14 janv.
2017

Tournai : expressions tournaisiennes (391)

L'bac i-s'ortourne toudis sur l'pourchéau.

J'aime bin Fifinne mais ch'est alfeos eine saprée lanque d'vipère, ch'est bin simpe, ave s'lanque elle f'reot pinte s'mopère et s'mamère. Vous voulez des prouèfes de c'que j'dis, j'vas vous raqueonter ce qui s'a passé verdi.

Quançqu'à leu maseon j'sus arrivé, j'ai croisé ein ménache su l'palier. A l'porte de l'appartemint, Fifinne leu f'seot ein signe de la main. Dins l'couloir dusque j'éteos à peine rintré, elle commincheot d'jà à les démépriser :

"Te les as vus, mes deux gins, ch'est Raymeond et Louiseon, i-n'vienne'tent qu'eine feos l'an à no maseon. Quançque t'es arrivé, te les as vus déquinte, te n'truèfes pos qu'on direot Mardi Gras et Mercredi des Chintes. Li, ch'est eine boule, i-est aussi héaut qui n'est greos, elle, elle tient tout de s'mopère qu'i-éteot ein grand maiguerleot".

J'éteos à peine assis qu'elle a orpris :

"Raymeond, cha n'a jamais été ein vaillant, i-a ouvré au qu'min d'fier mais i-a toudis préféré l'ouvrache fait que l'ceu à faire, en veyant s'manque de goût pou l'traval, i-l'ont foutu à l'huche et, du queop, cha n'a pos fait ein pli, i-a décidé d'rester dins s'camuche. D'puis d'c'momint-là, ch'est "l'ménache du couleon" et je n'truèfe pos cha normal, l'imblavé i-n'est même pos gêné que ch'est l'fumelle qui norrit l'marle. In puque, i-n'est pos cras à léquer les murs, l'Raymeond, i-est même pus souvint au cabaret qu'à s'maseon. Louison après s'journée, elle nettie, elle erpassse et l'attind tout in préparant l'deîner mais quançqu'i-orvient i-meonte directemint à s'lit tell'mint i-est pleombé".

L'paufe feimme elle est aussi maigre que li i-n'est greos. Te l'as vue, je n'mins pos, ch'est eine véritape carilleon d'ossiéaux. Elle a attrapé eine mauvaisse croque l'hiver dernier et on peut dire que d'Mulette elle est eine rescapée. On intindeot les visins parler tout bas et dire qu'elle éteot ein osieau pou l'cat, qui n's'reot'ent vraimint pos surpris si, ein bieau jour, on areot anneonché que l'paufe file aveot fait ses treos tours. Te pinses pétête, qu'à l'hôpital, c'quervassin i-areot eté l'vir, bé neon, neon, ch'est su l'banquette du bistreot qui préféreot s'assir. A causse d'cha, bé, cha fait des meos que mes deux gins i-n'écange'tent pus ein meot. Si acore quançqu'i-a bu i-n'sereot pos violent, qui s'reot alfeos pus soyeu qu'méchant, neon, te peux d'minder à Edmeond combin d'feos, Louison elle a orchu des cachireons. Dins l'temps, quançqu'on habiteot acore à l'rue Montifaut, elle metteot ein fichu pou mucher ein boursieau ou bin des neunettes d'solel pou n'pos vir l'oeillarte à s'n'ouèl".

"Cha s'appelle eine pléonasme ce qu'te viens d'faire, j'n'ai jamais vu eine oeillarte à eine eaute affaire".

Edmeond qu'i-aveot pinsé faire ein beon meot, comme toudis, i-a bin vite eu s'feimme su l'deos.

"Mo Dieu, te f'reos mieux de t'taire, Edmeond, pasque te peux deonner l'pétit deogt à Raymeond. T'as oblié l'temps dusqu'on éteot à l'rue Montifaut et que te l'rincontreos tous les soirs dins l'même bistreot". 

"Ch'éteot pou éviter que l'cat soiche dins l'horloche, j'alleos l'erquerre, te comprinds... j'ai toudis eu beon coeur !".

"Ahais, te m'espliqu'ras, Mossieu le bon cœur, pourquoi te rintreos avé li à minuit in étant parti de l'maseon à siept heures !".

Pindant ceulle conversatieon inter Fifinne et Edmeond, j'ai ormarqué su eine armoire eine série d'candelles.

Pou canger d'sujet, j'ai d'mindé :

"Et alors Fifinne te vas ermette tes décoratieons d'Noël ?".

" Cha là !... Neon, neon, j'ai toudis intindu dire pa m'mopère que gouverner ch'éteot prévoir et l'sémaine qui vient, mi, j'n'ai pos du tout invie de m'ortrouver dins l'noir. Comme on a arrêté bramint d'cintrales nucléaires in Belgique, si i-fait très freod comme on l'préveot, on risque de n'pus avoir d'élestrique".

Edmeond i-a souri et i-a dit :

"Mo Dieu, bé, ch'n'est pos dramatique, allez, on restera bin au quieaud dins no lit pindant l'journée et à l'fin de l'nuit on acout'ra à l'radio pou savoir quançque l'courant i-s'ra rétabli".

"Te ne pourreos pos acouter l'radio si i-n'a pos d'courant, busie ein p'tit peu à ce qu'te dis, grand imbécile"

"Ah beon, pasque Madame "qui sait tout" elle n'sait pos 'cor que l'apparel i-marche avé des piles". 

A c'momint-là, on aveot toudis d'l'élestrique mais l'ambiance elle éteot d'jà dev'nue... atomique !

(lexique : toudis : toujours / l'pourchéau : le cochon / l'bac s'ortourne toudis su l'pourchéau : une mauvaise action se retourne toujours sur son auteur / alfeos : parfois / saprée : sacrée / pinte : pendre / s'mopère et s'mamère : son père et sa mère / des prouèfes : des preuves / verdi : vendredi / quançque : lorsque / ein ménache : un ménage, un couple / dusque : où /commincher (ou qu'mincher) : commencer / démépriser : dire du mal de quelqu'un, diffamer, discréditer / Mardi Gras et Mercredi des Chintes : ces deux jours diamétralement opposés désignent un couple composé d'un petit gros et d'un grand maigre / li : lui / ein maiguerleot : un maigre, un malingre / orprinte (ou erprinte) : reprendre / ouvrer : travailler / au qu'min d'fier : au chemin de fer / l'ceu : celui / foutre à l'huche : mettre dehors, mettre à la porte, licencier / du queop : du coup, dès lors / l'camuche : le nid / l'couleon : le pigeon / l'imblavé : l'orgueilleux, le faiseur d'embarras / l'fumelle : la femelle / norrir : nourrir / l'marle : le mâle / in puque : de plus / ête cras à léquer les murs : il n'est pas gros pour rien / nettier : nettoyer / repasser (ou orpasser) : repasser / l'deîner : le dîner / ête pleombé : être ivre, en tenir une bonne comme on dit populairement / ein carilleon d'ossieaux : littéralement un carillon d'os, désigne une personne qui n'a que la peau sur les os / eine mauvaisse croque : une maladie grave / Mulette : désigne le cimetière du Sud à Tournai, son nom lui serait donné par la première personne qui y a été inhumée / les visins : les voisins / ête ein osieau pou l'cat : être un oiseau pour le chat : ne plus en avoir pour très longtemps / anneoncher : annoncer / faire ses treos tours : mourir / pétête : peut-être / l'quervassin : l'ivrogne / vir : voir / à causse : à cause / cha : cela / ein soyeu : personne embêtante, on dit aussi en patois : quéquein qui fout l'barpe, un personne qui nous barbe / orchevoir : recevoir / des cachireons : des gifles / ein fichu : un foulard / mucher : cacher, dissimuler / ein boursieau : une enflure, une bosse / des neunettes : des lunettes / eine oeillarte : un œil au beurre noir / l'ouèl : l’œil / l'deos : le dos / l'deogt : le doigt / oblier : oublier / l'cat i-est dins l'horloche : il y a une mésentente dans le ménage / erquerre (ou orquerre) : rechercher / siept : sept / inter : entre / les candelles : les chandelles, grande bougies qu'on met en offrande à l'église / canger : changer / ermette (ou ormette) : remettre / bramint : beaucoup / l'élestrique : l'électricté / au quieaud : au chaud / acouter : écouter / busier : penser, réfléchir).

S.T. Janvier 2017.

10:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.