24 mars
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (400)

Quate chintième babillarte !

Cha fait asteur quate chints saim'dis qu'in patois d'Tournai j'vous écris. Mo Dieu, bé comme l'temps passe et vite s'écoule, cha fait d'jà huit ainnées que j'raqueonte des cacoules ! In m'lisant, vous l'avez seûrmint adveiné, j'sus vraimint fier d'ête ein infant d'Tournai et je n'veux pos que l'parler d'ichi i-soiche oblié que, pa des gins parlant eine eaute lanque, i-soiche déméprisé

No patois, ch'est no symbole, no signe de ralliemint, ch'est l'incestral lien qui unit tous les Tournisiens. L'ceu qui veut, eine feos, intinte ces meots qu'on dit dins l'cité des cheonq clotiers, in ouvrant ses orelles pou bin acouter, i-n'a qu'à aller porméner dins nos rues, nos rulettes ou bin l'leong d'nos quais .

J'sus seûr que dins toutes les conversatieons, i-intindra toudis au moinse eine de ces espressieons : 

D'ein qui n'in a jamais assez, pou bin définir l'perseonne, on dit : "M'n'heomme i-li faudreot l'gardin et les preones". On dit pou ein rusé, ein soucard : "Dusqu'i-s'perdra, i-f'ra noir !". On dit pou ein heomme qui veut passer inaperchu, ein qu'on a jamais ermarqué : "I-fait l'effet d'ein grain d'aveine dins l'gueule d'ein baudet".  Pou ein individu maiguerleot, on dit que "ch'est ein carilleon d'ossiéaux". On dit d'ein heomme qui fait du mauvais ouvrache, d'ein bricoleu, d'ein cafouilleu : "Et bé m'n'heomme, i-est adreot d'ses mains comme ein pourchéau de s'queue". Pou désigner ein qui aime bin l'biere et qui est toudis quervé, vous risquez pétête d'intinte : "M'heomme i-buvreot Bapéeaume et ses fossés" cha m'étonnereot... cha n'est pus fort utilisé, asteur, on parle avant tout "d'ein potieau d'cabaret". Pou ein vantard, ein qui s'prind toudis l'tiête, on dit :"Ein heomme qui s'vante et ein baudet qui s'gratte ch'est deux bellés biêtes". Cha va alfeos vous choquer quançque vous intindrez pou ein heomme qui est in train d'agoniser ; "I-n'a pus beauqueop d'sanche, s'cul i-sint l'louchet", rasseurez-vous, cha n'est pos de l'vulgarité, diseons que ch'est ein peu... imagé. Là dusque j'sus d'accord d'dire que ch'est vraimint grossier, ch'est quançqu'on anneonche que "l'feimme est impanch'loutée". Ces meots-là cha m'fait pinser au ceu qui n'a pos l'langache fort raffiné, ainsin on dira d'ein qui parle platemint : "à m'mote que m'n'heomme i-n'tamisse pos fin !". Pou ein heomme qui a marié eine feimme infidèle, eine qui a l'habitude d'aller vir ailleurs si l'hierpe elle est pus belle, on li dira, in guisse d'consolatieon et pou n'pos treop s'in faire : "I-véaut mieux ête wieot qu'aveule : on veot ses confrères". Cha m'fait pinser à ceulle phrase que j'ai intindue concernant ein malhureux qui éteot cocu :"L'curé li ouvère l'porte à double battants, pou qui n'accroche pos ses cornes in rintrant". Vous avez pétête rincontré dins vo vie, ein profiteu, ein heomme du ginre pique-assiette, d'li on dira : "Pou li minger à l'ouel, s'bouque elle f'reot l'tour de s'tiête". 

Ein bieau jour, des gins de la héaute société on voulu interdire l'patois d'Tournai. Pa ces jocrisses, i-a été banni des classes des écoles, ch'est simpe, si on l'parleot, on attrapeot eine colle. Si te diseos "ahais Mossieu" pou répeonte à eine questieon, te t'ortruèveos, vite fait bin fait, avé eine punitieon. On d'veot copier chint feos, in calligraphie : "En français on répond oui, le maître me l'a souvent dit".

Comme diseot Mossieu Parvenu et Madame Proutemachère : 

"Mon Dieu que ce langage est vulgaire, il définit bien les classes populaires, si un enfant veut s'élever dans la société, on doit lui interdire cette façon de parler". 

"Bé queompte là d'zeur et beos d'l'ieau, t'aras des clairs boyéaux", si à l'école on éteot obligé d'parler l'lanque de Voltaire, à nos maseons l'maîte i-n'pouveot pos v'nir nous faire taire. 

Tous ces gins qui, pou parler, metteot'ent les preones dins les quertins, i-ont été fameus'mint estoqués pa l'succès du Cabaret Walleon Tournisien. Du patois, ces gins-là i-n'sav'tent pétête rien mais, pou nous eautes, acouter les Filles Celles Picardes, Bruno Delmotte ou les canteus du Bistreot Tournaisien, ch'est bin leon d'ête du flamind. 

I-n'ont jamais voulu comprinte tous ces adeptes du beon langache, que ch'est l'patois de l'Ile de France qui est, peu à peu, dev'nu l'usache. 

Nos incêtres, nos aieux, nos parints qui nous ont éduqués, i-n'conniseot'ent pétête pos deux meots d'Français mais i-ont quand même fait des infants qui, dins l'société, peuv'tent, aujord'hui, s'débrouiller. 

Dins no beonne ville d'Tournai, tertous on sait qu'eine perseonne qui a l'bazin, ch'est eine qui est prisse d'trimblemints, qu'ein heomme qui su s'freont i-a ein riche boursieau, ch'est pasqui-a eine bosse après eine mauvais queop. I-n'feaut pos nous espliquer quançqu'on dit qu'on a brichaudé l'argint, on comprind tout d'suite qu'on a gaspillé les liards comme chez Publifin. On s'déméfie des cache-à-puches et des mordiquéaux, i-cache'tent toudis à batt'lier, à vous bourrieauder, à vous inveyer à l'hosto. A Tournai, à Ath ou à Mouscreon, on a tertous nos espressieons, ch'est no carte d'idintité, ein espèce d'marque d'fabricatieon. 

Si vous m'suivez d'puis l'prumier artique, vous n'avez pus b'soin du lexique et si vous êtes fidèle d'puis l'prumière rubrique vous pouvez me l'faire savoir pa ein commintaire, même laconique.

In attindant, l'sémaine qui vient, on orpalera d'cuisine grâce, bin seûr, aux orcettes de no beonne Fifinne !

(lexique : eine babillarte : une lettre / asteur : maintenant / quate chints : quatre cents / saim'di : samedi / des cacoules : des carabistouilles, des histoires inventées / adveiner : deviner / ein infant : un enfant / ichi : ici / eine eaute lanque : une autre langue / démépriser : mépriser / l'ceu : celui / eine feos : une fois / les cheonq clotiers : les cinq clochers / acouter : écouter / porméner : promener / les rulettes : les ruelles / l'leong : le long / seûr : sûr / au moinse : au moins / l'gardin : le jardin / les preones : les prunes / ein soucard : un sournois / dusque : où / inaperchu : inaperçu / l'aveine : l'avoine / ein maiguerleot : un homme très mince / les ossiéaux : les os / ein ouvrache : un ouvrage, un travail / ein cafouilleu : personne qui agit de façon désordonnée, qui ne sait pas par où commencé l'ouvrage / ein pouchéau : un porc, un cochon / quervé : ivre / pétête : peut-être / ein potieau d'cabaret : un pilier de bar / alfeos : parfois / quançque : lorsque, quand / l'sanche : la chance / l'louchet : la bêche (dans ce cas celle du fossoyeur) / anneoncher : annoncer / impanch'loutée : enceinte / platemint : platement / à m'mote : à mon idée / tamisse : tamise / l'hierpe : l'herbe / in guisse : en guise / wieot : cocu / ein aveule : un aveugle / ceulle : cette / l'ouel : l'oeil / l'bouque : la bouche / simpe : simple / ahais : oui / queompter : compter / là d'zeur : là-dessus / l'ieau : l'eau / l'maseon : la maison / mette les preones dins les quertins : phrase souvent entendue qui signifie parler avec emphase / ête estoqué : être abasourdi, frappé à mort / les canteus : les chanteurs / ête bin leon : être bien loin / tertous : tous / avoir l'bazin : être pris de tremblements / ein boursieau : une bosse, un hématome / ein queop : un coup / brichauder : gaspiller / les liards : l'argent / s'déméfier : se méfier / les cache-à-puches : personnes qui recherchent la bagarre,, qui cherchent continuellement noise / des mordiquéaux : des sales individus / batt'lier : batailler / bourrieauder : brutaliser / inveyer : envoyer / l'prumier artique : le premier article / les orcettes :les recettes).

S.T. mars 2017.

08:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Je prends toujours beaucoup de plaisir à lire vos articles en picard et à découvrir toutes les informations concernant Tournai et ses environs .
Merci monsieur Tranchant.

Écrit par : destrebecq jacqueline | 09/05/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.