03/06/2007

Tournai ; le quartier du Château (1)

Entre Pont des Trous et Pont de Fer s'étend le quartier du Château. Il est probablement un des plus anciens de la rive droite. La rue principale du quartier est sans conteste la rue du Château, nom provenant de l'existence d'une forteresse habitée par les châtelains de Tournai à l'époque féodale. Vers le Xème siècle, ils étendaient leur juridiction sur l'ensemble du Tournaisis. La forteresse était le lieu de séjour ordinaire de Marie de Mortagne qui aliéna ses droits sur la seigneurie du Bruille au magistrat de Tournai. La rue du Château qui relie le quai au boulevard des Nerviens est la plus large des rues du quartier, elle a été exhaussée à plusieurs reprises par le passé pour la préserver des inondations hivernales. Le niveau actuel de l'église Saint Nicolas atteste de ces réhaussements successifs. De cette église nous aurons l'occasion de reparler.

La rue du Château débouchait sur le Quai de l'Arsenal, nom acquis après la prise de Tournai par Henri VIII, auparavant il était désigné par la dénomination de rue du Wiquai de la Thieulerie qui menait à la porte du même nom. Après la seconde guerre mondiale, on le débaptisa pour lui donner le nom de Staline. En effet, le collège communal de l'époque, soucieux de rendre hommage aux vainqueurs du nazisme donnèrent à quatre rues de la ville les noms d'Avenue De Gaulle, Avenue Montgomery, Avenue des Etats Unis et Quai Staline. Dans le courant des années quatre-vingt, l'image du "Petit Père des Peuples" se ternit, la dictature qu'il avait exercée de son vivant et ses méthodes radicales à l'égard de ses opposants firent prendre conscience qu'on ne pouvait garder le nom d'un tyran et c'est donc très judicieusement qu'on le remplaça par celui de quai Andreï Sakharov, physicien soviétique (1921-1989), grand défenseur des droits de l'Homme, prix Nobel de la Paix 1975 et emprisonné, durant des années, dans un goulag en raison de son opposition au régime de fer imposé alors par les dirigeants de Moscou. Rappelons-nous qu'à cette époque soufflait un vent de liberté qui allait emporter en 1989 le mur de Berlin et le rideau de fer.

La rue de l'Arsenal, entre le quai et l'actuelle clinique Notre-Dame, tire, bien entendu, son nom de la présence en ce lieu du bâtiment où était entreposé et entretenu le matériel militaire. Dans certains écrits du XVIIIème siècle, elle est également connue sous le nom de rue de l'Hôpital des pauvres, hospice qui s'élevait à l'angle de cette rue et de la rue de la Planche. Cet immeuble fut acheté par le dénommé Hoverlant de Beauwelaere dont nous avons déjà parlé, historien, il fit paraître une histoire de Tournai en cent dix-sept volumes.

(sources : A-F-J Bozière "Tournai, ancien et moderne" et recherches personnelles).

13:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : staline, sakharov, marie de mortagne, tournai, andrei sakharov |