint que l'maseon est nettiée. Après Léontine, dins s'cuisine, prépare l'deîner et Léon ave s'tchien va pourméner. L'plat, à peine su l'tape, Léontine dit à s'n'heomme que pou minger, i-a toudis été eine leongue preone. Ch'est vrai, pou li, minger, ch'est d'abord savourer, mais pou s'feimme, minger, ch'est avant tout avaler. Bé orwette acore ichi, si ch'n'est pos dammache, ov'là 'cor que j'attinds aprés ti pou l'orlavache. "Quoisque te dis... j'ai bin compris, te n'as pus faim", et aussi vite, elle li ortire l'assiette des mains. "Ichi, on n'gaspille rin, s'n'assiette, on l'finit", elle a à peine dit cha qu'elle a tout inglouti !

Après-deîner, quand l'solel luit et qu'i-fait bieau, Léontine part faire ein tour ave s'véleo. I-féaut dire que ch'est le momint que no Léon préfère, cha li deonne l'impressieon d'ête tout seu su l'tierre. I-va au mitan de l'cour et ravise au léon, là, hureux, i-chiflotte pou app'ler ses couleons. Et quand l'vieux marle tourne la-héaut et cait su l'trappe, Léon, tout douch'mint, ave tindresse, i-l'attappe. On peut alors l'vir mareonner à s'n'orelle, "i-va falloir, mon vieux, aller orvir t'femelle". Mais ch'est toudis ainsin, bin vite, l'rêve i-passe, ov'là d'jà Léontine qu'i-orvient de l'paroisse.

"Quoisque te veux minger, aujord'hui, pou l'souper ? L'temps i-passe et i-est béteôt l'heure d'y penser !". "Bé, dit Léon, j'ai invie d'frites et du gambeon" "Neon, t'aras de sardines, elles sont in promotieon". Léon n'dit pus rin, ch'est ainsin à tous les queops, au début, i-s'fouteot in rache et disputeot, mais ch'éteot Léontine qu'i-aveot toudis l'dernier meot.

Cha va leu faire à l'auteomne chinquante ans d'mariache, ein d'mi sièque fait d'amour et à l'feos d'oraches, mais dins l'quartier, on dit d'eusses que ch'est des brafes gins, que dins toutes les circonstances, i-ont l'coeur su la main. Quand, à l'téléviseon, i-voitent l'misère, pou v'nir in aide, i-ortourneroet'ent ciel et terre. Acore hureux qu'i-a des gins comme Léon et Léontine, dins ein meonde qui va, à l'feos, à l'ruine.

(lexique : sèque à leunettes : grande femme maigre portant des lunettes / couleons : pigeons / nettiache : nettoyage / l'ouel : l'oeil / lommint : longtemps / ein tchien : un chien / pourméner : promener / l'tape : la table / eine leongue preone : un lambin / orwette : regarde / dammache : dommage / l'orlavache : la vaisselle / après-deîner : après-midi / au mitan : au milieu / raviser au léon : regarder au loin / ein marle : un mâle / mareonner : murmurer / orvir : revoir / gambeon : jambon / les queops : les coups / ein sièque : un siècle / à l'feos : parfois)

(S.T. avril 2011)

18:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard. |