03/05/2017

Tournai : le point mensuel sur les chantiers

Que serait Tournai sans ses chantiers ? Avec les rénovations de la Grand-Place, de la place de Lille et de la rue Dorez, de la rue Perdue après création du parking souterrain, des rues du centre historique, de la cathédrale Notre-Dame, du beffroi, de la Halle-aux-Draps, du Conservatoire, avec la construction du nouveau centre hospitalier et l'agrandissement du complexe commercial des Bastions ou l'extension du complexe commercial de Froyennes... cela fait plus de trente ans que la ville des cinq clochers vit au rythme des engins de chantier. Et ce n'est pas fini !

Les chantiers actuels sur la rive droite.

En cette année 2017, les chantiers importants vont se concentrer sur la rive droite de l'Escaut.

La place Verte et le quartier du Château.

2017.05.02 chantier rue du Château.JPG

Le chantier de pose des impétrants progresse lentement vers l'Escaut.

2017.05.02 chantier rue du Rempart.JPG

La rue du Rempart qui relie la rue du Château à la place Verte est également impactée par ces travaux.

2017.05.02 place verte.JPG

Sur la place Verte, le ballodrome disparaît peu à peu sous la verdure justifiant ainsi, un peu plus encore, l'appellation de cette place. Il est loin le temps où, les lundis de kermesse, les plus grandes équipes de la disciplines s'affrontaient lors de joutes mémorables suivies par des centaines de spectateurs. L'espace ainsi libéré est devenu un lieu de (trop) rares rencontres !

2017.05.02 chantier rue de l'Epinette.JPG

A l'angle de la place Verte et de la rue de l'Epinette, tout comme à celui de la rue Joseph Hoyois à l'autre extrémité, des trous rappellent la pose récente d'impétrants. Après les congés, la voirie sera totalement refaite !

2017.05.02 chantier quai Saint-Brice.JPG

Au quai Saint-Brice, alors que des plaintes de riverains refusant de voir leur quai réduit à une largeur de 5m85 sont toujours pendantes devant le Conseil d'Etat, le SPW a débuté, à la veille de Pâques, le chantier de modification des impétrants. Égouttage, canalisation de gaz et d'eau, câblage électrique et téléphonique vont être déplacés vers les habitations. Ces travaux terminés, on procédera à la construction du nouveau mur de quai, largement en retrait par rapport à l'actuel. Dans le fond du document, le Pont-à-Pont sera remplacé par un pont d'une plus longue portée, permettant de faire disparaître le pilier gênant l'alignement du fleuve. 

Rive gauche de l'Escaut.

2017.05.02 chantier quai Notre-Dame.JPG

Voilà la surprise du chef ! Les automobilistes qui empruntent quotidiennement le quai Notre-Dame entre le pont de Fer et le pont levant, ont été surpris, ce mardi 2 mai, de se voir dévier vers la rue de Courtrai. La raison est simple, on recommence le pavage du quai qui a été réalisé, il y a quelques années à peine. Ce chantier pose des questions. Pourquoi le pavage s'effondre-il par endroit ? Est-ce une mauvaise conception ? Est-ce une mauvaise réalisation ? Peut-être est-ce aussi parce que les voiries urbaines ne sont pas conçues pour recevoir un charroi beaucoup trop lourd. Ce phénomène existe partout, même dans le piétonnier de la Croix du Centre. Il y a une différence entre le passage de piétons ou de véhicules légers et celui des camions de livraison et autobus du TEC qui empruntent régulièrement ces lieux réservés à la promenade et au shopping. Tant que nos responsables communaux n'auront pas compris qu'ils doivent faire le choix entre une voirie légère mais qui doit être interdite aux véhicules lourds ou une voirie résistante permettant la traversée de la ville par des véhicules de plus de 3,5 tonnes, on fera et refera régulièrement les rues de Tournai !

2017.05.02 oiseau le long de l'Escaut.JPG

 En attendant, ces chantiers n'ont pas l'air de contrarier ce bel oiseau surpris à chanter sur le garde-fou du quai.

(photos de l'auteur)

S.T. mai 2017.

 

05/04/2017

Tournai : "circulez... si vous le pouvez encore !".

Des difficultés de circulation sont à prévoir un peu partout en ville !

A l'ombre des cinq clochers, il faudra bien choisir son itinéraire, cette semaine, si on ne veut pas tomber sur un des multiples chantiers qui entravent la circulation.

Rue Saint-Eleuthère.

La pose d'impétrants entre l'avenue Beau-Séjour et le carrefour de l'avenue des Peupliers entraîne une restriction de circulation. En journée, le passage alternatif des véhicules est réglé par des feux et le stationnement est interdit tout le long de la section en travaux.

Rue de la Borgnette.

Cette rue, fort fréquentée par les automobilistes qui se rendent à la zone commerciale de Froyennes, fait l'objet depuis deux semaines d'une pose d'impétrants dans la section comprise entre la rue Lefebvre Caters et les bâtiments du service des travaux de la Ville. Là aussi, une circulation alternative est réglée par des feux. Ceux-ci autorisent d'abord le passage des automobilistes venant de l'avenue de Maire, ensuite de ceux venant du quai et enfin de ceux qui viennent de la zone commerciale. Le temps d'attente engendre des files qui se prolongent parfois jusqu'au carrefour de l'avenue de Maire. Pour se rendre à la zone de Froyennes mieux vaut, à partir de Tournai, soit emprunter les quais, soit poursuivre sur la chaussée de Courtrai jusqu'à l'entrée de la zone commerciale. Il en est de même pour rejoindre la ville.  

Avenue de Maire.

Des travaux sont en cours depuis plusieurs semaines sur la voie latérale droite (dans le sens vers Tournai), une section de cette voirie est interdite à la circulation. 

Rue du Château.

Pose d'impétrants également dans cette rue, actuellement entre l'avenue Delmée et la rue Robert Campin.

Place Verte.

Celle-ci aussi est concernée par la pose d'impétrants préalable à sa rénovation. Cette semaine, le chantier va se prolonger dans la rue de l'Epinette. 

Boulevard des Nerviens.

Des travaux de sécurisation ont débuté ce lundi 3 avril, on y crée trois passages pour piétons avec éclairage particulier. Le chantier se terminera vers le 23 avril (temps de séchage nécessaire). Le boulevard est interdit à la circulation. Celle-ci est déviée par l'avenue Delmée pour les automobilistes circulant vers la gare, par l'avenue Leray pour ceux venant de cette dernière. 

Place Reine Astrid.

A partir de celle-ci, on ne peut, momentanément, plus rejoindre la rue d'Espinoy vers le Palais de Justice en raison de travaux dans la rue des Jésuites. Toute la circulation est déviée par la rue Garnier où certains automobilistes stationnent parfois de façon anarchique !

Boulevard des Combattants et chaussée de Bruxelles.

La pose d'impétrants préalable à l'important chantier qui va se dérouler de mai à décembre a débuté voici quelques semaines. Le trottoir de la chaussée de Bruxelles entre la rue de la Paix et le carrefour de Marvis est interdit aux piétons, il en est de même pour celui du boulevard des Combattants jusqu'à la rue d'Amour. 

Rue Saint-Martin.

Afin d'assurer la sécurité sur les trois passages pour piétons, des rétrécissements ont été créés de part et d'autre de la rue. Cela a été nécessaire car, si la vitesse dans toutes le rues du centre-ville est limitée à 30km/h une fois la ceinture des boulevards franchie, de nombreux automobilistes dégringolent encore cette rue à une vitesse supérieure. On se demande si ceux-ci ont le respect de l'intégrité de leur véhicule vu l'état déplorable de la voirie.

Rue de Marvis.

Réduire la vitesse des automobilistes est le même principe qui a prévalu à la rue de Marvis. Le large virage qui se trouve à l'entrée de celle-ci a été rétréci par la pose de piquets au centre de la voirie et un marquage au sol la réduisant à deux bandes de circulation. Là aussi, certains chauffeurs pressés ne respectaient pas souvent la limitation de vitesse. 

Centre-ville.

Les bornes télécommandées filtrant l'accès au piétonnier de la Croix du Centre (appellation aujourd'hui oubliée), à la rue de Paris, à la rue des Chapeliers (à hauteur du beffroi) et à la place de l'Evêché sont, par le plus grand des hasards (!), toutes en panne. Dès lors, de nombreux automobilistes étrangers à la ville et même quelques tournaisiens ne se privent pas d'emprunter les rues jusqu'alors réservées à la circulation des piétons. Il y a donc lieu d'être prudent car rien ne semble bouger chez les responsables chargés de l'entretien de ces systèmes.

Conclusion.

Tous ces travaux et ceux entrepris à de nombreux immeubles réduisent le nombre de places de stationnement situées dans le centre-ville. Aussi, en raison du beau temps actuel et afin de retrouver la forme après de longs mois d'hiver, il est conseillé aux sportifs de stationner leur véhicule au-delà de la ceinture des boulevards. Une petite balade à pied est salutaire pour une bonne circulation... du sang (et permet également de découvrir les vitrines des commerçants qui font grise mine depuis que les chantiers ont envahi Tournai) ! 

S.T. avril 2017.

10:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, circulation, chantiers, impétrants |

28/11/2016

Tournai : le point sur les chantiers (une rubrique sans fin) !

L'hiver est à notre porte et les chantiers de longue durée vont entrer en hibernation. Durant les éventuelles périodes de gel, on ne verra même plus un seul ouvrier le long de nos routes et autoroutes. Il faudra dès lors prendre son mal en patience et, sur la section entre Marquain et Kain de l'autoroute E42, ronger son frein et continuer à perdre de précieuses minutes aux heures de pointe.

La réfection du tronçon d'autoroute entre Kain et la frontière française devrait être, sans aléas, entièrement terminée pour les prochaines grandes vacances, après pas loin de trois années de travaux ! En attendant, sur la chaussée de Lille (N7), malgré que la circulation soit interdite aux transports de plus de 3,5 tonnes depuis le zoning de Tournai-Ouest, on continue à croiser de nombreux semi-remorques, souvent étrangers, guidés par leur GPS jusqu'aux portes de la ville. Celui qui emprunte régulièrement cette chaussée constate qu'elle se dégrade, peu à peu, principalement entre Marquain et le village d'Orcq mais aussi à l'entrée de Tournai. Dans le cadre de ce chantier, la bretelle d'accès de Froyennes vers Mons et Bruxelles est interdite depuis le 21 novembre et ce pour de longs mois. Il faut désormais se rendre à la chaussée de Renaix pour emprunter ces deux autoroutes (E42 et E429). 

Après avoir été soustraite à toute circulation depuis la mi-septembre, la rue des Aveugles a enfin reçu sa couche d'asphalte, ce vendredi 25 novembre, à la grande satisfaction des riverains. Après un temps de solidification, la voirie sera de nouveau accessible par la rue Saint-Martin, probablement dans le courant de cette semaine. 

La pose d'un câble de fibre optique a été entamée, voici plus d'un mois, à la rue Saint-Eleuthère. Le chantier ayant été suspendu durant la semaine de Toussaint et pour le week-end du 11 novembre, progresse très lentement et concerne, en ce moment, le tronçon compris entre l'avenue Beau Séjour et celle des Peupliers. Une équipe de paveurs efface toutes traces de ces travaux dans le tronçon compris entre le chemin de la Ramée et l'avenue Beau Séjour. 

Le chantier du Becquerelle touche à sa fin. Afin de permettre l'accès aux personnes se rendant quotidiennement aux crèches jouxtant le siège d'Ideta, une petite boucle a été ouverte à partir de la rue de l'Epinette vers la rue du Becquerelle, il y a trois semaines environ. Les ouvriers terminent la pose de pavés sur le quai Dumon. Il reste à effectuer la jonction avec la descente du Pont de Fer et à terminer les abords (plantations).

La presse nous révèle que, dès ce lundi 5 décembre, des travaux seront entrepris pour sécuriser la rue de Marvis et la rue Saint-Martin. Chaque passage protégé sera équipé d'une zone refuge pour les piétons. Malgré l'état fortement dégradé de la rue Saint-Martin (il faudra bien un jour songer à la rénover en profondeur si on ne veut pas être confronté à des effondrements causés par la vétusté des égouts) et malgré la vitesse limitée à 30km/h dans l'intra-muros, certains automobilistes dégringolent vers le beffroi à une vitesse nettement supérieure. 

Le budget extraordinaire voté ce lundi soir, au Conseil communal fait, à nouveau, la part belle aux travaux de rénovations durant l'année 2017. Ceux-ci concerneront le plateau de la gare, la place Crombez et la rue Royale. Ils pourraient avoir lieu en même temps que ceux réalisés par le SPW entre la rue de la Lys et la rue d'Amour, soustrayant les boulevards et le carrefour de la chaussée de Bruxelles à la circulation et déviant les véhicules vers les chaussées de Renaix et d'Antoing. Il est également prévu d'entamer les travaux sur la place Verte dans la partie interdite à la circulation depuis près de 4 ans en raison du risque d'effondrement d'un collecteur d'eaux usées. 

Au niveau immobilier, des chantiers sont en cours : à la place de Lille (reconstruction d'un immeuble jouxtant l'église Sainte-Marguerite), à la rue de Courtrai (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien siège du Courrier de l'Escaut), dans la rue des Choraux et au Marché au Jambon (construction, débutée en 2013, d'un vaste ensemble résidentiel, la fin des travaux est prévue dans le courant de l'année 2017), sur le quai des Salines (finalisation de l'important projet des "Erables"), à la rue de Marvis (construction d'un hôtel sur le site des anciens établissements Goossens), au boulevard Walter de Marvis (agrandissement du centre commercial des Bastions avec construction d'un parking souterrain), au Pont de Maire (réalisation d'une nouvelle zone commerciale à proximité du Tennis Club Tournaisien) et à la rue du Glategnies (transformation des anciens établissements Cofidis pour le transfert de l'école d'architecture Saint-Luc).

Très bientôt débutera l'important chantier de l’îlot Madame dans le quartier Saint-Piat (entre la rue Madame et la rue Cherequefosse). D'autres projets sont en voie de finalisation ou dans l'attente d'un permis de bâtir : à la rue des Carmes (projets de kots pour étudiants), au quai Andréï Sakharov et à la rue des Magasins (appartements et kots), à l'avenue Van Cutsem (construction d'une résidence à l'emplacement de l'ancien site Dubuisson).

Se poursuivent également le chantier de rénovation de la Maison de la Culture (qui ne semble pourtant pas avoir réellement débuté) et celui de la rénovation de la cathédrale Notre-Dame dont quatre des cinq clochers sont, à nouveau, visibles. L'agrandissement du Musée des Beaux-Arts est envisagé et devrait débuter dans les prochaines années ! A plus longue échéance, on parlera de la création du pôle muséal dans l'immeuble des Anciens Prêtres sur la place de l'Evêché. Par contre, a été envoyée aux calendes grecques, la rénovation de la Tour Henri VIII qui se dégrade rapidement tout comme celle des Tours Marvis qui - proximité de la caserne Saint-Jean exige - sont en état permanent de camouflage. 

Depuis le quai du Luchet d'Antoing jusqu'au quai Saint-Brice d'une part et dans l'environnement immédiat du Pont des Trous, les travaux d'élargissement de l'Escaut vont profondément perturber la vie quotidienne des riverains et de l'ensemble des Tournaisiens entre la fin de l'année 2017 et l'année 2020.

En conclusion, le Tournaisien peut s'attendre à être confronté à d'importants chantiers durant plusieurs années encore !

On feint d'ignorer que ces chantiers génèrent de continuels désagréments au niveau de la circulation automobile (pour s'en convaincre, il suffit d'écouter le radio-guidage chaque jour). La question est de savoir combien de centaines de milliers d'heures de travail sont ainsi perdues, chaque année, sur l'ensemble de la Wallonie, en raison des embouteillages et connaître l'impact réel que cette situation engendre sur le PIB de la région! Il serait peut-être temps que les responsables du SPW songent enfin à construire des routes plus solides, pensent à surveiller la réelle présence des ouvriers sur les chantiers ainsi que la qualité du travail exécuté et se décident à entretenir les voiries en temps et en heure pour le plus grand bénéfice de l'économie wallonne. On peut toujours rêver car aucun ministre de la mobilité n'a jamais osé le suggérer, il n'y aurait-il pas finalement un "Etat dans l'Etat" ?

S.T. novembre 2016

19:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, chantiers, rénovations, spw, voiries, chantiers immobiliers |

31/05/2016

Tournai : travaux en cours et programmés

Depuis la dernière rubrique consacrée à ce sujet et parue le 11 mars, des chantiers ont été clôturés, d'autres sont en cours et certains pointent déjà à l'horizon.

Chemin et avenue des Peupliers.

La section comprise entre la chaussée de Lille et l'avenue des Peupliers, appelée également chemin Vert, a fait l'objet d'un aménagement pour faciliter la circulation des promeneurs et des cyclistes. Deux bandes perpendiculaires de béton ont été coulées, elles seront séparées par un espace herbeux. Le chantier est toujours inaccessible pour permettre le séchage du revêtement.

La pose du revêtement hydrocarboné de l'avenue des Peupliers a nécessité une interdiction de circuler d'environ quatre semaines. Il a fallu raboter la couche supérieure profondément dégradée, poser une couche de fond et ensuite procéder à la réalisation du revêtement définitif. Depuis le 13 mai, la voirie a été rendue à la circulation. Comme toute amélioration du confort des usagers porte souvent en elle des conséquences parfois néfastes, certains automobilistes n'ont plus le pied aussi léger qu'auparavant sur cette longue ligne droite et oublient qu'ils traversent une zone résidentielle urbaine où la vitesse est limitée à 50km/h.

La rue de Barges.

Dernière voirie nécessitant une rénovation totale dans le cadre de l'installation du CHWapi, la rue de Barges vient de recevoir la pose du revêtement hydrocarboné définitif. Après séchage, dans quelques jours, elle sera ouverte à la circulation. La nouvelle installation résultant du regroupement des services se trouvant à la clinique la Dorcas (définitivement fermée) et en provenance de la clinique Notre-Dame a provoqué un afflux (attendu?) de véhicules dans ce quartier d'ordinaire si tranquille. Les riverains ont l'impression de revivre une situation comparable à celle connue lors des matches de gala disputés au stade Horlait, excepté qu'à l'époque, cela se passait quelques dimanches par an, seulement.

Pour résoudre le problème d'engorgement et de stationnement, des mesures ont été et seront encore prises prochainement. Un parking de 120 places à l'intention du personnel est désormais opérationnel au bas de la rue Général Piron. Un parking souterrain d'une centaine de places à usage des visiteurs devrait être normalement accessible sous l'établissement par la rue des Sports (il y a quelques jours, en raison de travaux de finitions, il était encore interdit d'accès). Un parking de quelques dizaines de places réservé aux médecins devrait être réalisé à la rue Cottrel à l'emplacement des anciens locaux de l'ITMA mais ce projet n'est encore qu'au stade de la gestation !

Le stationnement, actuellement un peu "anarchique" aux abords de l'hôpital, devrait être, en partie, résolu par la mise en zone bleue des rues suivantes : chaussée de Willemeau (de l'avenue Montgomery à la rue Général Piron), les rues Cottrel, André Hennebicq, des Sports, Allard Olivier, Jean de Mesgrigny, de la Citadelle (entre la rue des Sports et la rue Vauban), la rue Vauban (entre le boulevard du Roi Albert et la rue de la Citadelle), l'avenue Montgomery (côté opposé à la plaine des Manœuvres), la totalité du boulevard Lalaing ainsi que les rues situées à l'intérieur du site de Bongnie. Voilà de quoi donner du travail à un agent supplémentaire par la firme chargée de contrôler le stationnement et de dresser le constat pour les réfractaires.

La place de Lille.

Depuis le 10 mai, des paveurs s'activent à rénover, une fois encore, le revêtement pavé de la seule section normalement accessible aux automobilistes, celle comprise entre la boulangerie Devos et la rue des Carmes. La plupart des obstacles (boules, barres alu, potelets) placés à l'origine afin d'interdire l'accès à l'esplanade créée autour de la Colonne française ayant, peu à peu, disparu, il n'est pas rare de voir des automobilistes faire un tout droit entre la rue des Carmes et le carrefour de la Porte de Lille, descendant la bordure pour s'intégrer dans la circulation. D'autres conducteurs feignent ne pas remarquer la signalisation placée en haut de la rue des Carmes les invitant à virer vers la rue Blandinoise et rejoignent directement la rue Dorée dans le sens interdit à la circulation. Faut-il laisser ces contraintes, si on accepte que certaines personnes ne les respectent pas en toute impunité ?

Les quais Notre-Dame, le quai Dumon et la rue du Becquerelle.

L'important chantier de rénovation de ce quartier a débuté voici déjà plusieurs semaines. La phase de pavage de la nouvelle configuration du quai Notre-Dame est en cours. Le quai Dumon était jusqu'à ce jour réduit à un étroit passage en double sens permettant de venir de la place du Becquerelle ou de l'emprunter. Dans les prochains jours, le quai sera mis en impasse, les automobilistes devront désormais emprunter la rue Joseph Hoyois et la rue de l'Epinette, mise en double sens pendant la durée des travaux, pour rejoindre la rue des Jardins et la rue Royale. La pose des impétrants a été réalisée dans la rue du Becquerelle, elle aussi inaccessible et la pose de son revêtement débute. Interdictions de circuler et déviations sont programmées jusqu'à la fin de l'année.

L'avenue de Maire.

Depuis des mois, les automobilistes qui empruntaient quotidiennement l'avenue de Maire pestaient contre les importants nids de poule qui parsemaient cette voie de pénétration urbaine. Depuis ce lundi 30 mai, des travaux de rénovation ont été entamés. On procède actuellement au rabotage des bandes de circulation. La circulation est réduite à une seule bande dans les deux sens. Aux heures de pointe, de longues files se forment depuis le rond-point de l'Europe vers Froyennes et depuis le zoning commercial de Froyennes jusqu'au même rond-point. La vitesse est limitée à 30km/h sur toute l'avenue. Ce chantier est prévu jusqu'à la fin du mois de juin en raison du délai de séchage du nouveau revêtement hydrocarboné.

La rue Roc Saint-Nicaise.

Du 13 au 17 juin, un chantier sera réalisé dans la rue Roc Saint-Nicaise et nécessitera sa fermeture à la circulation.

Boulevard du roi Albert.

En raison d'un ancien effondrement de voirie sur la partie centrale (ancienne voie cyclable) des travaux ont été entrepris afin d'en rechercher l'origine (souterrain ? Egout non répertorié ? effondrement karstique ?). Ce chantier réduit la circulation à une seule bande dans les deux sens et la vitesse est limitée à 30km/h.

Rue Hautem.

Des travaux de voirie et de confection de nouveaux trottoirs y seront prochainement réalisés et dureront jusqu'aux congés dans le secteur de la construction (15 juillet).

Rue Saint-Eleuthère et chaussée de Roubaix.

Le chantier de pose d'impétrants (électricité) entamé à la fin de l'année 2015 et se prolongeant jusqu'à l'entrée de Blandain n'est toujours pas terminé.

Chantiers à prévoir.

Ceux qui, comme moi, empruntent quotidiennement les axes de circulation permettant un accès aux boulevards périphériques de Tournai auront remarqué la très sensible augmentation du trafic des camions de + de 3,5 tonnes, notamment sur la chaussée de Lille. Malgré l'interdiction placée à hauteur du zoning d'Orcq, de nombreux chauffeurs tant étrangers que belges empruntent ces itinéraires très probablement afin d'éviter l'autoroute et sa taxation au kilomètre. Ces voiries qui ont été récemment rénovées vont bientôt, à nouveau, se dégrader et c'est, une nouvelle fois, dans la poche du contribuable qu'on viendra chercher l'argent nécessaire aux réparations.  

S.T mai 2016.

08/02/2016

Tournai : nouveaux liftings urbains en vue !

Les chantiers refleurissent avant même le début du printemps !

L'échevin des Travaux les a présentés, No Télé et la presse locale nous les ont fait découvrir, de nouveaux travaux de voirie débutent en ce mois de février. Les automobilistes tournaisiens vont devoir, à nouveau, composer avec de nombreux aléas de circulation durant les prochains mois et même les prochaines années. Il ne nous reste plus qu'à positiver et à se dire, qu'à force de déviations, visiteurs et habitants de la cité des cinq clochers vont finir par connaître les moindres recoins de la ville.

L'ilot Becquerelle, le quai Dumon et le quai Saint-Brice.

Ce vendredi 5 février, des panneaux ont été déposés indiquant qu'il sera interdit de stationner (et même de circuler) à partir de ce lundi 8 sur le quai Saint-Brice, entre le pont Notre-Dame et le quai Dumon. Il s'agit du début de la première phase de revitalisation de l'ilot Becquerelle et du quai Dumon. Le sous-traitant d'Ores va commencer par poser les impétrants. Les promeneurs les plus observateurs auront remarqué que, depuis belle lurette, de longues canalisations en PVC avaient été déposées le long de l'Escaut, à proximité de l'immeuble de l'intercommunale Ideta.

Le chantier consiste en l'aménagement du site du quai Dumon à partir de la rue Joseph Hoyois jusqu'au début du quai Saint-Brice ainsi que celui de la place du Becquerelle et son prolongement jusqu'au carrefour formé avec les rues des Jardins et de l'Epinette.

Le long de l'Escaut, une promenade similaire à celle qui a été créée sur la rive gauche sera aménagée en pierre bleue, les arbres actuels dont certains sont malades disparaîtront au profit d'essences moins hautes, des bancs et un espace vert sépareront le lieu dévolu à la promenade de celui destiné à la circulation automobile.

Avec une portion moins large qu'actuellement, la circulation automobile se fera sur un revêtement composé de pavés placés en queue de paon, un système de pose beaucoup plus résistant que celle de pavés alignés en quinconce. Les espaces de stationnement seront réalisés au moyen des pavés traditionnels actuels réutilisés après leur enlèvement.

L'ilot Becquerelle et son square central seront réaménagés, l'assiette de la voirie sera surélevée, une copie du buste de Le Ray, volé il y a quelques décennies, sera posée sur la colonne de pierre trônant au milieu de cet espace vert et le hêtre, arbre classé, sera conservé. Le revêtement du trottoir le long de l'immeuble Ideta sera réalisé en pierre bleue, un matériau qui compose déjà le sous-bassement du nouveau siège de l'intercommunale.

Toute médaille ayant son revers, c'est à nouveau le stationnement qui va trinquer et dix emplacements seront supprimés. Une politique insidieuse qui invite, une fois encore, les éventuels chalands à se rendre, de préférence, dans les zones commerciales de la périphérie.

Le chantier devrait se terminer, sauf aléas résultants d'une météo défavorable, dans le courant du printemps 2016. Les autorités communales ont bien précisé qu'il ne faisait pas partie des travaux d'élargissement du fleuve. 

Une modification importante dans l'intra-muros.

Entre les mois de septembre et de novembre, une entreprise a réalisé, à chaque entrée de ville, un revêtement muni d'une limitation de vitesse à 30 km/h et des panneaux ont été placés. Cette limite a été décidée en collège et ensuite votée au conseil communal de décembre. Il reste à obtenir l'accord du ministre régional à qui le dossier a été transmis. Celui-ci devrait parvenir prochainement. Dès lors, dès le franchissement de la ceinture des boulevards, la vitesse de 30 km/h sera effective partout en ville. Les automobilistes auront aussi intérêt à ne pas perdre de vue qu'au sein du quartier cathédral rénové, les rues étant des "espaces partagés", la limite est déjà abaissée à 20 km/h. A voir certains conducteurs descendre la rue de l'Hôpital Notre-Dame, on doute que cette obligation soit connue de tous ! 

La rue de Barges.

Le chantier de rénovation des rues entourant le nouveau Centre hospitalier régional se poursuit. Au cours de ceux-ci, un égout non répertorié situé juste sous l'évacuation existante a été découvert. Cela arrive bien souvent lorsqu'on creuse le sous-sol de cités anciennes, toutefois, une surprise désagréable attendait ceux qui l'ont mis à jour, le conduit n'était pas asséché, de l'eau y circulait. D'où vient-elle, où va-t-elle ? Pour trouver une réponse à ces questions, des sondages ont été être entreprises, c'est la raison pour laquelle, la partie centrale du boulevard du roi Albert à sa jonction avec le boulevard Lallaing a été éventrée, une excavation qui réduit le passage des véhicules. Il est trop tôt pour affirmer que cet écoulement d'eau dans le sous-sol soit à l'origine des fissures apparues depuis quelques temps au niveau des immeubles du boulevard du roi Albert, situés à proximité de ce carrefour.

L'avenue des Peupliers.

Cette avenue relie le vieux Chemin de Willems à la rue Saint-Eleuthère. Le Chemin des Peupliers, aménagé en avenue asphaltée, il y a près de cinquante ans, n'a pas supporté l'augmentation de la circulation apparue au cours de ces deux dernières décennies. de plus, les arbres qui la bordaient ont disparu et leurs racines ont miné le sous-sol. De nombreux nids de poule se sont formés, et ont, régulièrement, été rebouchés au moyen d'asphalte à froid, ce qui ne peut-être qu'une solution provisoire. On nous annonce qu'à partir du mois de mars, la couche supérieure sera rabotée sur cinq centimètres et qu'un nouveau revêtement hydrocarboné sera posé.

L'écluse de Kain.

Haut lieu de promenades durant la belle saison, les berges situées à proximité de l'écluse de Kain, sur la rive gauche de l'Escaut, présentent désormais un visage totalement modifié. L'année dernière, on a procédé à l'abattage des grands arbres qui depuis des lustres se miraient dans l'Escaut, rendant l'endroit bucolique, et on a démoli la petite maison de l'éclusier. Les portes de l'écluse ont été changées et, désormais, on réalise, derrière le zoning commercial de Froyennes, un barrage d'une plus grande largeur (12 mètres au lieu de 8). A la fin des travaux, la nouvelle chute d'eau, destinée à mieux réguler le débit du fleuve, sera munie de deux turbines qui fourniront le courant électrique nécessaire à alimenter les installations éclusières et dont le surplus pourra même être réinjecté sur le réseau avec un équivalent estimé à la consommation de 150 ménages. Le paysage a perdu tout son charme, l'argument économique a malheureusement, une fois encore, "vandalisé" un de ces lieux poétiques appréciés par les amoureux de la nature. Preuve encore que la poésie n'a jamais nourri son homme, encore moins le portefeuille des patrons et administrateurs de sociétés à qui nos dirigeants font toujours la part belle !

La chaussée de Lannoy.

Depuis plus de deux mois, un chantier de pose d'impétrants (câbles électriques) est en cours entre la fin de la rue Saint-Eleuthère et Froyennes. Depuis la mi-décembre, on a creusé d'imposants trous à la jonction de l'avenue des Peupliers et de la rue Saint-Eleuthère. On ne peut pas encore annoncé la fin de se chantier qui nécessite la plus grande prudence dans la traversée de Froyennes !

La halte nautique du quai Taille-Pierre.

Des travaux devraient débuter avant la fin de cette année, ils seront les prémices du grand chantier de mise à gabarit de l'Escaut qui se poursuivront par le remplacement du Pont-à-Pont, l'élargissement du fleuve au niveau du quai Saint-Brice dans sa section entre le Pont-à-Pont et le pont Notre-Dame et enfin par la transformation du Pont des Trous, un projet auquel les Tournaisiens seront attentifs s'opposant à du grand n'importe quoi.  

Les constructions immobilières.

Celle-ci se multiplient et à terme plusieurs centaines de logements seront disponibles dans le centre de Tournai ou les proches faubourg.

Rive droite, quartier du Château.

La résidence "Saint-Nicolas" située à l'angle de la rue du Château et de la rue Robert Campin est terminée, dans un immeuble ancien, totalement rénové, huit appartements sont mis en location.

Entre le Pont des Trous et la clinique Notre-Dame, un projet titanesque de complexe immobilier devrait voir le jour dans les mois à venir. La demande de permis de bâtir a été récemment introduite. En lieu et place de l'ancien Comptoir Charbonnier sur le quai Sakharov et d'une série de garages dans la rue des Magasins, un promoteur proposera une résidence de standing avec rez-de-chaussée commercial sur le quai prolongée par une résidence pour étudiants de 127 kots, le tout avec garages. La structure de ce grand ensemble est inspirée de l'immeuble abritant le siège social d'Ideta avec un dernier étage en retrait.

On annonce également un autre projet de résidence en lieu et place de l'ancien garage Lintermans également sur le quai Sakharov entre la rue de l'Arsenal et la rue du Château.

Rive gauche, quartier de la Madeleine.

Les travaux se poursuivent en ce qui concerne le complexe immobilier qui s'élève à l'emplacement des anciennes usines Allard entre le quai des Salines et la rue de l'Ecorcherie.

Rive gauche place de Lille.

On procède à la démolition de deux immeubles situés juste au pied de l'église Sainte-Marguerite. Aux n° 21 et 23 se trouvaient jusqu'il y a peu une librairie désormais transférée dans l'immeuble voisin et un restaurant maghrébin qui rouvrira ses portes à la fin des travaux. Assister à la démolition de ces immeubles, sans grand cachet architectural, il faut bien l'avouer, engendre cependant une certaine nostalgie. Ces deux immeubles étaient des rescapés des bombardements de mai 1940 et août 1944. A ce titre, ils font partie de la sauvegarde et de la mise en valeur des ensembles immobiliers tournaisiens ayant échappé aux destructions de mai 1940. Tout comme pour le "Relais de Poste" de la rue de la Madeleine, tout comme pour "l'Hôtel du Singe d'Or" à la rue de la Tête d'Or ou "l'Hôtel de Corde" à la place Paul Emile Janson, on assiste, non pas à une rénovation mais à une destruction afin de reconstruire des bâtiments neufs et sans âme. Le m2 d'habitation est tellement rentable à notre époque. 

Rive gauche, faubourg Saint-Martin.

La résidence "Jean Cousin" propose deux immeubles totalement terminés. La première phase est occupée à 100%, la seconde est en cours d'occupation, il reste 50 % des logements à vendre.

La résidence "Les Jardins d'Ere" située à l'angle de la chaussée de Willemeau et de la rue Jean Cousin est pratiquement terminée. Elle comprend onze appartements.

Sur la plaine des Manœuvres, la résidence "La Corne Saint-Martin" prévoit cinq phases de travaux, deux sont terminées l'une est occupée à 90 %, l'autre à 70 %;

(sources : No Télé, "Le Courrier de l'Escaut", "bulletin n°120 de l'asbl Pasquier Grenier" et recherches personnelles).

S.T. février 2016.

14/01/2016

Tournai : ils commençaient sérieusement à nous manquer !

Les fêtes sont terminées, le Lundi Perdu les a clôturées ! Peu à peu, les rues de Tournai ont été dépouillées de leurs habits de lumière et les engins de chantiers ont repris, comme par habitude, leurs quartiers dans la cité des cinq clochers. On va presque dire que c'est heureux car les Tournaisiens sont à ce point habitués à voir évoluer ces monstres d'acier depuis des années qu'on aurait certainement découvert chez certains d'entre eux les premiers symptômes d'un état de manque ! Que ceux-ci se rassurent, ils sont encore là et pour bien longtemps !

En périphérie.

Les travaux concernent la chaussée de Lannoy à Froyennes ainsi que le carrefour formé par celle-ci, la rue Saint-Eleuthère et l'avenue des Peupliers. Depuis plusieurs semaines, la circulation sur la chaussée est régulièrement alternée par des feux tricolores en raison de la pose d'impétrants.

Les travaux de voirie entamés il y a quelques mois dans les environs du nouveau Centre Hospitalier de Wallonie picarde progressent. Les rues du Général Piron (section comprise entre la chaussée de Willemeau et le cercle "Chez Nous") et des Sports ont reçu leur revêtement définitif. La rue de la Citadelle dans le tronçon compris entre la rue Allard l'Olivier et la rue de Barges est pratiquement terminée. Ce mardi 12 janvier ont débuté les travaux de la rue de Barges entre la rue de la Citadelle et le boulevard Lallaing. Dans quelques semaines, l'accès au nouveau centre hospitalier, opérationnel sous peu, sera beaucoup plus "roulant".

Au bout de la rue Général Piron, face à la cité du "Maroc", l'aménagement d'un parking destiné au personnel du centre hospitalier progresse, les fondations sont pratiquement réalisées, il restera à couler le revêtement hydrocarboné. Une centaine de véhicules trouveront place à terme.

En ville.

Cela fait des mois maintenant que des entreprises publiques ouvrent voiries et trottoirs afin d'enfouir câbles électriques ou téléphoniques, conduites de gaz ou éléments du réseau d'égouttage. Cette fois, c'est le quai Vifquin qui est concerné par la pose de ces impétrants.

tournai,travaux,chantiersDans le quartier cathédral, un premier chancre est, enfin, en voie de disparition, celui représenté par l'ancien siège du journal "le Courrier de l'Escaut" situé à l'angle de la rue du Curé Notre-Dame et de l'Hôpital Notre-Dame. Depuis ce lundi 11 janvier, le bâtiment est ceinturé par des barrières "Heras" protégeant un "matelas" qui empêchera, durant la démolition, les inévitables chutes de briques et pierres de détruire le tout nouveau revêtement de voirie terminé juste avant les fêtes de fin d'année. Il s'agit de la première phase d'un chantier qui en comptera trois : la démolition, l'étude du sol et la construction. Le nouvel immeuble comprendra neuf appartements répartis sur trois niveaux et un penthouse avec grande terrasse au dernier étage. Au rez-de-chaussée seront créées des cellules commerciales et des parkings. La durée des travaux est estimée à deux bonnes années, le chantier devrait se terminer, sauf surprise, à la fin de l'année 2018.

Hélas, un autre chancre vient de naître. Dans la rue du Curé Notre-Dame, juste à côté du chantier dont nous venons de parler, l'ancien espace "Pic Puce" devait abriter le bar à vins de Gérard Depardieu, la société qui devait être à l'origine de son ouverture vient d'être déclarée en faillite et on risque encore de voir très longtemps ce bâtiment inoccupé.

Sur la place de Lille, suite au déménagement dans l'immeuble voisin de la librairie Lenglez, les travaux de démolition du bâtiment ont débuté. Ce sera ensuite le tour du restaurant jouxtant l'église Sainte-Marguerite.

Imperturbablement, les travaux de la cathédrale Notre-Dame se poursuivent, ce sont les deux tours Nord qui font actuellement l'objet de rénovation. Avant la fin de cette année, on les verra peut-être dévoiler leur splendeur retrouvée aux visiteurs. 

2016, une nouvelle année dans le bruit, la poussière et la boue.

Si les travaux du quartier cathédral touchent à leur fin (il est cependant encore nécessaire de revoir l'éclairage, de coller le fil d'or et de placer le mobilier urbain), d'autres chantiers d'importance se profilent déjà à l'horizon. ils concerneront plus précisément la rive droite avec le réaménagement complet des quais Dumon et Saint-Brice ainsi que de la place du Becquerelle. Débutant le 1er février, ils devraient se terminer au milieu de l'année 2017 (ils sont prévus pour 220 jours ouvrables sans intempéries). Il ne s'agit pas d'un simple "rafraîchissement" mais bien d'une rénovation complète de ce quartier du Becquerelle dont la place sera totalement "relookée".

L'administration communale a également décidé la rénovation de la place Verte dont une partie est interdite à la circulation depuis plus de trois ans. Ce chantier qui comprendra l'égouttage, la réfection de la voirie et la remise en état des trottoirs est prévu pour une durée d'une année et devrait débuter durant le second semestre.

Des travaux de scellement de pavés seront aussi réalisés à la rue des Jésuites (entre l'église Saint-Piat et la rue d'Espinoy), tandis qu'une rénovation plus en profondeur concernera le tronçon entre la rue d'Espinoy et la rue du Chambge.

On scellera aussi les pavés de la place de Lille qui ont trop tendance à jouer le grand air des castagnettes lors du passage des véhicules et qui sont de véritables pièges pour les promeneurs.

Décidée en 2015, on ne parle plus dans ce plan de la réfection de l'avenue des Peupliers. Tout au plus est-il fait référence à une liaison cyclable qui sera créée entre celle-ci et la Chaussée romaine à Ere via le Chemin vert.

Notons que ces chantiers communaux sont indépendants de ceux qui pourraient être entrepris par la Région Wallonne dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut. On évoque le début des travaux du Pont-à-Pont encore cette année !

Wait and see !

(sources : presse locale et infos personnelles - photo : "Courrier de l'Escaut" année 1962).

13:41 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, travaux, chantiers |

10/11/2015

Tournai : les chantiers en voie de finition

Les chantiers routiers.

A l'approche de l'hiver, de nombreux chantiers vont bientôt se terminer.

Le quartier Saint-Pierre.

Toutes les rues ont été rénovées et on circule à nouveau sans contrainte dans le quartier. Ce chantier concernait, rappelons-le : la rue du Chevet Saint-Pierre, la rue Poissonnière, la ruelle d'Ennetières et la place Saint-Pierre. On nous promet que le petit pavage résistera mieux que celui composé de pavés sciés qui bien vite se sont désolidarisés.

La rue du Curé Notre-Dame.

C'était, jusqu'il y a peu, le chaînon manquant de la rénovation du quartier cathédral, un peu plus d'une centaine de mètres de voirie qui séparent la rue de Courtrai de la place Paul Emile Janson. Une surface d'environ 50 m2 doit encore être dallée, à hauteur des bâtiments de l'ancienne bibliothèque.

la rue de l'Arbalète.

La dallage de cette petite rue reliant la rue Dame Odile et la rue de l'Hôpital Notre-Dame est terminé depuis quelques semaines déjà, il reste cependant à sécuriser le passage des véhicules le long du chancre représenté par le terrain vague sur lequel se dressait jadis le cinéma Imagix (ex-Multiscope Palace).

La rue du Marché au Jambon.

Celle-ci relie la rue de la Tête d'Argent à la rue de Courtrai. Cette large voirie est désormais dotée d'une plantation d'arbres en son centre, la circulation sera autorisée dans un seul sens, de la rue de Courtrai vers la rue Tête d'Argent. Une fois ouverte à la circulation, ce qui devrait intervenir très prochainement, la presse nous informe que cette voirie fera partie des "cours urbains"" et se présentera sous la forme d'un espace partagé.

Le parvis du beffroi.

Un problème d'égouttage en mauvais état a été à l'origine de la fermeture du parvis du beffroi à la circulation. Les travaux ont été entrepris pour réparer et chemiser cet ouvrage en brique relativement ancien. Tout le dallage du parvis a été refait. Actuellement les ouvriers posent les derniers pavés. On peut espérer la fin des travaux pour la fin du mois de novembre.

Le pourtour de Sainte-Marie-Madeleine.

L'église fermée au culte depuis des décennies poursuit sa lente dégradation. Déambuler et stationner à proximité posent de réels problèmes de sécurité. Une entreprise vient de couler un béton tout autour de l'édifice religieux afin d'y ancrer une palissade destinée à écarter tout danger. A la Terrasse de la Madeleine, entre la rue de l'Ecorcherie et la rue de la Madeleine, le réseau d'égouttage a également posé problème, des travaux ont été entrepris pour en rechercher l'origine mais, depuis des mois, la tranchée est restée béante sans doute à la grande satisfaction des rats mais au grand dam visuel et olfactif des riverains.

Le quartier de l'Hôpital.

On sait que le site "Union" du CHWApi sera progressivement opérationnel dès les premiers mois de l'année 2016. Pour faire face à l'augmentation de circulation qui découlera inévitablement de l'utilisation de cette nouvelle structure hospitalière, il était impératif de rénover totalement les abords. C'est ainsi que la rue Général Piron dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, la rue des Sports, la rue de la Citadelle (face au site De Bongnie) et la rue de Barges connaissent ou vont connaître un sérieux lifting. Les travaux semblent suivre le planning prévu et peut-être même avoir une légère avance sur celui-ci en raison des exceptionnelles conditions atmosphériques connues jusqu'à présent.

Dès l'ouverture du nouveau site hospitalier, un autre problème risque de se poser, le stationnement des véhicules du personnel, des malades venus en consultation et des visiteurs. Afin de répondre, en partie, à cette inquiétude, un parking réservé au personnel est en construction à la rue Général Piron, sur le terrain compris entre cette rue et la limite du parc De Bongnie.

La rue Fondation Follereau.

On rénove les rues dans le quartier du Val d'Orcq, à proximité de la chapelle des Lépreux. On y réalise de nouveaux trottoirs et des lieux de stationnement. On attendant la fin du chantier, la déviation s'effectue par la rue Bonnemaison et l'interdiction de virer à gauche en abordant la chaussée de Lille est provisoirement annulée. Cette mesure temporaire provoque parfois de l'incompréhension de la part d'usagers de la chaussée.

Chaussée de Lannoy (à la limite de Tournai et de Froyennes).

Cette chaussée dans le prolongement de la chaussée du Pont Royal est mieux connue des Tournaisiens sous l'appellation de "chaussée de Roubaix". Depuis le carrefour formé par cette voirie avec la rue Saint-Eleuthère, depuis quelques semaines, une firme est chargée de poser des impétrants. En journée, régulièrement, la circulation est réglée par des feux, le croisement des véhicules étant impossible.

Rue des Trois Coins.

Les travaux entamés, il y a peu, sur le quai des Vicinaux se poursuivent, pour éviter tout incident, la rue des Trois Coins reliant le quai à la rue Hautem sera fermée durant une semaine à la circulation. Cet itinéraire est régulièrement emprunté par les habitants de Kain qui, aux heures de pointe, évitent ainsi le carrefour du Viaduc. Un risque de saturation est à prévoir durant la fermeture de cette voirie.

(S.T. novembre 2015).

13:18 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, travaux routiers |

26/08/2015

Tournai : les chantiers, pas de panique !

La fin des uns, le début d'autres.

Depuis notre dernier rendez-vous concernant les chantiers qui fleurissent un peu partout en ville, certains ont pris fin et d'autres ont ou vont démarrer.

Avenue de Maire.

L'allée latérale menant de la chaussée du Pont Royal (anciennement mieux connue par les Tournaisiens sous le nom de chaussée de Roubaix) et la rue de Lannoy vient d'être rénovée. Elle est avant tout réservée à une circulation locale qui doit la partager avec les cyclistes.

Quai des Vicinaux.

Ce quai emprunté, surtout aux heures de pointe, par les automobilistes qui viennent ou se rendent à Kain a été réaménagé, une partie délimitée par un marquage au sol est réservée aux cyclistes et, à intervalles réguliers, des "coussins berlinois" ont été placés afin de réduire la vitesse des usagers qui oublient trop souvent que ce quai (tout comme celui qui lui fait face sur la rive gauche) est toujours situé en agglomération et, de ce fait, limité à 50 km/heure.

Vitesse limitée en ville.

A propos de limitation de vitesse, beaucoup d'automobilistes tournaisiens et étrangers risquent d'être drôlement surpris à partir du 1er septembre (notamment les étudiants qui ont pris l'habitude de "koter" en ville et qui, jusqu'alors, oubliaient même systématiquement d'alimenter les tirelires pour le stationnement payant). Des ouvriers s'activent actuellement à créer une bande d'asphalte transversale de couleur rouge à chaque entrée de la ville, elle informe les usagers que, dorénavant, la vitesse est limitée à 30 km/h dans toutes les rues de la cité. Les habituels "grisés de vitesse" qui ne respectent déjà pas la limitation à 50km/h devraient avoir de mauvaises surprises s'ils n'adaptent pas leur comportement à cette nouvelle obligation. De plus, dans l'hyper-centre, la partie appelée le "quartier cathédral", des panneaux ont été apposés, il y a quelques temps déjà, et traduisent la présence d'un espace partagé où la limitation de vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. Il faudra bien un jour expliquer cela aux chauffeurs des camionnettes de livraisons express qui les empruntent parfois à "fond la caisse".  

La rue du Marché au Jambon.

Elle relie la rue de la Tête d'Argent à la rue de Courtrai. Sa rénovation se termine, il faudra encore attendre une ou deux semaines avant de pouvoir l'emprunter. Rue à sens unique, on ne connait pas encore celui qui sera privilégié, probablement reviendra-t-on à la situation antérieure aux travaux.

La rue de l'Arbalète.

Sa rénovation se termine également. Il a fallu renforcer le bas-côté qui longe le terrain excavé de l'ancien cinéma Imagix (ex-ciné Multiscope Palace). Il n'y a pas d'information nouvelle en ce qui concerne les chancres que représentent ce terrain ainsi que les anciens bâtiments du journal le "Courrier de l'Escaut". Allons-nous voir éclater au grand jour des différends opposant les promoteurs et les administrations chargées d'accorder les permis ou bien la crise actuelle a-t-elle eu tout simplement raison du dynamisme affiché naguère par les constructeurs ?

La rue du Curé Notre-Dame.

Ce chaînon manquant de l'importante rénovation du quartier cathédral va faire l'objet d'une rénovation à partir, nous dit-on, du 1er septembre. Sa longueur d'environ deux cents mètres (distance qui sépare la rue du Four Chapitre de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la place Paul Emile Janson) ne devrait pas nécessiter un délai de réalisation trop important. On espère que le tout sera fini pour les fêtes de fin d'année et que le quartier retrouvera le dynamisme qui était le sien, avant que ne débute ce chaos, héritage d'une ancienne administration communale qui a littéralement "minéralisé" le centre de la cité, sacrifiant les derniers espaces verts qui ne manquaient pas de charme au pied de notre cathédrale. Nous ne tancerons jamais assez les responsables de la précédente mandature pour leur vision réductrice et minérale du paysage tournaisien !

Le quartier Saint-Pierre.

La rénovation de celui-ci est menée tambour battant. Les rues du Chevet Saint-Pierre et Poissonnière ainsi que la ruelle d'Ennetières ont été terminées avant les congés. La rue de la Lanterne va bientôt être ouverte à la circulation. Constatons au passage que, face à l'Hôtel Cathédral jadis très prisé par les touristes anglais, on a procédé à la confection de faux pavés en imprimant, en profondeur, une imitation de leur structure dans le béton, procédé déjà utilisé par le TEC pour ses voies de circulation réservées au bus ainsi que pour leurs arrêts. Le chantier de  la place Saint-Pierre va débuter la semaine prochaine avec pratiquement trois semaines d'avance sur le planning. Avec une météo toujours aussi favorable, on peut espérer le voir terminé pour la Toussaint.

Le parvis du beffroi.

La pose des impétrants terminée, de lourds engins excavent les lieux, spectacle désolant en pleine saison touristique et slalom obligé pour les visiteurs du symbole de nos libertés locales. Il faudra encore patienter quelques semaines.

Le pont de Fer.

Le chantier de réfection de la rampe empruntée par les automobilistes venant de la rue du Château n'a pas traîné, il s'est terminé avec une semaine d'avance sur le planning. Asphalté, il fait oublier ce déplacement chaotique auquel les conducteurs devaient faire face depuis des années.

Le quai Saint-Brice.  

Depuis deux semaines, la pose des impétrants par la firme Ores est en cours. Celle-ci nécessite la fermeture du quai Saint-Brice à la circulation ainsi que l'interdiction d'emprunter le pont Notre-Dame.

La rue des Sports.

Rien n'a évolué depuis notre dernier article, la couche de finition n'as toujours pas été posée mais la voirie a été ouverte à la circulation locale.

 Les travaux ont parfois des effets qui peuvent s'avérer dramatiques.

Le chantier de rénovation en profondeur de l'autoroute entre Kain et Lamain est parfois à l'origine de faits qui prouvent qu'un automobiliste peut perdre la tête dès que son itinéraire habituel est bouleversé. Ainsi ce mercredi, vers 12h30, nous avons été témoins que deux automobilistes, à quelques minutes d'intervalle, ont emprunté en sens inverse la descente d'autoroute réservée aux usagers venant de Bruxelles ou de Mons qui veulent rejoindre la chaussée de Courtrai. Le revêtement des montées et descentes d'autoroute a été rabotés et celles-ci sont actuellement interdites à la circulation, toutefois deux automobilistes sont passés entre les piquets au risque d'arriver à contre-sens sur l'autoroute ! On peut être rassuré, ils ont été contraints de faire demi-tour.

Mardi après-midi, dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, un automobiliste venant du quai Notre-Dame, perturbé par le fait que le franchissement du pont levant est actuellement interdit en raison du chantier de la rue Royale et du quai Saint-Brice, a emprunté le sens interdit m'arrivant ainsi de face. Par un appel de phares et un geste amical de la main, je l'ai informé qu'il était en sens interdit. Enervé, il a reculé dans les bornes amovibles régissant l'accès à la placette du Bas-Quartier, en déboîtant une, et a filé sans demander son reste.

Dimanche, on a vu des automobilistes slalomer entre les barrières de fermeture de la rue Royale pour franchir le pont levant pourtant interdit à la circulation. Ils étaient probablement perdus parce que, depuis toujours, c'est par là qu'ils passent et ils n'ont sans doute pas la capacité d'intégrer une voie de déviation ou refusent toute interdiction.

Profitant de l'ouverture aménagée à la rue de Paris pour le passage des camions se rendant sur le chantier du parvis du beffroi, les piétons sont fréquemment confrontés à l'un ou l'autre véhicule descendant jusqu'à la place Paul Emile Janson et, se trouvant face à l'impossibilité d'aller plus loin, remontant le rue des Chapeliers !

Dans pareilles circonstances, il est important de garder son calme !

S.T. août 2015.

16:02 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, panique |

29/07/2015

Tournai : les chantiers, on n'est pas sorti de l'auberge.

Le calme avant la tempête !

Pour l'instant, en raison des congés, tout est calme au cœur de la ville de Tournai. Chaque année, durant la période comprise entre le 21 et le 31 juillet, la cité des cinq clochers semble entrer en léthargie, simplement arpentée par les touristes venus la découvrir. C'est également la période durant laquelle on trouve le plus facilement une possibilité de stationner au centre-ville.

Préparons-nous cependant !

Toutes bonnes choses ont une fin, bientôt, entre le 4 et le 10 août, les ouvriers vont (re)prendre possession de nos rues et, cette fois, cela risque d'être sérieux.

Il y a tout d'abord la reprise des chantiers abandonnés durant quatre semaines.

Le parvis du beffroi.

Où en est la pose des impétrants ? Qu'en est-il de la restauration (chemisage) du système d'égouttage ? Va-t-on encore fouler la cendrée durant plusieurs semaines ? Le revêtement de sol en dalles va-t-il bientôt être reposé ? Les terrasses des cafés et restaurants vont-elles refleurir avant la fin de l'hiver ? Voilà autant de questions que se posent les passants qui empruntent régulièrement la rue des Chapeliers ou le Vieux Marché aux Poteries. 

La rue du Marché au Jambon.

Voilà un des derniers maillons manquants du projet de rénovation du quartier cathédral (il y a longtemps qu'on a perdu l'habitude de dire de "revitalisation" lorsqu'on dénombre les vitrines vides). La pose du revêtement a débuté avant les congés, elle devrait se poursuivre durant le mois d'août.

La place Saint-Pierre.

Le pavage des rues du Chevet Saint-Pierre, Poissonnière et de la ruelle d'Ennetières est terminé. Les travaux concernent désormais la place Saint-Pierre. Actuellement, la rue de la Lanterne dans sa section comprise entre le quai du Marché au Poisson et la place Saint-Pierre est interdite à la circulation, la déviation s'effectue par la rue Poissonnière.

La rue du Général Piron.

Dans sa section comprise entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, les travaux de rénovation de la voirie vont reprendre. Ceux-ci semblent bien avancés puisqu'il reste à déposer le revêtement définitif en asphalte.

Angle des rues des Sports, Allard l'Olivier et de la Citadelle.

Le chantier a débuté bien avant la période des congés. Il devrait reprendre au mois d'août. Dans la foulée, il restera à rénover la rue des Sports proprement dite, la rue de la Citadelle, dans sa section comprise entre la rue Allard l'Olivier et la rue de Barges et enfin d'entreprendre les travaux dans cette même rue de Barges. Pour rappel, ce vaste chantier d'infrastructure routière a été nécessité par l'ouverture, très probablement dans le courant de l'année 2016, du site "Union" du CHwapi, ceci, afin de sécuriser les différents accès à cet important complexe hospitalier.

Il y a des situations qui s'éternisent !

La place Verte.

La section comprise entre la rue de l'Epinette et la rue du Sondart reste fermée à la circulation et cela depuis plus de deux ans  déjà suite à des dégâts à la voirie (effondrements) provoqués durant l'hiver. Le chantier fait partie d'un vaste projet de rénovation qui semble prévu pour l'année 2016.

Il y a de nouveaux chantiers qui vont débuter !

Le quai des Vicinaux.

Dès le 4 août et jusqu'au 21, des travaux d'aménagement cyclables seront entrepris au quai des Vicinaux (un détour souvent emprunté par les automobilistes se rendant à Kain et voulant éviter le rond-point du Viaduc, principalement aux heures de pointe). Ce chantier nécessitera une interdiction de la circulation automobile entre la rue des Trois Coins et le quai Andréï Sakaharov (Pont des Trous). La circulation des cyclistes sera néanmoins maintenue.

La rampe du pont de Fer.

Les automobilistes venant de la rue du Château et du quai Sakharov qui souhaitent traverser l'Escaut en empruntant le Pont de Fer savent, depuis bien longtemps, combien la rampe de ce pont est en mauvais état. Il faut slalomer entre enfoncements de pavés, bosses et plaques d'égout surélevées pour éviter les nombreuses secousses néfastes à la suspension des véhicules et désagréables pour les occupants de ceux-ci. Pour les usagers des bus, la situation est pire encore, il vaut mieux s'accrocher au siège !

Entre le 10 et le 31 août, le revêtement va être refait, cela nécessitera l'interdiction de circulation sur cette rampe. L'administration communale conseille donc de rejoindre le Pont-à-Pont via les rues du Becquerelle, Royale et des Campeaux.

La fermeture du pont Notre-Dame.

Le pont levant sera fermé à la circulation à partir du 10 août en raison de travaux entrepris par la firme Ores à la rue Royale et au quai Saint-Brice. Ces travaux doivent normalement être terminés pour la rentrée des classes du début du mois de septembre.

Mais voilà le hic, deux des trois ponts situés dans le centre-ville qui permettent de traverser l'Escaut dans le sens rive droite vers la rive gauche seront fermés durant les trois dernières semaines du mois d'août. A lui seul, le Pont-à-Pont va devoir supporter toute la circulation automobile. Cela promet de fameuses files, aux heures de pointe, entre le rond-point de Saint-Brice et le carrefour du beffroi ! Le mot "coordination de chantier" semble avoir perdu son sens au sein des administrations.

La rue des Bastions.

Celle-ci sera fermée entre le 3 août et le 4 septembre dans le cadre du chantier de l'extension du centre commercial des Bastions.

La rue de la Lys.

Perpendiculaire à la rue des Bastions, la rue de la Lys connaîtra elle aussi un chantier de pose de câbles par la firme Ores entre le 10 août et le 15 septembre. La circulation sera maintenue mais se fera alternativement, réglée par des feux.

D'autres chantiers qui restent à réaliser.

La rue du Curé Notre-Dame.

Après la réfection de la rue du Marché au Jambon, la rue du Curé Notre-Dame, comprise entre la rue des Choraux et la place Paul Emile Janson, deviendra le chaînon manquant dans le cadre de la réfection du quartier cathédral. La date de démarrage du chantier n'est pas encore programmée.

L'avenue de Maire.

L'allée latérale donnant accès aux habitations dans sa section comprise entre la chaussée de Roubaix (appellation que les Tournaisiens retiennent mieux) et la rue de Lannoy a été totalement rénovée et est désormais également dévolue aux cyclistes. La section comprise entre  la rue de Lannoy et le rond-point de l'Europe est fortement dégradée. Comme cet endroit est régulièrement inondé lors de fortes pluies, on réalise actuellement, par caméra, un audit de l'égouttage sur l'entièreté de l'avenue. La rénovation du revêtement ne pourra être effectué que suite aux conclusions de cet état des lieux.

L'avenue des Peupliers.

Vu son très mauvais état dans le tronçon compris entre le Vieux Chemin de Willems et l'avenue Vert-Bois, le collège communal a prévu, en mai, un budget pour sa rénovation. Là non plus, on ne connaît pas la date de début des travaux.

Conclusions.

En terminant cette revue de chantiers qui empoisonnent le quotidien des Tournaisiens depuis bien longtemps, il ne reste plus qu'à souhaiter une bonne route aux automobilistes et à leur conseiller vivement d'emprunter les boulevards de ceinture s'ils ne font que traverser la ville. Il ne doivent pas hésiter, non plus, à utiliser le parking de délestage de la plaine des Manœuvres (Esplanade du Conseil de l'Europe) s'ils veulent se rendre dans l'hyper-centre (Grand-Place) situé à moins de cinq minutes à pied, c'est gratuit, illimité dans le temps et cela permet d'entretenir sa forme par un peu de marche à pied ! 

S.T. juillet 2015.

08:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations, rues, circulation |

16/06/2015

Tournai : le point sur l'immobilier

A deux semaines de la période des congés dans le secteur de la construction, il est temps de faire un point sur les chantiers qu'on découvre aux quatre coins de la cité des cinq clochers.

Rue Jean Cousin :

Ce chantier abandonné, dans un premier temps, par un promoteur en raison d'une faillite a été repris et touche désormais à sa fin. La première phase est terminée depuis quelques mois et les appartements sont occupés. La seconde phase de la "Résidence Jean Cousin" est en cours, le second bâtiment, parallèle au premier, sera probablement terminé avant la fin de cette année puisque les travaux de finitions sont bien avancés.

Chaussée de Douai :

La deuxième phase de construction de la "Corne Saint-Martin" est également terminée. Vingt-sept appartements et trois studios sont mis en vente. A terme, ce projet immobilier doit normalement comporter cinq immeubles à basse consommation d'énergie érigés sur un terrain de plus d'un hectare et demi entourant un plan d'eau.

Rue Barthélémy Frison :

La rénovation de l'ilot Desclée se poursuit, elle consiste en la transformation de l'ancienne imprimerie Campin, mieux connue des Tournaisiens sous le nom d'imprimerie Desclée ou Gédit. Une première phase située à front de rue est déjà occupée, les autres bâtiments sont en cours d'aménagement. A terme 47 lofts de standing auront ainsi été créés.

Place de Lille :

La rénovation de l'église Sainte-Marguerite touche à sa fin. La phase de vente des trois appartements de très haut standing bénéficiant d'un vue imprenable sur la ville est en cours, précisons que le prix d'achat n'est pas à la portée de toutes les bourses. La salle du rez-de-chaussée prévue au départ pour être à vocation culturelle est actuellement occupée par une exposition inaugurée le 6 juin. L'ensemble redonne vie à un quartier en pleine mutation. Espérons que le promoteur poursuivra le chantier pour donner une plus fière allure au clocher qui, désormais, fait tache face à la magnifique rénovation de la nef et du chœur.

Rue Frinoise :

Le chantier de la résidence construite à l'emplacement de l'ancien cinéma Eden est terminé. En face, à l'arrière de l'ancienne brasserie Saint-Yves, les appartements construits par le Logis Tournaisien sont en phase de finition.

Avenue de Troyes

Face au jardin de la Reine, dont elle tire d'ailleurs son nom, la résidence érigée à l'emplacement de l'ancien Casino de Tournai est en voie d'achèvement. Trente appartements sont mis en vente, des bureaux vont s'installer au rez-de-chaussée. Cette implantation a été réalisée au centre d'un vaste ilot de verdure, à une entrée principale de la ville. 

Quai des Salines :

L'imposante usine des Textiles Allard qui abrita durant quelques années un atelier de travail adapté est en pleine mutation. De nouveaux bâtiments s'élèvent, sur l'arrière, à la rue de l'Ecorcherie. La rénovation de l'immeuble situé sur le quai, à proximité du Pont des Trous, a débuté, il y a quelques semaines.

Rue Galterie Saint-Jean :

Un groupe d'immeubles insalubres, inoccupés depuis des décennies, a été démoli il y a quelques mois, la construction d'un immeuble a démarré, la phase de gros-œuvre est en cours de réalisation.

Rue Paul Pastur :

Un chantier abandonné durant près d'une année a été repris par le Logis Tournaisien qui y réalise de nombreux appartements. Le gros-œuvre se termine, on peut envisager la mise à disposition des appartements durant les premiers mois de l'année 2016.

Les projets qui devraient démarrer bientôt :

Des demandes de permis de bâtir ont déjà été affichées aux valves de l'Hôtel de Ville pour la transformation de l'ancien "car-drink", situé à l'avenue Van Cutsem, en appartements de standing, de même que pour la construction d'un hôtel à l'emplacement des anciens établissements Goossens entre la rue de Marvis et l'avenue Bozière.

Les chancres qui n'évoluent guère :

Ils sont malheureusement tous situés dans le quartier cathédral, au pied même des cinq clochers, détruisant, par leur vision, le cachet qu'on a voulu donner à cet environnement. Il s'agit de la transformation de l'immeuble occupé jadis par le journal "le Courrier de l'Escaut" (pour éviter que le bâtiment ne soit squatté, les fenêtres ont été murées). Il s'agit également du terrain vague exploité comme lieu de stockage des matériaux de chantier par la firme chargée de la rénovation des rues du quartier, un terrain qui se situe sur le site de l'ancien cinéma "Multiscope Palace". Il s'agit enfin du pôle muséal prévu dans le bâtiment dit des "Anciens Prêtres" sur la place de l'Evêché et la place Paul Emile Janson.  

La rénovation de l'ilot Cherequefosse ne devrait bientôt plus être qualifiée "d'Arlésienne tournaisienne", à la lecture des dernières informations parues dans la presse locale, il semblerait que le dossier progresse lentement auprès des autorités compétentes. Si des démolitions d'immeubles dans la rue Madame (notamment l'ancienne piscine) sont prévues en cette fin d'année, le véritable chantier ne verra pas le jour avant 2016, voire 2017. Et surtout qu'on ne me taxe pas, dans les milieux concernés, de pessimisme, car depuis le temps que ce projet fait l'objet de présentations multiples (et différentes) aux gens du quartier, nous avons appris à rester prudent.

S.T. juin 2015

 

   

 

 

14:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, rénovations, chantiers, immobilier, résidences |