30 déc.
2016

10:13

Tournai : Meilleurs voeux

Une année est un itinéraire de vie qui ne se calcule pas en kilomètres mais en mois. Le pèlerin qui y chemine tout au long des jours et des semaines découvre des paysages magnifiques, vit des rencontres extraordinaires, partage des émotions et doit parfois faire face à la souffrance. Il arrive, en effet, que le chemin soit plus difficile, que la pente soit plus raide et le parcours plus tortueux, une année n'est jamais une avenue bien plane qui nous amène du 1er janvier au 31 décembre. 

L'Optimiste souhaite encore vous accompagner sur ce long chemin et vous permettre d'encore mieux connaître sa ville, Tournai, la cité des cinq clochers.  

A ceux qui viendront régulièrement faire un bout de route avec lui, l'Optimiste souhaite une très bonne année 2017 parsemée de moments de joie, d'instants de bonheur et marquée par une santé excellente. 

Bonne Année !

Et comme direot'ent nos deux amisses Edmeond et Fifinne :

"Eine beonne et hureusse, mes gins, on espère acore ête là, l'saim'di qui vient"

10:13 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai voeux |

19 déc.
2016

09:59

Tournai : Noël "magique" aux cinq clochers

La "magie" de Noël !

Il n'y a pas de Noël sans sapin illuminé, sans crèche, férie lumineuse et chants traditionnels, tout cela fait partie de l'ambiance, du décor, de la magie de cette fête attendue par petits et grands. Celle-ci, au pied des cinq clochers, a été décuplée grâce à la présence dans les rues et sur les places d'un petit magicien mondialement connu.

2016.12 Tournai d'hiver (1).jpg

 

2016.12 Tournai d'hiver (25).jpg

Le sapin trône fièrement au milieu de la Grand-Place pas bien loin d'une crèche aux personnages grandeur nature 

2016.12 Tournai d'hiver (3).jpg

 

 

                                                                    2016.12 Tournai d'hiver (5).jpg

2016.12 Tournai d'hiver (6).jpg

 

 

 

 

Des nains bienveillants, des statues de bois, des surprises à découvrir, çà et là, lors de balades, un travail entièrement réalisé par les ouvriers communaux qui ne comptent pas leurs heures, durant l'année, pour créer ces personnages sortis de rêves d'enfants.

 

 

 

 

2016.12 Tournai d'hiver (19).jpg

 

 

 

2016.12 Tournai d'hiver (17).jpg

 

2016.12 Tournai d'hiver (23).jpg

 

 

Un petit soldat de bois, de jolis lutins et un orchestre de "Bonhommes de Neige".

 

 

 

 

 

Et la voici prête à s'envoler pour l'école des magiciens !

2016.12 Tournai d'hiver (14).jpg

 

 

 

2016.12 Tournai d'hiver (13).jpg

Ils sont là, la rencontre est parfois surprenante !

2016.12 Tournai d'hiver (12).jpg

2016.12 Tournai d'hiver (24).jpg

Embarquement immédiat dans le "Poudlard Express" pour une promenade magique ou sur le manège enchanté !

2016.12 Tournai d'hiver (21).jpg

 

 

2016.12 Tournai d'hiver (20).jpg

 

tournai,tournai d'hiver,marché de noël,magicien

 

tournai,tournai d'hiver,marché de noël,magicien

                                  A la vue de certaines façades (comme ici à la rue Perdue), on rêve d'Angleterre !

L'Optimiste vous souhaite un joyeux Noël dans la Paix et la Solidarité avec les plus démunis de notre Société !

Photos : R. Rauwers

S.T. décembre 2016. 

 

09:59 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, tournai d'hiver, marché de noël, magicien |

16 déc.
2016

13:37

Tournai : expressions tournaisiennes (389)

L'disparitieon d'Edmeond.

L'histoire que j'vas aujord'hui vous raqueonter, elle s'a passée verdi pindant l'avant-deîner. Fifinne et Edmeond i-aveot'ent décidé d'aller faire ein tour aux Bastieons mais i-z'aveot'ent oblié que l'indreot i-éteot in pleine rénovatieon. I-se seont acore moinse doutés quoisqu'i-alleot là-vas leu arriver. Pou bin vous faire vife ceulle affaire dramatique, j'vas essayer d'respecter l'orte chronologique.

9 heures : Edmeond et Fifinne seont su l'quai, l'porte de l'maseon elle est serrée à clé. L'quai Saint-Brice et l'Luchet d'Antoing, ch'est leu qu'min habituel pou aller au magasin. 

9 heures et d'mi : i-seont arrivés tout bouboule, hureus'mint i-n'a pas acore là foule.

9H35 : comme à chaque feos, ch'est eine capelle obligée, i-veont au bistreot tout près de l'porte d'intrée. Fifinne comminde ein verre de limonate, Edmeond li dit que ch'est boisseon pou les malates. Li, ch'est à l'Bush qui carbure, ein bière pou les vrais, pou les durs. L'pinte i-va la chiffler in deux temps treos mouv'mints, i-n'a jamais eu l'gosier creon, i-n'a jamais su boire douch'mint. 

"On n'part jamais su eine gampe" qu'Edmeond i-s'a esclamé in commindant eine deuxième tournée au patreon du café."

"N'oblie pos, l'amisse, qu'on deot rapid'mint rintrer à l'maseon pasque le verdi ch'est l'jour que j'fais m'soupe à porieons et in puque j'voudreos faire l'blanquette qu'on a mis, pos pus tard qu'hier, l'orcette dins no gazette" 

10h20 : après avoir régler l'additieon, i-ont comminché à busier aux commissieons. In sortant du bistreot Edmeond ravise l'galerie et i-s'deminde si elle s'a agrandie ou bin rétréchie. Fifinne elle n'a pos ormarqué qu'i-comminche à berloquer.  

"Tout cha ch'est probablemint à causse des travéaux qui feont pasque quançque j'sus rintré j'n'aveos pos du tout l'même impressieon".

10h25 : pindant qu'Fifinne elle attind s'tour au marchand d'café, Edmeond i-est pa d'avant l'magasin et i-orwette les gins passer (comme i-a toudis eu ein côté p'tit rambile, i-orluque surtout passer les jeones files).

10h40 : Fifinne sort infin du magasin ave les deux paquets d'café à s'main. 

"Si t'as invie d'ein p'tit queop m'aider dins t'cabas te n'as qu'à les ringer".

Elle orlève s'tiête pou tinte les paquets à Edmeond et à c'momint-là s'coeur i-n'fait qu'ein beond. 

"Te sareos dire dusqu'i-est parti c'foutu grand, i-a cheonq minutes i-éteot acore su l'banc".

A ein heomme ave ein grosse boudaine qui li sourit elle li deminde s'i-n'a pos vu s'mari. L'heomme li répeond que, malhureus'mint, i vient jusse d'arriver mais qui n'a vu perseonne assis su les bancs pa d'vant l'estaminet. Fifinne se sint un peu défrisée, Edmeond i-n'areot jamais osu bouger pasque, quançqu'elle li dit d'rester, i-n'f''reot pos beon d'faire ein seul pas d'côté. 

Elle comminche à cacher après li dins tous les coins et elle rintre dins tous les magasins, après eine beonne demi-heure, elle va à l'bohette vir l'préposée et li faire part de s'n'anxiété.

"Vo n'heomme i-a acore tout s'tiête ?" que l'fiemme li a d'mindé.

"Mo Dieu , ave les queontes qu'alfeos i-m'fait, j'n'os'reos pos dire qu'ahais".

11h15 : L'hôtesse elle met s'lanque d'diminche et elle anneonche au micreo :

"Mossieu Edmeond i-est attindu pa s'feimme au buréeau".

11h30 : treos ou quate appels ont été lanchés et Edmeond i-n'est jamais arrivé.

"Mo bé que j'sus biête" qu'elle dit l'imployée "ch'est même pa là que j'areos dus qu'mincher. Vot mari i-aveot seûrmint treop quieaud et i-est parti tout simplemint vous attinte dins l'auteo". 

"I-n'sareot pos "qu'elle li a répeondu Fifinne acore ein peu pus débaltée, "on n'a pos d'auteo, nous eautes, ichi, on vient toudis à pied". 

I-a bin fallu app'ler l'agint d'sécurité et dins tous les recoins i-est allé contrôler.

11h55 : Su eine cayère, Fifinne brait comme eine Madeleine et à côté d'elle des gins i-d'a au moinse une chinquantaine

"I-feaut vite app'ler l'buréeau d'police, si cha cait, Edmeond, i-a été inl'vé pa des terrorisses".

12h05 : Au leon on intind eine sirène, ch'est la police qui s'amène. Ch'est malhureux qu'à Electrabel on n'a pos 'cor déménagé l'commissariat, in moinse de deux nos braves agints i-arreot'ent d'jà été là.

12h15 : Fifinne elle fait s'déposition et décrit l'portrait d'Edmeond :

"I-est leong comme ein jour sans pain... i-a des grands poils à ses mains... ahais... i-s'déplache tout douch'mint et... i-a ein air annochint, ses ch'feux i-a lommint qui les a perdus et i-a même l'nez ein peu crochu, je n'comprinds pos i-a tout pou n'pos passer inaperchu !".

"Vo n'heomme i-n'fait pos eine dépressieon ?" interroge ein agint plein d'compassieon.

"Si Edmeond i-fait, ein jour, eine dépressieon, mi, j'sus certaine d'gagner à l'Euromillieons".

Appuyée conte ein Père Noël in beos, à tertous, Fifinne elle fait peine à vir, elle tranne, elle sougloute et pousse d'profeonds soupirs et i-d'vient impossipe de l'calmer quançque elle a intindu marouser ein p'tit greos :

"Cha areot été pus malin d'vérifier si i-n'éteot pos cait à l'Esquéaut". 

12h50 : du quai du Pays Blanc jusqu'à l'passerelle d'Saint-Jean, eine masse de gins avanche in rangs et tout l'leong du Luchet, "Edmeond, Edmeond" on les intind berler

13h00 : on a mis eine barque à l'ieau, les peompiers i-seont in train d'seonder l'Esquéaut.

13h45 : Fifinne elle ne tient pus, elle orclame l'hélicoptère de l'Police fédérale pou pouvoir étinte l'périmète des orcherches jusqu'à l'cathédrale.

"Ah neon, cha suffit... i-d'a d'jà assez ainsin, vous n'voulez pos aussi ein sous-marin ?" li dit l'responsape du magasin.

Au même momint, dins les toilettes de l'galerie, l'préposée au nettiache vient d'intinte ein dreôle de bruit. Comme elle ne sait pos dusque cha vient, l'brafe feimme creot sincèr'mint que ch'est les ouverriers, déhors, qui, au marteau-pic, seont in train d'ouvrer. Elle décide d'aller querre l'garte d'sécurité et tous les deux i-s'mettent à acouter. L'seon i-est fort et régulier, l'garte i-serre les is pou mieux s'concintrer :

"Cha m'fait pinser à... ein moteur qui areot coulé eine bielle... ah mais neon, cha, ch'est quéquein, dins ein WC, qui ronfielle".

L'garte i-a buqué à l'porte, i-l'a ochennée et i-a intindu eine veox li répeonte "occupé".

13h47 : deux minutes après, on veot sortir eine bonheomme in train d'ermette l'cheinture de s'mareonne.

"Tout à fait pa hasard, vous n'vous app'lez pos... Edmeond ?"

"Si fait, Mossieu, ch'est bin cha, ch'est bin m'préneom !"

Ch'est alors que dins s'tiête du quervassin l'franc i-cait cha s'veot à l'questieon qui va poser :

"Vous sareos m'dire queulle heure qui est ?".

"I-va béteôt ête deux heures après-deîner !".

"Mo bé i-est grand temps d'aller faire à minger. M'feimme Fifinne vous n'l'avez pos vue, dusqu'elle acore partie, ceulle-là, pourvu qu'elle ne soiche pos disparue".

14H05 : Après les ortrouvalles, Edmeond i-intind ses quate vérités d'ein Fifinne qu'i-aveot amarvoyée

"Te vas ichi vir l'facture qu'on va devoir payer ave tout c'qu'on a mis en branle pou t'ortrouver".

Groulant comme ein tchien, in plein mitan de l'galerie, l'paufe feimme elle est au bord d'l'apoplexie et elle éclate quançqu'Edmeond s'met à li déclarer :

"Tout cha ch'est arrivé pasque tertous i-s'a mis à paniquer, dins l'vie, je l'dis toudis, i-feaut warder s'sérénité !".

Mais là dusqu'i-a vraimint exagéré ch'est quançqu'i-a ajouté :

"On in buvreot pos eine avant d'ortourner, ave ces émotieons, j'ai m'bouque tout orséquée ?". 

(lexique : raqueonter : raconter / verdi : vendredi / l'avant-deîner : l'avant midi / oblier : oublier / l'indreot : l'endroit / acore : encore / là-vas : là-bas / vife : vivre / ceulle : cette / l'orte : l'ordre / serrée : fermée / l'qu'min (ou l' quémin) : le chemin / eine capelle : une chapelle / chiffler : boire presque d'un trait / creon : de travers / eine gampe : une jambe / les porieons : les poireaux / in puque : de plus / l'orcette : la recette / busier : penser, songer / raviser (ou orwettier) : regarder / rétréchie : rétrécie / berloquer : tituber / à causse : à cause / pasque : parce que / quançque : lorsque / toudis : toujours / ein p'tit rambile : un gamin espiègle / orluquer : regarder du coin de l'oeil / les jeones files : les jeunes filles / ein p'tit queop : un petit coup / l'cabas : le sac à commissions / dusque : où / cheonq : cinq / eine boudaine : un ventre / jusse : juste / ête défrisée : être contrariée / osu : osé / commincher (ou qu'mincher) commencer / cacher après li : le chercher / l'bohette : le guichet / les queontes : les contes / alfeos : parfois / ahais : oui / l'lanque : la langue / anneoncher : annoncer / quieaud : chaud / débaltée : exaspérée / nous eautes : nous autres / ichi : ici / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / braire : pleurer / chinquantaine : cinquantaine / au leon : loin / ête leong : être long / annochint : innocent / lommint : longtemps / inaperchu : inaperçu / in beos : en bois / tertous : tous / tranner : trembler / souglouter : hoqueter / marouser : murmurer / avancher : avancer / berler : crier, hurler / orclamer : réclamer / étinte : étendre / l'nettiache : le nettoyage / intinte : entendre / les ouverriers : les ouvriers / ouvrer : travailler / querre : chercher / acouter : écouter / quéquein : quelqu'un / ronfielle : ronfle / buquer à l'porte : frapper à la porte / ochenner : secouer / eine veox : une voix / ermette l'cheinture de s'mareonne : remettre la ceinture de son pantalon / l'quervassin : l'ivrogne / queulle : quelle / béteôt : bientôt / les ortrouvalles : les retrouvailles / amarvoyer : tourmenter / grouler : gronder (pour un chien) / ein tchein : un chien / mitan : moitié / warder : garder / ortourner : retourner / l'bouque : la bouche / orséquer : dessécher)

S.T. décembre 2016.

13:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

14 déc.
2016

09:54

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (10)

Certains lecteurs auront remarqué que l'ordre alphabétique de présentation des entités qui prévalait jusqu'alors n'a pas été respecté lors du dernier article paru dans cette rubrique, c'était simplement pour ne pas dissocier les trois entités appartenant au Pays des Collines. Nous partons à la découverte d'Enghien et d'Estaimpuis

Enghien.

La "cité d'Arenberg", comme on la surnomme, est située sur la Nationale 7 qui relie Tournai à Bruxelles. Elle est distante d'environ cinquante kilomètres de la cité des cinq clochers. Jadis, dans l'esprit de certaines personnes interrogées, la ville d'Enghien était avant tout considérée comme une cité-dortoir pour les navetteurs qui travaillent à Bruxelles. M'y rendant régulièrement, même s'il est vrai que de nombreux habitants prennent tous les jours le train pour rejoindre la capitale, voilà un avis outrancier que je ne peux partager car la ville renferme un très riche patrimoine et mérite qu'on s'y attarde. 

L'entité d'Enghien est composée, depuis la fusion des communes de 1976, des anciennes communes d'Enghien, Marcq, Petit-Enghien et Labliau.

La cité, fondée au XIème siècle par Englebert d'Enghien, longe la frontière linguistique et il n'est pas rare de passer de la Wallonie à la Flandre en promenant dans une de ses rues. Elle est de ce fait une commune à facilités linguistiques pour les néerlandophones, les deux communautés vivant en parfaite harmonie.

Au milieu de la place se dresse "l'église Saint-Nicolas" de style gothique dont certains vitraux modernes sont l'oeuvre du célèbre maître-verrier français Max Ingrand (1908-1919) à qui on doit également des vitraux de la cathédrale de Washington, ceux de la Basilique supérieure de l'église de l'Annonciation à Nazareth, de l'église Saint-Désir à Lisieux, la décoration du théâtre du Palais de Chaillot à Paris et la mise en valeur de bien d'autres lieux prestigieux... Au sein de l'édifice, la chapelle Notre-Dame de Messine possède un ancien retable, oeuvre d'un auteur inconnu, évoquant des épisodes de la vie de la Vierge. Je n'ai pas trouvé l'origine du lieu appelé "Porte à Loques" au sein de l'édifice.

Autre lieu religieux à découvrir "l'église des Capucins" datant du XVIIème siècle, en pierre et briques, elle mêle les différents styles : roman, gothique et Renaissance. Cet édifice a été construit par Eustache Heudebault de Templeuve à la demande de Charles d'Arenberg. 

Par les rues et ruelles, on partira également à la découverte du "Couvent des Augustins" et des très nombreuses maisons anciennes.  

Construite sur les fondations de l'ancien donjon des Seigneurs d'Enghien démoli en 1194, la "Maison Jonathas" a connu de nombreux usages au cours des siècles, elle servit notamment à un dépôt de peaux ou au stockage de tonneaux de brasserie. Restaurée en 1986, elle est depuis lors ouverte au public et abrite le musée de la tapisserie d'Enghien.

Enghien est surtout connue par "le domaine d'Arenberg" qui s'étend sur 182 hectares et a été créé par cette famille entre 1630 et 1665. Le château qu'on y découvre a été construit en 1913 par le baron Empain et est devenu propriété de la ville en 1986. Dans le parc, les vastes écuries abritent bien souvent des expositions, concerts et réceptions. Une imposante pièce d'eau invite à la flânerie et à la rêverie. Sur le point culminant du domaine s'élève le "Pavillon des Sept Etoiles", aussi appelé Temple d'Hercule, construit en 1650, il servait à l'origine d’observatoire astronomique.

Le parc d'Enghien et le château d'Enghien sont le théâtre de nombreuses manifestations dont la réputation dépasse les frontières.

En avril se déroule la "Foire de Jardin".

Au début du mois de juillet, le festival "Lasemo" attire des milliers de participants (23.000 en 2016) et propose un panel de spectacles  : cinéma de courts métrages, théâtre, arts circassiens, ateliers de contes, fanfares, gastronomie (20 foodtrucks), artisanat... et aussi trois scènes sur lesquelles se produisent de nombreux artistes, groupes et chanteurs originaires de Belgique et de l'étranger.

Durant la seconde quinzaine d'Août, le château résonne des accords des élèves des Masters Classes venus du monde entier pour participer aux "Rencontres Musicales internationales d'Enghien". En résidence durant deux semaines, de jeunes musiciens de haut-niveau suivent les conseils éclairés de professeurs renommés dans les domaines du chant et la musique. Un concert auquel le public est convié clôture la session.  

Le 4ème dimanche de juin, dans le cadre de la kermesse, se déroule la traditionnelle "Procession de la Saint-Jean", riche d'une trentaine de groupes. 

Dans le village de Marcq les visiteurs seront intéressés par la "Ferme Musée" située à proximité de l'église Saint-Martin, édifice religieux datant du XIIème siècle dont l'orgue figure sur la liste du patrimoine exceptionnel de la Région wallonne. La ferme du XVIIIème siècle qui forme un quadrilatère a été transformée en musée consacré à une rétrospective du monde agricole. Elle possède une importante collection d'outils, un atelier de menuiserie, une laiterie mais aussi, c'est plus surprenant, une collection d'objets datant des deux guerres mondiales  (casques, obus et même un moteur d'avion).

Du village de Petit-Enghien, on retiendra un fait qui marqua l'histoire du cyclisme belge et international : c'est là, en effet, qu'Eddy Merckx remporta sa toute première victoire.

Estaimpuis.

L'entité d'Estaimpuis est située entre Mouscron et Pecq à une quinzaine de kilomètres de Tournai. Depuis la fusion des communes, elles se compose des anciennes communes de Bailleul, Estaimbourg, Estaimpuis, Evregnies Leers-Nord, Néchin et Saint-Léger, le canal de l'Espierre, prolongement du canal de Roubaix, reliant la Deûle (France) à l'Escaut, la traverse. Estaimpuis, commune essentiellement agricole, offre la possibilité de nombreuses balades : le circuit des Censes, du Petit Trieux, la Leersoise, le circuit des deux Leers... Tout au long de celles-ci, on part à la découverte de vieilles fermes, châteaux et arbres remarquables. A Estaimpuis se trouve la savonnerie Mc Bryde, spécialisée dans les produits d'entretien.

Estaimbourg est connu des deux côtés de la frontière grâce à son domaine de Bourgogne, vaste écrin de verdure qui s'étend sur 14 hectares au milieu duquel s'élève le château entouré d'eau. L'été, les visiteurs sont très nombreux à envahir ce parc, royaume des enfants avec le parc animalier et les jeux qui leur sont destinés et des adultes avec le mini-golf, les emplacements de pêche et la cafétéria où se dégustent notamment les bières régionales. C'est à Estaimbourg que se trouve la tannerie Masure fondée en 1837 qui exporte 98 % de sa production vers l'étranger et travaille pour une marque française bien connue. 

Dans le village d'Evregnies, "la Maison du Patrimoine", aménagée en 2006 dans l'ancien presbytère accueille diverses manifestations (expositions, bourses aux plantes...). En septembre a lieu la fête villageoise de "la Sabotine" dont les bénéfices sont versés pour le bien-être d'un enfant handicapé. 

A Leers-Nord a lieu, chaque année, le 3ème week-end de septembre, la fête champêtre organisée par la "Confrérie des Satcheux" sur les bords du canal de l'Espierre. Vêtus d'un long sarrau bleu, coiffés d'une large casquette de toile de la même couleur, les satcheux étaient ces hommes qui, jadis, tiraient les bateaux sur le canal. La "Maison du Canal" est une ancienne maison d'éclusier transformée en un estaminet comme on en trouvait encore au début du siècle dernier dans chaque village frontalier. Les rives aménagées du canal permettent de romantiques balades à pied ou à bicyclette.  

Dans le village frontalier de Néchin, on peut encore voir les vestiges du "Château de la Royère", dernier château de plaine datant du Moyen-Age. Néchin est connu dans l'Europe entière par le bref mais extrêmement médiatique passage qu'y a fait l'acteur Gérard Depardieu, venu s'y domicilier, avant de s'envoler sous d'autres cieux. 

Voici encore quelques dates de visites à ajouter à un agenda qui se complète peu à peu.

(sources : sites de l'entité - recherches et visites personnelles).

S.T. décembre 2016. 

 

12 déc.
2016

11:14

Tournai : le cœur de la Wallonie picarde (9)

Après Ellezelles (voir le chapitre 8 publié précédemment), en visitant les entités de Flobecq et de Frasnes-les-Anvaing, nous restons dans le Pays des Collines. 

Flobecq.

Commune à facilités linguistiques pour les néerlandophones, Flobecq est située le long de l'axe Renaix-Lessines à environ 40 kilomètres de Tournai et est adossée à la Flandre.  

L'église Saint-Luc, située sur la place, possède une tour dont la base romane est le dernier vestige de l'édifice religieux qui s'élevait à cet endroit au XIIe siècle et qui dépendait de la puissante abbaye de Saint-Martin de Tournai. La population flobecquoise voue un culte particulier à Saint-Christophe, patron des voyageurs et, chaque année, le 4ème dimanche de juillet, a lieu la "procession dite de Saint-Christophe" dans laquelle on peut voir un homme orné d'une barbe, monté sur des échasses dissimulées par sa longue robe et portant l'enfant-Jésus sur les épaules.

La région de Flobecq est connue pour la culture des plantes médicinales qui a atteint son apogée au XIXème siècle avant de progressivement disparaître au milieu du XXème. Avant le premier conflit mondial, pas moins de 23 hectares étaient consacrés à la culture de plantes telles l'angélique, la valériane, la mauve et la guimauve, la bardane, la menthe... Pour perpétuer le souvenir de cette activité, le "Musée des Plantes Médicinales" permet de les découvrir, de les sentir, de les toucher. Le parcours didactique est complété par un jardin où poussent quatre-vingts espèces différentes. En fin de visite, un bar convivial vous propose des boissons (bières et apéritifs) confectionnées à partir de ces plantes.

Flobecq possède un site privilégié par ceux qui souhaitent retrouver la nature dans ce qu'elle a de vrai et effectuer des balades dans cette magnifique région des Collines : "les Venelles de l'Art" convient le promeneur à un circuit permettant des découvertes artistiques. Le parcours long de deux kilomètres, réalisé à l'aise, dure environ une heure.

Situé le long de la région flamande, le bois du Pottelberg à "la Houppe" culmine à plus de 150 mètres d'altitude et est bien connu des promeneurs qui y trouvent de nombreuses maisons de restauration. Ce haut lieu du tourisme wallon et flamand durant les années cinquante et soixante va subir prochainement une réhabilitation. La montée vers le hameau est au menu de tous les clubs cyclotouristes régionaux mais aussi un passage obligé des différentes classiques cyclistes flamandes. Le week-end du 15 août s'y déroule la ducasse. A cette occasion la "chapelle Saint-Christophe", fleurie, est accessible au public et les festivités ont lieu à la "Cabane Sylvie". Au début du XXe siècle, une dame, dénommée Sylvie, originaire des Flandres, après une vie consacrée à de nombreux voyages, vint se retirer dans une cabane construite au centre d'une clairière du bois de la Houppe. C'est la réplique de cette cabane en rondins érigée par les habitants du village qui sert désormais à de multiples activités culturelles et de promenades.

Frasnes-les-Anvaing.

L'entité de Frasnes-les-Anvaing résulte de la fusion, en 1976, de 14 communes : Frasnes-les-Buissenal, Anvaing, Arc-Ainière, Buissenal, Cordes, Dergneau, Oeudeghien, Forest, Hacquegnies, Herquegies, Montroeul-au-Bois, Moustier, Saint-Sauveur et Wattripont. Située sur l'axe reliant Tournai à Lessines, la commune de Frasnes se trouve à moins de vingt kilomètres, au Nord, de la cité des cinq clochers. 

Ancienne cité sucrière, cette activité symbolique, aujourd'hui disparue, est symbolisée par un carré de sucre géant dont semblent se délecter des fourmis tout aussi géantes, érigé au centre du rond-point au croisement des routes Tournai-Lessines et Renaix-Leuze-en-Hainaut.

La commune, porte du Pays des Collines, est dominée par son église Saint-Martin, de style gothique, qui abrite des statues de Saint-Christophe, Saint-Sébastien, Sainte-Catherine et Saint-Jacques, de vieux fonts baptismaux et un retable intitulé "triptyque de Saint-Jacques" que les seigneurs de Frasnes ont jadis offert à la Corporation des Drapiers.

Suite à la fermeture de la sucrerie par la Raffinerie Tirlemontoise, au début de ce XXIème siècle, le site a été totalement nettoyé et réaménagé par l'intercommunale Ideta. A front de route, on découvre désormais une zone d'activités économiques qui fournit de l'emploi à plus de personnes que celles occupées, à l'époque, par l'activité sucrière saisonnière.  Les anciens bassins de décantation ont été transformés en une réserve naturelle où nichent près de 150 espèces d'oiseaux et où pousse une flore spécifique. Cette zone est accessible au public à condition, bien entendu, de ne pas déranger la nature. Dans la foulée de la fermeture du site sucrier, le Musée du Sucre installé dans les bâtiments de l'ancienne gare a fermé ses portes mais des pièces issues de ses collections sont encore visibles à l'Hôtel de Ville.

Le nom du village d'Anvaing apparaît déjà dans des écrits à la fin du IXème siècle sous l'appellation d'Anvinium qui tirerait son origine d'une famille qui y demeurait probablement. Le village est connu pour son château appartenant à la famille de Lannoy. C'est dans ce prestigieux édifice que fut signée, le 28 mai 1940, par les représentants du roi Léopold III et les Allemands, la capitulation de l'armée Belge. La comtesse Stéphanie de Lannoy a épousé, en octobre 2012, le grand duc héritier du Luxembourg Guillaume.

Le 3ème samedi de janvier, précédé par un cortège réservé aux enfants, le cortège carnavalesque composé de chars, des confréries dont s'enrichit le village mais aussi des groupes venant de Tournai ou des Flandres parcourt, dès 17h, les rues du village. C'est le premier carnaval de l'année qui se déroule en Belgique ! Lors de celui-ci est intronisé le couple royal et la soirée se termine par un grand feu d'artifice. Le lendemain sont organisés l'apéritif des Survivants et le dîner des Rescapés. Ces deux "activités" prouvent à suffisance combien est grande l'animation dans les rues de ce village rural d'ordinaire fort calme. 

La région de Frasnes-les-Anvaing est bien connue des membres des clubs cyclos de la région et du Nord de la France grâce à ses côtes au pourcentage sévère dénommées Bourliquet, Beau-Site, Dieu des Monts... Elles le sont tout autant des coureurs du "Triptyque des Monts et Châteaux", une course cycliste dont Frasnes est, chaque année, une étape obligée. 

Dans le vieux château des Mottes (où, dit-on, Charles-Quint aurait séjourné une nuit), en 1998, Marie Tack a fondé "l'Asinerie du Pays des Collines". Celle-ci compte désormais un élevage de plus de 150 ânes, ânesses et ânons. C'est le seul lieu en Belgique où est produit le lait d'ânesse, utilisé dans la fabrication de cosmétiques aux vertus thérapeutiques.

(sources : sites des communes présentées - presse régionale - recherches et visites personnelles).  

S.T. décembre 2016.

09 déc.
2016

10:20

Tournai : expressions tournaisiennes (388)

Edmeond jeue les Saint-Nicolas !

Ch'éteot cocasse à vir l'allure de mes deux gins pourménant dins les allées du grand magasin, Edmeond pousseot, ave bin des difficultés, l'caddy et Fifinne suiveot invireon dix mètes pa d'rière li. Conduisant à l'aveule, muché pa des paquets, à l'intrée d'eine ringée, l'bruant i-a failli m'involer. J'ai été saprémint saisi et, bin seûr, j'li ai dit :

"Misère, pou piloter ainsin, dusque t'as eu t'permis, acore ein peu j'bourleos dins l'étalache des biscuits".

Je n'vas pos ichi vous mintir et dire qu'i-sanneot hureux de m'vir. I-n'aveot seûrmint pos l'intintieon d'm'amidouler et j'ai tout d'suite orsinti qu'i-aveot même ein queompte à régler. 

"Mo bé... j'sus bin contint, m'comarate, d'infin t'rincontrer, j'vas avoir l'occasieon d'déblouquer m'cap'let. Fifinne et mi, on in a greos su la patate, m'paufe feimme elle a même failli caire malate. A l'fin d'ein des derniers artiques que, su t'blog, t'as publiés, t'as anneonché à tertous que t'alleos béteôt nous intierrer. J'voudreos avoir, aujord'hui, eine beonne esplicatieon pasqu'à m'mote que t'as toudis été bin orchu à no maseon".

"Ch'est vrai mais j'pinseos qu'à vo n'âche vous arez été assez malins pou intinte l'riache. Ov'là... J'ai ormarqué qu'vos histoires d'quervassins, cha n'intéresseot pus bramint les gins. I-a ein lecteur qui m'a même déclaré que ch'est l'meonte comme j'voudreos qu'i-soiche que je deos moutrer et n'pus aller querre mes sujets d'artiques dins l'quotidienne et triste réalité !".

Edmeond et Fifinne i-se seont orwettiés in s'demindant ce que j'aveos là raqueonter. 

"Milliards, Mossieu fait des phrases comme à l'Académie et on n'comprind pos tout quoisqu'i-dit, te n'peux pos nous dire cha à l'plate pasqu'à moinse qu'on soiche malate, Fifine et mi, on n'a rien ortenu d'tes salates".

"In clair, les gins pinse'tent que des avintures comme les tiennes, i-n'est pos possipe que cha t'arrives ainsin toutes l'sémaines, i-d'ont assez de t'savoir toudis quervé et d'apprinte que vous avez acore batt'lié. Je n'peux pos toudis parler d'cha, après tout, je n'm'appelle pos Emile Zola. Asteur, les gins m'demindent de les faire rêver, i-préfère'tent de leon que j'imbellis l'réalité !".

"Ah beon, in seomme, les gins i-demindent que te soiches ein fouteu d'coules, que t'arringes au mieux l'actualité et que te leu raqueontes des cacoules. Si ch'est ainsin i-n'doive'tent pus ouvère eine gazette, raviser l'télé et aller su internet, les nouvelles elles ne seont pos toudis bin gaies, ch'est ainsin et te n'sareos pos l'canger, on n'est pos dins ein meonte d'dessins animés d'Walt Disney !".

D'puis cheonq minutes, on éteot ainsin in train d'faire de l'philosophie pa d'vant l'rayeon des waufes Marquette et des biscuits Desobry. J'sinteos qu'on alleot s'impoigner et j'ai préféré dévié su eine eaute sujet. Veyant que j'raviseos ses paquets, Edmeond i-a comminché pa m'espliquer :

"Te veos bin dusqu'on habite... dins l'bâtiment, à chaque étache, i-a deux appartemints et d'puis deux meos, on a des nouvieaux visins, ein jeone ménache, marié d'puis six ou siept ans et qui ont d'jà... presquedeux infants.

Comme su l'meot "presque" i-m'a vu tiquer, i-a, bin seûr, voulu préciser s'pinsée.

"L'comminde pou l'dernier, elle a été passée et dins treos ou quate meos i-va ête livré, comme asteur, ave ti, j'deos faire des preones pou parler, j'n'ai pos voulu dire que l'feimme elle éteot impanch'lée et pourtant... ch'est l'réalité. Bref, passeons, l'pétit garcheon, i-vient souvint à no maseon. Pos pus tard qu'hier au soir, i-nous a dit qu'ein jour i-alleot aller au Conservatoire. On n'saveot pos quoi li offère pou l'Saint-Nicolas, Fifinne elle li a acaté des oranches et du chucolat et mi dins l'rayons des jouets j'ai pris cha ". 

"Ch'est ein fameux paquet et quoisque ch'est ?".

"Je n'peux pos te l'dire, l'Optimisse, pasque cha, ch'est m'surprisse, j'l'ai acatée que Fifinne elle n'éteot pos là et elle le verra quançque l'pétit rotleot i-l'déballera. Mo bé... j'busieos justemint à cha, t'as 'core tes habits d'Saint Nicolas ? Du queop, viens chez nous eautes dins l'après-deîner et l'paquet et les chucartes... ch'est ti qui va li deonner".

Adeon, j'sus arrivé à leu maseon discrèt'mint ave ein grand sac à chaque main. 

Ch'est ave l'aide de Fifinne que j'ai été m'habiller dins l'cuisine, j'aveos eine cloquette que j'ai arlochée jusse avant d'rintrer dins l'salle à minger. J'n'aveos pos imaginé d'vir ainsin l'tiête du gamin, i-n'in meneot pos larche pa d'vant l'grand Saint, Firmin. 

"J'ai vu dins m'grand life, m'pétit Firmin, que t'es toudis bin sache ave tes parints. Comme te l'veos, Fifinne elle a invéyé eine lette à Saint-Nicolas pou que j't'apportes, aujord'hui, des oranches et du chucolat mais i-a aussi eine eaute cadéeau pasqu'Edmeond aussi i-m'a transmis ein p'tit meot. Tins, ov'là ein greos paquet, vas-y... te peux d'jà l'déballer !".

Ch'éteot eine ormarque tout à fait inutile que j'veneos d'faire, ch'éteot pratiqu'mint d'minder à ein aveule si i- vouleot vir clair. 

Firmin i-a inl'vé l'fichelle, déchiré l'papier et, tout à n'ein queop, ses is i-se seont illuminés. J'ai vu que l'grande caisse elle conteneot eine... grosse caisse !

A l'vue du greos tambour, l'sang d'Fifinne i-n'a fait qu'ein tour. 

"Vingt milliards, est-ce que t'as pinsé que pindant des heures, l'futur apprinti du Conservatoire, i-va taper pa d'zeur. A partir d'asteur, on n'va pus pouvoir jamais s'erposer et on n'pourra rien dire, ch'est nous eautes qui l'avons deonné !".

 "Mo bé, i-a pos d'tracas, l'pétit i-peut jeuer du tambour, cha n'me déringe pos, j'sus à mitan sourd et, au soir, l'seon de l'télévisieon i-est tell'mint à feond qu'on intind pos les bruits v'nant d'l'eaute côté de l'cloiseon".

J'n'ai pos laiché l'temps à Fidinne d'in dire eine que dins l'cuisine j'sus parti tout d'eine :

"J'm'in vais, j'sus bin leon d'avoir fini m'tournée et m'n'âne Cadicheon su l'quai i-est mal garé, si City-Parking i-vient jamais à passer, j'vas acore ichi ramasser ein P.V".

In moinse d'deux j'ai orsaqué mes habits et j'ai orpris mes deux sacs ave mi. Su les quais, tout au leong d'l'Esquéaut, de l'grosse caisse de Firmin on intindeot l'écho.  

Quançqu'ein visin i-m'demindeot dusque l'boucan i-v'neot, j'li répondeos :

"Ch'est Mossieu Edmeond du troisième qui apprind à jeuer de l'grosse caisse comme cha, à partir d'asteur, li et s'feimme i-veont pouvoir batt'lier à l'aisse!".  

(lexique : jeuer : jouer / vir : voir / pourméner (ou porméner) : promener / pa d'rière : derrière / eine aveule : un aveugle / mucher : cacher / ein bruant : un hanneton, désigne un paresseux / saprémint : sacrément / bin seûr : bien sûr / ainsin : ainsi / dusque : où / acore : encore / bourler (ou caire) : tomber / ichi : ici / sanner : sembler / amidouler : flatter / orsintir : ressentir / eine queompte : un compte / m'comarate : mon camarade / déblouquer s'cap'let : dire ce qu'on a sur le cœur / caire (ou bourler) : tomber / les artiques : les articles / anneoncher : annoncer / tertous : tous / béteôt : bientôt / intierrer : enterrer / à m'mote : selon moi, à mon idée / toudis : toujours / orchevoir : recevoir / l'âche : l'âge / intinte l'riache : entendre la plaisanterie / ov'là : voilà / ein quervassin : un  ivrogne / bramint : beaucoup / l'meonte : le monde / i-soiche : il soit / moutrer : montrer / querre : chercher / orwettier (ou raviser) : regarder / raqueonter : raconter / dire à l'plate : dire sans détour, crûment / ortenir : retenir / batt'lier : batailler, se battre / asteur : maintenant / de leon : de loin / ein fouteu d'coules : un menteur / des cacoules : des mensonges / ouvère : ouvrir / raviser (ou orwettier) : regarder / canger : changer / pa d'vant : devant / les waufes : les gaufres / ein eaute : un autre / commincher (ou qu'mincher) : commencer / des visins : des voisins / eine jeone ménache : un jeune ménage / faire des preones : parler sur un ton manquant de naturel, minauder / impanch'lée : enceinte (expression populaire qui n'est plus guère utilisée) / l'garcheon : le garçon / offère : offrir / acater : acheter / des oranches : des oranges / du chucolat : du chocolat / quoisque : qu'est-ce que / ein rotleot : un roitelet (désigne aussi un petit enfant) / busier : penser / du queop : du coup, dès lors / les chucartes : les sucreries / adeon : donc / eine cloquette : une clochette / arlocher : secouer / jusse : juste / larche : large / l'life : le livre / sache : sage / inveyer : envoyer / eine ormarque : une remarque / l'fichelle : la ficelle / tout à n'ein queop : tout à coup / pa d'zeur : dessus / s'erposer : se reposer / à mitan : à moitié / tout d'eine : d'un seul bond, tout d'un coup / laicher : laisser / in moinse : en moins / orsaqué : retiré / quançque : lorsque / à l'aisse : à l'aise).

S.T. décembre 2016 

10:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

05 déc.
2016

11:14

Tournai : les traditions se perdent !

Une société qui s'individualise !

Qu'on le veuille ou non, notre Société devient de moins en moins solidaire et de plus en plus égoïste ! Il faut dire que le progrès nous a offert tous les outils nécessaires pour vivre en parfaite autonomie. Plus besoin de réunions entre voisins, comme cela se faisait jadis, pour être au courant de l'actualité. La moindre information circule désormais à la vitesse de la lumière. Que les faits se passent dans notre ville ou de l'autre côté de la planète, le monde entier est mis au courant, en quelques minutes, grâce à Internet. Plus besoin de fréquenter les bibliothèques pour découvrir, après quelques heures de difficiles recherches, l'information souhaitée dans le cadre d'une étude, celle-ci est disponible en un clic, à partir de son bureau personnel. Plus besoin de se rendre dans un cinéma ou au concert, il suffit de mettre un casque stéréo et regarder les images confortablement installé dans son fauteuil. Déjà aujourd'hui, certains ne vont même plus dans un magasin pour acheter un bien de consommation, ils commandent via leur écran et attendent la livraison à domicile. Ils ne se déplacent même plus à la banque pour payer la commande, un nouveau clic à la maison et le tour est joué. N'est-il pas temps de se poser la question de savoir si, dans un futur plus ou moins rapproché, il sera encore nécessaire de se rendre à l'école ou à l'université pour apprendre alors que les cours pourraient être disponibles sur l'ordinateur ou la tablette ? 

Le monde change et la paresse inhérente à chaque individu encourage cette rapide mutation. 

Insidieusement, ce bouleversement a atteint progressivement un domaine qu'on croyait jusqu'à là protégé, les traditions, héritages de nos aïeux qu'on se doit de léguer aux générations suivantes, moments qui reviennent annuellement, nous rapprochent et parfois nous rassurent. Peu à peu, celles-ci disparaissent et cela est encore plus criant au moment des fêtes patronales.

Dernière tradition a être encore bien respectée, la Sainte-Cécile, patronne des musiciens. A partir du 22 novembre et jusqu'à la fin du mois de janvier, les harmonies, fanfares et chorales de la régions l'honorent par des concerts se déroulant bien souvent lors d'un office religieux. 

Le 25 novembre, on fêtait jadis la Sainte-Catherine, fête des jeunes filles dont le cœur était encore à prendre et de celles qu'on coiffait parce qu'à vingt-cinq ans, elles n'avaient pas encore trouvé chaussure à leur pied. Que ce soit chez Dudans, au Roi des Radis, à la salle Provence ou dans ce qu'on appelait les "Salons" et "Grands Salons"au sein des villages, partout était organisé un "bal des Catherinettes". Depuis quelques années, on voit de moins en moins d'affiches annonçant cet événement et l'envoi de cartes postales à cette occasion a été remplacé par la transmission de cartes électroniques envoyées de chez soi en un clic !

Le 1er décembre, Saint-Eloi est vénéré par ceux qui travaillent le fer : les forgerons, les chaudronniers, les sidérurgistes, les mécaniciens, les ferblantiers, les serruriers et les cultivateurs. Au XIXe siècle, à Tournai, ce jour-là, les ateliers où d'ordinaire résonnaient le bruit des marteaux frappés sur l'enclume devenaient étrangement silencieux et, dans les campagnes, charrues et chevaux restaient à la ferme. Patrons et ouvriers assistaient à la messe célébrée tant à la cathédrale que dans les plus petites églises campagnardes. Ensuite les ouvriers (ils furent plus de 1.000 à Tournai à travailler dans les secteurs concernés) promenaient par les rues de la ville, parfois accompagnés de quelques musiciens. Cette tradition a perduré tant qu'ont survécu des entreprises comme Meura à Warchin, les Ateliers Louis Carton à Tournai, Schlumpf et bien d'autres petits ateliers aujourd'hui disparus... Il y a trente ou quarante ans, le soir du 1er décembre, on entendait encore les chants entonnés dans les cafés ou dans les rues par des ouvriers un peu éméchés. Désormais, dans certains villages, les agriculteurs sont encore les seuls à se réunir pour un banquet traditionnel mais les journaux ne publient même plus ces nombreuses photos d'agapes qui remplissaient des pages, jadis, un peu comme si cela était obsolète.  

Le 4 décembre, on fête Sainte-Barbe, patronne des pompiers, des artificiers et des mineurs. Dans la cité des cinq clochers, les hommes du feu trouvent, en ces jours de liesse, une juste récompense aux efforts consentis durant toute une année au service de la population. Jusqu'il y a peu, il y avait, tout d'abord, les souhaits au Commandant qui se déroulaient au sein de la caserne suivi par le(s) verre(s) de l'Amitié. Une bonne ambiance au sein d'une caserne est synonyme d'un excellent travail car des liens très solides sont nécessaires pour des équipes qui prennent des risques lors des interventions parfois périlleuses. Le dimanche matin, la messe de Sainte-Barbe en l'église Saint-Quentin, magnifiée par l'harmonie, rassemblait alors les pompiers, les vétérans, les familles et de très nombreux Tournaisiens soucieux de montrer leur reconnaissance à ce corps d'élite. Jusqu'au moment du transfert de la caserne vers l'extérieur de la ville, depuis la rue Perdue, on voyait arriver les hommes alignés en peloton derrière leur drapeau et emmenés par leur harmonie. Après l'office, toujours en cortège, les pompiers se rendaient à l'Hôtel de Ville pour une séance protocolaire dans un salon de la Reine parfois trop petit pour accueillir tout ce beau monde. Un banquet dans le réfectoire de la caserne clôturait cette journée festive. Le lundi, la fête se prolongeait par la "Sainte-Barbette". Au cours d'un cortège sur un thème différent chaque année, les hommes du feu visitaient les cafés de Tournai et animaient les rues de la cité de leurs facéties. Hélas, la création de la zone de secours est passée par là et cette nouvelle structure semble désormais saper ces traditions séculaires. Plus de souhaits au Commandant, absence remarquée par le public de ce dernier à l'office matinal (à moins qu'il ne soit venu incognito), présence d'un conseil communal réduit à une portion congrue (le bourgmestre faisant fonction - par ailleurs Président de la Zone de secours - et deux échevins, aucun conseiller communal), aucun représentant non plus d'associations toujours présentes jadis, peu de notables de la cité, une assistance réduite de moitié et un salon de la Reine beaucoup trop grand pour accueillir les décorés (dont les médailles ne sont pas arrivées à temps !). Voilà encore une tradition qui va probablement passer à la trappe vu que la caserne de Tournai n'est plus qu'un élément parmi tant d'autres d'un ensemble régional non encore cimenté. Chaque commune ayant ses propres traditions, l'esprit de la fusion ne peut être qu'un nivellement par le bas. Le manque de moyens financiers accordés par ceux qui ont décidé de la création de ces zones afin de faire des économies d'échelle est sans doute responsable d'une certaine démotivation des troupes, d'une administration outrancière et de la mise en évidence d'un esprit de clocher néfaste lorsque la sécurité des citoyens est en jeu.

tournai,sainte-cécile,sainte-catherine,saint-eloi,sainte-barbe,saint nicolas,fêtes patronnales

 

Le 6 décembre, Saint-Nicolas n'était pas seulement la fête des enfants sages qui perdure heureusement mais elle était aussi celle des employés de banque. Au sein de ces organismes, des fêtes étaient organisées, plus ou moins somptueuses, allant du verre pris entre collègues à des banquets organisés dans le réfectoire ou dans des restaurants de la ville. Les anciens formés en Amicale étaient toujours conviés à ces agapes, occasions de rencontrer les collègues et de se remémorer des souvenirs professionnels. Parfois même, des fêtes étaient organisées au sein des entreprises pour les enfants des membres du personnel, elles coûtaient quelques euros à l'entreprise mais faisaient beaucoup d'heureux, hélas, avec les milliards de bénéfices engrangés, il n'est plus possible d'accorder de telles dépenses si minimes soient-elles ! L'internalisation intervenue au niveau des organismes financiers a sonné le glas de cette tradition autrefois bien ancrée, la rentabilité à tout prix ne supporte la perte de quelques heures de travail et les nouveaux engagés, sous la menace constante d'un licenciement, se doivent de bosser tant et plus pour satisfaire un actionnariat de plus en plus gourmand. Les grandes banques ont déserté Tournai prônant désormais l'informatisation à outrance de leurs services dans laquelle les clients n'ont même plus besoin de se déplacer dans une agence appelée à disparaître. 

On se plaint toujours du chômage, on ne se plaint pas jamais du progrès qui, parfois, engendre celui-ci !

Il y a des vérités qui sont difficiles dire et encore plus à accepter mais personne ne peut nier le changement brutal survenu ces dernières années, une mutation de Société qui influencera bientôt la vie quotidienne de chaque citoyen. Une Société qui ne renforce pas les liens entre les individus qui la composent, une Société tournée vers l'individualisme exacerbé est appelée, un jour ou l'autre, à disparaître et ceux qui veulent, aujourd'hui, tout régir, tout décider, tout mettre en oeuvre sans concertation et sans réflexion deviendront alors les "dirigeants du néant", juste retour de manivelle!

(photo : le Courrier de l'Escaut)

S.T. décembre 2016 

02 déc.
2016

11:33

Tournai : expressions tournaisiennes (387)

Eine mauvaisse nuit !

Bé, mes amisses, j'ai fait ein riche cauchemar ceulle nuit 'chi, j'ai rêvé que j'éteos parti ave m'feimme faire ein safari. L'pire, ch'est que pou cha j'n'aveos pos été bin leon, l'avinture elle aveot comminché à l'porte de m'maseon. 

J'vouleos aller faire eine pourménate dins les rues d'no cité comme j'ai pris l'habitude de l'faire d'puis d'z'ainnées. Au momint qu'on arriveot à l'porte d' Lille, on a été arrêté pa ein espèce d'grand agozil.

"Vous n'pouvez pos aller pus leon, vous devez laicher là vo voiture... su l'parking total'mint inutile de l'Maseon d'la Culture. Là-vas, ch'est eine jeep que vous allez devoir louer si vous voulez intrer dins l'cité des cheonq clotiers". 

J'ai pos dû beauqueop m'forcher, j'ai pris ein air annochint et j'li ai d'mindé pourquoi i-aveot asteur ein parel cang'mint.

I-a eu l'air de m'printe pou ein saisi, in ravisant s'comarate, i-m'a dit :

"D'puis l'temps qu'les édiles i-ont erporté les réparatieons à faire dins les rues d'Tournai, on queompte asteur partout tell'mint d'tréos que ch'est acore pire qu'eine piste d'brousse au Congo".

Et ch'est ainsin que m'feimme et mi, on a comminché ein véritape safari.

On a tell'mint été ochennés in déquindant l'rue Saint-Martin qu'acore ein p'tit queop j'perdeos m'feimme in qu'min et on n'éteot pos 'cor arrivés au bout qu'on aveot d'jà tous les deux l'souglou. Comme je n'sus pos fort discret quançque j'me mets à souglouter, l'chauffeur i-a pinsé intinte arriver ein auteo d'pompiers.

On aveot été obligé d'louer ein guide pou visiter Tournai, i-falleot vir comme m'n'heomme i-éteot afulé. Ch'éteot ein sorte d'grand roux ave eine mareonne jusqu'à ses gu'noux. I-resteot toudis in contact avec ein buréeau in parlant, à voix basse, à ein eaute, dins ein micreo :

"Allo, t'es bin là... ov'là... on vient d'arriver su l'Grand-Plache... i-a acore ichi eine rude dégueulache, hier au soir, l'tribu des Cras Diapes elle a seûrmint fait l'fiête, no forum i-est jonché d'papiers et d'canettes. Attinds... j'veos qu'i-a du linche qui pind au mitan de l'rue d'l'Yser, su les fils élestriques, les vêt'mints i-n'ont pos l'air fort clairs". 

M'feimme et mi, on commincheot sérieus'mint à avoir l'pépète pasque d'temps en temps, on veyeot des tiêtes v'nir aux ferniêtes. D'puis ein cassis, eine veille sorcière nous viseot mais... l'guide i-a dit :

"Pos d'panique, ch'est pou faire des photeos". 

Vous riez pétête mais quançqu'on voyache dins d'parelles conditieons, inter un apparel et eine arme on n'fait pos bin l'distinctieon. 

"On vient jusse d'passer l'rue Tiête d'Argint... et dins l'rue i-n'a pos ein bleu tchien".

Comme elle se sint rasseurée pa m'carrure d'athlète, m'feimme su m'bras elle a posé s'tiête (vous souriez pasque j'n'orsanne pos du tout à l'decriptieon que j'vous fais, ahais, mais ch'est ein rêve que sus in train d'vous raqueonter, vous sannez l'oblier et après tout j'peux bin fantasmer !).

"Allo... On est au peont d'Fier, près de l'statue d'Barthélémy Dumortier, i-a été décapité et s'tiête elle est à ses pieds. Ch'est seûrmint l'bande de Saint-Nicolas, casser, i-z'ont toudis fait que cha... Allo, Allo, t'est toudis là... Péleot (i-s'adresseot à l'heomme du buréeau), in passant pa d'vant l'incienne intercommunale, pa l'rue du Becquerelle, on va essayer d'orjointe l'rue Royale...".

"Madame, tenez bin vo sacoche à deux mains et vous Mossieu muchez vo GSM sous les coussins... Ichi, dins l'quartier qu'on va visiter, i-a ein chintaine d'vols sur eine journée... On n'rinconte que des mindiants et des agripeus, croyez me, ch'est tout... sauf des malhureux... cha a comminché pa des drogués et des buveux... Acoutez, on intind comme des grognemints, on n'vas pos rester, i-arrife eine meute d'tchiens... Attintieon, ch'est des mourdreux, des soucards, i-appartienn'tent à ces bandes de lascars... Vous veyez su vo gauche eine grande batisse, bé, ch'est là que s'trouveot l'incien commissariat d'police... Comme l'zone de police elle couteôt treop tcher et qu'i-falleot faire d'saprées écolomies dins ein but solidaire, i-a eu d'moinse in moinse d'policiers et l'commissariat ses portes i-a serrées, l'jour dusque les derniers agints i-ont été ortraités... Ravisez bin d'chaque côté, comme l'cruéau i-a bin poussé... ch'est ein 2016 que tout cha a qu'minché quançque les gins seont dev'nus trop fates pou nettier... Dins les vitrines des magasins, on veot des plantes vertes qui pousse'tent, sous eine lampe, à l'caleur, ch'est comme du toubaque, les gins d'ichi i-feume'tent cha pindant des heures et après on les veot caire indormis et i-restent alleongés su l'trottoir pou passer l'nuit".

On pinseot comme dins ein parc d'attractieons faire eine visite, mais, j'l'avoue, on tranneot tell'mint qu'on aveot l'esquite. , 

"Là-vas, l'bâtimint que vous veyez dins eine sorte d'brouillard, bé, i-a chinquante ans d'no ville ch'éteot la gare, on n'va pos aller tout dreot pasque ch'est eine zone d'neon-dreot".

Pa l'rue d'Monnel, on a orjoint l'Terrasse Saint-Brice et alors qu'on rouleot douch'mint, on a eu eine surprisse. Des infants et leu mamères attindeot'ent à l'porte d'eine maseon, no guide i-a dit :

"Ch'est ichi l'dernier lieu d'distributieon. On amène des bénévoles tous les matins pou distribuer aux gins de l'soupe et du pain, alfeos, l'foule elle est tell'mint débaltéee qu'i-seont presqu'obligés de l'ruer".

Pétête qu'à forche d'attinte dins l'freod, ein mioche ave eine mouquile à s'nez berleot. Comme ein arpe à preones, s'mamère s'a mis à l'arlocher, ch'éteot eine grante maiguerlote noirte comme ein carbonnier :

"Te n'vas pos acore faire tous tes maines, vingt milliards, ch'est ainsin toutes les s'maines. Ch'est l'dernière feos que te viens avec mi, te m'as compris, l'feos qui vient, Kevin, te resteras dins t'lit !".

Les trottoirs de l'rue Marvis éteot'ent rimplis d'brin d'tchiens, comme i-d'aveot aussi su l'quémin on a été obligé d'rouler d'dins. L'naque qui nous monteot au nez, elle nous a presque fait dégobiller. 

L'guide nous a dit :

"Ch'est pire et jamais mieux dins l'quartier Saint-Piat, là-vas, i-a des rues intières ave des mémères à cats".

In passant pa d'vant l'gazerne Saint-Jean, nos guide a dit in nous orwettiant :

"I-a bin lommint que les soldats i-seont partis, ein bieau jour, on les a trinsférés à Peutie, i-n'a pus eu d'militaires du côté walleon, perseonne n'a pinsé que cha préfigureot d'jà, d'no pays, l'partitieon !".

Tout à n'ein queop, ein grand dépindeu d'andoule ave ein visache orcouvert d'bédoule i-a sauté pa d'zeur l'capeot et i-a essayé d'rintrer dins l'auteo. M'sang n'a fait qu'ein tour et j'ai sinti l'rache meonter, j'l'ai attrapé l'diale déflinqué et j'li ai foutu eine dégelée. Pa d'rière mi, j'intindeos m'feimme berler :

"Arrête, arrête, i-d'a assez... i-d'a assez... !". 

Les meots qu'elle aveot proneoncés m'ont dérévié, j'éteos in train d'buquer comme ein sauvache su m'n'oreiller. 

"Te sareos m'dire quoisqu'i-t'prinds d'faire des airs ainsin ?".

J'éteos tell'mint débiloché pasque j'aveos rêvé que, sans respirer, j'li ai débabeiné m'cap'let

 "Mo Dieu, j'creos bin que j'ai rêvé, je m'rappelle tout quoisqu'i-s'a passé. On pourméneot in ville tous les deux, i-aveot des indreots qui f'seot crasseux, dins les rues i-aveot des tréos et des mindiants ave des tchiens près d'l'Esquéaut. On donneot à minger à bramint d'gins qui attindeot'ent dins l'freod su l'quémin. I-a ein ivrone qui nous a attaqués, i-in vouleot seûrmint à t'porte-monnaie je m'sus défindu et on a battlié. Te sais bin qu'à côté d'mi et de m'bieau corps d'athlète, l'paufe écalette, i-n'aveot aucune sanche, i-n'valeot pos tripette".

Je n'comprinds pos que te m'dis que t'as rêvé, tout ce que te raqueontes ch'est vrai. I-feaut acroire, comme on dit toudis, que l'fictieon elle rattrape toudis l'réalité... A part, pétête, t'bieau corps d'athlète pasque cha, à m'mote que ch'est ein peu exagéré !".

"Ah ! M'corps d'athlète, ov'là qu'ch'est exagéré, bé l'prochaine feos je n'vas pus rien t'raqueonter !".

(lexique : mes amisses : mes amis / ceulle : cette / leon : loin / commincher : commencer / eine pourménate : une promenade / ein agozil : un agent de police / laicher : laisser / là-vas : là-bas / les cheonq clotiers : les cinq clochers (terme qui désigne la cathédrale Notre-Dame) / s'forcher : se forcer / annochint : innocent / ein parel cangm'int : un pareil changement / printe : prendre / raviser : regarder / ein comarate : un camarade / erporter : reporter / queompter : compter / asteur : maintenant / des tréos : des trous / acore : encore / ochenner : secouer / déquinte : descendre / ein p'tit queop : un petit coup, un peu / in qu'min: en chemin / l'souglou : le hoquet / souglouter : hoqueter / intinte : entendre / vir : voir / afulé : affubler, habiller de manière peu conventionnelle / eine mareonne : un pantalon/ les gu'noux : les genoux / eine eaute : un autre / ov'là : voilà / l'Grand-Plache : la Grand-Place / ichi : ici / ein dégueulache : une saleté repoussante / les cras diapes : les sales diables / seûrmnt : sûrement / l'linche : le linge / au mitan : au milieu / l'élestrique : l'électricité / avoir l'pépète: avoir peur / ein cassis : un châssis / pétête : peut-être / jusse : juste / ne pos y avoir ein bleu tchein : expression parfois utilisée pour signifier qu'il n'y a personne / pasque : parce que / orsanner : ressembler / ahais : oui / sanner : ressembler / toudis : toujours / pa d'vant : devant / orjointe : rejoindre / mucher : cacher / eine chintaine : une centaine / des mindiants : des mendiants / des agripeus : des chapardeurs / acouter : écouter / des tchiens : des chiens / des mourdreux : des hargneux / des soucards : des sournois / eine grande batisse : une grande maison / tcher : cher, onéreux / saprées : sacrées / des écolomies : des économies / serrer les portes : fermer les portes / dusque : où / ortraités : retraités / raviser : regarder / l'cruéau : les mauvaises herbes / qu'mincher : commencer / fate : paresseux, fainéant / nettier : nettoyer / l'caleur : la chaleur / l'toubaque : le tabac / feumer : fumer / caire indormi : tomber endormi / tranner : trembler / avoir l'esquite : avoir peur / dreot : droit / pa : par / douch'mint : doucement / les mamères : les mères / alfeos : parfois / ête débalté : être déchaîné / ruer : jeter / l'freod : le froid / eine mouquile : une morve (on dit aussi eine candelle, une chandelle) / berler : hurler / arlocher comme ein arpe à preones : secouer comme un prunier / eine maiguerlote : une femme très maigre / noirte : noire / eine carbonnier : un charbonnier / faire tous ces maines  : pousser des cris / ein brin d'tchien : une déjection canine / la naque : l'odeur / dégobiller : vomir / des mémères à cats : se dit de vieilles personnes logeant de nombreux chats dans leur maison / l'gazerne : la caserne / orwettier : regarder / lommint : longtemps / tout à n'ein queop : tout à coup / ein dépindeu d'andoules : un homme efflanqué / l'visache : le visache / orcouvert : recouvert / l'bédoule : la boue / pa d'zeur : dessus / l'rache : la colère, la rage / l'diale : le diable / déflinqué : grand et maigre / eine dégelée : une correction / pa d'rière : derrière / quoisque : qu'est-ce que / débiloché : contrarié / débabeiner s'caplet : raconter toute l'histoire en détail / ein indreot : un endroit / bramint : beaucoup / l'quémin : le chemin / ein ivrone : un ivrogne / battlier : bagarrer, se battre / eine écalette : littéralement une crécelle, désigne ici une personne très maigre / l'sanche : la chance / n'pos valoir tripette : ne pas faire le poids / acroire : croire / à m'mote : selon moi, à mon idée).

S.T. décembre 2016.  

 

11:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |