24/03/2011

Tournai : destins différents (2)

Contrairement aux églises de Sainte-Marie-Madeleine et de Saint-Nicolas, l'église des Pères Rédemptoristes (photo 29 de la colonne de gauche) a été récemment désaffectée. C'est à la fin du XXe siècle que les quelques pères âgés qui occupaient encore le couvent, devenu trop grand pour eux, décidèrent de l'abandonner pour se retirer dans un immeuble plus petit situé, à l'arrière, dans l'impasse de la rue du Cygne.

Le couvent trouva rapidement acquéreur en la personne d'un promoteur immobilier. Reconstruit au début des années cinquante, il ne nécessita qu'une modernisation pour le transformer en appartements confortables ayant vue sur l'Escaut ou sur le jardin intérieur, oasis de quiétude au centre de la ville. A la fin des travaux, deux années à peine après le départ des occupants précédents, tous les logements avaient trouvé propriétaires.

L'église quant à elle vit sa façade rénovée par une firme locale spécialisée, dans le cadre de la première phase des travaux des quais de la rive droite. Ses pierres nettoyées, ses ouvertures éclairées par des spots lui donnèrent un aspect flambant neuf s'harmonisant parfaitement aux petites maisons de style Louis XIV qu'elle avoisinait. 

Le portail avait été condamné par un cadenas et, c'est heureux, car mieux vaut ne pas montrer l'intérieur. Travaillant sur le quai, en face à celle-ci, j'ai vu arriver, au cours d'une journée de l'année 2001, un camion qui a déchargé un mini-bull. Au moyen de planches, on fit escalader par celui-ci les marches de pierre bleue. On devait apprendre par la suite qu'il s'agissait d'antiquaires hollandais agissant pour le compte du marché probablement américain. Ces rustres la dépouillèrent totalement de tout ce qui pouvait avoir une valeur sur le marché de l'Art de façon proprement scandaleuse, ne s'embarrassant pas de fioritures, arrachant le maître-autel, les confessionnaux, les bénitiers et les boiseries, transportant le tout dans le camion, emportant les oeuvres qui s'y trouvaient encore dans un nuage de poussière. Ceux qui avaient commandité un tel travail ne s'attendaient probablement pas à un tel pillage, à une telle mise à sac ! Après leur passage, les témoins qui purent admirer leur "travail" pensèrent se trouver dans un édifice ayant subi un bombardement ou un tremblement de terre. Des briques s'entassaient sur le sol, là où se trouvait l'autel, le plafonnage des murs avait été arraché laissant apercevoir par endroit les briques, la poussière résultant de leurs méfaits s'était déposée un peu partout.

Un premier projet a vu le jour, à la fin de l'année 2002, on songeait à transformer la partie inférieure de l'église en salle culturelle et à aménager à l'étage pour des appartements. On ne sait pour quelle raison celui-ci fit long feu. Dans le courant de l'année 2009, un bureau d'architectes bien connu sur la place de Tournai présenta un projet de transformation du bâtiment en de nombreux appartements tout en ne modifiant pas les façades si ce n'est pour agrandir des ouvertures. Une demande de permis de bâtir a été affichée et puis le silence est retombé. Importante restriction apportée par les anciens propriétaires, ceux-ci ne veulent pas que, comme cela se fait ailleurs, l'édifice soit destiné à l'Horéca, pas de restaurant donc, pas d'estaminet, pas d'hôtel, encore moins de discothèque et c'est heureux ainsi !

Cela fait maintenant dix ans que l'église est fermée, va-t-elle subir le sort de ses consoeurs tournaisiennes ? Seul l'avenir nous le dira !  

17:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, pères rédemptoristes, antiquaires |