14 avril
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (403)

Avril 2080 : Lette d'un garcheon d'no ville à s'mamère.

Tournai, l'dix-siept d'Avril 2080.

M'bin chère Mamère,

D'puis que te t'es ormariée et qu'pou la Suisse t'a quitté Tournai, te peux m'acroire, tout, ichi, i-a bin cangé.

L'jour dusque t'es née, l'sièque i-n'aveot qu'eine ainnée. Ainsin, cha t'fait septante-nuef ans depuis l'début du printemps. T'as connu les grands travéaux dins l'centre-ville qui seont dev'nus, asteur, total'mint inutiles. Cha a comminché pa l'fil d'or au mitan des rues, ceulle riche trouvale d'Mossieu Michelin elle n'a jamais tenu. Ein echevin i-aveot bin déclaré que, dins l'béteon, i-falleot tout simplemint l'visser mais quançqu'i-a intindu parelle idée, l'architecte d'prumière classe i-a été débalté. Après cha, ch'a été les pavés qui s'seont mis à jeuer les castagnettes, à chaque feos qu'i-passeot eine auteo ou bin eine camionnette. On a eu bieau les inl'ver et les ormette dix queops, quançqu'on rouleot pa d'zeur, cha f'seot ein boucan d'seot. Final'mint, les responsapes i-ont pris l'décisieon d'tertous les ertirer mais pa manque de liards, à l'plache, i-ont été obligé d'étinte du... gravier. Alors pou éviter l'poussière dins les maseons, partout dins l'ville on a interdit l'circulatieon. On a d'abord pinsé arroser mais l'cruéau i-a bin vite comminché à pousser et, comme les écoleos n'vouleot'ent pus qu'on pulvérise des produits chimiques, on s'a vite ortrouvé pa d'vant eine situatieon catastrophique. On veyeot même apparaîte des hierpes de la pampa, d'ein bout à l'eaute de l'rue Saint-Piat. Su l'plaine i-a bin lommint qui n'a pus d'chapiteau, à l'plache, on a agrandi l'parking pou les auteos. In incien Audax i-a proposé d'offère des véléos élestriques pou les visiteus qui veule'tent faire eine porménate touristique. 

Que l'ville elle soiche réservée uniqu'mint aux piéteons, ch'n'éteot pos, à vrai dire, eine si mauvaisse solutieon, après tout, les magasins i-ont, ein p'tit peu à l'feos, été serrés et i-n'a pus, dins les rues, que des restos et des cabarets. Comme ch'est tolérance zéreo pou l'conduite d'eine automobile, du queop, ch'est à pied qu'les gins s'in veont boire et minger in ville. On areot pu pinser que Tournai elle s'reot ainsin dev'nue eine ville dortoir, ahais, les gins ronfièlent pindant l'jour et sortent de leu maseon quançqu'i-fait noir. A partir de dix heures au soir, su les terrasses de la Grand-Plache, i-feaut presque battlier pou trouver eine plache. Les camions pou les poubelles i-passe'tent, tous les jours, à chinq heures au matin, à c'momint-là, cha fait d'jà deux heures qu'eine armada d'ambulances ramasse'tent les quervassins. On a fait appel à des privés pasque les gins du 112 i-éteot'ent débordés. L'réductieon des effectifs des peompiers et des policiers elle a qu'minché sous l'gouvernance du ceu qu'on app'leot "Gambeon Prumier" et après cha n's'a pos améloré !

I-a ein indreot dins l'ville qui est acore fort animé, comme au beon vieux temps, ch'est l'leong des quais. Cha fait pus d'chinquante ans aujordhui qu'l'Esqueaut, i-est dev'nu eine véritape autoroute à batieaux. Vu qu'jour et nuit, dins l'navigatieon i-a pos d'arrêt, l'pont Noter-Dame i-a fallu l'démeonter, ch'éteot pos l'peine de l'laicher, i-areot toudis été l'vé. Au début, pou calmer les gins, on n'aveot orconstruit des arches au Pont des Treos mais on s'a bin vite rindu queompte que les baquets éteot'ent freinés pa l'gouleot. Adeon, on a assisté à ein nouvieau démolissache et ch'est à l'intrée de l'rue Royale qu'on a plaché les arches. Pou que les vieux Tournisiens acore s'in rappelle'tent, soiche rasseurée, on a quand même laiché les tours jumelles. Tins, i-a aussi ein service d'navettes qui imbarque les gins à Allain pou les déposer à l'Borgnette, Ainsi, si aux Bastions, les clients n'ont pos trouvé leu bonheur, i-seont au complexe d'Froyennes in moinse d'ein quart d'heure. 

tournai,patois,picard

Ave m'feimme et les infants, pos pus tard qu'hier, on a passé toute l'journée au bord d'la mer. Quançque j'raqueonte aux infants que te f'seos près d'deux heures de route pou ti aller bronzer su l'sape de Knokke le Zoute, i-m'orwettent comme si je leu diseos des cacoules ou s'demindent si j'n'deviens pos maboul. Comme d'puis chinq ans, la mer elle est asteur inter Ypres et Courtrai, Tournai la Plache qui aveot lieu dins l'temps su les quais, cha va béteôt ête eine réalité. Aller péquer des guernates à l'incien quai des guernoules ou bin faire de l'plongée sous-marine à l'incienne gare margarine, dins vingt ans, si cha continue ainsin, no port fluvial i-s'ra dev'nu port maritime. Bah, cha f'ra toudis du bouleot pou les ceusses qui veont louer des pédaleos. 

On a fini d'aménager no nouvelle maseon à l'rue du P'tit Rudy, i-paraît que ch'est l'neom d'ein incien bourguémette quançque te d'meureos acore ichi. Pou li deonner s'neom, on a débaptisé l'rue des Bleuets, tout à fait inter-nous, j'pinse qu'on s'a seûrmint trompé. On areot mieux fait d'canger l'neom de l'rue des Roseliers. Mi qui aimeot bin ouvrer au gardin, d'puis deux ans j'n'y fais pus rien. Avé 45° in plein meos d'juillet, mes p'tits légueimes i-seont tout déssequés. J'arroseos tous l'matin mes pichoulits et mes barpes d'capuchin, l'soir i-éteot'ent couchés et orséqués su l'terrain. Quoisque te veux, ch'est l'résultat du récauff'mint climatique qui a trinsformé in désert l'presque totalité d'l'Afrique et orcouvert d'ieau eine beonne partie d'no Belgique. Te m'moutreos souvint des photeos avé les neiches éternelles, i-feaut les raviser asteur pou qu'on s'in rappelle. 

Ov'là les toutes dernières nouvelles de l'cité des cheonq clotiers, si t'orviens ein jour, comme te le veos, te vas ête dépaysée.

P.S. : In t'écrivant, j'ravise du coin d'l'ouel m'compteur geiger, ch'est ein apparel rud'mint nécessaire d'puis qu'in 2050, à Tihange, l'cintrale nucléaire a invéyé des atomes s'porméner dins l'air. Ch'est grâce aux éoliennes et aux panneaux solaires qu'aujourd'hui dins nos maseons on s'éclaire et dire qu'i-aveot de d'grands esperts qui n'arrêteot'ent pos d'déclarer : "l'cuve du réacteur elle est troée mais i-a pos d'quoi s'inquiéter". I-aveot'ent fait des études poussées mais on aveot seul'mint oblié que ch'est pa les reponsapes de l'élestrique quee mes gins i-éteot'ent payés !

J'te fais eine baisse,

T'pétit Batisse.

(lexique : l'lette : la lettre / l'garcheon : le garçon / l'mamère : la mère / ormarier : remarier / acroire : croire / ichi : ici / canger : changer / dusque : où / l'sièque : le siècle / nuef : neuf / asteur : maintenant / commincher (ou qu'mincher) : commencer / au mitan : au milieu / ceulle : cette / trouvale : trouvaille / parelle : pareille / prumière : première / débalté : exaspéré, déchaîné / jeuer : jouer / dix queops : dix coups, dix fois / quançque : lorsque / pa d'zeur : dessus / tertous : tous / les liards : l'argent / étinte : étendre / l'cruéau : les mauvaises herbes / ortrouvé : retrouvé / on veyeot : on voyait / des hierpes de l'pampa : des herbes de la pampa / bin lommint : bien longtemps / offère : offrir / élestrisques : électriques / eine porménate : une promenade / soiche : soit / ein p'tit peu à l'feos : un petit peu à la fois, progressivement / ête serré : être fermé /  du queop : du coup, dès lors / ahais : oui / ronfiéler : ronfler / battlier : batailler, se battre / eine plache : une place / chinq : cinq / les quervassins (ou les quervés) : les ivrognes / qu'mincher (ou commincher : commencer) / ein indreot : un endroit / l'leong : le long / chinquante : cinquante / laicher : laisser / toudis : toujours / s'rinte queompte : se rendre compte, remarquer / les baquets; les péniches, les bateaux fluviaux / adeon : donc / rasseurée : rassurée / l'feimme : la femme / l'sape : le sable / orwettier (ou raviser) : regarder / des cacoules : des mensonges, des contes à dormir debout / inter : entre / béteôt : bientôt / péquer : pécher / les guernates : les crevettes / l'quai des guernoules : le quai des grenouilles / les ceusses : ceux / ein bourguémette : un bourgmestre (en Belgique), un maire (en France) / seûrmint : sûrement / ouvrer : travailler / l'gardin : le jardin / les légueimes : les légumes / désséqué : desséché / les pichoulits : les pissenlits / les barpes d'capuchin : les barbes de capucin / orséqué : desséché / quoisque : qu'est-ce que / moutrer : montrer / les neiches : les neiges / raviser (ou orwettier) : regarder / ov'là : voilà / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'ouel : l'oeil / invéyé : envoyé / les esperts : les experts / troé : troué / oblier : oublié / l'élestrique : l'électricité / j'te fais eine baisse : je t'embrasse, bons baisers).

Jusse avant d'orfermer ceulle pache, j'vous souhaite à tertous eine beonne et hureusse fiête de Pâques. Diminche, je vous conselle d'aller vir dins vo gardin si les cloques elles n'ont pos laiché des oués in chucolat et si ch'est pos l'cas, alors lindi, n'hésitez pos à printe ein bâteon pou vous rinte au Meont de l'Ternité (ch'est ainsin qu'on appelle aussi l'Meont Saint-Aubert), i-ara là-vas seûrmint ein masse d'amisses et d'connissances et bramint d'occasieons d'goûter l'jus du houbleon.  

photo : montage Courrier de l'Escaut.

S.T. avril 2017.

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.