01 févr.
2017

Tournai : balade en ville - le quartier Sainte-Marguerite !

Nous poursuivons notre balade par les rues de la cité des cinq clochers, une promenade entamée la semaine dernière. Après les environs de l'Hôtel de Ville et de la place Reine Astrid, toujours sur des photos datant d'une dizaine d'années, nous partons à la découverte de lieux que les multiples chantiers qui fleurissent un peu partout en ville n'ont pas (ou très peu) modifiés.

Nous avions terminé la balade précédente dans la rue de France, une petit rue qui débouche dans le haut de la rue Saint-Martin où se trouvait jadis la ferme Casterman. Cette fois, nous descendons la rue As-Pois qui rejoint la place de Lille. Nous allons donc en grande partie parcourir le quartier Sainte-Marguerite.

La rue As-Pois est une longue rue, un peu pentue, aux maisons ouvrières occupées jadis par les "balotils", ces ouvriers tisserands à domicile, des hommes qui tissaient principalement des bas sur des métiers installés au sein même de leur modestes habitations. 

2005 Tournai rue As-Pois.JPG

1. Jadis les maisons de la rue As-Pois étaient occupées par des "balotils", ouvriers tisserands à domicile. 

Dans cette rue, on peut admirer de nombreux exemples de maisons de type tournaisien construites en briques et pierres avec de larges corniches dites "à corbeaux" dépassant largement. Les briques étaient, le plus souvent, recouvertes d'un couleur rouge.

2006 Tournai maison rue As-Pois.JPG

2. Dans la rue As-Pois, on découvre encore des maisons tournaisiennes typiques.

C'est dans la rue As-Pois qu'est né le baryton tournaisien Jean Noté dont nous avons retracé la biographie au sein de ce blog (Pour en prendre connaissance, il suffit d'encoder son nom dans la case "rechercher" située dans la colonne de droite, sous les liens)

2006 Tournai maison natale Jean Noté.JPG

3. Emplacement de la maison natale de Jean Noté, baryton à l'Opéra de Paris. 

Nous voici arrivés sur la place de Lille, au milieu de celle-ci se dresse la "colonne française" érigée en hommage aux soldats français partis défendre la toute jeune Belgique lors du siège d'Anvers en 1831. L'empereur Guillaume des Pays-Bas avait envoyé ses troupes afin de reprendre le territoire qui était sous sa gouvernance avant l'indépendance de notre pays.  

2005 Tournai colonne française.JPG

4. Sur la place de Lille, la déesse de la "Colonne Française" a le regard dirigé vers la France distante d'une dizaine de kilomètres.

Quittant la place de Lille par la rue Dorée nous parvenons à la place Rogier de le Pasture du nom de ce peintre tournaisien devenu, à Bruxelles, Roger Van der Weyden (voir article paru sur le blog). Sur celle-ci, on peut encore admirer le porche de l'abbaye de Saint-Médard qui s'étendait jadis jusqu'à l'église Sainte-Marguerite.

Tournai, balade, quartier sainte-marguerite, rue perdue, rue as-pois,

5. Porche de l'ancienne abbaye de Saint-Médard à la place Rogier de le Pasture. 

En faisant une petite infidélité au quartier Sainte-Marguerite, nous empruntons la rue Perdue et découvrons un personnage connu des enfants du monde entier : "Martine et son chien Patapouf". Cette statue rappelle que les livres des auteurs tournaisiens Marcel Marlier et Gilbert Delahaye qui l'ont emmenée dans de multiples aventures étaient imprimés à Tournai par Casterman.

Tournai Martine et Patapouf.jpg

6. A la rue Perdue, Martine et Patapouf veillent jour et nuit !

La statue de Martine se trouve au pied du "Fort Rouge " un des vestiges toujours visibles d'une des enceintes de la ville. Celui-ci a été rénové, au début du XXIème siècle. 

2006 Tournai le Fort Rouge (4).JPG

7. Le "Fort Rouge" vu de la rue Perdue.

2006 Tournai le Fort Rouge (1).JPG

8. Le "Fort rouge" vue du square Delannay.

Le Fort Rouge se trouve à l'entrée du "square Delannay" (du nom du pilote tournaisien abattu près de Saint-Trond par la chasse allemande, le premier jour de la seconde guerre mondiale, il fut le premier militaire belge à perdre la vie au cours de ce conflit). Ce square est un passage entre la rue Perdue et la Grand-Place. Au centre de celui-ci, on découvre le mémorial au pilote disparu (voir article qui lui a été consacré sur ce blog).

2005 Tournai le square Delannay.JPG

9. Le "square Delannay" permet le passage entre la rue Perdue et la Grand-Place. 

Nous voici revenu dans le quartier Sainte-Marguerite, par la place Rogier de le Pasture nous arrivons à la rue Roc Saint-Nicaise. Nous y découvrons également une rangée de maisons tournaisiennes. C'est dans cette rue qu'est né le peintre tournaisien qui a donné le nom à la place (voir article que nous lui avons consacré). Une pierre, hélas, plus trop lisible, a été apposée sur la maison construite à l'emplacement du lieu de naissance, pratiquement en face du Musée des Armes. 

Tournai, balade, quartier sainte-marguerite, rue perdue, rue as-pois,

10. Rangée de maisons tournaisiennes à la rue Roc Saint-Nicaise

(documents photographiques de Francis Bauduin - Renelde Rauwers (n°6) et de l'auteur (n°1)).

S.T. janvier 2017.

Commentaires

Une balade très agréable sur une ville frontalière très animée, merci pour votre visite sur mon blog. A bientôt, Philippe.

Écrit par : Philippe | 01/02/2017

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.