19 mai
2017

14:09

Tournai : expressions tournaisiennes (406)

Ete ou n'pos ête, telle est l'questieon d'Edmeond.

J'deos bin vous faire l'aveu, braves gins, qu'in c'momint, no n'amisse Edmeond i-n'va pos treop bin. Ch'est c'que j'ai appris l'sémaine dernière quançque Fifinne elle m'a dit in derrière :

"On a été vir l'docteur pasque cha fait eine paire de jours qu'Edmeond i-n'deonne pos belle, i-m'a fait comprinte que m'n'heomme i-éteot in train d'faire eine crisse existincielle !". 

"Bé ahais, des histoires parelles, ch'est pou les grands infants, pos pou ein vieux qu'i-a presque quater-vingt ans".

"Neon, on dit qu'i-n'a pos d'âche pou vife ein tel malheur, l'docteur pinse qu'i-a eu ein évén'mint déclencheur". 

J'n'ai pos été obligé d'attinte lommint pou avoir l'prouèfe du diagnostic du médecin.

Quançque dins l'salle à minger, je m'sus approché et, comme à l'habitude, j'li ai d'mindé : 

"Et alors, d'puis l'dernière feos que j'sus v'nu à t'maseon, commint qu'te vas Edmeond ? J'sus saisi que te n'es pos sorti alors que déhors i-n'a jamais fait aussi beon".

"A quoi cha sert d'sortir et d'aller s'porméner, après, à s'maseon, i-feaut quand même bin rintrer".

Fifinne elle n'aveot pos tort, cha commincheot très fort !

"Te vas pétête pinser que j'deviens fou mais j'ai asteur des doutes su tout. Pa eximpe, i-a ein meos, dins l'rue des Maux, j'ai croisé l'quémin de m'n'ophtalmo, i-n'm'a pos vu arriver et i-m'a presque cholé. D'eine seul queop, i-s'a ortourné et i-a ainsin berteonné : Mossieu, je n'vous ai pos vu, j'vous prie d'm'escuser. Bé j'd'ai attrapé l'pépète, si m'n'heomme i-est aveule, j'te l'dis tout net, je n'vas pus aller l'consulter pou mes nouvelles neunettes".

"Bah, i-n'feaut pos t'formaliser, des affaires ainsin cha peut alfeos arriver, i-éteot sans doute dins ses pinsées !". 

"T'as sans doute raiseon mais cha fait vingt ans que j'vas à s'maseon et neon seul'mint i-n'm'a pos vu mais pire acore, in m'parlant i-n'm'a même pos orconnu". 

"J'creos qu'avé tout c'qu'on veot à l'télé et qu'on intind à l'radio, ein p'tit peu à l'feos, l'meonte i-d'vient carrémint seot. Prinds ichi, m'visin Idriss (ch'est s'préneom, s'neom i-est treop compliqué), s'garcheon i-voudreot rintrer à les peompiers, bé, i-li a déconseillé, d'puis qu'i-a vu l'Présidint de l'zone de secours parler à No Télé et dire que ch'est pou faire des écolomies d'éthielles que toutes les gasernes ont été orgroupées. I-m'a dit qu'à l'avenir i-n's'ra pos fort sache d'aller vife dins des appartemints situés à l'étache !".

" Mais ce que Polo i-a déclaré, ch'est ein terme financier, on n'va pos ichi ortirer les éthielles des camieons d'peompiers".

"Va toudis espliquer à Idriss, i-habite au sixième étache et i-veut déménager, i-m'a dit qui cacheot après eine maseon d'plat-pied (sic) pou, si i-a l'feu, pouvoir au moinse ête sauvé, ahais, n'ris pos, te m'as compris, éné, Idriss i-n'parle pos fort bin l'français". 

Eine eaute eximpe que l'meonte i-n'tourne pos dreot, ch'est l'attitude, ceulle sémaine, d'Nicolas Hulot. Pou conserver s'liberté d'pinser, intrer in politique i-l'aveot toudis orfusé et l'ov'là asteur dins l'nouvieau gouvernemint comme minisse d'l'invironn'mint, dis hardimint. Comme dit l'garcheon à Bernadette : i-n'pourra pus queurir l' planète, asteur i-va avoir du bouleot, ch'est fini les vacances de Mossieu Hulot. Asteur, i-va devoir s'occuper des éoliennes, des cintrales nucléaires et des panneaux photovoltaïques et surtout convaincre les sceptiques du l'récauff'mint climatique. 

A propeos, te voudreos m'faire aller porméner, bé, te n'as jamais bin ravisé, dins nos rues, avé tous les travéeaux, te veux sans doute que j'cais dins ein tréo. A l'plache Verte, à l'rue du Catieau, à l'rue du Rimpart et à ceulle de l'Epinette, ou bin acore, à l'rue des Jésuites, au quai Noter-Dame, au quai Saint-Brice, à l'avenue d'Maire et à l'Borgnette, te d'vreos savoir qu'on n'sait pus mette ein pied su ein trottoir".

Fifinne elle a rajouté : 

"Au boulevard de Marvis, à l'chaussée d'Bruxelles et au boulevard des Combattants, les tranchées forme'tent ein leong ruban et, pindant c'temps-là, à l'rue des Maux, on a ortiré les pavés qui n'teneot'ent pos !". 

Comme j'vouleos canger ceulle conversatieon, j'ai caché dins l'gazette après eine informatieon. 

"T'as pos invie d'ête bédéeau à l'cathédrale, ov'là ein ouvrache qui n't'ireot pos treop mal.

"Te n'vas pos qu'mincher à faire des queontes d'annochint, te m'veos ichi, à septante-chinq ans acore jeuer au sacristain. Te n'm'as jamais bin vu !".

"Mo Dieu, ch'est bin leon d'jeuer, i-feaut savoir ouvrer" que j'li ai répeondu. 

"Acoute me bin, i-feaut des capacités car l'ouvrache i-est diversifié. I-a d'abord eine missieon d'gardiennache pasque les portes i-feaut les ouvère et les serrer, i-feaut raviser souvint les caméras d'sécurité, i-feaut surveiller sans in avoir l'air, i-feaut porméner alfeos l'nez in l'air... I-a eine missieon d'nettiache pasque les cuifes i-feaut les astiquer, les orfèvreries les faire blinquer, i-feaut rassarcir l'linche et l'nettier, i-feaut toudis bin tout ringer... I-a eine missieon d'accueil des visiteurs, i-feaut leu faire risette et les guider, leu vinte pou l'trésor les billets d'intrée et les bieaux lifes su l'édifice i-t'feaut les écouler... Te deos aussi t'occuper des bougies et des candelles, pou les messes préparer l'autel, arroser les fleurs et mette les horloches à l'heure... i-a les cayères qui feaut ringer et les cloques qui feaut faire seonner. Te f'ras aussi l'garde Suisse dins l'processieon qui traverse l'cathédrale aux grandes occasieons. Comme te l'veos : à Noter-Dame, ête bédéeau, ch'est pos ein ouvrache d'tout erpeos ". 

Comme Edmeond n'a pus dit ein meot, j'sus aller vir Fifinne qui, pindant qu'on parleot, prépareot l'souper à l'cuisine.

"Quançque vous avez été vir l'docteur, i-n'a pos dit quoisque ch'éteot l'élémint déclencheur ?" que j'li ai d'mindé.

"Bé, i-a été faire des examens à l'clinique et s'foie i-orsanne au ceu d'ein alcoolique, du queop, d'puis l'mitan de l'sémaine dernière, i-est privé d'gras, d'vin et d'bière et ov'là pourquoi Edmeond râle, ch'est tout simplemint pasque qu'on l'a mis à l'ieau minérale. Après deux ou treos jours, i-est dev'nu tout paf pa d'vant l'télévisieon et ch'est là qu'i-a décidé de n'pus sortir de la maseon. I-a même dit que si i-n'pouveot pus aller à l'estaminet, i-préféreot s'laicher morir et, à Mulette, ête intiérré. Te m'conneos, pou sauver de l'déprime Edmeond, j'ai caché bin seûr après eine solutieon et ch'est Simone dont l'mari i-éteot toudis quervé qui m'a dit que ch'est de l'bière sans alcool que j'deveos acater".

Edmeond qui nous aveot intindu parler, i-m'a, tout à n'ein queop, appelé :

"Te sais, l'Optimisse, on dit que feaute de grifes on minge des mauviars et bé mi, feaute d'eine bière divine, j'sus bin obligé d'boire de l'bibinne. J'vas pétête postuler pou l'poste d'sacristain ainsin, avant chaque messe, j'vas goûter l'vin!".  

(lexique : ête : être / quançque : lorsque / vir : voir / pasque : parce que / n'pas deonner belle : ne pas aller bien / comprinte : comprendre / parelles : pareilles / neon : non / l'âche : l'âge / vife : vivre / lommint : longtemps / l'prouèfe : la preuve / l'feos : la fois / s'porméner : se promener / commincher (ou qu'mincher) : commencer / pétête : peut-être / asteur : maintenant / l'eximpe : l'exemple / ein meos : un mois / l'quémin (ou le qu'min) : le chemin / choler : bousculer / ein queop : un coup / berteonner : grommeler, murmurer / avoir l'pépète : avoir peur, craindre / ête aveule : être aveugle / les neunettes : les lunettes / ainsin : ainsi / alfeos : parfois / acore : encore / orconnaîte : reconnaître (orconnu au participe passé) / l'meonte : le monde / ichi : ici / l'visin : le voisin / l'garcheon : le garçon / à les : l'expression "à les" est souvent utilisée dans le langage à la place de "aux" / des écolomies : des économies / eine éthielle : une échelle / eine gaserne : une caserne / orgrouper (ou ergrouper) : regrouper / l'étache : l'étage / ortirer (ou ertirer) : retirer / toudis : toujours / cacher après : chercher / ahais : oui / éné : signifie n'est-ce pas, au sein d'une conversation / eaute : autre / ov'là : voilà / ein minisse : un ministre / queurir : courir / l'récauff'mint : le réchauffement / raviser (ou orwettier) : regarder / caire : tomber / ein tréo : un trou / l'plache : la place / l'rue du Catieau : la rue du Château / leong : long / ortirer (ou ertirer) : retirer / canger : changer / ceulle : cette / qu'mincher (ou commincher) : commencer / les queontes : des contes (des histoires) / l'annochint : l'innocent / jeuer : jouer / bin leon : bien loin / ouvrer : travailler / acouter : écouter / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / ouvère : ouvrir / serrer eine porte : fermer une porte / alfeos : parfois / l'nettiache : le nettoyage / les cuifes : les cuivres / astiquer : rendre brillant, faire luire / faire blinquer : faire briller / rassarcir : raccommoder / l'linche : le linge / leu faire risette : leur adresser un sourire / vinte : vendre / les lifes : les livres / les candelles : les chandelles / mette : mettre /les horloches : les horloges / les cayères : les chaises / les cloques : les cloches / erpeos (ou orpeos) : repos / ein meot : un mot / quoisque : qu'est-ce que / orsanner : ressembler / au ceu : à celui / l'mitan : la moitié / l'ieau : l'eau / ête tout paf : être saisi au point de rester rester sans réaction / pa d'vant : devant / s'laicher morir : se laisser mourir / Mulette : nom désignant le cimetière du Sud à Tournai / bin seûr : bien sûr / quervé : ivre / tout à n'ein queop : tout à coup / les grifes : les grives / les mauviars : les merles).

S.T. mai 2017.

14:09 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tournai, patois, picard |

15 mai
2017

10:56

Tournai : Froyennes la sérénité à proximité de la cité (2)

Nous poursuivons la balade que nous avons entamée au sein du tranquille petit village de Froyennes !

Froyennes la place communale.JPG

Sur la place communale, deux rangées de grands arbres (récemment élagués) semblent former une haie d'honneur aux fidèles qui se rendent à l'église. Sur l'autre partie de la place, on jouait jadis à la balle pelote. Ce sport encore fort pratiqué dans la seconde partie du XXème siècle a, peu à peu, été délaissé par les amoureux de la petite balle blanche, les jeunes se tournant vers d'autres activité moins sportives. Dès lors, le ballodrome qui y était tracé a disparu et avec lui les quelques cafés qui faisaient le plein aux jours de rencontres.

Froyennes plaque commémorative abbé Nestor Frère.JPG

Derrière l'église, sur le mur fermant le jardin de l'ancienne cure, on peut découvrir la plaque commémorative en hommage à l'abbé Nestor Frère, curé du village au moment où éclate le premier conflit mondial. Ardent patriote, il fera partie du service de renseignement "Biscops" qui tissa, à la demande de l'armée britannique, un réseau d'observateurs des mouvements ennemis dans notre région. Arrêté en mai 1918, l'abbé Nestor Frère fut transféré à la prison de Loos (Lille). Il vivra jusqu'au 11 novembre dans des conditions inhumaines. Torturé, sous-alimenté, il revint à Froyennes mais, affaibli et miné par les mauvais traitements dont il fut victime, il mourut le 19 août 1920. C'est en août 1927 que ce mémorial a été apposé sur le mur du presbytère. 

Froyennes parc entourant l'église.JPG

Face à l'ancien presbytère, on peut se balader dans le parc entourant l'église. Il est, depuis longtemps, le lieu de rendez-vous des amoureux, des mouvements de jeunesse, des personnes âgées et de tous les amateurs de calme. Le silence propice à la rêverie ou à la méditation est uniquement troublé lorsque se mettent à cancaner les canards de l'étang probablement nourris de morceaux de pain jetés par un enfant en promenade. 

Froyennes grotte rue abbé Nestor Frère.JPG

La grotte Notre-Dame de Lourdes et, au fond, l'ancienne cure.

A proximité de l'ancien presbytère, la grotte de Notre-Dame de Lourdes est toujours fleurie et des mains anonymes y allument régulièrement des bougies. En tenant compte de cette grotte, le village de Froyennes compte pas moins de huit lieux de recueillement. Des chapelles se dressent, en effet, à la chaussée de Lannoy (4), au chemin des Nonettes, au chemin Royer et à la rue de Fléquière. Tradition bien établie, au mois de mai, le Rosaire y est récité par les croyants. Si après la guerre ils étaient plusieurs dizaines à participer à ces rendez-vous vespéraux, le temps passant, ils sont de moins en moins nombreux. 

Froyennes le moulin à eau (1).JPG

Le moulin à eau

Au bas de la rue Abbé Nestor Frère, à l'extrémité de l'étang, se dresse un moulin à eau dont on nous dit que son origine remonte au-delà du XIIIème siècle. Il a été reconstruit au XVIIème siècle et restauré en 1967. Il forme un carré d'environ 6m75 de côté et ses murs ont une épaisseur de 70 cm. Il servait à moudre le grain, sa meule étant entraînée par la roue alimentée par l'eau du grand vivier. Il a cessé de fonctionner en 1962 (toutefois, il avait cessé de moudre du grain en 1935 et avait servi par la suite à la fabrication de chocolat et même de peinture). Il est le seul qui soit complet et en parfait état dans la région. 

Froyennes le moulin à eau (2).JPG

En évitant soigneusement la poubelle qui dénote quelque peu dans ce lieu idyllique, combien de photographes professionnels ou amateurs, combien de couples de mariés ont été séduits par ce cadre enchanteur 

Froyennes maison de la Sainte Union.JPG

Face au moulin, au milieu d'un vaste parc sur lequel veille une statue de la Vierge, se dresse l'ancien couvent des religieuses de la Sainte-Union. Devenue maison de retraite, cette vaste demeure est destinée à accueillir des religieuses de différentes communautés. Le domaine est devenu, il y a quelques années, la propriété de l'association "ACIS" qui lui a adjoint, dernièrement, un bâtiment de résidence-services ouvert aux laïcs qui en font la demande.

Froyennes la P'tite Fabriek façade principale.JPG

Lorsqu'il y a quelques années, la ferme de Beauregard a cessé ses activités, les vastes bâtiments ont été rénovés et transformés par un couple néerlandophone qui en a fait un lieu d’événements, de réunions et de festivités. Dénommé "La P'tite Fabriek", cet endroit est connu dans le Tournaisis et au-delà pour l'organisation de réunions d'entreprises ou familiales, de spectacles, d'expositions ou de conférences. Des artistes y sont accueillis en résidence car on y pose un regard sur la culture de Flandre, de Wallonie tout comme sur celle d'autres régions européennes. 

Froyennes la p'tite Fabriek vue latérale.JPG

Notre promenade se termine. Il y a encore d'autres lieux à découvrir mais il faut laisser au visiteur le soin de quitter le centre du village et de s'aventurer dans les nombreux petits chemins qui sillonnent Froyennes. Nous voici revenu à notre point de départ !

tournai,froyennes,abbé nestor frère,ferme de beauregard,la p'tite fabriek,couvent de la sainte-union

 

S.T. mai 2017.

13 mai
2017

08:44

Tournai : expressions tournaisiennes (405)

Bonne fiête Maman !

Vous avez d'jà ormarqué, mes gins, qu'in Belgique l'fiête des mamères elle cait toudis aux invireons de l'Saint Mamert. Ch'est ein sorte d'pinse-biête pou les ceusses qui n'ont pos d'tiête ! L'fiête, au calinderrier, elle prind toudis plache au momint dusqu'on fiête les saints d'glache

Ave ein bouquet d'fleurs à s'main, eine paire de meots bin queusis, tout in souriant, l'infant rint ainsin hommache à s'maman eine feos par an. 

Pourtant ceulle belle traditieon, elle a du pleomb dins l'aile si on in creot, à l'radio, les dernières nouvelles. 

On va devoir faire bin attintieon pasque l'fiête des mamères in mai et l'ceulle des mopères ein meos pus tard seont asteur menacées : i-d'a qui voudreot'ent même les supprimer !

A Bruxelles, l'directeur d'eine école, après bin des réunieons, i-a décidé que ces fiêtes dins les classes ne s'reot'ent pus préparées. Fini l'pétit bonimint qu'on d'veot réciter, oblié l'pétit cadéeau qu'on alleot leu deonner, pou li, l'fiête des mamères et des mopères, cha n'a plus s'plache dins no nouvelle ère. 

"I-n'feaut surtout pos choquer les ceusses qui, dins no société, n'orprésintent pus, malheureus'mint, eine pétite minorité : les familes décomposées, les gins qui n'ont pos l'même mintalité, les deux parints qui n's'seont pus du sexe opposé... ahais, les temps seont cangés, on deot s'adapter". Ov'là les propeos que j'ai intindu au journal parlé, verdi à siept heures, au momint que j'éteos in train de m'dérévier. Je n'vous dis pos, l'prumière informatieon de l'journée, elle m'a fait beondir, elle m'a scandalisé acore puque quançque m'n'heomme i-a déclaré qu'i-aveot été outré pa les réactieons que les parints d'l'école li aveot'ent adressées. On peut dire que l'albran i-est l'produit vraimint pur d'eine société qui est d'puis lommint ein totale déconfiture ! On vit asteur, mes gins, des momints qui feont pinser à l'chute de l'impire romain. 

Et ch'est pos tout, cha n'fait que commincher, ch'est l'même pou les eautes fiêtes, i-in a qu'on s'déminde vraimint ce qu-i-ont dins leu tiête. Ainsin, eine de no minisses de l'insenn'mint, en c'qui concerne les fiêtes de Pâques et de l'Toussaint, elle a eu eine riche idée, elle veut les mette in déhors des périodes de congés. Comme cha, pus perseonne n's'ra traumatisé pasque l'neom des vacances i-est cangé. Les neommer vacances d'printemps, d'été, d'auteomne et d'hiver, l'paufe feimme elle a seûr'mint trouver l'inspiratieon au feond d'ses verres de bière !

Ch'est ainsin, pou obtenir eine paire de veox in puque aux électieons, les politiciens n's'foutent pos mal d'foute à l'huche les traditieons. 

Au rythme dusqu'on va, j'pinse que dins eine paire d'ainnées, i-faudra pétête fîêter nos parints dins l'pus grand des secrets. Au feond de s'campe, muché sous ses couvertures, l'infant apprindra s'complimint et ch'est à veox basse qu'i-l'dira à s'mamère l'diminche au matin. 

I-d'a qui rintrereont seûr'mint in résistance et sortant d'leu planque, i-ireont canter, à tue-tiête, au mitan du pavé, "les rosses blanques". Cha s'ra considéré comme de l'rébellieon et i-z-ireont tout dreot in priseon. 

J'vous veos v'nir, vous allez dire : l'Optimisse i-fait acore de l'science-fictieon, bé neon, neon, j'veux simplemint attirer l'attintieon. Morcieau pa morcieau, on détruit nos coutumes, on nous taille des nouvieaux costumes, ch'est l'politique du p'tit à p'tit comme cha on n'se rind pos queompte de tout c'qu'on détruit.

Mais tout cha, cha nous éloigne bin leon d'no sujet. Diminche, ch'est l'pus belle des professieons qu'on va fiêter : no mamère, l'feimme qui a souffert pou nous deonner la vie, l'ceulle qui a veillé su nous eautes quançqu'on éteot p'tit, l'ceulle qui nous minque acore des ainnées après que pou l'grand gardin elle est partie.

L'directeur d'école d'Bruxelles i-peut dinser su s'tiête, mais mi, les mamères, j'veux qu'aujord'hui, on les fiête !

Beonne fiête à tertous et pou rappeler l'cancheonne d'Franck Michaël, n'hésitez pos diminche à canter : 

"Toutes, toutes, toutes les mamères seont belles".

(lexique : l'mamère : la mère / caire : tomber / toudis : toujours / ein calinderrier : un calendrier / printe plache : prendre place / dusque : où / l'glache : la glace / des meots bin queusis : des mots bien choisis / rinte : rendre / ainsin : ainsi / ceulle : cette / pasque : parce que / ein meos : un mois / asteur : maintenant / les ceusses : ceux / orprésinter : représenter / ahais : oui / cangé : changé / verdi : vendredi / s'dérévier : s'éveiller / prumière : première / acore puque : encore plus / quançque : lorsque / l'albran : le garnement, le mauvais ouvrier / lommint : longtemps / commincher : commencer / les eautes : les autres / ainsin : ainsi / l'insenn'mint : l'enseignement / eine paire de veox : une paire de voix, ici dans le sens de quelques voix / foute à l'huche : envoyer dehors, par extension ici : envoyer valser / pétête : peut-être / l'campe : la chambre / s'mucher : se cacher / seûr'mint : sûrement / au mitan : au milieu / s'rinte queompte : se rendre compte / bin leon : bien loin / l'cancheonne : la chanson).

S.T. mai 2017.

08:44 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

10 mai
2017

09:03

Tournai : Froyennes, la sérénité à proximité de la cité ! (1)

Froyennes, un charmant village aux portes de la cité des cinq clochers.

Le village de Froyennes est situé à moins de cinq kilomètres du centre de la cité des cinq clochers. Pour le découvrir, il suffit quitter la chaussée de Lannoy (la route qui relie Tournai à Roubaix) et d'emprunter la rue Abbé Nestor Frère. Celle-ci nous emmène vers l'étang qui se trouve tout à côté de l'église et de la place communale. de préférence, la visite se fait à pied car ce village invite à la flânerie quelle que soit la saison. 

Froyennes l'étang (1).JPG

Pièces d'eau et espaces verts sont omniprésents dans ce village dédié à la promenade.

Le château de Beauregard.

Face à l'étang se dresse le château de Beauregard. De style néoclassique, au cœur d'un splendide domaine, il appartient depuis 1791 à la famille Le Bègue de Germiny. Il est l'oeuvre de l'architecte et officier du génie belge, Antoine Payen, dit 'l'Ainé", à qui on doit également le château de Laeken et le celui du Belvédère. Son parc comporte des espèces rares d'arbres et un étang qui s'étend sur près deux hectares. 

Froyennes le château de Beauregard.JPG

En 1995, le château a servi de cadre pour le tournage d'une scène du film "Le huitième jour" de Jaco Van Dormael. Ce dernier permit à Daniel Auteuil et à Pascal Duquesne d'obtenir, conjointement, le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes 1996. Ceux qui ont vu le film se remémoreront la scène au cours de laquelle le jeune Georges (Pascal Duquesne) voit les autres jeunes partir en vacances avec leurs parents alors que lui attend, vainement, une maman qui ne viendra plus. Pour les besoins du scénario, une allée centrale avait été créée au travers de la pelouse. Repérage des lieux et tournage demandèrent plusieurs jours pour une apparition d'une durée d'à peine une minute dans le film. 

Le domaine a été récemment mis en vente par ses propriétaires qui n'habitent plus Tournai et une étude est actuellement réalisée afin d'étudier la possibilité d'y créer un hôtel 4* et des thermes. 

La fontaine Saint-Eloi.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi.JPG

La fontaine Saint-Eloi a été restaurée en 2012 grâce à l'intervention d'un mécène

Voici une résurgence d'eau qui date de bien longtemps. Au XIXème siècle, on disait d'elle qu'elle soignait les crampes d'estomac et les problèmes intestinaux. De nombreuses personnes venaient régulièrement puiser un peu de cette eau. En ce qui me concerne, au début des années soixante, avec des copains de classe, j'allais y pêcher l'épinoche au moyen d'une canne confectionnée d'une simple branche d'arbre et d'une corde munie d'un nœud coulant. Un simple ver de terre attirait par dizaines ces hôtes voraces. L'eau du ruisseau qui s'échappe de la fontaine foisonnait alors de ces petits poissons.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi la resurgence.JPG

Le bassin de la résurgence.

Partant de la fontaine, longeant un chemin fait d'ombre et de lumière, entre murs et jardins, le petit ruisseau s'écoule lentement vers l'étang. Peu pressé de le rejoindre, il semble, au contraire, prendre tout son temps, coulant mollement au sein d'un paysage bucolique où gazouillent pinsons et alouettes, où chantent les merles et roucoulent les pigeons ramiers.  

Froyennes la fontaine Saint-Eloi le ruisseau.JPG

 Il vient parfois lécher des demeures magnifiquement restaurées se mirant dans ses eaux limpides.

Froyennes auprès de l'étang (1).JPG

et flirte sans honte avec d'anciennes tourelles émergeant d’îlots de verdure.  

Froyennes auprès de l'étang (2).JPG

Dans le prochain article, nous allons continuer à le longer afin de découvrir son parcours au cœur du village et de faire d'autres rencontres tout aussi pittoresques.

(à suivre)

S.T. mai 2017.

05 mai
2017

13:28

Tournai : expressions tournaisiennes (404)

Les chinquante ainnées d'mariache d'Edmeond et Fifinne.

I-ara chinquante ainnées au meos d'mai qu'Edmeond et Fifinne i-se seont mariés. 

Au début du meos d'avril, Edmeond i-a dit à s'feimme :

"Quoisque te veux que j't'offère pou fiêter ceul anniversaire ?" 

Fifinne n'a pos lommint busié, elle saveot d'jà c'qu'elle alleot li d'minder.

"Edmeond, cha fait asteur d'puis qu'on vit insanne qu'on va tous l'z'ans à La Panne, j'voudreos eine feos canger d'air et aller visiter l'Allemane. Vir l'Forêt Noire ou faire les bords du Rhin, aller in Bavière ou pétête même jusqu'à Berlin, j'pinse qu'on n'peut pos in d'minder puque à nos âches, no conditieon physique n'nous permet pus d'leongs voyaches. D'toutes façeons, j'n'ai pos invie d'm'ortrouver à mitan tout nu su l'sape d'Tahiti, j'n'vais quand même pos aller moutrer aux gins de là-vas m'panche tout à plis. N'oblie pos ce que diseot l'publicité, te t'rappelles, eine vahinée... ch'est gonflé et chez mi tout i-cait". 

Quançqu'i-a intindu prononcer pa s'feimme l'meot Bavière, Edmeond i-a vu pa d'vant ses is danser des chopes de bière.

Dix verres d'ein lite à l'feos, cha vous éteonne, ch'est pourtant l'ordinaire des serveuses teutonnes. 

"T'as raiseon, Fifinne, ch'est l'sud de l'Allemane qu'on va faire, j'voudreos bin découvrir les coutumes de l'Bavière". 

L'lind'main, i-ont fait toutes les aginces du voisinache pou aller querre les programmes des voyaches. 

Fifinne elle a orwettié toute l'étindue du territoire germanique mais Edmeond i-braqueot s'n'ergard uniqu'mint su Munich.

"Ravise, Fifinne, ichi on passe pa l'Luxembourg pou aller orjointe l'ville d'Augsbourg. On reste in Bavière deux jours et puis on s'in va eine pétite sémaine à Salzbourg". 

Les is serrés, in rêvant d'la Bavière, Edmeond sinteot d'jà l'goût de l'bière et in busiant à l'Autriche Fifinne s'veyeot d'jà in Romy Schneider.

Adeon, ov'là l'jour du grand départ arrivé, Fifinne elle a fermé l'porte de l'appartemint à clé. Comme toudis cha n'a pos tardé, on a intindu Edmeond s'mette à berteonner :

"Mais ch'est pos possipe, à m'mote que t'as mis l'mitan de l'garde-rope dins les valisses, ch'est tell'mint lourd que su l'quai Noter-Dame ave l'berdoule des travéaux j'sins que j'm'inlisse".

"Comme on n'sait jamais l'temps qui va faire, j'ai pris des habits d'été et des ceusses d'hiver !".

"On areot quand même pu acater des valisses à roulettes, pou porter ces machins i-feaut ête ein véritape athlète".

"Bé ahais, d'l'Esqueaut à la gare, dins les rues d'Tournai, les roulettes elles areot'ent vite déclaré forfait ! Après tout, ch'n'est pos des biêtes valisses in carteon, elles ont d'jà servi, à m'mamère, in quarante pou l'évacuatieon".

Les ov'là, infin, arrivés pa d'vant l'gare, Edmeond i-aveot l'pépette d'ête in r'tard, i-cacheot après perdu pasqu'i-n'veyeot pos l'car, alors qu'i-n'éteot pourtant qu'six heures moins l'quart.

"Mais n't'in fais pos ainsin, va, i-va arriver, espèce d'innochint, te sais bin qui prind des gins tout l'leong du qu'min".

Quançque l'car i-est arrivé, bin vite, i-ont pris plache, ch'est à c'momint là qu'a vraimint qu'minché l'voyache.

I-rouleot'ent d'puis deux heures et d'mie quançqu'a eu lieu l'prumier arrêt pipi. 

"Mo bé, pou ouvère l'porte i-feaut mette eine pièche dins eine machine, je n'd'ai pos eine seule, te n'sareos m'passer chinquante cents, Fifinne".

"Hureus'mint qu'hier in allant au boulinger, j'ai d'mindé pou avoir de l'monnaie".

Edmeond i-a dit ainsin : 

"Quoisqu'on fait quançqu'on a qu'eine seule pièche pou deux ?".

"Bé, ch'est simpe, i-d'a ein qui deot faire ein noeud !". 

Jusse avant d'sortir, Edmeond i-a vite été boire eine pinte à l'buvette et i-a justifié ceulle incartate à s'feimme en li disant que ch'éteot pou avoir des piéchettes

A Ausbourg, ch'est à l'hôtel "Steigenberger Dreï Morhen" qui seont déquindus, dins l'Maximilianstrasse, ch'est l'neom de l'rue. 

Dins l'campe, au momint d'éteinte l'leumière, Edmeond i-a d'mindé à s'feimme :

"Dis Fifinne, t'a aussi, ein télépheone su t'tape de nuit ?"

"Pourquoi que j'devreos in avoir ein" qu'elle li a dit, "ein su l'tape près d'ti, cha suffit !".

"Milliards, t'est tell'mint leon d'mi que je t'areos téléphoné pindant l'nuit. On n'peut pos dire que cha facilite les rapproch'mints quançqu'on deot dormir dins des lits ainsin". 

"I-veaut mieux cha que d'bourler l'ein su l'eaute in plein mitan et d'ête tout courbatu, l'matin, in s'levant. Comme on dit les voyaches i-forme'tent la jeonesse...".

"Mais i-déforme'tent la vieillesse !".

I-se seont indormis mais i-ont été déréviés à minuit. Les douze queops pa l'cathédrale i-ont été seonnés et Edmeond, faisant ein beond, su l'carpette i-s'a ortrouvé. 

L'lind'main au matin, i-a été à l'hôpital pou s'faire soigner et l'docteur li a mis ein plâtre à s'poignet. 

"Bé, cha comminche bin no voyache de noce, j'sus d'jà plein d'poques et d'bosses !". 

Quançqu'i-seont arrivés l'prumier jour, dins l'belle ville autrichienne d'Salzbourg, ch'est à pied qu'i-ont visité l'cité et hureus'mint qu'Fifinne aveot pris des beons sorlets. Ave les visites de l'cathédrale Saint-Rupert, de l'abbaye bénédictine et du couvint des Capuchins, Edmeond i-s'a dit : "Si après tout cha je n'deviens pos ein saint, bé alors, Fifinne, j'n'y comprinds pus rien".

I-n'avot pos adveiné que l'jour suivant, i-in verreot acore autant. I-ont été visiter les églises Saint-Michel, Saint-Gaëtan et de l'Trinité, i-ont même vu l'chim'tière dusque l'veuve de Mozart elle est intierrée. 

"Bé, ch'n'est pus cha in voyache, ch'est ein véritape pélérinache. D'main, si on va vir l'maseon d'Mozart, t'iras tout seu, mi j'vas cacher après ein p'tit bar. J'ai ichi tell'mint seo que m'lanque elle fait drapéeau !".

Assis à la tape d'ein café i-diseot "prosit" à chaque feos qu'ein verre i-d'veot chiffler. Et ainsin, d'prosit in prosit, l'temps i-a passé et i-a été total'mint quervé.

I-éteot d'jà fort tard, quançqu'i a ortrouvé s'quémin et orjoint Fifinne à l'hôtel, là-vas, ch'n'est pos l'seon mélodieux de l'Flute Enchantée qu'i-a intindu à ses orelles.

"In orvenant, t'as eu de l'sanche de n'pos caire su l'eaute poignet, bé, biribi mes amis, j'areos été obligé de t'deonner à minger". 

Pindant l'temps libre du dernier jour, ch'est dins les magasins que Fifinne l'a immené, pou Edmeond ch'est ein vrai supplice, eine porménate du condamné. A l'fin de l'journée, i-seont rintrés dins eine maseon d'thé et ch'est des Mozartkugeln qui ont commindés. 

Fifinne li a dit :

"Te vas vir, ch'est fin beon, ch'est ein dessert soufflé crémeux".

Tout d'suite, i-li a répeondu :

"Ah beon, alors cha s'beot avé du mousseux !"

"Neon, comarate, te n'vas pos 'cor ichi faire la loi, avé cha, on va printe deux cafés viennois". 

Quançqu'i-seont orpartis, diminche au matin, Edmeond i-a dormi tout l'leong du qu'min. M'n'heomme i-ronfièleot tell'mint que l'chauffeur pinseot avoir ein problème à ses freins. 

A Tournai, ch'est in taxi qui seont ortournés à leu maseon et d'puis lors, i-n'feaut pus parler d'voyache à Edmeond. 

"Partir in voyache, dins chinquante ans pétête et... on ira visiter l'brasserie dusqu'on fait... l'Moinette. Après tout je n'sus pos tout seu à n'pus vouloir bouger, l'prince Philippe à Londres i-a aussi décidé de n'pus voyager, à partir d'asteur i-n'va n'pus sortir de s'catieau d'Buckingham et dins les receptieons et les voyaches i-n'accompagnera pus Madame. Li ch'est pus grafe acore pasqu'i-est appelé l'prince qu'on sort".

Les bienfaits du voyache éteot'ent d'jà terminés, ringeant les valisses, on a intindu Fifinne berler :

"Mais, mille milliards, espèce de podinque, on dit consort, cha veut dire l'mari d'la reine, l'ceu qui partache s'sort !".

(lexique : chinquante : cinquante / l'meos : le mois / quoisque : qu'est-ce que / ceul : cet / lommint : longtemps / busier : réfléchir, penser / asteur : maintenant / insanne : ensemble / canger : changer / pétête : peut-être / puque : plus / s'ortrouver : se retrouver / à mitan : à moitié / l'sape : la sable / moutrer : montrer / là-vas : là-bas / l'panche : la panse, le ventre / caire : tomber / les is : les yeux / ein lite : un litre / à l'feos : à la fois / l'voisinache : le voisinage / querre : chercher / orwettier (ou raviser) : regarder / l'ergard : le regard / ichi : ici / serré : fermé / adeon : donc / toudis : toujours / berteonner : grommeler, bougonner / à m'mote : selon moi, à mon idée / l'garde-rope : la garde-robe / l'berdoule : la boue / les ceusses : ceux / acater : acheter / ahais : oui / biêtes : bêtes (utilisé ici dans le sens de simple) / m'mamère : ma mère / ov'là : voilà / avoir l'pépette : avoir peur / cacher après perdu : chercher inutilement / innochint : innocent / le qu'min (ou l'quémin) : le chemin / quançque : lorsque / printe plache : prendre place / qu'mincher (ou commincher) : commencer / l'prumier : le premier / ouvère : ouvrir / eine pièche : une pièce / simpe : simple / jusse : juste / eine piéchette : une piécette, une petite pièce (d'argent) / déquinte : descendre / l'campe : la chambre / l'leumière : la lumière / l'tape : la table / leon : loin / ainsin : ainsi / bourler : tomber / ête courbatu : être courbaturé (expression qui s'entend souvent à Tournai) / ête dérévié : être réveillé / les queops : les coups / commincher : commencer / avoir des poques : avoir des ecchymoses / des sorlets : des souliers / adveiner : deviner / l'chim'tière : le cimetière / dusque : où / tout seu : tout seul / l'lanque : la langue / avoir s'lanque qui fait drapéeau : être assoiffé / chiffler ein verre : boire d'un seul trait, faire cul sec / quervé : ivre / l'sanche : la chance / eine porménate : une promenade / comarate : camarade / ronfièler : ronfler / l'catieau : le château / grafe : grave / berler : hurler, crier / ein podinque : un esbroufeur / l'ceu : celui ).

S.T. mai 2017. 

13:28 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

03 mai
2017

11:00

Tournai : le point mensuel sur les chantiers

Que serait Tournai sans ses chantiers ? Avec les rénovations de la Grand-Place, de la place de Lille et de la rue Dorez, de la rue Perdue après création du parking souterrain, des rues du centre historique, de la cathédrale Notre-Dame, du beffroi, de la Halle-aux-Draps, du Conservatoire, avec la construction du nouveau centre hospitalier et l'agrandissement du complexe commercial des Bastions ou l'extension du complexe commercial de Froyennes... cela fait plus de trente ans que la ville des cinq clochers vit au rythme des engins de chantier. Et ce n'est pas fini !

Les chantiers actuels sur la rive droite.

En cette année 2017, les chantiers importants vont se concentrer sur la rive droite de l'Escaut.

La place Verte et le quartier du Château.

2017.05.02 chantier rue du Château.JPG

Le chantier de pose des impétrants progresse lentement vers l'Escaut.

2017.05.02 chantier rue du Rempart.JPG

La rue du Rempart qui relie la rue du Château à la place Verte est également impactée par ces travaux.

2017.05.02 place verte.JPG

Sur la place Verte, le ballodrome disparaît peu à peu sous la verdure justifiant ainsi, un peu plus encore, l'appellation de cette place. Il est loin le temps où, les lundis de kermesse, les plus grandes équipes de la disciplines s'affrontaient lors de joutes mémorables suivies par des centaines de spectateurs. L'espace ainsi libéré est devenu un lieu de (trop) rares rencontres !

2017.05.02 chantier rue de l'Epinette.JPG

A l'angle de la place Verte et de la rue de l'Epinette, tout comme à celui de la rue Joseph Hoyois à l'autre extrémité, des trous rappellent la pose récente d'impétrants. Après les congés, la voirie sera totalement refaite !

2017.05.02 chantier quai Saint-Brice.JPG

Au quai Saint-Brice, alors que des plaintes de riverains refusant de voir leur quai réduit à une largeur de 5m85 sont toujours pendantes devant le Conseil d'Etat, le SPW a débuté, à la veille de Pâques, le chantier de modification des impétrants. Égouttage, canalisation de gaz et d'eau, câblage électrique et téléphonique vont être déplacés vers les habitations. Ces travaux terminés, on procédera à la construction du nouveau mur de quai, largement en retrait par rapport à l'actuel. Dans le fond du document, le Pont-à-Pont sera remplacé par un pont d'une plus longue portée, permettant de faire disparaître le pilier gênant l'alignement du fleuve. 

Rive gauche de l'Escaut.

2017.05.02 chantier quai Notre-Dame.JPG

Voilà la surprise du chef ! Les automobilistes qui empruntent quotidiennement le quai Notre-Dame entre le pont de Fer et le pont levant, ont été surpris, ce mardi 2 mai, de se voir dévier vers la rue de Courtrai. La raison est simple, on recommence le pavage du quai qui a été réalisé, il y a quelques années à peine. Ce chantier pose des questions. Pourquoi le pavage s'effondre-il par endroit ? Est-ce une mauvaise conception ? Est-ce une mauvaise réalisation ? Peut-être est-ce aussi parce que les voiries urbaines ne sont pas conçues pour recevoir un charroi beaucoup trop lourd. Ce phénomène existe partout, même dans le piétonnier de la Croix du Centre. Il y a une différence entre le passage de piétons ou de véhicules légers et celui des camions de livraison et autobus du TEC qui empruntent régulièrement ces lieux réservés à la promenade et au shopping. Tant que nos responsables communaux n'auront pas compris qu'ils doivent faire le choix entre une voirie légère mais qui doit être interdite aux véhicules lourds ou une voirie résistante permettant la traversée de la ville par des véhicules de plus de 3,5 tonnes, on fera et refera régulièrement les rues de Tournai !

2017.05.02 oiseau le long de l'Escaut.JPG

 En attendant, ces chantiers n'ont pas l'air de contrarier ce bel oiseau surpris à chanter sur le garde-fou du quai.

(photos de l'auteur)

S.T. mai 2017.