11 févr.
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (395)

De l'arpe (ou bin du corps) déquintent les branques !

S'mopère et s'mamère li aveot'ent deonné l'préneom d'Eulalie mais pou les gins du ruache ch'éteot toudis l'pétite Lalie. D'puis s'pus jeone âche, Lalie éteot eine safriquette, on diseot même que ch'éteot eine pétite serpette. Combin d'feos elle est orvenue à s'maseon avé des boches, pasqu'avé les garcheons, elle écangeot toudis des taloches. 

I-n'falleot pos cacher bin léon, elle teneot cha de s'mopère, li, à s'n'ouvrache, avé tertous, i-éteot toudis in guerre. L'paufe mamère elle ne queompteot pus les meots, les punitieons, des ormarques orchues on areot pus faire eine collectieon. Dins ein vieux classeur qu'avant-hier au guernier j'ai démuché, j'ai ortrouvé les notes qu'aux parints l'maitresse aveot inveyées :

"Pasqu'i-n'vouleot pos la laicher copier, su l'tiête de s'visin elle a rinversé l'incrier !",

"N'voulant pos v'nir au tabléeau, Lalie a deonné ein queop d'pied dins l'séeau !",

"Lalie a rué des maclottes pa d'rière m'deos pindant que l'leçeon du jour au tabléeau j'écriveos !", 

"Vo file a ortourné l'séeau plein d'ieau su l'tiête du p'tit garcheon Porio !",

"Aujord'hui, Lalie n'a pos pu aller in récréatieon, de l'rache, à tous les garcheons, elle a foutu des cachireons". 

Des meots comme les ceusses que j'viens d'lire, bé, i-d'aveot des chintaines, s'mamère elle in orcheveot au moinse chinq pindant l'sémaine.  

Lalie n'vouleot vraimint rien faire, elle n'a pos eu l'certificat primaire et, toute défoutue, l'mamère s'demindeot ce que pus tard elle alleot faire.

L'médecin d'famile lui diseot de n'pos s'amarvoyer qu'avé l'temps tout cha alleot bin finir pa s'arringer.

"In attindant, comme de l'énergie elle d'a ein p'tit queop d'treop, i-feaut li faire faire du sport, pas eximpe, l'inscrire dins ein club d'judo". 

Là-vas, i-a pos à dire, elle a été dins s'n'élémint, Lalie, elle est vite dev'nue pou tertous "l'reine du tatami". Non seul'mint elle démolisseot ses adversaires mais même l'arbitre alfeos i-voleot in l'air. Quançqu'avé s'club, elle disputeot ein tournoi à l'étringer, tertous l'surnommeot'ent : Lalie, l'tigresse d'Tournai. A s'carrière sportive naissante on a mis ein point final, l'jour qu'elle a inveyé l'intraîneu à l'hôpital. Oeillarte, clavicule, gampe mais aussi bras cassés, pindant treos meos tout plein l'heomme i-est resté alleongé. 

Quançqu'elle l'a vu, avé ses béquiles, avancher dins l'salle de sport, elle a dit : 

"Bé, milliards, quoisque ch'areot été alors si j'aveos buqué fort !". 

Comme Eulalie elle ne vouleot surtout pos rester au chômache, pindant des meos, elle a caché après d'l'ouvrache. Perseonne dins les buréeaux de l'Onem n'oseot li ouvère ein dossier pasque tous les placheus aveot'ent l'esquite d'ête dégringués. Quançque, pa l'ferniête, dins l'rue, on la veyeot approcher, les imployés queureot'ent tout à n'ein queop querre leu café !

Ein bieau jour, elle a fait l'connissance du p'tit Marcel, in carrure, i-éteot... à peu près l'mitan d'elle. Ch'a été l'queop d'foudre pou Lalie, deux meos après i-est dev'nu s'mari. 

In apprenant ce qui v'neot de s'passer, les gins dins l'ruache qu'mincheot'ent à babiéler

"Mo... Bé, l'pétit rotleot i-va ête total'mint décarcassé, l'prumière feos qui veont batt'lier, li, ch'est pos aux urginces qu'on va l'trinsporter, ch'est chez Ladavid qu'on va l'ortrouver".

Bé neon, l'lune de miel et les meos i-se seont passés, dins l'maseon on areot intindu les mouques voler. Ch'n'est pourtant pos à Lourdes qu'i-z'aveot'ent été in voyache de noce mais tout à n'ein queop Lalie s'éteot assagie, elle n'aveot pus l'air si féroce. 

Alberte et Gilbert, les visins, i-ont découvert quoisqu'i-aveot là comme mystère. L'pétit Marcel, l'heomme à l'air maladieu, sans eine couche d'graisse i-aveot rapid'mint fini pa dompter Lalie l'tigresse. 

Et dire que l'brafe Marcel i-app'leot s'n'Hercule de ce p'tit neom charmant : "M'pétite libellule".  

On a tertous l'raminvrance qu'Eulalie dins jeone temps elle n'aveot rien appris. In clair, Eulalie d'ses dix deogts elle ne sait rien faire tandis que l'pétit Marcel, li, ch'est tout l'contraire. Ménache, orpassache, rassarcissache et fristoule, ch'est c'qu'on appelle, chez nous eautes, ein véritape mécoule. Pindant que s'mari i-éteot occupé à buer, à nettier et à erloqu'ter, Lalie, assise dins s'fauteul, raviseot l'catch, l'boxe ou l'judo à l'télé. 

Ave eine parelle activité, l'soir, Lalie elle éteot léon d'ête fatiguée. Adeon, ch'est pos étonnant qu'elle s'a vite ortrouvée impanch'lée. Comme elle n'aveot jamais fait les cosses à mitan, l'lutteusse de foire a mis au meonte deux infants. On les a app'lés Donald et Vladimir, (j'comprinds, cha vous prête pétête à sourire), l'pire dins toute ceulle affaire, ch'est que mes deux gins i-seont d'véritapes "va-t-in guerre". I-feaut les vir, i-seont toudis à l'tiête de l'ein l'eaute, eine feos ch'est l'ein qui qu'minche, eine eaute feos ch'est l'eaute. Bramint d'feos, elle a bin essayé d's'interposer, no Lalie, mais les deux albrans seont cait pa d'zeur à bras raccourcis. Elle a volé d'l'eaute côté de l'pièche important au passache, l'malhureux Marcel qui éteot occupé à faire l'nettiache

Tout cha s'a passé i-a pus d'quarante ans, d'puis lors i-ont bin grandi les deux infants. Donald i-est rintré, l'an passé, in politique, i-n'feaut pos queompter d'zeur pou les problèmes d'éthique, Vladimir, i-s'est ingagé comme mercenaire et peu partout su l'tierre i-va dusqu'i-a eine guerre. L'pétit Marcel i-est asteur à Mulette et Eulalie dins eine maseon d'ertraite. D'puis que l'soir, elle fait l'tournée des médicamints avé l'infirmière et i-n'd'a pus ein seul résident qui ose orfuser et faire des misères !

Dins l'cité des cheonq clotiers souvint on dit que les infants d'cat minch'tent volontiers soris !

(lexique : l'arpe : l'arbre / déquinte : descendre / les branques : les branches / s'mopère : son père / s'mamère : sa mère / l'ruache : populairement le quartier, la rue où on habite / toudis : toujours / jeone : jeune / l'âche : l'âge / eine safriquette : une petite fille délurée, vive, en avance pour son âge / eine serpette : une petite fille hargneuse, batailleuse / des boches : des bosses / les garcheons : les garçons / écanger : échanger / bin léon : bien loin / tertous : tous / queompter : compter / les meots : les mots / des ormarques : des remarques / orchues : reçues / démucher : découvrir, dénicher / inveyer : envoyer / laicher : laisser / l'visin : le voisin / ein queop : un coup / l'séeau : le seau / des maclottes : des boulettes de papier mâché / pa d'rière : derrière / l'deos : le dos / vo file : votre fille / l'rache : la rage, la colère / ein cachireon : une gifle / les ceusses : ceux / des chintaines : des centaines / chinq : cinq / défoutue : démoralisée, découragée / s'amarvoyer : se tourmenter, s'inquiéter / eximpe : exemple / là-vas : là-bas / pou : pour / alfeos : parfois / quançque : lorsque / eine oeillarte : un oeil au beurre noir / l'gampe : la jambe / treos meos : trois mois / avancher : avancer / quoisque : qu'est-ce que / buqué : frappé / cacher après : chercher / ouvère : ouvrir / les placheus : les placeurs / avoir l'esquite : avoir peur / ête dégringué : être démantibulé, être disloqué / l'ferniête : la fenêtre / queurir : courir / tout à n'ein queop : tout à coup / querre : chercher / l'mitan : la moitié / babiéler : bavarder / ein rotleot : un roitelet (oiseau), ce mot qualifie un individu de petit stature, une personne frêle / décarcasser : briser la carcasse / batt'lier : se battre / la Maison Ladavid : pompes funèbres à Tournai / les mouques : les mouches / tout à n'ein queop : tout à coup / maladieu : maladif, malingre / avoir l'raminvrance : se souvenir / les deogts : les doigts / ménache : ménage / l'oprassache : le repassage / l'rassarcissache (ou l'rassarcissure) : la reprise d'une étoffe, le raccommodage / l'fristoule : l'art de cuisiner, de préparer les repas / ein mécoule : un homme d'intérieur, un homme qui tient le ménage (l'homme rêvé !) / buer : faire la lessive / nettier : nettoyer / erloqu'ter : nettoyer les sols avec une serpillière humide / raviser (ou orwettier) : regarder / parelle : pareille / adeon : donc / ête impanch'lée : être enceinte (expression populaire et même un peu vulgaire) / les cosses : les choses / pétête : peut-être / ceulle : cette / vir : voir / qu'mincher (ou commincher) : commencer / bramint : beaucoup / les albrans : les garnements / caire : tomber / pa d'zeur : dessus / l'pièche : la pièce / importer : emporter / l'nettiache : le nettoyage / bin : bien / d'zeur : dessus / asteur : maintenant / ertraite : retraite / orfuser : refuser / les cheonq clotiers : les cinq clochers (la cathédrale N-D).

Les infants d'cat minch'tent volontiers soris : les jeunes de chat mangent volontiers les souris. Cette expression signifie que  "les enfants héritent des qualités et des défauts des parents", elle est employée le plus souvent dans le sens péjoratif.

S.T. février 2017.

10:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.