12/08/2010

Tournai : la Maison des Anciens Prêtres (9)

Notre série d'articles consacrés à cet immeuble bien connu des Tournaisiens et que les visiteurs peuvent découvrir avant de pénétrer dans la cathédrale par l'entrée principale touche à sa fin. 

 

Voici, par ordre alphabétique, une biographie restreinte de certains acteurs qui sont intervenus dans ce feuilleton quotidien.

 

James Allard est né le 27 janvier 1890 à Tournai. Son père, Charles, était professeur de dessin à l'Académie des Beaux Arts, aquarelliste et lithographe. Architecte, on lui doit la réalisation du restaurant à l'enseigne de "l'Ecu de France" situésur la Grand'Place, immeuble séparé de la Halle-aux-Draps par la ruelle de la Grand'garde, l'agrandissement de l'Académie des Beaux Arts sur sa partie arrière donnant dans la rue de la Lanterne, les plans du Lycée Campin (ex-Lycée Royal) situé dans le quadrilatère formé par les rues du Château, Robert Campin et les avenues Edmond Wibaut et Delmée et la reconstruction de la Maison des Anciens prêtres qui, à la lecture des articles précédents, demanda un lourd investissement en temps en raison des nombreuses sollicitations qui lui furent adressées entre 1942 et 1963.

 

Paul Bonduelle est né à Tournai le 15 juin 1877. Il fréquenta l'Académie des Beaux Arts de Bruxelles et poursuivit ses études à Paris. En 1903, il décroche le prix Godecharle. On lui doit l'Hôtel de Ville et le Mémorial Reine Astrid à Laeken. En 1935, il dirigea la section belge de l'Exposition internationale de Bruxelles. Il fut nommé commissaire spécial pour l'urbanisme pour la reconstruction de Tournai après la secondeguerre mondiale. Durant quinze ans, avec ses collaborateurs, il va s'attelerà remodeler le visage de la cité des cinq clochers, fervent partisan de l'architecture classique française, il réalisera un ensemble cohérant articulé autour de la cathédrale et le beffroi. on lui doit aussi la construction de la brasserie du Lion, celle du château Horlait à Orcq et la conception  du Mémorial de gaston Horlait au cimetière du Sud. Il décèdera à Bruxelles le 24 décembre 1955.

 

Emile de Rasse est né à Tournai le 27 juillet 1884. Après des études à l'Athénée Royal de sa ville natale et à l'Université libre de Bruxelles, il sera avocat au barreau de Tournai en 1910. Il se tournera ensuite vers la politique et deviendra conseiller communal libéral suppléant en 1926, effectif en 1932, échevin de l'Instruction publique de 1933 à 1940. Nommé bourgmestre à la veille de la guerre, il quittera la ville lors de l'évacuation, sera arrêté par les allemands en représailles d'un attentat contre des rexistes, le 18 septembre 1941 et emprisonné à Mons et à la citadelle de Huydurant deux mois. Il reprendra ses fonctions  de bourgmestre en septembre 1944. Il restera le premiermagistrat de la ville jusqu'à son décès. Profond libéral et doctrinaire, dans la saga de la Maison des Anciens Prêtres, il dut composer avec une administration communale majoritairement anti-cléricale. Il est décédé le 2 février 1956.

 

Isidore Du Roussaux (ou Du Rousseaux, les deux orthographes apparaîssent bien souvent) est né à Hal(Halle) le 19 janvier 1826, ordonné prêtre en 1849, il enesigne au Petit séminaire de Malines. On le décrit comme un homme affable soucieux d'orthodoxie mais aussi de modération. Suite au mauvais état de santé de Mgr. Edmond Dumont, évêque du diocèse de Tournai depuis le 2 février 1873, Isidore Joseph Du Roussaux est nommé tout d'abord administrateur apostolique  de tournai le 22 novembre 1879 et 97e évêque, le 12 novembre 1880. Il hérite d'une situation tendue à la suite des violentes querelles entretenues par son prédécesseur contre le libéralisme. En 1892, il vivra la fin de la restauration de la cathédrale entamée en 1840. Soucieux de rétablir l'ordre et le propreté dans la Maison des Anciens Prêtres, il y fit intégrer des Soeurs de la Congrégation de Bonne Espérance en 1894. Il est décédé le 23 septembre 1897. 

 

Adolphe Hocquet est né à Tournai le 4 janvier1868. En 1895, il est nommé conservateur du musée d'Antiquités et des Arts décoratifs et en 1899, archiviste-bibliothécaire de la Ville, fonction qu'il va occuper durant 43 ans. De 1896 à 1922, il sera administrateur-secrétaire de la société historique et archéologique. On lui doit également les projets pour la reconstitution du Tournoi de chevalerie qui eut lieu sur la Grand'Place, le 11 octobre 1513 par le roi Henri VIII en présence de l'empereur Maximilien 1er et de Marguerite d'Autriche. Cette reconstitution eut lieu les 13, 14, 20 et 21 juillet 1913. Adolphe Hocquetest l'auteur de nombreux ouvrages sur sa ville natale. Son nom apparaît dans le dossier de la Maison des Anciens prêtres lorsqu'à la fin de l'année 1905, il déclare que la Bibliothèque et les Archives doivent pouvoir disposer d'un seule et même bâtiment, idée qui séduira les responsables communaux qui décidèrent de transférer le prêtres émérites vers hospice des vieillards.

 

Jules Hossey est né à Roubaix le 2 février 1900. il est le fils de Fernand Hossey, chef de bureau à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts de la Ville de Tournai. Etudiant à l'Athénée Royal et à l'Université libre de Bruxelles, il est reçu docteur en droit en 1924.  Avocat de talent, il sera notamment connu grâce à six procès plaidés à la Cour d'assises. En 1924, il avait adhéré au Parti Ouvrier Belge et était devenu correspondant du journal "Le Peuple" pour la région de Tournai-Ath. Il succèda à Victor Deron à la tête de l'Union communale socialiste de Tournai en 1955. Conseiller communal en 1932, Echevin de l'Etat civil en 1933, Echevin des Travaux publics de 1934 à 1956, il deviendra le Bourgmestre de Tournai, le 9 mars 1956 après le décès d'Emile De Rasse, il sera ainsi le premier bourgmestre socialiste de la cité des cinq clochers. On le retrouvera également Vice-Président des Amis de Tournai et membre des Chevaliers de la Tour, ordre créé par Marc Rimbaut pour porterla renommée de Tournai bien au-delà des frontières. Dans le dossier de la Maison des Anciens Prêtres, on le voit en permanence s'opposer aux représentants de l'Evêché. Il est partisan d'une autre affectation pour ce bâtiment. Suite à la défaite des socialistes lors des élections de 1959, le dossier évoluera dans une plus grande sérénité. Il est décédé à Tournai, le 4 octobre 1980.

(sources : article de Mr. Alain Defernez, architecte, paru dans le numéro 58 de septembre 1999, de la revue éditée par l'asbl Pasquier Grenier et "Biographies Tournaisiennes des XIXe et XXe siècles " de Gaston Lefebvre, ouvrage édité en 1990 par l'Association "Archéologie Industrielle de Tournai).