30/01/2017

Tournai : les festivals se suivent en ce début d'année

Le temps des Festivals !

Tournai est-elle devenue une ville de festivals ? On peut se poser la question et répondre franchement par l'affirmative en voyant le succès régulièrement remporté par les trois événements qui se déroulent durant le premier trimestre ainsi que par le festival "les Rencontres Inattendues", rencontres improbables entre la musique et la philosophie, qui se déroule au début du mois de septembre.

 

Le Tournai Ramdam Festival.

Il est le premier festival programmé dans l'année. Créé en 2011, le "Ramdam Festival, le Festival du Film qui dérange", en était, cette année, à sa septième édition. Il s'est tenu du 14 au 24 janvier au cinéma Imagix à Tournai et, en décentralisation pour les courts métrages, au cinéma l'Ecran à Ath.

Le programme du festival présentait cinq catégories :

"Fictions", catégorie consacrée aux avant-premières, "Documentaires" pour des films basés sur des faits réels, "Le Ramdam de l'année": une catégorie dans laquelle on peut découvrir les meilleurs films belges, "Coup de cœur" ou la sélection du Comité de programmation et enfin la catégorie "Côté Courts" consacrée aux courts métrages belges projetés à Ath.

C'est ainsi pas moins de 41 longs métrages (27 de fiction et 14 documentaires) et 15 courts métrages qui ont été présentés au public, cette année.

Parmi toutes les œuvres présentées, subjectivement, nous avons retenu : "Nebel in August" (Brouillard en Août) du réalisateur allemand Kay Wessel, Prix de la Meilleure Fiction, "Angle Mort" (Dode Hoek) de Nabil Ben Yadir, "Heartstone" de Gundmundur Arnar Gudmundsson, "Manchester by the Sea" de Kenneth Lohergan, film nominé six fois aux Oscars, "Brimstone" du réalisateur hollandais Martin Koolhoven, Prix de la Fiction la plus dérangeante, "Zoologie" du réalisateur russe Ivan I. Tverdosky, "Une jeune fille de 90 ans " de Valeria Bruni-Tedeschi, Prix du meilleur documentaire, "Les Dernières Nouvelles du Cosmos" de Julie Bertucelli que nous avons eu l'occasion de visionner et qui fait découvrir un mode de communication étonnant pour une jeune femme autiste, "MyEscape" de Elke Sasse, Prix du Documentaire le plus dérangeant, "Zero Days", d'Alex Gibney, documentaire qui a reçu le Prix de la Critique ou encore "Miss Sloane "de John Madden, "Lion" de Garth Davis et "L'Economie du Couple" du réalisateur belge Joachim Lafosse.

Avec "Ma vie de courgette", "La jeune fille sans mains" et "La tortue rouge", le Ramdam Festival s'est également ouvert cette année à un tout jeune public comme si les organisateurs voulaient convier les cinéphiles de demain. 

Avec 23.174 spectateurs, le Ramdam Festival a battu son record d'affluence et se situe désormais dans le top 3 des festivals consacrés au septième art en Wallonie en compagnie du Festival International du Film Francophone (FIFF) de Namur et du Festival international du Film d'Amour (FIFA) de Mons. 

 

Le Tournai Jazz Festival.

Le Festival International de Jazz de Tournai a vu le jour en 2012, il en est à sa 6ème édition. Cette année, il se déroule du 8 au 12 février. Son but avoué est de favoriser et développer en Communauté Française de Belgique des initiatives culturelles dans le domaine du jazz. 

Lors de sa création en 2012, le festival accueillit, entre autres, Toots Thielemans, Terry Montcalm, Philippe Catherine, Eric Legnini, Thierry Crommen, le Brussels Jazz Orchestra...

En 2013, le public fit un triomphe à Richard Galiano, Ibrahim Maalouf, Manu Katché, Blue Monday People, Pia Salvia... notamment.

Au programme de 2014 se produisirent à la Maison de la Culture : Viktor Lazlo chantant Billie Hollyday, Avishai Cohen TrioDaniel Willem and his Gipsy Jazz Band, Elia Fragione, Youn Sun Nah, la célèbre chanteuse coréenne de jazz, Yvan Paduart...

Le programme de 2015 n'avait rien à envier aux précédents grâce à la présence de Barbara Hendricks, Kenny Garrett, Bat Kamara Jr., Thomas Enhco, Big Noise, Bojan Z, le Conservatoire de Tournai...

L'année dernière, le programme se composait notamment de Hugh Coltman, Dani Klein with Say la Rocca, Richard Bona, Dhafer Youssef, Keith Canvas...

La prochaine édition qui aura lieu dans quelques jours sera de la même veine en accueillant Charlélie Couture, Manu Katché Quintet, Anouar Brahem et l'Orchestre de Chambre de Wallonie, Jacky Terrasson et Stephane Belmondo, Kyle Eastwood, Polveche Quintet, Lorenzo Di Maio Group, Yvan Paduart et Quentin Dujardin, Eva Beuvens Heptatomic, Fabrice Alleman, Guy Verlinden Trio...

 

La Piste aux Espoirs.

La 24ème édition de ce festival de cirque se déroulera du 7 au 12 mars. 

Voici, en effet, le plus ancien des festivals tournaisiens, il est né en 1988 sur une initiative de quelques Tournaisiens passionnés des arts circassiens parmi lesquels on retrouvait Jean-Paul et Jean-Yves Lenglez, libraires à la place de Lille. Ceux-ci étaient des amis de Patrick Hourdequin, le Tournaisien directeur artistique du Festival du Cirque de Monaco décédé en 2016 et connaissaient également de nombreux directeurs de cirque (Tony Boltini, Rancy, Althoff...). La première édition se déroula sous le chapiteau du cirque d'Annie Fratellini qui en fut tout naturellement la première Présidente. Elle fut suivie plus tard par Patrick Hourdequin, Philippe Grombeer, Directeur du Festival des Doms à Avignon et Jean Roc Achar, Directeur de l'Ecole Nationale de cirque de Montréal.

Jusqu'en 2005, "la Piste aux Espoirs, le festival de Cirque amateur", était un concours annuel permettant de découvrir des futurs artistes de cirque et des groupes amateurs qui se produisaient pour le plaisir. Le public tournaisien s'émerveilla devant les prouesses exceptionnelles des artistes chinois, russes, français, canadiens, anglais et belges, bon nombre d'entre-eux se partagèrent les lauriers et voyagent désormais avec les plus grands chapiteaux. Grâce à ce rendez-vous annuel, des contacts amicaux ont été noués avec les écoles supérieures de cirque de France (Châlons-en-Champagne, Auch...), du Canada, de Chine, d'Angleterre  et de Russie.  

Après l'année 2005, suite à la reprise par un nouveau comité qui sera par la suite dirigé par François Guilbert, le concept va évoluer car les nouveaux responsables sont nettement moins tournés vers le cirque traditionnel avec ses strass, ses jeux de lumières, son monde du rêve pour petits et grands. La Piste aux Espoirs devient biennale tandis que le concours qui drainait jusqu'alors les amoureux du cirque et tenait, chaque année, en haleine les spectateurs passionnés de cet art était définitivement supprimé. C'est un peu de son âme que la festival a perdu avec ce renouveau car, à partir de cet instant, les artistes ne se produiront plus seulement sous un chapiteau mais aussi en rue ou dans des salles comme la Halle-aux-Draps, la salle La Fenêtre, siège du "Mômes Circus" tournaisien et même cette année au sein des Ateliers Louis Carton. Il nous est donné d'assister à une sorte de retour aux sources, au temps des foires, des jongleurs et équilibristes sur les places, des cracheurs de feu et des montreurs d'ours. 

Cette année, les troupes ou artistes programmés viennent uniquement de France, d'Espagne et de Belgique. Si le cirque est toujours le ténu fil rouge de ce festival, de nombreux numéros présentés ces dernières années peuvent aussi participer à des émissions de music-hall comme celle présentée par Patrick Sébastien et son "Plus Grand Cabaret du Monde" à condition de ne pas s'y produire, comme c'est trop souvent le cas aujourd'hui, en jeans troués et pulls délavés. 

S.T. Janvier 2017

 

25/02/2015

Tournai : les festivités de mars 2015

Mars est le mois durant lequel se déroulent deux événements importants : la Piste aux Espoirs,  le 23e Festival international d'Artistes de Cirque et le Carnaval de Tournai.

 

Dimanche 1, Bourse aux Livres, avenue de Maire, 15h et 16h15, "Mini-Contraste ", concert pour les bébés et leurs parents (20 participants maximum), l'éveil à la musique chez les petits, par Clément Holvoet (violon/alto), Simon Diricq (saxophone) et Romain Dhainaut (violoncelle). 

Mardi 3, Grand Auditoire du Séminaire, 14h : "W.A. Mozart, voyage au cœur de l'Homme" conférence par Jean-Marie Onkelinx, Musicologue, dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mardi 3, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 20h : le "Circus Marcel" présente son nouveau programme dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mercredi 4, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 10h : le "Circus Marcel", en matinée scolaire, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mercredi 4, Hôtel de ville, Salon de la Reine, 18h : "Apprivoiser le stress par la pleine conscience" conférence par Anne Marrez, psychologue au centre d'orthonutrition du CHwapi.

Mercredi 4, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 20h : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 13h30 : "Le Poivre Rose" par la Compagnie du Poivre Rose, matinée scolaire, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 19h : le "Circus Marcel" présente son nouveau programme dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Jeudi 5, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h30 : "Cordes" spectacle visuel et poétique d'Alexis Rouve présenté dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Vendredi 6, salle Saint-Lazare, 19h30 : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot Tournisien.

Vendredi 6, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 19h30 : "Le Poivre Rose" par la Compagnie du Poivre Rose, spectacle présenté dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Vendredi 6, Halle-aux-Draps, 22h : "Fanfare Circa Tsuica", spectacle gratuit proposé dans le cadre de la Piste aux Espoirs suivi d'une soirée festive.

Samedi 7, Grand-Place, sur le marché, 11h et 14h30 : "L'Arbre Nomade", à 12 h : "Les Insubmersibles", spectacles gratuits présentés par la Cie des Quatre Saisons, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, place de Marquain, 14h : le "9e Carnaval des Pires Ratés", rondeau final à 18h30.

Samedi 7, Plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 14h30 : "Carte blanche à Mômes Circus", l'école de cirque tournaisienne présente son spectacle dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 15h : "O temps d'O" par la compagnie française Barosolo, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 15h et 18h : "Chez moi Circus", spectacle de l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, au départ de la Maison de la Culture, à 15h30 et à 19h, la fanfare "Conjunto Afro" rejoint la Halle-aux-Draps dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 16h : "Petit Frère" et "Entre Nous", deux spectacles présentés par la compagnie Franco-Belge Un de ces 4, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 17h30 : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h30 : "Extension" spectacle par le cirque Inextremiste dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Samedi 7, Halle-aux-Draps, 21h30 : concert de la "Fanfare Zebatuca" suivie d'une soirée festive, dans le cadre de la Piste aux Espoirs, entrée libre.

Dimanche 8, plaine des Manœuvres, 11h : "Carte blanche à Mômes Circus" dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, au départ de la plaine des Manœuvres vers la Halle-aux-Draps, 12 h : "Les éclaireurs", Cie Paris Benares, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 12h30 : "Fanfunambule", spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs suivi d'un barbecue festif.

Dimanche 8, Grand-Place, 13h : "L'arbre Nomade" par la Cie des Quatre Saisons, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 15h : "Extension" par le cirque Inextremiste dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 15h : "Chez moi Circus" par l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Grand-Place, 15h : "L'arbre Nomade" par la Cie des Quatre Saisons, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, salle Saint-Lazare, 15h : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot tournaisien.

Dimanche 8, Grand-Place, 16h30 : "Le Cirque Démocratique de la Belgique" par la Cie Pol et Freddy, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Grand-Place, 17h30 : "Les éclaireurs" par la Cie Paris Benares, spectacle gratuit dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, plaine des Manœuvres, sous chapiteau, 18h : "Maintenant ou Jamais" par le Circa Tsuica-Cheptel Aleikoum dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Halle-aux-Draps, 18h : "Chez moi Circus" par l'artiste français Didier André, jongleur, acrobate et poète dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Dimanche 8, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h : "Hom(m)"par l'artiste belge Loïc Faure, jongleur, dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Lundi 9, Maison de la culture, salle Jean Noté, 20h : "Les Chevaliers", spectacle loufoque par les Okidoks, le duo de clowns-acrobates tournaisiens dans le cadre de la Piste aux Espoirs.

Mardi 10, Grand Auditoire du séminaire, 14 h : "L'autoritarisme russe, un défi pour l'Europe" par Marie Mendras, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui. 

Mercredi 11, Maison de la Culture, Salle Jean Noté, 20h : "Sunderland", drame de Clément Koch et Alexis Goslain.

Jeudi 12, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Femmes de pouvoir, femmes politiques en Hainaut à la fin du Moyen-Age", conférence par Monique Maillard-Luypaert, Conservatrice du séminaire épiscopal de Tournai et Alain Marchandisse, Maître de recherche du FRS-FNRS à l'ULg dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 13, en soirée et samedi 14, après-midi : "Carnaval de Tournai", 35e édition sur le thème "Allez vous faire Fou".

Du vendredi 13 au lundi 16, Tournai-Expo : salon "Déco et Jardins", le salon de la décoration d'intérieur, du jardin et des piscines.

Dimanche 15, salle Saint-Lazare, 15h : "Toudis dins l'vint", cabaret patoisant par l'Bistreot Tournisien.

Mardi 17, Grand Auditoire du Séminaire, 14h : "Art et neuroscience, la représentation de l'espace en peinture" conférence par Marc Crommelinck, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui.

Mercredi 18, Maison de la Culture, 20h : "Hooverphonic" en concert. 

Jeudi 19, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Problèmes cardio-vasculaires des aînés", conférence par Philippe Van de Borne, Chef de Service du département cardiologie de l'hôpital Erasme ULB à Bruxelles, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 19, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20 h : "Luce" et "Mathieu B" en concert.

Vendredi 20, Centre de la Marionnette, 20h : "Soirée Cabaret" dans le cadre de la journée Mondiale de la Marionnette.

Vendredi 20, salle du Forum, 20h : "Silence en coulisses !" pièce par la Compagnie du Cœur au profit de Solidarité Afghanistan-Tournaisis.

Samedi 21, salle Saint-Lazare, 19h30 et dimanche 22, 15h : "Toudis dins l'vint" spectacle de cabaret par l'Bistreot Tournisien.

Samedi 21, Halle-aux-Draps, 20h et dimanche 22, 16h : "Les Filles-Celles Picardes", spectacle 2015.

Samedi 21 et dimanche 22, Halle-aux-Draps : "Festival brassicole"

Mardi 24, Grand Auditoire du séminaire, 14h : "Poèmes à Lou de Guillaume Apollinaire", conférence par Eveline Legrand, récitante et conférencière, dans le cadre du cycle Connaissance et Vie d'Aujourd'hui.

Mardi 24 et Mercredi 25, Maison de la Culture, 20h : "Josephina" par la compagnie Chaliwaté, avec Sicaire Durieux et Sandrine Heyraut.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h30 : "Artistes fous, folies d'artistes : de l'expressionnisme au surréalisme" conférence par Donatienne Blanjean, Professeur à l'ULg, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 26, auditoire du séminaire, 19h30 : "A la découverte des tapisseries de Saint-Piat et Saint-Eleuthère", conférence par le chanoine Pierre-Louis Navez, Conservateur de la cathédrale et Administrateur des Amis de la Cathédrale, présentation de deux œuvres majeures du patrimoine de Notre-Dame.

Jeudi 26, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h et 20h : "Les Belges du Bout du Monde" conférence par Adrien Joveneau, reporter à la RTBf, globe-trotter tournaisien dans le cadre du cycle Exploration du Monde.

Vendredi 27, salle La Fenêtre, 20h : "Improvisation" par les Souffleurs de Mots.

Vendredi 27 mars, Halle-aux-Draps, 20h : "Les Filles, Celles Picardes", cabaret patoisant.

Samedi 28, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "Quoipaspeut", spectacle non verbal par la compagnie 4Hoog/Jelle Marteel, dans le cadre des après-midis des Minis.

Samedi 28 mars, église Saint-Quentin, 20h : "Le Requiem de Fauré" avec Marcel Vanaud (baryton), Marie-Noëlle de Calatay (soprano), la chorale A Travers Chants dirigée par Michel Jakobiec, et le "Concerto pour orgue et orchestre" Etienne Walhain (organiste), un concert organisé par la Chapelle Musicale de Tournai.

Samedi 28, Créa-Théâtre, 20h : "Impro(théâtrale)Catch".

Samedi 28 mars, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h :  "l'Orchestre à Vent et le Big Band des Jeune du Conservatoire de Tournai" en concert.

Dimanche 29, place Verte, de 10 à 12h : "Rencontres Mains Vertes", échange de plantes, de semences, de graines et de conseils entre amateurs de jardinage.

Dimanche 29, Halle-aux-Draps, 16h : "Les Filles, Celles Picardes", cabaret patoisant.

(agenda susceptible d'ajouts ou de modifications)

S.T. février 2015.

31/08/2014

Tournai : Patrick Desauvage nous a quittés !

tournai,patrick desauvage,amis de tournai,fifty one tournai,confrérie des cinq clochers,souvenir franco-belge,la piste aux espoirsIl y a des informations qu'on aimerait ne jamais recevoir, des nouvelles qu'on ne voudrait pas apprendre. Ce dimanche 31 août, vers midi, juste une semaine, heure pour heure, après la commémoration des combats héroïques menés par les soldats territoriaux de Vendée dans le quartier du faubourg de Morelle, Patrick Desauvage, Président du Souvenir Franco-Belge, a été retrouvé mort en son domicile de la rue Roc Saint-Nicaise à Tournai.

L'annonce s'est répandue comme une traînée de poudre à l'ombre des cinq clochers car il faut dire que l'homme était éminemment et sympathiquement connu dans les différents milieux associatifs tournaisiens.

Au début de cette année, il avait officiellement succédé à Mr. Georges Toubeau en qualité de Président du syndicat d'initiative "Les Amis de Tournai". A la tête de l'équipe de dévoués serviteurs de la Ville, il avait notamment œuvré pour redynamiser la journée des Quatre Cortèges. Ce n'est pas seulement le nom de celle-ci, transformé en "Tournai en fête et ses cortèges", mais la structure même de l'organisation qui avait été totalement revue. Aux dires des fidèles participants à ce week-end festif de juin, ce coup d'essai avait été un coup de maître.

Il y a un peu moins d'une vingtaine d'années, Patrick Desauvage avait succédé à son père, Robert, à la tête du "Souvenir Franco-Belge" dont une des tâches principales est de perpétuer le souvenir du sacrifice des soldats territoriaux de Vendée qui, aux prix de nombreuses vies, retardèrent l'avancée allemande, le 24 août 1914, permettant ainsi aux troupes britanniques qui avaient combattu à Mons, la veille, de pouvoir se regrouper. Cette année, il avait été particulièrement heureux d'accueillir des membres de familles de soldats français tués ou blessés à Tournai. En sa compagnie, nous avions visité le Musée Militaire et l'exposition retraçant cet épisode tragique.

Doyen de la "Confrérie des Cinq Clochers", Patrick Desauvage œuvrait également à la réussite de l'annuel Concert Viennois qui se déroule traditionnellement en décembre et dont les bénéfices vont à l'enfance déshéritée du Tournaisis.

Membre du club "Fifty-One", il a collaboré à de très nombreuses initiatives afin de venir en aide aux plus démunis. J'ai le souvenir qu'il y a une quinzaine d'années, il lança une opération "Sapins de Noël" afin d'apporter un petit plus à des adultes handicapés. Ce fut là encore une réussite, au point que la liste des objets souhaités par l'institution bénéficiaire a pu être rencontrée dans son entièreté par des membres ravis de servir des jeunes qui n'avaient pas eu la même chance que d'autres à l'aube de leur vie.

Patrick Desauvage collaborait également à l'organisation de "La Piste aux Espoirs", le festival des arts circassiens qui se déroule tous les deux ans dans la cité des cinq clochers. Sa passion du cirque en avait, là aussi, tout naturellement, fait récemment le Président de cette ASBL. Enfin, il était membre de l'association des "Médaillés et Décorés de Belgique".

Depuis longtemps à la tête d'associations culturelles, du souvenir ou philanthropiques, on a oublié que durant les années septante, Patrick était membre de la section d'athlétisme de la R.U.S.T.A

Ancien employé dans un organisme bancaire, Patrick Desauvage s'en est allé, à l'âge de 63 ans. La semaine dernière, il me confiait sa joie d'avoir pu mener à bien ces journées commémoratives d'août 1914. Travailleur infatigable, il ne recherchait pas les honneurs à un point tel que c'est profondément ému qu'il avait entendu Mme Caroline Jesson des Ecrivains Publics de Wallonie Picarde rappeler tout ce qu'il avait réalisé non seulement cette année mais durant les années antérieures.

Il avait ensuite confié à certains de ses amis qu'il songeait se décharger de quelques responsabilités, peut-être sentait-il poindre une certaine fatigue mais pas au point de redouter une issue fatale.

La ville de Tournai voit partir un de ses grands serviteurs, l'Optimiste perd un ancien collègue et avant tout un ami sincère. Le blog "Visite Virtuelle de Tournai" voit disparaître un de ses fidèles lecteurs.

(photo Jacques de Ceuninck) 

(S.T. août 2014)

 

 

03/11/2009

Tournai : 1950-2005, évolution de l'offre culturelle

Nous avons analysé l'évolution politique de la ville de Tournai entre les années 1950 et 2005. Un autre domaine qui a connu d'importantes transformations est celui de la Culture. A la fin de la seconde guerre mondiale, tout était à refaire, on peut même affirmer que les besoins de la population en matière de culture et de distractions avaient été profondément bouleversés par ces cinq années de disette. Une première mode qui s'installa fut celle des bals organisés presque chaque semaine dans différentes salles de la région. On ne parlait pas encore de dancings, encore moins de méga-dancings, on y allait pour danser, se distraire, écouter l'orchestre et...flirter. Au sortir de la guerre et de ses privations, la jeunesse n'avait pas besoin de drogues, d'extasy, pour être heureuse, pour s'amuser. L'amusement était alors sain et naturel et non artificiel comme il l'est devenu progressivement. On se rendait au bal au Roi des Radis à Kain, à la salle Provence au réduit des Sions ou chez Dudant à la gare, à pied, en bandes joyeuses qui ne vandalisaient pas tout sur leur passage. Partout, dans tous les milieux sociaux, de la classe ouvrière à la bourgeoisie, on avait l'idée de reconstruire, d'effacer les souvenirs de la guerre, certrainement pas de démolir.

Les distractions étaient encore relativement réduites. Le théâtre de la rue Perdue ayant été bombardé, l'administration communale décida de transformer la Halle-aux-Draps, en une salle de spectacles provisoire et on y retrouva à l'affiche les opérettes qui amenèrent à Tournai, Luis Mariano, Rudi Hirigoyen, Tony Poncet ou Georges Guétary. Les revues du Cabaret Wallon Tournaisien qui transitèrent par la salle du cinéma Scala, les pièces du Théâtre Wallon Tournaisien d'Edgard Hespel, les pièces de la Troupe des Facteurs tournaisiens et les tournées des galas Karsenty Herbert. Vinrent ensuite durant les années soixante, les premières tournées d'artistes de la chanson française avec Jacques Brel, Gilbert Bécaud, Françoise Hardy, Richard Anthony, Sylvie Vartan, Salvatore Adamo, Robert Cogoi et celles d'artistes classiques comme Roberto Benzi, les Cosaques du Don ou les premiers prix du concours reine Elisabethe de Belgique... et quelques années plus tard, le Festival de Tournai Don Bosco qui amena Claude François, Carlos, Herbert Léonard et bien d'autres vedettes promues par les radios périphériques françaises. 

Le tournant au niveau culturel se situe en 1968 avec la création de la Maison de la Culture. D'abord logée en la Halle-aux-Draps et ensuite, au début des années septante, dans ses nouveaux bâtiments de la Plaine des Manoeuvres. elle va apporter un nouvel élan à la Culture qui jusqu'à là ronronnait à l'ombre des cinq clochers. Le théâtre d'avant-garde, le théâtre classique, les ballets, la musique classique ou contemporaine, le music-hall trouvèrent désormais place dans sa programmation, c'est alors qu'apparurent à Tournai, Guy Bedos, Raymond Devos, les Frères Jacques, et plus tard Smaïn, Fellag, Guy Montagné, Michel Boujenah, Anne Roumanoff, Michel Leeb, Pöpeck, Roland Magdane, Bruno Coppens, les Taloche, François Pirette et bien d'autres. La création de la chaîne de télévision locale et communautaire "No Télé" contribuera à faire connaître Tournai... aux tournaisiens dans un premier temps, au Hainaut Occidental ensuite, par-delà la frontière désormais.

A partir des années quatre-vingt, on vit naître les grands festivals et les expositions de prestige. La Piste aux Espoirs, festival international amateur des Arts du Cirque, le Festival International de Folklore de Tournai, Le Festival international des Imitateurs, le Festival de la Marionnette, le Festival musical international du Hainaut d'abord, de Wallonie ensuite, "l'Accordéon, Moi j'aime", le Festival des Voix Intimes, le Festival international d'Orgues, le festival D'hiver Rock, la Triennale de la Tapisserie et des Arts du Tissus, les expositions sur les Celtes, sur Clovis... qui portèrent ou portent encore le renom de Tournai au-delà des frontière et amenèrent, chacun dans leur domaine, des artistes ou des visiteurs du monde entier.  Les jeunes ne furent pas oubliés puisque des artistes comme Axelle Red, Alain Souchon, , Cali, Julien Clerc, Christophe, Michel Delpech, Yves Duteil, Grand Corps Malade, Serge Lama, Maurane, Catherine Lara, Gilbert Montagné, Indochine, Sanseverino, Thomas Dutronc, Claire Diterzi, Bénabar et bien d'autres furent à l'affiche du centre culturel tournaisien. ... Il y a désormais une telle profusion de spectacles à Tournai que celui qui dit qu'il ne trouve pas chaussure à son pied au niveau culturel doit être bougrement difficile !

22/10/2009

Tournai : l'année 2005 sous la loupe (1)

Voici la fin de ce long feuilleton entamé au début de l'année dernière, la retrospective de l'actualité tournaisienne entre 1950 et 2005. Cinquante-cinq années de l'histoire d'une petite ville de province viennent d'être évoquées au travers des rubriques des faits divers, de l'économie et du social, du sport et de la culture.

Les premières informations que nous traiterons pour cette année 2005 sont d'ordre économique. Le 8 janvier, les chiffres concernant le chômage sont communiqués. On apprend qu'au 31.12.2004, le taux de demandeurs d'emploi à Tournai est de 19,57%, bien loin de celui affiché par la commune bruxelloise de Saint Josse (36,40%) ou des communes hennuyères de Farcienne (31,63%) et de Colfontaine (31,47%) mais, néanmoins, supérieur à la moyenne de la Wallonie (18,40%) et de la Belgique (12,80%). Dans les milieux économiques tournaisiens, on se met à rêver en constatant qu'à Bullange, ce taux n'est que de 3,71%. La situation ne va pas s'améliorer dans le courant de l'année car le 24 octobre, on apprend que la société Illbuck, située à Froyennes, ferme ses portes. Spécialisée dans la production d'aérosols de mousse expansée, l'usine avait débuté ses activités tournaisiennes en 1969. On comprend difficilement la décision de fermeture car l'entreprise est bénéficiaire et présente une productivié équivalente à celle d'une usine-soeur située aux Pays-Bas mais le groupe allemand qui la dirigeait a revendu ses parts à un groupe américain et l'acheteur, par obsession d'un super-bénéfice à court terme, décide de rentabiliser l'outil au maximum et ferme ainsi la maison tournaisienne. Dix-neuf emplois passent à la trappe, nouveau dommage à mettre sur le compte de la mondialisation ! Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, le lendemain, la presse annonce la fermeture de l'entreprise Deplast, spécialisée dans la production de plastiques d'emballage destinés à l'industrie agro-alimentaire, chimique, pharmaceutique ou médicale. Cette entreprise avait été parmi les premières à développé de l'éco-technologie, elle avait succédé en 1987 à la Lactilithe, située à la chaussée d'Audenarde. Le patron déclare avoir été obligé de mette la clé sous le paillasson en raison d'un blocage des autres administrateurs. Quatorze personnes perdent leur emploi.

Durant le dernier trimestre, on assistera également à de nombreux soubresauts au niveau social, il y aura notamment la grève dans le secteur des grandes surfaces, la direction d'un magasin situé dans le zoning commercial de Froyennes qui vient de passer sous contrôle français veut imposer des méthodes jamais vues dans les relations sociales en Belgique, mais peut-être courantes au sein de l'Hexagone, elle fait appel à un huissier et sollicite le paiement d'astreintes par jour de blocage. Certains qualifient cette position de défense du droit au travail, d'autres de déni du droit de grève. Par cette attitude jugée brutale par les partenaires sociaux, on se rend compte que le rapport de force bascule en faveur du patronnat.

Une mauvaise nouvelle touche également de plein fouet les amateurs de cirque et fidèles de "la Piste aux Espoirs". A la fin du mois de novembre, les organisateurs annoncent que le concours sera désormais supprimé et que le festival se présentera sous la forme d'une "biennale des arts circassiens". La raison évoquée est l'importance du travail réalisé par des bénévoles pour mettre sur pied une édition annuelle mais certains évoquent aussi les victoires répétitives des artistes canadiens lors des dernières éditions qui ont, finalement, apporté une certaine monotonie au concours. En 2007, la Piste aux Espoirs qui fêtera ses vingt ans reviendra sous une autre forme et quittera le chapiteau traditionnel, symbole même du cirque, pour se répandre dans des lieux comme la Grand'Place, la Halle-aux-Draps, la Maison de la Culture ou la salle la Fenêtre. Pour beaucoup, les arts du cirque se muent en arts de la rue ou en music-hall. Le vieux cirque de notre jeunesse, celui qui fleurait bon le sable de la piste, qui nous accueillait sur des gradins en bois parfois peu confortables, cette tente immense qui retentisait des flonflons de son orchestre, le cirque de Monsieur Loyal, des strass et des paillettes a été mis à mort sur l'autel du modernisme par des organisateurs peu enclins à conserver la Tradition. Tournai perd un peu de sa spécificité, la Piste aux Espoirs est morte....

09:09 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, la piste aux espoirs |

02/10/2009

Tournai : l'année 2004 sous la loupe (5)

Nous poursuivons notre découverte de ce que fit l'année 2004. La "Piste aux Espoirs" se déroule chaque année, depuis 1988, au mois de mars, elle en est donc à sa 17e édition et devient de plus en plus une chasse gardée des artistes canadiens. La lecture du palmarès 2004 est édifiante . En catégoie "Espoirs", la Piste d'Or mais aussi le Prix du Public et le Prix des Enfants sont attribués à Stéphane Beauregard et Jérémie Robert qui ont présenté un numéro à la planche coréenne. Ils viennent de l'Ecole nationale de Cirque de Montréal. La Piste d'Argent est remise à Mirko Trierenberg, un clown, lui aussi diplômé de l'Ecole de Montréal et la Piste de Bronze va à Hugo Desnarais, au cerceau aérien, qui complète le podium canadien, il reçoit, en outre, le Prix Annie Fratellini. Une mention spéciale est attribuée à Vladimir Grinchenko, équilibre sur spirale, du Collège d'Etat et de Variétés de Kiev. En catégorie "Amateurs", onze jeunes du Lido de Toulouse remportent la Piste d'Or pour un numéro d'acrobaties. La Piste d'Argent est attribuée à Stina Otterstöm, triples boucles aériennes, de l'Ecole Théâtre Cirque suisse. Trois jeunes de l'Ecole de Cirque de Bruxelles recoivent la Piste de Bronze et le Prix de la Presse. La main mise canadienne sur le festival international de cirque de Tournai risque-t-elle de porter préjudice au concours annuel ? Les organisateurs en sont, de plus, en plus conscients.

Les jeudi 25, vendredi 26 et samedi 27 mars, la Maison de la Culture présente "Le moine noir" d'Anton Tchékov. ... Le 26 mars, Bruno Brel y donne son récital, le neveu du grand Jacques est né en 1951 et marche sur les traces de son oncle dont il interpète certaines chansons. La Piste aux Espoirs à peine terminée, le cirque d'Alexandre Bouglione plante son chapiteau sur la Plaine des Manoeuvres, il séjourne dans la ville des cinq clochers du 25 mars au 4 avril et comme du 11 au 13 juin, le Cirque de Moscou de la famille Jarz et du 15 au 17 octobre, le cirque de Lydia Zavatta font également escale sur la Plaine des Manoeuvres, rebaptisée "Esplanade du Conseil de l'Europe", on peut dire que les amateurs d'arts circassiens ont été, eux aussi, comblés durant l'année 2004. Si les deux premiers mois de l'année ont mis en avant le théâtre, si mars a été consacré au cirque, avril sera le mois de la chanson.

On note la venue de Serge Lama, le 1er avril, l'organisation d'un festival de la chanson française avec Yves Ghioot, Guillaume Ledent et Vincent Venet, le 2, "L'Heureux Tour" de Maurane le 19 et la prestation des jeunes élèves fréquentant l'école d'enseignement spécial, "Le Saulchoir" à Kain qui offre un éblouissant spectacle de chansons en l'église Notre-Dame de Kain la Tombe. Parmi eux, Mélanie mais aussi Christopher, lauréat du 26e Grand Prix de la Chanson de Charleroi et prix du Public (son interprétation de "Pas de Boogie Woogie avant la prière du soir" d'Eddy Mitchell a été trissée). Ces jeunes sont dirigés par Micheline Deroissart, Jean Pierre Delbecke et Damien Bataille, une opération d'intégration par le chant et la musique totalement réussie et applaudie par un très nombreux public dont le coeur balançait entre joie et émotion !

23/09/2009

Tournai : l'année 2003 sous la loupe (3)

Nous portons maintenant notre attention sur les propositions culturelles de cette année 2003 à Tournai. Comme chaque année depuis que nous avons entrepris cette série, le programme est riche et varié et permet de satisfaire les goûts d'une majorité d'amateurs de spectacles. Justement, avec son nouveau spectacle intitulé "Bain Zen", l'humoriste tournaisien Bruno Coppens entame, en ce mois de janvier 2003, une tournée régionale qui le mène au théâtre de Tourcoing, à la Maison Culturelle d'Ath, au centre Marius Staquet à Mouscron et à la Maison de la Culture de Tournai. Le mercredi 22 janvier, Arno est en concert. Le 26 janvier, Roger Hanin et Cyrielle Clair interprètent, à la MCT, "une femme parfaite". ... Du 27 janvier au 1er février, la Maison de la Culture a inscrit à son programme : "A ta folie", la première création d'Etienne Van den Belen. Animateur au centre culturel tournaisien, ce comédien, juriste de formation engagé dans une ONG en Amérique du Sud et au Burkina Faso, passionné de théâtre, aide les adolescents et adultes tournaisiens à vivre le théâtre de l'intérieur suivant le description de Françoise Lison. Seul en scène, il rend un hommage émouvant, emprunt de poésie où le rire n'est pas absent, à une grand'mère décédée. La Chapelle Musicale de Tournai est en concert le samedi 2 février. Elle a invité Romain Dhainaut, un des trois jeunes musiciens tournaisiens à avoir obtenu le 1er prix au concert Dexia. Le jeune violoncelliste a débuté à l'âge de 6 ans, après des études au Conservatoire de Tournai, sur les conseils de son professeur Christiane Diricq, il a posé sa candidature et a été admis à la réputée Chapelle musicale Reine Elisabeth à Argenteuil (Waterloo).

En février, on apprend que Mélanie Cohl, la jeune chanteuse tournaisienne qui avait représenté la Belgique à l'Eurovision, a été pressentie pour interpréter avec Frédérica Sorel, la comédie musicale, "Les Demoiselles de Rochefort" produite par Gérard Louvin. A cette occasion, elle est présente, le 2 février, sur le plateau de "Vivement Dimanche", l'émission de Michel Drucker. D'abord jouée au Palais des Congrés à Paris, le spectacle part en tournée et s'arrêtera le mardi 16 septembre au Zénith de Lille. Parmi les quelques milliers de spectateurs, on ne dénombrera malheureusement que quelques tournaisiens présents dans la métropole du Nord pour l'applaudir car beaucoup avaient fait le déplacement dans la capitale française auparavant. Décidément, nul n'est prophète en son pays!  A la mi-février, Jane Birkin chante à la Maison de la Culture, elle offre au public un récital intitulé "Arabesques", un hommage à celui qu'elle appelle "l'Homme à la tête de choux", Serge Gainsbourg. En ce début d'année, la maison tournaisenne d'édition, "La Renaissance du Livre" publie un "best of" des 33 années de poésie de Colette Nys-Mazure intitulé "Feux dans la nuit".

Le mois de mars nous ramène la Piste aux Espoirs, elle attire, une fois de plus, un très nombreux public, les 8 et 9 mars. La Piste d'Or va à d'émouvants jongleurs, Nicolas Mathis et Denis Frageton du Lido de Toulouse (F). Ils sont les grands vainqueurs de cette 16e édition. La Piste d'Argent est attribuée à Linda Hartman et Anna Nilson, une hollandaise et une suédoise, pour leur prestation remarquée au cadre aérien. Elles viennent de l'Ecole supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles et donnèrent beaucoup d'émotion au public puisque l'une d'elles chuta pendant le numéro mais reprit courageusement sa place. Les Pistes de Bronze sont remises à Catherine Girard de l'Ecole nationale de Cirque de Montréal (Canada), au cerceau aérien et à Max Havekamp, jongleur allemand venu du Circus Space de Londres (GB). En catégorie "amateurs", le spectacle proposé fut assez pauvre, les Pistes d'Or et d'Argent ne furent pas attribuées, tout au plus deux Pistes de Bronze récompensèrent-elles Vladimir Gagarine, un contorsionniste russe de l'Ecole de Tula et Vincent Bonnefoi, Stéphane Fillion et Maël Tortel, trois artistes français dans un numéro d'équilibristes, formés à l'Ecole de Cirque de Lyon. Durant le spectacle, les intermèdes furent assurés par un clown bien connu et apprécié du public tournaisien, "Elastique" (de son vrai nom Stéphane Delvaux) qui avait été un des premiers lauréats de la Piste aux Espoirs. Dans les coulisses du festival, on apprend que le duo tournaisien Okidok, formé de Xavier Bouvier et de Benoit Devos, a été récompensé au Festival international du Cirque de Demain à Paris. Les deux artistes ont obtenu le trophée Annie Fratellini, le pris Eloïse et le prix World's Fair. Ceux-ci couronnent une prestation impeccable où le rire est omniprésent. Nous ne sommes arrivés qu'à la fin du premier trimestre, nous poursuivrons donc dans le prochain article cette balade culturelle à Tournai en 2003...

08:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, maison de la culture, la piste aux espoirs, okidok |

01/09/2009

Tournai : l'année 2002 sous la loupe (5)

En cette année 2002, l'excellent travail réalisé par Jean Pierre Winberg et les équipes de No Télé, la télévision régionale et communataire qui couvre peu à peu l'entièreté des communes de ce qu'on appelle encore le Hainaut Occidental, est une nouvelle fois récompensé. L'émission "D'ici et d'ailleurs" coproduite par No Télé et sa consoeur française Canal 9 est couronnée du Lys d'Or attribué pour fêter les cent ans des relations transfrontalières au travers de la Chambre de Commerce franco-belge du Nord de la France. Les animateurs de cette émission sont Chantal Notte et Laurent Dereux, le prix est remis par le Prince Philippe de Belgique. Puisque nous évoquons les remises de prix, tournons nous vers la 15e édition de la Piste aux Espoirs qui se déroule les 1, 2 et 3 mars 2002. Elle voit un époustouflant numéro de main à main, alliant danse, voltige et équilibre, truster le prix du Grand Jury, celui du Public et celui des Enfants. Ages de 21 ans, Frédéric Arsenault et Martin Laliberté ont conquis le public tournaisien. La Piste d'Argent va à Stefan Wepfer, lui aussi issu de l'Ecole de Cirque de Montréal, qui a développé une chorégraphie au mât et la Piste de Bronze est attribuée à Michaël Orain et Mathieu Vidard, du Lido de Toulouse, présentant un numéro de jonglerie burlesque. Dans la catégorie "Amateurs", la Piste d'Or revient à un numéro de jonglerie réalisé par 12 jeunes de l'Ecole de Cirque de Lyon, la Piste d'Argent à Christophe Payot, jongleur, de Toulouse et la Piste de Bronze à Alexis Rouvre, auteur d'un numéro spectaculaire avec des diabolos.

Le 16 novembre, le 11e Festival international des Imitateurs a pour invité vedette, Roland Magdane qui avait déjà participé à une édition précédente. Grégory Juppin de Senlis (F) obtient le Prix du Grand Jury présidé par Philippe Luters de la RTBF, Michaël Grégorio de Mulhouse reçoit celui de la Presse. Jean Pierre Péroncel-Hugoz est journaliste au Monde depuis près de 30 ans, globe-trotter, il s'est arrêté au début du mois d'août dans la cité des cinq clochers, il va la parcourir de long en large pour découvrir les différentes facettes de la cité scaldéenne. En homme de la profession, il visitera même les locaux du journal, "Le Courrier de l'Escaut" situés à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame. Quelques semaines plus tard, son périple tournaisien sera conté dans un long article intitulé " Petite ville, grande histoire".

Dans le prochain article, nous clôturerons cette revue de l'actualité de l'année 2002 à Tournai.

11:18 Écrit par l'Optimiste dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, no tele, la piste aux espoirs |

15/08/2009

Tournai : l'année 2001 sous la loupe (4)

Dernier coup d'oeil dans le rétroviseur avant de refermer la rétrospective des évènements de l'année 2001 à Tournai, nous restons dans le domaine culturel et de la distraction. Les 2, 3 et 4 mars, les artistes chinois de la troupe acrobatique de Gangzhou (Canton) raflent les trois prix les plus importants de la Piste aux Espoirs : la Piste d'Or, le Prix du Public et celui des Enfants. une seconde Piste d'Or est attribuée à la canadienne Andriane Leclercq. La Piste d'Argent revient à Michaël Vassereau dans un spectaculaire numéro aux sangles aériennes tandis que le duo composé d'Hella Stichmaier et de Klaus Bartl de la compagnie allemande Jonglobat remporte la Piste de Bronze récompensant un numéro alliant jonglerie et acrobaties. En catégorie "Amateurs" sont primés les frères Socrates et Angelo (Mikiz Minier Matsakis) qui remportent la Piste d'Or, originaire d'Allemagne, Miriam Willems remporte la Piste d'Argent et Sonia Vandame aux cerceaux retournera à Paris avec une Piste de Bronze. Depuis 1986 et la prestation d'Elodie et Chloé, pas un seul artiste local n'était parvenu à conquérir le public, Jean Michel Pipers comble cette lacune dans un numéro d'acrobaties sur vélo. Autre révélation de cette nouvelle édition de la Piste aux Espoir, le Babelout's Brass Band, dirigé par Eloi Baudimont qui anime musicalement les intermèdes. Amoureux des arts circassiens, les Tournaisiens auront encore l'occasion de se rendre au Cirque des Etats de Russie qui dresse sa tente du 24 août au 2 septembre sur la Plaine des Manoeuvres et au cirque suisse Fligenpiltz qui revient à Tournai, trois ans après son premier passage, il plante son chapiteau sur le parking de Tournai Expo. Le nom de ce cirque ne vient pas, comme c'est souvent le cas, d'un nom de famille comme les Bouglione, Amar ou Rancy mais bien de l'appellation allemande de l'Amanite Tue-Mouche dont la couleur et la forme ressemblent à celles du chapiteau du cirque. Présentant une tente à quatre mâts centraux, ce cirque peut accueillir 1.200 spectateurs, il propose des numéros avec hippopotame, zèbres, dromadaires, lamas et cochons mais aussi un embrasement de gigantesques jets d'eau en final.

Autre rendez-vous annuel, le Festival international des Imitateurs, il fête, en cette année 2001, son dixième anniversaire et se déroule pour l'occasion sur deux soirées, les 16 et 17 novembre. Thierry Garcin de Carcassonne remporte le prix du Grand Jury et Raphaël Lacour de Lyon celui de la Presse et du Public. Berlu, lauréat du Luron d'Or en 1995, chauffe la salle le vendredi, Olivier Laurent lui succède tandis que Popeck clôture la première soirée. Le samedi, c'est Yves Lecocq accompagné de six danseuses qui assure la seconde partie de soirée d'un festival d'une cuvée extraordinaire. Relevons encore pour les mélomanes, le concert du Choeur byzantin de Grèce, qui, le samedi 22 septembre, fait résonner la chapelle du séminaire dans la plus pure tradition du Mont Athos et le Concert des Nations, une semaine plus tard, dirigé par Jordi Savale qui se produit pour la première fois en Belgique.

Au niveau sportif, notons que l'Union de Tournai réalise un beau parcours durant la première partie du championnat 2001-2002, après 15 rencontres, le club tournaisien occupe la première place du classement de la promotion B (4e Division) avec un actif de 36 points représentant 11 victoires, 3 nuls et une seule défaite, le second Wetteren est à 8 points, le Racing de Tournai, en sixième position, accuse déjà un retard de 10 points sur les leaders Rouge et Vert. Le 26 décembre, c'est de Tournai que s'élance la caravane du Bénélux du Paris-Dakar. Le site de Tournai-Expo accueille le bivouac provisoire et les véhicules belges sont visibles dans le hall des expositions où le public assiste au traditionnel show du "Dakar". Durant l'heure de midi, les participants se rendent, en cortège, sur la Grand'Place où le départ est donné pour Arras, la famille et les amis du Rumois Michel Vinckier sont venus le saluer avant son odyssée. Cette manifestation qui a attiré un nombreux public est une réussite pour Olivier Deplechin et Vincent Leclercq, les deux chevilles ouvrières locales de TSO Bénélux . En cette année 2001, Tournai a accueilli le club de Basket d'Estaimpuis qui, jouant en la salle CET, a pris le nom de BC Tournai-Estaimpuis, il rivalise avec les meilleurs en Division 1 Nationale et occupe une sixième place à la fin de l'année 2001, dans la première partie du championnat. ...

30/07/2009

Tournai : l'année 2000 sous la loupe (3)

Après cette longue série de "Faits Divers" tragiques, il est temps de prendre une bouffée de fraîcheur en parcourant les diverses activités culturelles proposées durant l'année 2000.

"La Piste aux Espoirs", le traditionnel festival de cirque amateur en est à sa treizième édition. Il se déroule les 3, 4 et 5 mars, sous chapiteau sur la Plaine des Manoeuvres. Dans la catégorie "Espoirs", c'est le duo "Flash" composé d'Efrem Bitkine et d'Eugeny Dashlousky, de l'Ecole de Cirque ukrainienne qui remporte la Piste d'Or en présentant un numéro d'acrobatie clownesque. La Piste d'Argent revient aux jeunes artistes canadiens issus de l'Ecole de Cirque de Montréal, Mark Picklo et Laura Smith qui réalisent un spectaculaire numéro au cadre aérien. La Piste de Bronze est décernée à une autre jeune canadienne, Geneviève Lemay, dans un numéro, tout en grâce, aux anneaux aériens. Dans la catégorie "Amateurs", le Lido de Toulouse (France) représenté par Thibaut et Benjamin, "Benji Tibo", remporte la Piste d'Or pour un numéro de jonglerie. La Piste d'Argent n'est pas attribuée par contre deux Pistes de Bronze reviennent, l'une à Pierre Marchand, de l'Ecole de Cirque parisienne d'Annie Fratellini pour un numéro de jonglerie avec diabolo et à Anne Wiessbeker de la Graine de Cirque de Strasbourg, au trapèze fixe. Hors Concours, la "Compagnie du Tarmac" de Xavier Sourdeau qui assure les intermèdes entre les numéros, remporte elle aussi un triomphe de la part du public qui a, une nouvelle fois, rempli le chapiteau au cours des trois soirées.

Si la Piste aux Espoirs reste un moment phare de l'année, le public tournaisien fut convié à de très nombreux autres rendez-vous. Le 12 janvier 2000, la Maison de la Culture de Tournai accueille le chantre de la tendresse, Yves Duteil. Une semaine plus tard, les 18 et 19 janvier, le centre culturel tournaisien propose une pièce sur un texte original de Paul Willems, interprétée par Pascale Vyvere et Benoit Dorslaer, "Les miroirs d'Ostende" ou l'histoire d'un couple baroque qui vit, muré, à Ostende suite à la guerre. Le 3 février, la chanteuse française atypique, Juliette, se produit sur cette même scène avant de la céder, deux jours plus tard, à Raymond Devos, de retour à Tournai. Le 21 février, "Mon monde à moi" est le nouveau spectacle mis en scène par Michel Boujenah. Le second mois de l'année se terminera par le retour dans sa ville natale du violoncelliste David Cohen pour un concert en compagnie de la Beethoven Academy sous la direction de Daniel Gazan.

Le 14 mars, à l'invitation de Télé Service Ecout'Accueil, l'humaniste Albert Jacquard participe à une conférence-débat sur l'avenir des relations humaines. "Regarder les hommes comme des sources et jamais comme des obstacles" une théorie qui devrait, selon lui, préparer la terre pour une humanité riche de 9 milliards d'habitants au cours du siècle qui débute. Quelques jours plus tard, le Gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, Guy Quaden, vient délivrer son message par lequel il fait part de son optimisme quant à l'avenir économique grâce à l'Euro, considéré, par lui, comme le régulateur des relations commerciales. En ce mois de mars, Tournai, une ville qui a compté des dizaines de brasseries, a enfin son "Salon de la Bière" organisé par l'ASBL Centre-Ville. Dans le cadre de celui-ci, on redécouvre une attraction qui eut un grand succès durant les années soixante, une "course de garçons de café", vingt-quatre hommes issus de cette profession se mesurèrent dans un exercice ou l'équilibre est omni-présent. Pour terminer ce premier trimestre, la danse contemporaine sera également à l'honneur, le 14 mars, en la Maison de la Culture, avec Incandescencia dans une version nouvelle du "Sacre du printemps" d'Igor Stravinsky et le mercredi 29 mars, le toujours populaire Pierre Perret est présent pour son tour de chant, rendez-vous très attendu par le public mais qui aurait pu être annulé car le fantaisiste français avait été victime d'un accident de la route en venant dans la cité aux cinq clochers. En première partie, le public avait apprécié Jofroy accompagné au violoncelle par Katty Adam et au piano par Line Adam. ... Dans un prochain article nous verrons la suite de cette année culturelle et nous parlerons également de l'actualité sportive...

14:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, maison de la culture, la piste aux espoirs |