14/05/2008

Tournai : l'année 1959 sous la loupe

Par comparaison aux années écoulées, l'actualité de l'année 1959 dans la ville des cinq clochers est riche en évènements divers. Des plus petits faits aux grands thèmes de la Société, c'est un peu comme le disait une ancienne publicité pour un grand magasin parisien : "A chaque instant, il se passe quelque chose àdans la bonne ville de Tournai".

La première information que la presse dévoile est semblable à celles des années précédentes, les statistiques de la population nous renseignent que la cité et ses faubourgs comptaient au 31 décembre 1958, 33.414 habitants (15.811 hommes et 17.603 femmes), soit une très légère augmentation de 76 unités par rapport aux chiffres publiés l'année précédente. Le "baby-boom" enregistré après la guerre commence à s'estomper. Ce qui retient l'attention des habitants de la ville, en ce début d'année, est l'installation du nouveau conseil communal issu des élections du 12 octobre 1958. Pour rappel, le vainqueur de celles-ci était le Parti Social Chrétien (PSC). Pour contrecarrer ce succès, le Parti Socialiste (PS) et le Parti Libéral (PL) se sont unis au Parti Communiste (PC) pour former ce que certain ont nommé, à tort peut-être, le cartel de gauche ! Celui-ci propose Mr. Jules Hossey, avocat, pour se succéder en qualité de bourgmestre. Un journal, proche du PSC, titre alors : "Tournai est la seule ville de Belgique à avoir un échevin communiste !" André Delrue (PC) occupe, en effet, l'échevinat des finances. La séance d'installation du vendredi 3 janvier 1959 est houleuse. Aux critiques acerbes de l'opposition, Jules Hossey, agacé, répond : "Ce n'est ni les Etats-Unis, ni la Grande Bretagne ou la Russie qui dirigent la ville de Tournai, ce qui est vrai ailleurs, ne l'est pas chez nous !" Le ton est donné, l'ambiance sera chaude, l'année politique risque de réserver bien des surprises.

Dès le 19 janvier, la presse de droite informe ses lecteurs de la démission de Mr Charles Cambier, commandant des pompiers, un corps où il était entré 35 ans auparavant. On se fait l'écho d'une rumeur, on croit savoir que celle-ci a été imposée par le bourgmestre. Bien que les raisons de la démission ne seront jamais connues, la présentation de l'information est symbolique du climat qui règne alors. Quelques semaines plus tard, Mr. Louis Verbanck sera nommé à la tête du corps de volontaires pompiers tournaisiens. Au printemps, de nouvelles rumeurs circulent, l'unité du Parti Libéral se lézarde. Certains tiendraient des réunions dans d'autres lieux que le local habituel où se réunissent les membres. Au début du mois d'août, une "bombe" éclate, trois échevins ont démissionné dont Henry Pary (PL). Trois conseils communaux sont convoqués mais ne réussissent pas à obtenir une majorité. Mr. Hossey en tire les conclusions et présente sa démission au roi. Une nouvelle majorité se dégage, elle sera en adéquation avec celle au pouvoir au gouvernement alors national, le Parti Libéral se lie au Parti Social Chrétien et propose Mr. Louis Casterman comme bourgmestre. Celui-ci recueille les faveurs de nombreuses personnes car, à Tournai, on a toujours en mémoire son attitude exemplaire face à l'occupant allemand pendant la transition effectuée lors de la guerre. Au début du mois de septembre, le Roi Bauduin signe le décret officialisant Louis Casterman à la tête de la ville de Tournai.

Le calme n'est pas revenu pour autant, on est même dans un imbroglio politico-partisan. Mr. André Delrue (PC) refuse de se retirer, il devient donc échevin sans portefeuille. "Je reste à la table, je ne partage pas votre repas, mais comptez sur moi pour vous rendre la digestion difficile", son intervention ne cache pas ses intentions. Deuxième coup de théâtre, Mme Dupret-Coppens (PS) retire sa démission et au cours du conseil, Jules Hossey déclare qu'il fera, au moyen d'un livre blanc, toute la lumière sur les raisons de ce renversement d'alliance. Le nouveau collège se met au travail et propose, dès le mois d'octobre, la création d'une commission économique chargée d'améliorer la situation de l'emploi et des activités à Tournai. Le 30 octobre est votée la création d'une Intercommunale de distribution du gaz et au début du mois de novembre, les subsides sont accordés pour la couverture du bassin situé à la rue Madame : Tournai aura sa piscine couverte ! Dans le prochain article, nous prendrons connaissance des autres faits qui ont marqué la vie tournaisienne en 1959.

10:56 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pl, jules hossey, andre delrue, henri pary, psc, ps, pc |