07/09/2016

Tournai : un week-end festif !

Quand le religieux se mêle au profane. 

Les amateurs de folklore en Wallonie Picarde sont vernis, n'ayons pas peur de le proclamer. Attachée à son histoire, cette région présente une diversité de rendez-vous annuels. A moins de cinquante kilomètres à la ronde, ils nous est donné d'assister à de nombreux événements dont certains sont repris au patrimoine de l'Unesco. 

Mons, sa procession de Car d'Or et son combat dit Lumeçon (à la Trinité), Ellezelles et son sabbat des sorcières (fin juin), Ath, son mariage de Gouyasse et son cortège des géants (le dernier week-end d'août), Lessines et son Festin (le premier week-end de septembre), Dottignies et sa fête de la Main (le troisième week-end de septembre), Mouscron et son cortège des Hurlus (le premier week-end d'octobre octobre), Comines et la fête des louches (le second week-end d'octobre), autant d'occasions de se retremper dans cette atmosphère si particulière inscrite dans la mémoire collective des habitants d'une région. 

Ce deuxième week-end de septembre, c'est la ville de Tournai qui est à l'honneur, pour la première fois deux grandes manifestations ont été rassemblées sur la même journée : la procession historique et le cortège des Géants.

Le samedi 10 septembre :

C'est le début de ce week-end appelé : les 400 cloches !

Les festivités débuteront à... Velaines, ce samedi à 7h du matin, par les premiers pas, la naissance du Grand Sonneur et un solide petit déjeuner si nécessaire pour tenir durant une longue journée. A 8h30, départ, par monts et par vaux, de la Grande Marche en direction de la cité des cinq clochers. 

A 16h00, celle-ci sera accueillie en la rue Perdue à Tournai, comme il se doit, à l'angle de la rue des Cloches par le "Grand Raffut". La Grande Marche rejoindra alors la Grand-Place.

Sur le forum tournaisien, une cloche sera remise à Christine de Lalaing par le Grand Sonneur qui n'hésitera pas à faire un câlin à l'héroïne tournaisienne. La Royale Harmonie communale des Sapeurs Pompiers animera, en musique, ce premier moment d'un week-end très riche.

A 18h, en la cathédrale Notre-Dame, sera célébré l'office pontifical par Monseigneur Guy Harpigny, Evêque de Tournai, réhaussé par les chants de la Maîtrise. 

A la fin de celui-ci, à partir du beffroi, le Grand Sonneur, les Géants tournaisiens, les corporations et les autorités communales s'en iront vers la place de l'Evêché remettre les clés de la Ville à l'autorité ecclésiastique alors que Marie-Pontoise et les cloches de la cathédrale entameront leur chant puissant auquel répondra, depuis son beffroi, l'Bancloque. 

A 20h, au Vieux Marché au Poteries se tiendra le "Bal des Géants" avec l'orchestre musette du "Beau Milo", un merveilleux voyage musical dans le Paris des années 1910 à 1950, période durant laquelle le swing manouche a acquis ses lettres de noblesse, des danseurs entraîneront le public qui ne sera pas longtemps hésitant.

Le dimanche 11 septembre :

C'est une journée bien remplie.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 10h, sortie de la Grande Procession historique. Il s'agit de la 924e édition de cette commémoration religieuse établie, en 1090, par l'évêque de Noyon-Tournai, Radbod, afin d'implorer Notre-Dame de mettre fin à l'épidémie de peste (ergotisme du seigle) qui sévissait dans le Tournaisis, la Flandre et le Brabant depuis deux ans et avait fait des milliers de morts.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

Près de 1.000 participants composeront les septante groupes qui présenteront les statues vénérées à Tournai, les reliquaires, les châsses ou autres croix processionnelles.  

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 12h30, retour de la Procession à la cathédrale.

C'est à ce moment que le religieux transmet le flambeau au profane pour continuer à animer les rues de la cité.

A 13h30, à la place de l'Evêché, Mgr Harpigny remet les clés au bourgmestre Rudy Demotte. Les autorités communales se rendent au pied du beffroi pour transmettre les clés de la ville aux Amis de Tournai qui ont alors mission de la divertir. 

De 14h30 à 16h30, sur la Grand-Place, concerts par l'Harmonie de Gaurain-Ramecroix, l'Harmonie de Templeuve et danses par le groupe Renaissance.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 15h00, départ du cortège des Géants, des musiques et chars fleuris à la place Crombez. Celui-ci par la rue Royale, le pont Notre-Dame, la rue de l'Hôpital Notre-Dame, la rue du Curé Notre-Dame, la rue des Courtrai, les Quatre Coins Saint-Jacques, la rue Tête d'Argent, la rue Perdue et la rue des Maux rejoindra le forum vers 16h30. Après le passage des chars fleuris, on assistera à la traditionnelle remise des fleurs au public. 

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 18h, "le Coup du Dragon", une création de Mr. Zo, réalisateur tournaisien bien connu en Belgique et à l'étranger, et des Facteurs d'amour, une grande surprise qui devrait ravir le public. Cet évènement sera suivi du "Serment d'el Bancloque" au pied du beffroi qui mettra fin aux festivités tournaisiennes de ce second week-end de septembre. 

Lundi 13 septembre :

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

Dans les rues de la ville, c'est la "Grande Braderie" annuelle des Commerçants. Dès le lever du jour, bonimenteurs, camelots et chineurs occuperont le pavé de la cité, les uns pour vendre une marchandise vraiment "exceptionnelle" (sic), les autres pour réaliser la bonne affaire. Sur l'heure de midi et en soirée, les cafés et restaurants seront, comme chaque année, pris d'assaut et bien souvent, le "moules-frites" accompagné d'une bonne pinte sera le roi de la table. 

S.T. septembre 2016.

31/08/2014

Tournai : Patrick Desauvage nous a quittés !

tournai,patrick desauvage,amis de tournai,fifty one tournai,confrérie des cinq clochers,souvenir franco-belge,la piste aux espoirsIl y a des informations qu'on aimerait ne jamais recevoir, des nouvelles qu'on ne voudrait pas apprendre. Ce dimanche 31 août, vers midi, juste une semaine, heure pour heure, après la commémoration des combats héroïques menés par les soldats territoriaux de Vendée dans le quartier du faubourg de Morelle, Patrick Desauvage, Président du Souvenir Franco-Belge, a été retrouvé mort en son domicile de la rue Roc Saint-Nicaise à Tournai.

L'annonce s'est répandue comme une traînée de poudre à l'ombre des cinq clochers car il faut dire que l'homme était éminemment et sympathiquement connu dans les différents milieux associatifs tournaisiens.

Au début de cette année, il avait officiellement succédé à Mr. Georges Toubeau en qualité de Président du syndicat d'initiative "Les Amis de Tournai". A la tête de l'équipe de dévoués serviteurs de la Ville, il avait notamment œuvré pour redynamiser la journée des Quatre Cortèges. Ce n'est pas seulement le nom de celle-ci, transformé en "Tournai en fête et ses cortèges", mais la structure même de l'organisation qui avait été totalement revue. Aux dires des fidèles participants à ce week-end festif de juin, ce coup d'essai avait été un coup de maître.

Il y a un peu moins d'une vingtaine d'années, Patrick Desauvage avait succédé à son père, Robert, à la tête du "Souvenir Franco-Belge" dont une des tâches principales est de perpétuer le souvenir du sacrifice des soldats territoriaux de Vendée qui, aux prix de nombreuses vies, retardèrent l'avancée allemande, le 24 août 1914, permettant ainsi aux troupes britanniques qui avaient combattu à Mons, la veille, de pouvoir se regrouper. Cette année, il avait été particulièrement heureux d'accueillir des membres de familles de soldats français tués ou blessés à Tournai. En sa compagnie, nous avions visité le Musée Militaire et l'exposition retraçant cet épisode tragique.

Doyen de la "Confrérie des Cinq Clochers", Patrick Desauvage œuvrait également à la réussite de l'annuel Concert Viennois qui se déroule traditionnellement en décembre et dont les bénéfices vont à l'enfance déshéritée du Tournaisis.

Membre du club "Fifty-One", il a collaboré à de très nombreuses initiatives afin de venir en aide aux plus démunis. J'ai le souvenir qu'il y a une quinzaine d'années, il lança une opération "Sapins de Noël" afin d'apporter un petit plus à des adultes handicapés. Ce fut là encore une réussite, au point que la liste des objets souhaités par l'institution bénéficiaire a pu être rencontrée dans son entièreté par des membres ravis de servir des jeunes qui n'avaient pas eu la même chance que d'autres à l'aube de leur vie.

Patrick Desauvage collaborait également à l'organisation de "La Piste aux Espoirs", le festival des arts circassiens qui se déroule tous les deux ans dans la cité des cinq clochers. Sa passion du cirque en avait, là aussi, tout naturellement, fait récemment le Président de cette ASBL. Enfin, il était membre de l'association des "Médaillés et Décorés de Belgique".

Depuis longtemps à la tête d'associations culturelles, du souvenir ou philanthropiques, on a oublié que durant les années septante, Patrick était membre de la section d'athlétisme de la R.U.S.T.A

Ancien employé dans un organisme bancaire, Patrick Desauvage s'en est allé, à l'âge de 63 ans. La semaine dernière, il me confiait sa joie d'avoir pu mener à bien ces journées commémoratives d'août 1914. Travailleur infatigable, il ne recherchait pas les honneurs à un point tel que c'est profondément ému qu'il avait entendu Mme Caroline Jesson des Ecrivains Publics de Wallonie Picarde rappeler tout ce qu'il avait réalisé non seulement cette année mais durant les années antérieures.

Il avait ensuite confié à certains de ses amis qu'il songeait se décharger de quelques responsabilités, peut-être sentait-il poindre une certaine fatigue mais pas au point de redouter une issue fatale.

La ville de Tournai voit partir un de ses grands serviteurs, l'Optimiste perd un ancien collègue et avant tout un ami sincère. Le blog "Visite Virtuelle de Tournai" voit disparaître un de ses fidèles lecteurs.

(photo Jacques de Ceuninck) 

(S.T. août 2014)

 

 

10/07/2013

Tournai : l'année 2006 sous la loupe (2)

Le deuxième trimestre de 2006.

Poursuivant la rétrospective des évènements qui marquèrent l'actualité locale en cette année 2006, nous abordons ceux qui se déroulèrent durant le printemps.

Avril.

Lors de son Assemblée Générale, l'asbl "Pasquier Grenier" qui oeuvre pour la défense du patrimoine de la cité des cinq clochers annonce la prochaine restauration du tympan orné de "la Vierge à l'Enfant", oeuvre de Nicolas Lecreux datant de 1758, incluse dans le bâtiment qui abrita jadis l'hôpital Notre-Dame et qui accueille désormais l'Académie des Beaux-Arts. Une autre oeuvre du même sculpteur, dénommée "l'Assomption", est désormais visible dans la chapelle du Séminaire, à la rue des Jésuites. Sa restauration avait été rendue nécessaire suite à sa conservation problématique, durant de nombreuses années, dans l'église Sainte-Marguerite fermée au culte.

Du 21 au 23 avril, les Amis de Tournai organisent, en la Halle-aux-Draps, un salon dédié à la musique qui prend le nom de "Tournai, la Note". De nombreux artistes tournaisiens y participent, Christian Chuffart, Philippe de Smet, Virginie Malfait, le quatuor Scaldis... Le 29 avril, un concert de clôture se tient en l'église du Château, il permet d'applaudir la musique du 43e R.I. de Lille avec en soliste, Christian Chuffart. 

Le 28 avril, à l'initiative du Lion's Club les Templiers, les rires fusent dans la salle Jean Noté de la Maison de la Culture où est représentée la pièce de Francis Veber : "Le Dîner de Cons".

Cette fin de mois est marquée par le début d'une affaire qui va secouer les milieux sportifs tournaisiens. Elle sera rapidement appelée "l'affaire du faux Ciré", du nom de ce joueur congolais évoluant au sein de l'équipe du FC Tournai. La justice qui s'en est emparée devra faire toute la lumière sur les responsabilités lors de l'attribution de ce faux certificat délivré par l'administration communale pour être en ordre avec les exigences de l'office des étrangers. Pour elle, il n'y a pas de doute, des personnes sont coupables de faux et usage de faux. Le bourgmestre, également président du club de football, un administrateur et une employée communale comptent parmi les suspects et lors des différentes déclarations, c'est le cas de le dire : "chacun se renvoie la balle". L'employée sera blanchie et le bourgmestre bénéficiera d'une suspension du prononcé. Voici encore une preuve qu'à notre époque, le sport est souvent générateur de pratiques douteuses et que la "gloriole" que peut apporter la fonction de dirigeant pousse parfois certains à des excès quand il s'agit de (re)dorer son blason.

Mai.

Alors que le mois de mai ramène les métiers forains sur l'Esplanade du Conseil de l'Europe, le dimanche 14, la police tournaisienne réalise un coup de force en faisant emmener à la fourrière des dizaines de véhicules garés sur les trottoirs et accotements du zoning commercial de Froyennes, lors de l'hebdomadaire marché aux puces. Il faut dire que depuis plusieurs semaines, peu à peu, le stationnement était devenu anarchique et si un incendie avait éclaté dans une des nombreuses surfaces commerciales, les véhicules d'intervention auraient bien eu des difficultés pour se frayer un chemin leur permettant de rejoindre le lieu du sinistre.

Toujours en ce mois de mai, le Logis Tournaisien présente son projet d'aménagement de l'ancien hôtel des pompiers situé à la rue Perdue. Douze appartements moyens neufs seront aménagés dans la caserne tandis que des logements sociaux seront construits, à l'arrière, dans la rue des Bouchers Saint-Jacques. Les responsables restent ainsi fidèles au développement de la mixité sociale qu'ils ont entamé depuis quelques temps.

Le 22 mai, une dispute éclate entre des individus. Trois personnes ont décidé de mener une expédition punitive et pénètrent dans un immeuble du faubourg Saint-Martin occupé par un homme et sa compagne. Pendant que cette dernière se réfugie dans une chambre, ils s'en prennent à son compagnon et l'abreuvent de coups violents. La victime gravement blessée sera transporté en clinique et décèdera dix jours plus tard. On a vraiment du mal à imaginer la cause de ce différent : quelques mots déplaisants proférés à l'égard d'un des agresseurs. Comme on le constate, la violence est déjà omniprésente dans notre société et pourtant on ne peut encore rejeter la faute sur la crise qui interviendra deux ans plus tard. 

Le mardi 30 mai, la Ville de Tournai présente à la presse, son nouveau manager de la Gestion Centre-Ville. Il n'est pas un inconnu pour beaucoup de Tournaisiens, Jean Michel Van de Cauter est, en effet, l'animateur de nombreux évènements dans la cité des cinq clochers et les ados des années quatre-vingt et nonante le connaissent sous le nom de William Chapman, disc-jockey et animateur vedette d'une station de radio locale (voir l'article que le blog lui a consacré).

Juin.

Les 9 et 10 juin, la caserne Quartier Général Baron Ruquoy ouvre ses portes au public dans une opération de sensibilisation aux carrières militaires. Ces journées sont inaugurées par un grand concert donné par la Musique de la région Terre Nord-Est de Metz (F) en la Maison de la Culture tandis que la Montkainoise offre un concert apéritif le dimanche midi. Le public présent a rarement l'occasion d'admirer les bâtiments rénovés situés sur le site de la citadelle de Vauban.

Le même week-end, les amis de Tournai proposent leurs traditionnelles "Journées des Quatre Cortèges". Le samedi, à la place Reine Astrid, sur un podium sont rassemblés Mélanie Cohl (la tournaisienne qui a brillamment défendu les couleurs de la Belgique à l'Eurovision avec sa chanson "Dis oui"), les Polaris (voir article que le blog a consacré à cet ensemble musical) et Skarbone 14. C'est du Tournaisien et du meilleur et cela est dit sans chauvinisme ! 

Alors que l'année académique touche à sa fin, on apprend que Michel Jakobiec a été désigné pour succéder à André Waignien à la direction du Conservatoire de Musique, dès la rentrée de septembre. Le compositeur et chef d'orchestre bien connu dans notre région mais aussi à l'étranger a passé vingt-neuf années au sein de l'institution.

Le mercredi 14 juin, un violent orage s'abat sur le Tournaisis, les grelons précèdent un véritable déluge. Les villages de Willemeau et de Taintignies sont, une nouvelle fois, touchés par les inondations, la foudre tombe sur la caserne des pompiers à l'avenue de Maire provoquant une coupure de courant, endommageant l'informatique et bloquant même les feux rouges situés sur l'avenue, actionnés lors de la sortie des véhicules d'intervention.

Le 24 juin, Frédéric François réunit ses fans pour un concert qui se tient au stade Luc Varenne. Les organisateurs avaient aussi prévu la présence de Kio, hélas aucune suite ne fut donnée à leur souhait.

A la fin du mois de juin, la première phase de rénovation des quais tournaisiens est terminée. Celle-ci a coûté 5.260.000 Euros dont 10% à charge de la commune. Les travaux ont duré une dizaine de mois.  

(sources : presse locale, éditions de 2006)

S.T. juillet 2013

31/10/2012

Tournai : une voix tournaisienne sur Vivacité !

Elle est LA voix des émissions dialectales programmées par Vivacité et part à la rencontre des amateurs de ces langues de chez nous, chaque lundi entre 20 et 23h, avec "Hainaut Rachènes" (mot qui signifie "racines" dans nos régions). Des soirées consacrées au patois du Pays de Charleroi, de Mons-La Louvière et du Borinage et de la Wallonie Picarde. Un moment de pur bonheur pour ceux et celles qui aiment retrouver leurs racines, le patois de leurs parents ou de leurs aïeux.  

Elle, c'est Annie Rak, originaire de Tournai où elle est née en 1952 et où elle passa sa jeunesse à la rue Charles Mauroy dans le quartier du faubourg de Lille. Elle consacra d'ailleurs, en ce mois d'octobre, un temps d'antenne à Caroline Jesson, représentante des Ecrivains Publics de Wallonie picarde pour la présentation des "Mémoires" écrites par les habitants d'un des plus anciens faubourgs de Tournai, porte ouverte sur la campagne. 

Depuis longtemps, cette licenciée en Droit à l'UCL voue une passion pour le théâtre et fut récompensée par un premier prix en Art dramatique et déclamation au Conservatoire de Mons.

Entrée à la RTBf en 1979, aux studios de Mons, qu'on appelait encore à l'époque "Radio-Hainaut", elle eut très vite l'envie de faire connaître les poètes et romanciers de la Communauté française grâce à son émission "façon d'écrire, façon de parler". Désormais, au sein de l'institution de la place Anne Charlotte de Lorraine, elle est à la fois productrice et animatrice.

La qualité de ses émissions tout comme la finesse de sa plume lui ont permis de recevoir de nombreuses récompenses comme le "Prix de la création radiophonique de la SCAD" en 2000, le "Prix de la littérature picarde" en 2003 ou encore le "Prix des langues régionales de la Communauté française" (dans la catégorie réalisation audio-visuelle) pour le mise en ondes de "Martine à l'cinse", une oeuvre de Marcel Marlier et Gilbert Delahaye, traduite par Bruno Delmotte. Ce prix honorait un quatuor d'auteurs tournaisiens !

Annie Rak est également auteur d'une pièce écrite en français "J'attends un enfant et vous..." et d'une nouvelle intitulée "Le dernier voyage". On lui doit aussi un ouvrage en patois : "L'curé bataille".

La défense de la langue patoisante l'a tout naturellement amenée à faire partie du "Conseil des langues régionales Endogènes" et, en 2006, de la "Commission du Patrimoine Oral et Immatériel" où elle retrouve un autre tournaisien, Jacky Legge. 

Lors des soirées dialectales consacrées au patois de Wallonie picarde, on y retrouve bien souvent comme invité, Bruno Delmotte, chantre du patois tournaisien, animateur à la Maison de la Culture de Tournai (voir l'article que l'Optimiste lui a consacré) et des interventions du "bourguémette" Pierre Vanden Broecke, membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien présentant, sous forme humoristique, l'actualité de la cité des cinq clochers. 

En dehors de l'antenne, Annie Rak est également directrice, auteur et comédienne à la Roulotte théâtrale d'Elouges où, les 23, 24 et 25 novembre 2012, elle jouera dans le spectacle "Les trois coups vont encore frapper" de Bobette Jouret. On l'a vue également dans de nombreuses pièces au théâtre de l'Ancre à Charleroi et à la Maison de la Culture de Mons.

Je me rappelle la première fois que je fus interviewé par elle, c'était dans les locaux de l'agence de la Société Générale de Banque sur la Grand'Place de Tournai dans le cadre de l'Opération 48.81.00, cela ne date pas d'hier, c'était au début des années quatre-vingt !

En septembre 2012, Annie Rak a été tentée par une participation au concours Prayez organisé par le Cabaret Wallon Tournaisien, elle y fut primée dans la catégorie "Poèmes". 

Poète, écrivain, scénariste de théâtre, productrice de radio, présentatrice, défenseur de notre parler, Annie Rak a été, judicieusement, choisie par Annick Veys et les Amis de Tournai pour être la marraine du prochain salon "Tournai la Page" qui se déroulera les 17 et 18 novembre 2012 en la Halle-aux-Draps de Tournai. 

(S.T. octobre 2012)

 


06/06/2011

Tournai, les Amis de Tournai, 75 ans bien fêtés (2)

Après l'apéro et le repas dominical, les Tournaisiens et les visiteurs se retrouvèrent, en début de l'après-midi, le long du parcours des "Quatre Cortèges" entre l'Avenue des Etats-Unis et la Grand'Place. Certains s'interrogent parfois sur l'origine de ce lieu de départ. Il y avait été instauré, il y a près d'une cinquantaine d'années, parce que s'y trouvait alors l'hospice des vieillards et qu'il était important, pour les Amis de Tournai, de faire participer à la fête les personnes qui y résidaient. Après quelques récents départs depuis la place Reine Astrid, on y est revenu cette année, l'agencement du lieu se prêtant, probablement, mieux à l'ordonnance d'un imposant cortège (plus de 1.000 participants) qui traverse alors le quartier le plus populaire de la cité des cinq clochers. 

Sur la Grand'Place, des centaines de chaises et autant de mètres de barrières nadar étaient déjà occupés lorsque le concert du Brass Band débuta couvrant de ses premières notes, les trois coups sonnés par le beffroi. La solide réputation de la formation musicale d'Hérinnes, sous la direction de son chef Edouard Elekan, n'est plus à faire et a, depuis longtemps déjà, dépassé nos frontières. Elle qui vient de fêter en mai, ses cent cinquante années d'existence, a été accueillie par l'Allemagne, la France, la Hollande, le Luxembourg et l'Angleterre et de nombreuses villes belges pour des séries de concerts. Avec "I love Paris", "Just a gigolo", un "medley des années soixante" et autres morceaux choisis, le B.B.H emmena ses auditeurs jusqu'à l'arrivée de la caravane publicitaire tant attendue par les enfants massés derrière les barrières. Bonbons, gaufres de Tournai, t-shirts, éventails et publicités amenèrent des milliers de mains à se lever pour les attraper "au vol".

Le cortège, ouvert par la musique militaire de Rennes dont la parade remporta un vif succès, déboucha enfin de la rue de l'Yser. En cette année du septante-cinquième anniversaire, les Amis de Tournai avaient invité divers groupes représentatifs de la Wallonie pour un panel du folkore régional. Les Marmousets de Comines, la Royale fanfare Montcrabeau de Namur dont les chanteurs assis sur un podium tracté interprètent des airs du foklore wallon, les Macralles (sorcières) du Valm de Salm, les Débigourdies (groupe de danseurs et danseuses) de Tournai, la bandas "Les gais lurons" de Liège, la Frairie de Masuis et Coutelis jamboise (danses folkloriques), les Gilles de la Louvière, le groupe des Hurlus de Mouscron, les Amis de Lorette d'Ath et leur géant Coupi, les géants Raoul de Godewarsvelde, Gilbert de Bourghelle ou Omer de Templeuve ouvraient la route à leurs confrères tournaisiens parmi lesquels Childéric, entièrement rénové et désormais porté alors que jusqu'à présent il était "roulé". La vingtaine de géants dansant au son de fanfares comme celles de Moulbaix, Maubeuge, Bouvignies ou la Bandas de Wattrelos fut alignée sur le forum avant que ne débute le "charivari du 75e anniversaire" et le concert de la MusiKaine dirigée par Raphaël Lahaise. Quelques gouttes de pluie firent leur apparition mais ne mouillèrent même pas le forum tournaisien et ne tempérèrent nullement la joie du public.

En 1936, lorsque quelques tournaisiens, emmenés par Marc Rimbaut, fondèrent le Syndicat d'initiative "les Amis de Tournai" afin d'animer la ville par la création d'évènements destinés à la faire connaître, étaient-ils alors conscients que, 75 ans plus tard, leurs successeurs auraient fait de celui-ci, une véritable entreprise composée de bénévoles oeuvrant à la réalisation non seulement de la "Journée des Quatre Cortèges" mais aussi des salons "Tournai la Page" (salon du livre et des auteurs), "Tournai Toys" (le salon du jouet et des collectionneurs), au "Festival des Gosses", à "Tournai la Note" (salon consacré à la musique sous toutes ses formes), à "GénéaTournai" (généalogie) et la" Halle gourmande" (salon de l'Art culinaire et de la dégustation) ?

Les Amis de Tournai sont désormais en route vers leur centenaire, souhaitons leur encore un joyeux anniversaire !

 

05/06/2011

Tournai : Les Amis de Tournai, 75 ans bien fêtés !

Tout le monde vous le dira, un anniversaire, cela s'arrose ! Pour celui des Amis de Tournai qui fêtaient, ce week-end, les 75 ans de leur fondation, l'arrosage traditionnel n'était certainement pas le bienvenu même si c'était le ciel qui le leur offrait gracieusement.

Le bulletin de la météo de vendredi soir n'était pas très optimiste, il annonçait des orages, de fortes pluies, des coups de vent et même, peut-être localement, de la grêle à partir de la soirée de samedi jusqu'à la nuit de dimanche à lundi. Si les agriculteurs  régionaux se frottaient les mains en entendant ces prévisions, les Amis de Tournai, eux, faisaient grise mine.

En d'autres temps, il y aurait bien eu un Tournaisien dévoué qui serait aller porter des oeufs à Sainte-Claire au couvent du quai Taille-Pierre. Hélas, les dernières religieuses de cet ordre l'ont quitté voici quelques années et la tradition séculaire s'est perdue. Secrètement, peut-être, un Chevalier de la Tour a-t-il adressé une supplique à la sainte afin d'obtenir du ciel que Tournai soit épargné et... il a été exaucé. 

Plus d'un milliers de tournaisiens s'était donné rendez-vous sur le forum, samedi soir, pour l'ouverture des festivités de la Journée des Quatre Cortèges. A 20h30, très précisément, les militaires français du régiment d'Artillerie de Rennes, sous la direction du chef de musique J.F. Durand, faisaient leur entrée sur la Grand'Place pour un concert qui allait durer... tout juste une demi-heure. Une prestation de qualité, très belle mais... trop courte puisque le beffroi égrénait les neufs coups lorsque le groupe musical quittait la place, après un ultime rappel d'un public ravi par cette entrée en matière. Gérard Caucheteux et le groupe des Percussions de Tournai prirent le relais, vers 21h20, pour une prestation toute aussi excellente. "La danse du sabre", "le thème de la Panthère Rose" d'Henri Mancini, même "L'ours Colargol"..., les morceaux se succédèrent à un rythme endiablé qui emmena le public, de plus en plus nombreux, vers l'heure du feu d'artifice offert à la population tournaisienne par les Chevaliers de la Tour. Au cours de ce spectacle musical grandiose, qui monta lentement en puissance, les artificiers ébranlèrent-ils les cieux ? Toujours est-il qu'après un quart d'heure d'explosions de bombes aux effets multicolores, les premières, très grosses, gouttes mouillèrent le forum tournaisien. Certains demeurèrent stoïquement, d'autres se replièrent vers l'abri tout relatif des immeubles ceinturant la place tandis, qu'imperturbablement, les artificiers proposèrent un bouquet final de très grande qualité. La première journée venait de se terminer, dans les grondements du tonnerre, sous une pluie battante, qui s'arrêta de tomber après une dizaine de minutes à peine. L'effet d'une bouteille de champagne qui heurte la coque d'un navire pour son lancement ou qui souhaitait, tout simplement, magnifier l'anniversaire des Amis de Tournai.

Durant la nuit, de fréquentes et fortes averses arrosèrent, copieusement, la cité des cinq clochers laissant augurer d'un dimanche maussade, d'une journée des quatre Cortèges tombant ... à l'eau. Il n'en fut rien ! Déjouant les propos pessimistes des prévisionnistes, annonceurs de malheurs, un timide soleil tentait de percer les nuages lorsqu'à 9h30, le bourgmestre Christian Massy remettait les clés de la cité à Georges Toubeau, le grand Maître des Chevaliers de la Tour et Président des Amis de Tournai.

Que s'est-il passé alors? Nul ne le saura ! S'étaient-ils dopés nos organisateurs des festivités ? un contrôle d'EPO aurait pu être demandé ! Toujours est-il que l'imposant programme du dimanche matin comprenant le lever des drapeaux et l'exécution des hymnes nationaux par la Musique des Volontaires Pompiers tournaisiens, la prestation du "Serment d'el bancloque" par les membres de compagnie des porteurs de Géants tournaisiens, l'aubade matinale donnée par la musique militaire française et le départ du cortège folklorique des Chevaliers de la Tour et des confréries amies se déroula en deux temps, trois mouvements. Des touristes français venus de Saint-Amand-les-Eaux pour assister au cortège de la confrérie de leur ville attendaient le départ prévu à la Grand'Place à 11h30, alors qu'à 11h15, le 58e concile avait déjà débuté au Salon de la Reine de l'Hôtel de Ville.

Pendant ce temps, le soleil se montrait de plus en plus franchement, laissant espérer que les cortèges, la partie du programme attendue par les enfants et aussi leurs parents, allait pouvoir se dérouler normalement. Qu'en fut-il ? Nous le verrons dans le prochain article.

13/02/2011

Tournai : les Amis de Tournai fêtent leur 75e anniversaire !

Le Royal Syndicat d'Initiative "Les Amis de Tournai" fête son 75e anniversaire. Nous aurons l'occasion prochainement de retracer son histoire depuis sa création le 27 novembre 1936.

Pour magnifier cet évènement, le Président Georges Toubeau et les bénévoles qui l'entourent ont mis sur un pied un programme de festivités liées aux grands évènements annuels organisés par ce dynamqie ensemble au service de la cité des cinq clochers.

Ce samedi 12 février, le coup d'envoi était donné dans le cadre du premier salon de l'année, "GénéaTournai" consacré à la généalogie qui se tient ce week-end dans le cadre prestigieux de la Halle-aux-Draps. Le soir, le rendez-vous était donné aux mélomanes pour un concert international d'ouverture de l'année du 75e anniversaire. Cette soirée, à laquelle l'Optimiste a eu le plaisir d'assister, restera, à plus d'un titre, gravée dans les mémoires des Tournaisiens. La recette semblait simple, mais son organisation ne fut probablement pas aisée afin de réunir un tel plateau.

Les ingrédients choisis pour nous offrir cette entrée en matière étaient de qualité : 

-Prenez le directeur du Conservatoire de Tournai, le baryton Michel Jakobiec,

-ajoutez un chef d'orchestre connu pour son charisme et son dynamisme Benoit Chantry à la tête de l'Orchestre à Vent tournaisien,

-invitez le plus tournaisien des Français du Nord, le sympathique Patrick Salmon à la tête de l'ensemble orchestral de Hem (petite ville du Nord de la France située à une vingtaine de kilomètres à peine de la cité des cinq clochers),

-apportez au programme un trompettiste de talent en la personne de Christian Chuffart que l'Optimiste vous présentera prochainement,

-présentez un premier prix de hautbois et de musique de chambre au concours international de l'Ufam (union des Artistes Musicaux) à Paris, Christophe Warembourg, issu de l'Ecole Nationale de Musique d'Arras,

-découvrez, modestement intégré parmi les saxophonistes, Simon Diricq qui vient de remporter brillamment le concours Adolphe Sax à Namur, entourez-les de jeunes et de moins jeunes musiciens passionnés et vous aurez la recette pour passer une soirée musicale extraordinaire.

Que du talent sur la scène, que du bonheur dans la salle !

Les oeuvres choisies et interprétées abordèrent les différentes facettes de la musique de variétés ou classique signées d'Ennio Morricone, Philippe Sparke, John Miles, Mike Post, Jean Pierre Haeck, Darrol Berry, Maurice Ravel mais aussi par le compositeur tournaisien le plus demandé par les orchestres du monde entier, André Waignien.

Il n'y avait pratiquement plus un fauteuil à trouver dans la salle Jean Noté de la Maison de la Culture et que dire alors de la scène au moment de l'interprétation des deux morceaux qui clôturent la soirée, il y avait près de 150 musiciens qui terminèrent le concert parle toujours apprécié "Tournai Signatures" d'André Waignien et "Mon coeur est rouge et blanc", d'Eloi Baudimont.

Un bonheur ne vient jamais seul ! A la fin du concert, Michel Jakobiec annonça avec enthousiasme la sélection du groupe "Witloof Bay" pour représenter la Belgique au Concours Eurovision de la Chanson qui aura lieu en mai prochain. Dans ce groupe, la chanteuse Mathilde Sévrin, professeur de chant au Conservatoire de Tournai, une soprano mouscronnoise qui aborde tant le chant classique que la chanson populaire, apportera une petite note tournaisienne aux téléspectateurs européens. Un tonnerre d'applaudissements vint saluer cette nouvelle !

Voilà un anniversaire qui débute en musique (je me suis refusé d'utiliser l'expression "en fanfare" qui pouvait avoir une connotation péjorative dans le cas présent) et qui se poursuivra le 23 mars par le Festival des Gosses mis sur pied par les "Amis de Tournai" dans le cadre d'un programme que nous aurons l'occasion de vous présenter tout au long de cette année 2011.

12/05/2009

Tournai : l'année 1997 sous la loupe (2)

En cette année 1997, la ville continue à se transformer. Le premier maillon de cette rénovation avait été la réalisation de la Place de Lille. Le tronçon compris entre la Porte de Lille et la Place Roger de Le Pasture s'inscrivait dans un parcours allant jusqu'au bord de l'Escaut. Suite logique, c'est le forum tournaisien qui est, cette fois, concerné. Dès la mi-janvier, au moment où sévissait l'importante vague de froid, de lourds engins commencent à éventrer le sol. La Grand' Place sera en chantier durant toute l'année, son sous-sol sera livré aux archéologues qui y découvriront les fondations d'un ancien oratoire situé pratiquement en face de la Halle-aux-Draps, ainsi que le vieux puits s'érigeant jadis face à l'église Saint Quentin. Si la forme de l'oratoire sera concrétisée par un marquage au sol, la reconstruction du puits sera évoquée mais ne fera pas partie du projet de rénovation par manque de subsides. De plus, il faut sauver, à la demande des commerçants, un maximum de places de parking. Comme il est devenu difficile voir impossible pour des humains du XXIe siècle de faire quelques mètres à pied pour se rendre dans un commerce, ceux-ci craignaient une désertification des lieux. L'avenir à donner tort aux pessimistes puisque depuis sa rénovation, les terrasses des cafés et restaurants ont envahi la place disponible et les centaines de tables et de chaises sont occupées, en permanence, durant toute la période estivale et même si on a assisté à des regroupements dans ce secteur, les organismes financiers y ont toujours pignon sur rue ! La Grand'Place sera ouverte à la circulation pour les fêtes de fin d'année 1997.

Une construction éphémère comme celle de décors de cinéma sera érigée sur la Place de Lille au début du mois de juin. Elle fait partie du spectacle des Amis de Tournai " Tournai 1832-1997" créé dans le cadre de la Journée des Quatre Cortège. Le jour même de la représentation, le samedi 7 juin, durant l'heure de midi, un violent orage éclate sur le Tournaisis accompagné de trombes d'eau et de fortes rafales de vent, les décors seront jetés au sol et détruits. Le soir, le beau temps revenu, le spectacle se déroulera presque normalement. Comme un malheur ne vient jamais seul, on apprend que le baryton Jean Marie Joye qui tient le rôle principal de Jean Noté a été victime d'un accident de la circulation en venant dans la cité des cinq clochers, choqué mais non blessé, il interprètera cependant son rôle à la perfection. Le dimanche 14 décembre, les membres de la Fondation Follereau de Tournai ont donné rendez-vous à leurs amis et sympathisants, à la chaussée de Lille, au pied de la chapelle du Val d'Orcq, aussi appelée à Tournai chapelle des Lépreux puisqu'elle faisait partie de la léproserie qui s'y élevait au moyen-âge, ils y dévoilent, en présence des autorités communales, le monument surmonté du buste de Raoul Follereau. Ce défenseur de la cause des malades de la lèpre était venu de nombreuses fois dans la cité des cinq clochers et pour la dernière fois, vingt ans plus tôt, en mai 1977, pour l'inauguration de la rue "Fondation Follereau". ...

09:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, amis de tournai, fondation follereau |

04/05/2009

Tournai : l'année 1996 sous la loupe (4)

Nous poursuivons la rétrospective de l'année culturelle 1996 à Tournai.  Après Françoise Lizon-Leroy en 1991, c'est Colette Nys-Mazure qui se voit attribuer le prestigieux prix de poésie Max Pol Fouchet, créé en souvenir de ce romancier, poète, critique d'art et homme de télévision à l'origine de l'émission "Lecture pour tous". C'est son manuscrit "L'ordre du feu"qui a été retenu par le jury international. Annoncé par la presse en mai, il lui est remis, en octobre, à Lourdes. Le mois de juin ramène la traditionnelle "journée des quatre cortèges" qui marque le 60e anniversaire des Amis de Tournai. Innovation, le dimanche matin, si il y a toujours cinq phalanges musicales lors de la parade sur la Grand'Place, une seule militaire. La réorganisation des forces armées et le coût du déplacement de ces formations musicales sont à l'origine de cette modification.

Le 26 septembre, le Kiwanis-Club Tournai-Picardie organise en l'église Saint-Piat, un concert de gala par l'Ensemble orchestral de Belgique sous la direction de Gérard Adam. Le lendemain, 27 septembre, dans le cadre du Festival de Wallonie qui remplace le Festival Musical international du Hainaut, l'église Saint-Brice résonne des chants de l'ensemble "Venacce Fortunat", des chants polyphoniques sur le thème de l'eau et le rappel du baptême de Clovis. Du 27 au 29 septembre, la Plaine des Manoeuvres accueille le 9e meeting d'aérostation. Soixante montgolfières s'envolent par-delà les cinq clochers. Le lundi 30 septembre et le mercredi 2 octobre, la Maison de la Culture reçoit le Théâtre National de Belgique venu présenter "Le bourgeois gentilhomme" de Molière avec André Debaere et Marie-Hélène Vindevogel dans les rôles principaux. Les 8 et 9 octobre, les tournaisiens peuvent applaudir un spectacle clownesque intitulé "Sur la route de Sienne", mis en scène par Madona Bouglione et Valéry Keft. Le 12 octobre, les amoureux de spectacles parisiens sont invités par Alain Vanek venu leur présenter "Les belles années du Music-Hall", un hommage à Lucienne Delyle et Aimé Barelli avec en vedette Minouche Barelly qui interprète les grands succès de sa mère. Retour du Théâtre National de Belgique, les 15 et 16 octobre, pour la représentation de la pièce "Comme il vous plaira" de William Shakespeare, mise en scène par Jacques Lassalle. Autre retour, les 24 et 25 octobre, celui de Raymond Devos. Pour ces deux soirées, la Maison de la Culture affiche "Complet". Entretemps, le dimanche 20 octobre, le Musée des Beaux Arts avait accueilli, dans le cadre du Festival de Wallonie, le "Trio Arpac" (Aldo Baeten, flûte, Diederyck Suys, violon alto et Sophie Hallinckx, harpe) dans des oeuvres de Claude Debussy et de Maurice Ravel. Le 8 novembre, Michel Delpech est à la Maison de la Culture, invité par la Royale Union Sportive Tournaisienne. Le 11 novembre, à l'invitation du cercle choral Tornacum, les "Philippines Madrigal Singers" se produisent en concert à Tournai. Durant la semaine du 18 au 22 novembre, "La femme de Gilles " est au programme de la Maison de la Culture. Tirée d'un roman de Madeleine Bourdhouxe et portée à la scène par la compagnie "Le théâtre à suivre", c'est l'histoire normale d'un couple qui se défait, drame humain rongeant intérieurement un ménage ouvrier des années trente, lorsque Gilles tombe amoureux de Victorine, la soeur de son épouse Elisa. Le spectacle est porté à bout de bras par Luc Fonteyn, Nathalie Rejwski et Anne-Sophie de Bueger.

Michel Fugain donne un unique récital le mercredi 20 novembre à la MCT. Lui succède, le 30 novembre, le spectacle de Mamémo à la Maison de la Culture. ... L'année touche à sa fin mais le programme est loin d'être terminé ! La 5e édition du Festival international des Imitateurs qui se déroule le 16 novembre voit le Grand Prix attribué à Maxime Thiérry de Bruxelles et le Prix de la Presse, au niçois Dany Mauro. La seconde partie du spectacle est assurée par les Taloche. Après que quatre clowns originaires de l'Ardèche, "les nouveaux nez" eurent présenté "le jour des petites lunes", le 24 novembre, "Tout nous sourit" est un spectacle à l'humour anglais sur chansons françaises de la Compagnie du banc Public. Trois soirées attireront encore un nombreux public en décembre : le 8, le traditionnel "Concert Viennois" de la Confrérie des Cinq Clochers a mis à l'affiche l'Orchestre symphonique des Flandres sous la direction de Dick Brosse avec la participation du soliste Fédor Kuznetsov, le 13, les "Choeurs de l'ex-armée rouge" chantent Piaf et Montand, le 21 décembre, en clôture de cette riche année culturelle, Jean Lefebvre interprète la comédie de boulevard "Pauvre France" de Jean Cau, en compagnie de Christine Avril et Carine Belly.... Demain, nous terminerons la revue de cette année 1996 à Tournai en ouvrant une page sportive et en évoquant la rénovation urbaine...

09/04/2009

Tournai : l'année 1995 sous la loupe (3)

En cette année 1995, le climat social connaît encore de nombreux soubresauts provoqués par la crise qui dure maintenant depuis quelques années. Ainsi au début du mois de janvier des statistiques révèlent qu'il y a eu 173 faillites en Hainaut Occidental durant l'année précédente. Ce premier mois de l'année apporte une première mauvaise nouvelle, 79 personnes (38 employés et 41 ouvriers) sont licenciés chez "Bayer" à Orcq. L'entreprise est spécialisée dans la production de réactifs chimiques destinés à l'analyse en laboratoire, elle a été créée à Leuze mais est venue s'installer sur le zoning de Tournai Ouest en 1993. La direction américaine a privilégié des investissement aux Etats-Unis au détriment de l'entreprise belge. Qu'on le veuille ou non, lors de périodes de crises, le sacro-saint protectionnisme américain refait régulièrement surface.

Débutons la rubrique culturelle par les trois évènements qui marquèrent la cité en 1995. La "Piste aux Espoirs" tout d'abord qui en est à sa huitième édition, organisée les 4 et 5 mars. Cette fois plus question de querelle entre partisans du cirque traditionnel et ceux du renouveau des arts circassiens, le jury a tranché et opté résolument pour la modernité. En catégorie "Espoirs", la Piste d'Or est remportée par Igor et Sergueï Kamarkov de l'Ecole de Cirque de Moscou dans un extraordinaire numéro de main à main. La Piste d'Argent revient à la troupe chinoise de Tianjin pour sa prestation intitulée "la Pagode de Verre". Trois Pistes de Bronze sont attribuées à Samuel et Laurence Tétriault de l'Ecole de Cirque de Montréal présentant, eux aussi, un numéro de main à main, à la suissesse Dorjana présentant un numéro aux multicordes lisses et à Mercedes Chenard, contorsionniste, de l'Ecole de Cirque de Montréal. Dans la catégorie "Amateurs", la Piste d'Or n'est pas décernée, le jury n'ayant pas découvert un numéro de très grande qualité, celle d'Argent est remportée par l'Ecole française des Campelières présentant un numéro original de monocycles, la même école remporte également la Piste de Bronze pour le numéro de jonglerie des "6 Boulettes". Le Prix du Public est attribué à l'Atelier du Trapèze, un spectaculaire numéro de trapèze volant exécuté par une troupe dans laquelle évolue la tournaisienne Céline Devos quant au Prix de la Presse, il récompense les Acrostiches du Lido, un numéro de main à main qu'on a pu voir depuis dans les plus grands music-hall et sur le plateau d'émissions de télévision. Une mauvaise nouvelle nous parviendra en cette fin d'année 1995, le 19 novembre, on apprend le décès d'une des cheville ouvrière de ce festival, Jean Paul Lenglez, le libraire, fan de cirque, de la Place de Lille est décédé.

Le second évènement se déroule, en juin, dans le cadre de la Journée des Quatre Cortèges organisée par les Amis de Tournai. Le traditionnel spectacle du samedi soir a pour décor le site des Tour Marvis et fait revivre les héros tournaisiens, Lethalde et Engelbert qui, selon la légende, furent les deux premiers croisés à entrer dans Jérusalem lors de la croisade de Godefroid de Bouillon. Spectacle médiéval, démonstration de combats, usage de catapultes, cheours dirigés par Michel Jakobiec. Cette somptueuse reconstitution appréciée par le nombreux public présent a été mis en scène par la tournaisienne Yola Her, professeur au Conservatoire, avec la collaboration de Jean Marie et Colette Nys, de Raphaël Dehove, responsable de la partie équestre, tenant le rôle de Godefroid de Bouillon, de Claude Bonnet, de Pierre Pollet et de bien d'autres artistes tournaisiens. Un spectacle créé par des "Amateurs" (dans le sens noble du terme) qui n'avait rien à envier aux grandes productions présentées les années précédentes. Il ne faut pas le cacher, il y a du talent au sein de la cité aux cinq clochers! Le lendemain, sous un ciel incertain, la sortie annuelle des Géants de Tournai, des groupes folkoriques ou des chars fleuris attire un très nombreux public. 

Troisième grand évènement, en novembre, la 2e édition du Festival international des Imitateurs de Tournai. Ce sont les vainqueurs des éditions précédentes (trois disputées à Frasnes et une à Tournai) qui s'affrontent pour la remise du Luron d'Or. Berlu se le voit attribué. En vedette, Roland Magdane, de retour des USA après douze ans d'absence, a conquis le public tournaisien par son one man show. ... Demain, nous commenterons les autres évènements culturels de cette année 1995 à Tournai.