15 sept.
2016

13:04

Tournai : les festivités de septembre (1)

Mêlant religieux et profane, les membres du comité de la Grande Procession et les Amis de Tournai rejoints, lundi, par l'Association des Commerçants se sont unis, pour la deuxième année consécutive, afin d'offrir aux Tournaisiens et à leurs visiteurs un week-end festif qui a permis de mettre entre parenthèses les trop nombreuses mauvaises nouvelles reçues presque quotidiennement durant l'année.

Pendant trois jours, les différents organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens pour ravir les plus difficiles et, une fois encore, les absents eurent tort, une nouvelle fois l'expression n'est pas dénaturée !

Samedi 10 : la Grande Marche des Géants.

Le jour était à peine levé sur la campagne des environs de Velaines que, déjà, la place communale de cette petite bourgade connaissait une animation peu habituelle. Réveillés par le Grand Sonneur, une dizaine de géants de villages s'y étaient rassemblés, prêts à rejoindre, au terme d'une longue promenade, la cité des cinq clochers. Après avoir englouti un copieux petit déjeuner, avec un léger retard sur l'horaire annoncé, porteurs et accompagnateurs se mirent en route. Dans le ciel d'azur, le soleil, sorti de sa torpeur nocturne, avait décidé d'être lui aussi de la partie. L'astre du jour qui avait sérieusement boudé la fête l'année dernière n'allait pas, cette fois, faire faux bond. 

Après quelques kilomètres, la joyeuse troupe à la tête de laquelle, on trouvait les "petits géants, sonneurs de cloches" entourant le Grand Sonneur, entamait la montée du col Jubaru et du Mont Saint-Aubert. Hisser les grandes carcasses tout là-haut demanda bien du courage aux porteurs mais la récompense fut au rendez-vous. Sur le "toit" tournaisien, un barbecue fut le bienvenu.

2016.09.10 la Marche des Géants Grand-Place (1).jpg

Il ne faut surtout pas imaginer que la descente de ce géant de Wallonie Picarde fut de tout repos car il est tout aussi difficile de freiner ces grandes "postures" (comme on dit à Ath) que de leur faire gravir les côtes. Un arrêt vers 14h30 sur la place de Kain-la-Tombe permit à chacun de se s'hydrater et de reprendre des forces alors, qu'infatigable, la troupe des petits géants, sonneurs de cloches, dansait sur un asphalte chauffé à blanc par un Messire Phébus extrêmement généreux.

2016.09.10 la Marche des Géants rue Perdue (1).jpg

"Ils arrivent" !

2016.09.10 la Marche des Géants rue Perdue (2).jpg

Il allait être seize heures lorsque le public qui patientait dans la rue Perdue vit déboucher la joyeuse troupe de la rue Tête d'Argent. Le groupe avait été accueilli à l'entrée de la ville par les Croisés Lethalde et Engelbert. Faisant un crochet par la bien nommée rue des Cloches, Grand Sonneur, Géants, musiques et accompagnateurs débouchèrent à hauteur du Fort Rouge. Après un moment de repos, il restait à avaler quelques pavés pour rejoindre, par la rue des Maux, le forum tournaisien. 

 

 

Sur le kiosque, l'Harmonie des Volontaires Pompiers interprétant les chansons tournaisiennes les accueillit et emmena alors les Géants, les petits sonneurs et le public présent dans une folle farandole, également rythmée par le tintement de la cloche du Grand Sonneur. Dans la foule, on vit même Marie-Christine Marghem, Ministre de l'Energie, tomber sous le charme du géant de Thimougies, peut-être tout simplement parce qu'il s'appelle... Charles II ou qu'il est tout de bleu vêtu ! 

 

2016.09.10 la Marche des Géants Jean-Claude Dupret.jpg

 

2016.09.10 la Marche des Géants Grand-Place (2).jpg

La journée n'était pas terminée, à 18h, en la cathédrale Notre-Dame, Mgr Guy Harpigny présida un office pontifical. A la fin de celui-ci, Rudy Demotte, Bourgmestre de Tournai accompagné des Doyens et Vice-Doyens des Corporations entra dans le prestigieux édifice afin de remettre à l'Evêque les clés de la Ville. Par ce geste symbolique, réminiscence de ce qui se faisait déjà au Moyen-Age, l'autorité communale permettait à la Procession du lendemain de parcourir les rues de la cité. Afin d'annoncer la journée de dimanche, trois cloches lumineuses survolèrent alors, majestueusement, les fidèles qui n'en croyaient pas leurs yeux. Le réalisateur Monsieur Zo et la troupe des Facteurs d'Amour avait marqué de leur empreinte cette première journée du triptyque tournaisien. 

Toute ma gratitude va à Renelde Rauwers pour les documents photographiques qui illustrent cet article.

(S.T. septembre 2016).

13:04 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, géants, monsieur zo, grand sonneur |

09 sept.
2016

14:31

Tournai : expressions tournaisiennes (375)

"Rinconte inattindue" inter... Edmeond et ein philosophe !

Quancque j'sus allé rinte visite, ceulle sémaine, à Fifinne et Edmeond, i-aveot ein heomme que j'veyos pou l'prumière feos à leu maseon. 

"Ch'te présinte ein garcheon qui est v'nu ave mi à l'pétite école, m'n'amisse Clovis, ch'est ein philosophe, même que ces visins l'appellent l'Tahar Ben Jelloun d'Saint-Brice. On éteot in train d'comparer l'vie du temps présint ave l'ceulle qu'aveot'ent connue nos parints et nos inciens. On veot queurir les gins du matin au soir et pou quoi faire, on voudreot bin l'savoir".

Clovis i-m'a lommint orwettié et puis i-s'a mis à parler :

"L'vitesse, creos me, elle comminche d'jà avant te soiches né quançqu'aux prumières douleurs t'mamère elle part pou l'maternité. L'paufe feimme elle ne va pos avoir l'temps de s'préparer pasque si ch'est ein verdi ou eine velle de fiête, tout d'suite, on va li provoquer. I-feaut acroire que les gynécoloques i-seont asteur syndiqués et qui n'veule'tent pus ête déréviés l'diminche ou les jours fériés. Si l'traval i-prind ein peu treop d'temps, i-d'a qui saque'reotent bin vite, déhors, l'infant. L'brafe mamère hureusse mais bin fatiguée, elle pinse alors que dins s'campe elle va s'orposer, bé, moinse de treos jours après, à s'maseon elle est d'jà rinvéyée. 

L'infant, à s'maseon, i-n'a pos l'temps d's'habituer qu'à l'crèche des Greos Poussins i-va d'jà s'ortrouver. L'mamère elle va queurir, au matin, pou l'déposer infardélé et elle va s'dépêcher au soir pou arriver jusse avant que cha n'soiche fermé. Après, cha s'ra l'préparatieon du souper, l'bain du nouvieau-né, tout cha inter l'tétée et l'télé. Au momint d'aller coucher, si l'mopère i-veut ête câliné, elle li dira : surtout pos c'soir, j'sus crevée. 

Cha n'va pos aller mieux l'jour dusqu'i-va rintré in primaire pasque l'quémin d'l'école, asteur, cha orsanne à ein sintier d'la guerre. Pou arriver à l'heure, les parints roule'tent comme des sauvaches jusqu'à l'intrée de l'ville et là, ch'est recta, pou passer les feux, à chaque feos, i-caitent dins des files. Cha s'met alors à s'énerver, à berler au point qu'on intind l'mopère dins tout l'ruache dire à s'feimme : ch'est foutu, j'vas acore ête in r'tard à l'ouvrache.

A peine su s'cayère au buréeau, i-va orchevoir ein queop d'fil de l'directieon li d'mindant : vous pouvez m'apporter, tout d'suite, l'dossier de la famile Ducrayeon. Vers dix heures, inter deux dossiers, i-va s'ruer su l'machine à café pasque pou li t'nir l'queop jusqu'au deîner, ch'est à l'Arabica qui va devoir s'doper. Si pa malheur, l'machine elle coule goutte à goutte et si jamais i-tape d'dzeur, dins s'tasse, i-ara du passe tout-oute.

Combin d'accidints sereot'ent évités si les limitatieons éteot'ent respectées. Su nos routes, combin i-a d'jà eu d'tués pasque des gins ont cru qu'i-z'areo'tent l'temps d'passer. On n'a pos l'temps d'respecter les feux d'circulatieon, on est bin treop pressé d'arriver à destinatieon. Si in ville, pou respecter les piéteons, te roules au pas, i-d'ara tout bin ein, pa d'rière ti, pou t'traiter d'leongiva

L'mote de l'vitesse elle-est bin installée, même quançque ch'est pou s'marier. On rinconte, ein bieau soir, dins eine discothèque, l'pétite dulcinée mais au momint d'passer pa d'vant l'bourguémette, bé, l'infant d'puis lommint i-est d'jà fait. Dins l'ménache, on n'prind même pus l'temps de l'découverte qu'on va vite vir ailleurs si l'hierpe elle est pus verte.

A l'âche de l'ortraite, on creot infin qu'on va s'orposer mais i-a tell'mint à faire qu'on n'a pos assez d'ses journées. L'bus étant (presque) gratis, on l'prind tous les jours pou aller s'pourméner mais, in partant comme in orvenant, i-feaut queurir pou n'pos l'rater. Dins l'grande surface, si jamais i-manque ein prix à ein artique, tous les gins de l'file i-seont aussiteôt prix d'énervemints et alfeos d'tics. On ireot presque arracher l'marchandisse des mains de s'visin in li disant ainsin : i-est beon va, laichez le là, vous n'd'avez pos b'soin. 

Quançque pou morir, pou quitter ceulle tierre vient l'temps, l'vitesse là acore te peux ête seûr qu'elle va t'rattraper au tournant. Si te queusis comme beauqueop de t'faire incinérer, l'paufe curé pindant l'messe i-va devoir accélerer, i-n'feaut pos eine treop leongue homélie pasqu'i-feaut ête à l'heure à Hacquegnies et après, su l'autoroute, l'convoi i-roule à tombeau ouvert pou arriver avant l'fermeture du l'chim'tierre".

Clovis i-a bu ein goutte d'tisaine, l'temps d'orprinte s'n'haleine. Ein philosophe, ch'est comme ein écoleo, cha-n'beot que du thé ou bin d'l'ieau. 

"Au temps jadis, ch'n'éteot pos comme asteur, on n'éteot pos toudis là à raviser l'heure. On n'aveot pos b'soin d'eine rével pasqu'on viveot uniqu'mint ave l'solel. L'cloque du villache, elle rythmeot l'journée, l'Angelus et l'Salut anneoncheot'ent l'momint d'minger ou d'aller s'coucher. On alleot à l'ville ave ein tombereau, à l'vitesse du pas des qu'vieaux.

Ch'est bin souvint su l'tape de l'cuisine que l'mamère s'accoucheot, seul'mint intourée d'ein sache-feimme, d'linches propes et d'ieau. L'naissance elle arriveot l'jour de l'Noë à midi aussi bin que l'lindi d'Pâques à minuit. Jusqu'à l'âche de treos ans, les nourrisseons i-resteot'ent ave leu mamère à leu maseon. Les infants parteot'ent, in bandes, à l'école in jouant aux marpes dins les rigoles. Pus tard, on preneot l'temps d'fréquinter, d'découvrir, jour après jour, l'caractère de l'dulcinée, rar'mint on n'l'areot ingrossée avant de passer pa d'vant Mossieu l'Curé.  

Dins s'professieon, on aimeot l'ouvrache bin fait et on metteot l'temps qui falleot pou l'réaliser. Dins les forches et les usines, on intindeot su l'églème l'cant des martieaux et dins les camps, l'courageux cinsier ouvreot à l'vitesse de ses deux qu'vieaux. On veyeot l'geste lent d'Auguste le semeur, cha deot ête à peu près cha que m'diseot m'n'instituteur. 

L'ortraite ch'éteot l'momint de s'orpsoser d'eine dure vie d'labeur, on profiteot, à deux, tout bell'mint, d'chaque jour et d'chaque heure et quançque veneot l'temps d'fermer ses is, l'défunt i-s'indormeot ave tous ses amisses autour d'li. On laicheot s'éteinte eine candelle su l'tape de nuit, on veilleot l'mort in parlant in leong et in larque d' li. De l'porte d'l'églisse au chim'tierre, on alleot, su ein barou, tout douch'mint, comme si l'défunt vouleot dire ein dernier adieu au gins qui s'trouveot'ent l'leong du qu'min".

No Fifinne qui n'aveot pos 'cor dit ein meot, i-a fallu qu'elle mette s'grain d'sel comme à chaque feos.

"Edmeond et mi, on est marié t'taleur d'puis chinquante ans et j'ai souvint ormaqué que m'n'heomme ch'éteot ein véritape bruant et vous savez c'qu'on dit à Tournai à c'propeos : Quand les bruants ireont à l'processieon, ch'est ti qui port'ra l'drapéeau". I-n'a qu'eine seule cosse pou l'quelle te vas  à feond la caisse, pou chiffler tes pintes, là, i-a pos d' problème, te prinds tertous d'vitesse".

I-a fallu aussi que Clovis i-amène s'pierre à l'édifice :

"Edmeond, si l'Carême i-dure siept ans, t'aras bin fini pou l'Penne'coûte".

"Ah mais ch'est toudis rouf-rouf quand Fifinne elle fait eine séquoi" i-a dit Edmeond 

Fifinne de s'fauteul elle s'a ordressée d'ein beond. 

J'ai acore eine feos compris que cha alleot mal tourner, j'les ai laichés:

"J'deos partir, sais-te, j'sus pressé, à six heures, j'deos orwettié No Télé"

J'n'ai pos osu avouer à Clovis, l'philosophe que j'aveos intindu qu'hélas, mi aussi j'queureos toudis après perdu !

(lexique : eine rinconte : une recontre / inter : entre / quançque : lorsque / rinte : rendre / ceulle : cette / l'prumière feos : la première fois / ein garcheon : un garçon / m'n'amisse : mon ami / les visins : les voisins / queurir : courir / lommint : longtemps / orwettier : regarder / commincher : commencer / soiche : soit / l'mamère : la mère / pasque : parce que /  l'verdi : le vendredi / eine velle : une veille / acroire : croire / asteur : maintenant / ête dérévié : être réveillé / saquer : tirer / hureusse : heureuse / bin : bien / l'campe : la chambre / s'orposer (on dit aussi s'erposer) : se reposer / moinse : moins / s'ortrouver (ou s'ertrouver) : se retrouver / infardélé : emmailloté sommairement / jusse : juste / dusque : où / orsanner : ressembler / des sauvaches : des sauvages / caire : tomber / berler : hurler / l'ruache : la rue, le quartier (populaire) / l'cayère : la chaise / s'ruer : se jeter / l'queop : le coup / l'deîner : le dîner / d'zeur : dessus / du passe tout-oute : un mauvais café avec beaucoup d'eau / pa d'rière : derrière / ein leongiva : un lambin, un traînard / l'mote : la mode / pa d'vant : devant / l'bourguémette : le bourgmestre (le maire) / vir : voir / l'hierpe : l'herbe / l'âche : l'âge / l'ortraite : la retraite / s'pourméner (ou s'porméner) : se promener / ein artique : un article / alfeos : parfois / laicher : laisser / morir : mourir / ête seûr : être sûr / queusir : choisir / beauqueop : beaucoup / l'chim'tierre : le cimetière / l'tisaine : la tisane / toudis : toujours / raviser : regarder / l'rével : le réveil / l'solel : le soleil / l'cloque : la cloche / les qu'vieaux : les chevaux /eine sache-feimme : une sage-femme / des linches : des linges / propes : propres / les marpes : les billes / l'ouvrache : l'ouvrage / les forches : les forges / l'cant : le chant / l'églème : l'enclume / l'martieau : le marteau / les camps : les champs / l'cinsier : le fermier, l'agriculteur / ouvrer : travailler / bell'mint : bellement, en douceur / les is : les yeux / l'candelle : la chandelle, la bougie / l'tape : la table / in leong et in larque : en long et en large, dans le détail / ein barou : un charriot de ferme / douch'mint : doucement / l'leong du qu'min : le long du chemin / t'taleur : tantôt, ici utilisé pour bientôt / ein bruant : un hanneton, utilisé aussi pour un paresseux / eine cosse : une chose / chiffler : siffler, cette expression s'utilise pour "boire un verre (de bière le plus souvent) d'un seul trait" / tertous : tous / l'Penn'coûte : la Pentecôte / rouf-rouf : en vitesse, en bâclant / eine séquoi : quelque chose / osu : osé).

S.T. septembre 2016.

14:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

07 sept.
2016

10:26

Tournai : un week-end festif !

Quand le religieux se mêle au profane. 

Les amateurs de folklore en Wallonie Picarde sont vernis, n'ayons pas peur de le proclamer. Attachée à son histoire, cette région présente une diversité de rendez-vous annuels. A moins de cinquante kilomètres à la ronde, ils nous est donné d'assister à de nombreux événements dont certains sont repris au patrimoine de l'Unesco. 

Mons, sa procession de Car d'Or et son combat dit Lumeçon (à la Trinité), Ellezelles et son sabbat des sorcières (fin juin), Ath, son mariage de Gouyasse et son cortège des géants (le dernier week-end d'août), Lessines et son Festin (le premier week-end de septembre), Dottignies et sa fête de la Main (le troisième week-end de septembre), Mouscron et son cortège des Hurlus (le premier week-end d'octobre octobre), Comines et la fête des louches (le second week-end d'octobre), autant d'occasions de se retremper dans cette atmosphère si particulière inscrite dans la mémoire collective des habitants d'une région. 

Ce deuxième week-end de septembre, c'est la ville de Tournai qui est à l'honneur, pour la première fois deux grandes manifestations ont été rassemblées sur la même journée : la procession historique et le cortège des Géants.

Le samedi 10 septembre :

C'est le début de ce week-end appelé : les 400 cloches !

Les festivités débuteront à... Velaines, ce samedi à 7h du matin, par les premiers pas, la naissance du Grand Sonneur et un solide petit déjeuner si nécessaire pour tenir durant une longue journée. A 8h30, départ, par monts et par vaux, de la Grande Marche en direction de la cité des cinq clochers. 

A 16h00, celle-ci sera accueillie en la rue Perdue à Tournai, comme il se doit, à l'angle de la rue des Cloches par le "Grand Raffut". La Grande Marche rejoindra alors la Grand-Place.

Sur le forum tournaisien, une cloche sera remise à Christine de Lalaing par le Grand Sonneur qui n'hésitera pas à faire un câlin à l'héroïne tournaisienne. La Royale Harmonie communale des Sapeurs Pompiers animera, en musique, ce premier moment d'un week-end très riche.

A 18h, en la cathédrale Notre-Dame, sera célébré l'office pontifical par Monseigneur Guy Harpigny, Evêque de Tournai, réhaussé par les chants de la Maîtrise. 

A la fin de celui-ci, à partir du beffroi, le Grand Sonneur, les Géants tournaisiens, les corporations et les autorités communales s'en iront vers la place de l'Evêché remettre les clés de la Ville à l'autorité ecclésiastique alors que Marie-Pontoise et les cloches de la cathédrale entameront leur chant puissant auquel répondra, depuis son beffroi, l'Bancloque. 

A 20h, au Vieux Marché au Poteries se tiendra le "Bal des Géants" avec l'orchestre musette du "Beau Milo", un merveilleux voyage musical dans le Paris des années 1910 à 1950, période durant laquelle le swing manouche a acquis ses lettres de noblesse, des danseurs entraîneront le public qui ne sera pas longtemps hésitant.

Le dimanche 11 septembre :

C'est une journée bien remplie.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 10h, sortie de la Grande Procession historique. Il s'agit de la 924e édition de cette commémoration religieuse établie, en 1090, par l'évêque de Noyon-Tournai, Radbod, afin d'implorer Notre-Dame de mettre fin à l'épidémie de peste (ergotisme du seigle) qui sévissait dans le Tournaisis, la Flandre et le Brabant depuis deux ans et avait fait des milliers de morts.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

Près de 1.000 participants composeront les septante groupes qui présenteront les statues vénérées à Tournai, les reliquaires, les châsses ou autres croix processionnelles.  

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 12h30, retour de la Procession à la cathédrale.

C'est à ce moment que le religieux transmet le flambeau au profane pour continuer à animer les rues de la cité.

A 13h30, à la place de l'Evêché, Mgr Harpigny remet les clés au bourgmestre Rudy Demotte. Les autorités communales se rendent au pied du beffroi pour transmettre les clés de la ville aux Amis de Tournai qui ont alors mission de la divertir. 

De 14h30 à 16h30, sur la Grand-Place, concerts par l'Harmonie de Gaurain-Ramecroix, l'Harmonie de Templeuve et danses par le groupe Renaissance.

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 15h00, départ du cortège des Géants, des musiques et chars fleuris à la place Crombez. Celui-ci par la rue Royale, le pont Notre-Dame, la rue de l'Hôpital Notre-Dame, la rue du Curé Notre-Dame, la rue des Courtrai, les Quatre Coins Saint-Jacques, la rue Tête d'Argent, la rue Perdue et la rue des Maux rejoindra le forum vers 16h30. Après le passage des chars fleuris, on assistera à la traditionnelle remise des fleurs au public. 

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

A 18h, "le Coup du Dragon", une création de Mr. Zo, réalisateur tournaisien bien connu en Belgique et à l'étranger, et des Facteurs d'amour, une grande surprise qui devrait ravir le public. Cet évènement sera suivi du "Serment d'el Bancloque" au pied du beffroi qui mettra fin aux festivités tournaisiennes de ce second week-end de septembre. 

Lundi 13 septembre :

tournai, grande procession, cortèges, amis de tournai, Mr. Zo, géants, chars fleuris, grande marche

Dans les rues de la ville, c'est la "Grande Braderie" annuelle des Commerçants. Dès le lever du jour, bonimenteurs, camelots et chineurs occuperont le pavé de la cité, les uns pour vendre une marchandise vraiment "exceptionnelle" (sic), les autres pour réaliser la bonne affaire. Sur l'heure de midi et en soirée, les cafés et restaurants seront, comme chaque année, pris d'assaut et bien souvent, le "moules-frites" accompagné d'une bonne pinte sera le roi de la table. 

S.T. septembre 2016.