22/07/2015

Tournai : les évènements sur la ligne du temps (4)

Les XIe et XIIe siècles.

En l'an 1010 : venue à Tournai de Baudouin le Barbu, comte de Flandre (celui-ci est appelé Baudouin à la belle Barbe par Chotin).

Vers l'an 1020 : Guéric le Sor, qui s'est emparé des châtellenies de Leuze, d'Escanaffles, Condé... fait valoir à main armée ses droits sur le quartier Saint-Brice.

En l'an 1023 : assemblée à Tournai à laquelle participe Baudouin le Barbu, le duc Gothelon, les évêques de Cambrai, de Liège et de Tournai-Noyon.

En l'an 1054 : les troupes d'Henri III assiègent la ville et établissent leur camp à proximité de l'église Saint-Brice.

En l'an 1064 : translation de Blandain à Tournai du corps de saint Eleuthère, celui-ci devient le patron de la cité à la place de saint Nicaise.

En l'an 1090 : depuis quelques années, la peste ravage la région, elle y fait des milliers de morts, en fait, il semble qu'il faille parler plutôt de la "maladie de l'ergot du seigle". Le 14 septembre, jour de l'Exaltation de la Sainte-Croix, l'évêque Radbod II ordonne qu'une procession fasse le tour de la ville. Rapidement le fléau va disparaître, c'est l'origine de la grande procession de Tournai qui est encore organisée le deuxième dimanche de septembre.

En l'an 1092 : refondation (la première datant des XIe et XIIe siècles ayant été abandonnée) de l'abbaye de Saint-Martin par Odon l'écolâtre.

En l'an 1099 : deux Tournaisiens qui ont pris part à la première croisade de Godefroid de Bouillon entrent les premiers dans Jérusalem : on les connaît sous les noms de Lethalde et Engelbert. "Y entrèrent deux chevaliers qui estoient fors et frères. L'un avait nom Lutole, li autres Gilibers. Nés estoient de Tournai" (traduction de Guillaume le Tyr reprise par Chotin).

En l'an 1101 : Robert, comte de Flandre, s'empare de Tournai.

En l'an 1125 : fondation de l'abbaye de Saint-Nicolas des Prés.

En l'an 1140 :  début de la construction de la cathédrale Notre-Dame. Il est à noter que Paul Rolland situe la construction de la nef entre 1110 et 1140 et du transept et du chœur de 1146 à 1171. Tous les historiens sont unanimes pour désigner la date du 9 mai 1171 pour sa consécration. A cette époque, l'édifice est totalement de style roman.

En l'an 1146 : séparation des évêchés de Noyon et de Tournai.

En l'an 1147, de nombreux Tournaisiens participent à la seconde croisade en suivant leur châtelain Evrard II. Un des aumôniers est l'abbé de Saint-Martin, Hérinam, le chroniqueur qui disparut au cours de celle-ci.

En l'an 1153 : construction de la chapelle Saint-Lazare qui reste actuellement le seul vestige de la léproserie du Val d'Orcq. Apparition également, en cette année, des treize premiers jurés dont d'entre eux portent le titre de "prévôt". Ces derniers président les assemblées et exécutent les décisions prises par celles-ci.

En l'an 1187 : bien que la cité fut intégrée au comté de Flandre, Tournai jouit d'une certaine indépendance vis-à-vis de celui-ci et se rapproche de plus en plus de la couronne de France.

En l'an 1188 : début de la construction du beffroi suite au droit de cloche accordé aux Tournaisiens par le roi de France Philippe-Auguste.

En l'an 1197 : la ville résiste à une tentative de reprise par les troupes du comte de Flandre.

En l'an 1198 : l'évêque Etienne fait construire une chapelle épiscopale qui relie le palais à la cathédrale, elle surmonte la "fausse porte" comme les Tournaisiens surnomment encore l'ouverture qui se trouve en-dessous.

(à suivre)

S.T. Juillet 2015.