14 oct.
2016

12:15

Tournai : expressions tournaisiennes (380)

Buer et curer. 

Vous n'allez pétête jamais m'acroire, mes chers amisses, mais j'vous avoue qu'jeudi, j'ai eu eine fameusse surprisse. Comme, j'vous l'ai anneonché, l'sémaine passée, chez Edmeond et Fifinne, j'aveos préféré n'pos aller. L'jour dusqu'elle deot nettier caraqueos, gilets, mareonnes et cauchettes, no Fifinne, elle n'a jamais été à printe avec des pinchettes.

Quançque ch'est l'momint du grand buache, i-n'veaut mieux pos ête dins s'voisinache, elle est total'mint débaltée et même s'n'heomme i-préfère aller pourméner.

J'vas vous queonter ceulle affaire à l'manière d'ein fait divers :

Mercredi chinq octope, su ein quai d'no cité, l'surlommée Fifinne (préneom d'emprunt) s'a mis dins l'tiête d'faire s'buée à l'incienne comme li aveot toudis moutré s'mamère Philomène. L'préparatieon, elle a qu'minché l'velle au soir, bin avant qu'i-fasse noir. 

"M'file, si te veux, comme mi, ête ein modèle d'propreté, t'linche avant de l'buer te deos toudis l'débloquer. Pou cha te n'as même pos b'soin d'ieau d'Javel, i-suffit d'mette d'l'ieau claire dins eine cuvelle. Te vas l'laicher trimper pindant l'nuit et au matin, l'pus greos de l'crasse i-s'ra parti".

Adeon, de s'mamère, acoutant les beons consels, elle a d'mindé à s'n'heomme d'rimplir les cuvelles. Edmeond, pos très contint, i-a été querre d'l'ieau, armé d'ein crucheon, au robinet du p'tit lavabo. Après avoir fait chinq ou six feos l'aller et retour de l'salle de bain à l'buand'rie, ch'est su eine cayère de la salle à minger que s'feimme elle l'a ortrouvé assis. 

"Espèce de fate, te n'vas pos 'cor ichi nicher, d'jà que te n'as rien foutu de l'journée, allez, in route, m'comarate, te n'vas pos dire que t'es d'jà mate. Bé, j'comprinds asteur pourquoi i-t'feaut lommint, t'as vu l'talle du crucheon que t'as dins t'main !".

Comme i-l'orwettieot ave ein air biête, Fifinne li a berlé à tue-tiête :

"Si te n'd'aveos ein peu dins l'cibouleot, ch'est à l'baignoire que te prindreos l'ieau, te sareos mette eine cruche d'deux lites et cha ireot ein p'tit queop pus vite".

L'linche mis à débloquer, l'orpeos i-éteot bin mérité, l'ridéeau pouveot caire su l'prumière journée. 

Jeudi 6 octope, l'solel i-dort acore et Edmeond ronfièle mais no Fifinne elle est d'jà tout in foufielle. L'pav'mint i-est ineondé et l'batteusse elle se met à tourner. Dins s'campe, l'malhureux Edmeond i-s'a dérévié d'ein seul beond. Après qu'i-ara avalé s'jatte de café, à l'détinte, i-va partir pourméner. 

Fifinne elle a jusse l'temps d'li crier :

"T'acat'ras des pistolets j'n'ai pos l'temps d'faire à deîner !".

Ave des sorlets in caoutchouc à ses pieds, elle va passer s'journée à pidouler.

Quançqu-i ont quitté l'rue Montifeaut pou v'nir habiter su l'quai, i-n'ont pos pus y coper, ein séque-linche i-ont été obligé d'acater. Là-vas, ch'est dins l'gardin que l'buache i-éteot mis à curer mais, in ville, Fifinne elle n'in a pus l'possibilité. D'puis que ceulle machine elle a été installée, elle ne l'a jamais utilisée pasqu'au momint qu'elle se met à tourner, tout l'sol i-s'met à tranner. L'dernière feos, comme i-pleuveot, elle a mis séquer l'linche, tout partout dins l'maseon, su des cortes ave des pinches. I-d'aveot dins toutes les pièches de l'appartemint, Edmeond i-pinseot ête au mitan de l'tente d'ein Bédouin mais l'mouquère qu'i-a veot à côté d'li elle éteot bin leon d'sortir d'ein queonte des milles et une nuits !

Dire qu'ein indreot comme j'aveos à l'rue Montifaut pourreot faire l'affaire, m'buée elle pourreot ainsin, comme avant, blanquir in plein air. Tout à n'ein queop, elle a eu eine idée d'seot, elle a trouvé eine solutieon, elle est déquindu ave s'panier et elle a quitté s'maseon. Vous n'allez jamais adveiner quoisque ceulle vielle maline a fait.

 

 

tournai,patois,picard

 

 

 

tournai,patois,picard

 tournai,patois,picard

Après-deîner, quançqu'Edmeond i-est rintré à s'maseon ein peu pompette, i-a avanché à pas d'leu in pinsant :

"Su quoique j'vas acore ichi buquer m'tiête".

i-saveot qu'elle feseot toudis des grosses battées et qu'i-aveot alfeos du linche jusqu'au guernier. 

Miraque, i n'aveot pos ein seul vêt'mint qui, comme à l'habitude, pindeot dins l'appartemint. 

"Mo Dieu Fifinne... eh bé cha alors"

"Quoi cha alors... j'ai mis séquer l'linche déhors.

"Te n'vas pos ichi m'dire que ch'est toutes ces affaires que j'ai vues, in orvenant, pinte su des fils dins l'rue d'l'Yser".

"Bé si fait, i-feaut bin que cha serve à eine séquoi tous ces fils de fier qu'on veot tout au leon de l'rue d'l'Yser".

"Et asteur, j'vas aller l'orquerre, te viens ave mi à l'rue d'l'Yser".

Quançqu'i seont arrivés au bout de l'rue Tête d'Argint, aux cassis des maseons i-aveot bramint d'gins, pou mette su internet, i-d'aveot qui feseot'ent des vidéos, ein journalisse du Courrier d' l'Escaut i-preneot même des photeos. 

L'brafe heomme i-a dit :

"On est pus surpris de rien, on in veot des dreôles, savez, asteur, dins l'piétonnier i-d'a même ein qui a pindu des parapluies d'toutes les couleurs, je n's'reos pos saisi qu'in bieau jour su l'Grand-Plache, on truèfe des meupes in treop, d'gins qui déménachent".

tournai,patois,picard

Fifinne elle a ochenné Edmeond :

"N'ravise pos ces gins, ch'est des m'as-tu vu, des péqueus qui n'ont jamais rien vu. Allez on deot ortourner à no maseon, te vas t'dépêcher d'tout in'lver pasque mi j'deos acore orpasser !". 

(lexique : buer : lessiver / curer : blanchir le linge en plein air, sur une pelouse, un pré / pétête : peut-être / acroire : croire / anneoncher : annoncer / nettier : nettoyer / un caraqueo : vêtement féminin, blouse / les mareonnes : les culottes, les pantalons / les cauchettes : les chaussettes / printe : prendre / des pinchettes : des pincettes (n'pos ête à printe ave des pichettes signifie être de très mauvaise humeur) / quançque : lorsque / l'buache : action de laver le linge / ête débalté : être déchaîné, exalté / pourméner (ou porméner ) promener / queonter : conter / ceulle : cette / octope : octobre / surlommer : surnommer / toudis : toujours / moutrer : montrer / s'mamère : sa mère / qu'mincher (ou commincher) : commencer / l'velle : la veille / l'file : la fille / l'linche : le linge / débloquer : enlever les grosses souillures avant la lessive / laicher : laisser / adeon : donc / écouter : écouter / querre : chercher / ein crucheon : une petite cruche / l'cayère : la chaise / ortrouver : retrouver / ein fate : un homme sans énergie / ichi : ici / nicher : paresser / ne rien foute : ne rien faire / ête mate : être fatigué / asteur : maintenant / lommint : longtemps / orwettier (ou raviser) : regarder / berler : hurler / ein queop : un coup / l'orpeos : le repos / caire : tomber / ronfieler : ronfler / ête in foufielle (ou foufiête) : être très affairée / l'pav'mint : le pavement, le carrelage / l'batteusse : la machine à lessiver / l'campe : la chambre / s'dérévier : s'éveiller / jusse : juste / acater : acheter / des sorlets : des souliers / pidouler : patauger / coper : couper / ein sèque-linche : un sèche-linge / là-vas : là-bas / l'gardin : le jardin / pasque : parce que / tranner : trembler / eine feos : une fois / les cortes : les cordes / les pinches : les pinces / les pièches : les pièces / au mitan : au milieu / bin leon : bien loin / ein indreot : un endroit / blanquir : blanchir / tout à n'ein queop : tout à coup / seot : sot / déquinte : descendre / adveiner : deviner / quoisque : qu'est-ce que / après-deîner : après-midi / ête pompette : être légèrement éméché / avancher : avancer / l'leu : le loup / buquer : heurter / eine battée : un contenu d'une machine à lessiver / alfeos : parfois / l'guernier : le grenier / miraque : miracle / orvenir : revenir / eine séquoi : quelque chose / orquerre : rechercher / les cassis : les châssis / bramint : beaucoup / on truèfe : on trouve / des meupes : des meubles / ochenner : secouer / les péqueus : les curieux / ortourner : retourner / erpasser : repasser).

S.T. octobre 2016.

 

12:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10 oct.
2016

11:08

Tournai : un point sur les chantiers

Des chantiers aux quatre coins de la ville.

Régulièrement le blog "Visite Virtuelle de Tournai" fait le point sur les chantiers en cours dans la cité des cinq clochers. La dernière mise-à-jour date déjà d'avant les congés.

Les chantiers routiers.

1. Les alentours du CHWApi.

Depuis une semaine, l'important chantier qui impactait, depuis plus d'un an, toutes les voiries situées autour du nouveau centre hospitalier est terminé. Rappelons que celui-ci comprenait la rénovation de la rue Général Piron dans sa section entre la chaussée de Willemeau et la rue des Sports, de cette même rue des Sports, de la rue de la Citadelle dans la section comprise entre la rue des Sports et la rue de Barges et la transformation complète de cette dernière rue. Parallèlement à ces travaux de voirie, un parking destiné aux membres du personnel du CHWApi a été aménagé sur un terrain de la rue Général Piron, à l'angle que celle-ci forme avec le prolongement de la rue de Barges.

Un chantier réserve bien souvent des (mauvaises) surprises, ce fut le cas au niveau de la rue de Barges, lors des travaux de terrassement. Un égout, non repris sur la cartographie du sous-sol, y a été découvert. Les eaux de celui-ci se perdaient soudainement dans le sous-sol et étaient probablement à l'origine des tassements de terrains constatés au niveau de certains immeubles du boulevard du Roi Albert. Il a fallu ouvrir une partie de ce boulevard et du boulevard Lalaing durant plusieurs semaines. Un travail qui a nécessité une déviation des véhicules sur une voie unique, ce qui provoquait quelques problèmes aux heures de pointe. Un "vire à gauche" a été réalisé en haut du boulevard du Roi Albert afin de faciliter l'accès à la rue de Barges désormais régulièrement empruntée par les services de secours se rendant au CHWApi. 

Le visage de ce quartier, jusqu'alors tranquille, a été totalement modifié. Pour les riverains, le stationnement est devenu un véritable casse-tête, ceux-ci ont beau posséder une carte leur permettant de stationner près de chez eux, encore faut-il y trouver un emplacement, ce qui, en raison des voitures ventouses garées durant toute la journée, est devenu manifestement impossible ! Face à cette situation, l'édilité communale a décidé de transformer l'entièreté de ce quartier en zone bleue et faire contrôler le stationnement comme au centre-ville. Il est désormais limité à deux heures. Quotidiennement, le nombre de véhicules stationnés le long des trottoirs de ce quartier rappelle les jours de grands matches de football au stade, aujourd'hui disparu, de l'Union (mais à l'époque, ce n'était qu'une fois par quinzaine !).

Rappelons que l'hôpital possède un parking souterrain dont l'occupation n'a jamais été complète. La première heure y est même gratuite !

2 .Le quartier du Becquerelle.

Les travaux de rénovation du quartier du Becquerelle touchent peu à peu à leur fin. Cet important chantier entrepris au printemps dernier concernait les quais Saint-Brice et Dumon, la place et la rue du Becquerelle.

Le centre de la place a été redessiné, l'arbre qui trônait au milieu d'un petit square a été abattu et la stèle de la statue a été rénovée attendant de recevoir son buste. Actuellement les travaux se concentrent sur le quai Dumon jusqu'à l'angle de la rue Joseph Hoyois.

3. La rue des Jésuites.

Une partie de la rue des Jésuites dans la section comprise entre l'église Saint-Piat et la rue de la Ture a été soustraite à la circulation. On restaure certaines zones pavées en très mauvais état. Le chantier devrait ensuite progresser vers le parc communal. 

Les chantiers immobiliers.

1. La cathédrale Notre-Dame.

Les travaux avancent rapidement profitant certainement des excellentes conditions météorologiques (hiver doux et été très sec). Trois des cinq clochers (Marie, la Treille et Saint-Jean) ont déjà fait l'objet de restauration, on les découvre peu à peu. Les tours "Lanterne" et "Brunin" restent cachées à la vue des promeneurs sous leur protection plastifiée qui permet aux ouvriers de travailler à l'abri des intempéries. Durant le week-end des Fêtes de Tournai, grâce à des démonstrations effectuées sur la place Paul-Emile Janson, les Tournaisiens et les visiteurs ont pu voir à l'oeuvre les couvreurs chargés de la pose de la couverture en tables de plomb et les sculpteurs qui réalisent de nouvelles pierres en remplacement de celles qui sont détériorées. Le public a pu également inscrire son nom sur des rouleaux de papiers qui seront placés entre le charpente et le revêtement. L'Optimiste a participé à cette opération, preuve d'attachement au patrimoine de la cité des cinq clochers.  

2. Les nouvelles résidences

A la rue des Choraux, le gros-oeuvre du projet immobilier concernant la création de quinze appartements de standing et de cinquante places de parking est terminé, la phase de finition comprenant les techniques spéciales est en cours de réalisation. L'ancienne quincaillerie située à l'arrière, sur le Marché au Jambon, a été totalement restaurée en ne conservant que sa façade. Sur le terrain vague qui jouxte ce bâtiment, un nouvel immeuble reprenant le même style de façade a été construit donnant un aspect de continuité à cet ensemble.

A l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la rue du Curé Notre-Dame, les travaux de construction d'une résidence de dix appartements de standing ont débuté. Le chantier concerne actuellement les fondations.

Un immeuble de style Louis-Quatorze fait l'objet d'une importante restauration dans de la rue de l'Hôpital Notre-Dame. La rénovation concerne tant l’extérieur que l'intérieur du bâtiment.

Les travaux se poursuivent en ce qui concerne la construction de différentes résidences avec appartements de standing sur l'ancien site des "Erables" au quai des Salines.

L'immeuble de la Vierge Noire à l'angle de la rue de la Tête d'Or et du piétonnier est en cours d'aménagement. On y crée sept lofts qui seront livrés bruts, l'aménagement intérieur se faisant au goût du propriétaire. 

3. Les projets commerciaux en périphérie.

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

tournai,chwapi,rue des jésuites,quartier du becquerelle

Le chantier des Bastions génère des murailles de terre et pose des problèmes de stockage de celles-ci.

Depuis quelques mois a débuté l'important chantier de rénovation et d'extension du centre commercial "Les Bastions". Ce projet concerne une rénovation en profondeur des galeries existantes, l'extension du centre commercial sur 16.000 m2, la création d'un parking souterrain d'une surface de 29.000 m2 sur deux niveaux et l' aménagement des abords. 

A Froyennes, la zone commerciale se transforme également. Le projet "Equilis" vient d'être inauguré. L'ancienne zone sur laquelle s'élevait jadis le magasin du groupe Mestdagh a été réaménagée par la construction de surfaces commerciales sur deux niveaux. Prochainement, le nouveau bâtiment accueillant le magasin Décathlon ouvrira ses portes, il se situe entre la station-service et le magasin Carrefour. Le parking de la zone commerciale fait également peau neuve : on y crée une entrée destinée aux voitures et une autre spécifique aux bus, la zone de stationnement sera mise en giratoire et des portiques empêcheront les très nombreux camions d'y entrer. Il faut savoir que ce parking est régulièrement squatté par des transporteurs internationaux qui y passent le week-end.

Une nouvelle zone commerciale est en cours d'aménagement, à la rue de la Borgnette à côté du club de tennis et face au service de Travaux de la Ville. 

Diverses constatations.

Si tous ces chantiers perturbent profondément la vie des habitants de Tournai, il existe un mal plus sournois qui mécontente une partie de la population. On a beau améliorer le cadre de vie, nous vivons une époque de vandales et de voleurs et les dégradations volontaires ne manquent pas. Il y a tout d'abord les tags qui ne représentent pas de l'Art urbain comme certains voudraient nous faire croire mais restent avant tout des gribouillages d'artistes en mal de reconnaissance, d'individus qui n'ont aucun respect pour les propriétés publiques ou privées. A ce sujet, la Ville de Tournai a entamé une procédure de nettoyage systématique de ces incivilités et de poursuite de leurs auteurs. Ces derniers jours, des tagueurs parisiens venus, un jour, exercer leur minable "talent" sur des immeubles de la cité des cinq clochers viennent d'en faire l'amère expérience, ils ont été sommés de rembourser les frais inhérents au nettoyage des endroits qu'ils ont souillés et seront poursuivis en justice en cas de non-paiement. On déplore également la disparition de nombreux éléments constituant le '"fil d'or" placé dans les rues rénovées du quartier cathédral afin de guider les visiteurs et leur indiquer les bâtiments remarquables. Une surveillance citoyenne des "voleurs de métaux" s'impose ! Les citoyens regrettent également la dégradation du mobilier urbain qui est parfois démoli, à peine posé, oeuvre de oisifs qui ne savent comment occuper leur "temps libre".  

photos : R. Rauwers.

S.T. octobre 2016.

07 oct.
2016

19:31

Tournai : expressions tournaisiennes (379)

Ein leongiva.

Aujord'hui, j'pinseos eine feos acore vous parler d'Fifinne, ceulle feimme qui, ave Edmeond, de m'blog, est dev'nue l'héroïne mais je m'sus rapp'lé que justemint, chez elle, ch'éteot l'sémaine de l'buée et quançque ch'est ainsin, i-a lommint que j'sais qui-n'feaut pos aller l'débibocher.

Cha n'fait rien, j'ai toudis dins mes brouilleons des notes concernant l'ein ou l'eaute couilleon.

J'vas ichi rapid'mint vous raqueonter l'vie d'ein garcheon qui a vécu pos leon du quai du Marché au Pisseon. Les pus vieux d'inter vous i-l'ont pétête connu, i-porméneot toudis in ville ave des sorlets à daches et ein galu. Avanchant à pas lents, i-f'seot aller s'tiête comme ein gavu et tous les gins dins l'ville l'aveot'ent surlommé "l'leoncul". Dins tout l'ruache, on intindeot mareonner les visins :

"M'n'heomme i-est seûrmint v'nu au meonte l'jour de Saint-Leongin".

I-feaut dire que chez li, tout i-a toudis été au ralenti.

L'jour de s'naissance, i-a mis pus d'siept heures pou li sortir du vinte de s'mamère, d'jà que l'paufe feimme elle aveot été impanch'loutée eine ainnée intière. Au momint dusqu'i-li a fallu marcher, i-a fait à peine ein pas et i-est cait. Quançqu'on li a d'mindé pourquoi i-li aveot fallu deux ans pou li parler, i-a répeondu qu'i-n'in aveot jamais sintu l'nécessité. Solange, l'mamère, qui n'arrêteot pos de s'délaminter, elle a été trinquillisée pa l'docteur :

"I-n'feaut pos vous in faire, allez, Solange... i-prind s'temps... i-attind s'n'heure".

I-feaut acroire que l'pindule d' l'infant elle deveot fameus'mint ertarder pasque ch'n'est qu'à près d'treos ans qui a qu'minché à marcher et à babieler. In porménant ave s'n'alloire i-n'a jamais buquer nurvart. On peut même dire que c'bieau p'tit crolé, l'vitesse elle ne l'a jamais défrisé. 

S'mopère diseot : 

"Quançque m'n'heomme i-s'déplache, on direot tout... qui fait du sur plache". 

Ein soir, Solange a dit à s'heomme Raymeond :

"L'vielle Marie Capenoul elle m'a fait eine révélatieon, si i-va douch'mint ch'est à causse de s'préneom, ch'est in raiseon du ceu qu'on a queusi que no garcheon i-vit au ralinti. ".

Raymeond i-a l'vé les bras in l'air et i-a dit :

"Te n'vas pos ichi acouter des sorchell'ries. Si no p'tit rotleot i-est toudis in r'tard, cha n'vient pos du fait qu'on l'a app'llé Oscar. Si tout cha éteot vrai, les Dieudonné i-s'f'reot'ent tertous curés, les Yvette elles s'reot'ent automatiqu'mint des safriquettes, les Willy i-z'areot'ent toudis du lari dins leu vie et, je n'te dis pos, les paufes Batisse, on les vereot toudis aller à l'drisse. N'va surtout pos dire cha à propeos d'no p'tit Oscar à Ludivine et à Poleo, bé, te sais bin qu'i-veont, tout d'suite, nous printe pou eine bande de seots. Creos-me tout cha ch'est des cacoules, Marie Capenoule ch'est eine fouteusse d'coules, dis hardimint, si ch'est pou ti avoir l'pépette d'ses queontes, ceulle Marie-galousse, i-n'veaut mieux pus que te l'rincontes ".

Ch'est à l'école des p'tits quious qu'à treos ans et d'mi i-est allé, i-arriveot toudis à l'deuxième heure, i-li falleot du temps pou qui soiche dérévié. S'mamère elle n'oseot pus li faire eine tarteine à l'confiture, i-s'indormeot pa d'zeur, in mingeant, et i-in fouteot tout plein s'figure.

Au bout d'chaque trimestre, à l'réunieon des parints, l'institutrice leu canteot l'même orfrain :

"Ch'est ein infant très calme, je n'l'ai jamais vu s'énerver, laichez le faire, i-ne feaut pos treop l'pousser".

Pou l'scolarité, cha n's'a pos treop bin passé pasque chaque classe i-les a doublées. Quoisque vous voulez, i-aveot à peine ouvert s'cahier que l'cours i-éteot d'jà terminé. In histoire, i-étudieot acore l'époque des romains que l'maîte i-parleot d'jà aux eautes d'Christine de Lalaing. Ch'éteot l'même pou les dictées, quançque l'instituteur i-aveot fini, su s'fuèlle, ch'est seul'mint les prumiers meots qu'i-aveot écrits. A l'fin d'l'ainnée, s'cahier i-éteot tout nué.

On a fini pa li deonner s'diplôme alors qu'i-alleot avoir vingt ans, simplemint pasqu'i-n'saveot pus s'assir su les bancs. L'directieon elle a réuni ein concel de classe estraordinaire, l'jour dusque d'eine pétite cayère i-a passé à travers. Dire que pindant pus d'quatorze ainnées, pou ête seûr, que c'luséau d'garcheon, à l'école i-arrife à l'heure, Solange elle l'a fait lever, tous les matins, à chinq heures. 

J'deos orconnaîte que su ein point elle aveot eu raiseon, l'vielle Marie-galousse, quançqu'elle aveot déclaré qu'i-areot toudis été "à la va comme j'te pousse" !

Adeon, on comprind qu'i-n'a rien d'estraordinaire que c'garcheon-là i-soiche resté célibataire, tous ces rindez-vous i-les a minqués, l'file n'éteot pus là, d'l'attinte elle éteot fatiguée. 

Comme i-falleot bin li trouver d'l'ouvrache, pa l'orientatieon professionnelle i-a fait ein passache. L'heomme qui s'a occupé d'li, pindant huit jours i-n'a pos dormi.

"Quoisque je peux faire ave ein parel lusoteu, i-va ête foutu déhors in moins d'deux. Je m'deminde bin queu patreon voudreot printe ein parel leum'cheon. Comme areot dit, du temps qu'elle viveot, m'belle-mère Yvonne, i-n'feaut pos l'raviser à deux feos pou vir ch'est eine leonque preone".

Ch'est alors que l'heomme i-a eu comme eine leumière, i-li a fait inveyer un CV à l'Société Nationale des Qu'mins d'Fier. Ein meos après, Oscar, i-éteot ingagé et on l'a affecté à l'line Bruxelles-Tournai.

Ch'est l'dénommée line du cauchemar dusque les trains i-seont toudis in r'tard. D'puis l'moumint qu'i-quitteot Bruxelles Centrale jusqu'à l'arrivée dins l'gare de Hal, ch'éteot l'partie du parcours qui préféreot pasqu'ave tous les feux rouches, l'pus souvint i-freineot. Ch'n'éteot pus l'même inter l'gare d'Enghien et l'arrivée dins l'line droite d'Warchin, i-d'veot mette l'grande vitesse et, là-vas, i-éteot bin leon d'ête à s'n'aisse. Pou arriver à s'n'ortraite, i-a mordu su s'chique, pindant plus d'trinte-chinq ans, in s'accrochant à ses manettes et in actionnant l'chiffleot tout in trannant.

Pou n'pos qui soiche treop esquinté, ch'est à treos-quarts temps qu'on l'a fait ouvrer. In écrivant s'biographie, ainsin, j'ai infin trouvé l'solutieon d'ein riche mystère, l'répeonse au casse-tiête pou m'n'amisse nav'tteu qui a pou préneom Pierre. Ov'là l'unique raiseon pourquoi les trains de l'line nonante-quate, i-n'arrive'tent jamais à l'heure treos feos su quate. 

L'jour dusque'on l'a ortraité, eine fiête su l'quai à Tournai pa ses collègues a été organisée et..., c'soir-là, l'train i-n'est jamais arrivé. I-aveot eu eine copure d'courant, jusse après Bassily, in plein mitan des camps. Treos heures après, Oscar i-est arrivé tout douch'mint ermorqué pa eine eaute train.

On areot pus acroire que ch'alleot l'canger du train-train quotidien, qu'on l'areot vu, pou l'prumière feos, s'débalter ave ses copains. Be neon, neon, alors que tertous chiffleot'ent leu chinquième pinte, l'brafe Oscar i-n'saveot pos acore quoisqu'i-alleot printe

Attintieon : tout orsannance ave eine perseonne existant ou bi ayant existé proviendreot du pus pur des hasards ! Et on n'sait toudis pos pourquoi l'train Tournai-Bruxelles i-est toudis in r'tard !

(lexique : ein leongiva (on écrit également longiva) : un lambin, une personne qui se caractérise par une extrême lenteur / aujord'hui : aujourd'hui / eine feos acore : une fois encore / ceulle : cette / ave : avec / l'buée : la lessive / quançque : lorsque / ainsin : ainsi / lommint : longtemps / débibocher : contrarier / toudis : toujours / ichi : ici / raqueonter : raconter / ein garcheon : un garçon / pos leon : pas loin / l'Marché au Pisseon : le Marché au Poisson / inter : entre / pétête : peut-être / porméner : promener / des sorlets à daches : des souliers cloutés / ein galu : une gourde bien souvent en fer blanc permettant de conserver une boisson chaude / avancher : avancer / ein gavu : un pigeon à grosse gorge, un pigean a tendance à secouer la tête d'avant en arrière à chaque pas / surlommer : surnommer / ein leoncul : un paresseux, une personne qui n'est pas rapide / l'ruache : la rangée de rue et par extension le quartier / mareonner : murmurer / les visins : les voisins / l'vinte de s'mamère : le ventre de sa mère / eine paufe feimme : une pauvre femme / impanchl'outée : enceinte (expression encore parfois utilisée mais considérée désormais comme vulgaire) / caire : tomber / sintu : senti / s'délaminter : se lamenter / acroire : croire / ertarder : retarder / pasque : parce que / qu'mincher ou (commincher) : commencer / babiéler : bavarder / ein alloire : appareil en bois équipé d'une planchette coulissante entre deux barres parallèles servant à apprendre à marcher en toute sécurité / buquer : frapper, heurter / nurvart : nulle part / crolé : bouclé, frisé / s'déplacher : se déplacer / douch'mint : doucement / ceu : celui / queusi : choisi / des sorchell'ries : des sorcelleries / ein rotleot : un roitelet, terme utilisé pour désigner un petit enfant / eine safriquette : une jeune fille fort éveillée, en avance pour son âge / avoir du lari : avoir du plaisir / aller à l'drisse : aller à la diarrhée / des seots : des sots / des cacoules : des mensonges / eine fouteusse de coules : une personne qui raconte des bobards / avoir l'pépette : avoir peur / des queontes : des contes, des histoires / eine Marie-galousse : une sorcière / les quious : désigne un enfant en âge d'école maternelle / ête dérévié : être réveillé / pa d'zeur : dessus / s'in foute : s'en mettre / canter : chanter / ein orfrain : un refrain / laicher : laisser / quoisque : qu'est-ce que / l'maîte : le maître / les eautes : les autres / l'fuèlle : la feuille / nué : nouveau, neuf / s'assir : s'asseoir / dusque : où / eine cayère : une chaise / ête seûr : être sûr / l'luséau : le nonchalant / orconnaîte : reconnaître / adeon : donc / soiche : soit / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / li : lui / ein parel lusoteu : un pareil lent à l'ouvrage / queu : quel / ein leum'cheon : un limaçon / raviser : regarder / eine leonque preone (preone = prune) cette expression qualifie parfois des personnes qui ne sont pas vives / eine leumière : une lumière / inveyer : envoyer / ein meos : un mois / l'line : la ligne / l'moumint : le moment / rouche : rouge / n'pos ête à s'n'aisse : ne pas être à l'aise / l'ortraite : la retraite / chiffler : siffler / tranner : trembler / ouvrer : travailler / ein amisse : un ami / eine copure : une coupure / jusse : juste / in plein mitan des camps : au beau milieu des champs / ermorqué : remorqué / canger : changer / s'débalter : se déchaîner / Bé neon : eh bien non / chiffler eine pinte : avaler un verre de bière d'un seul trait / chinquième : cinquième / printe : prendre / orsannance : ressemblance).

S.T. octobre 2016.

19:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |