28/02/2012

Tournai : l'année 1908 sous la loupe (1)

L'actualité internationale est bien calme en cette année 1908, un évènement devrait pourtant attirer l'attention des observateurs, le 5 octobre, avec l'accord de la Russie, l'empereur François Joseph proclame l'annexion de la Bosnie et de l'Herzégovine par l'Autriche, le soutien à celle-ci sera assuré par l'Allemagne, le 8 décembre. En ce même mois d'octobre, Henri Ford présente aux Etats-Unis, la voiture qui deviendra célèbre, la Ford Modèle T. Le 27 avril s'ouvre à Salzbourg le premier Congrés international de psychanalyse auquel participent Sigmund Freud et Carl Gustav Jung. 

L'actualité nationale est dominée par l'annexion du Congo par la Belgique, proclamée le 20 août. Jusqu'alors ce territoire, vaste comme quatre-vingt fois la Belgique, était la propriété personnelle du roi Léopold II. Depuis quelques temps, de nombreux rapports nationaux et internationaux avaient fortement critiqué la façon dont été dirigée cette région d'Afrique. La Chambre a voté successivement le Traité de cession, l'Acte additionnel et la Charte coloniale. Dans la foulée, le 29 octobre, est créé le ministère des Colonies.

L'actualité locale est toujours dominée par les suites des élections communales du 20 octobre 1907. Le bourgmestre Carbonnelle avait admis la défaite et envoyé sa démission au roi, deux jours après le scrutin mais les vaincus ne l'entendaient pas de la même oreille, ils déposèrent un recours en annulation auprès de la Députation provinciale où siégeaient une majorité des leurs. Le 1er févreir, la Députation permanente du Hainaut invalide les élections, les Tournaisiens devront retourner aux urnes en mai mais, le 3 mars, coup de théâtre, le gouvernement annule l'arrêté de la dite députation et valide le résultat des urnes. Le même jour, le sénateur Alphonse Stiénon du Pré (parti Catholique) est nommé bourgmestre de Tournai. 

Le nouveau mayeur est né à Thieusies, entre Soignies et Mons, en 1853. Installé à Tournai, il entre au conseil communale en septembre 1896. En devenant bourgmestre, il met fin à quarante années de règne des libéraux. Il a déjà été député de l'arrondissement entre 1898 et 1900 et sera sénateur de 1900 à 1918. On le connaît comme le Président de la Société de Musique qui organise, chaque année, de prestigieux concerts dans la cité des cinq clochers. Il est à l'origine de la venue de César Franck le 27 avril 1890. Le 22 mai 1908, le roi lui accorde le titre de baron. 

La séance d'installation du nouveau Conseil communale a lieu le 13 mars, la police entoure l'Hôtel de Ville et canalise la foule de curieux venus pour assister aux débats. Une centaine d'entre-eux seront admis dans la salle à 8h00. Loin de calmer les esprits, les échanges d'articles souvent à la limite de la correction vont encore fleurir, durant des mois, dans les colonnes du Courrier de l'Escaut et de l'Avenir. Un journaliste de cet organe de presse proche du parti libéral (et c'est un euphémisme) va jusqu'à s'en prendre au dénommé Nutte, trésorier indélicat du Bureau de Bienfaisance, pourtant issu du parti Libéral en sous-entendant que cet homme peu scrupuleux avait fait le jeu des Catholiques par sa fuite, trois jours à peine avant le scrutin. 

En juin, le Bureau de Bienfaisance est autorisé à construire au quai Taille-Pierre, un établissement de bains pour indigents. Le coût des travaux s'élève à 65.000 francs, subsidié à concurrence de 20% par la province du Hainaut, le gouvernement belge prenant à sa charge une autre tranche de 20%, le solde, soit 39.000 francs, sera payé par le Bureau de Bienfaisance. Le projet prévoit des salles de bain séparées pour les hommes et les femmes par le local réservé à la préparation et au chauffage de l'eau. La salle des hommes compte 26 cabines de douches et 2 avec baignoire, la salle des femmes compte 15 cabines avec douches et 4 avec baignoire. Les locaux seront chauffés par la vapeur à basse pression. (à suivre)