21 oct.
2016

16:48

Tournai : expressions tournaisiennes (381)

Erpasser et nettier !

Comme on l'a vu, i-a fallu toute eine journée pou Fifinne faire s'buée et mette l'linche à séquer. Mais comme l'saveot bin, l'paufe Edmeond, s'calvaire i-n'éteot pos fini in rintrant à l'maseon. I-vouleot vir l'match d'fotbal à l'télé mais ch'est dins s'lit qu'à huit heures i-s'a ortrouvé.

"J'ai mis seonner l'horloche à six heures au matin pasque su l'planque i-a acore bin du pain !". 

Ov'là les meots qu'a dit Fifinne à s'mari tout in li souhaitant eine beonne nuit.

"Vingt milliards, l'café ch'est du passe-toutoute, quoisque t'as fait, ch'est eine jatte d'chirloute" qui a dit Edmeond, tout d'eine, in mettant du bure su ses tarteines.

"Au moinse, ave cha, te n's'ras pos débalté, quançque j'orpasse te m'fais toudis bisquer".

"Eh bé... hureus'mint que ch'n'est pos tous les jours que te deos orpasser sineon j'pinse qu'i-a bin lommint que j'areos divorcé !".

"Bé t'es toudis dins mes gampes, espèce de colas, va faire eine pourménate, l'temps pus vite i-pass'ra".

Edmeond i-a pris s'feimme au meot et i-a mis s'jupeon su s'deos

"Avant d'partir, j'vas t'deonner ein consel, comme je n's'rai pos ichi, n'mets pos t'planque à orpasser sous l'détecteur d'incendie. Rappelle-te que l'jour dusque t'as fait des bananes flambées, les visins i-seont v'nus d'minder s'i-falleot app'lé les peompiers". 

"Bé cha alors, on peut dire, m'comarate, que t'as ein riche toupet, pa d'zeur l'cusinière, l'détecteur ch'est ti qu'i-l'aveot plaché. Comme à l'habitude t'as fait du bricolache et on a foutu l'pépette à tout l'ruache".  

"J'n'ai jamais pinsé que quançque t'alleos faire à minger, cha alleot faire eine parelle feumée".

"Ch'est pos grafe, on ming'ras des plats freods à partir d'asteur et je n's'rai pus pa d'vant mes casseroles pindant des heures et des heures".

"Des plats freods, des plats freods, ov'là tout d'suite les grands meots !".

Comme cha sinteot l'roussi, l'heomme i-est parti. 

Ov'là pourquoi, su l'quai, j'ai rincontré l'amisse Edmeond qui v'neot tout jusse d'sortir de l'maseon".

Quançque Fifinne elle fait s'buée ou bin qu'elle comminche à orpasser, s'mari i-est toudis décholé, ch'est ainsin d'puis d'z'ainnées. Comme i-n'aveot pos beauqueop invie d'treondler, on a été boire eine pinte (eine à l'feos) au cabaret. 

Pa l'cassis, on veyeot circuler les passants, des jeones, des vieux, des p'tits et des grands. Edmeond s'ortourna vers mi et m'dit ave philosophie :

"Quançque te veos c'qui passe dins l'rue Royale, pou ti vir des gugusses, i-n'feaut pus attinte l'carnaval. Ch'est ave des véritapes fouffes qui seont asteur accoutrés, ravise, toutes les files pormène'tent ave des mareonnes troées. I-feaut acroire que ch'est Halloween tout au leong d'eine ainnée. Si cha cait pou eine feos canger, l'trinte-et-ein octope, i-veaut devoir sortir indiminchées. I-areot fait beon que j'sorte ainsin de m'maseon. Mes parints i-n'aveot'ent pos bramint d'liards mais j'éteos toudis nipé comme ein richard. Les files de m'temps, elles n'éteot'ent pos comme eusses, bin du contraire, elles éteot'ent précautionneusses".

I-s'a presque foutu d'mi quançque j'li ai dit :

"Ces mareonnes toutes troées ou bin complèt'mint délavées, ch'est ainsin qu'on les vind et, l'pire de tout, ch'n'est pos pou rien".

"Ch'n'est jamais possipe, ces loques à r'loqu'ter, cha coûte aussi tchier que des vêt'mints tout noués ?".

"Ch'est normal, te vas comprinte : on confectieonne un vêt'mint, ein comme on truèfe normal'mint, après on décope des morcieaux ou bin on-li deonne des queops d'ciséeau, on l'trimpe dins l'ieau d'Javel et on l'met séquer au solel. Ch'est de l'valeur ajoutée et les prix cha les fait meonter".

"De l'valeur ajoutée ! Pou que je n'parte pos à l'école à ferloupes, m'brafe mamère, pindant les vacances rassarcisseot et rabistoqueot tous mes habits pou l'hiver. Cha, ch'éteot de l'valeur ajoutée, ch'éteot l'prix d'l'ouvrache bin fait. Asteur quançque te veos les infants, i-orsanne'tent tertous à des fouans".

"Ahais, mais on n'est pus au temps des capieaux buse et des ropes d'crinoline, comme j'te conneos te n'laichereos pos sortir ainsin Fifinne".

"I-n'feaut pos caire dins l'exagératieon, on parle ichi d'ceulle génératieon, dis hardimint, ch'est l'peompeon, on donnereot l'aumeône à ces files et ces garcheons. Tins... orwette là-vas ceulle saferlique, elle est occupée à queurir pou n'pos arriver treop tard à la gare, mais elle ne quitte pos s'télépheone des is et elle navigue seûrmint au radar. Elle a traversé l'rue sans même raviser et sans printe l'passache protégé, si eine auteo l'aveot rinversée, ch'est su l'conducteur que l'famile elle se s'reot acore ortourné. Ceulle sémaine, in face de l' boulingerie, m'n'amisse Gaspard Leloir, in m'saluant, i-a pris ein potieau in plein mitan du trottoir. Ou bin i-a fait eine escampe ou bin i-n'tient pu bin su ses gampes ! Milliards de qu'vieaux, i-éteot arringé, i-n'a pos saigné mais i-aveot eine poque su s'freont et eine pétite copure à s'minteon. A tous mes gins, cha n'peut mal d'arriver, on direot qu'i-seont téléguidés. Ein eaute affaire que t'as certain'mint ormarqué, dins les autobus, les jeones i-save'tent même pus s'lever pou eine feimme inceinte ou eine perseonne âgée, les écouteurs dins les orelles, eine casquette à l'invers su leu tiête, i-seont étalés tout du leong su l'banquette et on n'sait même pus si, chez ces albrans, ch'est naturel ceul air biête ". 

"Te prêches ein converti, combin d'feos je m'sus d'jà d'mindé si-n'aveot pos, alfeos, ein Beon Dieu à part pou les distraits et les quervés... Là d'zeur, patreon, mettez deux verres et surtout n'faites pos d'lisière. T'as acore l'temps d'ein boire eine, Edmeond, i-n'est pos l'heure de rintrer à t'maseon ?".

"Quançque Fifinne elle fait s'n'erpassache deux feos par meos, l' jeudi, on sait quançqu'elle comminche mais jamais quançqu'elle finit".

"Ravise c'garchenneu, i-ouvère eine cannette d'coca, i-in a bu à peine eine goutte et i-l'a ruée comme cha, in plein mitan de l'route. J'te l'dis ch'est bin malhureux, on vit eine époque d'briscadeus. Ch'est triste aussi qu'i-n'ont pos connu la guerre, i-sareot'ent c'que ch'est que d'vife dins l'misère".

In dégustant s'pinte, Edmeond continueot à erluquer les gins passer et à faire s'n'étude d'société. Ch'est ainsin qu'i-a vu treos pétites badoulettes aussi noirtes que des gayettes, deux garcheons qui marcheot'ent sans sorlets et qu'i-aveot'ent des cras pieds, ave s'tchien, ein sans domicile fixe, prêt à déclincher eine rixe, assis su ein banc du p'tit gardin, on intindeot canter deux quervassins...

"Te veos, l'Optimiste, ch'est tout cha l'vie d'asteur, i-a pos d'quoi rire, ch'est ein grand malheur. Final'mint, j'aime acore mieux ête ave m'brafe compane, cha fait près d'chinquante ans qu'on vit insanne. Je m'fous alfeos in rache mais elle tient bien s'ménache. Quançque j'vas rintrer, l'erpassache i-s'ra terminé, tout i-ara été rangé et pou li moutrer m'n'affectieon j'vas l'imbrasser".

A siept heures au soir, Edmeond i-a gliché l'clé dins l'serrure, dins l'z'escaliers, cha sinteot l'beonne naque d'eine friture. I-pinsa qu'elle aveot fait des frites et qu'elle l'attindeot pou minger comme elle le fait d'puis qu'i-seont mariés. Comme vous l'avez adveiné, i-alleot vite décanter. I-a ouvert l'huche ave ein air bénaisse, et avant même qu'à s'feimme i-n's'adresse, elle li a berlé :

"Comminche pa ôter tes sorlets, j'viens jusse d'finir d'nettier !".

"Home, sweet home" qui s'a dit in li-même l'bonheomme.

"Quançque l'linche i-a été mis dins l'armoire, j'ai nettié l'carrelache au saveon noir, les meupes, j'ai profité d'les chirer et j'ai passé ein queop d'wassinque dins l'salle à minger".

"Erpassache et nettiache, que v'la ichi du bel ouvrache !".

" Tes réflexieons te peux les warder, ch'est pos l'momint de m'faire indever, j'sus acore tout infarfouillée, ch'est l'prumière feos que cha m'a arrivé, j'aveos laiché l'fier branché ein p'tit queop treop lommint et à hauteur du gu'nou, cha n'se veot pos fort, mais ch'est troé".

Avant même qu'Edmeond i-a pus dire ein seul meot, elle aveot d'jà trouvé eine pièche à mette au tréo :

"T'iras pourméner ainsin ave t'mareonne, te f'ras l'même impressieon qu'les jeones, in t'veyant, l'visin d'in face dira ave raiseon, à m'mote qui rajeunit, Edmeond !".

A s'fameusse étude d'société, Edmeond, ein chapite i-a pu rajouter !

 

(lexique : erpasser : repasser / nettier : nettoyer / l'buée : le lessivage du linge, la lessive / l'linche : le linge / séquer : sécher / paufe : pauvre / s'ortrouver : se retrouver / pasque : parce / l'planque : la planche / ov'là : voilà / les meots : les mots /du passe-toutoute : café qui semble avoir vite passé à travers du filtre et de ce fait est très léger / quoisque : qu'est-ce que / l'chirloute : mauvais café / tout d'eine : d'un seul coup, brutalement / l'bure : le beurre / l'tarteine : la tartine / débalté : exaspéré / toudis : toujours / faire bisquer : faire enrager / orpasser (ou erpasser) : repasser / lommint : longtemps / les gampes : les jambes / ein colas : un niais, un innocent / eine pourménate (ou eine porménate) : une promenade / l'jupeon : un veston / l'deos : le dos / ichi : ici / dusque : où / les visins : les voisins / m'comarate : mon camarade / avoir ein riche toupet : être fameusement culotté, avoir de l'audace / pa d'zeur : au-dessus / placher : placer / foute l'pépette : faire peur / l'ruache : le quartier, la rue / quançque : lorsque / eine parelle feumée : une fumée pareille / grafe : grave / freod : froid / asteur : maintenant / pa d'vant : devant / les meots : les mots / jusse : juste / commincher : commencer / décholer : faire partir / treondler : traîner, flâner, musarder / l'cassis : le châssis / des jeones : des jeunes / des fouffes : des chiffons, des loques / raviser (ou orwettier) : regarder / des mareonnes troées : des culottes ou des pantalons troués / acroire : croire / tout au leong: tout au long / caire : tomber / canger : changer / indiminché : endimanché / ainsin : ainsi / n'pos avoir bramint d'liards : ne pas avoir beaucoup d'argent, ne pas rouler sur l'or / nipé : vêtu / eusses : eux / précautionneu : qui a du soin de ses affaire / s'foute d'mi : se moquer de moi / possipe : possible / des loques à r'loqu'ter : des serpillières / tchier (ou tcher) : cher, onéreux / noué : neuf / on truèfe : on trouve / décoper : découper / des queops : des coups / des ferloupes : haillons, vêtements usés / m'mamère : ma mère / rassarcir : raccommoder / rabistoquer : rafistoler / l'ouvrache : l'ouvrage / orsanner : ressembler / tertous : tous / ein fouan : ce mot désigne une taupe mais aussi une personne sale, mal soignée / ahais :oui / ein capieau buse : un chapeau buse / la rope : la robe / laicher : laisser / ceulle : cette / ch'est l'pompeon : c'est le sommet / les files : les filles / les garcheons : les garçons / orwettier (ou raviser) : regarder / là-vas : là-bas / eine saferlique : une jeune fille délurée, qui n'a pas froid aux yeux, s'utilise également pour désigner une fille tombée dans la débauche / queurir : courir / les is : les yeux / seûrmint : sûrement / eine amisse : un ami / ein potieau : un poteau / in plein mitan : au beau milieu / eine escampre un faux pas / L'qu'vieau ou l'quévieau : le cheval (milliards de qu'vieaux : expression souvent entendue jadis) / eine poque : une bosse / eine copure : une coupure / eaute : autre / ormarquer : remarquer / inceinte : enceinte / les orelles : les oreilles / tout du leong : tout du long, sur l'entièreté / les albrans : les garnements / alfeos : parfois / ein quervé : une personne ivre / acore : encore / l'meos : le mois / ein garchenneu : un gaspilleur / ouvère :ouvrir / in plein mitan : au beau milieu / ruer : jeter / ein briscadeu : un gaspilleur / erluquer : regarder avec attention / des badoulettes : jeunes filles grassouillettes / noirtes : noires / des gayettes (ou gaillettes) : morceau de charbon / les sorlets : les souliers / cras : sales / ein tchien : un chien / ein gardin : un jardin / canter : chanter / des quervassins : des ivrognes / insanne : ensemble / s'foute in rache : se mettre en colère / moutrer : montrer / glicher : glisser / l'naque : l'odeur / adveiner : deviner / décanter : déchanter / l'huche : la porte / bénaisse : content / berler : hurler / les meupes : les meubles / chirer : cirer / l'wassinque : la wassingue, la serpillière / warder : garder / faire indever : faire enrager, faire dépiter / infarfouillée : embarrassée / l'fier : le fer / l'gu'nou (ou l'guénou) : le genou / eine pièche : une pièce / à m'mote : selon moi, à mon idée / ein chapite : un chapitre).

S.T. octobre 2016.

16:48 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

19 oct.
2016

17:03

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (2)

Voici le deuxième volet de l'étude concernant cette région de Wallonie picarde dont la cité des cinq clochers est appelée la capitale.

Les soins de santé.

Le bien-être d'une population passe par une offre de soins qui, même si elle est de plus en plus rationalisée, doit restée importante et de qualité. Le niveau de développement d'une région repose également sur ce critère. 

En 2014, le territoire de la Wallonie picarde recensait 1 médecin généraliste pour 690 habitants, c'est un peu mieux que pour la province de Hainaut (1/708) mais moins bien que pour la Flandre (1/639) et la Belgique (1/604). Elément plus interpellant pour l'avenir à moyen terme, les médecins âgés de plus de 50 ans représentaient, déjà à cette époque, 67,9 %

Par contre, l'offre hospitalière est des plus attractives. Le CHWapi résultant d'une fusion entre les quatre hôpitaux tournaisiens (la clinique Notre-Dame, la clinique la Dorcas, l'Institut Médico-Chirurgical et l'Hôpital Civil) dans un but avoué de rationaliser les coûts, offre 795 lits et emploie près de 2.500 membres du personnel. Le Centre Hospitalier de Mouscron propose 350 lits. Dans le cadre d'une coopération sanitaire franco-belge, ce dernier travaille en collaboration avec le centre hospitalier de Tourcoing (F), le fruit de ce rapprochement fait qu'annuellement environ 2.150 patients belges sont soignés à Tourcoing et 1.500 patients français à Mouscron (chiffres de juin 2016). A Ath, le Centre Epicura offre 236 lits. Au niveau des hôpitaux psychiatriques, les "Marronniers" à Tournai accueillent 436 lits auxquels s'ajoutent les 180 lits de Saint-Jean de Dieu à Leuze-en-Hainaut, les 90 lits de la Clinique de Bonsecours et les 60 de Saint-Charles à Wez. 

Une récente étude parue dans la presse fait apparaître que le ChWapi à Tournai n'est pas classé parmi les meilleurs établissements de soins de Belgique, il serait même quelque peu à la traîne, peut-être parce que le rodage de la nouvelle infrastructure est toujours en cours (à Tournai, on dirait que le nouveau-né fait ses "gourmes"). Une étude à laquelle les gestionnaires devront, cependant, être attentifs car la réputation et la confiance en un établissement hospitalier se gagne lentement mais se perd rapidement. Patient régulier des divers établissements tournaisiens, la seule plainte que je n'aie jamais eu à émettre est la trop longue attente au niveau du service des Urgences (lors d'une visite, notamment, j'ai été oublié dans la salle d'attente, durant plus de quatre heures. Mon anamnèse réalisée par une infirmière à mon arrivée, le matin, se trouvant toujours, à midi, enfouie sous des documents déposés sans trop d'attention). Hélas, malgré une offre de médecins suffisante et la présence de plusieurs maisons médicales, trop de personnes se rendent directement aux urgences pour soigner le moindre "bobo", le moindre refroidissement ce qui encombre inutilement ce service et retarde la prise en charge de cas plus sérieux.

En Wallonie picarde, une attention particulière est posée sur le confort de fin de vie. Il existait en 2014, 6.536 lits en maisons de repos et de soins, ce qui représentait une possibilité d'accueil de 20,9% de la population âgée de plus de 75 ans. Ce taux est de 17,4% dans la province du Hainaut, de 15,7% en Wallonie et 13,5% en Belgique. La renommée des nombreux établissements d'accueil de personnes âgées situés entre Comines et Péruwelz a très largement dépassé la frontière et de nombreux séniors français viennent couler des jours paisibles dans les maisons de retraite de Wallonie picarde où ils trouvent un excellent accueil, un meilleur encadrement et surtout un coût nettement moins élevé qu'en France. 

Il est important de relever qu'en Wallonie picarde, jusqu'à l'âge de 54 ans, le nombre d'hommes est supérieur à celui des femmes. Cette tendance s'amenuise peu et peu et s'inverse à partir de 60 ans. La population des plus de 65 ans représente 18,1% de celle de Wallonie tandis que celle des moins de 20 ans s'élève à 23,4% (chiffres 2015).

Il est également intéressant de signaler un créneau social fort développé en Wallonie picarde, celui de l'accueil des personnes handicapées. Entre Mouscron et Péruwelz, de nombreuses institutions se sont, depuis bien longtemps, spécialisées dans l'accueil et l'apprentissage pour les jeunes handicapés (polyhandicapés, autistes, jeunes présentant d'importants retards scolaires...). Là aussi, la réputation de ces établissements a largement dépassé la frontière et ils attirent des personnes handicapées habitant une zone comprise entre le Nord de la France et la région parisienne. Des maisons exclusivement destinées à l'accueil de personnes handicapées issues de l'Hexagone ont été ouvertes tout au long de la frontière (à Tournai, Mont Saint-Aubert, Orcq, Bonsecours...). A défaut de réduire les listes d'attente sur lesquelles sont inscrites, depuis parfois longtemps, des personnes handicapées de la région, ces maisons ont le mérite d'avoir créé de l'emploi. 

L'enseignement.

Comme nous allons le voir, les chiffres ne plaident pas en faveur de notre région.

En 2011, 14,3% de la population de Wallonie picarde ne disposait pas d'un diplôme d'études primaires (14,1% en Hainaut, 12,5 % en Wallonie et 12,8% en Belgique). Les extrêmes se trouvaient à Mouscron (19,5%) et à Silly (9,3%).

48,6% de la population avait acquis un diplôme de l'enseignement secondaire (50,9% en Hainaut, 49,4 % en Wallonie et 46,1% en Belgique)

21,8% de la population de Wallonie picarde disposait d'un diplôme de l'enseignement supérieur (universitaire et non universitaire) pour 20,1% en Hainaut, 23, 9 % en Wallonie, 25,1% en Belgique. Les extrêmes se trouvaient à Silly (32,5%) et à Comines (13,4%).

Lors de la décennie 2001-2011, le niveau d'instruction de la population de Wallonie picarde a augmenté en ce qui concerne l'enseignement secondaire et supérieur. Par contre, on ne s'explique pas les raisons pour lesquelles il stagne en ce qui concerne le primaire alors qu'à cette période de la vie, l'enseignement est obligatoire. Pour aider ces personnes dans les démarches administratives, une association telle que les "Ecrivains Publics de Wallonie Picarde" a donc bien sa raison d'être. 

Dans l'enseignement supérieur, la Haute Ecole de la Communauté Française en Hainaut est implantée à Tournai, elle offre un campus pédagogique (carrière dans l'enseignement), un campus social (fonctions dans le secteur social) et un campus économique (bachelier en droit, assistanat de direction, tourisme).

La Haute Ecole Provinciale du Hainaut-Condorcet possède des implantations à Ath, Irchonwelz, Maffle, Mouscron et Tournai.

La Haute Ecole Louvain en Hainaut est implantée à Leuze-en-Hainaut, Mouscron et Tournai.

La réputation de l'école Jeanne d'Arc à Tournai attire de nombreux étudiants, notamment français, intéressés par les carrières paramédicales ou au sein du personnel infirmier.

L'enseignement artistique est représenté par l'Académie des Beaux-Arts de Tournai et l'Ecole Supérieure des Arts de l'institut Saint-Luc à Tournai (Ramegnies-Chin).

2014.03 orchestre à cordes (2).jpgL'enseignement musical est dispensé au Conservatoire de Musique de Tournai, à l'Académie de Musique Saint-Grégoire de Tournai et dans les Académies de Musique d'Ath, Beloeil, Enghien, Mouscron et Péruwelz.

 

photo : répétition de l'Orchestre à cordes du Conservatoire de Tournai sous la direction de Mme Christiane Diricq. 

 (à suivre).

(sources : "Atlas socio-Economique de la Wallonie picarde" - 2e édition 2016 édité par l'asbl Wapi25 et recherches personnelles).

S.T. octobre 2016

17 oct.
2016

17:17

Tournai : le cœur de la Wallonie Picarde (1)

La Wallonie picarde, une région pleine d'atouts mais parfois méconnue !

Le concept de "Wallonie picarde" date d'un peu plus d'une dizaine d'années. Auparavant, cette région située à l'ouest de la province du Hainaut s'appelait tout simplement le "Hainaut Occidental", dénomination purement géographique qui ne reflétait nullement le caractère spécifique de ce territoire situé à l'extrémité occidentale de la Wallonie, aux portes de la Flandre et de la France.

A l'ouest d'une ligne allant de Bernissart à Enghien, la Wallonie picarde englobe également la région de Comines-Warneton, enclave hennuyère en territoire flamand. 

Son paysage est composé de zones agricoles parsemées de zonings industriels, de villes à échelle humaine et de villages ayant conservé le charme et la tranquillité tant recherchée à notre époque. On y trouve le "Pays blanc" qui s'étend autour d'Antoing et de Gaurain-Ramecroix et qui tire son nom des carrières de chaux qui firent sa richesse. On y découvre le "Pays vert", tout autour d'Ath, se composant de champs, de prairies et de bosquets, une vaste zone vouée à l'agriculture où il fait bon se balader. On peut également y parcourir le "Pays des collines" et ses ondulations de terrain où se nichent des villes et villages au riche folklore et aux traditions bien ancrées. Il y a enfin le "Parc naturel des plaines de l'Escaut" aux paysages bucoliques qui s'étendent de part et d'autre de la frontière.

La Wallonie picarde, jadis renommée pour son industrie textile de Mouscron à Leuze-en-Hainaut et de Tournai à Quevaucamps, est désormais une région en pleine reconversion industrielle tournée vers les services, les nouvelles technologies et le tourisme.

La Wallonie picarde veille jalousement sur son patrimoine historique et architectural, sur son parler local et ses traditions séculaires. Loin de se figer sur le souvenir d'un riche passé, elle se tourne résolument vers l'avenir sans omettre de conserver un environnement où il fait bon vivre.

Tournai, capitale de la Wallonie picarde.

Avec ses 69.751 habitants (statistiques au 1.1.2015), la cité des cinq clochers est la ville la plus importante d'une région que nous allons analyser par le détail pour mieux la faire connaître non seulement à ses habitants mais aussi à ceux et à celles qui, bien souvent, la considèrent comme le "Far-West" wallon et la snobent encore régulièrement. Beaucoup trop de Liégeois, de Carolos et de Namurois, bien souvent issus du monde politique, croient depuis bien longtemps que la Wallonie s'arrête à Mons et que le reste n'est qu'un "No man's land", une zone tampon aux portes de la rivale flamande. 

La Wallonie picarde compte 23 communes. Avec Lille, la tentaculaire ville du Nord de la France et Kortrijk, l'opulente et dynamique cité flandrienne, Tournai fait partie, depuis 2008, de l'Eurométropole, un groupement européen de collaboration transfrontalière entre la France et la Belgique qui couvre une surface de 3.553,5 km2 de part et d'autre de la frontière. Au sein de celle-ci, forte de 2.100.876 habitants, la Wallonie picarde en représente 348.507 (10% des habitants de la Wallonie) répartis sur 1.377 km2. Une population qui est en constante augmentation puisqu'il y a dix ans elle n'était encore que de 329.206 habitants. 

Densité de population en Wallonie picarde.

Avec 253 habitants/km2, la densité de la population de Wallonie picarde est inférieure à celle de la province du Hainaut (353), de la Belgique (367), de la Flandre (477) mais est supérieure à celle de la Wallonie (213). Parmi les villes les plus peuplées, relevons donc Tournai (69.751 habitants, densité de 326 habitants/km2), Mouscron (58.009 habitants, densité exceptionnelle de 1.424 hab./km2), Ath (28.543 - 225 habitants/km2), Lessines (18.637 - 255 hab./Km2), Comines-Warneton (18.111 - 292 hab./km2), Péruwelz (17.158 - 285 hab./km2), Beloeil (13.771 - 224 hab./km2), Leuze-en Hainaut (13.519 - 184 hab/km2), Enghien (13.459 - 331 hab./km2), Bernissart (11.679 - 269 hab/km2), Frasnes-les-Anvaing (11.454 - 104 hab./km2), Estaimpuis (10.281 - 317 hab./km2). Parmi les communes les moins peuplées, on trouve Flobecq (3.480 - 151 hab./km2), Brugelette (3.513 - 124 hab./km2), Mont de l'Enclus (3.585 - 133 hab./Km2), Rumes, (5.184 - 217 hab./km2), Pecq (5.599 - 169 hab./km2), Celles (5.619 - 83 hab./km2), Ellezelles (5.907 - 132 hab./km2), Chièvres (6.665 - 142 hab/km2), Antoing (7.814 - 247 hab./km2), Brunehaut (7.901 - 171 hab/km2) et Silly (8.370, 123 hab./ km2).

Avec 39.562 habitants, la population étrangère représente 11,4% de la population totale de la Wallonie picarde. Ce nombre est supérieur à celui de la Wallonie (9,8%), de la Belgique (11,2%) et du Hainaut (11,7%). Parmi ces personnes d'un autre pays qui ont fait le choix de vivre en Wallonie Picarde, on trouve : 31.033 Français, 2.287 Italiens, 617 Espagnols, 582 Marocains, 493 Portugais, 483 Roumains, 343 Américains, 262 Polonais, 256 personnes issues de la République Démocratique du Congo et 221 d'Algérie. Ces chiffres datent de janvier 2015 et ne tiennent pas compte de l'arrivée massive de migrants en Belgique (et en Wallonie picarde) lors des vingt derniers mois. 

L'offre de logements en Wallonie picarde.

Comme partout, le logement représente un problème de notre époque. Bien souvent le logement est vieillissant, parfois insalubre, toujours insuffisant. La Wallonie picarde comptait au 1er janvier 2015, 160.956 logements, ce qui représentait une augmentation de 14.929 unités depuis 2005, une évolution positive de 10,2% qu'on rencontre aussi en Hainaut (+8,5%), en Belgique (+9,5%) et en Wallonie (+9,9%). Notre région fait donc mieux que ces différentes entités.

A Tournai, on assiste à un véritable boom de l'offre de logements neufs, des projets viennent de se concrétiser ou sont en cours de construction, à la rue Jean Cousin, à la plaine des Manœuvres, à la rue Barthélémy Frison, à la rue des Choraux, sur le quai des Salines et bientôt au quai Sakkharov ou sur le boulevard des Combattants.  Il en est de même à Ath (projet des Deux Dendres...), à Mouscron (les Jardins de l'Ours...), le projet de l'agri-quartier dans le prolongement du quartier Bon-Air à Leuze-en-Hainaut, à Enghien...

Le prix moyen du foncier est de 56 Euros/m2 en Wallonie picarde, supérieur à celui du Hainaut (52 Euros), de Wallonie (51), mais inférieur à celui de la Belgique (117) et de la Flandre (175).

Voici une première série de chiffres qui peut paraître indigeste mais elle est nécessaire pour effectuer une bonne comparaison entre diverses régions. 

(à suivre). 

(sources : Atlas Socio-Economique de Wallonie Picarde 2e édition 2016 - édité par Wapi 2025 ASBL et statistiques population du Service Public Fédéral Intérieur). 

S.T. octobre 2016.

 

 

17:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, wallonie picarde, densite population, logement |