19 nov.
2016

19:51

Tournai : expressions tournaisiennes (385)

Des chifes à deonner des toupiries !

Je m'sus alfeos d'mindé pourquoi, j'ai ein jour qu'minché ! Quoisqu'i-s'a passé ein bieau matin, pou ainsin m'faire caire d'dins ! I-a dix ans, j'raviseos des blogs qui vinteot'ent Liège, Bruxelles et même Roubaix et comme j'aime bin l'ville dusque j'sus né, je m'sus mis dins l'tiête d'raqueonter l'Histoire de Tournai. 

Tenir ein blog, ch'est avant tout partager eine passieon, ch'n'est pos warder pou soi des informatieons. J'aveos invie d'parler à des amisses et à des inconnus in espérant que les eins ou bin les eautes m'areot'ent alfeos répeondu. Ainsin, j'ai décidé de m'surlommer l'Optimisse et j'ai voulu faire connaîte no ville aux futurs tourisses. Pasque, contrair'mint à d'eautes cités, no beonne ville de Tournai, on direot presque qu'on a l'pépète d'in parler. Pindant lommint, on s'a racrapoté su nos cheonq clotiers, on a vécu inter-nous sans pinser à partager nos bieautés. Tournai, d'Clovis ch'est l'cité natale et ave Louis XIV, elle est même dev'nue cité royale. Les journalisses d'RTL et d'la RTB, on n'les veot pos puque à Tournai qu'asteur on n'rinconte acore les ceusses de No Télé. I-feaut acroire que pou nos brafes journalistes i-n'a pus que L'Ramdam et le Next Festival qui, à Tournai, existent ! 

L'blog "Visite Virtuelle de Tournai" i-queompte, aujord'hui, mille huit chint vingt-six artiques, ein chife deonné pa l'webmaster, je n'deos pos l'deminder, ch'est automatique. Comme i-a treos artiques qui seont publiés su eine pache du site Skynet, au jour d'aujord'hui, i-fait six chint treos paches et eine pétite rawette.

Je m'sus dit que si eine perseonne areot l'invie d'lire m'blog in intier, j'sus à peu près seûr que cha n'pourreot ête qu'ein ortraité ou bin ein rintier. Ainsin, on peut estimer inter deux et treos minutes pou lire chaque artique, cha fait donc invireon 4.565 minutes que l'corageux va passer su l'informatique. Cha fait pos moinse d'septante-six heures que l'paufe i-va ête assis pa d'vant l'ordinateur. Septante-six heures, vous pinsez que cha fait beauqueop, mais-i-a bin pire, cha deot ête li d'eine traite, sans minger et sans dormir !

Parlant des infants célèbres d'no ville, raqueontant ses traditieons, évoquant ein sièque et demi d'Histoire, abordant l'patois qu'on parle acore à no maseon, "Visite Virtuelle de Tournai" est ein blog destiné aux visiteurs étringers comme aux infant de l'cité des cheonq clotiers. 

Pinsez alors au ceu qui les a écrits bin qu'pou li cha a toudis été du plaisi ! 

Chaque artique, i-d'minde invireon treos à quate heures de préparatieon et ein beonne heure pour s'compositieon et les correctieons (j'ormercie au passache Mam'zelle Jacqueline qui ravise à l'loupe chaqueine de mes lines). J'ai fait l'carcul mi-même, pou n'pos treop vous fatiguer, cha fait 9.130 heures tout plein qu'à m'blog j'ai ainsin consacrées ! Cha orprésinte pus d'treos chint quater-vingts journées, douze meos et quinze jours, vous avez bin li, pus d'eine ainnée. Je n'queompte même pos les déplach'mints pou aller interroger les gins et acore moinse l'nombre d'kilomètes , que, pa tous les temps, j'ai marché dins les rues et les rulettes. Je n'vous parle pos de l'bédoule que j'ai ramenée ave mes sorlets et que j'ai été, pa m'feimme, bin obligé d'nettier. Pasque, pou l'actualité, j'n'ai jamais mis des "on-dit", j'ai toudis vérifié avant, su l'terrain, tous mes écrits. Qu'minché in avril 2008, in ein peu pus d'huit ainnées, n'me demindez pos les heures qu'à l'bibliothèque j'ai passées. D'puis l'ainnée d'mille huit chint quarante-nuef, j'ai li les gazettes, eine à eine, pou cha, j'éteos à l'Maseon de l'Culture alfeos deux après-deîners pa semaine. 

J'sus bénaisse paqu'i-d'a bramint qui ont infin compris qu'Edmeond et Fifinne i-viveot'ent uniqu'mint dins m'n'esprit. Dins l'feond, j'areos pus tout aussi bin les app'ler Batisse et Philomène ! Allez savoir pourquoi j'leu ai deonné ces deux préneoms d'baptême ? J'areos pu aussi les app'ler Raymond et Marie, je n'me souviens même pus commint j'l'ai ai queusis. Et ch'est ainsin que, d'puis toudis, les jeudis, j'passe deux heures imaginaires dins leu logis. Au feond de m'tiête, je veos toutes les pièches de leu maseon et j'intinds l'pus p'tit détal de leu conversatieons. J'veos Edmeond leong comme ein jour sans pain et Fifinne aussi rogneusse qu'ein p'tit tchien. Mes deux gins, on peut dire que ch'est des vrais Tournisiens, toudis à l'tiête de l'ein l'eaute mais qui final'mint s'aime'tent bin. 

J'ai eu l'surprisse d'avoir, ein jour, ein orportache d'eine pache intière dins l'Avenir et ein eaute dins l'Nord-Eclair, comme j'écris presque tous les jours, pétête que, pa eusses, j'sus considéré comme ein confrère. J'truèfe qu'on devreot aussi parler des blogs su No Télé. ! Ainsin mes amisse de "Warchin Varcinum" ou de "Marotte des retraités", quelques minutes culturelles, i-z'areot'ent bin méritées." L'ouvrache de ces historiens tournaisiens j'aime l'mette in valeur dins mes liens. Mes amisses, in mettant su leu blog ein lien, j'ai eu de l'publicité grâce à certains. 

Après huit ans et demi, j'sus asteur à l'croisée des qu'mins, je n'sais pos acore de quoi s'ra fait demain. Du blog étant seul au Consel d'administratieon, à l'rédactieon et à l'publicatieon, j'ai pinse sérieus'mint faire eine erstructuratieon. I-a à l'interieur de mi, ein sorte de p'tit Goblet qui m'dit qui s'reot temps d'ein peu moins ouvrer

L'diminche, certains d'inter-vous aiment bin lire "Expressions tournaisiennes" et vous avez seûrmint ormarqué que ch'est d'jà l'treos-chints quater-vingt chinquième. Pou l'fidélité ou les commintaires, j'ermercie tous mes lecteurs, dire qu'i-d'a qui seont là d'puis l'toute prumière heure.  

Je m'sins arrivé à l'croisée des qu'mins et pourtant j'n'ai pos acore invie d'écrire l'meot fin. J'n'ai pos fini d'parler de l' Wallonie picarde, des gins du Cabaret Walleon, d'nos séculaires traditieons ou bin acore d'Fifinne et Edmeond. J'vas tout simplemint réduire les heures que j'passe pa d'vant m'n'ordinateur et si vous eautes, fidèles lecteurs, vous avez invie d'ouvère alfeos des débats, croyez bin que cha m'f'reot m'bonheur.

Sachez mes gins qu'j'ai eu bin du lari d'parler d'Edmeond et Fifinne, chaque saim'di mais comme, à leu sujet, j'n'ai pus bramint d'commintaires, j'pinse que mes deux gins i-est béteôt temps que j'les intierre. 

(lexique : des chifes : des chiffres / des toupiries : des vertiges / alfeos : parfois / qu'mincher (ou commincher) : commencer / caire : tomber / raviser : regarder / dusque : où / warder : garder / surlommer : surnommer / pasque : parce que / avoir l'pépète : avoir peur / lommint : longtemps / les cheonq clotiers : les cinq clochers / pos puque : pas plus / asteur : maintenant / acore : encore / les ceusses : ceux / acroire : croire / queompter : compter / ein artique : un article / eine pache : une page / eine rawette : un supplément / seûr : sûr / ein ortraité : un retraité / pa d'vant : devant / ein sièque : un siècle / au ceu : à celui / toudis : toujours / raviser (ou orwettier) : regarder / les lines : les lignes / l'carcul : le calcul / orprésinter : représenter / les rulettes : les ruelles / l'bédoule : la boue / les sorlets : les souliers / nettier : nettoyer / après-deîner : après-midi / bénaisse : content / bramint : beaucoup / queusir : choisir / ainsin : ainsi / les pièches : les pièces / rogneusse : qui a un sale caractère / ein tchien : un chien / ein orportache : un reportache / pétête : peut-être / j'truèfe : je trouve / ouvrer : travailler / ormarquer : remarquer / l'prumière : la première / ouvère : ouvrir / avoir du lari : avoir du plaisir / béteôt : bientôt ).

S.T. novembre 2016.

19:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

15 nov.
2016

09:36

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (7)

Parmi les commentaires reçus dernièrement, un fidèle lecteur du blog, m'a fait part de sa préférence pour l'appellation "Hainaut Occidental" qui prévalait, il y a quelques années encore, pour dénommer notre région. Il s'agit là de l'éternelle divergence de vue qui se manifeste, régulièrement, lors des modifications d’appellation qui jalonnent notre Histoire. L'argument que ce lecteur développe est néanmoins pertinent et concerne principalement les régions d'Enghien, Lessines, Silly et Brugelette. Ces entités qui appartiennent au Hainaut Occidental sont-elles d'origine picarde ? Le débat est ouvert, certains se manifesteront, peut-être, au sein de la rubrique "commentaires", c'est un souhait que j'ai souvent formulé ! 

En attendant ces éventuelles réactions, notre visite nous emmène à la découverte des entités de Celles et Chièvres.

Celles.

C'est une des zones les plus rurales de Wallonie picarde. S'étirant entre Mont Saint-Aubert et Mont de l'Enclus, elle se présente sous l'aspect d'une campagne verdoyante parsemée de fermes, de champs, de prairies et de bosquets . Elle est composée des villages de Celles, Escanaffles, Molenbaix, Popuelles, Pottes et Velaines. 

Le village de Celles est situé sur l'ancienne chaussée romaine reliant Tournai à Gand. L'église Saint-Christophe édifiée au XVIème siècle, doit subir prochainement une importante restauration. Son état fortement dégradé le nécessite. L'édifice religieux est le siège, depuis 1923, d'un pèlerinage d'automobilistes, motocyclistes et cyclistes venus demander la protection du saint patron des voyageurs au moment de la neuvaine qui se déroule en juin.

Le village d'Escanaffles tire son nom de l'Escaut et signifierait même "prairie de l'Escaut". A cet endroit, le fleuve a longtemps fait la frontière entre la Flandre et la Wallonie. Lors de la rectification de son cours et la suppression des nombreux méandres afin de faciliter la navigation, une partie du village s'est retrouvée sur la rive gauche, tout comme une partie du village flamand d'Outrijve s'est retrouvée sur la rive droite. Dans ce village, entièrement voué à l'agriculture, une sucrerie a été en activité de 1872 jusqu'en 1990, époque de restructuration et de centralisation dans l'activité sucrière. Les bâtiments sont depuis lors occupés par le siège général de la société "Galactic", leader mondial en biotechnologie, qui procure 350 emplois dans le monde et possède des implantations aux Etats-Unis (Milwaukee), en Chine (Bengbu) et des bureaux en Europe, au Japon et au Brésil.

Le village de Molenbaix est dominé par l'église Saint-Ghislain, érigée en 1849 en remplacement d'une chapelle dédiée à ce saint. Au point de vue touristique, ce village, uniquement tourné vers l'activité agricole, est connu pour son annuel "gymkhana de tracteurs" qui se déroule, au début du mois d'août et propose également de multiples activités comme le souper campagnard et le bal sous chapiteau. En début de soirée, un nombreux public assiste aux "Montgolfiades", meeting d'aérostation qui existe depuis 2004 et permet d'assister à l'envol d'une douzaine de montgolfières multicolores.

Popuelles est un petit village de 180 habitants traversé par deux ruisseaux "l'Armont" et "le Lozet". Son nom apparaissant, jadis, dans des écrits sous la forme de "Papiola", on l'a cru dérivé du patronyme d'une famille romaine qui y habitait mais peut-être tire-t-il, tout simplement, son origine dans le fait qu'on y trouvait jadis de très nombreux peupliers, un arbre qui pousse dans les régions marécageuses. Pendant plus de 20 ans, les jeunes du village ont mis sur pied une fête qui se déroulait à la fin juin et proposait des "courses landaises", spectacle qui attirait un nombreux public. Hélas, cette fête familiale a été remplacée, depuis peu, par un "festival de DJ" comme on en trouve un peu partout !

Chièvres.

L'entité de Chièvres, regroupant également les villages de Grosage, Huissignies, Ladeuze, Tongre Notre-Dame et Tongre Saint-Martin, est située à environ 35 kilomètres de Tournai. 

Dans le village de Chièvres, on peut découvrir un fragment des anciennes fortifications qui ceinturaient la cité ainsi que trois des six tours qui s'y élevaient. Parmi celles-ci la "tour de Gavre" qui doit son nom au seigneur flamand époux d'Eva de Chièvres qui vécut au XIIème siècle. Face au Moulin de la Hunelle, la "chapelle de la Ladrerie" est le dernier élément d'une léproserie construite durant la seconde partie du XIIème siècle. L'église Saint-Martin, de style gothique, fut érigée en 1543. Sur la Grand-Place, on peut admirer la façade du château des Comtes d'Egmont, ancienne demeure du Comte Charles de Croy.

Le village de Chièvres est connu de tous les amateurs d'aéronautique en raison de la présence de la base aérienne occupée par le 424th Air Squadron intégré au Shape, à l'Otan et au Commandement Suprême des forces Alliées en Europe. Beaucoup ignorent que le premier terrain d'aviation fut créé par les Allemands durant la première guerre mondiale, une  simple piste en herbe et un hangar qui furent détruits en 1918, au moment où le lieu fut à nouveau transformé en terrains de culture. En 1940, lors du second conflit mondial, la Luftwaffe entreprit la création d'une importante base aérienne. Elle abrita jusqu'à 7.000 hommes et plus de 250 bombardiers. En 1944, les pistes et hangars firent l'objet de multiples bombardements alliés. Après la libération, ce qui restait de la base allemande fut restauré et occupé par le 7ème Wing de la Force Aérienne belge. C'est durant cette époque que de nombreux amateurs belges et étrangers se rendaient à Chièvres pour assister aux meetings aériens. Après la désactivation du 7ème Wing en 1967, la base de Chièvres a fait partie intégrante du Shape.  

Sur la chaussée qui mène de Mons à Ath, le rond-point qui donne accès à Chièvres est surmonté d'un chasseur Hunter et dans le village, on peut également visiter le "Musée international de la Base de Chièvres". 

Chaque année, au printemps est organisé "l'American Festival", un week-end festif qui permet de découvrir la culture américaine. 

Le jour du Mercredi des Cendres, les rues du village connaissent une activité particulière en raison du "crossage à l'tonne", une tradition qui date du moyen-âge et qui est également perpétuée dans les régions de Beloeil, Péruwelz et Bernissart. Ce jeu tient du golf et se pratique avec des crosses en bois terminées par un fer et une "soulette" de forme ovoïde qu'une équipe doit amener à heurter un tonneau de bière, situé les plus souvent, à la porte d'un bistrot. Elle devra néanmoins vaincre les pièges de l'équipe adverse qui peut "décholer" (c'est-à-dire envoyer le plus loin possible du but, la "chole" de bois). 

Grosage est un village d'environ 200 habitants situé à 6 kilomètres de Chièvres. Il est traversé par le ruisseau Domissart et possède un "petit musée du pain" installé dans une boulangerie artisanale au sein d'une ferme érigée en 1806. On peut y découvrir la fabrication du pain depuis le moment de la récolte des céréales jusqu'à la mise en vente du pain. Ouvert, sur demande, principalement aux groupes, il permet aux visiteurs de s'essayer à la cuisson du pain. 

Le village de Huissignies, situé lui aussi à 6 kilomètres de Chièvres, est dominé par son église Saint-Martin reconstruite en 1791 et restaurée en 1903. En 1985 y fut fondé le "Musée de la Vie rurale" qui attire plus de 5.000 visiteurs chaque année. A l'étroit dans son local initial, il a été établi par la suite dans une ancienne ferme rachetée par la commune et propose désormais aux visiteurs pas moins de quarante salles reprenant chacune un thème de la vie campagnarde : le vannier, la culture du tabac, le fournil, la laiterie, l'étable, le moulin, les tenues vestimentaires, les jeux d'enfants, les outils... et même la reconstitution d'une classe de l'école du village. Au mois d'octobre y est organisée la "Fête de la Pomme et du Bois".

Le village de Tongre Notre-Dame se situe le long du canal Ath-Blaton, à environ 4 kilomètres de Chièvres. La basilique Notre-Dame de Tongre, érigée en 1777, est un haut lieu de pèlerinage en Wallonie picarde. On y découvre une très ancienne statue de la Vierge, sculptée dans du bois de poirier et en polychrome roman. Son apparition dans ce lieu est décrit comme un fait miraculeux qui se serait produit, le 1er février 1081, dans le jardin de Messire Hector, seigneur du lieu. On raconte que des anges la déposèrent de nuit dans une brillante lumière. En 2015, une relique du bienheureux empereur Charles d'Autriche fut remise, à titre définitif, et placée dans la basilique à la dévotion des pèlerins. Peu de gens savent que c'est dans ce village que le brasseur Charles Louis Durondeau créa la variété de poires qui prit son nom : la Durondeau. 

Voilà encore quelques pages d'agenda qui se complètent. Quand nous aurons abordé les différentes communes qui composent la Wallonie picarde, le choix des visites sera des plus ardus. 

(à suivre)

(sources : site des entités de Wallonie picarde et recherches personnelle sur place)

S.T. novembre 2016.

11 nov.
2016

18:21

Tournai : expressions tournaisiennes (384)

Toudis in qu'min !

"Mo bé, t'es arrivé ichi au beon momint pasque ceulle sémaine on est toudis in qu'min". 

D'puis qu'Edmeond et Fifinne habitent in ville, les trouver à leu maseon ch'n'est vraimint pos facile.

"Tins, prinds ichi l'journée d'verdi, pa eximpe, ch'est l'commémoratieon du 11 novimpe. Du queop, comme on deot acater nos provisieons, ch'est jeudi qu'on va aller faire nos commissieons. Te s'reos arrivé dix minutes pus teôt l'Optimisse, j'éteos in train d'ringer mes marchandisses.  Aussi, j'n'ai pos temps d'venir faire l'conversatieon, j'te laiche in compagnie d'Edmeond" m'a dit Fifinne qui commincheot à nettier s'cuisine.

"Ahais, chaque ainnée, l'sacrifice d'nos inciens, on l'commémore in allant acouter les discours au monumint aux Morts. Ch'est l'moinse qu'on peut acore faire, pou tous ces gins qui ont offert leu vie pindant l'guerre. Ch'est ein façeon à nous eautes d'ormercier, les ceusses qui se seont sacrifiés pou qu'on vife in paix. Malhureus'mint, tous l'z'ans, les participants, on les veot vieusir et des jeones on n'in veot pos bramint v'nir".

"Ah mais, l'souvenir cha s'intretient, i-feaut souvint l'rapp'ler aux gins. I-a ein projet d'inveyer dins les écoles primaires des sortes d'historiens qui veont évoquer les héros de la guerre. Au jour d'aujord'hui, si on vit dins l'confort et in paix on oblie les jeones qui, pou no tranquillité, i-seont morts dins des trinchées".

"De l'messe à Saint-Brice au monumint du roi Albert su l'plache Crombez, on va suife in cortèche, ave l'z'autorités, l'musique des Volontaires Pompiers. Après, comme on anneonche du freod, pou s'récauffer, on va aller in boire eine dins ein cabaret".

In ressuyant ses mains su s'tablier, Fifinne elle est v'nue mette s'grain d'se :

"Saim'di et diminche, on n'va pos non pus ête beauqueop là, ch'est l'saleon Tournai la Pache à la Halle-aux-Draps. J'vas aller querre mes romans pou lire pindant les soirées d'hiver quançqu'Edmeond i-orwette "Secret Story" ou bin "les Esperts". Mi, j'continue à m'cultiver mais, li, i-s'abiêtit pa d'vant l'télé". 

"Pa d'vant l'poste, j'vas t'dire c'que j'fais, cha s'appelle, des études d'société"

"Secret Story... eine étude d'société, bé, ahais, mes gins i-n'pinsent qu'à coucher". 

Vous l'avez seûrmint ormarqué, l'situation elle éteot prête à esploser".

Ch'est alors qu'Edmeond i-a fait caire l'tinsieon, ave ein meot d'esprit :

"Quançqu'i-a gagné, Donald Trump, i-paraît qu'il a rit".

Fifinne qui n'aveot rien compris, elle li a d'mindé :

"Quoisqu'elle a fait Hillary ?".

"A m'mote que t'es sourde comme ein peot, te devreos aller vir ein beon otho-rhineo"

Comme je n'vouleos pos les vir batt'lier, j'ai eine nouvelle feos canger d'sujet :

"Edmeond, te devreos t'mette à écrire, j'creos que su t'vie t'as bin des cosses à dire !".

"Mo Dieu, si j'parleos des avintures de m'jeone âche, j'in dédicach'reos, te sais, des lifes à Tournai la Pache".

"On direot bin que Mossieu i-a eu eine vie d'vedette, qui a queuru l'cotreon ave des p'tites starlettes, bé ahais, te parleras d'tes soirées au quartier Saint-Piat, à boire, dins les bars, ave des files à soldats !".

"Tins l'ov'là, cha m'areot bin étonné qu'elle ne m'areot pos déméprisé !". 

"Tes nuits au Tam-Tam, au Big-Ben ou bin au Bilou, cha areot certain'mint, in librairie, ein succès fou !".

"Milliards mais queulle affaire, neon j'vas écrire ein life su..."

"su les bières. Si te queomptes toutes les ceulles que dins t'vie t'as chifflées, te vas avoir d'l'ouvrache et ch'est ein dictieonnaire que te vas devoir publier". 

"Neon, i-n'feaut pos l'acouter, j'vas écrire ein roman su l'Tournai du temps passé. Te sais bin que tous les jours, j'vas faire m'pétit tour et j'ai l'raminvrance des maseons disparues, des inciens magasins et des p'tits coins perdus. Ainsin, su l'plache de Lille, dusqu'i-a asteur ein marchand d'chucolat, dins les ainnées chinquante, ch'éteot ein garache qu'i-aveot là. Chez Jules Lucq, à l'ferniête du prumier étache, i-aveot deux perroquets dins ein cache. I-chiffleot'ent comme des agints d'police et à bramint d'conducteurs i-ont foutu l'drisse. Quançqu'i-z'imiteot'ent ein queop d'chiffleot, l'automobilisse ein peu distrait, tout d'eine, i-s'arrêteot. Pou qu'asteur les gins i-respectent toudis les feux d'circulatieon, i-faudreot ormette deux perroquets comme eusses in fonctieon. In leong et in larche, j'parlereos aussi des gins qu'alors j'rincontreos, d'Germain du Palace, Zaza ou l'pétit Lucien d'chez Joveneau. Aux jours de fiêtes, on veyeot porméner, d'ein pas lent, la Limace et s'n'accordéon et au coin d'eine rue on intindeot canter ein marchand d'cancheons. Mossieu Spinette cuiseot ses frites dins l'graisse au pied du bieffreo et à la salle Provence les gins dinseot'ent au seon d'ein orchestre, pos d'eine soneo. Dins les rues, on n'voleot pos les fleurs dins les bacs et su les murs des maseons, i-n'aveot pos d'tags. A dix heures au soir, de l'plache Crombez jusqu'à l'rue Saint-Martin, te pouveos t'pourméner sans crainte d'ête attaqué pa des vauriens. On croiseot des curés in soutane, des nonettes à cornettes, ein marchand d'loques ave s'trompette et Théo la Glace et s'camionnette. L'diminche, après-deîner, jusqu'au mitan de l'cité, on intindeot les supporters berler quançque, su l'terrain du Racing ou d'l'Unieon, ein goal i-éteot marqué. Su l'plaine, in été, on veyeot les p'tits rotleots jeuer quançque les soldats, au tir, i-n'v'neot'ent pos s'exercer. I-aveot du meonte su l'plache Verte pour les luttes de jeu d'balle et, à l'mi-carême, dins les rues pou vir l'cortèche du carnaval. Les Cartelettes du quartier du Maroc, les Déchaînés, les Pierrots d'Sainte-Magritte ou bin acore les Gilles de Saint-Piat i-sorteot'ent au momint des saques pou mette l'ruache in joie. Les concours d'jeu d'fier et d'jeu d'boule, i-z'attireot'ent, à c'temps là, les foules. A l'karmesse, in sétimpe, su l'Grand-Plache, ch'est à l'Friture Bruxelloise qu'on preneot plache, à peine installés, on commindeot :" ein complet" et on éteot servi pa ein serveur in galeons dorés. On éteot là bin à s'n'aisse pou déguster les waufes au chuque ou les boules à l'graisse et..."

"Et te rintreos, à chaque feos, quervé après quate ou chinq Guinness !".

Pou casser l'ambiance, Fifinne elle a ein deon, i-a pos à dire, elle est toudis roncheon.

J'ai dit :

"Beon, bé... j'vas ortourner tout bell'mint..."

Fifine a répeondu :

"On n't'ortient pos pasque qu'on deot aller querre l'pain".

"Edmeond i-a berteonné :

"Asteur, i-feaut aller querre du pain, dis hardimint, on est toudis su l'quémin".

"Si t'as invie d'minger, m'comarate, i-feaut t'ormuer, et surtout n'reste pos acore in raque sineon te pourreos m'vir arriver tout d'eine traque pou t'ramener à la maseon à queops d'matraque".

Ch'est pétête bieau d'parler de l'incien Tournai, mais faire ein life su feimme, l'succès i-s'reot assuré".

J'ai d'jà l'tite : "L'mégère que j'n'ai pos pu apprivoiser". 

(lexique : toudis in qu'min : toujours en chemin, toujours en route / ceulle : cette / verdi : vendredi / ein eximpe : un exemple / du queop : du coup, dès lors / acater: acheter / ringer : ranger / commincher (ou qu'mincher) : commencer / nettier : nettoyer / ahais : oui / acouter : écouter / l'moinse : le moins / nous eautes : nous autres / ormercier : remercier / les ceusses : ceux / vife : vivre / vieusir : vieillir / bramint : beaucoup / inveyer : envoyer / oblier : oublier / jeones : jeunes / l'plache : la place / suife in cortèche : suivre en cortège / anneoncher :  annoncer / récauffer : réchauffer / mette s'grain d'se : mettre son grain de sel, intervenir dans la conversation / saim'di : samedi / querre : chercher / quançque : lorsque / orwettier (ou raviser) : regarder / pa d'vant : devant / seûrmint : sûrement / caire : tomber / quoisque : qu'est-ce que / à m'mote: selon moi, à mon idée / ein peot : un pot / batt'lier : batailler, se bagarrer / canger : changer / j'creos : je crois / des cosses : des choses / l'âche : l'âge / des lifes : des livres / queurir l'cotreon : avoir de multiples aventures galantes / des files : des filles / ov'là : voilà / démépriser : dénigrer / queulle : quelle / queompter : compter / chiffler eine pinte : boire une bière d'un trait / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / ainsin : ainsi / l'chucolat : le chocolat / ein garache : un garage / eine ferniête : une fenêtre / eine cache : une cage / chiffler : siffler / foute l'drisse : faire peur, littéralement faire avoir la diarrhée / asteur : maintenant / toudis : toujours / ormette: remettre / in leong et in larche : en long et en large / l'fiête : la fête / canter : chanter / l'bieffreo : le beffroi / s'porméner (ou s'pourméner) : se promener / des nonettes : des religieuses / ein marchand d'loques : un ferrailleur / après-deîner : après-midi (après le dîner) / au mitan : à la moitié / berler : hurler / les p'tits rotleots : les jeunes enfants / jeuer : jouer / du meonte : du monde / l'saque : le sacre, fête d'une paroisse, d'un quartier / l'ruache : le quartier / l'jeu d'fier : le jeu de fer (voir l'article que nous lui avons consacré au moyen de la case recherche) / sétimpe : septembre / ête à s'n'aisse : être à l'aise / des waufes au chuque : des gaufres au sucre / des boules à l'graisse : des croustillons, des beignets / quervé : ivre / tout bell'mint : tout bellement, sans se presser / berteonner : grommeler, maugréer / s'ormuer (ou s'ermuer) : se remuer / rester in raque : rester en plan / tout d'eine traque : subitement / pétête : peut-être / l'tite : le titre).

S.T. novembre 2016 

18:21 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |