29/12/2008

Tournai : la Royale Compagnie du Théâtre Wallon Tournaisien (2)

Arthur Hespel étant disparu, on pouvait craindre que la mort de cet homme-orchestre mette fin aux activités de la compagnie théâtrale mais le génial créateur avait légué à son fils, Edgard, le virus du théâtre. Il succèda donc à son père. Dès la première année à la tête de la troupe, il remporte un large succès avec sa première pièce, "L'Tour de France". Le public ne s'est pas mépris, la succession est dignement assurée. Hélas, un an plus tard, en 1939, alors qu'il n'est âgé que de 37 ans, Edgard Hespel perd subitement la vue. Désormais ce sont Mariette, son épouse, et sa soeur qui coucheront sur le papier ses trouvailles.

De 1937 à 1968, le Royal Théâtre Wallon Tournaisien donnera près de 900 représentations à Tournai et dans la région. Comme son père, Edgard Hespel cumulera les fonctions d'auteur, de directeur, d'acteur et de régisseur. Il produira 31 oeuvres : comédies, vaudevilles, opérettes et comédies dramatiques. Sa première opérette date de 1944, "L'auberge des trois Catherine", écrite en collaboration avec Géo Clément pour le livret musical. En 1945, alors que la ville se relève de cinq années de guerre, cette période sombre lui inspire "L'espace vital", suivi l'année suivante d'un drame, "L'idiot". En 1948, la troupe remporte le Grand Prix du roi Albert et la coupe Paul Pastur. La cavalcade d'été des Amis de Tournai sera à l'origine de la création du vaudeville, "Les trois Grands" et lors des évènements de Suez en 1956, la chasse aux provisions qui se déroula dans toutes les villes d'Europe et à Tournai donnera naissance à "L'optimiste" (tiens, tiens !) qui remportera un véritable succès. En 1961, après l'indépendance du Congo, paraît "L'case à Boubou". Suivront "Amour, saucisse et...arsenic", une comédie dramatique ayant pour cadre une boucherie (1962), "L'corte au cou" (1963), "D'l'ieau dins l'gaz" (1964).En septembre 1968, Edgard Hespel fête ses trente ans de direction de la compagnie théâtrale, la reprise du succès de 1961 "L'case à Boubou" met fin à la prestigieuse aventure commencée 70 années plus tôt. Le rideau tombe définitivement sur le Royal Théâtre Wallon Tournaisien. Edgard Hespel décèdera le 15 août 1973.

Le 29 octobre 1937, le Collège communal souhaitant perpétuer la mémoire du génial auteur que fut Arthur Hespel avait débaptisé la rue de la Croix d'Or située entre la rue des Bouchers Saint Jacques et la rue du Louvre pour lui donner son nom. A la mort d'Edgard, la plaque associera désormais les deux patronymes, "rue Arthur et Edgard Hespel", juste récompense pour ces deux chantres du patois tournaisien. Parmi les acteurs des années soixante, on retrouve, outre Edgard Hespel, les noms de Mariette son épouse, de Réne Bacro, d'André Colasse, de Roger Dailly, de Jacqueline Perron (épouse de Ghislain, membre du de la RCCWT depuis 1968), d'André Glineur et de son épouse Christiane (fille de René Bacro). André Glineur, né le 19 juin 1927, fit sa carrière professionnelle au Monobloc (chaussée de Lille) et chez Gédit où il occupait la fonction de directeur commercial. Bien avant que le Théâtre Wallon ne cesse ses activités, il avait fondé, en 1950, en compagnie de son beau-père et de son épouse, la troupe des "Barco's" qui anima durant près de deux décennies les fêtes, fancy-fairs de la région. On rappelera leurs créations "Kermesse", "Rosalie", "Les frère siamois", "Lettre au P'tit Jésus" et "Les croisades", des sketches désopilants démontrant le talent comique des trois acteurs. Le premier prix du Folklore tournaisien, créé par la Ville de Tournai, le récompensa pour ses enregistrements des chansons tournaisiennes et pour sa version des "Tournaisiens sont là". André Glineur décèda très jeune, le 31 mai 1980, il allait avoir 53 ans. C'est une page du folklore de Tournai que nous venons de tourner.

(sources "Biographies Tournaisiennes" de Gaston Lefebvre, "Florilège du Cabaret" édité par la RCCWT et documentation de l'auteur).