17/09/2008

Tournai : l'année 1975 sous la loupe (2)

Depuis que nous avons entamé cette rubrique consacrée à l'histoire locale, nous avons été amenés à constater que l'offre culturelle était chaque année bien étoffée et surtout diversifiée. Ce sera encore le cas en cette année 1975 et deux articles seront nécessaires pour la résumer. De 24 au 26 janvier, la Maison de la Culture organise un "Festival du Film Amateur". En la Halle-aux-Draps, des dizaines de court-métrages sont ainsi projetés de "Thierry Hallard et ses cascadeurs" à "Artistes de chez nous" en passant par "Les marchés tournaisiens" ou "le carnaval en images".  Le 31 janvier, Salvatore Adamo revient une fois encore dans cette ville qu'il a arpenté en compagnie de son ami Jacques Mercier durant ses études à l'institut Saint-Luc de Ramegnies-Chin. Cette fois, il a amené avec lui sa jeune soeur Delizia qui tâte elle aussi de la chanson. Le 14 février, Michel Sardou est lui aussi de retour dans la ville aux cinq clochers pour un récital en la salle Scala, la première partie de son spectacle est assurée par Pierre Billon (compositeurs pour Pierre Groscolas et Serge Reggiani) et par Patricia Lavila.

En ce mois de février, les tournaisiens découvrent la musique contemporaine de Yannis Xenakis et après le concert donné en la Halle-aux-Draps peuvent échanger leurs impressions avec le compositeur. Le dimanche 23 février, une soirée organisée conjointement par la Maison des Jeunes "l'Epi" et le cabaret "le Soyeux", en la salle de celui-ci, permet pour la première fois au célèbre théâtre bruxellois de marionnettes de Toone de se produire à Tournai. Au programme, une adaptation de l'oeuvre de Charles Dekoster : "La légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses de Tijl Ulenspiegel et de Lamme Goedezak au Pays de Flandre et ailleurs" (un titre chauchemardesque pour l'imprimeur chargé de réaliser l'affiche !). Le 28 février, Etienne Verschueren et son "National Jazz Orchestra" sont les invités de l'Association Générale des Commerçants et plus précisément de deux fans de cette musique syncopée, Claude Rivière et Johnny Decordier. En cette fin du mois de février, la Maison de la Culture a programmé un concert de 20 jeunes chanteurs de 6 à 15 ans, accompagnés par un orchestre de 10 musiciens, les "Whyno". Ceux-ci effectuent des tournées en Belgique et à l'étranger et sont, à l'époque, le seul groupe de variétés du genre.

En ce début du mois de mars, les amateurs de conférences se réjouissent, à l'invitation de la Maison de la culture, Henri Guillemin vient entretenir son auditoire sur "Robespierre" (un homme considéré comme un tyran qu'il souhaite néanmoins réhabiliter). Le samedi 19 avril, Tournai accueille le 8e congrès international des Guides Touristiques de Belgique. Celui-ci se clôture par un concert exceptionnel, en l'église saint Quentin, avec la participation de la violoniste Lola Bobesco accompagnée par l'Orchestre de Chambre de Wallonie. Le mois de mai voit revenir le "Festival de Tournai Don Bosco". Celui-ci a pourtant failli disparaître car, sur les terrains où il se déroulait jusqu'à présent, l'école construit de nouveaux bâtiments scolaires. Heureusement, parmi les membres du comité, se trouve un certain Max Charlier, figure locale bien connue, aussi administrateur du Racing de Tournai et grâce à son intervention, le 1 mai, un chapiteau de 5.500 places se dresse sur la pelouse du stade de football à l'avenue de Maire. Eric Genty (la danse des canards et le petit chapeau tyrolien), les Polaris, Rock Crosy, Carlos et Claude François et les Clodettes se partageront l'affiche des deux soirées. Une question se pose : "Y aura-t-il un nouveau festival en 1976 ?". Les pessimistes sont nombreux ! Au mois de juin, l'Hôtel de Ville est le cadre d'une exposition gallo-romaine au cours de laquelle sont exposées, les récentes découvertes archéologiques ... Dans le prochain article nous nous promènerons dans le second semestre de 1975 car il y a encore beaucoup de spectacles à découvrir !