04/02/2015

Tournai : ce n'est pas uniquement la ville !

Nous abordons régulièrement les chantiers en cours et programmés qui parsèment la ville de Tournai, est-ce à dire qu'il ne se passe rien à ce niveau dans les villages qui composent le Grand Tournai ? Même si leurs habitants ont tendance à penser qu'ils sont oubliés, on voit également y fleurir de nombreuses réalisations. En voici quelques-unes que nous avons pu répertorier grâce aux renseignements reçus de l'administration communale :

Blandain.

Deux monuments se dressent à proximité l'un de l'autre, la statue du "Christ-Roi", érigée en hommage à Saint-Eleuthère, premier évêque de Tournai, originaire du village et le "Monument aux Morts", inauguré le 21 mai 1921, œuvre du sculpteur-statuaire Jules Legrain-Catoire. Celui-ci se présente sous la forme d'un obélisque représentant le symbole de la Patrie, une femme vêtue à la mode antique. La mention "Blandain à ses enfants morts pour la patrie 1914-1918" s'affiche sur la croix de guerre fixée sur l'obélisque. En 1951, une plaque a été ajoutée reprenant les noms de victimes locales du second conflit mondial. La statue du Christ-Roi et la toiture de l'église ont été restaurées en 2013. Le nettoyage du monument aux morts sera bientôt entrepris, un subside auprès de la Wallonie a été sollicité pour ce chantier.

L'ancienne morgue du cimetière, bâtiment qu'on doit à l'architecte Lacoste, sera bientôt rénovée et aménagée en espace d'accueil pour les familles.

Chercq.

Dans le cadre du projet d'économies d'énergie des bâtiments publics, de nouveaux châssis seront prochainement placés à l'ancienne maison communale.

Froidmont.

Depuis le mois d'août 2014, le chantier de construction d'une nouvelle école a débuté. Celui-ci a nécessité la démolition d'une maison mitoyenne et la réalisation de fondations pour assurer la stabilité de l'ensemble. Ce projet financé jusqu'à hauteur de 871.450 euros par la Fédération Wallonie-Bruxelles permettra au village de voir s'ouvrir la nouvelle infrastructure scolaire à la fin de l'année 2015.

Froyennes.

Il a été décidé la construction d'un espace d'accueil des familles à l'entrée du cimetière.

La rénovation de l'autoroute E429/E42 dans la section Lamain-Froyennes, soit environ huit kilomètres, débutera réellement au printemps 2015. Des travaux préparatoires ont déjà été réalisés. Le chantier s'étalera sur deux ans et devrait être terminé au milieu de l'année 2017 (si les conditions météorologiques ne viennent pas trop le perturber). Pendant la durée des travaux, le basculement des véhicules sur les voies opposées sera d'application. 7.500m2 de murs anti-bruit seront également posés pour le confort des riverains.

Gaurain.

Des logements sont actuellement en construction à la rue du Jonc.

Dans le cadre des économies d'énergie des bâtiments publics, de nouveaux châssis seront placés dans le bâtiment abritant le district de Gaurain.

La rénovation du hall des sports de la RUSTA reste en attente.

Kain.

Ce village a été doté, en 2015, d'une toute nouvelle salle omnisport.

On prévoit tout prochainement la réhabilitation de l'ancienne décharge dite du "Mont d'Or", située entre l'avenue des Alliés et la rue d'Ormont. En raison d'incidences possibles sur l'environnement, la santé et la sécurité publique, elle a fait partie des anciens sites étudiés par la SPAQUE (Société Publique d'Aide à la Qualité de l'Environnement). Une étude a été commandée, il s'agit d'une première étape dans le processus de réhabilitation de ce site sensible.

Marquain.

Un chantier de rénovation de la cour de l'école devrait débuter bientôt. Les travaux consistent à apporter un "petit coup de frais" pour la cour de récréation par le renouvellement de l'infrastructure, la pose de nouvelles fondations et celle d'un revêtement hydrocarboné.

Templeuve.

Des rénovations sont également prévues pour l'école et des nouveaux logements seront construits par le Logis Tournaisien.

Thimougies.

L'ancienne maison communale, bâtiment emblématique de ce village situé en haut d'une colline va être aménagée. A proximité s'élèvera la "Maison du Village", outil nécessaire pour que continue à vivre son âme.

Le projet de reconstruction du vieux moulin n'est pas abandonné.

Vaulx.

Ce qui a le plus bouleversé le paysage de ce village depuis toujours dédié à l'extraction de la pierre est le projet d'amélioration du transport fluvial qui nécessite le développement du Port Autonome du Centre et de l'Ouest.

La phase I est terminée depuis le mois de mai 2014. Il a été aménagé des boxes de stockage, de manutention et d'accueil et une zone tampon pour la protection des riverains.

La phase II est en cours, il s'agit de la création d'une autre aire de stockage et de manutention réalisée dans le cadre de l'accueil de bateaux de classe Va (1.500 à 3.000 tonnes).

Le projet Vaulx I est destiné au transport des produits issus des carrières, à l'expédition  d'engrais, au transport de déchets non toxiques et non dangereux vers l'industrie du recyclage. Ce qu'on appelle le "vrac".

Le projet Vaulx II recevra des masses indivisibles : cuves, éléments d'éoliennes, palettes et conteneurs. Le premier projet devrait générer un trafic annuel de 300 à 500.000 tonnes de vrac. Le second projet concernera de 7.500 à 10.000 EVP (mesures de conteneur). Le tout doit permettre la création de plusieurs dizaines d'emplois directs et indirects.

S.T. janvier 2015

 

27/06/2013

Tournai : les festivités de juillet

En ce premier mois des vacances, les activités bien souvent sous chapiteaux vont nous emmener aux quatre coins de l'entité tournaisienne. De la musique, des concerts, des shows, des jeux et des barbecues...


Du vendredi 5 au Dimanche 7, Maulde, "Fête des jeunes" concert de la fanfare de Maulde, Musique 2000, Paul Severs et ses danseuses, soirée spéciale Années 80, randonnées 4x4, balades pédestres...

Du vendredi 5 au dimanche 7, Blandain-Hertain, "Gymkhana tracteurs", animations avec Jenny Johns Show, soirée techno...

Du vendredi 5 au dimanche 7, salle Chez Nous, "Saint-Martin en Fête", balade cyclo, animations diverses, repas...

Samedi 6 et dimanche 7, Warchin, salle de l'école, "Les Crazy Girls" et "le Marvis Star Show"

Dimanche 7, Tournai, le Vieux Marché aux Poteries prend "un air de Montmartre", peintres, dessinateurs, sculpteurs...

Du Vendredi 12 au dimanche 14, Melles, "week-end Mooky Toy's", trial 4x4, show transformiste, show Claude François avec Alain Dès, jeux inter-quartiers...

Dimanche 14, Mont Saint-Aubert, "Fête du pain", petits déjeuners, messe en picard, balades découvertes, concert, repas campagnard, animations diverses, bal populaire et feu d'artifice.

Dimanche 21, Grand'Place, à l'occasion de la Fête nationale, animations musicales, jeux pour enfants, orchestres, en vedette Herbert Léonard, à 23h feu d'artifice.

Dimanche 21 juillet, Blandain, "Grande Brocante" animations diverses, exposition autos-motos anciennes, bourse militaria, concert rock, balades en poneys...

Vendredi 26, Ere, "Soirée Conc'Ere" avec le groupe Goldmen (cover de Jean Jacques Goldman), Plastic Bertrand, la Bande à Basile.

A partir du 26 juillet " quai Andréï Sakharov, "Tournai la Plage", journées thématiques, festivités, jeux, soirées dansantes...

Du vendredi 26 au dimanche 28, Gaurain-Tamecroix, "Gaurain en Fête", randonnée moto, initiation à l'arbalète, tournoi de Badminton Beach, foire aux moules, foire aux steaks, The Crystal Show, Paul Severs et ses danseuses.

Samedi 27, Tournai, esplanade du Conseil de l'Europe, 17h, " Tournai Tempo Festival" avec Lilo, Wendy Nazaré, Quentin Mossiman et Pascal Obispo

Dimanche 28, Tournai, esplanade du Conseil de l'Europe, 17h,  "Tournai Tempo Festival", avec RMS, Abbey Road (cover des Beatles), Roger Hodgson (le chanteur de Supertramp). 


Pour les expositions, voir le programme paru dans l'article concernant les festivités de juin...

28/06/2012

Tournai : les festivités de juillet

Dimanche 1, Maulde, trial 4X4, 18h30, concert de Christian Vidal, 20h Mister Cover.

Dimanche 1, Blandain, Gymkhana Tracteurs, 17 h, spectacle d'humour et de cirque avec Francesco, 20h, concert d'Alain Delorme

Dimanche 1, 15h, "Tour insolite de la ville" organisé par les Guides de Tournai.

Dimanche 1, Tournai, Grand'Place, "Podium de Sud-Radio", animations, jeux, flashmob, diffusion de l'étape du Tour de France sur écran géant, 18 h : Silva, Thierry Dell et Jean Pierre Mader.

Lundi 2, Boulevard Bara, entre 16h30 et 17h30, arrivée de la 2e étape du Tour de France 

Lundi 2, Grand'Place, 18h, "Podium du Tour" avec Lou Deprijk, Grand Jojo et les Fritkots et Axelle Red

Dimanche 8, 10h, quai Donat Casterman, balade (gratuite) à bord du bâteau "La Tournaisienne" à destination de Valenciennes, à la découverte des paysages industriels et patimoniaux de l'Escaut. 

Dimanche 8, 15h, "A la découverte des quais rénovés" avec le petit train touristique. 

Dimanche 8, 15h, "Visite des galeries souterraines" par les Amis de la Citadelle

Du vendredi 13 au dimanche 22 juillet, semaine française.

Samedi 14, Gaurain : meeting d'été du Show Band Laurette.

Dimanche 15, Mont Saint-Aubert, "La Fête du Pain"

Dimanche 15, 15h, "A la découverte de l'Art Nouveau" par les Guides de Tournai.

Samedi 21, 12h30, départ de la 1ère étape du Tour de Wallonie cycliste (Tournai-Lessines)

Samedi 21, Grand'Place, Tournai Enchanté, "Podium des jeunes talents", Gad 80 et Lââm.

Samedi 21, Grand'Place, 23h, Feu d'artifice de la Fête Nationale

Samedi 21, Blandain, Fête Nationale, brocante, expo vieilles voitures, apéro concert avec "Combo Jazz", concert "Cova 10" (ska), "Mémorial Elvis Show" et feu d'artifice.

Dimanche 22, 15h, "A la découverte des aménagements du quartier cathédral".

Samedi 28, Esplanade du Conseil de l'Europe, dès 18h, "Tournai Tempo Festival" , Alexandre Deschamps, les Anges Gardiens, La Grande Sophie, Jean Louis Aubert

Dimanche 29, Esplanade du Conseil de l'Europe, dès 18h, "Tournai Tempo Festival", MathéO, Camping Sauvach, Gérald de Palmas, Thomas Dutronc.

Dimanche 29, Ere, "festivités organisées par les Gens d'Ere", Gad 80, Cover Queen, Grand Jojo et Bernard Minet

Les expositions :

L'exposition "101 chefs-d'oeuvre, de Manet à Dürer" qui se tient au Musée des Beaux-Arts est prolongée jusqu'au 30 septembre. 

Celles consacrées à "l'arrivée du Tour de France à Tournai en 1966" et au "Musée du Tour de France" sont accessibles à l'Hôtel de Ville jusqu'au 22 juillet. 

Programme susceptible d'ajouts ou de modifications


28/03/2012

Tournai : l'année 1911 sous la loupe (3)

En cette année 1911, une nouvelle affaire judiciaire va s'étaler tout le long du mois de mai dans les pages du "Courrier de l'Escaut", on l'appelle l'affaire du chantier de l'hôpital militaire. Celui-ci est en construction, il sera inauguré à la veille du premier conflit mondial et prendra, à la suite de ce dernier, le nom d'Hôpital militaire "Quartier Major Médecin De Bongnie".

Les uns après les autres, entrepreneurs, ouvriers, militaires ou civils chargés de la surveillance du chantier sont convoqués devant le tribunal suite à la découverte de malfaçons et de fraudes organisées à une vaste échelle. Voici une partie de ce qui a été relevé par les enquêteurs et qui motive que cette affaire soit portée à la connaissance de la justice :

"les couvertures de zinc devaient être faites suivant le système dit "Vieille-Montagne" qui a pour but de palier aux dilatations du métal alors que les zingueurs se sont simplement contentés de souder les zincs. Pour cinquante-deux fenêtres de la façade principale, le scellement des grilles a été effectué avec du ciment alors que le cahier des charges précisait qu'il devait être fait au plomb. Les hachelets étaient presque tous en pierre de Tournai au lieu de petit granit, pour leur scellement on a utilisé 8m3 de béton à la place des 60m3 repris sur le bordereau de livraison. Les appareils sanitaires placés étaient en fonte brute, alors que de la fonte émaillée avait été demandée. Les fenêtres à guillotine n'étaient pas du système Vinck comme stipulé au cahier des charges mais des contrefaçons grossières, les bois utilisés pour les charpentes étaient d'une qualité inférieure à celle exigée par l'architecte et portées au cahier des charges...etc..."

La liste des manquements est beaucoup trop longue à énumérer, la fraude porte sur de très nombreux postes du cahier des charges et concerne donc des montants importants. 

Des révélations faites par des ouvriers sont effarantes, ainsi on apprend, par exemple, qu'en brûlant des vieux papiers sans importance, certains carnets d'ordre et bordereaux de travaux avaient, malencontreusement, pu être jeté au feu. Entrepreneurs et ouvriers déclarent qu'ils n'ont fait qu'obéïr aux ordres du commandant H. représentant le maître d'oeuvre, c'est-à-dire le Ministère de la Défense Nationale.

On s'achemine vers la fin du procès, celle-ci est fixée au samedi 2 juin, lorsque la Défense Nationale décide in-extremis de se porter partie civile. Ce nouvel élément va interrompre le déroulement du procès. Quelques semaines plus tard, cette demande de constitution de partie civile est examinée et rejetée. Le procès est remis à une date ultérieure. La consultation minutieuse des journaux jusqu'à la fin du mois de décembre ne permet pas de déceler une reprise de celui-ci. L'affaire a-t-elle été étouffée vu l'ampleur qu'elle avait prise ? On le saura peut-être en consultant la presse de l'année suivante. 

Lors du dernier mois de l'année deux drames vont marquer l'actualité tournaisienne.

Le premier se déroule le jeudi 7 décembre à Blandain, petit village à proximité de la cité des cinq clochers. A quelques centaines de mètres de la gare se dresse le Couvent des Soeurs de la Visitation, ce bâtiment à vocation scolaire abrite près de deux cent pensionnaires et de nombreuses religieuses. Une remise mitoyenne sert à la préparation de l'acétylène destinée à l'éclairage de l'établissement. Durant le repas du soir, vers 7h1/4, la lumière se met à baisser dans les locaux. Les deux religieuses chargées de veiller au bon éclairage se rendent dans la réserve, munie d'une lanterne à flamme, car il fait déjà nuit noire à ce moment de la journée. Comme elles le font d'habitude, elles se gardent bien d'entrer dans le local avec une flamme et déposent la lanterne sur le rebord de la fenêtre, afin de pouvoir se diriger à l'intérieur. Cette fenêtre était-elle bien étanche, y-avait-il une fissure dans le châssis ? Dès qu'elles pénètrent, une terrible déflagration se fait entendre, les maisons du village sont ébranlées, des fenêtres sont pulvérisées à plusieurs centaines de mètres du lieu de l'explosion, des lampes sont soufflées dans des habitations situées de l'autre côté de la voie ferrée, la détonation est perçue dans le village voisin de Templeuve et des habitants de Pecq déclarent l'avoir entendue. Une des deux religieuses a été projetée à plus de vingt mètres de la remise dont il ne reste rien, elle a cessé de vivre, l'autre est très gravement brûlée et soignée par le Docteur Richard, le médecin du village accouru sur les lieux. Aucune autre personne se trouvant dans le bâtiment n'a été blessée mais toutes sont profondément choquées. 

Le second fait a pour cadre la rue Du Quesnoy à Tournai. Le mercredi 20 décembre, Marie H, une jeune femme de 25 ans se rend comme tous les jours à la même heure à son travail à la "Linière Tournaisienne". Elle est séparée de son mari, un certain Jules L., débardeur, un homme jaloux et violent. Elle ignore que celui-ci guette son passage et, vers 8h30, elle est assaillie par l'homme qui lui donne un premier coup de couteau et, alors qu'elle tombe, il parvient encore à lui asséner sept autres coups. Des ouvriers alertés par des cris accourent et voient l'homme ramassé le parapluie de son épouse et replier son couteau avant de leur dire, cyniquement : "maintenant, je suis content, j'ai accompli mon idée". Sur ces mots, il se dirigea vers la rue de Pont. La police arrivée sur place se mit à sa poursuite. Rattrapé, il fut conduit au commissariat de police où il ne montra aucun regret pour l'acte commis. La jeune femme fut soignée sur place par le Docteur Plancquaert avant d'être transférée à l'hôpital civil dans une voiture-hamac (expression utilisée à l'époque pour désigner une ambulance). Elle se remettra de ses blessures, les coups de couteau ayant été donnés dans les omoplates, aucune partie vitale n'a été touchée.

Je vous rappelle que notre rétrospective est consacrée à ce qu'on nomme la "Belle Epoque", nos contemporains pensent que tout allait mieux jadis !

(sources : "le Courrier de l'Escaut de l'année 1910").  

 


18/07/2007

Tournai et ses villages : Blandain (2)

Nous avons vu hier que Saint Eleuthère, premier évêque de Tournai, demeura à Blandain, quoi de plus naturel que l'église du village lui soit donc dédicacée. Situé sur la place, l'édifice est en briques et pierre de Tournai, construit durant le dernier tiers du XVIIIème siècle. Il est constitué en façade, d'une tour carrée, décentrée au N-O, d'une nef à cinq travées et collatéraux sous un toit unique, d'un choeur à chevet semi-hexagonal et d'une sacristie au Sud. On peut y découvrir le monument funéraire de Saint Eleuthère, le saint est représenté en gisant.

Au centre du village, les rues Edmond Richard et Oscar Roger rappellent des blandinois qui sont restés dans la mémoire collective.

Edmond Richard était né à Jollain en 1868, diplômé de l'université catholique de Louvain, le jeune médecin installa son cabinet à Blandain, sa renommée sera telle qu'il visitera sa patientèle non seulement à Blandain mais aussi dans les villages environnants et même au-delà de la frontière, il s'y déplaçait tout d'abord en vélo et par la suite en voiture tirée par un cheval. Généraliste, il était à la disposition de ses malades, chaque jour de la semaine. Célibataire, il vivait de façon très modeste, prodiguant des soins aux pauvres. Très apprécié de la population, il fut bourgmestre de 1913 à 1940. A sa mort en 1943, les habitants décidèrent de se cotiser et après la guerre, on éleva un monument sur la place de la gare et on donna son nom à une rue du village.

Oscar Roger est né à Blandain en 1854, fils de fermier (ses parents exploitaient la ferme de l'Evêque), il fit ses études à l'Athénée Royal de Tournai et partit ensuite en Angleterre et en Allemagne pour apprendre les langues. Attiré par l'aventure, il visita le Gabon, le Maroc et participa à la 3ème expédition belge en Afrique Centrale. En 1881, une expédition l'emmène à l'embouchure du fleuve Congo où il rencontre l'explorateur Stanley. En 1888, après une expédition avec ce même Stanley, il devient administrateur de l'Agriculture de la province de Boma. En 1889, au décès de son père, il revient pour reprendre les activités de la ferme familiale mais, après avoir cédée celle-ci à son beau-frère, repart pour la Tunisie. Il est mort à Toulouse en 1907. En 1958, la rue des Ecoles cèdera son nom à la rue Oscar Roger.

Evoquons aussi Honoré Carette (1815-1894) diplômé, en 1834, de la première promotion de l'Ecole Royale Militaire, il gravit tous les échelons de la hiérarchie pour devenir Lieutenant Général en 1877. Il est l'auteur d'un "Manuel de l'artificier de génie".

Louis Delecoeuillerie (1867-1931), fils de cultivateurs du Ruage, se spécialisa dans l'horticulture. En 1907, il réalisa le jardin d'hiver du château de Mariemont. Il permit aux habitants de son quartier d'obtenir l'électricité (alors qu'ailleurs on utilisait encore la lampe à pétrole) grâce à une machine à vapeur de son invention. Il remporta des prix et médailles aux expositions horticoles de Bruxelles, Liège, Lille et Paris et participa aux Floralies Gantoise. Son entreprise procurait de l'emploi à une trentaine de personnes. Il décéda alors qu'il venait d'achever sa nouvelle usine au hameau du Touquet. L'entreprise cessa ses activités à l'aube du second conflit mondial.

Jean François Fournier (1876-1967), cultivateur de tabac, crée sa propre entreprise qui deviendra par la suite la Manufacture de tabac Fournier-Delcroix (du nom de son épouse). Entreprise très connue dans une région frontalière où le tabac était fort recherché. L'entreprise cessa ses activités en 1974.

Blandain est aussi un village festif avec ses six heures cyclistes, son gymkhana tracteurs, son cortège. Le 15 août, le pélérinage marial à la grotte d'Honnevain, réplique de la grotte de Lourdes implantée au milieu des champs, attire un très grand nombre de fidèles venus de Belgique et de France.

(sources : "Biographies Tournaisiennes" de Gaston Lefebvre, "répertoire des sanctuaires de Belgique" et recherches personnelles).

08:23 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : blandain, edmond richard, oscar roger |

17/07/2007

Tournai et ses villages : Blandain

A l'inverse d'Hertain que nous avons visité hier, Blandain avec ses 1130 hectares et ses 2.300 habitants est parmi les plus importants villages que compte Tournai. Ses autres voisins sont Templeuve, Froyennes, Marquain. La partie sud du village est frontalière. Blandain présente la particularité d'être composé d'une douzaine de hameaux : Trèquière, Le Cornet, Le Molinel, le Poteau, les Petits et Grands Empires, Quenoque, Honnevain, Ruage, Fourcroix, Houilly et Touquet.

Les fouilles entreprises dans le village ont permis de mettre à jour de nombreux objets datant de l'époque romaine. Il faut dire que le village fut traversé par la chaussée Tournai-Thérouanne. Au IVème siècle y vécut Eleuthère qui deviendra le premier Evêque de Tournai. A ce titre les Blandinois obtinrent le privilège de porter, chaque année lors de la Grande Procession de Tournai, la chasse de Saint Eleuthère, dans laquelle, l'évêque Gautier de Marvis avait déposé, en 1247, les reliques du saint évêque. Ce reliquaire, conservé en la cathédrale de Tournai, est considéré comme un des chefs-d'oeuvre de l'orfévrerie du moyen-âge. Plus tard, le village eut comme seigneur le chapitre Notre-Dame de Tournai, ce dernier en avait reçu l'autel de Simon de Vermandois en 1129. Sous l'Ancien Régime, le territoire de Blandain se partageait entre le Tournaisis, la chatellenie de Lille et des terres franches dites "les Francs Empires". Après avoir appartenues à Louis XIV, les terres furent cédées par Louis XV à l'Impératrice d'Autriche Marie-Thérèse par la Convention des Limites en 1769 et finalement rattachées au Tournaisis en 1779.

Le village possédait d'importantes fermes : ferme du Marais, des Chartreux, du Marly ou du Lucq. L'une d'elles, la ferme de l'Evêque était la propriété de l'évêché de Tournai. Si comme ses voisins, Blandain est essentiellement tourné vers l'agriculture, on y note, par le passé, la présence d'une tannerie, d'une fabrique de tabac, et actuellement d'une imprimerie. Blandain partage avec Marquain et Orcq le parc d'activités économiques de Tournai Ouest. Créé, voici une trentaine d'années, il est en extension constante grâce à sa situation géographique (proximité des autoroutes A8 Bruxelles-Lille-Paris ou Dunquerke et A17 Tournai-Courtrai-Bruges) mais aussi parce que de nombreux investisseurs du Nord du pays ne trouvent plus dans leur région des terrains industriels disponibles. Tout cela ne fait pas le bonheur des habitants de Blandain et le projet d'extension de plusieurs hectares décidé en 2007 a provoqué une levée de boucliers. Dans ce conflit d'intérêts, on assiste à un affrontement entre la population jouant le rôle de David contre le géant Goliath symbolisé par la toute puissante société de développement économique Ideta. Les uns, au nom de la qualité de vie, souhaitent conserver des terres agricoles et un lieu bucolique, les autres au nom du développement économique veulent y construire toujours plus d'entreprises afin de donner de l'emploi à une région qui en manque cruellement. L'issue du combat ne fait aucun doute, toutefois, on est en droit de se poser la question de savoir si le parc industriel apporte les emplois attendus à Tournai quand on y voit le nombre de véhicules immatriculés en France sur les parkings des entreprises déjà installées et si la ville de Tournai récolte réellement les fruits de ces investissements consentis contre la perte de terres agricoles quand on voit que certains halls très imposants en surface fonctionnent avec un minimum de personnel.

Quand on visite une région, il y a lieu également de s'intéresser aux réalités économiques du lieu car prospérité ou chômage, richesse ou pauvreté, marquent toujours d'un empreinte indélébile sa population.

(sources : "Tournai vers le futur" édité par l'ASBL Tourisme et Culture et recherches personnelles).

09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zoning de tournai ouest, blandain, saint eleuthere, ideta |