16/07/2007

Tournai et ses villages : Hertain

Avec Hertain, voici le troisième village bordé par la frontière française qui est, avec ses 230 hectares et ses 175 habitants, le plus petit des 30 villages composant ce qu'on appelle le "Grand Tournai".

On nous dit qu'en 1067, l'abbaye de Saint Amand a acheté à un dénommé Anselme de Ribémont, l'exploitation agricole de Hertain avec son église, sa seigneurerie et ses dépendances. Un moine prêvost désigné par l'abbaye géra le domaine. Sous l'Ancien Régime, Hertain se composait également du hameaux de Trèquière qui sera par la suite annexé à Blandain et du hameau de Haudion qui sera lui, comme nous l'avons vu hier, rattaché au village de Lamain.

Village uniquement tourné vers l'agriculture, on y recense néanmoins au XVIIIème siècle la présence de quatre métiers à tisser. Ce fut bien là les seules industries que compta Hertain. Notons, à cette époque, une particularité dans les cultures traditionnelles de notre région (surtout tournée vers le froment, le seigle, l'orge, l'avoine et le lin) celle du colza qui explique la présence à Hertain d'un moulin à huile.

Au vingtième siècle, une agence en douane s'installa aux abords du poste frontière en procurant de l'emploi pour six personnes. Malheureusement avec la disparition des frontières, l'activité de ces agences, nombreuses dans notre région, s'est fortement réduite et beaucoup ont été obligées de fermer leur porte.

Tout comme celle du village voisin de Lamain, l'église d'Hertain est dédicacée à Saint Amand (il faut sans doute y voir les réminiscences de l'appartenance à l'abbaye de Saint Amand ou à une peinture possédée par l'église intitulée "Saint Amand de Maastricht", retable de l'autel majeur, toile du XVIIIème siècle). Il s'agit d'un édifice en briques probablement construit durant la dernière décade du XVIIIème siècle, avec une tour carrée en façade, une nef unique, un choeur plus étroit et un chevet semi-hexagonal flanqué d'une sacristie au sud. La tour posséda une cloche en bronze baptisée "Anastasie" fondue dans les ateliers de J.B.J. Barbieux à Tournai datée de 1763. Cette cloche n'existe plus.

Le 3 septembre 1944, les troupes britanniques sous le commandement de Montgomery entrèrent en Belgique à Hertain et par la chaussée de Lille firent la jonction à Tournai avec les troupes américaines arrivées par la chaussée de Valenciennes et avec d'autres troupes britanniques entrées par La Glanerie. Un mémorial de la Libération est érigé le long de la chaussée pour rappeler cette date historique signifiant la fin d'un cauchemar qui avait durait quatre ans pour les habitants du tournaisis.

(sources : "Tournai vers le futur" édité par l'ASBL Tourisme et Culture, "Répertoire des sanctuaires de Belgique" édition 1982 et recherches personnelles).

11:39 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, anselme de ribemont, hertain, hameau de trequiere |