15/05/2017

Tournai : Froyennes la sérénité à proximité de la cité (2)

Nous poursuivons la balade que nous avons entamée au sein du tranquille petit village de Froyennes !

Froyennes la place communale.JPG

Sur la place communale, deux rangées de grands arbres (récemment élagués) semblent former une haie d'honneur aux fidèles qui se rendent à l'église. Sur l'autre partie de la place, on jouait jadis à la balle pelote. Ce sport encore fort pratiqué dans la seconde partie du XXème siècle a, peu à peu, été délaissé par les amoureux de la petite balle blanche, les jeunes se tournant vers d'autres activité moins sportives. Dès lors, le ballodrome qui y était tracé a disparu et avec lui les quelques cafés qui faisaient le plein aux jours de rencontres.

Froyennes plaque commémorative abbé Nestor Frère.JPG

Derrière l'église, sur le mur fermant le jardin de l'ancienne cure, on peut découvrir la plaque commémorative en hommage à l'abbé Nestor Frère, curé du village au moment où éclate le premier conflit mondial. Ardent patriote, il fera partie du service de renseignement "Biscops" qui tissa, à la demande de l'armée britannique, un réseau d'observateurs des mouvements ennemis dans notre région. Arrêté en mai 1918, l'abbé Nestor Frère fut transféré à la prison de Loos (Lille). Il vivra jusqu'au 11 novembre dans des conditions inhumaines. Torturé, sous-alimenté, il revint à Froyennes mais, affaibli et miné par les mauvais traitements dont il fut victime, il mourut le 19 août 1920. C'est en août 1927 que ce mémorial a été apposé sur le mur du presbytère. 

Froyennes parc entourant l'église.JPG

Face à l'ancien presbytère, on peut se balader dans le parc entourant l'église. Il est, depuis longtemps, le lieu de rendez-vous des amoureux, des mouvements de jeunesse, des personnes âgées et de tous les amateurs de calme. Le silence propice à la rêverie ou à la méditation est uniquement troublé lorsque se mettent à cancaner les canards de l'étang probablement nourris de morceaux de pain jetés par un enfant en promenade. 

Froyennes grotte rue abbé Nestor Frère.JPG

La grotte Notre-Dame de Lourdes et, au fond, l'ancienne cure.

A proximité de l'ancien presbytère, la grotte de Notre-Dame de Lourdes est toujours fleurie et des mains anonymes y allument régulièrement des bougies. En tenant compte de cette grotte, le village de Froyennes compte pas moins de huit lieux de recueillement. Des chapelles se dressent, en effet, à la chaussée de Lannoy (4), au chemin des Nonettes, au chemin Royer et à la rue de Fléquière. Tradition bien établie, au mois de mai, le Rosaire y est récité par les croyants. Si après la guerre ils étaient plusieurs dizaines à participer à ces rendez-vous vespéraux, le temps passant, ils sont de moins en moins nombreux. 

Froyennes le moulin à eau (1).JPG

Le moulin à eau

Au bas de la rue Abbé Nestor Frère, à l'extrémité de l'étang, se dresse un moulin à eau dont on nous dit que son origine remonte au-delà du XIIIème siècle. Il a été reconstruit au XVIIème siècle et restauré en 1967. Il forme un carré d'environ 6m75 de côté et ses murs ont une épaisseur de 70 cm. Il servait à moudre le grain, sa meule étant entraînée par la roue alimentée par l'eau du grand vivier. Il a cessé de fonctionner en 1962 (toutefois, il avait cessé de moudre du grain en 1935 et avait servi par la suite à la fabrication de chocolat et même de peinture). Il est le seul qui soit complet et en parfait état dans la région. 

Froyennes le moulin à eau (2).JPG

En évitant soigneusement la poubelle qui dénote quelque peu dans ce lieu idyllique, combien de photographes professionnels ou amateurs, combien de couples de mariés ont été séduits par ce cadre enchanteur 

Froyennes maison de la Sainte Union.JPG

Face au moulin, au milieu d'un vaste parc sur lequel veille une statue de la Vierge, se dresse l'ancien couvent des religieuses de la Sainte-Union. Devenue maison de retraite, cette vaste demeure est destinée à accueillir des religieuses de différentes communautés. Le domaine est devenu, il y a quelques années, la propriété de l'association "ACIS" qui lui a adjoint, dernièrement, un bâtiment de résidence-services ouvert aux laïcs qui en font la demande.

Froyennes la P'tite Fabriek façade principale.JPG

Lorsqu'il y a quelques années, la ferme de Beauregard a cessé ses activités, les vastes bâtiments ont été rénovés et transformés par un couple néerlandophone qui en a fait un lieu d’événements, de réunions et de festivités. Dénommé "La P'tite Fabriek", cet endroit est connu dans le Tournaisis et au-delà pour l'organisation de réunions d'entreprises ou familiales, de spectacles, d'expositions ou de conférences. Des artistes y sont accueillis en résidence car on y pose un regard sur la culture de Flandre, de Wallonie tout comme sur celle d'autres régions européennes. 

Froyennes la p'tite Fabriek vue latérale.JPG

Notre promenade se termine. Il y a encore d'autres lieux à découvrir mais il faut laisser au visiteur le soin de quitter le centre du village et de s'aventurer dans les nombreux petits chemins qui sillonnent Froyennes. Nous voici revenu à notre point de départ !

tournai,froyennes,abbé nestor frère,ferme de beauregard,la p'tite fabriek,couvent de la sainte-union

 

S.T. mai 2017.

10/05/2017

Tournai : Froyennes, la sérénité à proximité de la cité ! (1)

Froyennes, un charmant village aux portes de la cité des cinq clochers.

Le village de Froyennes est situé à moins de cinq kilomètres du centre de la cité des cinq clochers. Pour le découvrir, il suffit quitter la chaussée de Lannoy (la route qui relie Tournai à Roubaix) et d'emprunter la rue Abbé Nestor Frère. Celle-ci nous emmène vers l'étang qui se trouve tout à côté de l'église et de la place communale. de préférence, la visite se fait à pied car ce village invite à la flânerie quelle que soit la saison. 

Froyennes l'étang (1).JPG

Pièces d'eau et espaces verts sont omniprésents dans ce village dédié à la promenade.

Le château de Beauregard.

Face à l'étang se dresse le château de Beauregard. De style néoclassique, au cœur d'un splendide domaine, il appartient depuis 1791 à la famille Le Bègue de Germiny. Il est l'oeuvre de l'architecte et officier du génie belge, Antoine Payen, dit 'l'Ainé", à qui on doit également le château de Laeken et le celui du Belvédère. Son parc comporte des espèces rares d'arbres et un étang qui s'étend sur près deux hectares. 

Froyennes le château de Beauregard.JPG

En 1995, le château a servi de cadre pour le tournage d'une scène du film "Le huitième jour" de Jaco Van Dormael. Ce dernier permit à Daniel Auteuil et à Pascal Duquesne d'obtenir, conjointement, le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes 1996. Ceux qui ont vu le film se remémoreront la scène au cours de laquelle le jeune Georges (Pascal Duquesne) voit les autres jeunes partir en vacances avec leurs parents alors que lui attend, vainement, une maman qui ne viendra plus. Pour les besoins du scénario, une allée centrale avait été créée au travers de la pelouse. Repérage des lieux et tournage demandèrent plusieurs jours pour une apparition d'une durée d'à peine une minute dans le film. 

Le domaine a été récemment mis en vente par ses propriétaires qui n'habitent plus Tournai et une étude est actuellement réalisée afin d'étudier la possibilité d'y créer un hôtel 4* et des thermes. 

La fontaine Saint-Eloi.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi.JPG

La fontaine Saint-Eloi a été restaurée en 2012 grâce à l'intervention d'un mécène

Voici une résurgence d'eau qui date de bien longtemps. Au XIXème siècle, on disait d'elle qu'elle soignait les crampes d'estomac et les problèmes intestinaux. De nombreuses personnes venaient régulièrement puiser un peu de cette eau. En ce qui me concerne, au début des années soixante, avec des copains de classe, j'allais y pêcher l'épinoche au moyen d'une canne confectionnée d'une simple branche d'arbre et d'une corde munie d'un nœud coulant. Un simple ver de terre attirait par dizaines ces hôtes voraces. L'eau du ruisseau qui s'échappe de la fontaine foisonnait alors de ces petits poissons.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi la resurgence.JPG

Le bassin de la résurgence.

Partant de la fontaine, longeant un chemin fait d'ombre et de lumière, entre murs et jardins, le petit ruisseau s'écoule lentement vers l'étang. Peu pressé de le rejoindre, il semble, au contraire, prendre tout son temps, coulant mollement au sein d'un paysage bucolique où gazouillent pinsons et alouettes, où chantent les merles et roucoulent les pigeons ramiers.  

Froyennes la fontaine Saint-Eloi le ruisseau.JPG

 Il vient parfois lécher des demeures magnifiquement restaurées se mirant dans ses eaux limpides.

Froyennes auprès de l'étang (1).JPG

et flirte sans honte avec d'anciennes tourelles émergeant d’îlots de verdure.  

Froyennes auprès de l'étang (2).JPG

Dans le prochain article, nous allons continuer à le longer afin de découvrir son parcours au cœur du village et de faire d'autres rencontres tout aussi pittoresques.

(à suivre)

S.T. mai 2017.

10/10/2016

Tournai : un point sur les chantiers

Des chantiers aux quatre coins de la ville.

Régulièrement le blog "Visite Virtuelle de Tournai" fait le point sur les chantiers en cours dans la cité des cinq clochers. La dernière mise-à-jour date déjà d'avant les congés.

Les chantiers routiers.

1. Les alentours du CHWApi.

Depuis une semaine, l'important chantier qui impactait, depuis plus d'un an, toutes les voiries situées autour du nouveau centre hospitalier est terminé. Rappelons que celui-ci comprenait la rénovation de la rue Général Piron dans sa section entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, de cette même rue des Sports, de la rue de la Citadelle dans la section comprise entre la rue des Sports et la rue de Barges et la transformation complète de cette dernière rue. Parallèlement à ces travaux de voirie, un parking destiné aux membres du personnel du CHWApi a été aménagé sur un terrain de la rue Général Piron, à l'angle que celle-ci forme avec le prolongement de la rue de Barges.

Un chantier réserve bien souvent des (mauvaises) surprises, ce fut le cas au niveau de la rue de Barges, lors des travaux de terrassement. Un égout, non repris sur la cartographie du sous-sol, y a été découvert. Les eaux de celui-ci se perdaient soudainement dans le sous-sol et étaient probablement à l'origine des tassements de terrains constatés au niveau de certains immeubles du boulevard du Roi Albert. Il a fallu ouvrir une partie de ce boulevard et du boulevard Lalaing durant plusieurs semaines. Un travail qui a nécessité une déviation des véhicules sur une voie unique, ce qui provoquait quelques problèmes aux heures de pointe. Un "vire à gauche" a été réalisé en haut du boulevard du Roi Albert afin de faciliter l'accès à la rue de Barges désormais régulièrement empruntée par les services de secours se rendant au CHWApi. 

Le visage de ce quartier, jusqu'alors tranquille, a été totalement modifié. Pour les riverains, le stationnement est devenu un véritable casse-tête, ceux-ci ont beau posséder une carte leur permettant de stationner près de chez eux, encore faut-il y trouver un emplacement, ce qui, en raison des voitures ventouses garées durant toute la journée, est devenu manifestement impossible ! Face à cette situation, l'édilité communale a décidé de transformer l'entièreté de ce quartier en zone bleue et faire contrôler le stationnement comme au centre-ville. Il est désormais limité à deux heures. Quotidiennement, le nombre de véhicules stationnés le long des trottoirs de ce quartier rappelle les jours de grands matches de football au stade, aujourd'hui disparu, de l'Union (mais à l'époque, ce n'était qu'une fois par quinzaine !).

Rappelons que l'hôpital possède un parking souterrain dont l'occupation n'a jamais été complète. La première heure y est même gratuite !

2 .Le quartier du Becquerelle.

Les travaux de rénovation du quartier du Becquerelle touchent peu à peu à leur fin. Cet important chantier entrepris au printemps dernier concernait les quais Saint-Brice et Dumon, la place et la rue du Becquerelle.

Le centre de la place a été redessiné, l'arbre qui trônait au milieu d'un petit square a été abattu et la stèle de la statue a été rénovée attendant de recevoir son buste. Actuellement les travaux se concentrent sur le quai Dumon jusqu'à l'angle de la rue Joseph Hoyois.

3. La rue des Jésuites.

Une partie de la rue des Jésuites dans la section comprise entre l'église Saint-Piat et la rue de la Ture a été soustraite à la circulation. On restaure certaines zones pavées en très mauvais état. Le chantier devrait ensuite progresser vers le parc communal. 

Les chantiers immobiliers.

1. La cathédrale Notre-Dame.

Les travaux avancent rapidement profitant certainement des excellentes conditions météorologiques (hiver doux et été très sec). Trois des cinq clochers (Marie, la Treille et Saint-Jean) ont déjà fait l'objet de restauration, on les découvre peu à peu. Les tours "Lanterne" et "Brunin" restent cachées à la vue des promeneurs sous leur protection plastifiée qui permet aux ouvriers de travailler à l'abri des intempéries. Durant le week-end des Fêtes de Tournai, grâce à des démonstrations effectuées sur la place Paul-Emile Janson, les Tournaisiens et les visiteurs ont pu voir à l'oeuvre les couvreurs chargés de la pose de la couverture en tables de plomb et les sculpteurs qui réalisent de nouvelles pierres en remplacement de celles qui sont détériorées. Le public a pu également inscrire son nom sur des rouleaux de papiers qui seront placés entre le charpente et le revêtement. L'Optimiste a participé à cette opération, preuve d'attachement au patrimoine de la cité des cinq clochers.  

2. Les nouvelles résidences

A la rue des Choraux, le gros-oeuvre du projet immobilier concernant la création de quinze appartements de standing et de cinquante places de parking est terminé, la phase de finition comprenant les techniques spéciales est en cours de réalisation. L'ancienne quincaillerie située à l'arrière, sur le Marché au Jambon, a été totalement restaurée en ne conservant que sa façade. Sur le terrain vague qui jouxte ce bâtiment, un nouvel immeuble reprenant le même style de façade a été construit donnant un aspect de continuité à cet ensemble.

A l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la rue du Curé Notre-Dame, les travaux de construction d'une résidence de dix appartements de standing ont débuté. Le chantier concerne actuellement les fondations.

Un immeuble de style Louis-Quatorze fait l'objet d'une importante restauration dans de la rue de l'Hôpital Notre-Dame. La rénovation concerne tant l’extérieur que l'intérieur du bâtiment.

Les travaux se poursuivent en ce qui concerne la construction de différentes résidences avec appartements de standing sur l'ancien site des "Erables" au quai des Salines.

L'immeuble de la Vierge Noire à l'angle de la rue de la Tête d'Or et du piétonnier est en cours d'aménagement. On y crée sept lofts qui seront livrés bruts, l'aménagement intérieur se faisant au goût du propriétaire. 

3. Les projets commerciaux en périphérie.

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

Le chantier des Bastions génère des murailles de terre et pose des problèmes de stockage de celles-ci.

Depuis quelques mois a débuté l'important chantier de rénovation et d'extension du centre commercial "Les Bastions". Ce projet concerne une rénovation en profondeur des galeries existantes, l'extension du centre commercial sur 16.000 m2, la création d'un parking souterrain d'une surface de 29.000 m2 sur deux niveaux et l' aménagement des abords. 

A Froyennes, la zone commerciale se transforme également. Le projet "Equilis" vient d'être inauguré. L'ancienne zone sur laquelle s'élevait jadis le magasin du groupe Mestdagh a été réaménagée par la construction de surfaces commerciales sur deux niveaux. Prochainement, le nouveau bâtiment accueillant le magasin Décathlon ouvrira ses portes, il se situe entre la station-service et le magasin Carrefour. Le parking de la zone commerciale fait également peau neuve : on y crée une entrée destinée aux voitures et une autre spécifique aux bus, la zone de stationnement sera mise en giratoire et des portiques empêcheront les très nombreux camions d'y entrer. Il faut savoir que ce parking est régulièrement squatté par des transporteurs internationaux qui y passent le week-end.

Une nouvelle zone commerciale est en cours d'aménagement, à la rue de la Borgnette à côté du club de tennis et face au service de Travaux de la Ville. 

Diverses constatations.

Si tous ces chantiers perturbent profondément la vie des habitants de Tournai, il existe un mal plus sournois qui mécontente une partie de la population. On a beau améliorer le cadre de vie, nous vivons une époque de vandales et de voleurs et les dégradations volontaires ne manquent pas. Il y a tout d'abord les tags qui ne représentent pas de l'Art urbain comme certains voudraient nous faire croire mais restent avant tout des gribouillages d'artistes en mal de reconnaissance, d'individus qui n'ont aucun respect pour les propriétés publiques ou privées. A ce sujet, la Ville de Tournai a entamé une procédure de nettoyage systématique de ces incivilités et de poursuite de leurs auteurs. Ces derniers jours, des tagueurs parisiens venus, un jour, exercer leur minable "talent" sur des immeubles de la cité des cinq clochers viennent d'en faire l'amère expérience, ils ont été sommés de rembourser les frais inhérents au nettoyage des endroits qu'ils ont souillés et seront poursuivis en justice en cas de non-paiement. On déplore également la disparition de nombreux éléments constituant le '"fil d'or" placé dans les rues rénovées du quartier cathédral afin de guider les visiteurs et leur indiquer les bâtiments remarquables. Une surveillance citoyenne des "voleurs de métaux" s'impose ! Les citoyens regrettent également la dégradation du mobilier urbain qui est parfois démoli, à peine posé, oeuvre de oisifs qui ne savent comment occuper leur "temps libre".  

photos : R. Rauwers.

S.T. octobre 2016.

29/11/2015

Tournai : les festivités de décembre 2015

Le mois de décembre est le mois des fêtes par excellence et, à Tournai comme ailleurs, on aura l'embarras du choix au cours de ce dernier mois de l'année. Une fois encore, on devra se résoudre à faire des choix !

 

Mardi 1, Séminaire, grand auditoire, 14h : "Romain Gary, le caméléon", conférence par Michel Verbogen, Psychiatre, dans le cadre du cycle "Connaissance et Vie d'Aujourd'hui".

Mardi 1, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 20h : concert de "Alice on the Roof", celle qui fut de tous les festivals cet été.

Mercredi 2, stade Luc Varenne, "Viva for Life", l'émission de Vivacité, joggings pour enfants et pour adultes, animations diverses. 

Mercredi 2, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "La petite fille aux allumettes", spectacle pour enfants d'après le conte d'Andersen par PAN ! (la compagnie).

Mercredi 2, Hôtel de Ville, Salon de la Reine, 18h : "Dyslexie, dysorthographie, dyscalculie", conférence par Isabelle Feihle et Lise Nottebaert, logopèdes indépendantes au CHWApi, dans le cadre des Conférences-Santé 2015.

Jeudi 3, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h : "Le génocide arménien, traces mémorielles", conférence par Philippe Raxhon, professeur à l'U.L.G, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 3, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Conversations avec ma mère" de Pietro Pizutti avec Jacqueline Bir et Alain Leempoel

Vendredi 4, Halle-aux-Draps, 20h : "Noël de l'ATI"; Association Tournaisienne d'Improvisation au profit des enfants du "Noël pour Tous" organisé par le comité Saint-Jean.

Vendredi 4, Mourcourt, Centre Culturel, 20h : "Les Croque-Notes chantent Brassens".

Samedi 5, Maison de la Culture, salle Frank Lucas , 15h et 17h30 : "Petites Furies" par le Zététique Théâtre/ Justine Duchesne, spectacle pour enfants par Mélody Willame et Estelle Bibbo.

Samedi 5, salle La Fenêtre, 20 h : "Les Souffleurs de Mots, casting pour Saint-Nicolas", spectacle d'improvisation.

Samedi 5, Froyennes, la Guelière, 20h : "Rires jaunes, Humour noir", spectacle humoristique.

Samedi 5, Froyennes, la Petite Fabriek, 20h : "Stro Brothers et Lotte Remmen", concert de musique folk et country.

Dimanche 6, Esplechin, salle de la Bascule : "Marché de Noël " du Club des Jeunes de la Pérote.

Dimanche 6, Centre de la Marionnette, à 15h et 16h : "Visites guidées pour la Saint-Nicolas".

Mardi 8, Maison de la Culture, 20h : "Pierre Kroll" dans son one-man-show.

Jeudi 10, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h : "Maroc, Haut-Atlas, une année berbère" par Louis-Marie et Elise Blanchard, reporters-conférenciers dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 10, Froyennes, la Petite Fabriek, 20h : "Orkestra Mendoza", musique sud-américaine.

Vendredi 11, Mourcourt, home les Blés d'Or, dès 17h : "Marché de Noël".

Vendredi 11, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Maurane, toujours aussi en scène", la chanteuse belge fête ses vingt-cinq années de carrière.

Vendredi 11, église Saint-Jacques, 20h : "Gospel for life", 150 choristes chantent au profit de l'association "les Amis du Père Damien".

vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13, Marquain, la grange "Marché de Noël".

Vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13, Halle-aux-Draps, de 10h à 20h : "Marché de Noël".

Vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13, place de Lille : "Les commerçants fêtent Noël", animations musicales, atelier grimages...

Samedi 12, Froyennes, Foyer Saint-Eloi : "Marché de Noël", une trentaine d'artisans, de commerçants et de particuliers.

Samedi 12, rue de Courtrai et place Paul-Emile Janson, 16h : "Noëls du monde" par l'Ensemble vocal du Conservatoire de Tournai sous la direction de Michel Jakobiec.

Samedi 12, Vieux Marché aux Poteries, de 16 à 22h : "Snow Party", animations pour enfants, canon à neige, D.J. Stéphane Baert.

Samedi 12, école du Château, de 17h à 21h : "Marche des Illuminations" sur 7 et 12 kms.

Samedi 12, église Saint-Jacques, 20h : "Voyage romantique à Leipzig", concert avec la pianiste Juliana Steinbach, une organisation de la Chapelle Musicale de Tournai sous la direction de Philippe Gérard.

Samedi 12, Templeuve, église Saint-Etienne, 20h : "Concert de Noël" par les Cadets et l'Orchestre à Cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Christiane Diricq au profit de la Croix-Rouge.

Samedi 12, Froyennes, la Petite Fabriek, 20h : "Barimatango", concert de Jelena Milusic et Atilla Aksoj, musique traditionnelle des Balkans.

Samedi 12, Gaurain, salle le Coquin, 21 h : "New Wave and Rock Party".

Samedi 12 et dimanche 13, place Crombez : "chalets et terrasses d'hiver" produits gastronomiques, manèges pour enfants, château gonflable, petit train du Père Noël et ferme de Noël dans le parc.  

Dimanche 13, Office du Tourisme, 15h et 17h : "Toomaï des éléphants" d'après "le Livre de la Jungle" de Richard Kipling, spectacle pour enfants avec le Clap-Do : Charles Michiels (clarinette basse), Pierre Quiriny (marimba basse) et Eve Godart (comédienne).

Dimanche 13, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 17h30 : traditionnel "Grand Concert Viennois" par l'Ensemble instrumental de Wallonie avec la cantatrice Roxane-Isaura Decocq et les ballets tournaisiens de "Danse et Cie", une organisation de la Confrérie des Cinq Clochers, au profit de la jeunesse déshéritée du Tournaisis.

Du lundi 14 au dimanche 20, Centre de la Marionnette "Scènes à Noël - souvenirs du voyage du Père Noël".

Jeudi 17, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 14h : "Bouvines - 1214, bataille médiévale de deux villes du comté de Flandre, Lille et Tournai", conférence par Jean-Louis Pelon, historien, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 17, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Vianney en concert", un chanteur à texte et à voix.

Du jeudi 17 au jeudi 24, Halle-aux-Draps, de 11h à 21h : "Halle de Noël", artisans, artistes, créateurs de décors...

Vendredi 18, Ere, salle culturelle, de 17h à 23h : "Marché de Noël" de l'asbl "Une place pour Tous".

Vendredi 18 et samedi 19, Office du tourisme, 20h : "Bonne Année !", spectacle de l'Atelier théâtre de Nathalie Wargnies.

Vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20, place de Lille : "Les commerçants fêtent Noël" atelier de confection de boules de Noël, confection de cartes de vœux, balade en chariot, animation musicale.

Vendredi 18, samedi 19, dimanche 20, place Saint-Pierre : "Noël sur la place", tartiflettes, vin chaud, soupe à l'oignon, grimages, bar à vins et champagne, cabaret spectacle (le 19 à 19h).

Samedi 19, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "L'Enfant racine" d'après l'œuvre de Kitty Crowner, spectacle pour enfants par la Cie "la Bulle à Sons".

Samedi 19, cathédral, 18h : "Concert de Noël" par la Maîtrise et le chœur des enfants de la cathédrale.

Samedi 19, salle La Fenêtre, 20h : "le Tati Circus cabaret" spectacle de la compagnie "Mome Circus" de Tournai.

Samedi 19, Templeuve, église Saint-Etienne, 20h : "Concert de l'Etoile" par la Royale Union Musicale de Templeuve et la chorale la Pastourelle.

Dimanche 20, Willemeau, rue Dubus, 9h15 : "Marche des coquilles" sur 7 km à la découverte du village. 

Mardi 22, Pont des Trous, sur la péniche "Rayclau", 20h : "Concert de Noël" par l'Ensemble vocal du Conservatoire de Tournai sous la direction de Michel Jakobiec.

Samedi 26 et dimanche 27, Pont des Trous, sur la péniche "Rayclau", 19h : "Roberto Zucco", pièce de Bernard-Marie Koltès par l'atelier dramatique de Florent Simon.

Mardi 29, Maison de la Culture, salle Frank Lucas, 16h : "Ici Baba/ Ma mie forêt" par Samir Barris et Catherine de Biaso, spectacle pour enfants dès 4 ans.

Jeudi 31, Grand'Place, minuit : "Feu d'artifice de la Saint-Sylvestre".    

programme susceptible d'ajouts et/ou de modifications.

S.T. novembre 2015.

04/02/2015

Tournai : ce n'est pas uniquement la ville !

Nous abordons régulièrement les chantiers en cours et programmés qui parsèment la ville de Tournai, est-ce à dire qu'il ne se passe rien à ce niveau dans les villages qui composent le Grand Tournai ? Même si leurs habitants ont tendance à penser qu'ils sont oubliés, on voit également y fleurir de nombreuses réalisations. En voici quelques-unes que nous avons pu répertorier grâce aux renseignements reçus de l'administration communale :

Blandain.

Deux monuments se dressent à proximité l'un de l'autre, la statue du "Christ-Roi", érigée en hommage à Saint-Eleuthère, premier évêque de Tournai, originaire du village et le "Monument aux Morts", inauguré le 21 mai 1921, œuvre du sculpteur-statuaire Jules Legrain-Catoire. Celui-ci se présente sous la forme d'un obélisque représentant le symbole de la Patrie, une femme vêtue à la mode antique. La mention "Blandain à ses enfants morts pour la patrie 1914-1918" s'affiche sur la croix de guerre fixée sur l'obélisque. En 1951, une plaque a été ajoutée reprenant les noms de victimes locales du second conflit mondial. La statue du Christ-Roi et la toiture de l'église ont été restaurées en 2013. Le nettoyage du monument aux morts sera bientôt entrepris, un subside auprès de la Wallonie a été sollicité pour ce chantier.

L'ancienne morgue du cimetière, bâtiment qu'on doit à l'architecte Lacoste, sera bientôt rénovée et aménagée en espace d'accueil pour les familles.

Chercq.

Dans le cadre du projet d'économies d'énergie des bâtiments publics, de nouveaux châssis seront prochainement placés à l'ancienne maison communale.

Froidmont.

Depuis le mois d'août 2014, le chantier de construction d'une nouvelle école a débuté. Celui-ci a nécessité la démolition d'une maison mitoyenne et la réalisation de fondations pour assurer la stabilité de l'ensemble. Ce projet financé jusqu'à hauteur de 871.450 euros par la Fédération Wallonie-Bruxelles permettra au village de voir s'ouvrir la nouvelle infrastructure scolaire à la fin de l'année 2015.

Froyennes.

Il a été décidé la construction d'un espace d'accueil des familles à l'entrée du cimetière.

La rénovation de l'autoroute E429/E42 dans la section Lamain-Froyennes, soit environ huit kilomètres, débutera réellement au printemps 2015. Des travaux préparatoires ont déjà été réalisés. Le chantier s'étalera sur deux ans et devrait être terminé au milieu de l'année 2017 (si les conditions météorologiques ne viennent pas trop le perturber). Pendant la durée des travaux, le basculement des véhicules sur les voies opposées sera d'application. 7.500m2 de murs anti-bruit seront également posés pour le confort des riverains.

Gaurain.

Des logements sont actuellement en construction à la rue du Jonc.

Dans le cadre des économies d'énergie des bâtiments publics, de nouveaux châssis seront placés dans le bâtiment abritant le district de Gaurain.

La rénovation du hall des sports de la RUSTA reste en attente.

Kain.

Ce village a été doté, en 2015, d'une toute nouvelle salle omnisport.

On prévoit tout prochainement la réhabilitation de l'ancienne décharge dite du "Mont d'Or", située entre l'avenue des Alliés et la rue d'Ormont. En raison d'incidences possibles sur l'environnement, la santé et la sécurité publique, elle a fait partie des anciens sites étudiés par la SPAQUE (Société Publique d'Aide à la Qualité de l'Environnement). Une étude a été commandée, il s'agit d'une première étape dans le processus de réhabilitation de ce site sensible.

Marquain.

Un chantier de rénovation de la cour de l'école devrait débuter bientôt. Les travaux consistent à apporter un "petit coup de frais" pour la cour de récréation par le renouvellement de l'infrastructure, la pose de nouvelles fondations et celle d'un revêtement hydrocarboné.

Templeuve.

Des rénovations sont également prévues pour l'école et des nouveaux logements seront construits par le Logis Tournaisien.

Thimougies.

L'ancienne maison communale, bâtiment emblématique de ce village situé en haut d'une colline va être aménagée. A proximité s'élèvera la "Maison du Village", outil nécessaire pour que continue à vivre son âme.

Le projet de reconstruction du vieux moulin n'est pas abandonné.

Vaulx.

Ce qui a le plus bouleversé le paysage de ce village depuis toujours dédié à l'extraction de la pierre est le projet d'amélioration du transport fluvial qui nécessite le développement du Port Autonome du Centre et de l'Ouest.

La phase I est terminée depuis le mois de mai 2014. Il a été aménagé des boxes de stockage, de manutention et d'accueil et une zone tampon pour la protection des riverains.

La phase II est en cours, il s'agit de la création d'une autre aire de stockage et de manutention réalisée dans le cadre de l'accueil de bateaux de classe Va (1.500 à 3.000 tonnes).

Le projet Vaulx I est destiné au transport des produits issus des carrières, à l'expédition  d'engrais, au transport de déchets non toxiques et non dangereux vers l'industrie du recyclage. Ce qu'on appelle le "vrac".

Le projet Vaulx II recevra des masses indivisibles : cuves, éléments d'éoliennes, palettes et conteneurs. Le premier projet devrait générer un trafic annuel de 300 à 500.000 tonnes de vrac. Le second projet concernera de 7.500 à 10.000 EVP (mesures de conteneur). Le tout doit permettre la création de plusieurs dizaines d'emplois directs et indirects.

S.T. janvier 2015

 

27/03/2011

Tournai : l'année 1926 sous la loupe.

Merci à Jacques d'avoir remarqué que le résumé de cette année 1926 n'avait pas été publié.

L'actualité internationale nous renseigne que l'Allemagne entre officiellement à la Société des Nations le 8 septembre, qu'en France, Raymond Poincarré fait son retour à la tête d'une gouvernement d'union nationale, le 23 juillet et que le psychothérapeute Emile Coué décède le 2 juillet. En août, pour la première fois, une femme, l'américaine Gertrud Ederle, réussit la traversée de la Manche à la nage, partie de France, elle atteint les côtes anglaises en 14h32.

La fin de l'année 1925 est caractérisée par un véritable déluge et, partout en Belgique, le passage à l'an neuf se fait les pieds dans l'eau. Les villes de Liège, Charleroi, Gand sont inondées. A Jemappes, près de Mons, plus de 420 maisons sont envahies par l'eau. Dans les campagnes de nombreux villages sont isolés. On surveille les digues dans le Limbourg par crainte d'une rupture. De nombreux habitants se déplacent en barque tandis que dans le Borinage certaines mines inondées sont fermées. On cite différentes sources annonçant des disparus à Liège et en Flandre.

Le 8 mai, on assiste à une dépréciation importante du franc belge en raison du non-paiement par le Reich allemand des montants prévus pour les dommages de guerre. On constate une fuite des capitaux. Le gouvernement Poullet-Vandervelde n'a d'autre issue que la démission. Le 25 mai, une tripartite dirigée par Henri Jaspar est composée, elle est confrontée à un déficit énorme et à une dette flottante près de douze fois plus importante. Le roi Albert Ier fonde sur ces nouveaux dirigeants l'espoir de voir s'estomper peu à peu l'instabilité économique et les dernières conséquences de la guerre. Le gouvernement va réussir ce défi mais à un prix fort par des souscriptions volontaires, l'abandon de créances sur l'Etat, la levée d'un milliard et demi d'impôts nouveaux, la dénationalisation des chemins de fer qui devient la Société Nationale des Chemins de Fer. Le 25 octobre, le pays est sauvé de la faillite et une nouvelle unité monétaire est créée, le Belga, qui vaut 5 francs !

Au mois de novembre Léopold de Belgique épouse Astrid de Suède, le mariage religieux est célébré par le cardinal Van Roey qui a succédé au cardinal Mercier, mort au mois de février.

Une loi est votée et entre en application par la promulgation de l'Arrêté Royal, le 24 juillet 1926, pour assurer la tranquilité publique, tous les cafés, salons et établissements publics doivent fermer à une heure du matin.

A Tournai, l'année débute les pieds dans l'eau. L'Escaut déborde en amont et en aval de la ville, son débit est tel que toute navigation est devenue impossible. Au coeur de la cité, de nombreuses caves des deux rives du fleuve sont inondées parfois à bonne distance de celui-ci. Le village de Warchin est totalement envahi par les eaux, le chemin 55 au faubourg Morel disparaît sous quelques centimètres d'eau. Au Bas-Follet, un fermier, Mr. Semet, doit évacuer précipitemment sa ferme tandis qu'à Froyennes, la circulation du tram est interrompue entre le faubourg de Maire et le centre du village. L'église Saint-Nicolas est située en contrebas de la rue du Château, pour y accéder, il faut descendre quelques marches, les offices ont lieu dans le choeur et les fidèles y accèdent par un chemin fait de planches et de madriers.

Le vendredi 20 janvier, le Cercle des XV organise une soirée philanthropique de chants et de musique, au cinéma Palace. Les bénéfices sont versés à l'oeuvre des inondés. Le prix des places était de 5,3 et 2 francs, par comparaison, sachez que le prix du pain d'un kilo était de 2,5 francs et le journal vendu 20 centimes. L'Union Civique procède quant à elle à une collecte de vêtements, de couvertures et de vivres en faveur des très nombreux sinistrés.

Si la pluie s'arrêtera de tomber vers la mi-janvier, elle fera place à la grêle et au froid ce qui va compliquer la vie des personnes dont les maisons ont été envahies par les eaux. De plus, il n'y a que sept ans que le premier conflit mondial est terminé et la pauvreté est toujours bien présente dans certains quartiers et dans les campagnes avoisinantes.

Comme nous le verrons dans le suite, en politique, l'année est marquée par les élections communales et par quelques faits divers bien représentatifs de l'époque.

18:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, inondations, escaut, cercle des xv, palace, froyennes |

23/07/2007

Tournai et ses villages : Froyennes

Quittant Tournai par la rue Saint Eleuthère ou la chaussée de Roubaix, on entre sans transition dans le village de Froyennes. S'étendant sur 550 hectares, il compte pas moins de 2.300 habitants.

On y a découvert des traces d'habitat datant de la période paléolithique (période qui voit apparaître l'ancêtre direct de l'homme, l'homo sapiens sapiens, et la naissance de l'industrie de la pierre). Durant l'époque romaine, Froyennes devient le site d'une villa. Au XIIème siècle, les écrits parlent du village alors dénommé Frogana, déformation probable du latin Frugana désignant une terre à céréale à l'époque gallo-romaine. Son nom se déformera encore au fil des siècles, Frogana deviendra Froiana, passera par divers autres noms pour devenir Froyane au XIVème siècle et Froiesne au XVIème siècle. Le nom de Froyenne apparaît pour la première fois au XVIIème siècle. En 1108, celui qui nous accompagne de visites en visites, le pape Pascal II confirme au chapitre Notre-Dame de Tournai la possession de la chapelle de Froyennes. Jusqu'alors fief du roi de France, le territoire sera vendu au seigneur de Mortagne d'Audenaerde au XIIIèmes siècle, deviendra ensuite propriéré des Ribemont (XIVème), des Chin et ensuite des Le Lombart (au XVème). Durant cette période, les invasions furent nombreuses, ainsi en 1302, les Flamands pillèrent le village et incendièrent la ferme de l'abbaye de Saint Martin. En 1478, ce sont les troupes de Maximilien d'Autriche qui causent d'importants dommages lorsque, celles-ci en guerre contre Louis XIV, l'envahissent. En 1566, les Calvinistes dévastent l'église. En 1640, lors de la guerre entre la France et l'Espagne, Froyennes se voit à nouveau pillé par les troupes régulières mais aussi par des brigands.

Evoquons trois témoins de cette histoire : le château de Beauregard, actuellement propriété du Comte de Germiny, au centre d'un vaste parc avec plan d'eau et prairies est inconsciemment connu dans le monde entier puisqu'une scène du film le "Huitième Jour" de Jaco Van Dormael avec Pascal Duquenne et Daniel Auteuil, primés au Festival de Canne, y a été tournée en 1995. Il s'agit de la scène où Georges, le jeune mongolien, voit partir pour les vacances les autres résidents de l'institution dans laquelle il vit depuis la mort de sa mère. Le moulin à eau, probablement érigé dans le courant du XIIème siècle, reconstruit en 1682 et rénové pour la dernière fois en 1967 est situé en contre-bas du grand vivier, il a cessé toute activité en 1962. Faisant face à l'imposant couvent des Soeurs de la Sainte Union, il est l'endroit préféré des photographes à qui sont confiés les reportages de mariages. L'église Saint Eloi datant de 1840 avec sa tour occidentale, sa nef et collatéraux à cinq travées, son chevet semi-hexagonal avec sacristie domine la petite place du village.

Jaillissant de la Sainte Fontaine, appelée "Fontaine Saint Eloi", l'eau forme un ruisseau qui donne naissance à deux viviers, situés derrière l'église, sur lesquels évoluent canards et poules d'eau. Son débit a fortement diminué depuis la création de l'autoroute dont les travaux de drainage ont récolté les eaux des nombreuses sources qui l'alimentaient. Le dimanche, Froyennes est le lieu préféré de promenades des amoureux mais aussi des jeunes couples qui peuvent laisser gambader leurs enfants en toute liberté.

Témoin, aujourd'hui disparu d'une autre époque, la Maison Mamour située le long de l'ancienne chaussée de Courtrai était réputée pour ses "Tartes aux preones" (prunes) et était l'annuel rendez-vous des "cousettes" (ouvrières employées dans la confection) qui venaient y fêter la Saint Anne, à la fin du mois de juillet. Les frondaisons de la drève de Maire qui mène de Tournai à Froyennes étaient alors parcourues par des dizaines de jeunes filles ou jeunes femmes portant leurs plus belles toilettes d'été, protégées du soleil sous leurs ombrelles. Depuis quelques temps cette tradition a cependant disparu, désormais, à cette époque de l'année, les cousettes du XXIème siècle se dorent sur les plages d'Espagne, de Tunisie ou tout simplement de la Mer du Nord. Dans les années nonante, l'ancien café du "Pont Royal", situé entre l'ancienne et la nouvelle chaussée de Courtrai a été transformée en restaurant "Chez Léon" de Bruxelles. Depuis le début des années septante entre l'Escaut, l'autoroute et la chaussée de Courtrai a été créé le zoning commercial de Froyennes avec ses dizaines de magasins : Carrefour, Lidl, Aldi, la Foirefouille, E5 mode, O'Cool... Dans les années quatre-vingt, les services de la Poste y ont fait érigé un centre de tri ultra-moderne... juste avant que celui-ci ne soit regroupé avec d'autres à Fleurus et un bureau de poste qu'ils ont fermé en 2010 au profit d'une nouvelle implantation située sur l'avenue de Maire à Tournai.

(sources : Tournai vers le futur" édité par l'ASBL Tourisme et Culture, "Répertoire des sanctuaires de Belgique" édition 1982, " Le moulin de Froyennes" de Jean Louis Pion, édition 1970 et recherches personnelles).