27/02/2008

Tournai : le Conservatoire de Musique (3)

Nicolas Daneau ayant quitté Tournai pour diriger le Consrevatoire de Mons, il y a lieu de procéder à la nomination de celui qui sera le cinquième directeur de l'école tournaisienne. En cette année 1919, le choix se porte sur Mr. Fernand Godart, né à Tournai le 15 octobre 1862 et attaché à l'académie de musique comme professeur depuis 1886. Le succès du conservatoire de musique ne se dément pas car en cette année 1920, on dénombre 677 élèves et l'année suivante, on dépassera le cap des 750. En 1923, Fernand Godart reprend la tradition des concerts dominicaux donnés par les professeurs et leurs élèves.

Double anniversaire en cette année 1930, la Belgique fête le centenaire de son indépendance, plus modestement le conservatoire de Tournai fête également le centenaire de sa fondation. A cette occasion, une réception est organisée, le 13 avril, dans le hall d'entrée du musée des Beaux Arts par l'Administration Communale. Dans son discours, le bourgmestre Edmond Wibaut, élu le 27 juin 1919, déclare l'attachement indéfectible de la ville à son établissement jubilaire. L'après-midi, dans une Halle-aux-Draps qu'a rejoint un nombreux public, l'orchestre et les choeurs du conservatoire exécutent "Franciscus" l'oeuvre d'Edmond Tinel. Après onze années passées à la tête du Conservatoire, âgé de 68 ans, Fernand Godart se retire. Pendant deux années encore, il dirigera la fanfare communale de Pecq jusqu'à sa mort, le 28 novembre 1832.

Mr. Henri Van Hecke lui succède. Le sixième directeur du conservatoire est né à Tournai, le 22 mars 1882. Il fut l'élève du conservatoire de Tournai et ensuite du Conservatoire Royal de Bruxelles, où il obtint un premier prix de violon. Compositeur de talent, il était l'auteur de nombreuses oeuvres pour chant et piano, chant et orchestre. On lui doit notamment l'adaptation musicale des "Clochers" de Georges Rodenbach et la création d'un "Hymne tournaisien" pour choeur et orchestre. Cet homme bienveillant, d'un parfait dévouement professionnel et de grand talent ne pourra cependant pas donner sa pleine mesure à la tête de l'institution tournaisienne, il décède, en effet, en 1934 en son domicile de Froyennes. Un septième directeur dirigera donc le conservatoire en la personne de Mr. André Collin. Celui-ci est Namurois d'origine, il y est né en 1899, très jeune il fut plongé dans le monde musical car son père exerçait la fonction de directeur du conservatoire de Namur. Lauréat du Grand Prix de Rome en 1923, il va créer sa propre école de musique à Auvelais en 1924. On le décrit comme un homme de nature discrète et d'un tempérament réfléchi et profond. Auteur, notamment, de "Sévillana" et de la comédie musicale "Nuton", André Collin a oeuvré en vue de conserver le standing et la réputation que le conservatoire tournaisien avait acquis tant en Belgique qu'à l'étranger. En 1933, il crée les cours de diction, de déclamation et d'art théâtral dont Mr. Ulysse de Guide sera le premier professeur. Bientôt le conservatoire de Tournai allait connaître les heures sombres de la seconde guerre mondiale qui éclate le 8 mai 1940. Nous verrons, dans le prochain article, comment il les surmontera...