03 févr.
2017

Tournai: expressions tournaisiennes (394)

"Chez Edmeond", restaurant quate étoiles.

"Neon, neon, te n'vas pos d'jà ortourner, te vas rester ichi avé nous pou ti souper !".

Jeudi, quançque j'sus allé vir Fifinne et Edmeond, je m'attindeos pos du tout à minger à leu maseon !

J'aveos oblié qu'on éteot l'deux d'féverrier et qu'on fiêteot l'Cand'leur, l'jour dusque les inciens diseot'ent que l'hiver i-meurt ou orprind vigueur (asteur, ch'n'est pus aussi véridique d'puis qu'on parle du récauff'mint climatique). A six heures au soir, l'maseon elle a été invahie pa eine beonne naque, su l'étufe, Fifinne commincheot tout douch'mint à cuire ses coucoubaques

"Tout à fait inter-nous, l'Optimisse, te vas vir m'Fifinne, d'puis que j'l'conneos, elle a toudis fait de l'fine cuisine. M'feimme elle pourreot aller à Top-Chef, au Meilleu Pâtissier ou à des émissieons de l'sorte et Mossieu Etchebest, l'heomme qui berdèle comme ein inragé, creos-me, pa d'vant elle, i-areot l'gueule morte !".

Ave s'main droite, Fifinne ortourneot les coucoubaques in les lanchant bin héaut et in même temps, dins s'main gauche, elle teneot, bin serrée, eine pièche d'ein ou deux eureos.

"I-a ein dicteon qui dit qu'i-feaut faire ainsin pou, pindant l'ainnée, gagner bramint d'argint. Bé, ch'n'est pos in wardant dins t'main eine pièche d'ein eureo que cha va, eine seule feos, t'faire gagner au Lotteo". 

Su l'tape du saleon, les cocoubaques toutes quieaudes elles éteot'ent arrivées, i-aveot de l'castonate, du chuque blanc, de l'confiture et de l'pâte d'chucolat dins des p'tits peots posés à côté. Rien qu'à les vir, no n'Edmeond i-béffieot pasque ch'est vrai que cha nous fouteot les ieaux.

Tout à n'ein queop, Edmeond i-s'a mis à canter :

"Ah, les coucoubaques, les coucoubaques toutes quieaudes qu'on f'ra pou nous eautes, queu beonheur on ara quançqu'on les mingera".

Fifinne elle l'a ravisé et li a déclaré :

"Ahais... admetteons, ch'est pos tout à fait cha, au moinse, j'ai orconnu l'air, mais mi, j'préfère l'intinte, l'lindi, ave Annie Rak su Vivacité, canté pa Pascal Winberg. In attindant, l'Optimisse j'vas t'deonner l'orcette que j'ai copiée, ainsin, à t'maseon, te pourras in faire pindant l'ainnée.

Pou douze coucoubaques :

chint chinquante grammes d'fareine que te vas querre au moulin, elle est bin pus fraîque que l'ceulle qu'on acate dins les magasins, chinquante grammes d'Maïzena, quate oués, eine pincée d'sel fin et l'équivalent d'eine jatte d' lait. Te rajoutes de l'huile, treos cuillerées et bin intindu de l'levure du boulinger. Si te veux qu'elles soichent leugères, à l'plache te peux mette de l'bière".

"Avé ein parel breuvache, là, j'comprinds qu'ch'est beon, du queop, j'sus seûr que cha deot plaire à Edmeond !".

L'minteon dégoulinant d'castonate, l'bouque toute pleine, l'paufe Edmeond i-n'parveneot pus à in placher eine : 

"Tout jusse et, si dins l'préparatieon, ch'est de l'Meont Saint-Aubert que t'mets, te peux ête seûr que l'goût i-va atteinte les sommets. J'appelle cha les "coucoubaques Monique" et elles seont leugères et pos du tout élastiques".

"Les coucoubaques Monique, l'ov'là 'cor qui raqueonte des sornettes"

"Bé... neon, neon, on peut les invinter, on dit bin des crêpes Suzette".

"Tins, te n'as jamais mingé m'tarte au gambeon, ahais, on n'moute pos cha à l'télévisieon :

Pou l'garniture, i-feaut deux chint chinquante grammes d'blancs d'porieons, deux chint chinquante grammes d'chicons, deux chint chinquante grammes d'champigneons, chinq belles tranques d'gambeon sans la couanne et deux chint chinqante grammes d'crème fraîque bin épaisse (non chuqrée bin seûr).

Pou l'tarte : te prinds cheonq chints grammes d'fareine (que t'as été querre au moulin pasque ch'est meilleu qu'au magasin, j'te l'ai d'jà dit), chint chinquante grammes d'bure que t'as mis à ramollir, eine verre d'ieau, du sel (pos d'treop ch'est pos treop beon pou l'santé) et ein oué.

Te vas qu'mincher pa préparer l'pâte à tarte et l'réserver comme on dit chez les grands cuisiniers. Te vas émincer tes porieons, chicons et champigneons. Dins eine païelle, te vas les faire orvenir dins d'l'huile (m'mamère elle preneot d'l'huile des Bénédictins qui v'neot d'Obigies, tins, j'veos acore l'boutelle pa d'vant mes is). Te laiches évaporer l'ieau (on appelle cha faire suer) et te rajoutes l'gambeon, t'ormets à cuire treos ou quate minutes. Après t'ajoutes l'crème fraîque et te touilles pou avoir eine beonne consistance. Si l'gambeon i-est salé, ch'est pos l'peine de rajouter bramint d'sel. Te cauffes l'four à 180-200°, te mets du bure et ein peu d'fareine su ein moule, t'étales l'pâte pou qu'elle déborde du moule tout in wardant ein morcieau pou orcouvrir l'tarte. Te verses pa d'zeur l'préparatieon (légueimes et gambeon), t'orfermes ave l'restant d'pâte, te n'oblies pos d'faire eine pétite quémeinée au mitan, te badigeonnes l'tarte ave du guéaune d'ouè et te mets au four pou eine pétite demi-heure (mi, j'queompte toudis vingt-chinq minutes). N'oblie surtout pos d'printe des maniques pou ortirer l'plat du four pasqu'ein jour Edmeond i-a brûlé ses deogts. Te n'as pus qu'à servir bin quieaud ave ein beon verre d'vin.

Ch'est ce qu'on appelle ein glout-bec, no n'amisse Edmeond, et i-sait bin que l'meilleu restaurant ch'est acore à s' maseon. Quançque Fifinne prépare l'cuisine et la sert, i-serre les is et pinse qui s'truèfe à l'Tour d'Argent ou bin chez Lasserre. I-a l'ergard qui s'voile et i-a s'coeur dins les étoiles. 

In terminant ceul artique culinaire, j'vous avoue que j'sus ein peu défoutu : jusqu'asteur, pou lire m'blog, i-n'a pos bramint d'feimmes qui seont venues. On dit qu'on attrape pos les mouques avé du veinaique ainsin no beonne Fifinne, tous les deux meos, elle vous offrira eine de ses orcettes de cuisine.

(lexique : ortourner (ou ertourner) : retourner / ichi : ici / quançque : lorsque / féverrier : février / dusque : où / orprinte (ou erprinte) : reprendre / asteur : maintenant / l'récauff'mint : le réchauffement / l'naque : l'odeur, le parfum / l'étufe : l'ancien poêle à charbon ou à bois, à pot rond relié à la cheminée par une longue buse / commincher (ou qu'mincher) : commencer / les coucoubaques : les crêpes / inter-nous : entre-nous / vir : voir / toudis : toujours / berdéler : rouspéter, manifester son mécontentement / pa d'vant : devant / avoir l'gueule morte : rester muet d'étonnement, ne plus savoir que dire / lancher : lancer / ainsin : ainsi / bramint : beaucoup / warder : garder / eine pièche : une pièce / quieaude : chaude / l'castonate : la cassonade, la vergeoise (plus utilisé en France) / du chuque : du sucre / du chucolat : du chocolat / beffier : baver / foute les ieaux : donner envie de quelque chose de bon, faire saliver / tout à n'ein queop : tout à coup / canter : chanter / nous eautes : nous autres / raviser (ou orwettier) : regarder / l'orcette (ou l'ercette) : la recette / chint chinquante : cent cinquante / l'fareine : la farine / aller querre : aller chercher / fraîque : fraîche / l'ceulle : celle / acater : acheter / quate oués : quatre oeufs / treos : trois / leugères : légères / parel : pareil / du queop : du coup , dès lors / ête seûr : être sûr / l'bouque : la bouche / placher : placer / tout jusse : tout juste / l'ov'là : le voilà / tins : tiens / l'gambeon : le jambon / ahais : oui / moutrer : montrer / des porieons : des poireaux / des tranques : des tranches / la couanne : la couenne, l'enveloppe du jambon / chuqrée : sucrée / l'bure : le beurre / l'ieau : l'eau / eine païelle : une poêle / orvenir (ou ervenir) : revenir / m'mamère : ma mère / les is : les yeux / laicher : laisser / touiller : mélanger / pa d'zeur : par dessus / les légueimes : les légumes / eine quémeinée : une cheminée / au mitan : au milieu / du guéaune d'oué : du jaune d'oeuf / queompter : compter / des maniques : morceaux de tissus permettant de retirer un plat du four sans se brûler / les deogts : les doigts / ein glout-bec : un fin gastronome / l'ergard (ou l'orgard) : le regard / ceul artique : cet article / défoutu : déçu, démoralisé / les mouques : les mouches / l'veinaique : le vinaigre)

S.T. février 2017. 

09:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Excellente idée Serge, peux-tu penser aux recettes tournaisiennes moins connues que le lapin?
Amitiés

Écrit par : nelly Hélin | 03/03/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.