16/10/2013

Tournai : l'année 2009 sous la loupe (2)

Sur le plan international, le second semestre de l'année 2009 débute par une nouvelle fusillade. Elle se déroule, le 3 avril, dans un centre d'aide aux immigrés à Binghamton, aux Etats-Unis, elle fait 14 morts dont l'auteur de ce massacre. Les faits ont beau se multiplier, une majorité d'américains reste attachée à la détention d'armes. Bien triste argument que celui de vouloir posséder une arme pour se sentir en sécurité. Le 6 avril, un important séisme se produit à l'Aquila, en Italie, on dénombre 308 morts, 1.500 blessés et 58.000 sans abris. Qu'on appréciait ou pas Mickaël Jackson, le chanteur a marqué toute une génération, celle-ci est sous le choc en apprenant sa mort survenue, le 25 mai, dans des circonstances encore aujourd'hui nébuleuses.

Sur le plan national, le 4 mai, plusieurs communes flamandes de la périphérie bruxelloise interdisent les affiches et tracts libellés en français qui seraient affichés ou distribués dans le cadre de la campagne électorale pour les élections fédérales du 7 juin. A croire qu'au Nord du pays, certains s'ennuient ou se sentent inutiles lorsqu'ils ne peuvent pas rallumer le brûlot communautaire. Triste pays où la défense tout à fait légitime d'une culture passe par le rejet de celle de l'autre région et par le repli sur soi. La nuit du 25 au 26 mai, un orage super-cellulaire traverse la Belgique du Sud au Nord en provenance de la France. Devant les éléments naturels déchaînés, tous les Belges, cette fois, sont égaux !

Avril.

L'actualité locale est relativement calme au début de ce quatrième mois de l'année. Les fêtes pascales se déroulent les 12 et 13 avril sous un soleil généreux et une température printanière, une météo qui incite plus de 5.000 personnes à gravir les pentes du Mont Saint-Aubert pour la traditionnelle "marche à bâton" du Lundi de Pâques.

A la mi-avril, après une étude approfondie des plans de revitalisation du quartier cathédral présentés par l'architecte parisien, Nicolas Michelin, le groupe Ecolo remet ses conclusions. Sans remettre fondamentalement en cause ce projet, les Verts attirent l'attention sur le manque de verdure aux abords de Notre-Dame. Par rapport à d'autres villes wallonnes, Tournai fait figure de parents pauvres en ce qui concerne les espaces verts dans le centre-ville et la "minéralité" des espaces qui entourent l'édifice religieux ne va pas améliorer cette constatation. De la pierre, de la pierre, rien que de la pierre, le bureau d'aménagement paysager parisien est-il, à ce point, allergique aux arbres, aux pelouses et aux fleurs ?

En cette mi-avril, le Club Richelieu choisit l'écrivain Colette Nys-Mazure pour l'attribution du titre de "personnalité de l'année 2008", elle succède à Marcel Marlier, le père de Martine.

Le week-end des 18 et 19 avril, 120 congressistes en provenance du monde entier se réunissent à Tournai à l'invitation du Docteur Luc Van Overstraeten, spécialiste tournaisien des traumatismes de la main. Ce sont des médecins du travail, des généralistes, des radiologues, des chirurgiens, des kinés, des représentants des assurances du travail qui vont débattre des solutions à apporter aux traumatismes du poignet, la quatrième lésion par ordre d'importance en termes d'accidents du travail.

Durant la semaine qui suit, l'Administration communale de Tournai  propose un projet ambitieux, la piscine de l'Orient sera chauffée par de l'énergie recyclée, c'est le projet appelé "Gazenbois". La combustion du saule produira de la chaleur et de l'électricité grâce à de nouvelles techniques de gazéification.

Un Français, un Géorgien et un Belge, le Tournaisien Romain Dhainaut sont les lauréats du premier concours international de violoncelle Servais. Né en 1985, élève de Mme Christiane Diricq au Conservatoire de Tournai, le jeune Tournaisien a déjà été récompensé du 1er prix au concours Dexia Axion Classics de 2002. Il fut ensuite élève à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth et au Conservatoire Royal de Bruxelles où il obtint, en 2006, la licence en violoncelle avec grande distinction. Parti se perfectionner au Koninklijk Conservatorium Den Haag, en 2007, il a obtenu le prix Felly Waselle.

Le jeudi 23 avril, la Maison de la Culture accueille Cali. Le Perpignanais, de son vrai nom Bruno Caliciuri, effectue une tournée en "concert acoustique".

Le dimanche 26 avril, le Football Club de Tournai cartonne face à son adversaire du jour, l'Union Royale Namur en s'imposant sur le score, sans appel, de 5-1. Cette plantureuse victoire lui permet de se hisser à la 4e place du classement de la Division 2 Nationale à égalité de points avec le F.C. Tirlemont avec un total de 53 points. Saint-Trond, le leader incontesté de la série, compte un actif de 80 points. On se met à rêver de tour final à l'ombre des cinq clochers.

Mai.

Un convoi de 130 véhicules a envahi les boulevards de ceinture, le cirque Amar s'installe sur l'Esplanade du Conseil de l'Europe pour cinq représentations, du vendredi 1 au dimanche 3 mai.

Le dimanche 3 mai, les supporters de football tournaisiens sont, à la fois, surpris et heureux. Au début du championnat, ils n'auraient probablement pas parié un seul euro sur une telle issue du championnat de Division 2 nationale. En composant, lors de la dernière journée de championnat, avec le F.C. Liège sur le score de 1-1, les Sang et Or du F.C. Tournai se qualifient pour disputer le tour final devant désigner un second montant en division I. Une semaine plus tard, le rêve se poursuit pour les Tournaisiens puisqu'ils réalisent un nul blanc (0-0) face à l'Antwerp. Il n'y aura cependant pas de miracle, le 17 mai, battus à Anvers sur le score de 2-0, les joueurs disent au revoir au dernier espoir de montée, la saison fut quand même réussie.

Le samedi 16 mai, une voix tournaisienne qu'on écoutait sur les ondes de Vivacité s'est tue à tout jamais. Le journaliste Jean Pierre Rapsaet nous quitte. Celui qui avait débuté comme animateur dans les radios locales et ensuite au CREAHM, celui qui fut tout d'abord pigiste à Radio Hainaut avant de couvrir l'actualité en Wallonie Picarde était tournaisien de cœur et ne manquait d'ailleurs pas de participer, chaque année, au Carnaval de la cité des cinq clochers.

Ce même samedi, la Maison de la Culture propose "Un petit orchestre dans un grand", une expérience que tentent Benoit Chantry et Guillaume Ledent, celle d'associer sur la scène un orchestre d'harmonie et un groupe pop pour un concert unique.

Le mardi 19 mai, dans la salle Jean Noté, Jean Paul Lefeuvre et Didier André, formés au centre Nationale des Arts du Cirque de Chalons en Champagne, présentent "Le jardin", un endroit où se rencontrent deux personnages aux caractères antagonistes qui y détournent les objets de tous les jours, mettent le doigt sur les petits défauts, les maladresse, les faiblesses dans le but de faire rire.  

Il faudra installer pas moins de 476 chaises, des tables et trois écrans géants dans les 1.000m2 du hall de Tournai-Expo pour transformer ce lieu habituel de salons et de festivités en une extension du tribunal de Tournai. En cette salle d'audience débute le procès de la catastrophe de Ghislenghien dans laquelle vingt-quatre personnes perdirent la vie et des centaines d'autres furent blessées ou traumatisées, le 30 juillet 2004, lors d'une des plus grandes catastrophes connues dans notre région.

Le vendredi 22 mai, pas moins de 290 artistes du piano à bretelles se sont donnés rendez-vous dans le quartier Saint-Pierre pour la 17e rencontre intitulée, "L'Accordéon, Moi j'aime"

La nuit du lundi 25 au mardi 26 mai, comme dans la plupart des régions de Belgique, la ville de Tournai est frappée par un orage multicellulaire. Une famille de la rue Général Piron sortira indemne de l'incendie qui va se déclarer dans leur maison suite à un coup de foudre. Vers 2h25, l'aîné des enfants réveille ses parents suite à la perception d'une odeur de brûlé, ces trois personnes ont juste le temps de réveiller les deux petites filles qui dorment encore et de sortir, le bâtiment est déjà la proie des flammes et sera profondément endommagé au point que la famille devra être relogée par les services du Centre Public d'Aide Sociale. Ailleurs, les pompiers doivent tronçonner des arbres qui se sont abattus sur les chaussées ou nettoyer des coulées de boue. Au plus fort de l'orage, le vent a soufflé à des pointes de 150km/h.

En cette fin du mois de mai, le service des Archives de l'Etat quitte son bâtiment de la place Paul Emile Janson pour rejoindre un nouvel aménagement à la rue des Augustins. C'est pas moins de quatre kilomètres d'archives qu'il faut transférer, cela représente soixante voyages pour un camion pouvant transporter septante mètres linéaires de documents. 

Juin.

Les 13 et 14 juin se déroulent les traditionnelles "Journées des Quatre Cortèges" mises sur pied par les Amis de Tournai. Les festivités bénéficient d'un soleil radieux et d'une température agréable.

Durant ce mois de juin, ce qu'on pourrait qualifier de deux monstres du Loch Ness vont à nouveau surgir dans le paysage tournaisien, tout d'abord, la revitalisation du quartier Saint-Piat pour lequel trois projets d'aménagement sont présentés par le CREAT de l'U.C.L. dans le cadre de l'élaboration du P.R.U (Projet de Revitalisation Urbaine), ensuite, le Palais de Justice qui est évoqué par le Ministre Stefaan de Clerck à la Chambre. Celui-ci déclare, le 16 juin, en réponse à une interpellation du député Jean Luc Crucke sur la vétusté de l'actuel bâtiment que la ville de Tournai pourrait être le symbole de la modernisation de la justice. L'emploi du conditionnel est plus qu'approprié, il suffit de voir la situation actuelle. 

Ils ne sont pas tous très heureux les habitants de la place Crombez et des rues voisines, le dimanche 21 juin, leur quartier est bouclé suite à l'organisation des "Six heures de karting de Tournai" durant lesquelles trente-huit équipages s'affrontent dans des vrombissements des moteurs et des émanations de gaz d'échappements. Le public n'a cure du mécontentement des personnes confinées chez elle, lui qui est venu en masse pour voir François Duval, le pilote automobile venu participer à cette manifestation.

Le lundi 29 juin, l'autoroute E42, à hauteur de Kain, est le théâtre d'une nouvelle collision entre trois poids lourds. Un des chauffeurs est légèrement blessé et conduit en clinique tandis que les pompiers sont appelés à nettoyer la route avant la réouverture à la circulation, un des camions transportait des bouteilles de vin blanc qui se sont brisées sur l'asphalte. La presse ne nous dit pas si, dans les égouts qui bordent cette voie rapide, les rats ont eu la gueule de bois !

 

(sources : Le Courrier de l'Escaut et souvenirs personnels).

 

S.T. Octobre 2013.

     

 

 

15/10/2008

Tournai : Colette Nys-Mazure, poète de chez nous

La réputation d'écrivain et poète de Colette Nys-Mazure a depuis bien longtemps dépassé nos frontières. Ses ouvrages ont été traduits en Néerlandais, en Italien, en Anglais, en Allemand, en Tchèque, en Roumain et même en Russe.

Colette Nys-Mazure n'est pas native de la cité des cinq clochers, elle est en effet née, le 14 mai 1939, à Wavre (en pays brabançon, dans une province devenue depuis le Brabant Wallon). Sa jeunesse sera douloureusement marquée par la perte de son père dans un accident de voiture, bientôt suivi par celui de sa mère. Elle vient donc habiter dans sa famille, à Kain, dès la fin de l'année 1946. Elle effectuera ses études à l'Université catholique de Louvain de 1957 à 1961 et y décrochera une maîtrise en lettres. Nantie de ce diplôme, elle sera professeur de lettres de 1961 à 1999 à l'Institut Saint André de Ramegnies-Chin mais également assistante à l'Université catholique de Louvain de 1974 à 1980 et conférencière au Centre Vauban de l'Université catholique de Lille à partir de 1989. 

Amoureuse des mots et férue de poésie, elle rejoindra tout naturellement le groupe Unimuse, cette association d'écrivains du Tournaisis créée en 1952 où elle côtoye Michel Voiturier, Françoise Lison-Leroy, Paul André, Jacky Legge Son goût pour la poésie lui est venu très tôt, à l'âge de 17 ans, alors qu'elle était en classe de poésie, durant l'automne 1956, elle se verra attribuer (en compagnie de Jean Claude Pirotte, né, lui aussi, en 1939 à Namur et devenu depuis, lui aussi, poète et romancier), le prix de composition écrite décerné par l'Académie française de Belgique. Elle se rappelle cette journée mémorable où, toute émue, elle recevait un premier prix sans, probablement, se douter qu'il serait suivi de beaucoup d'autres.

C'est en 1975 que Colette Nys-Mazure publie son premier recueil, "La vie à foison". A cette occasion, le jeudi 9 octobre, en l'Institut Saint André, on fête le prix remporté pour cette première publication, décerné par le Centre Froissart de recherches poétiques de Valenciennes. Les oeuvres se succèderont : "D'amour et de cendre" en 1977, "Lieux tressoirs" en 1988, "on les dirait complices" en 1989, "Haute enfance "en 1990", "La criée d'aube" en 1995, "Le for intérieur" en 1996, "Issue des lisières" en 1998, "Palettes" en 1999, "Seuils de Loire" et "Feux dans la nuit" en 2003. Il y aura aussi les Essais dont notamment la série des "Célébrations" : "Célébration du quotidien" (1997), "Célébration de Noël" (2000), "Célébration de la Mère" (2000), "Célébration de la lecture" (2005), il y aura encore les Nouvelles comme "Contes d'espérance"(1998), "battements d'elles" (2000), "sans y toucher" (2005), "Tu n'es pas seul" (2006). Colette Nys-Mazure s'essaiera aussi, avec succès, au théâtre. Sa pièce "Tous locataires", écrite en collaboration avec Françoise Lison-Leroy sera créée le 27 avril 1993 à la Maison de la Culture de Tournai et "Dix minutes pour écrire in Enfin seul" créée par le théâtre de l"L" à Bruxelles, le 3 octobre 2002.

Mère de cinq enfants et grand'mère d'une dizaine de petits enfants, elle écrit également pour la jeunesse : "Enfance portative" en 1997, dont la première édition fut illustrée par Laurence Forbin et la réédition par Anne-Catherine Vansantem, illustratrice des "Adorables" du Ligueur, "Je n'ai jamais dit à personne" en 2001, à nouveau en collaboration avec Françoise Lison-Leroy et illustré par Montse Gisbert et "Depuis ce jour" en 2005, illustrations de Estelle Meens.

Le recueil "Haute enfance" va obtenir le Grand Prix de Poésie pour la Jeunesse décerné par le Ministère français de la Culture. Sa nouvelle "Moi qui pâlis au nom de l'Alpha" sera récompensée, en 2002, par le Grand Prix du Centenaire de l'Association des Ecrivains Belges de langue française. Ce prix lui sera remis au Palais des Académies de Bruxelles par la princesse Mathilde de Belgique. En 2006, à Chimay, le recueil de nouvelles "Sans y toucher" lui vaudra le Prix Maurice et Gisèle Gauchez-Philippot. Le "For intérieur" lui apportera la satisfaction de recevoir le Prix Max-Pol Fouchet de poésie. En septembre 2008, dix ans après Marcel Marlier, Colette Nys-Mazure est la deuxième personnalité régionale à être désignée par le club Richelieu de Tournai, personnalité Richelieu de l'année. "J'écris pour habiter ma vie, l'apprivoiser, l'ancrer. J'écris aussi pour dénoncer, protester, prêter voix aux muets méprisés" déclare Colette Nys-Mazure. Les parutions se succèdent, "A nous deux" est paru en août 2008 aux éditions Bayard et son prochain roman, "Perdre pied" paraîtra aux éditions Desclée de Brouwer (Paris) et sera disponible en librairie dès le 14 novembre 2010. Habituée du salon "Tournai la Page", organisé par les Amis de Tournai en la Halle-aux-Draps, vous pourrez peut-être, prochainement, comme je l'ai fait, échanger avec elle, en toute simplicité, des considérations sur l'écriture, le roman, la poésie. Elle sera présente à ce salon, le samedi toute la journée et l'après-midi du dimanche. Peut-être vous transmettra-t-elle à cette occasion la passion qui est sienne pour les mots, premiers éléments de communication entre les hommes.

AJOUT ! Depuis la parution de cet article, d'autres oeuvres sont venues s'ajouter à cette bibliographie : citons entre autres, dans la catégorie poésie : "Piqué des vers, 300 coups de coeur de Verhaeren à Verheggen" (2010), "L'eau à la Bouche, poésie, ma saison" (2011). Dans la catégorie "roman": "Le Pensionnaire de Saraceni, le Reniement de Saint-Pierre", dans celle des essais : "L'espace du pardon, le Pensionnaire de Saraceni" et "L'envers et l'endroit, précédé de la Tapisserie angevine".