14/04/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (403)

Avril 2080 : Lette d'un garcheon d'no ville à s'mamère.

Tournai, l'dix-siept d'Avril 2080.

M'bin chère Mamère,

D'puis que te t'es ormariée et qu'pou la Suisse t'a quitté Tournai, te peux m'acroire, tout, ichi, i-a bin cangé.

L'jour dusque t'es née, l'sièque i-n'aveot qu'eine ainnée. Ainsin, cha t'fait septante-nuef ans depuis l'début du printemps. T'as connu les grands travéaux dins l'centre-ville qui seont dev'nus, asteur, total'mint inutiles. Cha a comminché pa l'fil d'or au mitan des rues, ceulle riche trouvale d'Mossieu Michelin elle n'a jamais tenu. Ein echevin i-aveot bin déclaré que, dins l'béteon, i-falleot tout simplemint l'visser mais quançqu'i-a intindu parelle idée, l'architecte d'prumière classe i-a été débalté. Après cha, ch'a été les pavés qui s'seont mis à jeuer les castagnettes, à chaque feos qu'i-passeot eine auteo ou bin eine camionnette. On a eu bieau les inl'ver et les ormette dix queops, quançqu'on rouleot pa d'zeur, cha f'seot ein boucan d'seot. Final'mint, les responsapes i-ont pris l'décisieon d'tertous les ertirer mais pa manque de liards, à l'plache, i-ont été obligé d'étinte du... gravier. Alors pou éviter l'poussière dins les maseons, partout dins l'ville on a interdit l'circulatieon. On a d'abord pinsé arroser mais l'cruéau i-a bin vite comminché à pousser et, comme les écoleos n'vouleot'ent pus qu'on pulvérise des produits chimiques, on s'a vite ortrouvé pa d'vant eine situatieon catastrophique. On veyeot même apparaîte des hierpes de la pampa, d'ein bout à l'eaute de l'rue Saint-Piat. Su l'plaine i-a bin lommint qui n'a pus d'chapiteau, à l'plache, on a agrandi l'parking pou les auteos. In incien Audax i-a proposé d'offère des véléos élestriques pou les visiteus qui veule'tent faire eine porménate touristique. 

Que l'ville elle soiche réservée uniqu'mint aux piéteons, ch'n'éteot pos, à vrai dire, eine si mauvaisse solutieon, après tout, les magasins i-ont, ein p'tit peu à l'feos, été serrés et i-n'a pus, dins les rues, que des restos et des cabarets. Comme ch'est tolérance zéreo pou l'conduite d'eine automobile, du queop, ch'est à pied qu'les gins s'in veont boire et minger in ville. On areot pu pinser que Tournai elle s'reot ainsin dev'nue eine ville dortoir, ahais, les gins ronfièlent pindant l'jour et sortent de leu maseon quançqu'i-fait noir. A partir de dix heures au soir, su les terrasses de la Grand-Plache, i-feaut presque battlier pou trouver eine plache. Les camions pou les poubelles i-passe'tent, tous les jours, à chinq heures au matin, à c'momint-là, cha fait d'jà deux heures qu'eine armada d'ambulances ramasse'tent les quervassins. On a fait appel à des privés pasque les gins du 112 i-éteot'ent débordés. L'réductieon des effectifs des peompiers et des policiers elle a qu'minché sous l'gouvernance du ceu qu'on app'leot "Gambeon Prumier" et après cha n's'a pos améloré !

I-a ein indreot dins l'ville qui est acore fort animé, comme au beon vieux temps, ch'est l'leong des quais. Cha fait pus d'chinquante ans aujordhui qu'l'Esqueaut, i-est dev'nu eine véritape autoroute à batieaux. Vu qu'jour et nuit, dins l'navigatieon i-a pos d'arrêt, l'pont Noter-Dame i-a fallu l'démeonter, ch'éteot pos l'peine de l'laicher, i-areot toudis été l'vé. Au début, pou calmer les gins, on n'aveot orconstruit des arches au Pont des Treos mais on s'a bin vite rindu queompte que les baquets éteot'ent freinés pa l'gouleot. Adeon, on a assisté à ein nouvieau démolissache et ch'est à l'intrée de l'rue Royale qu'on a plaché les arches. Pou que les vieux Tournisiens acore s'in rappelle'tent, soiche rasseurée, on a quand même laiché les tours jumelles. Tins, i-a aussi ein service d'navettes qui imbarque les gins à Allain pou les déposer à l'Borgnette, Ainsi, si aux Bastions, les clients n'ont pos trouvé leu bonheur, i-seont au complexe d'Froyennes in moinse d'ein quart d'heure. 

tournai,patois,picard

Ave m'feimme et les infants, pos pus tard qu'hier, on a passé toute l'journée au bord d'la mer. Quançque j'raqueonte aux infants que te f'seos près d'deux heures de route pou ti aller bronzer su l'sape de Knokke le Zoute, i-m'orwettent comme si je leu diseos des cacoules ou s'demindent si j'n'deviens pos maboul. Comme d'puis chinq ans, la mer elle est asteur inter Ypres et Courtrai, Tournai la Plache qui aveot lieu dins l'temps su les quais, cha va béteôt ête eine réalité. Aller péquer des guernates à l'incien quai des guernoules ou bin faire de l'plongée sous-marine à l'incienne gare margarine, dins vingt ans, si cha continue ainsin, no port fluvial i-s'ra dev'nu port maritime. Bah, cha f'ra toudis du bouleot pou les ceusses qui veont louer des pédaleos. 

On a fini d'aménager no nouvelle maseon à l'rue du P'tit Rudy, i-paraît que ch'est l'neom d'ein incien bourguémette quançque te d'meureos acore ichi. Pou li deonner s'neom, on a débaptisé l'rue des Bleuets, tout à fait inter-nous, j'pinse qu'on s'a seûrmint trompé. On areot mieux fait d'canger l'neom de l'rue des Roseliers. Mi qui aimeot bin ouvrer au gardin, d'puis deux ans j'n'y fais pus rien. Avé 45° in plein meos d'juillet, mes p'tits légueimes i-seont tout déssequés. J'arroseos tous l'matin mes pichoulits et mes barpes d'capuchin, l'soir i-éteot'ent couchés et orséqués su l'terrain. Quoisque te veux, ch'est l'résultat du récauff'mint climatique qui a trinsformé in désert l'presque totalité d'l'Afrique et orcouvert d'ieau eine beonne partie d'no Belgique. Te m'moutreos souvint des photeos avé les neiches éternelles, i-feaut les raviser asteur pou qu'on s'in rappelle. 

Ov'là les toutes dernières nouvelles de l'cité des cheonq clotiers, si t'orviens ein jour, comme te le veos, te vas ête dépaysée.

P.S. : In t'écrivant, j'ravise du coin d'l'ouel m'compteur geiger, ch'est ein apparel rud'mint nécessaire d'puis qu'in 2050, à Tihange, l'cintrale nucléaire a invéyé des atomes s'porméner dins l'air. Ch'est grâce aux éoliennes et aux panneaux solaires qu'aujourd'hui dins nos maseons on s'éclaire et dire qu'i-aveot de d'grands esperts qui n'arrêteot'ent pos d'déclarer : "l'cuve du réacteur elle est troée mais i-a pos d'quoi s'inquiéter". I-aveot'ent fait des études poussées mais on aveot seul'mint oblié que ch'est pa les reponsapes de l'élestrique quee mes gins i-éteot'ent payés !

J'te fais eine baisse,

T'pétit Batisse.

(lexique : l'lette : la lettre / l'garcheon : le garçon / l'mamère : la mère / ormarier : remarier / acroire : croire / ichi : ici / canger : changer / dusque : où / l'sièque : le siècle / nuef : neuf / asteur : maintenant / commincher (ou qu'mincher) : commencer / au mitan : au milieu / ceulle : cette / trouvale : trouvaille / parelle : pareille / prumière : première / débalté : exaspéré, déchaîné / jeuer : jouer / dix queops : dix coups, dix fois / quançque : lorsque / pa d'zeur : dessus / tertous : tous / les liards : l'argent / étinte : étendre / l'cruéau : les mauvaises herbes / ortrouvé : retrouvé / on veyeot : on voyait / des hierpes de l'pampa : des herbes de la pampa / bin lommint : bien longtemps / offère : offrir / élestrisques : électriques / eine porménate : une promenade / soiche : soit / ein p'tit peu à l'feos : un petit peu à la fois, progressivement / ête serré : être fermé /  du queop : du coup, dès lors / ahais : oui / ronfiéler : ronfler / battlier : batailler, se battre / eine plache : une place / chinq : cinq / les quervassins (ou les quervés) : les ivrognes / qu'mincher (ou commincher : commencer) / ein indreot : un endroit / l'leong : le long / chinquante : cinquante / laicher : laisser / toudis : toujours / s'rinte queompte : se rendre compte, remarquer / les baquets; les péniches, les bateaux fluviaux / adeon : donc / rasseurée : rassurée / l'feimme : la femme / l'sape : le sable / orwettier (ou raviser) : regarder / des cacoules : des mensonges, des contes à dormir debout / inter : entre / béteôt : bientôt / péquer : pécher / les guernates : les crevettes / l'quai des guernoules : le quai des grenouilles / les ceusses : ceux / ein bourguémette : un bourgmestre (en Belgique), un maire (en France) / seûrmint : sûrement / ouvrer : travailler / l'gardin : le jardin / les légueimes : les légumes / désséqué : desséché / les pichoulits : les pissenlits / les barpes d'capuchin : les barbes de capucin / orséqué : desséché / quoisque : qu'est-ce que / moutrer : montrer / les neiches : les neiges / raviser (ou orwettier) : regarder / ov'là : voilà / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'ouel : l'oeil / invéyé : envoyé / les esperts : les experts / troé : troué / oblier : oublié / l'élestrique : l'électricité / j'te fais eine baisse : je t'embrasse, bons baisers).

Jusse avant d'orfermer ceulle pache, j'vous souhaite à tertous eine beonne et hureusse fiête de Pâques. Diminche, je vous conselle d'aller vir dins vo gardin si les cloques elles n'ont pos laiché des oués in chucolat et si ch'est pos l'cas, alors lindi, n'hésitez pos à printe ein bâteon pou vous rinte au Meont de l'Ternité (ch'est ainsin qu'on appelle aussi l'Meont Saint-Aubert), i-ara là-vas seûrmint ein masse d'amisses et d'connissances et bramint d'occasieons d'goûter l'jus du houbleon.  

photo : montage Courrier de l'Escaut.

S.T. avril 2017.

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

08/04/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (402)

L'nostalgie d'Edmeond. 

A l'fin d'l'hiver, ch'est l'même histoire chaque ainnée, pindant tout l'meos d'avril Edmeond i-est démoliné. Tout au leong d'eine sainte journée, i-n'arrête pos d'parler du temps passé. 

"Je m'deminde ce que j'fais acore su ceulle tierre, l'Optimisse, te sais, no vie elle éteot bin pus belle hier".

Rien que pou li faire plaisi, jeudi dernier, j'l'ai acouté pindant tout l'après-deîner et quançqu'au soir à m'maseon j'sus rintré, j'aveos l'impressieon d'ête moral'mint desterminé. Vous n'allez pétête pos m'acroire mais pou l'restant de l'sémaine, l'nunu-cabadèche d'Edmeond i-m'a foutu eine riche démigraine.

Ov'là ichi tout ce qui m'a débabeiné et, acore, i-d'a la mitan que j'ai oblié : 

"Avant, l'propreté, ch'éteot l'prumier des soucis, tous les verdis, m'mamère elle feseot s'saim'di. Elle metteot ses bottes et elle nettieot l'intièr'té de l'maseon, elle feseot l'cuisine et l'couloir à l'brouche et au noir saveon. Elle ortireot les arnitoiles avé l'tiête de leu et elle récureot au Sidol, la taque du feu. Elle feseot blinquer les cuifes et les argint'ries et, à l'velle de Pâques, elle chireot toutes les boiseries. Même l'trottoir, dusqu'i-n'aveot jamais ein brin d'tchien, i-éteot astiqué et les ceusses qui nettieot'ent inl'veotent bin vite de l'rigole les rares papiers. I-falleot vir comme elle éteot hureusse que tout soiche fraîque, que tout sinte beon quançque des amisses, l'diminche, veneot'ent deîner à no maseon. 

Dins les rues, comme elles n'aveot'ent pos 'cor été invintées, on n'veyeot pos, comme asteur, des dizaines de canettes ruées su l'pavé. Les paquets d'frites ch'est dins les poubelles qu'on s'in débarrasserot, ch'n'est pos, comme d'nos jours, su l'quémin qu'on les laicheot. I-arriveot alfeos qu'ein quervassin, au p'tit matin, pa d'vant vo maseon démaqueot mais à l'prumière heure du jour, in ruant ein séeau d'ieau, s'carte de visite elle parteot.

Tertous, on n'aveot du respect pou l'ouvrache qui aveot été fait, on saveot combin d'argint, pou des travéeaux, i-aveot été dépinsé, du queop, su les murs, on n'garchenneot pos l'traval, i-n'aveot pos d'tags dessinés pa des vandales. Les étudiants canteot'ent pétête à tue-tiête, de l'nuit, dins les rues et les rulettes mais jamais pou biêt'mint s'amuser i-n'areot'ent buqué su l'prumière perseonne qui'v'neot'ent à croiser. Pindant chinq ainnées, on aveot connu l'guerre et, dins l'misère, les gins éteot'ent solidaires. 

On n'alleot pos à l'école jusqu'à quinze ans mais dins l'vie on saveot tirer s'plan, on ouvreot nuève heures su eine journée et l'soir venu on n'aveot pos l'temps d'aller lusoter. Les gins n'aveot'ent pos bramint d'certificats mais i-saveot'ent écrire presque sans feautes eine lette, ch'n'est pos comme l'espèce de charabia qu'on lit aujord'hui su internet.

On n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels, on n'queureot pos les boîtes de nuit, on buveot et mingeot des produits naturels et eine beonne crasse pinte nous donneot du lari. A minuit, à s'maseon, ch'est à pied qu'on ortourneot et si, berzèque, on rincontreot alfeos ein piquet, on n'déploreot qu'ein boursieau et, su les routes, i-aveot beauqueop moinse d'tués.  

Comme on n'aveot pos 'cor l'télé, l'soir, on n'éteot pos prisonnier. L'hiver, on alleot jeuer à cartes chez les visins et l'été, on raconteot nos avintures de l'journée dins l'gardin. On pouveot laicher les portes ouvertes, on veyeot raremint ein agripeu et aux portes des magasins, on n'éteot pos constammint harcelé pa les brimbeus. Les agints feseot'ent leu reonde à pied, deux pa deux, et i-croiseot'ent pus souvint l'route d'ein buveu que d'ein voleu. 

Nos interprisses su l'territoire communal ou régional n'éteot'ent pos dirigées pa des multinationales. Carton, Meura, Desclée, Casterman, ch'est pa chintaines que les jeones trouveot'ent du traval. T'y rintreos avant vingt ans et te sorteos, à l'ortraite, à soixante-chinq ans. Quançqu'i-sorteot'ent d'l'école, les jeones n'cacheot'ent pos lommint après d'l'ouvrache, i-n'deveot'ent même pos s'inscrire au chômache et les patreons n'planqueot'ent pos des liards dins des paradis à Jersey ou aux Philippines, i-préféreot'ent bin mieux investir l'argint gagné dins ein nouvel otiache ou eine machine pou l'usine.

Dins l'temps, les politiciens i-s'metteot'ent su les listes pou servir leu populatieon et pos pou s'in foute plein l'portefuèle comme ch'est asteur leu prumière des préoccupations. Je n'dis pos, les p'tits peots d'vin cha a toudis existé mais, asteur, ch'est pa des pipelines intiers qu'mes gins i-seont arrosés. 

Edmeond i-éteot tell'mint débalté qui n'aveot pu moyen d'l'arrêter. I-a tout passé in orvue : les Racingmen et les Unionisses qui jeueot'ent au fotbal pou ein kileo d'bure ou d'saucisse, les vedettes de l'cancheon qui n'gagneot'ent pos des millieons, les opérettes et les opéras qu'on pouveot acore aller vir à l'Halle-aux-Draps, l'balleon qu'on alleot vir meonter le lindi de l'karmesse su l'plache Crombez, l'traversée d'Tournai in natatieon dins ein Esqueaut pos acore touché pa l'pollutieon...  

Quoisque vous voulez que j'pouveos acore dire après eine parelle litanie, j'ai berdélé deux treos meots qui n'a pos compris et infin j'li ai dit :

"Mais Edmeond, i-feaut vife avé s'temps, i-n'feaut jamais orwettier in arrière, même si ch'n'est pus comme avant, i-n'veaut mieux pus pinser à hier. N'ravise pus l'télé, n'ouvère pus les gazettes, n'acoute pus les journaux parlés et surtout laiche caire internet et, ein beon consel... inter nous, évite les cabarets, pasqu'au comptoir, on n'queompte pus les cacoules qui y seont raqueontées. Edmeond, m'n'amisse te deos arrêter de t'masinguer pasque j'sus seûr que pour Fifinne ch'n'est pos fort gai. Intinte s'délaminter s'n'heomme à tous les momints, cha deot deonner à ceulle paufe feimme bramint d'chagrin. Viens t'porméner avé mi dins les beos et les camps, on ravisera les fleurs et des osieaux, on acoutera l'cant. Te verras les grands arpes onduler avé l'vint et l'air ein peu fraîque su t'visache i-t'f'ra du bin. Arrête de busier, cha t'fait du mau, cache après tout ce qui est bieau".

(lexique : ête démoliné : être démoralisé / tout au leong : tout au long / ceulle : cette / acouter : écouter / l'après-deîner : l'après-midi / desterminé : détruit / pétête : peut-être / acroire : croire / l'nunu-cabadèche : un qui fait des petits contes pour rien / l'démigraine : la migraine / ov'là ichi : voilà ici / débabeiner : raconter ses heurs et malheurs / la mitan : la moitié / l'verdi : le vendredi / m'mamère : ma mère / faire s'saim'di : faire le nettoyage hebdomadaire / nettier : nettoyer / l'brouche : la brosse / l'noir saveon : le savon noir / les arnitoiles : les toiles d'araignées / l'tiête de leu : la tête de loup / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / l'velle : la veille / chirer : cirer / ein brin d'tchien : une déjection canine / astiquer : rendre propre, brillant / les ceusses : ceux / vir : voir / fraîque : fraîche / deîner : dîner / asteur : maintenant / ruer : jeter / l'quémin : le chemin / alfeos : parfois / ein quervassin: un ivrogne / pa d'vant : devant / démaquer : vomir, remettre / ein séeau : un seau / tertous : tous / du queop : du coup, dès lors / garchenner : abîmer / canter : chanter / les rulettes : les ruelles / buquer : frapper / tirer s'plan : se débrouiller / ouvrer : travailler / nuève : neuf / lusoter : flâner / bramint : beaucoup / queurir : courir / deonner du lari : mettre en joie / berzèque : éméché / ein boursieau : une bosse (suite à un coup) / moinse : moins / jeuer : jouer / les visins : les voisins / l'gardin : le jardin / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ein brimbeu : un mendiant / les interprisses : les entreprises / les chintaines : les centaines / les jeones : les jeunes / l'ortraite : la retraite (en Belgique on dit plus souvent la pension) / cacher après : chercher / lommint : longtemps / les liards : l'argent / l'otiache : l'outillage / s'in foute : s'en mettre / l'portefuèle : le portefeuille / débalté : déchaîné / passer in orvue : passer en revue, faire le point / l'bure : le beurre / l'cancheon : la chanson / l'karmesse : la kermesse / parelle : pareille / berdéler : bredouiller / vife : vivre / orwettier : regarder / raviser : regarder / inter : entre / les cacoules : histoires inventées, mensonges, les "hoax" comme on dit aujourd'hui / s'masinguer : se faire du mauvais sang / ête seûr : être sûr / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / les beos : les bois / les camps : les champs / les cants : les chants / les arpes : les arbres / busier : ruminer / faire du mau : faire mal).

S.T. avril 2017.

13:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

31/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (401)

Les orcettes de cuisine d'Fifinne.

Pindant l'sémaine, no brafe Fifinne, elle a acore bin ouvré dins s'cusine. Elle nous a préparé ein bieau p'tit deîner et j'sus seûr que vous allez vous régaler.

Les anwiles au vert à l'mote Fifinne.

Vous avez ormarqué, quançqu'on parle d'anwiles, i-a des gins qui feont gnien-gnien mais, mi, j'préfère acore cha aux insectes qu'on vind asteur dins les magasins. Ein vier, ein sautérieau ou bin eine mouque, je n'me veos pos mette cha dins m'bouque

Pou faire les anwiles au vert à l'mote Fifinne, i-ara des ingrédients plein l'tape de l'cuisine. 

Pou deux perseonnes, i-feaut queompter six à siept chints grammes d'anwiles, la mitan d'ein céleri, ein bieau greos ogneon, chint grammes d'persin, six ou siept fuèles d'épinards, six ou siept fuèles d'oselle, six fuèles d'chitreonnelle, de l'sauge verte, ein bieau bouquet d'cresseon, ein fuèle de laurier, ein cleo d'girofle, ein peu d'cherfoué, ein peu d'dragone, eine branque d'thym, du poife du moulin, du , ein chitreon, eine cuillère d'fareine, soixante grammes d'bure, treos oués et eine pétite boutelle d'vin blanc (ein beon p'tit Muscadet).  

Vous pouvez d'minder à vo marchand d'pisseon d'vous préparer et nettier les anwiles, i-n'vous restera pus qu'à les coper in tranques de chinq chintimètes invireon. 

Vous allez commincher pa laver vos légueumes pou inl'ver tous les produits chimiques qu'on met pa d'zeur dins les camps et les gardins

Vous copez vo céléri in dés et vous l'mettez à cuire pindant invireon ein quart d'heure dins ein peu d'ieau. 

Vous allez insuite faire cuire vos anwiles, passées dins l'fareine, à feu vif pindant chinq minutes dins l'bure ave l'ogneon haché. Pou que cha n'colle pos dins l'feond de l'marmite, i-feaut ormuer d'temps en temps. Vous allez verser pa d'zeur quarante à chinquante chintilites de vin pou les orcouvrir (Edmeond i-mettreot bin l'boutelle intière), mette dins vo préparatieon l'céleri (in ortirant l'ieau bi seûr) mais aussi ajouter : vos fuèles d'épinards, d'oselle et d'chitreonelle, l'bouquet d'cresseon, l'dragone, l'persin haché, l'fuèle de laurier, l'cléo d'girofle, l'sauge verte, ein peu d'cherfoué, du sé, du poife du moulin. Vous allez alors laicher cuire pindant ein p'tit quart d'heure en ormuant avec eine spatule. Vous ortirez l'tout de l'flamme. Pou lier l'sauce, vous allez alors ajouter treos guéaunes d'oué. Jusse avant d'servir vous laichez couler su les anwiles ein filet d'jus d'chitreon. Cha peut s'minger quieaud ave des penn'tieres ou bin freod ave du pain. 

Edmeond qui truèfe toudis occasion de s'mette in vedette, i-a voulu eine feos acore apparaîte dins l'orcette, i-vous deonne l'consel de l'sémaine : accompagnez toudis l'plat d'ein Muscadet d'Sèvre et Maine. 

L'clafouti d'Fifinne.

Ov'la ichi ein dessert pou minger au mitan d'l'après-deîner quancque les anwiles du midi elles seont bin digérées. Cha, avé eine jatte d'chéribeon, ch'est l'momint attindu pa Edmeond. 

On va à nouvieau rimplir l'tape ave les ingrédients : chint grammes d'fareine (du gruéau comme on dit à Tournai), quarante grammes d'Maïzena, ein peu d'sé, chint-quatre vingt grammes d'chuque fin et ein sachet d'chuque vanillé, deux cuillerées à café d'levure sèque, deux oués, septante-chinq ml d'lait et deux belles peommes (Fifinne elle prind toudis des Jonagold).

Pou faire ceulle préparatieon, vous avez b'soin d'ein moule d'vingt-quate chintimètes d'diamète et d'invireon six chintimètes de hauteur (ch'est précis, ch'est pou que cha meonte mieux !). 

Dins ein saladier, vous allez mette l'fareine, l'maïzena, l'levure, eine pincée d'sé, deux cuillerés à café d'levure sèque, l'chuque fin et l'sachet d'chuque vanillé (cha orprésinte dix grammes).

Vous allez bin mélanger l'tout (n'orwettiez pos à bin malaxer) puis ajouter les oués et les septante-chinq ml d'lait. Et vous allez continuer ainsin à bin touiller (vir ouvrer les mains d'eine feimme dins l'fareine, ch'est l'pus bieau des gestes qu'on veot dins eine cuisine).

L'pâte ainsin obtenue, vous allez l'mette dins l'moule que vous avez beurré. Vous épluchez les deux peommes et les copez in fines tranques (Fifinne elle appelle cha des lamelles). Vous les étalez su l'pâte. Vous allez mette précauffer vo four à 180° et puis y mette l'moule pou eine demi-heure. (N'obliez pos d'raviser d'temps en temps si cha dore bien et qu'cha n'brûle pos)

L'démoulache i-est important, si vo moule i-a été bin beurré, cha deot aller tout seu. Vous posez alors vo clafouti sur eine grille et vous laicher orfroidir.

Fermez vo porte d'cuisine à clé si, à vo maseon vous avez des galfards comme Edmeond.

tournai,patois,picard

 

(lexique : eine orcette : une recette / brafe : brave / acore : encore / ouvrer : travailler / eine deîner : un dîner (repas du midi en Belgique) / ête seûr : ête sûr / les anwiles : les anguilles / à l'mote : à la façon, à la mode / quancque : lorsque / faire gnien-gnien : faire la fine bouche, rechigner / asteur : maintenant / les viers : les vers / ein sautérieau : une sauterelle / eine mouque : une mouche / l'bouque : la bouche / l'tape : la table / queompter : compter / chint : cent / l'mitan : la moitié / l'persin : le persil / les fuèles (ou fouèles) : les feuilles / l'oselle : l'oseille / l'chitreonnelle : la citronnelle / ein cléo : un clou / du cherfoué : du cerfeuil / de l'dragone : de l'estragon / eine branque : une branche / du poife : du poivre / du sé : du sel / ein chitreon : un citron / de l'fareine : de la farine / l'bure : le beurre / les oués : les oeufs / l'marchand d'pisseon : le poissonnier / nettier : nettoyer / coper : couper / les tranques : les tranches / les légueumes : les légumes / pa d'zeur : dessus / les camps : les champs / les gardins : les jardins / ormuer : remuer / ortirer : retirer / laicher : laisser / les guéaunes : les jaunes / jusse : juste / quieaud : chaud / les penn'tières : les pommes de terre / freod : froid / i-truèfe : il trouve / ichi : ici / eine jatte d'chéribeon : une tasse de très bon café / du gruéau : de la fine fleur de froment / l'chuque : le sucre / sèque : sèche / ceulle : cette / orprésinter : représenter / orwettier (ou raviser) : regarder / touiller : mélanger / vir : voir / précauffer : préchauffer / tout seu : tout seul / des galfards : des gourmands).

S.T. mars 2017.

11:26 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

24/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (400)

Quate chintième babillarte !

Cha fait asteur quate chints saim'dis qu'in patois d'Tournai j'vous écris. Mo Dieu, bé comme l'temps passe et vite s'écoule, cha fait d'jà huit ainnées que j'raqueonte des cacoules ! In m'lisant, vous l'avez seûrmint adveiné, j'sus vraimint fier d'ête ein infant d'Tournai et je n'veux pos que l'parler d'ichi i-soiche oblié que, pa des gins parlant eine eaute lanque, i-soiche déméprisé

No patois, ch'est no symbole, no signe de ralliemint, ch'est l'incestral lien qui unit tous les Tournisiens. L'ceu qui veut, eine feos, intinte ces meots qu'on dit dins l'cité des cheonq clotiers, in ouvrant ses orelles pou bin acouter, i-n'a qu'à aller porméner dins nos rues, nos rulettes ou bin l'leong d'nos quais .

J'sus seûr que dins toutes les conversatieons, i-intindra toudis au moinse eine de ces espressieons : 

D'ein qui n'in a jamais assez, pou bin définir l'perseonne, on dit : "M'n'heomme i-li faudreot l'gardin et les preones". On dit pou ein rusé, ein soucard : "Dusqu'i-s'perdra, i-f'ra noir !". On dit pou ein heomme qui veut passer inaperchu, ein qu'on a jamais ermarqué : "I-fait l'effet d'ein grain d'aveine dins l'gueule d'ein baudet".  Pou ein individu maiguerleot, on dit que "ch'est ein carilleon d'ossiéaux". On dit d'ein heomme qui fait du mauvais ouvrache, d'ein bricoleu, d'ein cafouilleu : "Et bé m'n'heomme, i-est adreot d'ses mains comme ein pourchéau de s'queue". Pou désigner ein qui aime bin l'biere et qui est toudis quervé, vous risquez pétête d'intinte : "M'heomme i-buvreot Bapéeaume et ses fossés" cha m'étonnereot... cha n'est pus fort utilisé, asteur, on parle avant tout "d'ein potieau d'cabaret". Pou ein vantard, ein qui s'prind toudis l'tiête, on dit :"Ein heomme qui s'vante et ein baudet qui s'gratte ch'est deux bellés biêtes". Cha va alfeos vous choquer quançque vous intindrez pou ein heomme qui est in train d'agoniser ; "I-n'a pus beauqueop d'sanche, s'cul i-sint l'louchet", rasseurez-vous, cha n'est pos de l'vulgarité, diseons que ch'est ein peu... imagé. Là dusque j'sus d'accord d'dire que ch'est vraimint grossier, ch'est quançqu'on anneonche que "l'feimme est impanch'loutée". Ces meots-là cha m'fait pinser au ceu qui n'a pos l'langache fort raffiné, ainsin on dira d'ein qui parle platemint : "à m'mote que m'n'heomme i-n'tamisse pos fin !". Pou ein heomme qui a marié eine feimme infidèle, eine qui a l'habitude d'aller vir ailleurs si l'hierpe elle est pus belle, on li dira, in guisse d'consolatieon et pou n'pos treop s'in faire : "I-véaut mieux ête wieot qu'aveule : on veot ses confrères". Cha m'fait pinser à ceulle phrase que j'ai intindue concernant ein malhureux qui éteot cocu :"L'curé li ouvère l'porte à double battants, pou qui n'accroche pos ses cornes in rintrant". Vous avez pétête rincontré dins vo vie, ein profiteu, ein heomme du ginre pique-assiette, d'li on dira : "Pou li minger à l'ouel, s'bouque elle f'reot l'tour de s'tiête". 

Ein bieau jour, des gins de la héaute société on voulu interdire l'patois d'Tournai. Pa ces jocrisses, i-a été banni des classes des écoles, ch'est simpe, si on l'parleot, on attrapeot eine colle. Si te diseos "ahais Mossieu" pou répeonte à eine questieon, te t'ortruèveos, vite fait bin fait, avé eine punitieon. On d'veot copier chint feos, in calligraphie : "En français on répond oui, le maître me l'a souvent dit".

Comme diseot Mossieu Parvenu et Madame Proutemachère : 

"Mon Dieu que ce langage est vulgaire, il définit bien les classes populaires, si un enfant veut s'élever dans la société, on doit lui interdire cette façon de parler". 

"Bé queompte là d'zeur et beos d'l'ieau, t'aras des clairs boyéaux", si à l'école on éteot obligé d'parler l'lanque de Voltaire, à nos maseons l'maîte i-n'pouveot pos v'nir nous faire taire. 

Tous ces gins qui, pou parler, metteot'ent les preones dins les quertins, i-ont été fameus'mint estoqués pa l'succès du Cabaret Walleon Tournisien. Du patois, ces gins-là i-n'sav'tent pétête rien mais, pou nous eautes, acouter les Filles Celles Picardes, Bruno Delmotte ou les canteus du Bistreot Tournaisien, ch'est bin leon d'ête du flamind. 

I-n'ont jamais voulu comprinte tous ces adeptes du beon langache, que ch'est l'patois de l'Ile de France qui est, peu à peu, dev'nu l'usache. 

Nos incêtres, nos aieux, nos parints qui nous ont éduqués, i-n'conniseot'ent pétête pos deux meots d'Français mais i-ont quand même fait des infants qui, dins l'société, peuv'tent, aujord'hui, s'débrouiller. 

Dins no beonne ville d'Tournai, tertous on sait qu'eine perseonne qui a l'bazin, ch'est eine qui est prisse d'trimblemints, qu'ein heomme qui su s'freont i-a ein riche boursieau, ch'est pasqui-a eine bosse après eine mauvais queop. I-n'feaut pos nous espliquer quançqu'on dit qu'on a brichaudé l'argint, on comprind tout d'suite qu'on a gaspillé les liards comme chez Publifin. On s'déméfie des cache-à-puches et des mordiquéaux, i-cache'tent toudis à batt'lier, à vous bourrieauder, à vous inveyer à l'hosto. A Tournai, à Ath ou à Mouscreon, on a tertous nos espressieons, ch'est no carte d'idintité, ein espèce d'marque d'fabricatieon. 

Si vous m'suivez d'puis l'prumier artique, vous n'avez pus b'soin du lexique et si vous êtes fidèle d'puis l'prumière rubrique vous pouvez me l'faire savoir pa ein commintaire, même laconique.

In attindant, l'sémaine qui vient, on orpalera d'cuisine grâce, bin seûr, aux orcettes de no beonne Fifinne !

(lexique : eine babillarte : une lettre / asteur : maintenant / quate chints : quatre cents / saim'di : samedi / des cacoules : des carabistouilles, des histoires inventées / adveiner : deviner / ein infant : un enfant / ichi : ici / eine eaute lanque : une autre langue / démépriser : mépriser / l'ceu : celui / eine feos : une fois / les cheonq clotiers : les cinq clochers / acouter : écouter / porméner : promener / les rulettes : les ruelles / l'leong : le long / seûr : sûr / au moinse : au moins / l'gardin : le jardin / les preones : les prunes / ein soucard : un sournois / dusque : où / inaperchu : inaperçu / l'aveine : l'avoine / ein maiguerleot : un homme très mince / les ossiéaux : les os / ein ouvrache : un ouvrage, un travail / ein cafouilleu : personne qui agit de façon désordonnée, qui ne sait pas par où commencé l'ouvrage / ein pouchéau : un porc, un cochon / quervé : ivre / pétête : peut-être / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / alfeos : parfois / quançque : lorsque, quand / l'sanche : la chance / l'louchet : la bêche (dans ce cas celle du fossoyeur) / anneoncher : annoncer / impanch'loutée : enceinte / platemint : platement / à m'mote : à mon idée / tamisse : tamise / l'hierpe : l'herbe / in guisse : en guise / wieot : cocu / ein aveule : un aveugle / ceulle : cette / l'ouel : l'oeil / l'bouque : la bouche / simpe : simple / ahais : oui / queompter : compter / là d'zeur : là-dessus / l'ieau : l'eau / l'maseon : la maison / mette les preones dins les quertins : phrase souvent entendue qui signifie parler avec emphase / ête estoqué : être abasourdi, frappé à mort / les canteus : les chanteurs / ête bin leon : être bien loin / tertous : tous / avoir l'bazin : être pris de tremblements / ein boursieau : une bosse, un hématome / ein queop : un coup / brichauder : gaspiller / les liards : l'argent / s'déméfier : se méfier / les cache-à-puches : personnes qui recherchent la bagarre,, qui cherchent continuellement noise / des mordiquéaux : des sales individus / batt'lier : batailler / bourrieauder : brutaliser / inveyer : envoyer / l'prumier artique : le premier article / les orcettes :les recettes).

S.T. mars 2017.

08:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (399)

Les démeons d'Edmeond.

Ch'est ainsin, chaque ainnée, dès qu'les prumiers bieaux jours i-seont d'ertour, quançqu'on li parle de s'n'heomme Edmeond, l'sang de l'paufe Fifinne i-n'fait qu'ein tour. 

"M'n'heomme, à peine qu'i-veot apparaîte l'solel, i-n'tient pus in plache, i-n'a pus qu'eine seule idée dins s'tiête queurir à l'Grand-Plache. Là-vas, i-ortruèfe ses amisses, les potieaux d'cabaret et les tournées comminche'tent alors à défiler. Ch'est toudis l'même cosse et cha va ête ainsin... jusqu'à l'karmesse d'sétimpe et même jusqu'à l'Toussaint. Après i-va s'mette à hiberner, rester dins s'fauteul au coin de l'quémeinée ave toudis l'jus d'houbleon à proximité".

On peut dire que pa les deux bouts, i-est in train d'brûler l'candelle mais ch'n'est pos facile de l'faire comprinte cha à ein compagneon de l'dive boutelle.  

Pourtant, l'sémaine passée, Edmeond i-a été à l'hôpital pou faire, de s'santé, ein bilan général. Les résultats seont pou l'moinse catastrophiques, l'docteur li a dit qu'i-aveot l'foie d'ein alcoolique.

"Vous devez absolumint mette l'frein sineon je n'répeonds pus de rien" qui li a dit l'médecin.

"Bé... cha fait asteur d'puis l'Toussaint que j'n'ai pos bu ein verre de vin et, vous pouvez l'deminder à m'feimme, pindant l'hiver ch'est uniqu'mint quançque j'sus pa d'vant l'télé que j'beos de l'bière".

"Ahais, seul'mint l'télévisieon elle comminche avant midi et, bin souvint, l'capenoul i-s'indort pa d'vant à minuit".

In intindant cha, l'docteur i-l'aveot compris, Fifinne elle éteot bin léon d'définte s'mari. 

Edmeond i-a cru beon de s'justifier :

"Quoisque te veux qui pourreot là s'passer, j'n'ai pos d'quémin à ortrouver, ein accidint n'sareot pos m'arriver à moinse de printe les pieds dins l'carpette de l'salle à minger".

"Vous veyez, docteur, i-n'a pos ein beon meot à orchevoir d'ein vieux seot, quançque vous voulez li dire eine séquoi, i-a toudis eine escusse à mette au tréo, Mossieu i-est toudis pus malin que l'z'eautes, Mossieu, i-li feaut toudis faire à s'mote. Ch'est ainsin d'puis qu'on est marié, d'puis l'temps, bé... j'sus asteur habituée. S'mamère elle m'aveot pourtant prévenue avant de l'marier, elle m'aveot dit qu'i-buvreot Bapaume et ses fossés !".

"Bé biribi, mes amis... Docteur, si tous ses esploits d'quervé, j'deos ichi vous raqueonter, les dix perseonnes qui seont acore dins l'salle d'attinte vous pouvez les rinveyer". 

"Pou éviter eine cirrhose, on va toudis commincher pa vous sevrer, seul'mint deux bières légères pa jour seont autorisées" qui a dit l'docteur qu'Edmeond commincheot à amarvoyer

Su s'cayère Edmeond i-feseot des beonds :

"Si j'comprinds bin j'vas ichi devoir faire carême pou arriver à perte pétête chint grammes à m'boudaine !". 

Fifinne s'ortourna et dit à s'nheomme :

"Bé, t'es toudis obligé d'défaire l'blouque de t'mareonne. On t'offère ichi eine sanche de désinfler t'grosse panche. L'docteur i-dit que t'as ein foie comme eine oie du Sud-Ouest, si te continues ainsin te vas mourir étouffé pa t'graisse ".

Bé ahais, autant li canter Malbrouck, Edmeond ch'n'est pos possipe d'l'arrêter surtout qu'i-va, l'ainné prochaine, fiêter ses... soixante ans d'présince dins ein cabaret. I-a chifflé s'prumière pinte à l'âche d'quatorze ans, c'jour-là, i-aveot orchu chinq francs à s'moneonque Fernand. 

Comme i-z'éteot'ent à cours d'argumints, i-seont infin sortis d'chez l'médecin.

Pour orvenir de l'consultatieon du docteur Martinache, nos deux amisses deveot'ent traverser l'Grand-Plache.

Fifinne elle a bin vite ormarqué que l'cabaret dusque s'n'heomme i-aveot l'habitude d'aller i-éteot serré.

"Merci, Beon Dieu, vous avez intindu l'prière que j'vous ai adressée, ainsin, on va pouvoir ortourner à no maseon sans nous arrêter". In prononchant ces meots Fifinne elle orwettieot l'cathédrale in pinsant que pou s'adresser au Beon Dieu ch'éteot acore là l'meilleur canal.

Mais d'un buveu comme Edmeond i-feaut bin puqu'cha pou chasser l'démeon. 

"Ceulle feos, je n'peux pos y écapper, mais avant de m'mette au jus d'tomate, j'voudreos pouvoir acore ein feos m'in foute eine pa d'rière l'cravatte".

I-passeot jusse pa d'vant la Halle-aux-Draps, dusque v'neot d's'ouvère les journées brassicoles quançqu'i-a rincontré s'n'amisse Arthur qui li a dit :

"Viens ave mi, aujord'hui, ch'est ichi qu'on picole". 

"On orvient d'chez l'docteur, Edmeond, et te l'sais bin, i-n'in est pos questieon".

Arthur continua s'tintatieon, Fifinne pinsa :

"Pou seûr qu'Arthur ch'est ein démeon, même si te li donnereos l'Beon Dieu sans confessieon"

"Allez, laiche te faire, rien qu'in p'tit verre, eine Brunhehaut ou eine Moinette, cha désaltère"

"Ch'est vrai que cha m'a deonné seo d'rester deux heures assis su m'cayère dins l'salle d'attinte du docteur".

I-s'ortourna su Fifinne et li dit :

"Après tout, l'bière ch'est des vitamines et cha deonne bonne mine. J'ai vu eine feimme de l'rue Perdue, pos pus tard qu'hier, et creos-me, ave ce qu'elle m'a dit te n'deos pos t'in faire, elle a v'nu l'ainnée passée et à toutes les bières elle a goûté, heureus'mint que s'file et s'bieau garcheon i-z'éteot'ent là pou l'orcondure à s'maseon. I-n'a que quinze chintilites pa verre, avé cha te n'risques pos d'caire pa tierre".

Comme i-l'aveot anneonché Edmeond i-a bu des p'tits verres, ch'n'est pos beauqueop quinze chintilites mais quançqu'on fait l'queompte siept ou huit verres cha fait pus d'ein lite !".

Je n'vous raqueonte pos l'état dins l'quel i-est ertourné à s'maseon, dins les rues de no beonne ville de Tournai, i-n'est pos passé inaperchu, Edmeond !

"On peut intierrer s'vie d'garcheon, mi j'ai mis fin à eine vie d'boisseon". 

Tout cha ch'est des promesses d'quervassin, i-va orcommincher ch'est presque seûr et certain ! 

(lexique : les démeons : les démons / ainsin : ainsi / ête d'ertour : être de retour / quançque : lorsque / n'pos t'nir in plache : ne pas tenir en place, être impatient / queurir : courir / là-vas : là-bas / i-ortruèfe (du verbe ortrouver) : il retrouve / les potieaux d'cabaret : les piliers de bar, de comptoir / commincher (ou qu'mincher) : commencer / toudis : toujours / eine cosse : une chose / l'karmesse de sétimpe : la kermesse de septembre / l'quémeinée : la cheminée / l'candelle : la chandelle / pou l'moinse : pour le moins / asteur : maintenant / pa d'vant : devant / ahais : oui /l'capenoul : l'innocent (terme picard surtout utilisé dans le Nord de la France / bin léon : bien loin / définte : défendre / quoisque : qu'est-ce que / l'quémin (ou le qu'min) : le chemin / ortrouver (ou ertrouver) : retrouver / printe : prendre / l'meot : le mot / orchevoir (ou erchevoir) : recevoir / eine séquoi : quelque chose / l'tréo : le trou / faire à s'mote : faire à sa guise, faire à son idée, à sa mode / s'mamère : sa mère / boire Bapaume et ses fossés : vieille expression peu utilisée de nos jours qui signifie "aimer la bière par-dessus tout" / ein quervé : un homme ivre / ichi : ici / acore : encore / amarvoyer quéquein : agacer quelqu'un / l'cayère : la chaise / pétête : peut-être / l'boudaine : la bedaine, le ventre / l'blouque : la boucle / l'mareonne : le pantalon, la culotte / offère : offrir / l'sanche : la chance / l'panche : la panse, le ventre / canter malbrouck à quelqu'un : c'est dire lui dire des choses dans le plus grande indifférence de sa part / fiêter : fêter / chiffler : siffler, ici avaler d'un trait, faire cul sec / l'âche : l'âge / chinq : cinq / l'moneonque : l'oncle / dusque : où / serrer : fermer / orwettier (ou raviser) : regarder / bin puque : bien plus / ceulle feos : cette fois / écapper : échapper / s'in foute eine : s'en mettre une / pa d'rière : derrière / jusse : juste / pou seûr : pour sûr, assurément / laicher : laisser / seo : soif / l'file : la fille / des chintilites : des centilitres / caire pa tierre : tomber par terrre / anneoncher : annoncer / l'queompte : le compte / inaperchu : inaperçu / intierrer : enterrer / ein quervassin : un ivrogne).

S.T. mars 2016.

 

17:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

03/03/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (398)

Les orcettes de Fifinne.

I-a ein invireon ein meos, j'vous ai promis d'acore vous deonner des orcettes de Fifinne. In lisant les commintaires parus su mblog et les messaches que j'orchois dins m'boîte mail, j'ai, d'puis bin lommint, ormarqué qu'i-a bramint d'feimmes qui vienne'tent orwettier "Visite Virtuelle de Tournai". Ceulle sémaine, Fifinne nous a préparé ein bieau greos lapin et elle vous apporte l'prouèfe qu'à Tournai on peut aussi l'minger sans preones et sans rogins. Elle l'a surlommé :

L'lapin d'auteomne !

Pou qu'mincher, elle a commindé ein bieau lapin au boucher, pos eine biête qui fait misère, eine qui a jusse l'pieau su les ossieaux et qui n'a pos grand-cosse à pluquer d'zeur ! Vous connissez no Fifinne, s'lapin, ch'est ein greos de l'race des géants flaminds. Elle a, bin seûr, d'mindé au boucher de l'décoper !

Su l'tape de l'cuisine, elle a rassimblé tout c'qu'i-éteot nécessaire pour faire l'plat : l'lapin d'jà décopé, ein beon morcieau d'bure, de l'fareine, deux greos ogneons, du thym, du laurier et du persin, eine boutelle d'trinte-treos chintilites d'bière, de l'Tournay (on est chauvin ou on n'l'est pos !), deux belles carottes, du et du poife et ein guisse d'moutarte forte.

Su eine planque in beos ou bin su eine fuelle d'papier qui sert à imballer l'viante, elle a mis de l'fareine et elle a ainsin infareiné chaque morcieau. Dins eine casserole, elle a fait feonte l'bure (on peut aussi utiliser de l'margarine), puis elle a fait colorer l'lapin in l'ortournant pou que tous les côtés soichent ein peu brunis. Elle a ajouté les lamelles d'ogneons et les carottes décopées in rondelles, l'thym, l'laurier, l'persin (eine sorte d'bouquet garni), elle a assaiseonné ave l'sé et l'poife, mis ein peu d'moutarte su les morcieaux et elle a fait mijoter pindant invireon eine hurette après avoir arrosé ave l'bière. L'lapin i-est à point quançqu'elle l'viante elle se détache bin. Elle a alors passé l'sauce au chinois et elle a porté l'mixture obtenue à ébullitieon in rajoutant ein morcieau d'bure et ein peu d'maïzena ou bin d'fareine pou bin l'lier. Fifinne goûte toudis pour vir si i-n'feaut pos rectifier l'assaisonn'mint. Elle plache les morciaux d'lapin su ein plat, elle nappe avé l'sauce et elle sert cha ave des penn'tières natures, de l'purée, des frites ou bin des croquettes. Elle m'a dit qu'on pouveot aussi accompagner l'plat d'carottes cuites à l'ieau avé ein peu d'chuque ou bin d'eine beonne compote de preones. Ein p'tit consel : Fifinne met toudis deux ou treos cuillères à soupe d'ieau avant l'cuisseon pour que cha n'accroche pos au feond. 

Ch'est ein orpas pou l'diminche quançqu'on a tout l'temps pou l'préparer et surtout pou l'déguster.

Vous allez me d'minder quoisque vous allez boire ave cha ? Bé, eine boutelle de vin rouche (j'vous laiche l'soin de l'queusir) ou tout simplemint eine bière Tournay !

Fifinne, elle nous a aussi préparé ein déssert. I-n'est pos treop difficile à faire, cha prind tout au puque 45 minutes. 

L'crème de riz au coulis d'preones !

Pou quate perseonnes, vous avez b'soin d'septante-chinq grammes d'riz, d'un demi lite d'lait intier, d'un demi bâtonnet d'vanile, d'eine pétite cuiller d'chuque semoule, un p'tit peot d'crème fraîque intière (surtout pos allégée), un blanc d'oué, chint chinquante à deux chints grammes d'preones et du chuque impalpape.

Pou commincher, on passe l'riz sous l'ieau dins eine passette et après on l'fait cuire, à feu doux, sans couvère l'poileon, pindant eine beonne demi-heure dins l'lait bouillant avé l'bâteon d'vanile. Quançque l'riz i-est cuit, on ertire le bâteon d'vanile et on l'verse dins ein plat in y ajoutant le chuque. Je l'veos bin vo lanque elle file d'jà mais on laiche orfroidir et in puque ch'est pos fini !

On met les preones et quate cuillers d'ieau dins eine casserole et on fait cuire à feu doux jusqu'au momint dusque les fruits soichent bin ramollis. On passe l'mixture au chinois et on ormet l'coulis dans l'casserole su l'feu pou l'faire épaissir. I-a ein truc pou raviser si ch'est assez épais, su l'deos d'eine cuiller cha deot glicher comme ein voile. On ajoute l'chuque impalpape et cha aussi on laiche erfroidir (si possipe, à l'abri des galfards). 

On va batte l'crème fraîque et, à part, l'blanc d'oué. Quançque l'blanc i-est consistant, on l'incorpore avé l'crème fraîque dins l'riz qui est d'jà orfroidi. I-reste à étinte pa d'zeur coulis d'preones et à rectifier avé ein peu d'chuque si ch'est nécessaire et si on n'est pos diabétique. 

Edmeond i-s'traîn'reot su s'vinte pou minger ein parel déssert mais i-feaut dire que m'n'heomme ch'est ein sapré galafe et qu'i-aime toutes les chucartes

Si vous aimez les orcettes d'Fifinne vous pouvez me l'faire savoir in laichant ein commintaire, je n'voudreos pos, l'prochaine feos, vous foute l'barpe avé des artiques qui n'veont pos vous plaîre !

(lexique : orcette (ou ercette) : recette / acore : encore / orchevoir (ou erchevoir) : recevoir / bin lommint : bien longtemps / bramint : beaucoup / orwettier (ou raviser) : regarder / ceulle : cette / l'prouèfe : la preuve / les preones : les prunes / les rogins : les raisins / surlommer : surnommer / qu'mincher (ou commincher) : commencer / l'pieau : la peau / les ossieaux : les os / grand-cosse : grand-chose / pluquer : grapiller / d'zeur : dessus / bin seûr : bien sûr / décoper : découper / l'tape : la table / l'bure : le beurre / l'fareine : la farine / l'persin : le persil / du sé : du sel / eine guisse : un petit morceau, un fragment / l'moutarte : la moutarde / eine planque in beos : une planche en bois / l'fuelle (ou fouèle) : une feuille / imballer : emballer / infareiner : enfariner / feonte : fondre / ortourner (ou ertourner) : retourner / soichent : soient / eine hurette : une petite heure / quançque : lorsque / toudis : toujours / vir : voir / placher : placer / les penn'tières : les pommes de terre / l'ieau : l'eau / l'chuque : le sucre / ein orpas : un repas / diminche : dimanche / quoisque : qu'est-ce que / rouche : rouge / queusir : choisir / tout au puque : tout au plus / fraîque : fraîche / ein oué : un oeuf / du chuque impalpape : du sucre glace / commincher (ou qu'mincher) : commencer / eine passette : une passoire / couvère : couvrir / l'poileon : le poêlon / ertirer (ou ortirer) : retirer / l'lanque : la langue, l'expression l'lanque elle file signifie : avoir envie de manger, saliver / dusque : où / raviser (ou orwettier) : regarder / glicher : glisser / ein galfard : un gourmand / batte : battre / étinte : étendre / l'vinte : le ventre / ein sapré galafe : un riche gourmand / les chucartes : les sucreries / foute l'barpe : barber, ennuyer / les artiques : les articles). 

S.T. mars 2017.

11:25 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

24/02/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (397)

Ov'là orvenu l'temps des carnevals !

Ceulle sémaine, pou les carnevals, Edmeond i-a été acater ein feaux-visache et l'tiête d'l'heomme politique qu'i-aveot queusi a fait naîte eine broule dins l'ménache. Queomptez su mi pou vous espliquer quoisqu'i-s'a acore là passé. 

I-aveot décidé qu'pou participer, saim'di, au cortèche à Kain, i-alleot ête afulé tout simplemint in directeur d'Publifin. 

"Fifinne, surtout te n'deos pos t'in faire, cha n'va pos coûter treop tcher, je n'vas pos dépinser des liards pou les vêt'mints et te n'as pos d'raiseon d'ête triste, j'vas seul'mint mette m'costume d'mariache qui m'fait orsanner à ein ministre". 

"A m'mote qu'in l'mettant, te vas ichi avoir l'air fin, te sais bin qu't'as perdu vingt kileos et qu'te flottes d'dins".

"Ch'est de t'féaute, si j'flotte ainsin dins mes mareonnes, ch'est à causse de tous les soucis que te m'deonnes". 

Et ch'est eine nouvelle batale qui v'neot d'commincher, ein conflit, sans ultimatum qui, tout à n'ein queop, i-aveot éclaté.

"T'aveos pourtint toudis dit qu'ceulle ainnée, ch'est l'gille que t'areos fait !"

"Bé justemint, j'n'ai pos foutu d'cacoule, c'jour-là, i-est infin arrivé !".

Fifinne qui a l'cerveau lent et qui a toudis besoin d'eine précisieon, elle n'aveot, acore eine feos, pos du tout compris l'allusieon.

Jusqu'à là, vous l'avez ormarqué, cha orsanneot puteôt à eine guerre de trinchées mais, à c'momint-là, Edmeond ch'est eine véritape beombe qu'i-alleot lachée. 

"J'vas mette des eureos plein les poches de m'jupeon pou mi bin avoir l'air d'ein qui n'vit que pou l'pogneon".

Fifinne elle n'aime pos qu'on touche à les écolomies, elle warde jalous'mint ein p'tit pécule pou asseurer leu fin d'vie. 

L'réactieon elle n'a pos tardé, on l'a intindue berler :

"Holà, comarate, te vas toudis printe des billets d'monopoly comme cha dins les cabarets te n'saras pos finir l'nuit". 

Ch'est à momint-là dusque chez elle, l'franc i-a qu'minché à caire :

"J'comprinds quoisque te vas faire, asteur, te vas osoir, t'es bin seûr, mo bé... queulle affaire !".

"Mi j'pinseos que t'alleos faire l'gille ave les ceusses de Saint-Piat, j'éteos bin leon d'imaginer eine histoire comme cha. A propeos, à vouloir bin jeuer l'rôle du patreon d'Publifin, te n'risques pos aussi d'caire malate saim'di au matin ! Comme d'puis l'début te n'in as jamais minquer eine, on pourreot lir dins l'gazette l'sémaine pochaine : Edmeond, pou l'prumière feos, i-n'éteot pos là, eine heure avant l'départ i-a inveyé ein certificat !".

"T'as tout à fait raiseon, Fifinne, ch'n'est pos fort "éthique" d'orprésinter ein heomme qui s'chucre avé d'l'argint public". 

"Tins, au magasin, l'vindeu i-m'a dit que j'pourreos faire Serge Gainsbourg, que d'ailleurs i-trouveot que j'aveos s'n'allure quançqu'i-m'raviseot à... contre-jour !".

"I-n'a pos tout à fait tort, t'as d'jà comme li les orelles décollées et in puque, ce qu'i-n'sait pos, ch'est qu'ti aussi t'es toudis quervé".

"Mo Dieu, te peux bin rire d'mi, Fifinne, ti, t'es leon d'orsanner à Jane Birkin. Si te viens à Kain avé mi, te pourras tout jusse t'déguiser in Mimi Mathy. Ou bin alors, comme tous les jours te brousses, te n'as qu'à t'attifer in Marie-galousse". 

Les hostilités éteot'ent déclinchées et ch'éteot pos prêt d's'terminer. 

"Attinds, j'vas t'deonner ichi des démisses, te prindras aussi eine boutelle à t'main, ainsin arnicuré d'eine vielle quémisse, ch'est t'rôle pus vrai qu'nature que te moutreras à Kain, te n'devras même pos mette ein feaux visache su t'tiète, i-suffira tout simplemint d'printe t'n'habituel air biête".

On peut dire que cha voleot vraimint bas et mi j'n'aveos jamais intindu cha. 

I-est vrai qu'Fifinne, quançqu'on l'fait bisquer, bin vite s'lanque de vipère elle apparaît mais, pou eine feos, Edmeond i-n's'in est pos ortourné, i-li a dit tout douch'mint, sans s'démeonter :

"L'ceu qui déchire s'nez i-déchire s'visache, ceulle ormarque elle est gratuite !"

"Sache aussi qu'i-veaut mieux printe eine purche qu'eine feimme, l'méd'cine elle passe pus vite !".

I-paraît que ch'est presque tous les jours ainsin mais quançque j'sus à leu maseon, j'active l'frein, pou faire caire l'tinsieon et dévié l'conversatieon. 

"Hureus'mint que pou respecter les traditieons tournisiennes i-a 'cor des des bintes de dévoués, j'ai l'raminvrance des cris et des rires qui retintisseot'ent aux carnevals dins les rues d'no cité. On éteot même obligés d'printe ein parapuie pou s'protéger de l'pluèfe des caneons à confetti. Les infants i-z'aveot'ent l'esquite quançqu'i-veyeot'ent les sinches et les noirs sauvaches du groupe des Déchaînés. On voudreot faire eine confrérie ainsin asteur, on devreot toudis faire bin attintieon, pasque pou ein rien on mécontinte bramint d'associatieons. Aujord'hui, cha n'existe pus l'autodérisieon, on dépose plainte in justice pou ein oui ou pou ein neon. Ch'est vraimint au sièque des p'tits esprits qu'on vit, i-d'a toudis ein pou pinser qu'on s'fout d'li !".

"Dusqu'i-est l'temps des Pierreots et des Colombines, des Cartelettes et des Arlequins, des belles dames in ropes d'crinoline, des Gilles de Saint-Piat et des Pêcheurs Napolitains. J'warde toudis au feond d'm'coeur ce qu'mi j'appelle nos ainnées-bonheur. Te pouveos t'amuser et rire, i-n'aveot jamais quéquein pou t'agonir ".

Mais tout cha n'a pos d'importance pasque cha n'va pos nous impêcher, mes gins, d'faire l'fiête, saim'di après-deîner, dins les rues et su l'plache de Kain".  

(lexique : orvenu : revenu / les carnavals : le carnaval (ce mot est toujours au pluriel en patois) / ceulle : cette / acater : acheter / queusir : choisir / l'broule : la brouille, la mésentente / queompter : compter / quoisque : qu'est-ce que / acore : encore / l'cortèche : le cortège, la cavalcade / afuler : affubler, habiller de manière ridicule, bizarre / tcher : cher, onéreux / les liards : l'argent / orsanner : ressembler / à m'mote : à mon idée, selon moi / ichi : ici / les mareonnes : les pantalons / eine batale : une bataille / commincher (ou qu'mincher) : commencer / tout à n'ein queop : tout à coup / toudis : toujours / foute des cacoules : raconter des mensonges / l'jupeon : ce mot à Tournai désigne le veston / les écolomies : les économies / warder : garder / asseurer : assurer / berler : crier, hurler / comarate : camarade / printe : prendre / dusque : où / caire : tomber / asteur : maintenant / osoir : oser / queulle : quelle / les ceusses : ceux / ête bin leon : être bien loin / jeuer : jouer / minquer : manquer / inveyer : envoyer / orprésinter : représenter / s'chucrer : se sucrer / raviser : regarder / in puque : de plus / quervé : ivre, saoul / avé : avec / jusse : juste / brousser : bouder, avoir l'air renfrogné / attifer : se vêtir mais avec mauvais goût / eine Marie-galousse : une sorcière / des démisses : des vêtements usagés, des habits qu'on ne porte plus / arnicuré : vêtu, attifé / eine quémisse : une chemise / moutrer : montrer / faire bisquer : faire enrager / l'lanque : la langue / ortourné (ou ertourné) : retourné / L'ceu qui déchire s'nez i-déchire s'visache : expression qui signifie : celui qui médit des membres de sa famille fait tort à lui-même / eine purche : une purge, un laxatif / ainsin : ainsi / quançque : lorsque / des bintes : des bandes / avoir l'raminvrance : se rappeler, avoir le souvenir / ein parapuie : un parapluie / l'pluèfe (ou l'plouèfe) : la pluie / avoir l'esquite (ou avoir l'pépète) : avoir peur / les sinches : les singes / bramint : beaucoup / l'sièque : le siècle / de foute de : se moquer / les ropes : les robes / quéquein : quelqu'un / agonir : insulter / après-deîner : après-midi / l'plache : la place).

S.T. février 2017.

16:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

18/02/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (396)

L'guernoule d'Edmeond.

J'sais d'puis lommint que m'n'amisse Edmeond, d'puis s'pus jeone âche i-a eine vraie passieon : quançqu'i-peut prévir à l'avanche (*) l'temps qui va faire, vous pouvez ête seûr que no gaillard i-est à s'n'affaire. Vous avez l'raminvrance que ch'est près d'Kain qu'i-d'meureot, i-resteot dins eine belle maseon de l'rue Montifeaut. Comme tous les beons gardéniers, i-aimeot savoir ce que l'ciel i-alleot li apporter. Si s'gardin i-aveot b'soin d'ieau, il falleot de l'pluèfe mais... pos treop. Si l'solel i-luiseot treop fort, ein p'tit neuache n'areot pos fait d'tort. Les penn'tieres éteotent plantées quançque l'terre commincheot à s'récauffer et i-n'areot jamais eu l'idée d'semer avant que l'lune rousse elle ne soiche passée. 

D'puis qu'in ville, su ein de nos quais, i-est v'nu habiter, su l'appui d'ferniête i-ravise ses géraniums pousser. I-a surlommé no ville "Tournai minérale", i-feaut dire qu'on y cope les arpes à l'rafale. Ceulle sémaine, accoudé au cassis,  Edmeond i-a brait, i- éteot tell'mint triste d'vir les ouverriers d'la ville abattent les charmes du quai Saint-Brice.

Asteur, Edmeond, ch'est avant tout pou s'santé qu'i-orwette l'météo tous les soirs su No Télé. S'n'organisme i-réagit au temps qui fait, ainsin i-souffère tout du leong d'eine ainnée. Breongile, allergies, orfroidiss'mints ou bin angile, ch'est ainsin pindant douze meos du prumier mai au trinte avril. 

Tout au leong d'eine sainte ainnée, s'feimme elle l'intind s'délaminter :

"J'sus seûr que l'temps i-va canger, j'sins des douleurs dins mes poignets",

ou bin :

"A m'mote que l'momint du pollen i-est arrivé, cha fait treos jours que je n'arrête pos d'éternuer",

ou acore :

"Et avé cha, i-feaut vir mes is, i-seont rouches de l'rache que j'ai catoupi".

Quançqu'i-fait freod, dins tout s'corps, i-orchins partout des lanchures, i-a du mau à s'tiête, à s'deos et à toutes les jointures. Quançqu'i-va caire de l'pluèfe, ch'est automatique, i-sins deux jours à l'avanche s'dérinvier ses romatiques. Quançque l'temps i-cange, i-a toudis hic et hac, finalm'int on peut dire qu'i-est toudis patraque.

A peine qu'in s'baissant, à ses reins, i-sint eine pétite gêne, i-va aussi vite querre ein paquet d'ouate "le Thermogène" (j'seûr que vous avez tertous connu ceulle ouate, ave l'imache d'ein diape qui crache des flammes su l'boîte). Eine feos qu'i-aveot des riches lanchures, i-n'a pos fait dins l'demi-mesure, comme ormète, i-a mis eine crème pou récauffer et eine couche d'ouate pou que cha fasse bin d'l'effet. Eine heure après i-aveot des cloques tout du leong de s'colonne vertébrale et, pou l'soigner, i-a fallu l'inveyer aux urginces de l'hôpital. I-éteot brûlé presqu'au deuxième degré et pindant quate jours su s'vinte i-est resté couché. 

"Bah, ch'est de m'feaute, si j'aveos su qu'i-alleot geler, j'areos rajouté ein p'tit gilet et mes reins i-areot'ent été protégés, mais l'velle i-aveot quéquein à l'maseon et j'aveos oblié d'raviser les prévisieons !".

Ein bieau jour, Fifinne li a dit :

"J't'ai d'jà dit que t'd'veos printe l'temps comme i-vient, in acoutant les prévisieons te t'in fais bin souvint pou rien. A partir d'asteur, ch'est décidé, au momint du bulletin su No Télé, j'vas printe l'télécomminde et su eine eaute caîne j'vas zapper".

Au bout d'deux jours, Edmeond qui n'aveot rien dit, i-est sorti in prenant, pa précautieon, s'parapluie. Tertous dins l'rue l'preneot pou ein annochint vu que l'solel brilleot d'mille feux au firmamint. 

"Te n'as pos ichi l'air fort optimiste Edmeond, su Vivacité, te n'as pos acouté les prévisieons".

In ravisant tout autour de li, on l'a vu rintré, in catimini, dins ein magasin qui vind d'nouvieaux animaux d'compagnie. 

"I-n'me feaut pos ein serpint ni eine grosse aronne, i-a pos d'détoule, je cache tout simplemint après eine pétite guernoule".

L'feimme li a deonné ein bieau bocal pou ortourner à s'maseon ave l'animal.

Quançque Fifinne, d'commissieons, elle est rintrée, elle a tout à n'ein queop vu l'batracien su l'(fausse) quémeinée.

"Ah neon, te vas m'in'lver cha tout d'suite, comarate, rien qu'à vir ceulle sale biête, j'vas caire malate".

In souriant, Edmeond i-a berlé comme ein fuchéau :

"J'te présinte l'nouvelle Mam'zelle Météo". 

I-a rajouté :

"Si elle reste au feond, i-n'va pos faire beon et si elle grimpe su l'éthielle, on sait qui va faire du solel".

"Bé j'ai bin l'foute d'ceulle mocheté, dins l'Esqueaut te vas aller l'ruer !".

"Ah mais pou cha, tout d'abord, i-faudra m'passer su l'corps, j'te présinte l'ceulle qui s'ra no'Miss Météo, Fifinne,  Tatiana cha s'ra l'neom de m'nouvelle copine !".

Li à qui, à causse de l'météo, on aveot d'jà copé l'imache, ceulle feos-chi, i-n'aveot même pus l'seon dins l'ménache.

Eine sémaine pus tard, sintant eine beonne naque venant de l'cuisine, Edmeond i-a d'mindé :

"Quoisque te fais pou deîner, Fifinne ?".

"L'surprisse du chef, te vas t'pourléquer les babines !" li a répeondu no brafe Fifinne.

I-sinteot meonter les ieaux, ch'est seûr, i-alleot faire bombance, comme on dit, l'maseon elle imbaumeot la Provence. 

Tout in souriant, Fifinne, de s'n'heomme, elle a ravisé s'tiête quancqu'i-a vu l'pétite paire de gampes cuites au mitan de s'n'assiette. 

"Quoisque ch'est qu'cha ? Milliards, ceulle espèce de maboule, elle m'a préparé des cuisses de guernoule !".

Edmeond i-a été vir su l'quémeinée, l'bocal i-n'éteot pus occupé. On l'a alors vu berdéler comme ein infant colérique, Fifinne elle aveot osu s'attaquer à l'statieon météorologique. 

L'geste, Fifinne, elle l'a bin vite orgretté pasqu'Edmeond, débalté, i-a menacé d'divorcer. 

Elle a bin essayé de l'raiseonner, i-n'a rien qu'i-a fait, i-feaut dire qu'elle aveot mal queusi les meots pou li parler.

"T'Tatiana, pindant toute l'journée, t'éteos toudis in train d'l'amidouler, j'aveos vraimint l'impressieon d'ête eine feimme trompée et, j'te l'avoue, au momint dusque j'ai qu'minché à l'fristouiller, j'aveos l'impressieon que j'éteos in train de m'vinger".

D'puis qu'ces faits seont arrivés, Edmeond i-est démoliné. Comme i-n'saveot jamais l'temps qu'i-alleot faire, i-est resté à s'maseon, sans sortir, pindant tout l'hiver. 

Ein soir d'l'été passé, Fifinne li a d'mindé :

"Te pinses qu'on va avoir d'l'orache, ravise j'sus ichi tout in nache et, pa d'zeur l'Meont de l'Ternité i-a des noirs neuaches?".

Edmeond i-a erlevé s'tiête et li a dit avé ein air biête :

"I-feaut printe l'temps comme i-vient, les prévisieons météo cha n'sert à rien, i-s'ra toudis temps d'aller t'mucher quançque les premiers queops d'tonnerre i-veont éclater". 

Je n'vas pos mintir, final'mint, je n'sais pos si déhors l'orache i-a éclaté mais ce que j'ai appris pa les visins ch'est que dins l'maseon on les a intindu bin berteonner !

(*) prévir à l'avanche cha s'appelle ein pléonasme,  pou prévir après, i-n'feaut pos ête fort doué ! 

(lexique : eine guernoule : une grenouille / lommint : longtemps / l'jeone âche : le jeune âge / quançque : lorsque / prévir : prévoir / à l'avanche : à l'avance / ête seûr : être sûr (dans le sens d'être certain d'une chose) / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / leu : leur / ein gardénier : un jardinier / l'gardin : le jardin / d'l'ieau : de l'eau / l'pluèfe : la pluie / ein neuache : un nuage / les penn'tières : les pommes de terre / commincher (ou qu'mincher) : commencer / récauffer : réchauffer / raviser (ou orwettier) : regarder / surlommer : surnommer / coper : couper / les arpes : les arbres / ceulle : cette / l'cassis : le châssis / braire : pleurer / vir : voir / asteur : maintenant / orwettier (ou raviser) : regarder / ainsin : ainsi / i-souffère : il souffre / l'breongile : la bronchite / l'orfroidiss'mint : le refroidissement / l'angile : l'angine / l'prumier : le premier / l'meos : le mois / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / canger : changer / à m'mote : selon moi, à mon idée / treos : trois / acore : encore / le is : les yeux / rouches : rouges / de l'rache : tellement / avoir catoupi : avoir des démangeaisons / orchintir : ressentir / des lanchures : des élancements, des douleurs vives / avoir du mau : avoir mal / l'deos : le dos / caire : tomber / s'dérinvier : se réveiller / les romatiques : les rhumatismes / toudis : toujours / ête patraque : ne pas se sentir bien, ne pas être dans son assiette / querre : chercher / tertous : tous / ceulle : cette / l'imache : l'image / ein diape : un diable / eine feos : une fois / ein ormète : un remède / des cloques : des cloches, petites ampoules apparaissant après une brûlure / l'inveyer : l'envoyer / s'vinte : son ventre / l'velle : la veille / quéquein : quelqu'un / oblier : oublier / printe : prendre / acouter : écouter / eine caîne : une chaîne / ein annochint : un innocent / eine aronne : une araignée / avoir de l'détoule : avoir de l'embarras, de l'ennui / cacher après : chercher / tout à n'ein queop : tout à coup / l'quémeinée : la cheminée / comarate : camarade / berler : crier / ein fuchéau (ou ein fussiéau) : un putois / mam'zelle : mademoiselle / l'éthielle : l'échelle / j'ai bin l'doute : je me moque, je n'ai cure / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / ruer : jeter / l'seon : le son / eine beonne naque : une bonne odeur / quoisque : qu'est-ce que / deîner : dîner / s'pourléquer : se pourlécher / sintir meonter les ieaux : avoir une profonde envie de manger / les gampes : les jambes / au mitan : au milieu / berdéler : rouspéter, manifester son mécontentement / ein infant : un enfant / osu : osé / orgretté : regretté / débalté : ce mot possède plusieurs sens, pris ici dans celui de déchaîné / queusir : choisir / amidouler : amadouer, flatter, caresser / dusque : où / qu'mincher (ou commincher : commencer / fristouiller : cuisiner, préparer le repas / ête démoliné : être démoralisé / l'orache : l'orage / pa d'zeur : par-dessus / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité, autre nom désignant le Mont Saint-Aubert qui s'élève au Nord de Tournai / erlever (ou orlever) : relever / biête : bête / s'mucher : se cacher / les queops : les coups / les visins : les voisins / berteonner : se mot à plusieurs signification, ici pris dans celui de gronder).

S.T. février 2017.

09:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

11/02/2017

Tournai : expressions tournaisiennes (395)

De l'arpe (ou bin du corps) déquintent les branques !

S'mopère et s'mamère li aveot'ent deonné l'préneom d'Eulalie mais pou les gins du ruache ch'éteot toudis l'pétite Lalie. D'puis s'pus jeone âche, Lalie éteot eine safriquette, on diseot même que ch'éteot eine pétite serpette. Combin d'feos elle est orvenue à s'maseon avé des boches, pasqu'avé les garcheons, elle écangeot toudis des taloches. 

I-n'falleot pos cacher bin léon, elle teneot cha de s'mopère, li, à s'n'ouvrache, avé tertous, i-éteot toudis in guerre. L'paufe mamère elle ne queompteot pus les meots, les punitieons, des ormarques orchues on areot pus faire eine collectieon. Dins ein vieux classeur qu'avant-hier au guernier j'ai démuché, j'ai ortrouvé les notes qu'aux parints l'maitresse aveot inveyées :

"Pasqu'i-n'vouleot pos la laicher copier, su l'tiête de s'visin elle a rinversé l'incrier !",

"N'voulant pos v'nir au tabléeau, Lalie a deonné ein queop d'pied dins l'séeau !",

"Lalie a rué des maclottes pa d'rière m'deos pindant que l'leçeon du jour au tabléeau j'écriveos !", 

"Vo file a ortourné l'séeau plein d'ieau su l'tiête du p'tit garcheon Porio !",

"Aujord'hui, Lalie n'a pos pu aller in récréatieon, de l'rache, à tous les garcheons, elle a foutu des cachireons". 

Des meots comme les ceusses que j'viens d'lire, bé, i-d'aveot des chintaines, s'mamère elle in orcheveot au moinse chinq pindant l'sémaine.  

Lalie n'vouleot vraimint rien faire, elle n'a pos eu l'certificat primaire et, toute défoutue, l'mamère s'demindeot ce que pus tard elle alleot faire.

L'médecin d'famile lui diseot de n'pos s'amarvoyer qu'avé l'temps tout cha alleot bin finir pa s'arringer.

"In attindant, comme de l'énergie elle d'a ein p'tit queop d'treop, i-feaut li faire faire du sport, pas eximpe, l'inscrire dins ein club d'judo". 

Là-vas, i-a pos à dire, elle a été dins s'n'élémint, Lalie, elle est vite dev'nue pou tertous "l'reine du tatami". Non seul'mint elle démolisseot ses adversaires mais même l'arbitre alfeos i-voleot in l'air. Quançqu'avé s'club, elle disputeot ein tournoi à l'étringer, tertous l'surnommeot'ent : Lalie, l'tigresse d'Tournai. A s'carrière sportive naissante on a mis ein point final, l'jour qu'elle a inveyé l'intraîneu à l'hôpital. Oeillarte, clavicule, gampe mais aussi bras cassés, pindant treos meos tout plein l'heomme i-est resté alleongé. 

Quançqu'elle l'a vu, avé ses béquiles, avancher dins l'salle de sport, elle a dit : 

"Bé, milliards, quoisque ch'areot été alors si j'aveos buqué fort !". 

Comme Eulalie elle ne vouleot surtout pos rester au chômache, pindant des meos, elle a caché après d'l'ouvrache. Perseonne dins les buréeaux de l'Onem n'oseot li ouvère ein dossier pasque tous les placheus aveot'ent l'esquite d'ête dégringués. Quançque, pa l'ferniête, dins l'rue, on la veyeot approcher, les imployés queureot'ent tout à n'ein queop querre leu café !

Ein bieau jour, elle a fait l'connissance du p'tit Marcel, in carrure, i-éteot... à peu près l'mitan d'elle. Ch'a été l'queop d'foudre pou Lalie, deux meos après i-est dev'nu s'mari. 

In apprenant ce qui v'neot de s'passer, les gins dins l'ruache qu'mincheot'ent à babiéler

"Mo... Bé, l'pétit rotleot i-va ête total'mint décarcassé, l'prumière feos qui veont batt'lier, li, ch'est pos aux urginces qu'on va l'trinsporter, ch'est chez Ladavid qu'on va l'ortrouver".

Bé neon, l'lune de miel et les meos i-se seont passés, dins l'maseon on areot intindu les mouques voler. Ch'n'est pourtant pos à Lourdes qu'i-z'aveot'ent été in voyache de noce mais tout à n'ein queop Lalie s'éteot assagie, elle n'aveot pus l'air si féroce. 

Alberte et Gilbert, les visins, i-ont découvert quoisqu'i-aveot là comme mystère. L'pétit Marcel, l'heomme à l'air maladieu, sans eine couche d'graisse i-aveot rapid'mint fini pa dompter Lalie l'tigresse. 

Et dire que l'brafe Marcel i-app'leot s'n'Hercule de ce p'tit neom charmant : "M'pétite libellule".  

On a tertous l'raminvrance qu'Eulalie dins jeone temps elle n'aveot rien appris. In clair, Eulalie d'ses dix deogts elle ne sait rien faire tandis que l'pétit Marcel, li, ch'est tout l'contraire. Ménache, orpassache, rassarcissache et fristoule, ch'est c'qu'on appelle, chez nous eautes, ein véritape mécoule. Pindant que s'mari i-éteot occupé à buer, à nettier et à erloqu'ter, Lalie, assise dins s'fauteul, raviseot l'catch, l'boxe ou l'judo à l'télé. 

Ave eine parelle activité, l'soir, Lalie elle éteot léon d'ête fatiguée. Adeon, ch'est pos étonnant qu'elle s'a vite ortrouvée impanch'lée. Comme elle n'aveot jamais fait les cosses à mitan, l'lutteusse de foire a mis au meonte deux infants. On les a app'lés Donald et Vladimir, (j'comprinds, cha vous prête pétête à sourire), l'pire dins toute ceulle affaire, ch'est que mes deux gins i-seont d'véritapes "va-t-in guerre". I-feaut les vir, i-seont toudis à l'tiête de l'ein l'eaute, eine feos ch'est l'ein qui qu'minche, eine eaute feos ch'est l'eaute. Bramint d'feos, elle a bin essayé d's'interposer, no Lalie, mais les deux albrans seont cait pa d'zeur à bras raccourcis. Elle a volé d'l'eaute côté de l'pièche important au passache, l'malhureux Marcel qui éteot occupé à faire l'nettiache

Tout cha s'a passé i-a pus d'quarante ans, d'puis lors i-ont bin grandi les deux infants. Donald i-est rintré, l'an passé, in politique, i-n'feaut pos queompter d'zeur pou les problèmes d'éthique, Vladimir, i-s'est ingagé comme mercenaire et peu partout su l'tierre i-va dusqu'i-a eine guerre. L'pétit Marcel i-est asteur à Mulette et Eulalie dins eine maseon d'ertraite. D'puis que l'soir, elle fait l'tournée des médicamints avé l'infirmière et i-n'd'a pus ein seul résident qui ose orfuser et faire des misères !

Dins l'cité des cheonq clotiers souvint on dit que les infants d'cat minch'tent volontiers soris !

(lexique : l'arpe : l'arbre / déquinte : descendre / les branques : les branches / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / l'ruache : populairement le quartier, la rue où on habite / toudis : toujours / jeone : jeune / l'âche : l'âge / eine safriquette : une petite fille délurée, vive, en avance pour son âge / eine serpette : une petite fille hargneuse, batailleuse / des boches : des bosses / les garcheons : les garçons / écanger : échanger / bin léon : bien loin / tertous : tous / queompter : compter / les meots : les mots / des ormarques : des remarques / orchues : reçues / démucher : découvrir, dénicher / inveyer : envoyer / laicher : laisser / l'visin : le voisin / ein queop : un coup / l'séeau : le seau / des maclottes : des boulettes de papier mâché / pa d'rière : derrière / l'deos : le dos / vo file : votre fille / l'rache : la rage, la colère / ein cachireon : une gifle / les ceusses : ceux / des chintaines : des centaines / chinq : cinq / défoutue : démoralisée, découragée / s'amarvoyer : se tourmenter, s'inquiéter / eximpe : exemple / là-vas : là-bas / pou : pour / alfeos : parfois / quançque : lorsque / eine oeillarte : un oeil au beurre noir / l'gampe : la jambe / treos meos : trois mois / avancher : avancer / quoisque : qu'est-ce que / buqué : frappé / cacher après : chercher / ouvère : ouvrir / les placheus : les placeurs / avoir l'esquite : avoir peur / ête dégringué : être démantibulé, être disloqué / l'ferniête : la fenêtre / queurir : courir / tout à n'ein queop : tout à coup / querre : chercher / l'mitan : la moitié / babiéler : bavarder / ein rotleot : un roitelet (oiseau), ce mot qualifie un individu de petit stature, une personne frêle / décarcasser : briser la carcasse / batt'lier : se battre / la Maison Ladavid : pompes funèbres à Tournai / les mouques : les mouches / tout à n'ein queop : tout à coup / maladieu : maladif, malingre / avoir l'raminvrance : se souvenir / les deogts : les doigts / ménache : ménage / l'oprassache : le repassage / l'rassarcissache (ou l'rassarcissure) : la reprise d'une étoffe, le raccommodage / l'fristoule : l'art de cuisiner, de préparer les repas / ein mécoule : un homme d'intérieur, un homme qui tient le ménage (l'homme rêvé !) / buer : faire la lessive / nettier : nettoyer / erloqu'ter : nettoyer les sols avec une serpillière humide / raviser (ou orwettier) : regarder / parelle : pareille / adeon : donc / ête impanch'lée : être enceinte (expression populaire et même un peu vulgaire) / les cosses : les choses / pétête : peut-être / ceulle : cette / vir : voir / qu'mincher (ou commincher) : commencer / bramint : beaucoup / les albrans : les garnements / caire : tomber / pa d'zeur : dessus / l'pièche : la pièce / importer : emporter / l'nettiache : le nettoyage / bin : bien / d'zeur : dessus / asteur : maintenant / ertraite : retraite / orfuser : refuser / les cheonq clotiers : les cinq clochers (la cathédrale N-D).

Les infants d'cat minch'tent volontiers soris : les jeunes de chat mangent volontiers les souris. Cette expression signifie que  "les enfants héritent des qualités et des défauts des parents", elle est employée le plus souvent dans le sens péjoratif.

S.T. février 2017.

10:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

03/02/2017

Tournai: expressions tournaisiennes (394)

"Chez Edmeond", restaurant quate étoiles.

"Neon, neon, te n'vas pos d'jà ortourner, te vas rester ichi avé nous pou ti souper !".

Jeudi, quançque j'sus allé vir Fifinne et Edmeond, je m'attindeos pos du tout à minger à leu maseon !

J'aveos oblié qu'on éteot l'deux d'féverrier et qu'on fiêteot l'Cand'leur, l'jour dusque les inciens diseot'ent que l'hiver i-meurt ou orprind vigueur (asteur, ch'n'est pus aussi véridique d'puis qu'on parle du récauff'mint climatique). A six heures au soir, l'maseon elle a été invahie pa eine beonne naque, su l'étufe, Fifinne commincheot tout douch'mint à cuire ses coucoubaques

"Tout à fait inter-nous, l'Optimisse, te vas vir m'Fifinne, d'puis que j'l'conneos, elle a toudis fait de l'fine cuisine. M'feimme elle pourreot aller à Top-Chef, au Meilleu Pâtissier ou à des émissieons de l'sorte et Mossieu Etchebest, l'heomme qui berdèle comme ein inragé, creos-me, pa d'vant elle, i-areot l'gueule morte !".

Ave s'main droite, Fifinne ortourneot les coucoubaques in les lanchant bin héaut et in même temps, dins s'main gauche, elle teneot, bin serrée, eine pièche d'ein ou deux eureos.

"I-a ein dicteon qui dit qu'i-feaut faire ainsin pou, pindant l'ainnée, gagner bramint d'argint. Bé, ch'n'est pos in wardant dins t'main eine pièche d'ein eureo que cha va, eine seule feos, t'faire gagner au Lotteo". 

Su l'tape du saleon, les cocoubaques toutes quieaudes elles éteot'ent arrivées, i-aveot de l'castonate, du chuque blanc, de l'confiture et de l'pâte d'chucolat dins des p'tits peots posés à côté. Rien qu'à les vir, no n'Edmeond i-béffieot pasque ch'est vrai que cha nous fouteot les ieaux.

Tout à n'ein queop, Edmeond i-s'a mis à canter :

"Ah, les coucoubaques, les coucoubaques toutes quieaudes qu'on f'ra pou nous eautes, queu beonheur on ara quançqu'on les mingera".

Fifinne elle l'a ravisé et li a déclaré :

"Ahais... admetteons, ch'est pos tout à fait cha, au moinse, j'ai orconnu l'air, mais mi, j'préfère l'intinte, l'lindi, ave Annie Rak su Vivacité, canté pa Pascal Winberg. In attindant, l'Optimisse j'vas t'deonner l'orcette que j'ai copiée, ainsin, à t'maseon, te pourras in faire pindant l'ainnée.

Pou douze coucoubaques :

chint chinquante grammes d'fareine que te vas querre au moulin, elle est bin pus fraîque que l'ceulle qu'on acate dins les magasins, chinquante grammes d'Maïzena, quate oués, eine pincée d'sel fin et l'équivalent d'eine jatte d' lait. Te rajoutes de l'huile, treos cuillerées et bin intindu de l'levure du boulinger. Si te veux qu'elles soichent leugères, à l'plache te peux mette de l'bière".

"Avé ein parel breuvache, là, j'comprinds qu'ch'est beon, du queop, j'sus seûr que cha deot plaire à Edmeond !".

L'minteon dégoulinant d'castonate, l'bouque toute pleine, l'paufe Edmeond i-n'parveneot pus à in placher eine : 

"Tout jusse et, si dins l'préparatieon, ch'est de l'Meont Saint-Aubert que t'mets, te peux ête seûr que l'goût i-va atteinte les sommets. J'appelle cha les "coucoubaques Monique" et elles seont leugères et pos du tout élastiques".

"Les coucoubaques Monique, l'ov'là 'cor qui raqueonte des sornettes"

"Bé... neon, neon, on peut les invinter, on dit bin des crêpes Suzette".

"Tins, te n'as jamais mingé m'tarte au gambeon, ahais, on n'moute pos cha à l'télévisieon :

Pou l'garniture, i-feaut deux chint chinquante grammes d'blancs d'porieons, deux chint chinquante grammes d'chicons, deux chint chinquante grammes d'champigneons, chinq belles tranques d'gambeon sans la couanne et deux chint chinqante grammes d'crème fraîque bin épaisse (non chuqrée bin seûr).

Pou l'tarte : te prinds cheonq chints grammes d'fareine (que t'as été querre au moulin pasque ch'est meilleu qu'au magasin, j'te l'ai d'jà dit), chint chinquante grammes d'bure que t'as mis à ramollir, eine verre d'ieau, du sel (pos d'treop ch'est pos treop beon pou l'santé) et ein oué.

Te vas qu'mincher pa préparer l'pâte à tarte et l'réserver comme on dit chez les grands cuisiniers. Te vas émincer tes porieons, chicons et champigneons. Dins eine païelle, te vas les faire orvenir dins d'l'huile (m'mamère elle preneot d'l'huile des Bénédictins qui v'neot d'Obigies, tins, j'veos acore l'boutelle pa d'vant mes is). Te laiches évaporer l'ieau (on appelle cha faire suer) et te rajoutes l'gambeon, t'ormets à cuire treos ou quate minutes. Après t'ajoutes l'crème fraîque et te touilles pou avoir eine beonne consistance. Si l'gambeon i-est salé, ch'est pos l'peine de rajouter bramint d'sel. Te cauffes l'four à 180-200°, te mets du bure et ein peu d'fareine su ein moule, t'étales l'pâte pou qu'elle déborde du moule tout in wardant ein morcieau pou orcouvrir l'tarte. Te verses pa d'zeur l'préparatieon (légueimes et gambeon), t'orfermes ave l'restant d'pâte, te n'oblies pos d'faire eine pétite quémeinée au mitan, te badigeonnes l'tarte ave du guéaune d'ouè et te mets au four pou eine pétite demi-heure (mi, j'queompte toudis vingt-chinq minutes). N'oblie surtout pos d'printe des maniques pou ortirer l'plat du four pasqu'ein jour Edmeond i-a brûlé ses deogts. Te n'as pus qu'à servir bin quieaud ave ein beon verre d'vin.

Ch'est ce qu'on appelle ein glout-bec, no n'amisse Edmeond, et i-sait bin que l'meilleu restaurant ch'est acore à s' maseon. Quançque Fifinne prépare l'cuisine et la sert, i-serre les is et pinse qui s'truèfe à l'Tour d'Argent ou bin chez Lasserre. I-a l'ergard qui s'voile et i-a s'coeur dins les étoiles. 

In terminant ceul artique culinaire, j'vous avoue que j'sus ein peu défoutu : jusqu'asteur, pou lire m'blog, i-n'a pos bramint d'feimmes qui seont venues. On dit qu'on attrape pos les mouques avé du veinaique ainsin no beonne Fifinne, tous les deux meos, elle vous offrira eine de ses orcettes de cuisine.

(lexique : ortourner (ou ertourner) : retourner / ichi : ici / quançque : lorsque / féverrier : février / dusque : où / orprinte (ou erprinte) : reprendre / asteur : maintenant / l'récauff'mint : le réchauffement / l'naque : l'odeur, le parfum / l'étufe : l'ancien poêle à charbon ou à bois, à pot rond relié à la cheminée par une longue buse / commincher (ou qu'mincher) : commencer / les coucoubaques : les crêpes / inter-nous : entre-nous / vir : voir / toudis : toujours / berdéler : rouspéter, manifester son mécontentement / pa d'vant : devant / avoir l'gueule morte : rester muet d'étonnement, ne plus savoir que dire / lancher : lancer / ainsin : ainsi / bramint : beaucoup / warder : garder / eine pièche : une pièce / quieaude : chaude / l'castonate : la cassonade, la vergeoise (plus utilisé en France) / du chuque : du sucre / du chucolat : du chocolat / beffier : baver / foute les ieaux : donner envie de quelque chose de bon, faire saliver / tout à n'ein queop : tout à coup / canter : chanter / nous eautes : nous autres / raviser (ou orwettier) : regarder / l'orcette (ou l'ercette) : la recette / chint chinquante : cent cinquante / l'fareine : la farine / aller querre : aller chercher / fraîque : fraîche / l'ceulle : celle / acater : acheter / quate oués : quatre oeufs / treos : trois / leugères : légères / parel : pareil / du queop : du coup , dès lors / ête seûr : être sûr / l'bouque : la bouche / placher : placer / tout jusse : tout juste / l'ov'là : le voilà / tins : tiens / l'gambeon : le jambon / ahais : oui / moutrer : montrer / des porieons : des poireaux / des tranques : des tranches / la couanne : la couenne, l'enveloppe du jambon / chuqrée : sucrée / l'bure : le beurre / l'ieau : l'eau / eine païelle : une poêle / orvenir (ou ervenir) : revenir / m'mamère : ma mère / les is : les yeux / laicher : laisser / touiller : mélanger / pa d'zeur : par dessus / les légueimes : les légumes / eine quémeinée : une cheminée / au mitan : au milieu / du guéaune d'oué : du jaune d'oeuf / queompter : compter / des maniques : morceaux de tissus permettant de retirer un plat du four sans se brûler / les deogts : les doigts / ein glout-bec : un fin gastronome / l'ergard (ou l'orgard) : le regard / ceul artique : cet article / défoutu : déçu, démoralisé / les mouques : les mouches / l'veinaique : le vinaigre)

S.T. février 2017. 

09:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |