24 févr.
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (397)

Ov'là orvenu l'temps des carnevals !

Ceulle sémaine, pou les carnevals, Edmeond i-a été acater ein feaux-visache et l'tiête d'l'heomme politique qu'i-aveot queusi a fait naîte eine broule dins l'ménache. Queomptez su mi pou vous espliquer quoisqu'i-s'a acore là passé. 

I-aveot décidé qu'pou participer, saim'di, au cortèche à Kain, i-alleot ête afulé tout simplemint in directeur d'Publifin. 

"Fifinne, surtout te n'deos pos t'in faire, cha n'va pos coûter treop tcher, je n'vas pos dépinser des liards pou les vêt'mints et te n'as pos d'raiseon d'ête triste, j'vas seul'mint mette m'costume d'mariache qui m'fait orsanner à ein ministre". 

"A m'mote qu'in l'mettant, te vas ichi avoir l'air fin, te sais bin qu't'as perdu vingt kileos et qu'te flottes d'dins".

"Ch'est de t'féaute, si j'flotte ainsin dins mes mareonnes, ch'est à causse de tous les soucis que te m'deonnes". 

Et ch'est eine nouvelle batale qui v'neot d'commincher, ein conflit, sans ultimatum qui, tout à n'ein queop, i-aveot éclaté.

"T'aveos pourtint toudis dit qu'ceulle ainnée, ch'est l'gille que t'areos fait !"

"Bé justemint, j'n'ai pos foutu d'cacoule, c'jour-là, i-est infin arrivé !".

Fifinne qui a l'cerveau lent et qui a toudis besoin d'eine précisieon, elle n'aveot, acore eine feos, pos du tout compris l'allusieon.

Jusqu'à là, vous l'avez ormarqué, cha orsanneot puteôt à eine guerre de trinchées mais, à c'momint-là, Edmeond ch'est eine véritape beombe qu'i-alleot lachée. 

"J'vas mette des eureos plein les poches de m'jupeon pou mi bin avoir l'air d'ein qui n'vit que pou l'pogneon".

Fifinne elle n'aime pos qu'on touche à les écolomies, elle warde jalous'mint ein p'tit pécule pou asseurer leu fin d'vie. 

L'réactieon elle n'a pos tardé, on l'a intindue berler :

"Holà, comarate, te vas toudis printe des billets d'monopoly comme cha dins les cabarets te n'saras pos finir l'nuit". 

Ch'est à momint-là dusque chez elle, l'franc i-a qu'minché à caire :

"J'comprinds quoisque te vas faire, asteur, te vas osoir, t'es bin seûr, mo bé... queulle affaire !".

"Mi j'pinseos que t'alleos faire l'gille ave les ceusses de Saint-Piat, j'éteos bin leon d'imaginer eine histoire comme cha. A propeos, à vouloir bin jeuer l'rôle du patreon d'Publifin, te n'risques pos aussi d'caire malate saim'di au matin ! Comme d'puis l'début te n'in as jamais minquer eine, on pourreot lir dins l'gazette l'sémaine pochaine : Edmeond, pou l'prumière feos, i-n'éteot pos là, eine heure avant l'départ i-a inveyé ein certificat !".

"T'as tout à fait raiseon, Fifinne, ch'n'est pos fort "éthique" d'orprésinter ein heomme qui s'chucre avé d'l'argint public". 

"Tins, au magasin, l'vindeu i-m'a dit que j'pourreos faire Serge Gainsbourg, que d'ailleurs i-trouveot que j'aveos s'n'allure quançqu'i-m'raviseot à... contre-jour !".

"I-n'a pos tout à fait tort, t'as d'jà comme li les orelles décollées et in puque, ce qu'i-n'sait pos, ch'est qu'ti aussi t'es toudis quervé".

"Mo Dieu, te peux bin rire d'mi, Fifinne, ti, t'es leon d'orsanner à Jane Birkin. Si te viens à Kain avé mi, te pourras tout jusse t'déguiser in Mimi Mathy. Ou bin alors, comme tous les jours te brousses, te n'as qu'à t'attifer in Marie-galousse". 

Les hostilités éteot'ent déclinchées et ch'éteot pos prêt d's'terminer. 

"Attinds, j'vas t'deonner ichi des démisses, te prindras aussi eine boutelle à t'main, ainsin arnicuré d'eine vielle quémisse, ch'est t'rôle pus vrai qu'nature que te moutreras à Kain, te n'devras même pos mette ein feaux visache su t'tiète, i-suffira tout simplemint d'printe t'n'habituel air biête".

On peut dire que cha voleot vraimint bas et mi j'n'aveos jamais intindu cha. 

I-est vrai qu'Fifinne, quançqu'on l'fait bisquer, bin vite s'lanque de vipère elle apparaît mais, pou eine feos, Edmeond i-n's'in est pos ortourné, i-li a dit tout douch'mint, sans s'démeonter :

"L'ceu qui déchire s'nez i-déchire s'visache, ceulle ormarque elle est gratuite !"

"Sache aussi qu'i-veaut mieux printe eine purche qu'eine feimme, l'méd'cine elle passe pus vite !".

I-paraît que ch'est presque tous les jours ainsin mais quançque j'sus à leu maseon, j'active l'frein, pou faire caire l'tinsieon et dévié l'conversatieon. 

"Hureus'mint que pou respecter les traditieons tournisiennes i-a 'cor des des bintes de dévoués, j'ai l'raminvrance des cris et des rires qui retintisseot'ent aux carnevals dins les rues d'no cité. On éteot même obligés d'printe ein parapuie pou s'protéger de l'pluèfe des caneons à confetti. Les infants i-z'aveot'ent l'esquite quançqu'i-veyeot'ent les sinches et les noirs sauvaches du groupe des Déchaînés. On voudreot faire eine confrérie ainsin asteur, on devreot toudis faire bin attintieon, pasque pou ein rien on mécontinte bramint d'associatieons. Aujord'hui, cha n'existe pus l'autodérisieon, on dépose plainte in justice pou ein oui ou pou ein neon. Ch'est vraimint au sièque des p'tits esprits qu'on vit, i-d'a toudis ein pou pinser qu'on s'fout d'li !".

"Dusqu'i-est l'temps des Pierreots et des Colombines, des Cartelettes et des Arlequins, des belles dames in ropes d'crinoline, des Gilles de Saint-Piat et des Pêcheurs Napolitains. J'warde toudis au feond d'm'coeur ce qu'mi j'appelle nos ainnées-bonheur. Te pouveos t'amuser et rire, i-n'aveot jamais quéquein pou t'agonir ".

Mais tout cha n'a pos d'importance pasque cha n'va pos nous impêcher, mes gins, d'faire l'fiête, saim'di après-deîner, dins les rues et su l'plache de Kain".  

(lexique : orvenu : revenu / les carnavals : le carnaval (ce mot est toujours au pluriel en patois) / ceulle : cette / acater : acheter / queusir : choisir / l'broule : la brouille, la mésentente / queompter : compter / quoisque : qu'est-ce que / acore : encore / l'cortèche : le cortège, la cavalcade / afuler : affubler, habiller de manière ridicule, bizarre / tcher : cher, onéreux / les liards : l'argent / orsanner : ressembler / à m'mote : à mon idée, selon moi / ichi : ici / les mareonnes : les pantalons / eine batale : une bataille / commincher (ou qu'mincher) : commencer / tout à n'ein queop : tout à coup / toudis : toujours / foute des cacoules : raconter des mensonges / l'jupeon : ce mot à Tournai désigne le veston / les écolomies : les économies / warder : garder / asseurer : assurer / berler : crier, hurler / comarate : camarade / printe : prendre / dusque : où / caire : tomber / asteur : maintenant / osoir : oser / queulle : quelle / les ceusses : ceux / ête bin leon : être bien loin / jeuer : jouer / minquer : manquer / inveyer : envoyer / orprésinter : représenter / s'chucrer : se sucrer / raviser : regarder / in puque : de plus / quervé : ivre, saoul / avé : avec / jusse : juste / brousser : bouder, avoir l'air renfrogné / attifer : se vêtir mais avec mauvais goût / eine Marie-galousse : une sorcière / des démisses : des vêtements usagés, des habits qu'on ne porte plus / arnicuré : vêtu, attifé / eine quémisse : une chemise / moutrer : montrer / faire bisquer : faire enrager / l'lanque : la langue / ortourné (ou ertourné) : retourné / L'ceu qui déchire s'nez i-déchire s'visache : expression qui signifie : celui qui médit des membres de sa famille fait tort à lui-même / eine purche : une purge, un laxatif / ainsin : ainsi / quançque : lorsque / des bintes : des bandes / avoir l'raminvrance : se rappeler, avoir le souvenir / ein parapuie : un parapluie / l'pluèfe (ou l'plouèfe) : la pluie / avoir l'esquite (ou avoir l'pépète) : avoir peur / les sinches : les singes / bramint : beaucoup / l'sièque : le siècle / de foute de : se moquer / les ropes : les robes / quéquein : quelqu'un / agonir : insulter / après-deîner : après-midi / l'plache : la place).

S.T. février 2017.

16:08 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.