10 mai
2017

Tournai : Froyennes, la sérénité à proximité de la cité ! (1)

Froyennes, un charmant village aux portes de la cité des cinq clochers.

Le village de Froyennes est situé à moins de cinq kilomètres du centre de la cité des cinq clochers. Pour le découvrir, il suffit quitter la chaussée de Lannoy (la route qui relie Tournai à Roubaix) et d'emprunter la rue Abbé Nestor Frère. Celle-ci nous emmène vers l'étang qui se trouve tout à côté de l'église et de la place communale. de préférence, la visite se fait à pied car ce village invite à la flânerie quelle que soit la saison. 

Froyennes l'étang (1).JPG

Pièces d'eau et espaces verts sont omniprésents dans ce village dédié à la promenade.

Le château de Beauregard.

Face à l'étang se dresse le château de Beauregard. De style néoclassique, au cœur d'un splendide domaine, il appartient depuis 1791 à la famille Le Bègue de Germiny. Il est l'oeuvre de l'architecte et officier du génie belge, Antoine Payen, dit 'l'Ainé", à qui on doit également le château de Laeken et le celui du Belvédère. Son parc comporte des espèces rares d'arbres et un étang qui s'étend sur près deux hectares. 

Froyennes le château de Beauregard.JPG

En 1995, le château a servi de cadre pour le tournage d'une scène du film "Le huitième jour" de Jaco Van Dormael. Ce dernier permit à Daniel Auteuil et à Pascal Duquesne d'obtenir, conjointement, le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes 1996. Ceux qui ont vu le film se remémoreront la scène au cours de laquelle le jeune Georges (Pascal Duquesne) voit les autres jeunes partir en vacances avec leurs parents alors que lui attend, vainement, une maman qui ne viendra plus. Pour les besoins du scénario, une allée centrale avait été créée au travers de la pelouse. Repérage des lieux et tournage demandèrent plusieurs jours pour une apparition d'une durée d'à peine une minute dans le film. 

Le domaine a été récemment mis en vente par ses propriétaires qui n'habitent plus Tournai et une étude est actuellement réalisée afin d'étudier la possibilité d'y créer un hôtel 4* et des thermes. 

La fontaine Saint-Eloi.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi.JPG

La fontaine Saint-Eloi a été restaurée en 2012 grâce à l'intervention d'un mécène

Voici une résurgence d'eau qui date de bien longtemps. Au XIXème siècle, on disait d'elle qu'elle soignait les crampes d'estomac et les problèmes intestinaux. De nombreuses personnes venaient régulièrement puiser un peu de cette eau. En ce qui me concerne, au début des années soixante, avec des copains de classe, j'allais y pêcher l'épinoche au moyen d'une canne confectionnée d'une simple branche d'arbre et d'une corde munie d'un nœud coulant. Un simple ver de terre attirait par dizaines ces hôtes voraces. L'eau du ruisseau qui s'échappe de la fontaine foisonnait alors de ces petits poissons.

Froyennes la fontaine Saint-Eloi la resurgence.JPG

Le bassin de la résurgence.

Partant de la fontaine, longeant un chemin fait d'ombre et de lumière, entre murs et jardins, le petit ruisseau s'écoule lentement vers l'étang. Peu pressé de le rejoindre, il semble, au contraire, prendre tout son temps, coulant mollement au sein d'un paysage bucolique où gazouillent pinsons et alouettes, où chantent les merles et roucoulent les pigeons ramiers.  

Froyennes la fontaine Saint-Eloi le ruisseau.JPG

 Il vient parfois lécher des demeures magnifiquement restaurées se mirant dans ses eaux limpides.

Froyennes auprès de l'étang (1).JPG

et flirte sans honte avec d'anciennes tourelles émergeant d’îlots de verdure.  

Froyennes auprès de l'étang (2).JPG

Dans le prochain article, nous allons continuer à le longer afin de découvrir son parcours au cœur du village et de faire d'autres rencontres tout aussi pittoresques.

(à suivre)

S.T. mai 2017.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.