07/08/2007

Tournai et ses villages : Rumillies (2)

Le village de Rumillies que nous avons visité hier a vu naître quelques hommes dont la réputation a largement dépassé nos frontières. Alphonse Dufour y est né en 1873, il fit des études en architecture et en archéologie où il fut l'élève de Mr. Cloquet et l'ami du chanoine Puissant. En qualité d'architecte, on lui doit la restauration de l'église Saint-Brice, du cloître de l'abbaye de Saint-Martin et des maisons romanes situées rue Barre Saint Brice. Il restaurera également le château de Grandmetz et celui de la Folie à Ecaussinnes. Il dessinera les plans des églises de Lesdain, Rongy et Anderlues. En qualité d'archéologue, il se penchera sur le porche de la cathédrale de Tournai, découvrira à Warchin des dalles du 13ème siècle provenant de la cathédrale de Tournai et fouillera le site préhistorique de la pierre Brunehaut à Hollain. Il est décédé à Tournai en 1953.

Auguste Dufour, né à Rumillies en 1898, travaille dès on plus jeune âge dans la ferronnerie paternelle, il créé des oeuvres en fer forgé qu'il expose déjà à l'âge de 15 ans, obtenant au passage un premier prix. Il réalisera la double porte néo-classique en fer forgé de la Banque de la Société Générale à Tournai, un lutrin, des frises d'autel et la grille de l'abbaye de Maredret.

Jean Baptiste Carnoy est né à Rumillies en 1836, aîné d'une famille de huit enfants, après des études secondaires à Tournai, il entre ensuite au séminaire. Ordonné prêtre par Mgr Lavis, il part suivre les cours de sciences naturelles à l'Université catholique de Louvain, où il obtiendra un doctorat avec grande distinction. Grâce à la bourse qui y est liée, il va parfaire ses connaissances l'étranger, à Bonn tout d'abord, Berlin et Leipzig ensuite et même à Iena où il se liera d'amitié avec Carl Zeiss, le perfectionniste en instruments d'optique. A Rome, il étudiera les diatomées, ces algues cellulaires, élément principal du plancton marin. Ces études porteront également sur les champignons et les moisissures. Revenu dans son pays, il exercera temporairement la mission de vicaire à Celles. Il fondera ensuite "La Cellule", la première revue scientifique mondiale en matière de biologie cellulaire. Travailleur infatiguable, il entamera une carrière de professeur à l'université de Louvain et poursuivra ses recherches, se créant au passage les inimitiés des maîtres de l'époque qui voyaient en lui un révolutionnaire de la science ! Auteur de nombreux ouvrages dont le "Prospectus de biologie cellulaire" ou "le Manuel de microscopie", il s'éteignit en Suisse en 1899, à l'âge de 63 ans.

Emmanuel Lecocq est né dans le village en 1912. Médecin généraliste, chargé de cours à l'école provinciale de Nursing, il devient radiologue à la clinique "La Dorcas" à l'ouverture de celle-ci en 1948. Fondateur de la Mutualité communiste "l'Unité", il est nommé directeur de la clinique. Il sera à la base de la création de l'école de kinésithérapie en 1956, dont la réputation amène chaque année des élèves non seulement de Belgique mais aussi de toute la France, dans ses nouveaux locaux de la rue Pol Pastur. Il est mort à Warchin en 1975.

Raymond Vallée est né en 1930, il a longtemps résidé à Rumilies, passionné de cyclo, il sera, avec son ami Maurice Vertongen, à la base de la création, en 1972, de l'Union des Audax de Tournai. En 1984, il sera appelé à la présidence de la section cyclo de la Royale Ligue Vélocipédique Belge. Son seul moyen de transport était le vélo pour se rendre à son travail dans un organisme financier tournaisien, pour ses loisirs ou ses voyages à l'étranger. Les routes de Belgique étaient à son menu du dimanche, les cols de France et les intinéraires en Guadeloupe à celui de ses vacances. Faire une balade à vélo signifiait pour lui quitter Tournai aux aurores, aller aux portes de Bruxelles ou de Mons et revenir pour l'apéro. Il a désormais quitté Rumillies pour s'établir à Tournai.

(sources : "Biographies tournaisiennes" de Gaston Lefebvre et recherches personnelles).