14 janv.
2017

10:57

Tournai : expressions tournaisiennes (391)

L'bac i-s'ortourne toudis sur l'pourchéau.

J'aime bin Fifinne mais ch'est alfeos eine saprée lanque d'vipère, ch'est bin simpe, ave s'lanque elle f'reot pinte s'mopère et s'mamère. Vous voulez des prouèfes de c'que j'dis, j'vas vous raqueonter ce qui s'a passé verdi.

Quançqu'à leu maseon j'sus arrivé, j'ai croisé ein ménache su l'palier. A l'porte de l'appartemint, Fifinne leu f'seot ein signe de la main. Dins l'couloir dusque j'éteos à peine rintré, elle commincheot d'jà à les démépriser :

"Te les as vus, mes deux gins, ch'est Raymeond et Louiseon, i-n'vienne'tent qu'eine feos l'an à no maseon. Quançque t'es arrivé, te les as vus déquinte, te n'truèfes pos qu'on direot Mardi Gras et Mercredi des Chintes. Li, ch'est eine boule, i-est aussi héaut qui n'est greos, elle, elle tient tout de s'mopère qu'i-éteot ein grand maiguerleot".

J'éteos à peine assis qu'elle a orpris :

"Raymeond, cha n'a jamais été ein vaillant, i-a ouvré au qu'min d'fier mais i-a toudis préféré l'ouvrache fait que l'ceu à faire, en veyant s'manque de goût pou l'traval, i-l'ont foutu à l'huche et, du queop, cha n'a pos fait ein pli, i-a décidé d'rester dins s'camuche. D'puis d'c'momint-là, ch'est "l'ménache du couleon" et je n'truèfe pos cha normal, l'imblavé i-n'est même pos gêné que ch'est l'fumelle qui norrit l'marle. In puque, i-n'est pos cras à léquer les murs, l'Raymeond, i-est même pus souvint au cabaret qu'à s'maseon. Louison après s'journée, elle nettie, elle erpassse et l'attind tout in préparant l'deîner mais quançqu'i-orvient i-meonte directemint à s'lit tell'mint i-est pleombé".

L'paufe feimme elle est aussi maigre que li i-n'est greos. Te l'as vue, je n'mins pos, ch'est eine véritape carilleon d'ossiéaux. Elle a attrapé eine mauvaisse croque l'hiver dernier et on peut dire que d'Mulette elle est eine rescapée. On intindeot les visins parler tout bas et dire qu'elle éteot ein osieau pou l'cat, qui n's'reot'ent vraimint pos surpris si, ein bieau jour, on areot anneonché que l'paufe file aveot fait ses treos tours. Te pinses pétête, qu'à l'hôpital, c'quervassin i-areot eté l'vir, bé neon, neon, ch'est su l'banquette du bistreot qui préféreot s'assir. A causse d'cha, bé, cha fait des meos que mes deux gins i-n'écange'tent pus ein meot. Si acore quançqu'i-a bu i-n'sereot pos violent, qui s'reot alfeos pus soyeu qu'méchant, neon, te peux d'minder à Edmeond combin d'feos, Louison elle a orchu des cachireons. Dins l'temps, quançqu'on habiteot acore à l'rue Montifaut, elle metteot ein fichu pou mucher ein boursieau ou bin des neunettes d'solel pou n'pos vir l'oeillarte à s'n'ouèl".

"Cha s'appelle eine pléonasme ce qu'te viens d'faire, j'n'ai jamais vu eine oeillarte à eine eaute affaire".

Edmeond qu'i-aveot pinsé faire ein beon meot, comme toudis, i-a bin vite eu s'feimme su l'deos.

"Mo Dieu, te f'reos mieux de t'taire, Edmeond, pasque te peux deonner l'pétit deogt à Raymeond. T'as oblié l'temps dusqu'on éteot à l'rue Montifaut et que te l'rincontreos tous les soirs dins l'même bistreot". 

"Ch'éteot pou éviter que l'cat soiche dins l'horloche, j'alleos l'erquerre, te comprinds... j'ai toudis eu beon coeur !".

"Ahais, te m'espliqu'ras, Mossieu le bon cœur, pourquoi te rintreos avé li à minuit in étant parti de l'maseon à siept heures !".

Pindant ceulle conversatieon inter Fifinne et Edmeond, j'ai ormarqué su eine armoire eine série d'candelles.

Pou canger d'sujet, j'ai d'mindé :

"Et alors Fifinne te vas ermette tes décoratieons d'Noël ?".

" Cha là !... Neon, neon, j'ai toudis intindu dire pa m'mopère que gouverner ch'éteot prévoir et l'sémaine qui vient, mi, j'n'ai pos du tout invie de m'ortrouver dins l'noir. Comme on a arrêté bramint d'cintrales nucléaires in Belgique, si i-fait très freod comme on l'préveot, on risque de n'pus avoir d'élestrique".

Edmeond i-a souri et i-a dit :

"Mo Dieu, bé, ch'n'est pos dramatique, allez, on restera bin au quieaud dins no lit pindant l'journée et à l'fin de l'nuit on acout'ra à l'radio pou savoir quançque l'courant i-s'ra rétabli".

"Te ne pourreos pos acouter l'radio si i-n'a pos d'courant, busie ein p'tit peu à ce qu'te dis, grand imbécile"

"Ah beon, pasque Madame "qui sait tout" elle n'sait pos 'cor que l'apparel i-marche avé des piles". 

A c'momint-là, on aveot toudis d'l'élestrique mais l'ambiance elle éteot d'jà dev'nue... atomique !

(lexique : toudis : toujours / l'pourchéau : le cochon / l'bac s'ortourne toudis su l'pourchéau : une mauvaise action se retourne toujours sur son auteur / alfeos : parfois / saprée : sacrée / pinte : pendre / s'mopère et s'mamère : son père et sa mère / des prouèfes : des preuves / verdi : vendredi / quançque : lorsque / ein ménache : un ménage, un couple / dusque : où /commincher (ou qu'mincher) : commencer / démépriser : dire du mal de quelqu'un, diffamer, discréditer / Mardi Gras et Mercredi des Chintes : ces deux jours diamétralement opposés désignent un couple composé d'un petit gros et d'un grand maigre / li : lui / ein maiguerleot : un maigre, un malingre / orprinte (ou erprinte) : reprendre / ouvrer : travailler / au qu'min d'fier : au chemin de fer / l'ceu : celui / foutre à l'huche : mettre dehors, mettre à la porte, licencier / du queop : du coup, dès lors / l'camuche : le nid / l'couleon : le pigeon / l'imblavé : l'orgueilleux, le faiseur d'embarras / l'fumelle : la femelle / norrir : nourrir / l'marle : le mâle / in puque : de plus / ête cras à léquer les murs : il n'est pas gros pour rien / nettier : nettoyer / repasser (ou orpasser) : repasser / l'deîner : le dîner / ête pleombé : être ivre, en tenir une bonne comme on dit populairement / ein carilleon d'ossieaux : littéralement un carillon d'os, désigne une personne qui n'a que la peau sur les os / eine mauvaisse croque : une maladie grave / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai, son nom lui serait donné par la première personne qui y a été inhumée / les visins : les voisins / ête ein osieau pou l'cat : être un oiseau pour le chat : ne plus en avoir pour très longtemps / anneoncher : annoncer / faire ses treos tours : mourir / pétête : peut-être / l'quervassin : l'ivrogne / vir : voir / à causse : à cause / cha : cela / ein soyeu : personne embêtante, on dit aussi en patois : quéquein qui fout l'barpe, un personne qui nous barbe / orchevoir : recevoir / des cachireons : des gifles / ein fichu : un foulard / mucher : cacher, dissimuler / ein boursieau : une enflure, une bosse / des neunettes : des lunettes / eine oeillarte : un œil au beurre noir / l'ouèl : l’œil / l'deos : le dos / l'deogt : le doigt / oblier : oublier / l'cat i-est dins l'horloche : il y a une mésentente dans le ménage / erquerre (ou orquerre) : rechercher / siept : sept / inter : entre / les candelles : les chandelles, grande bougies qu'on met en offrande à l'église / canger : changer / ermette (ou ormette) : remettre / bramint : beaucoup / l'élestrique : l'électricté / au quieaud : au chaud / acouter : écouter / busier : penser, réfléchir).

S.T. Janvier 2017.

10:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10 janv.
2017

14:47

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (13)

C'est un lieu hautement touristique de la Wallonie picarde que nous allons maintenant découvrir.

Le Mont de l'Enclus.

La Wallonie picarde possède deux élévations : le Mont Saint-Aubert (147 mètres d'altitude) situé à moins de cinq kilomètres au Nord de Tournai et le Mont de l'Enclus (141 mètres), un sommet partagé entre Wallonie et Flandre distant d'une dizaine de kilomètres de son voisin tournaisien.

Lors de la fusion des communes du 1er janvier 1977, les quatre villages que sont Amougies, Anseroeul, Orroir et Russeignies ont décidé, d'un commun accord, d'appeler la nouvelle entité du nom de ce lieu touristique connu aussi bien en Flandre (sous le nom de Kluisbergen) que dans le Nord de la France : le Mont de l'Enclus.

Chaque année, des milliers de sportifs se donnent rendez-vous sur ses pentes pour assister au passage de ce monument des courses cyclistes qu'est le "Tour des Flandres" mais aussi à celui d'autres épreuves flamandes du début de saison. Que les coureurs viennent de Ruien (montée de 1km1) ou d'Orroir (montée d'un kilomètre), ils doivent affronter une déclivité maximale comprise entre 11 et 12 %. Chaque week-end, des centaines de cyclotouristes venus de Belgique et de France mettent également ces montées au programme de leur circuit.  

Le Mont de l'Enclus est un lieu de promenades. Les visiteurs sont accueillis à la "Maison des Randonneurs" où leur sont fournies toutes les indications nécessaires afin d'effectuer, dans les bois, du jogging, des balades à pied, à vélo et même à cheval. Sur la petite place située au sommet, restaurants, cafés et magasins ne désemplissent pas à la bonne saison.

Un village attire plus particulièrement l'attention, celui d'Amougies qui connut son heure de gloire du 24 au 28 octobre 1969 en accueillant un des plus grands festivals pop organisés sur le continent européen, une organisation dont l'affiche n'avait rien à envier à ceux de Monterey, de Woodstock ou de l'île de Wight. En principe, ce festival devait avoir lieu à Paris ou à Tournai, mais les autorités de l'époque, assez rétrogrades et échaudées par les manifestations de mai 68, ne voyaient pas d'un bon œil la mise sur pied d'un tel événement sur leur territoire. Pendant plus d'une semaine, les habitants tout d'abord craintifs puis amusés virent des milliers de hippies envahir pacifiquement les rues de leur village. Ils étaient venus écouter les concerts de "Pink Floyd", "Ten Years After", "The Nice", "Frank Zappa", "Archie Sheep", "Yes", "Soft Machine", "Art Ensemble of Chicago", "East of Eden", "Zoo", du groupe français "Martin Circus", "Alexis Korner", "Pretty Things", "Sam Apple Pie" et des dizaines d'autres représentants de la musique de l'époque. Les organisateurs attendaient environ 25.000 spectateurs, ils en dénombrèrent 80.000 et le commerce local tira de substantiels bénéfices de ces journées. Dans le film consacré à ce festival, le boulanger local avoue avoir ouvert son magasin 24h/24 afin de ravitailler tout ce petit monde.

En 2017, le village d'Amougies a, de nouveau, été choisi pour être le théâtre d'un grand festival : le "W-Waves", le New-Wave and électronic pop festival qui aura lieu, du 17 au 21 août, sur l'aérodrome destiné d'ordinaire aux baptêmes de l'air et au vol à voile. On annonce la venue de "The Human League", "Front 242", "Anne Clarck", "Fischer-Z", "Peter Hook", "The Damned", "China Crisis", "Desireless", "la Lune Noire", "Honeymoon Cowboys" et bien d'autres. Combien seront-ils cette fois ? L’avenir nous le dira.

L'église Saint-Bavon d'Amougies renferme un caveau contenant les restes funéraires de neuf ducs de Montmorency.

A Anseroeul, la Ferme de la Grande Croix a été construite en 1737 sur l'emplacement du château du Seigneur du lieu, Gérard de la Croix, un édifice détruit en 1635. 

Russeignies est un village agricole situé au pied du Mont de l'Enclus. 

(sources : site de la commune et visites personnelles);

S.T. janvier 2017. 

06 janv.
2017

13:48

Tournai : expressions tournaisiennes (390)

Les voeux d'Edmeond et Fifinne.

"Eine beonne ainnée, eine beonne santé, mettez vo main à vo saclet, n'orwettiez pos c'que vous donnez".

On peut dire qu'Edmeond i-conneot acore bin les meots à imployer quançque ch'est pou li présinter à tertous ses meilleux souhaits. 

"Eh bé tins, ov'là acore eine qui comminche et j'espère bin mes gins qu'elle ne s'ra pos comme l'précédinte, l'ceulle qui vient. J'sais bin qu'on souhaite toudis bramint d'liards et surtout ein beonne santé mais i-a bin d'eautes cosses qu'tout cha à formuler. Seul'mint, creos-me l'Optimisse, i-a bin leon du rêve à l'réalité et ch'est probablemint l'pétite goutte du prumier janvier qui nous impêche d'décanter".

Comme de l'ainnée, on est acore dins les prumières heures quoisque te pourreos bin souhaiter à mes lecteurs".

"Mo Dieu, t'es prêt à écrire, t'as eine leonque fuelle, ... pasque mi, i-a pos d'problème j'vas t'in dire à l'pelle, i-d'a tell'mint dins m'tiête que je n'sais pus dusque j'deos les mette, j'deos pos cacher après des souhaits, comme l'Père Noë j'd'ai ein sa complet".

"J'voudreos tout d'abord que, pou eine feos su no tierre, les gins busi'tent infin qu'i-seont tous des frères, j'voudreos tell'mint n'pus intinte parler d'misère et, qu'in héaut lieu, on oblie eine feos pou toutes l'meot guerre, que pou avoir eine belle vie, des gins n'soichent pus obligés d'quitter leu pays. J'souhaite aussi qu'on comminche à s'deminder pourquoi dins tous ces pays là-vas, l'argint qu'on deonne i-va uniqu'mint dins l'poche des chefs d'états, tertous des rois, des impereurs et des dictateurs qui n'minquent de rien pindant que leu peuple, dins les rulettes, i-crève de faim. J'voudreos que l'heomme bin greos et fortuné qui vit dins ein véritape palais i-comminche à ouvère ses sis pou vir les ceusses qui n'ont même pos à minger. J'voudreos que nos dirigeants soiche'tent ein p'tit queop pus intelligents et que pou équilibrer leu budget, i-cache'tent les liards ailleurs que dins no porte-monnaie. J'voudreos aussi qu'les gins qu'on a élis pou nous orprésinter ouèf'tent pou nous eautes et pos d'abord pou s'ingraisser. J' voudreos vir les patreons banquiers arrêter d'foute à l'huche les imployés et les chefs d'interprisses n'pus délocaliser leus affaires pou deonner toudis pus d'argint à leus galafes d'actionnaires. J'voudreos lire sur internet d'bieaux commintaires écrits in beon français et pos d'z'espèce d'charabias rimplis de haine et d'méchanceté. J'voudreos vir l'meot Amour ave ein grand A rimplacher dins toutes les conversatieons l'ceu d'attintat...".

"Holà, Edmeond, i-t'feaut absolumint ordéquinte su tierre, on croireot ichi intinte l'pape su l'plache Saint-Pierre. Cha part seûrmint d'beonnes intintieons mais, on est ichi in pleine science-fictieon ! ".

"Quoisque te veux, des voeux ainsin, on in a tertous au feond de s'coeur et quançqu'on les proclame, on est tout d'suite pris pou ein seot et ch'est final'mint là qu'est l'drame, après tout, on n'devreot jamais avoir heonte de l'faire savoir et d'déquinte dins les rues pou canger l'meonte. Si partout  les gins s'metteot'ent à berler qui veule'tent l'trinquillité et la paix, les fafious qui gouverne'tent l'planète s'mettreot'ent à tranner".

Ch'est à c'momint-là qu'Ffinne elle a orjoint s'philosophe d'mari et qu'elle nous a adressé des voeux tout comme li :

"In 2017, j'voudreos pouvoir aller à commissieons in sécurité sans toudis avoir l'esquite d'ête agressée et volée, j'voudreos pouvoir porméner à m'n'aisse dins toutes les rues d'no cité sans toudis avoir ein brin d'tchien collé aux semelles de mes sorlets , j'voudreos n'pus, comme toudis, trouver des canettes qu'laichent tous les jours des albrans su m'n'appuie d'ferniête. J'voudreos vir m'pétite pinsieon aurminter pasque tout i-est toudis pus tcher pou minger ou s'cauffer. Et te sais ce que j'voudreos avant tout..."

"Neon, mais... j'm'attinds à tout !".

"Vir tout au leon d'eine ainnée, M'n'Edmeond rester in sang frais".

In intindant ces meots, Edmeond i-m'a ravisé et ein profeond soupir i-a poussé :

"J'parle de l'paix su no tierre et Fifinne elle orvient ave l'bière, mes souhaits vole'tent à dix mille mètes et c'podinque, i-reste au ras des pâquerettes. Comme on dit toudis, les grands esprits i-s'reont toudis des incompris".

(lexique : l'saclet : l'aumonière, la bourse / orwettier : regarder / quançque : lorsque / tertous : tous / commincher : commencer / l'ceulle : celle / toudis : toujours / bramint : beaucoup / les liards : de l'argent / les cosses : les choses / leon loin / décanter : déchanter / acore : encore / quoisque : qu'est-ce que / eine leonque fuellle : une longue feuille / pasque : parce que / dusque : où / cacher : chercher / ein sa : un sac / eine feos : une fois / busier : songer, penser / intinte : entendre / oblier : oublier / là-vas : là-bas / les rulettes : les ruelles / ouvère : ouvrir / les is : les yeux / les ceusses : ceux / ein p'tit queop : un petit coup, ici ,dans le sens de un petit peu / élis : élus / orprésinter : représenter / ouèf'tent : du verbe ouvrer, travailler / foute à l'huche : mettre à la porte, envoyer promener / les interprisses : les entreprises / galafes : gloutons, avides / rimplacher : remplacer / l'ceu : celui / ordéquinte : redescendre / ein seot : un sot / canger : changer / berler : hurler / les fafious : les bavards, les beaux parleurs / tranner : trembler / avoir l'esquite : avoir peur / porméner : promener / à m'n'aisse : à l'aise / ein brin d'tchien : une déjection canine / les sorlets : les souliers / laicher : laisser / les albrans : les garnements / aurminter : augmenter / tcher : cher / s'cauffer : se chauffer / raviser : regarder / ein podinque : littéralement du pudding, désigne un esbroufeur, une personne qui fait des embarras / Précision : la phrase qui ouvre cet article était prononcée jadis par les petits Tournaisiens qui réclamaient de cette façon leurs étrennes : Bonne année et bonne santé, mettez la main à la bourse et ne regardez pas ce que vous donnez).

S.T. janvier 2017.

 

13:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |