08/03/2008

Tournai : Dany Boon, tournaisien d'adoption !

Si une personne en France ou en Belgique n'a pas encore entendu parler de Dany Boon et de son compère Kad Merad, c'est qu'elle ne regarde pas la télévision, n'écoute pas la radio, ne lit pas la presse, ne participe pas aux conversations en rue ou dans les grandes surfaces, en un mot, c'est qu'elle vit avec pratiquement un siècle de retard, "infermée dins s'baraque". Le film "Bienvenue chez les Ct'his" est en train de faire un malheur au box office en France où il vient de dépasser, en à peine deux semaines, cinq millions de spectateurs du Nord au Sud de l'Hexagone. Sorti à Tournai le 27 février (il y a à peine 10 jours), il provoque un engouement pratiquement jamais observé dans une salle de cinéma de la ville aux cinq clochers. Le complexe "Imagix" l'avait programmé dans deux salles simultanément. Après quatre jours, une copie supplémentaire reçue d'un distributeur, étonné mais ravi par les chiffres de fréquentation, a permis de le projeter dans trois salles et ce week-end, cinq des douze salles du complexe programment le film de Dany Boon. Sur la chaîne de télévision locale "No Télé", Peter Carpentier annonçait 18.000 entrées enregistrées avant la soirée de ce vendredi. Pour le week-end précédent, si on additionne les spectateurs des complexes Imagix de Mons et de Tournai, c'est 30% de la recette nationale des entrées dans des salles cinématographiques qui ont été réalisés. Sans potion magique, le film de Dany Boon a balayé "Astérix aux Jeux Olympique", sans l'aide de la sorcellerie, il a largement dépassé le succès d'Harry Potter, sans faire appel aux effets spéciaux, il a minimisé le triomphe de la "Guerre des Etoiles". Atteindra-t-il le niveau de la "Grande Vadrouille" ?

Ce succès trouve son origine non seulement au niveau régional (le patois tournaisien est un patois picard très proche du ch'ti) mais aussi par l'arrivée massive de spectateurs français qui ne peuvent visionner le film à Lille, Roubaix ou Tourcoing où les salles sont "sold-out" pour de nombreux jours. On annonçait même dans la presse locale que des firmes de cars mettaient sur pied des voyages à Tournai et à Mons pour les habitants du Nord et du Pas de Calais !

Tournai est une ville que Dany Boon connaît bien, il y a passé une partie de sa jeunesse lorsqu'il était étudiant à Saint Luc à Ramegnies-Chin. Lors de ses passages avec son spectacle à la Maison de la Culture, il ne manque jamais de retrouver les copains de l'époque, les professeurs qui lui donnèrent cours, les patrons de bistrots qui l'accueillirent alors en ignorant qu'il deviendrait un jour une vedette prisée du show-biz. A Tournai, une ombre a pourtant terni le succès de Dany Boon, son copain, Jacques Willaumez qu'il avait retrouvé avec plaisir lors de sa venue en vedette du "Festival des Imitateurs", est décédé, juste au moment de la sortie du film. "Piou-Piou" n'est plus, mais de là-haut, il doit certainement voir les files de spectateurs qui entrent dans le complexe du boulevard Delwart et cela doit lui faire énormément plaisir, car il appréciait beaucoup le petit étudiant Ch'ti qui venait au "Relais du Miroir", au pied de l'église Saint Jacques, déguster les spaghetti "Pioupiou" accompagnés d'une bonne bière belge ! On ignore qu'un des premiers plateaux de télévision de Dany Boon fut celui de No Télé, cette archive a d'ailleurs été diffusée à la télévision française ! Le 15 avril 2008, le film a battu le record en Belgique avec 885.000 entrées, dépassant "Astérix : Mission Cléopâtre". Il tient l'affiche depuis le 27 février à Tournai où, fait très rare, il a été projeté dans plusieurs salles en même temps, il a dépassé en France le nombre des entrées enregistrées pour la Grande Vadrouille (17.242.000 en 1966). La vague du succès l'amènera-t-elle à Couler le "Titanic" ?