14 avril
2017

10:20

Tournai : expressions tournaisiennes (403)

Avril 2080 : Lette d'un garcheon d'no ville à s'mamère.

Tournai, l'dix-siept d'Avril 2080.

M'bin chère Mamère,

D'puis que te t'es ormariée et qu'pou la Suisse t'a quitté Tournai, te peux m'acroire, tout, ichi, i-a bin cangé.

L'jour dusque t'es née, l'sièque i-n'aveot qu'eine ainnée. Ainsin, cha t'fait septante-nuef ans depuis l'début du printemps. T'as connu les grands travéaux dins l'centre-ville qui seont dev'nus, asteur, total'mint inutiles. Cha a comminché pa l'fil d'or au mitan des rues, ceulle riche trouvale d'Mossieu Michelin elle n'a jamais tenu. Ein echevin i-aveot bin déclaré que, dins l'béteon, i-falleot tout simplemint l'visser mais quançqu'i-a intindu parelle idée, l'architecte d'prumière classe i-a été débalté. Après cha, ch'a été les pavés qui s'seont mis à jeuer les castagnettes, à chaque feos qu'i-passeot eine auteo ou bin eine camionnette. On a eu bieau les inl'ver et les ormette dix queops, quançqu'on rouleot pa d'zeur, cha f'seot ein boucan d'seot. Final'mint, les responsapes i-ont pris l'décisieon d'tertous les ertirer mais pa manque de liards, à l'plache, i-ont été obligé d'étinte du... gravier. Alors pou éviter l'poussière dins les maseons, partout dins l'ville on a interdit l'circulatieon. On a d'abord pinsé arroser mais l'cruéau i-a bin vite comminché à pousser et, comme les écoleos n'vouleot'ent pus qu'on pulvérise des produits chimiques, on s'a vite ortrouvé pa d'vant eine situatieon catastrophique. On veyeot même apparaîte des hierpes de la pampa, d'ein bout à l'eaute de l'rue Saint-Piat. Su l'plaine i-a bin lommint qui n'a pus d'chapiteau, à l'plache, on a agrandi l'parking pou les auteos. In incien Audax i-a proposé d'offère des véléos élestriques pou les visiteus qui veule'tent faire eine porménate touristique. 

Que l'ville elle soiche réservée uniqu'mint aux piéteons, ch'n'éteot pos, à vrai dire, eine si mauvaisse solutieon, après tout, les magasins i-ont, ein p'tit peu à l'feos, été serrés et i-n'a pus, dins les rues, que des restos et des cabarets. Comme ch'est tolérance zéreo pou l'conduite d'eine automobile, du queop, ch'est à pied qu'les gins s'in veont boire et minger in ville. On areot pu pinser que Tournai elle s'reot ainsin dev'nue eine ville dortoir, ahais, les gins ronfièlent pindant l'jour et sortent de leu maseon quançqu'i-fait noir. A partir de dix heures au soir, su les terrasses de la Grand-Plache, i-feaut presque battlier pou trouver eine plache. Les camions pou les poubelles i-passe'tent, tous les jours, à chinq heures au matin, à c'momint-là, cha fait d'jà deux heures qu'eine armada d'ambulances ramasse'tent les quervassins. On a fait appel à des privés pasque les gins du 112 i-éteot'ent débordés. L'réductieon des effectifs des peompiers et des policiers elle a qu'minché sous l'gouvernance du ceu qu'on app'leot "Gambeon Prumier" et après cha n's'a pos améloré !

I-a ein indreot dins l'ville qui est acore fort animé, comme au beon vieux temps, ch'est l'leong des quais. Cha fait pus d'chinquante ans aujordhui qu'l'Esqueaut, i-est dev'nu eine véritape autoroute à batieaux. Vu qu'jour et nuit, dins l'navigatieon i-a pos d'arrêt, l'pont Noter-Dame i-a fallu l'démeonter, ch'éteot pos l'peine de l'laicher, i-areot toudis été l'vé. Au début, pou calmer les gins, on n'aveot orconstruit des arches au Pont des Treos mais on s'a bin vite rindu queompte que les baquets éteot'ent freinés pa l'gouleot. Adeon, on a assisté à ein nouvieau démolissache et ch'est à l'intrée de l'rue Royale qu'on a plaché les arches. Pou que les vieux Tournisiens acore s'in rappelle'tent, soiche rasseurée, on a quand même laiché les tours jumelles. Tins, i-a aussi ein service d'navettes qui imbarque les gins à Allain pou les déposer à l'Borgnette, Ainsi, si aux Bastions, les clients n'ont pos trouvé leu bonheur, i-seont au complexe d'Froyennes in moinse d'ein quart d'heure. 

tournai,patois,picard

Ave m'feimme et les infants, pos pus tard qu'hier, on a passé toute l'journée au bord d'la mer. Quançque j'raqueonte aux infants que te f'seos près d'deux heures de route pou ti aller bronzer su l'sape de Knokke le Zoute, i-m'orwettent comme si je leu diseos des cacoules ou s'demindent si j'n'deviens pos maboul. Comme d'puis chinq ans, la mer elle est asteur inter Ypres et Courtrai, Tournai la Plache qui aveot lieu dins l'temps su les quais, cha va béteôt ête eine réalité. Aller péquer des guernates à l'incien quai des guernoules ou bin faire de l'plongée sous-marine à l'incienne gare margarine, dins vingt ans, si cha continue ainsin, no port fluvial i-s'ra dev'nu port maritime. Bah, cha f'ra toudis du bouleot pou les ceusses qui veont louer des pédaleos. 

On a fini d'aménager no nouvelle maseon à l'rue du P'tit Rudy, i-paraît que ch'est l'neom d'ein incien bourguémette quançque te d'meureos acore ichi. Pou li deonner s'neom, on a débaptisé l'rue des Bleuets, tout à fait inter-nous, j'pinse qu'on s'a seûrmint trompé. On areot mieux fait d'canger l'neom de l'rue des Roseliers. Mi qui aimeot bin ouvrer au gardin, d'puis deux ans j'n'y fais pus rien. Avé 45° in plein meos d'juillet, mes p'tits légueimes i-seont tout déssequés. J'arroseos tous l'matin mes pichoulits et mes barpes d'capuchin, l'soir i-éteot'ent couchés et orséqués su l'terrain. Quoisque te veux, ch'est l'résultat du récauff'mint climatique qui a trinsformé in désert l'presque totalité d'l'Afrique et orcouvert d'ieau eine beonne partie d'no Belgique. Te m'moutreos souvint des photeos avé les neiches éternelles, i-feaut les raviser asteur pou qu'on s'in rappelle. 

Ov'là les toutes dernières nouvelles de l'cité des cheonq clotiers, si t'orviens ein jour, comme te le veos, te vas ête dépaysée.

P.S. : In t'écrivant, j'ravise du coin d'l'ouel m'compteur geiger, ch'est ein apparel rud'mint nécessaire d'puis qu'in 2050, à Tihange, l'cintrale nucléaire a invéyé des atomes s'porméner dins l'air. Ch'est grâce aux éoliennes et aux panneaux solaires qu'aujourd'hui dins nos maseons on s'éclaire et dire qu'i-aveot de d'grands esperts qui n'arrêteot'ent pos d'déclarer : "l'cuve du réacteur elle est troée mais i-a pos d'quoi s'inquiéter". I-aveot'ent fait des études poussées mais on aveot seul'mint oblié que ch'est pa les reponsapes de l'élestrique quee mes gins i-éteot'ent payés !

J'te fais eine baisse,

T'pétit Batisse.

(lexique : l'lette : la lettre / l'garcheon : le garçon / l'mamère : la mère / ormarier : remarier / acroire : croire / ichi : ici / canger : changer / dusque : où / l'sièque : le siècle / nuef : neuf / asteur : maintenant / commincher (ou qu'mincher) : commencer / au mitan : au milieu / ceulle : cette / trouvale : trouvaille / parelle : pareille / prumière : première / débalté : exaspéré, déchaîné / jeuer : jouer / dix queops : dix coups, dix fois / quançque : lorsque / pa d'zeur : dessus / tertous : tous / les liards : l'argent / étinte : étendre / l'cruéau : les mauvaises herbes / ortrouvé : retrouvé / on veyeot : on voyait / des hierpes de l'pampa : des herbes de la pampa / bin lommint : bien longtemps / offère : offrir / élestrisques : électriques / eine porménate : une promenade / soiche : soit / ein p'tit peu à l'feos : un petit peu à la fois, progressivement / ête serré : être fermé /  du queop : du coup, dès lors / ahais : oui / ronfiéler : ronfler / battlier : batailler, se battre / eine plache : une place / chinq : cinq / les quervassins (ou les quervés) : les ivrognes / qu'mincher (ou commincher : commencer) / ein indreot : un endroit / l'leong : le long / chinquante : cinquante / laicher : laisser / toudis : toujours / s'rinte queompte : se rendre compte, remarquer / les baquets; les péniches, les bateaux fluviaux / adeon : donc / rasseurée : rassurée / l'feimme : la femme / l'sape : le sable / orwettier (ou raviser) : regarder / des cacoules : des mensonges, des contes à dormir debout / inter : entre / béteôt : bientôt / péquer : pécher / les guernates : les crevettes / l'quai des guernoules : le quai des grenouilles / les ceusses : ceux / ein bourguémette : un bourgmestre (en Belgique), un maire (en France) / seûrmint : sûrement / ouvrer : travailler / l'gardin : le jardin / les légueimes : les légumes / désséqué : desséché / les pichoulits : les pissenlits / les barpes d'capuchin : les barbes de capucin / orséqué : desséché / quoisque : qu'est-ce que / moutrer : montrer / les neiches : les neiges / raviser (ou orwettier) : regarder / ov'là : voilà / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'ouel : l'oeil / invéyé : envoyé / les esperts : les experts / troé : troué / oblier : oublié / l'élestrique : l'électricité / j'te fais eine baisse : je t'embrasse, bons baisers).

Jusse avant d'orfermer ceulle pache, j'vous souhaite à tertous eine beonne et hureusse fiête de Pâques. Diminche, je vous conselle d'aller vir dins vo gardin si les cloques elles n'ont pos laiché des oués in chucolat et si ch'est pos l'cas, alors lindi, n'hésitez pos à printe ein bâteon pou vous rinte au Meont de l'Ternité (ch'est ainsin qu'on appelle aussi l'Meont Saint-Aubert), i-ara là-vas seûrmint ein masse d'amisses et d'connissances et bramint d'occasieons d'goûter l'jus du houbleon.  

photo : montage Courrier de l'Escaut.

S.T. avril 2017.

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

08 avril
2017

13:17

Tournai : expressions tournaisiennes (402)

L'nostalgie d'Edmeond. 

A l'fin d'l'hiver, ch'est l'même histoire chaque ainnée, pindant tout l'meos d'avril Edmeond i-est démoliné. Tout au leong d'eine sainte journée, i-n'arrête pos d'parler du temps passé. 

"Je m'deminde ce que j'fais acore su ceulle tierre, l'Optimisse, te sais, no vie elle éteot bin pus belle hier".

Rien que pou li faire plaisi, jeudi dernier, j'l'ai acouté pindant tout l'après-deîner et quançqu'au soir à m'maseon j'sus rintré, j'aveos l'impressieon d'ête moral'mint desterminé. Vous n'allez pétête pos m'acroire mais pou l'restant de l'sémaine, l'nunu-cabadèche d'Edmeond i-m'a foutu eine riche démigraine.

Ov'là ichi tout ce qui m'a débabeiné et, acore, i-d'a la mitan que j'ai oblié : 

"Avant, l'propreté, ch'éteot l'prumier des soucis, tous les verdis, m'mamère elle feseot s'saim'di. Elle metteot ses bottes et elle nettieot l'intièr'té de l'maseon, elle feseot l'cuisine et l'couloir à l'brouche et au noir saveon. Elle ortireot les arnitoiles avé l'tiête de leu et elle récureot au Sidol, la taque du feu. Elle feseot blinquer les cuifes et les argint'ries et, à l'velle de Pâques, elle chireot toutes les boiseries. Même l'trottoir, dusqu'i-n'aveot jamais ein brin d'tchien, i-éteot astiqué et les ceusses qui nettieot'ent inl'veotent bin vite de l'rigole les rares papiers. I-falleot vir comme elle éteot hureusse que tout soiche fraîque, que tout sinte beon quançque des amisses, l'diminche, veneot'ent deîner à no maseon. 

Dins les rues, comme elles n'aveot'ent pos 'cor été invintées, on n'veyeot pos, comme asteur, des dizaines de canettes ruées su l'pavé. Les paquets d'frites ch'est dins les poubelles qu'on s'in débarrasserot, ch'n'est pos, comme d'nos jours, su l'quémin qu'on les laicheot. I-arriveot alfeos qu'ein quervassin, au p'tit matin, pa d'vant vo maseon démaqueot mais à l'prumière heure du jour, in ruant ein séeau d'ieau, s'carte de visite elle parteot.

Tertous, on n'aveot du respect pou l'ouvrache qui aveot été fait, on saveot combin d'argint, pou des travéeaux, i-aveot été dépinsé, du queop, su les murs, on n'garchenneot pos l'traval, i-n'aveot pos d'tags dessinés pa des vandales. Les étudiants canteot'ent pétête à tue-tiête, de l'nuit, dins les rues et les rulettes mais jamais pou biêt'mint s'amuser i-n'areot'ent buqué su l'prumière perseonne qui'v'neot'ent à croiser. Pindant chinq ainnées, on aveot connu l'guerre et, dins l'misère, les gins éteot'ent solidaires. 

On n'alleot pos à l'école jusqu'à quinze ans mais dins l'vie on saveot tirer s'plan, on ouvreot nuève heures su eine journée et l'soir venu on n'aveot pos l'temps d'aller lusoter. Les gins n'aveot'ent pos bramint d'certificats mais i-saveot'ent écrire presque sans feautes eine lette, ch'n'est pos comme l'espèce de charabia qu'on lit aujord'hui su internet.

On n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels, on n'queureot pos les boîtes de nuit, on buveot et mingeot des produits naturels et eine beonne crasse pinte nous donneot du lari. A minuit, à s'maseon, ch'est à pied qu'on ortourneot et si, berzèque, on rincontreot alfeos ein piquet, on n'déploreot qu'ein boursieau et, su les routes, i-aveot beauqueop moinse d'tués.  

Comme on n'aveot pos 'cor l'télé, l'soir, on n'éteot pos prisonnier. L'hiver, on alleot jeuer à cartes chez les visins et l'été, on raconteot nos avintures de l'journée dins l'gardin. On pouveot laicher les portes ouvertes, on veyeot raremint ein agripeu et aux portes des magasins, on n'éteot pos constammint harcelé pa les brimbeus. Les agints feseot'ent leu reonde à pied, deux pa deux, et i-croiseot'ent pus souvint l'route d'ein buveu que d'ein voleu. 

Nos interprisses su l'territoire communal ou régional n'éteot'ent pos dirigées pa des multinationales. Carton, Meura, Desclée, Casterman, ch'est pa chintaines que les jeones trouveot'ent du traval. T'y rintreos avant vingt ans et te sorteos, à l'ortraite, à soixante-chinq ans. Quançqu'i-sorteot'ent d'l'école, les jeones n'cacheot'ent pos lommint après d'l'ouvrache, i-n'deveot'ent même pos s'inscrire au chômache et les patreons n'planqueot'ent pos des liards dins des paradis à Jersey ou aux Philippines, i-préféreot'ent bin mieux investir l'argint gagné dins ein nouvel otiache ou eine machine pou l'usine.

Dins l'temps, les politiciens i-s'metteot'ent su les listes pou servir leu populatieon et pos pou s'in foute plein l'portefuèle comme ch'est asteur leu prumière des préoccupations. Je n'dis pos, les p'tits peots d'vin cha a toudis existé mais, asteur, ch'est pa des pipelines intiers qu'mes gins i-seont arrosés. 

Edmeond i-éteot tell'mint débalté qui n'aveot pu moyen d'l'arrêter. I-a tout passé in orvue : les Racingmen et les Unionisses qui jeueot'ent au fotbal pou ein kileo d'bure ou d'saucisse, les vedettes de l'cancheon qui n'gagneot'ent pos des millieons, les opérettes et les opéras qu'on pouveot acore aller vir à l'Halle-aux-Draps, l'balleon qu'on alleot vir meonter le lindi de l'karmesse su l'plache Crombez, l'traversée d'Tournai in natatieon dins ein Esqueaut pos acore touché pa l'pollutieon...  

Quoisque vous voulez que j'pouveos acore dire après eine parelle litanie, j'ai berdélé deux treos meots qui n'a pos compris et infin j'li ai dit :

"Mais Edmeond, i-feaut vife avé s'temps, i-n'feaut jamais orwettier in arrière, même si ch'n'est pus comme avant, i-n'veaut mieux pus pinser à hier. N'ravise pus l'télé, n'ouvère pus les gazettes, n'acoute pus les journaux parlés et surtout laiche caire internet et, ein beon consel... inter nous, évite les cabarets, pasqu'au comptoir, on n'queompte pus les cacoules qui y seont raqueontées. Edmeond, m'n'amisse te deos arrêter de t'masinguer pasque j'sus seûr que pour Fifinne ch'n'est pos fort gai. Intinte s'délaminter s'n'heomme à tous les momints, cha deot deonner à ceulle paufe feimme bramint d'chagrin. Viens t'porméner avé mi dins les beos et les camps, on ravisera les fleurs et des osieaux, on acoutera l'cant. Te verras les grands arpes onduler avé l'vint et l'air ein peu fraîque su t'visache i-t'f'ra du bin. Arrête de busier, cha t'fait du mau, cache après tout ce qui est bieau".

(lexique : ête démoliné : être démoralisé / tout au leong : tout au long / ceulle : cette / acouter : écouter / l'après-deîner : l'après-midi / desterminé : détruit / pétête : peut-être / acroire : croire / l'nunu-cabadèche : un qui fait des petits contes pour rien / l'démigraine : la migraine / ov'là ichi : voilà ici / débabeiner : raconter ses heurs et malheurs / la mitan : la moitié / l'verdi : le vendredi / m'mamère : ma mère / faire s'saim'di : faire le nettoyage hebdomadaire / nettier : nettoyer / l'brouche : la brosse / l'noir saveon : le savon noir / les arnitoiles : les toiles d'araignées / l'tiête de leu : la tête de loup / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / l'velle : la veille / chirer : cirer / ein brin d'tchien : une déjection canine / astiquer : rendre propre, brillant / les ceusses : ceux / vir : voir / fraîque : fraîche / deîner : dîner / asteur : maintenant / ruer : jeter / l'quémin : le chemin / alfeos : parfois / ein quervassin: un ivrogne / pa d'vant : devant / démaquer : vomir, remettre / ein séeau : un seau / tertous : tous / du queop : du coup, dès lors / garchenner : abîmer / canter : chanter / les rulettes : les ruelles / buquer : frapper / tirer s'plan : se débrouiller / ouvrer : travailler / nuève : neuf / lusoter : flâner / bramint : beaucoup / queurir : courir / deonner du lari : mettre en joie / berzèque : éméché / ein boursieau : une bosse (suite à un coup) / moinse : moins / jeuer : jouer / les visins : les voisins / l'gardin : le jardin / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ein brimbeu : un mendiant / les interprisses : les entreprises / les chintaines : les centaines / les jeones : les jeunes / l'ortraite : la retraite (en Belgique on dit plus souvent la pension) / cacher après : chercher / lommint : longtemps / les liards : l'argent / l'otiache : l'outillage / s'in foute : s'en mettre / l'portefuèle : le portefeuille / débalté : déchaîné / passer in orvue : passer en revue, faire le point / l'bure : le beurre / l'cancheon : la chanson / l'karmesse : la kermesse / parelle : pareille / berdéler : bredouiller / vife : vivre / orwettier : regarder / raviser : regarder / inter : entre / les cacoules : histoires inventées, mensonges, les "hoax" comme on dit aujourd'hui / s'masinguer : se faire du mauvais sang / ête seûr : être sûr / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / les beos : les bois / les camps : les champs / les cants : les chants / les arpes : les arbres / busier : ruminer / faire du mau : faire mal).

S.T. avril 2017.

13:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05 avril
2017

10:50

Tournai : "circulez... si vous le pouvez encore !".

Des difficultés de circulation sont à prévoir un peu partout en ville !

A l'ombre des cinq clochers, il faudra bien choisir son itinéraire, cette semaine, si on ne veut pas tomber sur un des multiples chantiers qui entravent la circulation.

Rue Saint-Eleuthère.

La pose d'impétrants entre l'avenue Beau-Séjour et le carrefour de l'avenue des Peupliers entraîne une restriction de circulation. En journée, le passage alternatif des véhicules est réglé par des feux et le stationnement est interdit tout le long de la section en travaux.

Rue de la Borgnette.

Cette rue, fort fréquentée par les automobilistes qui se rendent à la zone commerciale de Froyennes, fait l'objet depuis deux semaines d'une pose d'impétrants dans la section comprise entre la rue Lefebvre Caters et les bâtiments du service des travaux de la Ville. Là aussi, une circulation alternative est réglée par des feux. Ceux-ci autorisent d'abord le passage des automobilistes venant de l'avenue de Maire, ensuite de ceux venant du quai et enfin de ceux qui viennent de la zone commerciale. Le temps d'attente engendre des files qui se prolongent parfois jusqu'au carrefour de l'avenue de Maire. Pour se rendre à la zone de Froyennes mieux vaut, à partir de Tournai, soit emprunter les quais, soit poursuivre sur la chaussée de Courtrai jusqu'à l'entrée de la zone commerciale. Il en est de même pour rejoindre la ville.  

Avenue de Maire.

Des travaux sont en cours depuis plusieurs semaines sur la voie latérale droite (dans le sens vers Tournai), une section de cette voirie est interdite à la circulation. 

Rue du Château.

Pose d'impétrants également dans cette rue, actuellement entre l'avenue Delmée et la rue Robert Campin.

Place Verte.

Celle-ci aussi est concernée par la pose d'impétrants préalable à sa rénovation. Cette semaine, le chantier va se prolonger dans la rue de l'Epinette. 

Boulevard des Nerviens.

Des travaux de sécurisation ont débuté ce lundi 3 avril, on y crée trois passages pour piétons avec éclairage particulier. Le chantier se terminera vers le 23 avril (temps de séchage nécessaire). Le boulevard est interdit à la circulation. Celle-ci est déviée par l'avenue Delmée pour les automobilistes circulant vers la gare, par l'avenue Leray pour ceux venant de cette dernière. 

Place Reine Astrid.

A partir de celle-ci, on ne peut, momentanément, plus rejoindre la rue d'Espinoy vers le Palais de Justice en raison de travaux dans la rue des Jésuites. Toute la circulation est déviée par la rue Garnier où certains automobilistes stationnent parfois de façon anarchique !

Boulevard des Combattants et chaussée de Bruxelles.

La pose d'impétrants préalable à l'important chantier qui va se dérouler de mai à décembre a débuté voici quelques semaines. Le trottoir de la chaussée de Bruxelles entre la rue de la Paix et le carrefour de Marvis est interdit aux piétons, il en est de même pour celui du boulevard des Combattants jusqu'à la rue d'Amour. 

Rue Saint-Martin.

Afin d'assurer la sécurité sur les trois passages pour piétons, des rétrécissements ont été créés de part et d'autre de la rue. Cela a été nécessaire car, si la vitesse dans toutes le rues du centre-ville est limitée à 30km/h une fois la ceinture des boulevards franchie, de nombreux automobilistes dégringolent encore cette rue à une vitesse supérieure. On se demande si ceux-ci ont le respect de l'intégrité de leur véhicule vu l'état déplorable de la voirie.

Rue de Marvis.

Réduire la vitesse des automobilistes est le même principe qui a prévalu à la rue de Marvis. Le large virage qui se trouve à l'entrée de celle-ci a été rétréci par la pose de piquets au centre de la voirie et un marquage au sol la réduisant à deux bandes de circulation. Là aussi, certains chauffeurs pressés ne respectaient pas souvent la limitation de vitesse. 

Centre-ville.

Les bornes télécommandées filtrant l'accès au piétonnier de la Croix du Centre (appellation aujourd'hui oubliée), à la rue de Paris, à la rue des Chapeliers (à hauteur du beffroi) et à la place de l'Evêché sont, par le plus grand des hasards (!), toutes en panne. Dès lors, de nombreux automobilistes étrangers à la ville et même quelques tournaisiens ne se privent pas d'emprunter les rues jusqu'alors réservées à la circulation des piétons. Il y a donc lieu d'être prudent car rien ne semble bouger chez les responsables chargés de l'entretien de ces systèmes.

Conclusion.

Tous ces travaux et ceux entrepris à de nombreux immeubles réduisent le nombre de places de stationnement situées dans le centre-ville. Aussi, en raison du beau temps actuel et afin de retrouver la forme après de longs mois d'hiver, il est conseillé aux sportifs de stationner leur véhicule au-delà de la ceinture des boulevards. Une petite balade à pied est salutaire pour une bonne circulation... du sang (et permet également de découvrir les vitrines des commerçants qui font grise mine depuis que les chantiers ont envahi Tournai) ! 

S.T. avril 2017.

10:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, circulation, chantiers, impétrants |

03 avril
2017

09:33

Tournai : Amédée Coinne, héros oublié comme tant d'autres !

Amédée Coinne, un devoir de réhabilitation.


1940 Amédée Coinne.JPGLes conflits qui eurent lieu durant le XXème siècle ont révélé le courage et le dévouement d'hommes et de femmes engagés dans un combat, le plus souvent discret, afin de débarrasser le sol natal d'un ennemi. Ils ont donné naissance à des héros anonymes qui ont bien souvent laissé leur vie au service de leur pays. Les années succédant aux années, leurs actes de bravoure ont sombré peu à peu dans l'oubli. Les livres d'histoire n'évoquent que très rarement leur mémoire et sur les immeubles qu'ils habitaient aucune plaque ne rappelle leur sacrifice. Ce sont des héros oubliés dont le souvenir n'existe plus qu'au sein de leurs familles.

Me plongeant dans l'histoire familiale, j'ai pu reconstituer, il y a bien longtemps déjà, l'histoire d'un cousin de mon grand-père maternel. Il s'appelait Amédée COINNE.

Amédée Coinne était né en août 1897. Il avait épousé Valentine Foulon et, lorsque la seconde guerre mondiale éclata, le couple demeurait au n°94 de la chaussée de Roubaix à Tournai.

Jusqu'en 1939, Amédée Coinne, militaire de carrière, était fourrier au 3e Chasseur. Au sein de l'armée, on désignait sous cette appellation, un sous-officier chargé du cantonnement des troupes et du couchage, de la distribution des vivres et des vêtements. Lors du dédoublement du 3e Chasseur, il fut affecté au 6e Chasseur et avec ce bataillon, il participa à la campagne des dix--huit jours. 

Revenu à Tournai, au début de l'année 1941, il mit rapidement sa maison de la chaussée de Roubaix à la disposition de la "Phalange Belge", un groupe de résistants assermentés fondé en octobre 1940. Ce groupe fusionnera, en cette année 1941, avec la "Légion Belge" qui deviendra par la suite "l'Armée Secrète".

Au sein de ce groupe, Amédée Coinne collabore tout d'abord à la diffusion de la presse clandestine. Sous le pseudonyme de "Médée", il stigmatise ceux qui sont entrés en collaboration avec l'ennemi. Il distribuera également "La Libre Belgique" et "Le Vigilant".

Il deviendra le spécialiste des petits sabotages en semant des clous sur le parcours des camions allemands, retardant ainsi quelque peu leur avancée. Il y eut ainsi durant la guerre de nombreux petits gestes du genre qui empoisonnaient le déroulement des opérations programmées par l'occupant.  

Son dévouement à la cause de la résistance le fera repérer par l'Intelligence Service qui le recrutera en qualité d'agent du Service de Renseignement et d'Action (le S.R.A). Il sera agent de liaison entre la région de Tournai et les groupes du Nord-Pas-de-Calais.

En 1942, les Allemands imposent le Service de Travail Obligatoire (le S.T.O.). A Tournai, celui-ci sera installé dans un immeuble de la rue Duquesnoy (pratiquement en face des bâtiments de l'Athénée Royal). Amédée Coinne parvient à y recruter deux employées et, en quelques mois, plus de 400 dossiers vont être falsifiés. De plus, le réseau aura connaissance de lettres anonymes de dénonciation ce qui permettra d'exfiltrer les personnes menacées. Le résistant n'attire pas l'attention de l'occupant. Aux yeux des Allemands, Amédée Coinne est un simple employé du Secours d'Hiver dont les magasins aident les plus démunis par la distribution de vêtements, de vivres ou de charbon. Comme cette organisation a été créée avec l'accord des Allemands, certains à Tournai y voient un repaire de collaborateurs. On prononce parfois la phrase "Secours d'Hiver, secours d'Hitler". Ceux qui propagent pareilles allégations au sujet de cette organisation humanitaire ne peuvent imaginer qu'elle sert également de couverture pour des résistants ! En décembre, il est recruté par le service Mill.

Son habitation servira de lieu d'hébergement pour les réfractaires au travail volontaire. C'est là également que la résistance sera en contact radio avec Londres. 

Amédée Coinne va être averti que l'occupant est à la recherche d'un certain Médée, l'employée de la rue Duquesnoy a été découverte mais avertie du fait, avec la complicité de la résistance, elle a quitté Tournai juste avant d'être arrêtée. Elle n'y reviendra que le conflit terminé.

Au courant de ces derniers développements, Amédée Coinne se méfie et décide de ne plus demeurer à la chaussée de Roubaix. Valentine, son épouse, restera seule. Un code établi entre eux va lui permettre de lui rendre visite de temps à temps. Un carton placé à la fenêtre lui prévient qu'il n'y a aucun danger.

Le 13 février 1944, il est présent à son domicile pour fêter son anniversaire de mariage. Durant le repas, on sonne à la porte, c'est la Gestapo et la G.F.P (Geheime Feldpolizeï, la police secrète allemande). Amédée Coinne voulant fuir par l'arrière de l'habitation est arrêté. Il a été dénoncé par une femme qui travaillait à la Kommandantur et à la Werbestelle. Valentine ne le reverra plus.

Il a été emmené à Arras, au Grand Hôtel du Commerce, quartier général de la Gestapo. Interrogé, il ne vendra jamais le réseau. Lors d'une tentative d'évasion, il sera gravement blessé à la tête et le 18 mai 1944, il est abattu avec onze autres résistants et enterré dans une fosse commune sans que son nom soit transcrit sur les sinistres registres allemands.

Après la fin de la guerre, la famille se mettra à sa recherche. A Arras, des anciens geôliers certifient qu'il faisait partie d'un convoi parti vers l'Allemagne durant le mois d'août 1944. L'espoir de le revoir vivant renaît et, qui plus est, un prisonnier français assure l'avoir croisé au camp de Belsen en septembre 1944. En 1945, un journal local annonce, sur base d'on ne sait quelle information, que la famille d'Amédée Coinne a reçu un télégramme lui annonçant sa présence dans le camp allemand. Hélas, en 1950, l'exhumation de douze corps des fossés de la citadelle d'Arras va mettre fin à l'attente et à l'espérance. Le 18 octobre, une étude du squelette, de la dentition, de la veste militaire belge, de la chevelure ondulée qui le caractérisait et de la trace d'une ancienne blessure, conséquence d'un coup de crosse reçu lors du premier conflit mondial, va permettre d'identifier formellement sa dépouille.

Le samedi 21 octobre 1950, son corps sera rapatrié à Tournai et des funérailles nationales seront organisées le lendemain. La famille pourra enfin faire son deuil, elle avait longtemps espéré le revoir vivant. Amédée Coinne avait 47 ans lorsqu'il a été tué par la barbarie d'un régime heureusement vaincu ! 

tombe d'Amédée Coinne.JPG

La stèle d'Amédée Coinne au cimetière du Sud

Durant ma jeunesse, son histoire était souvent racontée lors des réunions de famille. C'était donc un devoir de mémoire pour moi de la conter à mon tour. Au travers de ce récit, c'est un hommage qui est rendu à ces anonymes qui, un jour, se sont levés contre l'occupant et ont travaillé à la perte de celui-ci ! Les jeunes qui vivent en paix depuis plus de septante ans grâce à ceux qui combattirent l'ennemi devraient parfois s'inspirer de leur patriotisme, eux qui sont le plus souvent absents des commémorations encore organisées en souvenir de ces héros. 

mémorial soldats 14-18 40-45.JPG

Pensées d'Emile Verhaeren à l'entrée de la pelouse du souvenir au cimetière du Sud. 

(sources : histoire familiale - journal le Nord-Eclair. Il est à noter que sa photo est également parue dans l'ouvrage de Pierre Bachy, professeur à l'Athénée Royal de Tournai : "Vie et Mort dans le Val de Verne" - photos S.T.).

S.T. avril 2017.