10 janv.
2017

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (13)

C'est un lieu hautement touristique de la Wallonie picarde que nous allons maintenant découvrir.

Le Mont de l'Enclus.

La Wallonie picarde possède deux élévations : le Mont Saint-Aubert (147 mètres d'altitude) situé à moins de cinq kilomètres au Nord de Tournai et le Mont de l'Enclus (141 mètres), un sommet partagé entre Wallonie et Flandre distant d'une dizaine de kilomètres de son voisin tournaisien.

Lors de la fusion des communes du 1er janvier 1977, les quatre villages que sont Amougies, Anseroeul, Orroir et Russeignies ont décidé, d'un commun accord, d'appeler la nouvelle entité du nom de ce lieu touristique connu aussi bien en Flandre (sous le nom de Kluisbergen) que dans le Nord de la France : le Mont de l'Enclus.

Chaque année, des milliers de sportifs se donnent rendez-vous sur ses pentes pour assister au passage de ce monument des courses cyclistes qu'est le "Tour des Flandres" mais aussi à celui d'autres épreuves flamandes du début de saison. Que les coureurs viennent de Ruien (montée de 1km1) ou d'Orroir (montée d'un kilomètre), ils doivent affronter une déclivité maximale comprise entre 11 et 12 %. Chaque week-end, des centaines de cyclotouristes venus de Belgique et de France mettent également ces montées au programme de leur circuit.  

Le Mont de l'Enclus est un lieu de promenades. Les visiteurs sont accueillis à la "Maison des Randonneurs" où leur sont fournies toutes les indications nécessaires afin d'effectuer, dans les bois, du jogging, des balades à pied, à vélo et même à cheval. Sur la petite place située au sommet, restaurants, cafés et magasins ne désemplissent pas à la bonne saison.

Un village attire plus particulièrement l'attention, celui d'Amougies qui connut son heure de gloire du 24 au 28 octobre 1969 en accueillant un des plus grands festivals pop organisés sur le continent européen, une organisation dont l'affiche n'avait rien à envier à ceux de Monterey, de Woodstock ou de l'île de Wight. En principe, ce festival devait avoir lieu à Paris ou à Tournai, mais les autorités de l'époque, assez rétrogrades et échaudées par les manifestations de mai 68, ne voyaient pas d'un bon œil la mise sur pied d'un tel événement sur leur territoire. Pendant plus d'une semaine, les habitants tout d'abord craintifs puis amusés virent des milliers de hippies envahir pacifiquement les rues de leur village. Ils étaient venus écouter les concerts de "Pink Floyd", "Ten Years After", "The Nice", "Frank Zappa", "Archie Sheep", "Yes", "Soft Machine", "Art Ensemble of Chicago", "East of Eden", "Zoo", du groupe français "Martin Circus", "Alexis Korner", "Pretty Things", "Sam Apple Pie" et des dizaines d'autres représentants de la musique de l'époque. Les organisateurs attendaient environ 25.000 spectateurs, ils en dénombrèrent 80.000 et le commerce local tira de substantiels bénéfices de ces journées. Dans le film consacré à ce festival, le boulanger local avoue avoir ouvert son magasin 24h/24 afin de ravitailler tout ce petit monde.

En 2017, le village d'Amougies a, de nouveau, été choisi pour être le théâtre d'un grand festival : le "W-Waves", le New-Wave and électronic pop festival qui aura lieu, du 17 au 21 août, sur l'aérodrome destiné d'ordinaire aux baptêmes de l'air et au vol à voile. On annonce la venue de "The Human League", "Front 242", "Anne Clarck", "Fischer-Z", "Peter Hook", "The Damned", "China Crisis", "Desireless", "la Lune Noire", "Honeymoon Cowboys" et bien d'autres. Combien seront-ils cette fois ? L’avenir nous le dira.

L'église Saint-Bavon d'Amougies renferme un caveau contenant les restes funéraires de neuf ducs de Montmorency.

A Anseroeul, la Ferme de la Grande Croix a été construite en 1737 sur l'emplacement du château du Seigneur du lieu, Gérard de la Croix, un édifice détruit en 1635. 

Russeignies est un village agricole situé au pied du Mont de l'Enclus. 

(sources : site de la commune et visites personnelles);

S.T. janvier 2017. 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.