08 avril
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (402)

L'nostalgie d'Edmeond. 

A l'fin d'l'hiver, ch'est l'même histoire chaque ainnée, pindant tout l'meos d'avril Edmeond i-est démoliné. Tout au leong d'eine sainte journée, i-n'arrête pos d'parler du temps passé. 

"Je m'deminde ce que j'fais acore su ceulle tierre, l'Optimisse, te sais, no vie elle éteot bin pus belle hier".

Rien que pou li faire plaisi, jeudi dernier, j'l'ai acouté pindant tout l'après-deîner et quançqu'au soir à m'maseon j'sus rintré, j'aveos l'impressieon d'ête moral'mint desterminé. Vous n'allez pétête pos m'acroire mais pou l'restant de l'sémaine, l'nunu-cabadèche d'Edmeond i-m'a foutu eine riche démigraine.

Ov'là ichi tout ce qui m'a débabeiné et, acore, i-d'a la mitan que j'ai oblié : 

"Avant, l'propreté, ch'éteot l'prumier des soucis, tous les verdis, m'mamère elle feseot s'saim'di. Elle metteot ses bottes et elle nettieot l'intièr'té de l'maseon, elle feseot l'cuisine et l'couloir à l'brouche et au noir saveon. Elle ortireot les arnitoiles avé l'tiête de leu et elle récureot au Sidol, la taque du feu. Elle feseot blinquer les cuifes et les argint'ries et, à l'velle de Pâques, elle chireot toutes les boiseries. Même l'trottoir, dusqu'i-n'aveot jamais ein brin d'tchien, i-éteot astiqué et les ceusses qui nettieot'ent inl'veotent bin vite de l'rigole les rares papiers. I-falleot vir comme elle éteot hureusse que tout soiche fraîque, que tout sinte beon quançque des amisses, l'diminche, veneot'ent deîner à no maseon. 

Dins les rues, comme elles n'aveot'ent pos 'cor été invintées, on n'veyeot pos, comme asteur, des dizaines de canettes ruées su l'pavé. Les paquets d'frites ch'est dins les poubelles qu'on s'in débarrasserot, ch'n'est pos, comme d'nos jours, su l'quémin qu'on les laicheot. I-arriveot alfeos qu'ein quervassin, au p'tit matin, pa d'vant vo maseon démaqueot mais à l'prumière heure du jour, in ruant ein séeau d'ieau, s'carte de visite elle parteot.

Tertous, on n'aveot du respect pou l'ouvrache qui aveot été fait, on saveot combin d'argint, pou des travéeaux, i-aveot été dépinsé, du queop, su les murs, on n'garchenneot pos l'traval, i-n'aveot pos d'tags dessinés pa des vandales. Les étudiants canteot'ent pétête à tue-tiête, de l'nuit, dins les rues et les rulettes mais jamais pou biêt'mint s'amuser i-n'areot'ent buqué su l'prumière perseonne qui'v'neot'ent à croiser. Pindant chinq ainnées, on aveot connu l'guerre et, dins l'misère, les gins éteot'ent solidaires. 

On n'alleot pos à l'école jusqu'à quinze ans mais dins l'vie on saveot tirer s'plan, on ouvreot nuève heures su eine journée et l'soir venu on n'aveot pos l'temps d'aller lusoter. Les gins n'aveot'ent pos bramint d'certificats mais i-saveot'ent écrire presque sans feautes eine lette, ch'n'est pos comme l'espèce de charabia qu'on lit aujord'hui su internet.

On n'aveot pos b'soin d'paradis artificiels, on n'queureot pos les boîtes de nuit, on buveot et mingeot des produits naturels et eine beonne crasse pinte nous donneot du lari. A minuit, à s'maseon, ch'est à pied qu'on ortourneot et si, berzèque, on rincontreot alfeos ein piquet, on n'déploreot qu'ein boursieau et, su les routes, i-aveot beauqueop moinse d'tués.  

Comme on n'aveot pos 'cor l'télé, l'soir, on n'éteot pos prisonnier. L'hiver, on alleot jeuer à cartes chez les visins et l'été, on raconteot nos avintures de l'journée dins l'gardin. On pouveot laicher les portes ouvertes, on veyeot raremint ein agripeu et aux portes des magasins, on n'éteot pos constammint harcelé pa les brimbeus. Les agints feseot'ent leu reonde à pied, deux pa deux, et i-croiseot'ent pus souvint l'route d'ein buveu que d'ein voleu. 

Nos interprisses su l'territoire communal ou régional n'éteot'ent pos dirigées pa des multinationales. Carton, Meura, Desclée, Casterman, ch'est pa chintaines que les jeones trouveot'ent du traval. T'y rintreos avant vingt ans et te sorteos, à l'ortraite, à soixante-chinq ans. Quançqu'i-sorteot'ent d'l'école, les jeones n'cacheot'ent pos lommint après d'l'ouvrache, i-n'deveot'ent même pos s'inscrire au chômache et les patreons n'planqueot'ent pos des liards dins des paradis à Jersey ou aux Philippines, i-préféreot'ent bin mieux investir l'argint gagné dins ein nouvel otiache ou eine machine pou l'usine.

Dins l'temps, les politiciens i-s'metteot'ent su les listes pou servir leu populatieon et pos pou s'in foute plein l'portefuèle comme ch'est asteur leu prumière des préoccupations. Je n'dis pos, les p'tits peots d'vin cha a toudis existé mais, asteur, ch'est pa des pipelines intiers qu'mes gins i-seont arrosés. 

Edmeond i-éteot tell'mint débalté qui n'aveot pu moyen d'l'arrêter. I-a tout passé in orvue : les Racingmen et les Unionisses qui jeueot'ent au fotbal pou ein kileo d'bure ou d'saucisse, les vedettes de l'cancheon qui n'gagneot'ent pos des millieons, les opérettes et les opéras qu'on pouveot acore aller vir à l'Halle-aux-Draps, l'balleon qu'on alleot vir meonter le lindi de l'karmesse su l'plache Crombez, l'traversée d'Tournai in natatieon dins ein Esqueaut pos acore touché pa l'pollutieon...  

Quoisque vous voulez que j'pouveos acore dire après eine parelle litanie, j'ai berdélé deux treos meots qui n'a pos compris et infin j'li ai dit :

"Mais Edmeond, i-feaut vife avé s'temps, i-n'feaut jamais orwettier in arrière, même si ch'n'est pus comme avant, i-n'veaut mieux pus pinser à hier. N'ravise pus l'télé, n'ouvère pus les gazettes, n'acoute pus les journaux parlés et surtout laiche caire internet et, ein beon consel... inter nous, évite les cabarets, pasqu'au comptoir, on n'queompte pus les cacoules qui y seont raqueontées. Edmeond, m'n'amisse te deos arrêter de t'masinguer pasque j'sus seûr que pour Fifinne ch'n'est pos fort gai. Intinte s'délaminter s'n'heomme à tous les momints, cha deot deonner à ceulle paufe feimme bramint d'chagrin. Viens t'porméner avé mi dins les beos et les camps, on ravisera les fleurs et des osieaux, on acoutera l'cant. Te verras les grands arpes onduler avé l'vint et l'air ein peu fraîque su t'visache i-t'f'ra du bin. Arrête de busier, cha t'fait du mau, cache après tout ce qui est bieau".

(lexique : ête démoliné : être démoralisé / tout au leong : tout au long / ceulle : cette / acouter : écouter / l'après-deîner : l'après-midi / desterminé : détruit / pétête : peut-être / acroire : croire / l'nunu-cabadèche : un qui fait des petits contes pour rien / l'démigraine : la migraine / ov'là ichi : voilà ici / débabeiner : raconter ses heurs et malheurs / la mitan : la moitié / l'verdi : le vendredi / m'mamère : ma mère / faire s'saim'di : faire le nettoyage hebdomadaire / nettier : nettoyer / l'brouche : la brosse / l'noir saveon : le savon noir / les arnitoiles : les toiles d'araignées / l'tiête de leu : la tête de loup / faire blinquer : faire briller / les cuifes : les cuivres / l'velle : la veille / chirer : cirer / ein brin d'tchien : une déjection canine / astiquer : rendre propre, brillant / les ceusses : ceux / vir : voir / fraîque : fraîche / deîner : dîner / asteur : maintenant / ruer : jeter / l'quémin : le chemin / alfeos : parfois / ein quervassin: un ivrogne / pa d'vant : devant / démaquer : vomir, remettre / ein séeau : un seau / tertous : tous / du queop : du coup, dès lors / garchenner : abîmer / canter : chanter / les rulettes : les ruelles / buquer : frapper / tirer s'plan : se débrouiller / ouvrer : travailler / nuève : neuf / lusoter : flâner / bramint : beaucoup / queurir : courir / deonner du lari : mettre en joie / berzèque : éméché / ein boursieau : une bosse (suite à un coup) / moinse : moins / jeuer : jouer / les visins : les voisins / l'gardin : le jardin / ein agripeu : un voleur, un chapardeur / ein brimbeu : un mendiant / les interprisses : les entreprises / les chintaines : les centaines / les jeones : les jeunes / l'ortraite : la retraite (en Belgique on dit plus souvent la pension) / cacher après : chercher / lommint : longtemps / les liards : l'argent / l'otiache : l'outillage / s'in foute : s'en mettre / l'portefuèle : le portefeuille / débalté : déchaîné / passer in orvue : passer en revue, faire le point / l'bure : le beurre / l'cancheon : la chanson / l'karmesse : la kermesse / parelle : pareille / berdéler : bredouiller / vife : vivre / orwettier : regarder / raviser : regarder / inter : entre / les cacoules : histoires inventées, mensonges, les "hoax" comme on dit aujourd'hui / s'masinguer : se faire du mauvais sang / ête seûr : être sûr / s'délaminter : se lamenter / porméner : promener / les beos : les bois / les camps : les champs / les cants : les chants / les arpes : les arbres / busier : ruminer / faire du mau : faire mal).

S.T. avril 2017.

13:17 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge malgré la grisaille.

Écrit par : Un petit Belge | 22/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.