10/06/2007

Tournai : le quartier Saint Brice

Venant du quartier du Château, après avoir traversé la rue Royale, nous pénétrons dans un autre ancien quartier de Tournai, le quartier saint-Brice, dénommé jadis le Bourg de Saint Brice. Nous l'abordons par la rue des Campeaux qui rejoint le rue de Pont.

Au cours des siècles le nom de la rue a régulièrement changé : Au XIIIème siècle on l'appelait Ableaus, aux XIVème Abliaus, durant le XVème rue du Tabliel et ensuite Rignowart, au XVIIème Beuowaert ou Bouewart et enfin elle prit son nom actuel de rue des Campeaux au XVIIIème siècle. Il s'agit du nom du fondateur d'un couvent de jeunes filles qui s'y trouvait alors. Comme dans le quartier du Château, cette rue était régulièrement inondée lors des crues hivernales de l'Escaut tout proche et elle fut, maintes fois, réhaussée.

Le couvent des Campeaux a disparu, mais cette rue possède encore de nombreux témoignages du passé : l'ancienne brasserie fondée par Charles-Edouard Bourgois, né à Kooigem en 1818, issu d'une famille de brasseurs, son père était établi à Kooigem, ses frères Edouard à Courtrai et Joseph à Tourcoing en France. Charles-Edouard s'installa tout d'abord au quai Vifquin en 1848 mais racheta en 1860, les bâtiments de la brasserie Delevingne au numéro 8 de la rue des Campeaux.

En 1942, venant de Pipaix, Alfred Dubuisson, le créateur en 1933 de la très célèbre "Bush Beer" construisit de nouveaux bâtiments sur le site de l'ancienne brasserie Bourgois. Le 31 décembre 1989, les fils d'Alfred Dubuisson, Pierre et Xavier ainsi que René et Vincent, fils et petit fils d'Amédée Dubuisson, installèrent définitivement leur brasserie dans la ferme familiale rénovée de Pipaix et quittèrent la rue des Campeaux.

Dans les anciens locaux industriels on y trouve désormais un restaurant fort connu à Tournai "L'Arche de Noë" au cadre pittoresque, à l'arrière un bar branché, le "Corto Malté" avec sa terrasse donnant sur l'Escaut et, à l'étage, l'école de cirque "Mômes Circus" et la salle "La Fenêtre", une petite salle qui offre de très nombreux spectacles durant la saison. Une grande partie de la rue est également occupée par l'école des Soeurs de la Sainte Union.

Deux ruelles relient la rue des Campeaux à l'Escaut : la ruelle Moncheur, désormais appelée rue Moncheur alors qu'elle est toujours aussi étroite avec ses pavés d'un autre âge servant malheureusement de "canisette" ou de "crottoir "pour tous les chiens du quartier, s'appela très longtemps Ruyele d'Escaut, elle doit son nom actuel au brasseur Monsieur Moncheur, qui y avait sa demeure et la brasserie du Saint Esprit et la ruelle Daluin ou Dalluin, comme reprise sur le plan actuel de la ville, qui tient également son nom de l'ancien propriétaire de la brasserie de la Couronne mort en 1811. Nous aurons l'occasion de reparler dans une autre rubrique des nombreuses brasseries qui firent la réputation de la ville et de celles qui sont encore de nos jours situées aux environs.

(sources : A-F-J- Bozière "Tournai, ancien et moderne", Gaston Lefebvre "Biographies Tournaisiennes" et recherches personnelles).