27/07/2008

Tournai : l'année 1968 sous la loupe (2)

Si la ville de Tournai fut l'objet de nombreuses rénovations, la vie culturelle, très riche en cette année 1968, connut aussi des points d'orgue. Le lundi 12 février, le ballet russe Irena Grjebina donne une réprésentation en la Halle-aux-Draps. Cet ensemble est composé de 40 danseurs, chanteurs, musiciens d'instruments populaires russes. Afin de se rendre compte du coût de la vie, il y a un peu plus de 40 ans, relevons que le prix des places était compris entre 50 Fb (1,24 Euros) et 150 Fb (3,72 Euros). La musique classique connaît également son premier grand évènement, le samedi 24 février, le "Mozartoper" de Salzbourg, accompagné de l'Orchestre et des Choeurs de Vienne sous la direction de Rolf Maedel, interprètent "Don Juan" de Mozart avec Jan Stroobants dans le rôle principal.

Le lundi 4 mars, la scène du cinéma Scala (dont on avait annoncé, un peu trop tôt, la fermeture l'année précédente) accueille un couple de jeunes humoristes qui vient de triompher, durant quatre mois, à la Comédie des Champs Elysées à Paris. Guy Bedos et Sophie Daumier présentent " Tête bêche", 25 sketches, 5 chansons et deux heures de fête pour les spectateurs qui leur ont réservé un chaleureux accueil. Le vendredi 15 mars, une figure vivante de la danse espagnole, le "Flamenco", José de la Véga, danse au profit de la Pouponnière du Tournaisis. L'Espagne reste d'ailleurs bien présente à Tournai, en cette année 1968, puisque le dimanche 19 mai, dans une arène de 5.000 places dressée sur la Plaine des Manoeuvres, l'Association des Commerçants et l'Administration Communale organise un "gala tauromachique". Celui-ci n'enthousiasmera pourtant pas les spectateurs qui y assistèrent.

Le vendredi 16 septembre, sous un chapiteau de 2.000 places totalement rempli, érigé dans la cour d'Honneur de l'Hôtel de Ville, Fernand Reynaud, présente son "one man show", devant un public conquis, tandis que le 8 octobre, Annie Cordy et Darry Cowl sont les vedettes de la pièce "Pic et Pioche" en la salle de la Scala. Le lundi 28 septembre, en la cathédrale, un millier de spectateurs acclament pendant plus de 5 minutes, Meredith Davies qui vient de diriger 300 exécutants dans le "War Requiem" de Benjamin Britten.

Dans un tout autre registre, les "Compagnons de la Chanson" reviennent à Tournai, le 21 octobre, donner un récital dans une salle de la Scala comble. Une brillante exposition ouvre ses portes, pour plusieurs semaines, le 12 octobre 1968, la cathédrale accueille "la Tapisserie Tournaisienne du XVIe siècle". Et les spectacles se succèdent, les mélomanes et les amateurs de théâtre ont peut-être un peu de mal à suivre, le 23 octobre, c'est le flutiste Jean Pierre Rampal qui donne un concert dans le cadre du Festival Musical international du Hainaut et pour la clôture de celui-ci, le 13 novembre, le pianiste américain "Byron Janis", emporte les faveurs du public tournaisien, deux semaines après avoir conquis celui de Paris dans des oeuvres de Haëndel, Schumann, Chopin et Prokofiev. ... Entretemps, le 3 novembre, Guy Béart s'est produit en la Halle-aux Draps.

L'année se clôture par deux autres rendez-vous, le jeudi 21 novembre, à la Scala, Colette Renard et Frank Fernandel sont les vedettes de la comédie musicale d'Alexandre Briffet, sur un livret de Marguerite Monot, "Irma la Douce" et le samedi 7 décembre, dans une Halle-aux-Draps, archi-comble, Luis Mariano et les ballets madrilènes "Los Madrillenos" triomphent dant l'opérette de Francis Lopez, "le Chanteur de Mexico". En cette année 1968, un théâtre trop vite disparu attire les jeunes dans sa demeure de 1678, située au 29 de la rue Marvis, le "Thernésium" présente de la musique ou des pièces d'avant-garde, de la musique traditionnelle indienne, une nouvelle culture musicale et théâtrale ! Dans le prochain article, nous évoquerons les évènements sportifs qui marquèrent cette année 1968 à Tournai.