04/04/2012

Tournai : l'année 1912 sous la loupe (1)

En cette année 1912, les évènements semblent se bousculer dans les médias.

L'actualité internationale est principalement centrée sur la région des Balkans. Le 13 mars, la Bulgarie et la Serbie signent un traité d'alliance et forment la "Ligue balkanique" que rejoignent la Grèce et le Monténégro.  Le 17 octobre, les gros titres de la presse sont consacrés à la déclaration de guerre dans les Balkans, les quatre pays de la ligue s'opposent à l'empire ottoman au sujet de la possession de la Macédoine. Le 16 décembre, à la demande de l'empire ottoman, une conférence internationale s'ouvre à Londres, les Turcs abandonnent leurs prétentions sur la Macédoine et acceptent l'indépendance de l'Albanie. Le 18 octobre, l'empire ottoman avait déjà signé le traité d'Ouchy mettant fin à la guerre qui l'opposait à l'Italie, celle-ci obtenant les deux régions convoitées, la Cyrénaïque et la Tripolitaine. Une des plus grandes catastrophes maritimes se déroule la nuit du 14 au 15 avril, au large de Terre-Neuve, le transatlantique "Titanic" heurte un iceberg et coule, il y aura plus de 1.500 victimes. Cette tragédie fera la "une" de la presse durant près de deux semaines.

L'actualité nationale est dominée par deux évènements qui semblent passer inaperçus mais dont on mesurera l'importance bien plus tard et encore maintenant. Tous les deux se situent en août. Le Wallon Jules Destrée professe des idées séparatistes inspirées par la question de la séparation administrative de la Flandre et de la Wallonie. A l'issue d'un congrès wallon qui se tient le 15 août, il adresse une lettre au roi Albert I dans laquelle apparaît une phrase : "Sire, il n'y a plus de Belges...". Le 27 août, lors du congrès général flamand organisé à Anvers, une très nette division apparaît entre les tenants d'une Belgique unie et ceux qui revendiquent une séparation administrative du pays. C'est donc bien avant la première guerre mondiale que sont apparus les premiers problèmes communautaires qui empoisonnent les relations dans ce pays. Au nom de quel idéal, quelques extrémistes ont-ils ainsi semé les graines de la division. 

Dans l'actualité locale, c'est la parution de statistiques qui retient l'attention. Au 31 décembre 1911, la population tournaisienne s'élève à 37.198 habitants, 17.562 de sexe masculin et 19.636 de sexe féminin. C'est 206 habitants de plus que lors du recensement de l'année précédente. Le solde est obtenu non seulement par la différence entre les naissances et les décès mais également en tenant compte également de ce qu'on appelle le "flux migratoire". Ainsi durant l'année 1911, pas moins de 1.913 personnes sont arrivées dans la cité des cinq clochers et ont été inscrites dans le registre de la population (1552 en provenance d'une autre commune du pays et 361 venant de l'étranger) tandis que 1.727 personnes ont quitté définitivement la ville (1.419 pour une autre commune du pays et 308 pour vivre à l'étranger) et ont été rayées de ce même registre communal. On a enregistré 623 naissances (320 garçons et 303 filles) et 682 décès (373 hommes et 309 femmes). Il s'agit de 44 décès de plus qu'au cours de l'année 1910. L'étude concernant les mariages est très poussée, on constate ainsi qu'il y a eu 285 unions célébrées par l'échevin de l'Etat-Civil, 257 entre garçon et fille, 9 entre un garçon et veuve, 13 entre fille et veuf, 6 entre veuf et veuve. C'est 35 mariages de moins que l'année précédente. 

Les statistiques du Bureau de Bienfaisance sont révélateurs de la misère qui règne à cette époque. La somme globale des secours alloués par celui-ci s'élève à 105.677,18 francs. 619 familles représentant 1.281 personnes ont été aidées de façon permanente (60.829,06 francs), 1001 familles pour un total de 4.544 personnes ont été aidées transitoirement. On constate donc que 1.620 familles tournaisiennes (5.825 personnes) connaissaient d'importantes difficultés financières soit environ 16% de la population. Le Bureau de Bienfaisance a consacré une somme de 11.047,86 francs pour l'entretien d'enfants appartenant à des parents incapables de les élever. 

On apprend également que la gare de Tournai a délivré 449.346 billets, abonnements et tickets de quai pour des personnes en partance de Tournai vers une autre destination et a recueilli 1.289.902 tickets de voyageurs arrivant en gare. 

Ces chiffres vous donnent probablement le tournis, un autre qui a du être pris de vertige est ce Tournaisien qui lors du tirage du 1er mai de la loterie de l'Exposition de Charleroi a remporté le gros lot, soit la somme colossale de 380.000 francs de l'époque. Pour vous donner une idée de l'ampleur du gain, il vous suffit de comparer celui-ci aux dépenses du Bureau de Bienfaisance publiés plus haut et de savoir également qu'une ferme avec corps de logis, grange, écurie, étables, dépendances diverses, jardin potager et 4 hectares de vergers et de terres labourables a été vendue, à Hacquegnies, pour le prix de 12.000 francs et qu'une maison à usage de café situé au Vieux Chemin d'Ath à Warchin a été adjugée en vente publique à 5.000 francs. (a suivre)

09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, population, statistiques, titanic, balkans |