18 févr.
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (396)

L'guernoule d'Edmeond.

J'sais d'puis lommint que m'n'amisse Edmeond, d'puis s'pus jeone âche i-a eine vraie passieon : quançqu'i-peut prévir à l'avanche (*) l'temps qui va faire, vous pouvez ête seûr que no gaillard i-est à s'n'affaire. Vous avez l'raminvrance que ch'est près d'Kain qu'i-d'meureot, i-resteot dins eine belle maseon de l'rue Montifeaut. Comme tous les beons gardéniers, i-aimeot savoir ce que l'ciel i-alleot li apporter. Si s'gardin i-aveot b'soin d'ieau, il falleot de l'pluèfe mais... pos treop. Si l'solel i-luiseot treop fort, ein p'tit neuache n'areot pos fait d'tort. Les penn'tieres éteotent plantées quançque l'terre commincheot à s'récauffer et i-n'areot jamais eu l'idée d'semer avant que l'lune rousse elle ne soiche passée. 

D'puis qu'in ville, su ein de nos quais, i-est v'nu habiter, su l'appui d'ferniête i-ravise ses géraniums pousser. I-a surlommé no ville "Tournai minérale", i-feaut dire qu'on y cope les arpes à l'rafale. Ceulle sémaine, accoudé au cassis,  Edmeond i-a brait, i- éteot tell'mint triste d'vir les ouverriers d'la ville abattent les charmes du quai Saint-Brice.

Asteur, Edmeond, ch'est avant tout pou s'santé qu'i-orwette l'météo tous les soirs su No Télé. S'n'organisme i-réagit au temps qui fait, ainsin i-souffère tout du leong d'eine ainnée. Breongile, allergies, orfroidiss'mints ou bin angile, ch'est ainsin pindant douze meos du prumier mai au trinte avril. 

Tout au leong d'eine sainte ainnée, s'feimme elle l'intind s'délaminter :

"J'sus seûr que l'temps i-va canger, j'sins des douleurs dins mes poignets",

ou bin :

"A m'mote que l'momint du pollen i-est arrivé, cha fait treos jours que je n'arrête pos d'éternuer",

ou acore :

"Et avé cha, i-feaut vir mes is, i-seont rouches de l'rache que j'ai catoupi".

Quançqu'i-fait freod, dins tout s'corps, i-orchins partout des lanchures, i-a du mau à s'tiête, à s'deos et à toutes les jointures. Quançqu'i-va caire de l'pluèfe, ch'est automatique, i-sins deux jours à l'avanche s'dérinvier ses romatiques. Quançque l'temps i-cange, i-a toudis hic et hac, finalm'int on peut dire qu'i-est toudis patraque.

A peine qu'in s'baissant, à ses reins, i-sint eine pétite gêne, i-va aussi vite querre ein paquet d'ouate "le Thermogène" (j'seûr que vous avez tertous connu ceulle ouate, ave l'imache d'ein diape qui crache des flammes su l'boîte). Eine feos qu'i-aveot des riches lanchures, i-n'a pos fait dins l'demi-mesure, comme ormète, i-a mis eine crème pou récauffer et eine couche d'ouate pou que cha fasse bin d'l'effet. Eine heure après i-aveot des cloques tout du leong de s'colonne vertébrale et, pou l'soigner, i-a fallu l'inveyer aux urginces de l'hôpital. I-éteot brûlé presqu'au deuxième degré et pindant quate jours su s'vinte i-est resté couché. 

"Bah, ch'est de m'feaute, si j'aveos su qu'i-alleot geler, j'areos rajouté ein p'tit gilet et mes reins i-areot'ent été protégés, mais l'velle i-aveot quéquein à l'maseon et j'aveos oblié d'raviser les prévisieons !".

Ein bieau jour, Fifinne li a dit :

"J't'ai d'jà dit que t'd'veos printe l'temps comme i-vient, in acoutant les prévisieons te t'in fais bin souvint pou rien. A partir d'asteur, ch'est décidé, au momint du bulletin su No Télé, j'vas printe l'télécomminde et su eine eaute caîne j'vas zapper".

Au bout d'deux jours, Edmeond qui n'aveot rien dit, i-est sorti in prenant, pa précautieon, s'parapluie. Tertous dins l'rue l'preneot pou ein annochint vu que l'solel brilleot d'mille feux au firmamint. 

"Te n'as pos ichi l'air fort optimiste Edmeond, su Vivacité, te n'as pos acouté les prévisieons".

In ravisant tout autour de li, on l'a vu rintré, in catimini, dins ein magasin qui vind d'nouvieaux animaux d'compagnie. 

"I-n'me feaut pos ein serpint ni eine grosse aronne, i-a pos d'détoule, je cache tout simplemint après eine pétite guernoule".

L'feimme li a deonné ein bieau bocal pou ortourner à s'maseon ave l'animal.

Quançque Fifinne, d'commissieons, elle est rintrée, elle a tout à n'ein queop vu l'batracien su l'(fausse) quémeinée.

"Ah neon, te vas m'in'lver cha tout d'suite, comarate, rien qu'à vir ceulle sale biête, j'vas caire malate".

In souriant, Edmeond i-a berlé comme ein fuchéau :

"J'te présinte l'nouvelle Mam'zelle Météo". 

I-a rajouté :

"Si elle reste au feond, i-n'va pos faire beon et si elle grimpe su l'éthielle, on sait qui va faire du solel".

"Bé j'ai bin l'foute d'ceulle mocheté, dins l'Esqueaut te vas aller l'ruer !".

"Ah mais pou cha, tout d'abord, i-faudra m'passer su l'corps, j'te présinte l'ceulle qui s'ra no'Miss Météo, Fifinne,  Tatiana cha s'ra l'neom de m'nouvelle copine !".

Li à qui, à causse de l'météo, on aveot d'jà copé l'imache, ceulle feos-chi, i-n'aveot même pus l'seon dins l'ménache.

Eine sémaine pus tard, sintant eine beonne naque venant de l'cuisine, Edmeond i-a d'mindé :

"Quoisque te fais pou deîner, Fifinne ?".

"L'surprisse du chef, te vas t'pourléquer les babines !" li a répeondu no brafe Fifinne.

I-sinteot meonter les ieaux, ch'est seûr, i-alleot faire bombance, comme on dit, l'maseon elle imbaumeot la Provence. 

Tout in souriant, Fifinne, de s'n'heomme, elle a ravisé s'tiête quancqu'i-a vu l'pétite paire de gampes cuites au mitan de s'n'assiette. 

"Quoisque ch'est qu'cha ? Milliards, ceulle espèce de maboule, elle m'a préparé des cuisses de guernoule !".

Edmeond i-a été vir su l'quémeinée, l'bocal i-n'éteot pus occupé. On l'a alors vu berdéler comme ein infant colérique, Fifinne elle aveot osu s'attaquer à l'statieon météorologique. 

L'geste, Fifinne, elle l'a bin vite orgretté pasqu'Edmeond, débalté, i-a menacé d'divorcer. 

Elle a bin essayé de l'raiseonner, i-n'a rien qu'i-a fait, i-feaut dire qu'elle aveot mal queusi les meots pou li parler.

"T'Tatiana, pindant toute l'journée, t'éteos toudis in train d'l'amidouler, j'aveos vraimint l'impressieon d'ête eine feimme trompée et, j'te l'avoue, au momint dusque j'ai qu'minché à l'fristouiller, j'aveos l'impressieon que j'éteos in train de m'vinger".

D'puis qu'ces faits seont arrivés, Edmeond i-est démoliné. Comme i-n'saveot jamais l'temps qu'i-alleot faire, i-est resté à s'maseon, sans sortir, pindant tout l'hiver. 

Ein soir d'l'été passé, Fifinne li a d'mindé :

"Te pinses qu'on va avoir d'l'orache, ravise j'sus ichi tout in nache et, pa d'zeur l'Meont de l'Ternité i-a des noirs neuaches?".

Edmeond i-a erlevé s'tiête et li a dit avé ein air biête :

"I-feaut printe l'temps comme i-vient, les prévisieons météo cha n'sert à rien, i-s'ra toudis temps d'aller t'mucher quançque les premiers queops d'tonnerre i-veont éclater". 

Je n'vas pos mintir, final'mint, je n'sais pos si déhors l'orache i-a éclaté mais ce que j'ai appris pa les visins ch'est que dins l'maseon on les a intindu bin berteonner !

(*) prévir à l'avanche cha s'appelle ein pléonasme,  pou prévir après, i-n'feaut pos ête fort doué ! 

(lexique : eine guernoule : une grenouille / lommint : longtemps / l'jeone âche : le jeune âge / quançque : lorsque / prévir : prévoir / à l'avanche : à l'avance / ête seûr : être sûr (dans le sens d'être certain d'une chose) / avoir l'raminvrance : avoir la souvenance, se souvenir / leu : leur / ein gardénier : un jardinier / l'gardin : le jardin / d'l'ieau : de l'eau / l'pluèfe : la pluie / ein neuache : un nuage / les penn'tières : les pommes de terre / commincher (ou qu'mincher) : commencer / récauffer : réchauffer / raviser (ou orwettier) : regarder / surlommer : surnommer / coper : couper / les arpes : les arbres / ceulle : cette / l'cassis : le châssis / braire : pleurer / vir : voir / asteur : maintenant / orwettier (ou raviser) : regarder / ainsin : ainsi / i-souffère : il souffre / l'breongile : la bronchite / l'orfroidiss'mint : le refroidissement / l'angile : l'angine / l'prumier : le premier / l'meos : le mois / s'délaminter : se lamenter, se plaindre / canger : changer / à m'mote : selon moi, à mon idée / treos : trois / acore : encore / le is : les yeux / rouches : rouges / de l'rache : tellement / avoir catoupi : avoir des démangeaisons / orchintir : ressentir / des lanchures : des élancements, des douleurs vives / avoir du mau : avoir mal / l'deos : le dos / caire : tomber / s'dérinvier : se réveiller / les romatiques : les rhumatismes / toudis : toujours / ête patraque : ne pas se sentir bien, ne pas être dans son assiette / querre : chercher / tertous : tous / ceulle : cette / l'imache : l'image / ein diape : un diable / eine feos : une fois / ein ormète : un remède / des cloques : des cloches, petites ampoules apparaissant après une brûlure / l'inveyer : l'envoyer / s'vinte : son ventre / l'velle : la veille / quéquein : quelqu'un / oblier : oublier / printe : prendre / acouter : écouter / eine caîne : une chaîne / ein annochint : un innocent / eine aronne : une araignée / avoir de l'détoule : avoir de l'embarras, de l'ennui / cacher après : chercher / tout à n'ein queop : tout à coup / l'quémeinée : la cheminée / comarate : camarade / berler : crier / ein fuchéau (ou ein fussiéau) : un putois / mam'zelle : mademoiselle / l'éthielle : l'échelle / j'ai bin l'doute : je me moque, je n'ai cure / l'Esqueaut : l'Escaut (le fleuve qui traverse Tournai) / ruer : jeter / l'seon : le son / eine beonne naque : une bonne odeur / quoisque : qu'est-ce que / deîner : dîner / s'pourléquer : se pourlécher / sintir meonter les ieaux : avoir une profonde envie de manger / les gampes : les jambes / au mitan : au milieu / berdéler : rouspéter, manifester son mécontentement / ein infant : un enfant / osu : osé / orgretté : regretté / débalté : ce mot possède plusieurs sens, pris ici dans celui de déchaîné / queusir : choisir / amidouler : amadouer, flatter, caresser / dusque : où / qu'mincher (ou commincher : commencer / fristouiller : cuisiner, préparer le repas / ête démoliné : être démoralisé / l'orache : l'orage / pa d'zeur : par-dessus / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité, autre nom désignant le Mont Saint-Aubert qui s'élève au Nord de Tournai / erlever (ou orlever) : relever / biête : bête / s'mucher : se cacher / les queops : les coups / les visins : les voisins / berteonner : se mot à plusieurs signification, ici pris dans celui de gronder).

S.T. février 2017.

09:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard. |

Les commentaires sont fermés.