18/07/2016

Tournai : évolution de la ville lors des dernières décennies (2)

Les années soixante.

1960, quinze années nous séparent de la fin de la guerre et, si on excepte l'ancienne école située à la rue du Becquerelle dont le terrain vague va subsister jusqu'à la construction du commissariat de police en 2003, les années soixante vont voir rapidement disparaître les dernières ruines résultant des bombardements. 

Les Maisons Romanes.

Au n°10 et 12 de la rue Barre Saint-Brice, Tournai peut s'enorgueillir de posséder les plus importantes et les plus complètes maisons de l'époque romane encore visibles dans le Nord de l'Europe. Hélas, au début des années soixante, il ne subsiste qu'un squelette de ces immeubles, témoignage de la splendeur de la cité au XIIe siècle.

1960 Maison romanes ruines.jpg

Quelques années plus tard, elles seront restaurées. Elles abritent désormais le temple du culte protestant.

2006 Tournai St Brice maisons romanes (1).JPG

2006 Tournai St Brice maisons romanes (3).JPG

2006 Tournai St Brice maisons romanes (2).JPG

Les grands chantiers.

Cette décennie voit de grands travaux réalisés en ville et notamment un premier élargissement de l'Escaut qui nécessite de remodeler le visage des quais. Les documents photographiques représentent le quai Vifquin en 1960 et le quai du Luchet d'Antoing en 1964.

1960 Tournai quai Vifquin travaux.jpg

 

 

 

1964 Tournai Luchet d'Antoing.jpg

Ces photos préfigurent-elles ce que Tournai va, à nouveau, subir dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut ?

Le développement du commerce local

Les premières grandes surfaces font leur apparition. Le magasin "Sarma", déjà établi à la rue Soil de Moriamé avant-guerre, n'est plus seul, il y a aussi "Unic" qui a intégré les anciens magasins "A la Vierge Noire", au carrefour du Dôme, et, dès 1962, dans la rue de la Tête d'Or, on voit s'élever le "Grand Bazar". C'était une époque où les grands magasins attiraient du monde en ville au bénéfice également du petit commerce local.

Un nouvel hôpital.

En 1968 débutent les travaux du nouvel Hôpital Civil au boulevard Lallaing. Ceux-ci nécessitent la destruction d'une partie des bâtiments existants et la disparition de l'imposant escalier emprunté par des générations de visiteurs.

1968 Tournai  chantier hôpital civil.jpg

En 1966, on procède notamment aux réfections de la rue Blandinoise, de la chaussée de Renaix et à la création d'une nouvelle voirie, l'avenue Delmée qui desservira la toute nouvelle clinique Notre-Dame.


1966 Tournai réfection rue Blandinoise.jpg
                                              

 

1966 Tournai chaussée de Renaix.jpg 

 

1966 Tournai Avenue Delmée.jpg 

 

 

 

1966 Tournai Grand Place 12 Césars.jpg

Sur la Grand-Place, entre la droguerie "Au Gros Chien" et l'Hôtel de l'Europe, des panneaux publicitaires masquent le terrain vague du site des Douze Césars.

La salle des Concerts.

Hélas, un bâtiment semble oublié par tous, personne (et surtout pas l'autorité communale) ne se penche sur le sort de la salle des Concerts. A l'extrémité de la place Reine Astrid, celle-ci présente un tel état de délabrement qu'il fait même craindre sa démolition. Un promoteur voudrait même y ériger une tour pour bureaux et appartements. 

1967 Tournai la salle des concerts (1).jpg

2006 Tournai la Salle des Concerts.JPG

1967-2006 Trente-sept années séparent ces deux photos ! En 2014, de nouveaux travaux de rénovation ont été entrepris et sont toujours en cours.

Le Tour de France.

Pour les sportifs et principalement les amateurs de cyclisme, l'année 1966 sera marquée par la première arrivée du Tour de France dans la cité des cinq clochers. Au terme de la 2ème étape dont le départ a été donné à Charleville, le coureur belge Guido Reybroeck remporte, sur le boulevard Bara, (juste en face de la maison que j'habitais à l'époque) un sprint royal devant Jan Janssen et Ward Sels.

1966 Tournai Tour de France (9).jpg

Le soir, sur la plaine des Manœuvres, des milliers de personnes se rassembleront, au pied du podium d'Europe1 pour assister aux prestations de l'orchestre les Haricots Rouges, de l'imitateur André Aubert et d'Annie Cordy.

 

1966 Tournai Tour de France (5).jpg

1966 Tournai Tour de France (4).jpg

Une autre vedette de la radio ne passera pas inaperçu à cette occasion, le Tournaisien Luc Varenne est heureux de retrouver sa ville natale.

 

1966 Tournai Tour de France (7).jpg

Le lendemain, une première demi-étape disputée contre la montre par équipes verra les Hollandais de l'équipe Télévizier, de véritables spécialistes, l'emporter.

1966 Tournai Tour de France (1).jpg

A treize heures, les coureurs s'élanceront de la Grand-Place pour rejoindre Dunkerque ou un autre Hollandais, Gerben Karstens s'imposera. 

Quelques jours plus tard, la plaine des Manœuvres aura retrouvé sa quiétude et on pourra, à nouveau, voir le berger Antoine Clam promener son troupeau 

1967 Tournai Adelson Clam.jpg

Les années soixante étaient celles des espoirs les plus fous, c'était l'époque du plein emploi, du développement économique, de la musique yé-yé qu'on écoutait sur les premiers transistors. Elle était celle de "Salut les Copains" et de l'apparition des petits dancings familiaux comme "l'Abbaye" à la chaussée de Lille. Il y avait toujours la salle "Provence" et le "Roi des Radis" à Kain. Les jeunes n'avaient pas besoin d'être sous influence de produits illicites ou d'alcools forts pour apprécier les groupes comme "Rock Crosy", les "Polaris", les "Skeltons", "Gil Sey" ou autres. Les personnes âgées (re)découvraient les opérettes en la Halle-aux-Draps où elle applaudissaient Luis Mariano, Rudy Hirigoyen, Toni Poncet... Les tournées Karsenty amenaient de nombreuses pièces de boulevard fort prisées du public tournaisien, on ne vivait pas encore l'époque de l'actuel snobisme culturel prôné par certains pour qui le rire est trop populaire, voire vulgaire. Les cirques visitaient encore la plaine des Manœuvres que ce soit "Althoff", le "Grand Cirque de France", "Tony Boltini" ou "Bouglione". A Templeuve, au Circuit des Frontières, le public tournaisien se déplaçait en masse pour admirer un jeune coureur cycliste pétri de talent, il avait pour nom "Eddy Merckx". Accueillis dans un petit bureau annexe de la Halle-aux-Draps, encore indigne d'une cité qui voulait développer son tourisme, les premiers visiteurs étrangers arrivaient dans la cité des cinq clochers surtout lors des "Journées des Quatre Cortèges" organisées, en juin, par les Amis de Tournai ou pour la "Grande Procession historique" de septembre. En mai et en septembre, la kermesse se tenait dans ce magnifique écrin qu'est la Grand-Place et attirait, chaque jour, les amateurs de sensations fortes, de croustillons, de gaufres ou de loteries, quelques semaines durant lesquelles les cafetiers réalisaient les meilleur recettes. Le lundi de la kermesse de septembre, la foule répondait présente sur la place Crombez pour l'envol du ballon, tandis que, sur la place Verte, les luttes de balle-pelote étaient suivies par des centaines de fans de la petite balle blanche, les équipes venaient de Chapelle, Wangenies, Gilly et les héros avaient pour noms Casaert, Coart... Un nouveau sport avait vu le jour et ses adeptes se donnaient rendez-vous sur la place de Lille au "Bowling" tenu par Jacques Wuillot. Des plaisirs sains qui, hélas, aujourd'hui ne sont plus de mise. 

(Sources : documents photographiques extraits de la presse locale "Courrier de l'Escaut" et "Nord-Eclair" et collection personnelle de l'auteur. Je remercie Jean-Paul Foucart pour sa collaboration).

S.T. juillet 2016.  

17/02/2016

Tournai : cinq clochers, un fleuve, des dissensions !

Quand l'inquiétude fait progressivement place à la colère !

Tournai escaut années vingt.jpgPlus on approche de la date fatidique du début de ce chantier prévu pour la fin de cette année, plus le sujet alimente les conversations des différents milieux tournaisiens. Lequel ? Tout simplement, celui de l'élargissement de l'Escaut dans sa traversée de Tournai. Un projet qui empoisonne la vie tournaisienne depuis des décennies puisqu'il était déjà à l'ordre du jour, il y a quarante ans, lorsque Raoul Van Spitael, un bourgmestre qu'on appréciait ou pas mais qui voyait avant tout l'intérêt de sa ville, décréta qu'il était hors de question de la défigurer par un chantier titanesque. Bien que n'étant pas tournaisien, il savait que le centre-ville commençait à peine à voir disparaître les traces du second conflit mondial. Il imposa donc la solution de l'alternat, les bateaux ne se croisant plus dans la traversée de la cité des cinq clochers. Commerçants et habitants lui furent, pour cela, reconnaissants.

Depuis lors, bien de l'eau est passée sous les ponts tournaisiens et, il y a quelques années, ce qu'on croyait enterré a refait surface à l'image d'un sous-marin qui aurait attendu, patiemment tapi dans les profondeurs du fleuve. Le service des voies hydrauliques du SPW a remis au "goût du jour", ce vieux rêve caressé par des industriels soucieux de faire transporter un maximum de matières pondéreuses au moyen d'un minimum de bateaux en utilisant des engins de transport aux tonnages de plus en plus élevés. Il a suffi que le gouvernement français exhume une idée plus que centenaire de connexion fluviale avec les ports hollandais, appelée "Seine-Nord", pour que la Région Wallonne saute sur l'occasion et sur les subsides européens afin d'obtenir sa part du gâteau ! En cela, il n'y a rien d'anormal !

Ce projet est-il nécessaire ?

1966 Tournai quai Taille-Pierre.jpgIl faudrait être idiot pour le nier. C'est malheureusement une attitude bien ancrée en chacun d'entre nous, nous souffrons tous, sans vouloir l'admettre du phénomène NIMBY (Not In My Back Yard, en français "pas dans mon arrière-cour"). Sommes-nous à ce point des autistes qui s'ignorent pour toujours refuser tout changement dans notre environnement ? Si tout le monde souscrit à l'idée d'une production électrique sans le risque inhérent aux centrales nucléaires, personne n'est prêt à accueillir des éoliennes même à plus d'un kilomètre de son habitation, on se déclare pratiquement propriétaire du paysage. L'homme doit néanmoins tout faire pour protéger les témoignages de son passé mais il se doit aussi de prévoir les évolutions futures. Sans progrès, une civilisation court à sa perte ! La sagesse nécessite cependant d'obtenir, constamment, un juste milieu entre ces deux thèses qui semblent, à première vue, totalement opposées !

Qui ne peut ou ne veut comprendre que tout ce qui sera transporté par la voie d'eau ne le sera plus par la voie routière fait preuve de mauvaise foi et les utilisateurs journaliers de la voiture sont les premiers à être concernés puisqu'ils se plaignent régulièrement de l'envahissement des routes et autoroutes par des camions de plus en plus imposants en provenance de l'Europe entière. Plus de matières transportées par le fleuve, signifiera moins de camions sur les routes et cette situation nouvelle sera synonyme de plus de sécurité routière, de moins de dégâts aux infrastructures et de moins de pollution engendrée par la circulation automobile.

Pourquoi alors ce projet n'est-il pas accepté par une majorité de Tournaisiens ?

2011 Tournai  sur l'Escaut.jpgLe projet d'élargissement de l'Escaut à Tournai a peut-être été, volontairement (nous ne pouvons nous empêcher de le penser), mal présenté aux habitants de la cité des cinq clochers. On semble, en effet, avoir focalisé les défenseurs du patrimoine sur le seul et unique problème du Pont des Trous. L'arche centrale de cette ancienne porte d'eau présente, en effet, une largeur de 11m20 et les convois fluviaux qui sont appelés à le franchir, à l'avenir, auront une largeur légèrement supérieure. Un élargissement du vieux pont médiéval est donc inéluctable, personne ne peut le contester, il faut savoir aider le progrès si on veut que des emplois soient conservés, si on ne veut pas devenir une région ressemblant à une réserve de vieilles pierres. Toutefois, il est vite apparu que les décideurs n'avaient pas la fibre tournaisienne et que, depuis Namur ou ailleurs, ils semblaient se moquer pas mal de notre héritage des temps anciens. En sont-ils jaloux, sont-ils ignares ou travaillent-ils uniquement au service de lobbies ? Mieux vaut ne pas se poser la question, la réponse nous amènerait, une fois encore, bien des désillusions ! En tout cas, ils ont présenté quatre projets, du plus mal ficelé au plus dithyrambique (on parlait au départ de ne conserver que les deux tours classées, de ne faire qu'une seule arche ou tout simplement de réaliser un fantôme de l'ancien pont en résine d'époxy pour y mettre une touche de modernisme).

La pression citoyenne ayant attiré l'attention de nos élus, on sait qu'il y a eu ce référendum organisé par une majorité qui semblait, malheureusement, avoir retourné sa veste, elle qui, à l'unanimité, avait auparavant voté le projet tel qu'il avait été présenté, n'attirant même pas l'attention des promoteurs sur une réaction toujours possible des Tournaisiens attachés à leur cité. Pour comprendre cela... il aurait fallu d'abord aimer Tournai plus par des actes concrets que par des déclarations orales d'amour !  

Le résultat du référendum et la décision prise par le Ministre Prévot de respecter le vœu des Tournaisiens étant, espérons-le, acquis, on a alors analysé, en profondeur, les implications du chantier au centre-ville.

Faut-il parler de soumission et de trahison ?

Il n'y a toujours que des bornés pour ne jamais changer d'avis et il y a aussi des girouettes pour sentir le vent venir. Mon analyse n'est pas de fustiger l'une ou l'autre attitude. Elle veut simplement faire appel à la raison. Au cœur de celle-ci, je ne me porte pas en supporter des uns ou en opposant des autres ! Ce dossier est suffisamment sérieux pour faire fi de toute mesquinerie.

tournai,elargissement de l'escautLes voies hydrauliques ont toujours présenté le projet comme étant dimensionné pour le passage de bateaux de classe Va, soit d'une longueur de 110 mètres maximum et d'une largeur de 11m40. Pour que ceux-ci puissent circuler, sans danger, dans la traversée de la ville, il s'avère nécessaire de faire sauter le goulot représenté par le quai Saint-Brice et élargir l'Escaut, à cet endroit, d'environ 4 mètres, laissant une largeur de quai d'environ 10 mètres. C'est cela qui a été présenté à l'origine, en 2013. On ne sait quelle mouche a soudainement piqué les architectes et les experts des voies hydrauliques (si ce n'est d'autres chants de sirènes... que celles de bateaux) pour déterminer désormais qu'il faut élargir de huit mètres, laissant ainsi aux riverains du quai une largeur de 5m85 à l'endroit le plus étroit. Cela sous-entend que ce sont des péniches de classe Vb (180m de long) qu'on veut voir passer, à l'avenir, sur le fleuve mais on n'a pas voulu le dire en espérant que le projet passerait comme une lettre à la poste. Il n'y a rien de pire que de tromper les citoyens en les prenant pour des imbéciles ! Toute action amène une réaction inversement proportionnelle... (on connait la chanson). Tout cela sans que notre administration communale, soit mise dans le secret, soit ayant analysé le projet en diagonale, ne trouve à redire, comme totalement soumise aux ukases de la Région Wallonne. Une soumission flagrante qui n'a pas échappé aux observateurs attentifs.

Pour avoir travaillé, durant de nombreuses années, dans un immeuble situé le long de l'Escaut, je signalerais aux "experts" de la Région Wallonne qu'actuellement, comme le confirme le journal l'Avenir dans son édition du 15 février, des péniches de 105 et 109 m, avec une largeur de 10m passent déjà régulièrement par Tournai. Le journaliste évoque "l'Egilodan" et le "Poska". J'ai aussi connu le "Pasadena" dont l'homme aux commandes manœuvrait avec art et dextérité sous le Pont des Trous et à hauteur du quai Saint-Brice alors que sa vision était partiellement limitée par le pont Notre-Dame et la passerelle. Si cela était si difficile, il y a longtemps que ces bateliers auraient évité la cité des cinq clochers.

Le dossier s'est enrichi d'un nouveau chapitre, il y a quelques jours, lorsque la première échevine de Tournai a rencontré un groupe d'opposants au projet lors d'une réunion dite "secrète" mais que la presse s'est empressée de divulguer, ayant reçu l'information grâce à un vent favorable. Voici l'acte de la trahison dans l'opéra Escaut ! 

Un accord ayant été signé, à Namur, entre les représentants de la ville de Tournai, dont faisait partie la première échevine et les responsables du projet, quelques jours auparavant, les autres partenaires signataires considérèrent cette initiative comme une véritable trahison. L'accord (et ses implications pour Tournai) ainsi porté au grand jour, tout le beau château de cartes élaboré dans des bureaux namurois, bien à l'écart de la population tournaisienne, allait-il s'écrouler et les mensonges des uns et des autres allaient-ils être mis sur la place publique ? Cette nouvelle diffusée sur No Télé provoqua l'ire du Ministre Maxime Prévot, tout acquis comme il se doit de l'être à la cause de ses propres fonctionnaires du SPW qui sont omnipotents dans le domaine et snobent les associations tournaisiennes qui voudraient se faire entendre et obtenir des précisions. Dans une capitale wallonne qui, par le passé, a souvent  aussi snobé la Wallonie picarde, on n'imaginait peut-être pas une levée de boucliers des "Infants d'Tournai" qui ont démontré, une fois encore, que "Les Tournaisiens sont là".

Ma conclusion personnelle.

L'élargissement de l'Escaut est nécessaire si on ne veut pas être, à l'avenir, le parent pauvre évité par le monde économique qui a besoin de cette voie d'eau. On ne peut dans ce dossier adopter une attitude rétrograde mais le (mauvais) jeu joué par les responsables le SPW (division voies hydrauliques) et par le bureau d'ingénieurs en charge de la partie technique du dossier est hautement critiquable, ces gens semblent avoir dissimulé des réalités, méprisant les Tournaisiens qui auraient juste à subir les énormes inconvénients de ce chantier et ses conséquences désastreuses pour les riverains du fleuve tout en se taisant.

Dans la gestion de dossier, nos dirigeants locaux ont semblé, aux yeux de très nombreux tournaisiens, comme anesthésiés, acceptant le tout sans broncher ! Rien n'est perdu pourtant si sagesse et bonne volonté peuvent enfin émerger dans ce dossier capital pour le visage futur de la cité des cinq clochers. Les points de vue des uns et des autres peuvent être rapprochés : l'avenir du Pont des Trous a été tranché avec l'avis des Tournaisiens par référendum acquis en toute dernière extrémité, le Pont-à-Pont et le halte nautique ne posent pas de réels problèmes si ce n'est ceux inhérents au chantier, on pourrait tout simplement décider de conserver une largeur comprise entre six et dix mètres sur le quai Saint-Brice (compromis) ou alors faire publiquement son mea-culpa et oser dire aux Tournaisiens que les bateaux de classe Va ne sont qu'une solution provisoire et qu'on pense déjà à la classe Vb pour le bien économique de Tournai (pour ne pas recommencer les travaux dans dix ou vingt ans) et de la Wallonie entière.

Dans ce dossier, il est temps d'arrêter la valse des girouettes et la Muette de Portici, il est temps aussi que la Région wallonne fasse preuve de nettement moins d'arrogance et joue, enfin, franc-jeu.

Composé de rebondissements, de réunions secrètes, d'élaborations de double-plans, de soumissions incompréhensibles, de trahisons dans un couple, fusse-t-il politique, ce dossier "Escaut" comporte désormais toute la matière nécessaire à l'écriture d'un excellent roman. Je rappellerais simplement à celui qui serait tenté par l'écriture que le titre "Main basse sur la ville" a déjà été utilisé par Raffaele La Capria et a servi de scénario à l'excellent film de Francesco Rosi en 1963.     

Ce jeudi 18 février, à 18h, une réunion est organisée au Foyer Saint-Brice à Tournai sur le thème : "Soyons clairs, questions à nos représentants". On espère cette fois que chacun sortira enfin du bois et qu'il n'y aura pas de langue de bois !

Dans l'attente, vous êtes invités à consulter le site : http://voies-hydrauliques.wallonie.be/ élargissement de l'Escaut, vous y verrez les plans et la projection virtuelle de la traversée de Tournai rénovée.

(photos anciennes : Courrier de l'Escaut, autres document : collection de l'auteur)

S.T. février 2015.

10:06 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, elargissement de l'escaut |

10/10/2012

Tournai : des projets qui font débat (2)

Où on reparle du Pont des Trous !

Un autre projet qui fait débat en cet automne 2012 est l'avenir du Pont des Trous et du tracé de l'Escaut dans sa traversée de la ville. La vieille porte d'eau, une des plus anciennes d'Europe du Nord, érigée à la fin du XIIIe siècle (1380-1400) a vu couler beaucoup d'eau sous ses arches et fait, malheureusement, depuis quelques années couler beaucoup d'encre.

Il y a quelques semaines, les défenseurs de ce précieux témoin de l'histoire de notre cité avaient vu naître l'espoir puisque le gouvernement français semblait mettre un frein à la liaison Seine-Nord, la situation économique résultant de la crise de 2007 resserrant les nombreux budgets alloués aux grands projets de liaisons, "on va pouvoir souffler un peu" pensèrent-ils !

Cette annonce d'abandon provisoire du projet par les français n'a pas ému les Voies Hydrauliques de notre région qui poursuivent, imperturbablement, le projet de mise à gabarit de l'Escaut pour des bateaux de classe Va, soit 2.200 tonnes. Le 29 septembre, on apprenait que le bureau d'ingénierie Greisch associé au bureau ANMA avaient été désignés afin d'établir les plans concernant la traversée de Tournai. Ces deux bureaux ne sont pas inconnus dans la cité des cinq clochers puisque le premier est à l'origine du nouveau commissariat de police de la rue Becquerelle et le second s'occupe actuellement de la revitalisation du quartier cathédral. 

Etude technique, esquisses, étude d'incidence, demande de permis d'urbanisme, attribution du permis et adjudication précèderont le début d'un gigantesque chantier qui concernera non seulement le Pont des Trous mais aussi la rectification de la courbe prenant naissance au Pont à Pont et l'élargissement de ce dernier. Il faudra aussi revoir les capacités des autres ponts tournaisiens et moderniser les barrages des écluses de Kain et d'Hérinnes. Avant le début effectif des travaux, on peut estimer à une douzaine de mois le temps nécessaire pour ces différentes phases. 

Ainsi, après la rénovation des quais (teminée en 2011), celle en cours pour de nombreuses années encore de la cathédrale Notre-Dame (débutée en 2000), la (trop) lente transformation du quartier cathédral (débutée fin 2009), la rénovation de l'ilôt Cherquefosse (toujours en projet), voici qu'à l'horizon 2013-2014 se profile un nouveau chantier d'importance. Une réalisation vitale pour les milieux économiques car le transport de marchandises ne cesse de croître, le bureau du plan évoquant une augmentation de 68% dans les vingt prochaines années. Nos routes ne peuvent déjà plus supporter ce charroi incessant de camions et ce type de transport augmente sérieusement le risque d'accidents et la pollution tout en détruisant, peu à peu, le réseau routier (il suffit de lire les faits divers dans la presse quotidienne ou d'emprunter nos autoroutes pour être conforté dans cette affirmation). La dorsale wallonne pour le transport par eau devient donc une nécessité mais nous pensons également que le développement de l'offre de transport par rail ne devrait pas être négligé, la SNCB ayant pris un trop grand retard par rapport aux pays voisins. 

Une autre vision du problème.

Rudy Demotte, probablement le futur bourgmestre empêché de la cité des cinq clochers, a livré récemment sa vision de ce nouveau chantier. Il n'est nullement question de détruire le Pont des Trous, l'ouvrage le plus visité et le plus photographié avec la cathédrale Notre-Dame par les touristes venus des quatre coins de la planète. Il est également hors de question de créer une déviation du fleuve qui marquerait le centre-ville d'une cicatrice, détruirait l'habitat des quais et replongerait Tournai au rang des villes sinistrées. Pour lui, la raison la plus sage est d'envisager d'écarter les tours, de part et d'autre, pour élargir le pont et permettre le passage de bateaux de 11,40 m et de 110 m de long. Déjà en 1947, le vieux pont avait été en partie dénaturé. Lui qui n'était déjà plus équipé de sa toiture couvrant les arches au 14e siècle, lui qui avait vu ses mêmes arches détruites par les bombardements, fut réhaussé de plus de deux mètres grâce aux techniques de l'époque. Avec les moyens actuels, l'élargissement du pont qui garderait ainsi son rythme architectural serait possible. Les puristes, les défenseurs de notre patrimoine renieront très certainement cette solution car ce serait "travestir" l'histoire et faire du "faux vieux". Ce projet risque donc d'encore faire débat et d'apporter son lot de pétitions aux responsables communaux et régionaux. 

La plus grande crainte des Tournaisiens est que le transport de marchandises par des péniches de 2.200 tonnes ne soit qu'une étape vers des convois de 4.000 tonnes (sachant que le canal Albert pourrait accueillir des convois de 9.000 tonnes), l'élargissement du Pont des Trous ne serait alors qu'une solution transitoire et le débat concernant sa conservation se reposerait inévitablement dans deux ou trois décennies, nos hommes politiques ayant par la passé prouvé avoir souvent une vision limitée à la durée de leur(s) mandat(s) (cfr : la solution de l'alternat défendue par Raoul Van Spitael en 1976). Les riverains des quais verront-ils un jour des capitaines au long cours les saluer de la main à hauteur du deuxième ou troisième étage de leur maison ou appartement, crainte évoquée par la représentante Ecolo, Marie-Christine Lefebvre, lors d'un débat télévisé sur la RTBf, le 9 octobre ? Avec la mégalomanie galopante de certains (notamment des patrons de multinationales soucieux d'une rentabilité à outrance et de la défense du portefeuille de leurs actionnaires toujours plus gourmands) tout est possible ! Tout le monde sait qu'en cette période de crise, le chantage à l'emploi est une sorte d'arme de destruction massive des illusions entretenues par ceux qui souhaitent sauvegarder un environnement de plus en plus menacé.

Tournai s'apprête donc à vivre un nouveau gros chantier et ses habitants se demandent, si un jour, ils pourront, à nouveau, flâner tranquillement dans une ville ayant retrouvé un visage serein, sans se heurter à une barrière Héras, sans devoir marcher dans la boue, sans devoir fermer les yeux à la belle saison en raison de la poussière soulevée par les engins de chantier, sans devoir chercher des itinéraires alternatifs en raison des rues fermées pour la durée des travaux ! Pour ces promenades, ce n'est pas demain la veille, il coulera encore beaucoup d'eau sous les ponts de la cité des cinq clochers avant que celle ne présente son plus beau visage, propose ses plus beaux atours dans un écrin exempt de tranchées et de monts de terre.

(S.T. octobre 2012)