09/09/2009

Tournai : la tapisserie de Saint-Feuillien du Roeulx (2)

Nous poursuivons la découverte de la tapisserie "dite de Saint-Feuillien du Roeulx" faisant partie du Trésor de la cathédrale Notre-Dame de Tournai. Les dimensions de celle-ci sont de 220 cm de haut et 257 cm de large, elle est constituée d'une chaîne en laine et sa trame est en laine et soie. Elle représente la translation d'une châsse reliquaire en une procession partant d'un édifice religieux situé à la droite de la scène vers un autre situé à la gauche. La procession est constituée de moines de différents ordres monastiques. Devant la châsse, on distingue des moines en vêtements blancs, l'un d'eux porte le regard vers deux mendiants agenouillés, ayant déposé sur le sol bâton et écuelle, à leur tenue vestimentaire, on peut dire que les religieux appartiennent probablement à l'ordre des prémontrés. La châsse, ornée de pierreries, repose sur les épaules de religieux portant des chapes richement brodées, trois abbès suivent, ils sont reconnaissables à la mitre et à la crosse abbatiale.

Les reliques contenues dans la châsse sont-elles celles de Saint Siard, moine hollandais, décédé le 14 novembre 1230, 5e abbé de l'abbaye de "Mariengaard" en Frise, monastère fondé par Saint Frédérik Feikone, maître d'école, puis curé à Hallum, monastère dénommé en Français, "Jardin de Marie", qu'il rattache à l'ordre Prémontré via l'abbaye de Steinfeld ? On ne peut le déterminer avec précision, tout au plus l'histoire nous a appris que les reliques de cette abbaye, suite au pillage intervenu lors des guerres de religion du XVIe siècle, furent d'abord transférées à Hidelsheim et ensuite à Cologne avant d'être confiées en 1617 à l'abbaye du Roeulx et à celle de Tongerlo où elles sont encore vénérées. Il est également difficile d'identifier les deux édifices religieux, de dater exactement la translation, plusieurs hypothèses ont été émises à ce sujet, tout au plus peut-on constater que les costumes sont de style Louis XIII et que la période concernée se situe probablement au début du XVIIe siècle.

Au début des années 2000, un examen attentif de la tapisserie fit apparaître son état très moyen de conservation, les "Amis de la Cathédrale" décidèrent alors d'un travail de conservation, de consolidation et elle fut donc confiée à l'atelier de restauration du Centre de la Tapisserie de Tournai. Un long travail fut alors entrepris, il a fallu, en effet, découdre la doublure délicatement pour ne pas abîmer l'originale, dépoussiérer minutieusement les deux faces, humidifier légèrement par tamponnement d'éponges imprégnées d'eau déminéralisée, additionnée d'un détergent neutre afin d'assouplir les fibres et redonner des couleurs, il a été nécessaire de retendre les chaînes en la clouant légèrement humide sur un panneau en bois, des pièces de lin ont été fixées à l'arrière afin de consolider les endroits les plus faibles. Le 18 septembre 2006, les membres de l'association furent conviés à découvrir la tapisserie revenue des ateliers. A cette occasion, Mme Béatrice Pennant, historienne de l'art, fit part des premiers résultats de ses recherches concernant cette oeuvre. Cette tapisserie est à découvrir lors d'une visite au Trésor de la cathédrale Notre-Dame, pourquoi pas durant ce week-end où sortira la Procession historique de Tournai ?

(sources : article réalisé sur base du dossier paru dans le numéro 2 du bulletin d'information des Amis de la Cathédrale de Tournai et également à partir de l'histoire des Prémontrés parue dans la publication consacrée à l'Abbaye de Leffe, plaquette éditée à l'occasion du 850e anniversaire de la fondation de l'abbaye).

09:22 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cathedrale notre-dame, tournai, béatrice pennant |