24 mars
2017

08:59

Tournai : expressions tournaisiennes (400)

Quate chintième babillarte !

Cha fait asteur quate chints saim'dis qu'in patois d'Tournai j'vous écris. Mo Dieu, bé comme l'temps passe et vite s'écoule, cha fait d'jà huit ainnées que j'raqueonte des cacoules ! In m'lisant, vous l'avez seûrmint adveiné, j'sus vraimint fier d'ête ein infant d'Tournai et je n'veux pos que l'parler d'ichi i-soiche oblié que, pa des gins parlant eine eaute lanque, i-soiche déméprisé

No patois, ch'est no symbole, no signe de ralliemint, ch'est l'incestral lien qui unit tous les Tournisiens. L'ceu qui veut, eine feos, intinte ces meots qu'on dit dins l'cité des cheonq clotiers, in ouvrant ses orelles pou bin acouter, i-n'a qu'à aller porméner dins nos rues, nos rulettes ou bin l'leong d'nos quais .

J'sus seûr que dins toutes les conversatieons, i-intindra toudis au moinse eine de ces espressieons : 

D'ein qui n'in a jamais assez, pou bin définir l'perseonne, on dit : "M'n'heomme i-li faudreot l'gardin et les preones". On dit pou ein rusé, ein soucard : "Dusqu'i-s'perdra, i-f'ra noir !". On dit pou ein heomme qui veut passer inaperchu, ein qu'on a jamais ermarqué : "I-fait l'effet d'ein grain d'aveine dins l'gueule d'ein baudet".  Pou ein individu maiguerleot, on dit que "ch'est ein carilleon d'ossiéaux". On dit d'ein heomme qui fait du mauvais ouvrache, d'ein bricoleu, d'ein cafouilleu : "Et bé m'n'heomme, i-est adreot d'ses mains comme ein pourchéau de s'queue". Pou désigner ein qui aime bin l'biere et qui est toudis quervé, vous risquez pétête d'intinte : "M'heomme i-buvreot Bapéeaume et ses fossés" cha m'étonnereot... cha n'est pus fort utilisé, asteur, on parle avant tout "d'ein potieau d'cabaret". Pou ein vantard, ein qui s'prind toudis l'tiête, on dit :"Ein heomme qui s'vante et ein baudet qui s'gratte ch'est deux bellés biêtes". Cha va alfeos vous choquer quançque vous intindrez pou ein heomme qui est in train d'agoniser ; "I-n'a pus beauqueop d'sanche, s'cul i-sint l'louchet", rasseurez-vous, cha n'est pos de l'vulgarité, diseons que ch'est ein peu... imagé. Là dusque j'sus d'accord d'dire que ch'est vraimint grossier, ch'est quançqu'on anneonche que "l'feimme est impanch'loutée". Ces meots-là cha m'fait pinser au ceu qui n'a pos l'langache fort raffiné, ainsin on dira d'ein qui parle platemint : "à m'mote que m'n'heomme i-n'tamisse pos fin !". Pou ein heomme qui a marié eine feimme infidèle, eine qui a l'habitude d'aller vir ailleurs si l'hierpe elle est pus belle, on li dira, in guisse d'consolatieon et pou n'pos treop s'in faire : "I-véaut mieux ête wieot qu'aveule : on veot ses confrères". Cha m'fait pinser à ceulle phrase que j'ai intindue concernant ein malhureux qui éteot cocu :"L'curé li ouvère l'porte à double battants, pou qui n'accroche pos ses cornes in rintrant". Vous avez pétête rincontré dins vo vie, ein profiteu, ein heomme du ginre pique-assiette, d'li on dira : "Pou li minger à l'ouel, s'bouque elle f'reot l'tour de s'tiête". 

Ein bieau jour, des gins de la héaute société on voulu interdire l'patois d'Tournai. Pa ces jocrisses, i-a été banni des classes des écoles, ch'est simpe, si on l'parleot, on attrapeot eine colle. Si te diseos "ahais Mossieu" pou répeonte à eine questieon, te t'ortruèveos, vite fait bin fait, avé eine punitieon. On d'veot copier chint feos, in calligraphie : "En français on répond oui, le maître me l'a souvent dit".

Comme diseot Mossieu Parvenu et Madame Proutemachère : 

"Mon Dieu que ce langage est vulgaire, il définit bien les classes populaires, si un enfant veut s'élever dans la société, on doit lui interdire cette façon de parler". 

"Bé queompte là d'zeur et beos d'l'ieau, t'aras des clairs boyéaux", si à l'école on éteot obligé d'parler l'lanque de Voltaire, à nos maseons l'maîte i-n'pouveot pos v'nir nous faire taire. 

Tous ces gins qui, pou parler, metteot'ent les preones dins les quertins, i-ont été fameus'mint estoqués pa l'succès du Cabaret Walleon Tournisien. Du patois, ces gins-là i-n'sav'tent pétête rien mais, pou nous eautes, acouter les Filles Celles Picardes, Bruno Delmotte ou les canteus du Bistreot Tournaisien, ch'est bin leon d'ête du flamind. 

I-n'ont jamais voulu comprinte tous ces adeptes du beon langache, que ch'est l'patois de l'Ile de France qui est, peu à peu, dev'nu l'usache. 

Nos incêtres, nos aieux, nos parints qui nous ont éduqués, i-n'conniseot'ent pétête pos deux meots d'Français mais i-ont quand même fait des infants qui, dins l'société, peuv'tent, aujord'hui, s'débrouiller. 

Dins no beonne ville d'Tournai, tertous on sait qu'eine perseonne qui a l'bazin, ch'est eine qui est prisse d'trimblemints, qu'ein heomme qui su s'freont i-a ein riche boursieau, ch'est pasqui-a eine bosse après eine mauvais queop. I-n'feaut pos nous espliquer quançqu'on dit qu'on a brichaudé l'argint, on comprind tout d'suite qu'on a gaspillé les liards comme chez Publifin. On s'déméfie des cache-à-puches et des mordiquéaux, i-cache'tent toudis à batt'lier, à vous bourrieauder, à vous inveyer à l'hosto. A Tournai, à Ath ou à Mouscreon, on a tertous nos espressieons, ch'est no carte d'idintité, ein espèce d'marque d'fabricatieon. 

Si vous m'suivez d'puis l'prumier artique, vous n'avez pus b'soin du lexique et si vous êtes fidèle d'puis l'prumière rubrique vous pouvez me l'faire savoir pa ein commintaire, même laconique.

In attindant, l'sémaine qui vient, on orpalera d'cuisine grâce, bin seûr, aux orcettes de no beonne Fifinne !

(lexique : eine babillarte : une lettre / asteur : maintenant / quate chints : quatre cents / saim'di : samedi / des cacoules : des carabistouilles, des histoires inventées / adveiner : deviner / ein infant : un enfant / ichi : ici / eine eaute lanque : une autre langue / démépriser : mépriser / l'ceu : celui / eine feos : une fois / les cheonq clotiers : les cinq clochers / acouter : écouter / porméner : promener / les rulettes : les ruelles / l'leong : le long / seûr : sûr / au moinse : au moins / l'gardin : le jardin / les preones : les prunes / ein soucard : un sournois / dusque : où / inaperchu : inaperçu / l'aveine : l'avoine / ein maiguerleot : un homme très mince / les ossiéaux : les os / ein ouvrache : un ouvrage, un travail / ein cafouilleu : personne qui agit de façon désordonnée, qui ne sait pas par où commencé l'ouvrage / ein pouchéau : un porc, un cochon / quervé : ivre / pétête : peut-être / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / alfeos : parfois / quançque : lorsque, quand / l'sanche : la chance / l'louchet : la bêche (dans ce cas celle du fossoyeur) / anneoncher : annoncer / impanch'loutée : enceinte / platemint : platement / à m'mote : à mon idée / tamisse : tamise / l'hierpe : l'herbe / in guisse : en guise / wieot : cocu / ein aveule : un aveugle / ceulle : cette / l'ouel : l'oeil / l'bouque : la bouche / simpe : simple / ahais : oui / queompter : compter / là d'zeur : là-dessus / l'ieau : l'eau / l'maseon : la maison / mette les preones dins les quertins : phrase souvent entendue qui signifie parler avec emphase / ête estoqué : être abasourdi, frappé à mort / les canteus : les chanteurs / ête bin leon : être bien loin / tertous : tous / avoir l'bazin : être pris de tremblements / ein boursieau : une bosse, un hématome / ein queop : un coup / brichauder : gaspiller / les liards : l'argent / s'déméfier : se méfier / les cache-à-puches : personnes qui recherchent la bagarre,, qui cherchent continuellement noise / des mordiquéaux : des sales individus / batt'lier : batailler / bourrieauder : brutaliser / inveyer : envoyer / l'prumier artique : le premier article / les orcettes :les recettes).

S.T. mars 2017.

08:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

22 mars
2017

11:54

Tournai : le prix de l'asbl Pasquier Grenier

Deux magnifiques restaurations primées par Pasquier Grenier. 

Fortes de plus de 400 membres, L’ASBL Pasquier Grenier oeuvre pour la sauvegarde du patrimoine immobilier tournaisien. Depuis sa création en 1984, on ne compte plus le nombre d'interventions que ses administrateurs ont effectuées auprès de différents services responsables afin de défendre des constructions remarquables appartenant au patrimoine immobilier de la ville ou afin de signaler des immeubles fortement dégradés ou carrément laissés à l'abandon. On ne compte plus les courriers adressés au service de l'Urbanisme pour signaler des restaurations mal réalisées en ce qui concerne notamment les matériaux ou les couleurs utilisés ou le respect de l'harmonie de l'environnement.

Les restaurations sont l'oeuvre tant du secteur public que de propriétaires privés, elles représentent un combat de longue haleine qui peut parfois décourager certains téméraires tentés par l'aventure. Aussi l'ASBL Pasquier Grenier intervient pour soutenir le projet, apporter son aide dans les démarches à effectuer, donner des conseils et récompenser les meilleures réalisations. Depuis plus de 30 ans, des propriétaires audacieux ont ainsi été récompensés.

Le 9 février dernier, le Conservatoire de Tournai accueillait un nombreux public convié à la remise du prix annuel.

Cette année deux réalisations exemplaires ont été primées, l'une entreprise par le secteur public, l'autre par un propriétaire privé. Toutes deux présentent une telle qualité qu'il a été impossible au jury de les départager.

Le Conservatoire de la Ville de Tournai.

Pour admirer le travail réalisé, il suffit de comparer deux photos prises à dix ans d'intervalle, l'une prise en 2006, l'autre aujourd'hui :

2006 Tournai la Salle des Concerts.JPG

Une toiture et des corniches en mauvais état, les éléments entourant les fenêtres totalement dégradés, le revêtement du pourtour qui s'effondre sur la voie publique et des locaux intérieurs non adaptés aux exigences d'accueil des nombreux élèves. En clair, une impression de délabrement au centre d'une place Reine Astrid accueillante (photo F.B).

2017.03 place Reine Astrid salle des Concerts rénovées.JPG

C'est tout l'ensemble qui a été rénové en comprenant également les façades des immeubles de l'ilôt des Primetiers. De larges vitres ferment désormais le péristyle créant ainsi un lieu de réception convivial, la salle des concerts situées à l'étage a été totalement rénovée ainsi que les ascenseurs et les classes (photo : S.T.). 

 

L'immeuble situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et le la placette du Bas Quartier.

2017.03 rue de l'Hôpital N-D prix Pasquier Grenier.JPG

(photo : S.T.).

Cet immeuble abritait jadis le café à l'enseigne de "l'Entracte" en raison de sa proximité avec le cinéma Multiscope Palace aujourd'hui disparu. Il a été racheté et entièrement rénové par Mr. Yves Boyaval avec l'aide du cabinet d'architecture Archipel (Eric Marchal et Frédérique Matagne). La réalisation n'était pas simple, car il a notamment fallu supprimer et remplacer des éléments qui avaient été ajoutés au fil des restauration précédentes. Cet immeuble de style Louis XIV a aujourd'hui retrouvé sa splendeur historique avec sa toiture totalement refaite, ses larges corniches débordantes à corbeaux, ses pierres et briques et son badigeon rouge sang de bœuf.

Mer et Mme Yves et Anne Boyaval, d'origine française, passionnés par les anciennes pierres, ne sont pas inconnus à Tournai. Ils sont tombés sous le charme de la cité des cinq clochers, il y a de nombreuses années et ont déjà été primés par Pasquier Grenier, en 2010, pour une autre rénovation, celle d'une rangée d'immeubles située aux numéros 8, 9 et 10 du quai Notre-Dame, au sein d'un ensemble immobilier plus vaste, héritage de l'aménagement des quais de Tournai et de la rectification du cours de l'Escaut entrepris sous Louis XIV. 

Tournai Quai Notre-Dame maisons rénovées (2013).JPG

Quai Notre-Dame 8, 9 et 10 (juste après la façade en pierre jusqu'à l'angle du quai avec la ruelle des Noirets- photo J d.C).

De nombreux propriétaires n'hésitent pas de se lancer dans la restauration de leur immeuble afin de lui redonner l'aspect et le lustre de jadis. Année après année, Tournai retrouve des témoignages de son riche passé. L'Optimiste vous emmène à la découverte de ces différentes réalisations primées en vous les situant.

En vous promenant dans la ville, vous pourrez les admirer :

Quai Taille Pierre n°22, rue des Récollets n°26, rue des Augustins n°53, rue du Floc à Brebis n°13, rue de la Ture n°29, rue du Château n°33, rue Haigne n°27, rue Saint-Jacques n°17, rue des Corriers n°22, quai du Marché-au-Poisson n°18, rue Saint-Jacques n°9, rue du Ballon n°16 et 18, rue Sainte-Catherine n°30, rue du Palais Saint-Jacques n°5, rue Roc Saint-Nicaise n°19, rue du Louvre n°1 et 3, rue Sainte-Catherine n°25, rue des Jésuites n°19, place Victor Carbonnelle n°5, rue des Récollets n°4, rue des Corriers n°50, rue Saint-Piat n°1, quai Vifquin n°19, rue Dame Odile n°4, rue des Puits l'Eau n°9 et 11, rue de la Cordonnerie n°2, rue des Augustins n°27 et 29, rue de la Madeleine n°17, avenue Van Cutsem n°28 et 29 (deux maisons "Art Nouveau" érigées en 1904), Quai Notre-Dame N° 8, 9  et 10, rue Roc Saint-Nicaise n°15 (angle de la rue Jean Noté), rue des Cloches n°4, rue de l'Hôpital Notre-Dame à l'angle de la placette du Bas-Quartier (immeuble dit "Aux Scènes bibliques" faisant face à la réalisation primée en 2016), rue des Croisiers n°1 (ancien presbytère de l'église Saint-Jean Baptiste), Boulevard des Déportés n°36 (immeuble Art Nouveau), Boulevard Léopold (bâtiment néogothique de l'Institut Don Bosco, ancien orphelinat et oratoire Saint-Charles).

(sources : revue trimestrielle de l'asbl Pasquier Grenier - presse locale : le Courrier de l'Escaut).

S.T. Mars 2017.

10:25

Tournai : souvenirs du Cabaret Wallon (8)

1996, l'orage qui couvait au sein de la royale Compagnie éclate !

L'année 1996 restera à jamais gravée dans les annales de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien. Après la disparition de quatre membres importants et à l'issue d'une année sabbatique, on pensait que le Cabaret allait vivre à nouveau des jours plus sereins. Si, en septembre, au moment de la proclamation des résultats du Concours Prayez, le ciel semblait s'être illuminé, il était présomptueux de croire que les beaux jours étaient enfin revenus ! Non, l'orage qui couvait et que parfois on devinait aux travers de déclarations des uns ou d'attitudes des autres éclatera soudainement à la fin de l'année.

Tournai, cabaret Wallon tournaisien, lucien jardez, philippe de smet

Concours Prayez 1996 : trois des quatre lauréats deviendront membres de la Compagnie en 1997, (de gauche à droite à partir de la croix) : Jean-Marc Foucart (et non Jean-Marie), Claude Delonville et Michel Petit. Le titre du journal semble signifier qu'aucun des auteurs n'est habitant de Tournai-Ville, un chauvinisme qui n'est pas de bon aloi en raison de la situation, ils demeurent néanmoins dans les faubourgs !

Premier coup de tonnerre, la disparition de la célèbre gazette du Cabaret : "Les Infants d'Tournai", créée en novembre 1954, parue cinq cents fois et sabordée par son rédacteur en chef qu'est le Président Lucien Jardez. Des difficultés financières et le manque de textes à publier sont les raisons évoquées par lui pour justifier la fin de la parution. C'est avant tout la lassitude de l'homme-orchestre qui en est à l'origine.

Ardent défenseur du patois auquel il a donné ses lettres de noblesse, serviteur incontesté de la Compagnie qu'il a portée à des sommets et amenée à faire connaître au-delà des frontières du Tournaisis, fine plume pour la rédaction de monologues, auteur de multiples fois récompensé pour ses contributions patoisantes mais aussi pour ses écrits en langue française, Lucien Jardez est tout cela (et peut-être même plus) mais... il possède un défaut flagrant, il est dogmatique. Depuis des années, il décrète, de plus en plus, ce qui est bon et mauvais pour le Cabaret, se montre intransigeant sur la qualité des textes qui sont présentés par de jeunes auteurs et exige de ces derniers une extrême rigueur et un talent inné pour une entrée au Cabaret. Toujours en recherche du mot juste et de la belle expression, Lucien Jardez est devenu, peu à peu, le défenseur d'une forme d'élitisme qui n'aurait certainement pas été partagée par les membres-fondateurs en 1907.

Un pouvoir sans partage ne peut conduire qu'à des réactions parfois outrancières. Deux clans se sont formés : les "Anciens" qui reconnaissent les qualités de ce Président élu en 1964 et qui, avec l'âge, ont perdu la fougue de la jeunesse pour le contredire et les "Modernes" soutenus par d'autres membres plus anciens qui souhaitent injecter du sang neuf dans la Royale Compagnie. Lassé par ce déchirement, déçu par les critiques dont il est l'objet au sein de la Compagnie mais aussi parmi certains membres cotisants, le 27 novembre 1996, Lucien Jardez rédige et envoie sa lettre de démission. Il met ainsi un terme à 53 années de présence et 42 années de présidence. 

1996 RCCWT démission de L Jardez (2).jpg

extraits de la lettre de démission de Lucien Jardez. 

Les propos extraits de la lettre de démission qu'un "vent favorable" a amenée à la presse traduisent la personnalité de l'auteur. Les amoureux du Cabaret lui sont reconnaissants du travail accompli pour avoir fait du Cabaret Wallon Tournaisien, une vitrine du "parler de chez nous", et d'avoir prouvé à tous que la langue picarde n'était pas ce langage des vulgaires et du petit peuple comme aimaient à le proclamer bien haut les snobinards et les parvenus de l'époque. Lucien Jardez a donc parfaitement raison de déclarer que, sous sa présidence, la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien a atteint des sommets qu'elle n'avait jamais connus au cours de son existence, malheureusement... était-il vraiment nécessaire d'ajouter la phrase "et qu'elle ne connaîtra probablement plus jamais" ? Ce sont là des mots qui mettent au grand jour une personnalité imbue d'elle-même et aigrie, des petites phrases qui vont ternir quelque peu l'image de celui qui restera pour longtemps encore un défenseur de notre patois digne de figurer au panthéon des auteurs tournaisiens et wallons. Déçus par le départ de cet homme d'exception tout autant que par ses écrits parus dans la presse, les quelque deux mille membres cotisants de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien se demandent finalement si le président n'avait pas l'intention inavouée de voir disparaître le Cabaret à brève échéance en créant une absence de relève.

 

1985 RCCWT distinction pour L. Jardez.jpg

Lucien Jardez avait été fait Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres de France en 1985.

1994 Tournai au Fil du Temps L Jardez (2).jpg

En 1994, Lucien Jardez, par ailleurs conservateur de "la Maison Tournaisienne", le musée de Folklore, était venu évoquer son autre passion pour Tournai, la préservation de son folklore, au cycle de conférences "Tournai, Au Fil du Temps" organisé au profit de l'institut d'Enseignement spécial "le Saulchoir" à Kain.  

Le départ inopiné de Lucien Jardez survenu dans une atmosphère conflictuelle latente ne doit pas faire oublier tout ce que la cité des cinq clochers doit à cet homme : outre sa très longue présidence au sein du Cabaret Wallon, il était aussi membre de l'A.S.B.L "Les Amis de Tournai", Chevalier Camerlingue de la "Confrérie des Chevaliers de la Tour". Il était également auteur de vaudevilles, de poèmes, de monologues et de nouvelles en prose, Conservateur du Musée de Folklore depuis 1982, Président de la section "Arts et Traditions populaires" au sein de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie, membre de l'Association Royale des Ecrivains Wallons. On lui doit la traduction en patois des BD : les "Pinderleots de l'Castafiore" (les Bijoux de la Castafiore d'Hergé) et "Les potieaux d'cabaret", ou encore "L'année de la bière", versions tournaisiennes des BD de Cauvin et Carpentier. Il a rédigé le "Glossaire picard tournaisien" et écrit "Les Géants de Tournai et leur suite" et "Tournai, Tournaisis". Il a participé aux émissions dialectales tournaisiennes sur Radio-Hainaut (Vivacité désormais) et, entre 1973 et 1984, il a composé tous les poèmes de présentation, en français, des Galas du Folklore Wallon qui se déroulaient au Palais des Beaux-Art de Bruxelles. 

Suite à la décision irrévocable de Lucien Jardez, plusieurs questions se posent désormais : que vont faire les Anciens qui l'ont toujours soutenu ? Qui va diriger le Cabaret ? Combien de membres comptera encore la Compagnie ?  Le Cabaret n'a-t-il pas reçu le coup de grâce ? 

1996 RCCWT démission de L Jardez (3).jpg

Le journaliste du "Courrier de l'Escaut" résume d'excellente manière la situation créée par le départ de l'homme qui incarnait le Cabaret depuis bien longtemps. 

Tel le phénix renaissant de ses cendres, le Cabaret va se doter d'un nouveau Président en la personne de son pianiste-accompagnateur Philippe De Smet (voir l'article qui lui a été consacré sur le présent blog). Symbole du renouveau annoncé, c'est le plus jeune membre qui va avoir la lourde charge d'assurer la continuité et on peut être... "optimiste" à ce sujet !

(sources : "Chint ans d'Cabaret" de Pol Wacheul, ouvrage paru en 2007 à l'occasion du 100ème anniversaire la R.C.C.W.T. - presse locale - "Le Courrier de l'Escaut" pour les documents photographiques).

S.T. mars 2017.