05/01/2008

Tournai : les jeux populaires (6)

Nous avons parlé des plaisirs d'hiver. Durant la bonne saison, les jeux étaient multiples. On jouait "à l'derne" (ce mot signifie le dernier). Il s'agissait d'un jeu de poursuite, un des participants poursuivait ses camarades jusqu'au moment où il parvenait à en toucher un, il s'exclamait alors "pris !" et le poursuivi devenait le poursuivant ou était éliminé, le dernier qui restait en jeu étant alors déclaré vainqueur. On pouvait aussi appliquer une variante à ce jeu, on l'appelait alors "à la hauteur". Chaque participant devait se réfugier sur une hauteur. Si, le poursuivant le touchait avant qu'il ne soit perché sur une pierre bleue, une marche, un appui de fenêtre...il devenait à son tour le poursuivant ou était éliminé. Ce jeu se jouant le plus souvent sur un trottoir, on entendait parfois les enfants le nommer "à l'pierre bleue" faisant référence au seuil de porte.

Lorsqu'ils étaient en bandes, les jeunes jouaient au "ronieon", il fallait pour cela constituer deux équipes de quatre, cinq, voire six joueurs. La première équipe faisait une chaîne, le premier se courbant contre le mur, les autres se ternant courbés, la tête à hauteur de la ceinture du précédent, se tenant tous par les hanches. Les membres de la seconde équipe s'élançaient et tentaient de retomber à califourchon, le plus loin possible, sur la "chenille" ainsi formée. Lorsque la chenille s'effondrait soudainement, les jeunes criaient alors "ronieon" et remportaient le point, jeu spectaculaire et aussi dangereux.

"L'boucheon" était un jeu auquel participaient grands et petits, on plaçait un bouchon au centre d'un cercle, sur celui-ci on empilait des pièces, des "p'tits sous", au moyen d'une autre pièce, en se tenant à une certaine distance, on tentait alors de renverser le contenu du bouchon, les pièces qui tombaient en dehors du cercle étaient remportées par celui qui était parvenu à les déstabiliser ! A Tournai, les petites filles jouaient au "Paradis" qui était tout simplement le jeu de marelle, une série de rectangle étaient tracés sur le sol et subdivisés en deux parties, on poussait avec le pied, de case en case, un caillou plat qui ne pouvait toucher les lignes au risque de retourner au point de départ. Le demi-cercle tracé après les rectangles était appelé le "paradis", il fallait alors faire le chemin inverse, précisons que tout le parcours se faisait sur un pied, suivant l'expression "à pied d'agache" (pie). Demain, nous verrons d'autres jeux comme le jeu de guillette, la toupie, l'blute, le Jacques a dit... Jeux aujourd'hui disparus de nos cours de récréations, de nos trottoirs et parcs...

13:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, jeux populaires, ronieon, paradis, boucheon, l derne |