16 déc.
2016

Tournai : expressions tournaisiennes (389)

L'disparitieon d'Edmeond.

L'histoire que j'vas aujord'hui vous raqueonter, elle s'a passée verdi pindant l'avant-deîner. Fifinne et Edmeond i-aveot'ent décidé d'aller faire ein tour aux Bastieons mais i-z'aveot'ent oblié que l'indreot i-éteot in pleine rénovatieon. I-se seont acore moinse doutés quoisqu'i-alleot là-vas leu arriver. Pou bin vous faire vife ceulle affaire dramatique, j'vas essayer d'respecter l'orte chronologique.

9 heures : Edmeond et Fifinne seont su l'quai, l'porte de l'maseon elle est serrée à clé. L'quai Saint-Brice et l'Luchet d'Antoing, ch'est leu qu'min habituel pou aller au magasin. 

9 heures et d'mi : i-seont arrivés tout bouboule, hureus'mint i-n'a pas acore là foule.

9H35 : comme à chaque feos, ch'est eine capelle obligée, i-veont au bistreot tout près de l'porte d'intrée. Fifinne comminde ein verre de limonate, Edmeond li dit que ch'est boisseon pou les malates. Li, ch'est à l'Bush qui carbure, ein bière pou les vrais, pou les durs. L'pinte i-va la chiffler in deux temps treos mouv'mints, i-n'a jamais eu l'gosier creon, i-n'a jamais su boire douch'mint. 

"On n'part jamais su eine gampe" qu'Edmeond i-s'a esclamé in commindant eine deuxième tournée au patreon du café."

"N'oblie pos, l'amisse, qu'on deot rapid'mint rintrer à l'maseon pasque le verdi ch'est l'jour que j'fais m'soupe à porieons et in puque j'voudreos faire l'blanquette qu'on a mis, pos pus tard qu'hier, l'orcette dins no gazette" 

10h20 : après avoir régler l'additieon, i-ont comminché à busier aux commissieons. In sortant du bistreot Edmeond ravise l'galerie et i-s'deminde si elle s'a agrandie ou bin rétréchie. Fifinne elle n'a pos ormarqué qu'i-comminche à berloquer.  

"Tout cha ch'est probablemint à causse des travéaux qui feont pasque quançque j'sus rintré j'n'aveos pos du tout l'même impressieon".

10h25 : pindant qu'Fifinne elle attind s'tour au marchand d'café, Edmeond i-est pa d'avant l'magasin et i-orwette les gins passer (comme i-a toudis eu ein côté p'tit rambile, i-orluque surtout passer les jeones files).

10h40 : Fifinne sort infin du magasin ave les deux paquets d'café à s'main. 

"Si t'as invie d'ein p'tit queop m'aider dins t'cabas te n'as qu'à les ringer".

Elle orlève s'tiête pou tinte les paquets à Edmeond et à c'momint-là s'coeur i-n'fait qu'ein beond. 

"Te sareos dire dusqu'i-est parti c'foutu grand, i-a cheonq minutes i-éteot acore su l'banc".

A ein heomme ave ein grosse boudaine qui li sourit elle li deminde s'i-n'a pos vu s'mari. L'heomme li répeond que, malhureus'mint, i vient jusse d'arriver mais qui n'a vu perseonne assis su les bancs pa d'vant l'estaminet. Fifinne se sint un peu défrisée, Edmeond i-n'areot jamais osu bouger pasque, quançqu'elle li dit d'rester, i-n'f''reot pos beon d'faire ein seul pas d'côté. 

Elle comminche à cacher après li dins tous les coins et elle rintre dins tous les magasins, après eine beonne demi-heure, elle va à l'bohette vir l'préposée et li faire part de s'n'anxiété.

"Vo n'heomme i-a acore tout s'tiête ?" que l'fiemme li a d'mindé.

"Mo Dieu , ave les queontes qu'alfeos i-m'fait, j'n'os'reos pos dire qu'ahais".

11h15 : L'hôtesse elle met s'lanque d'diminche et elle anneonche au micreo :

"Mossieu Edmeond i-est attindu pa s'feimme au buréeau".

11h30 : treos ou quate appels ont été lanchés et Edmeond i-n'est jamais arrivé.

"Mo bé que j'sus biête" qu'elle dit l'imployée "ch'est même pa là que j'areos dus qu'mincher. Vot mari i-aveot seûrmint treop quieaud et i-est parti tout simplemint vous attinte dins l'auteo". 

"I-n'sareot pos "qu'elle li a répeondu Fifinne acore ein peu pus débaltée, "on n'a pos d'auteo, nous eautes, ichi, on vient toudis à pied". 

I-a bin fallu app'ler l'agint d'sécurité et dins tous les recoins i-est allé contrôler.

11h55 : Su eine cayère, Fifinne brait comme eine Madeleine et à côté d'elle des gins i-d'a au moinse une chinquantaine

"I-feaut vite app'ler l'buréeau d'police, si cha cait, Edmeond, i-a été inl'vé pa des terrorisses".

12h05 : Au leon on intind eine sirène, ch'est la police qui s'amène. Ch'est malhureux qu'à Electrabel on n'a pos 'cor déménagé l'commissariat, in moinse de deux nos braves agints i-arreot'ent d'jà été là.

12h15 : Fifinne elle fait s'déposition et décrit l'portrait d'Edmeond :

"I-est leong comme ein jour sans pain... i-a des grands poils à ses mains... ahais... i-s'déplache tout douch'mint et... i-a ein air annochint, ses ch'feux i-a lommint qui les a perdus et i-a même l'nez ein peu crochu, je n'comprinds pos i-a tout pou n'pos passer inaperchu !".

"Vo n'heomme i-n'fait pos eine dépressieon ?" interroge ein agint plein d'compassieon.

"Si Edmeond i-fait, ein jour, eine dépressieon, mi, j'sus certaine d'gagner à l'Euromillieons".

Appuyée conte ein Père Noël in beos, à tertous, Fifinne elle fait peine à vir, elle tranne, elle sougloute et pousse d'profeonds soupirs et i-d'vient impossipe de l'calmer quançque elle a intindu marouser ein p'tit greos :

"Cha areot été pus malin d'vérifier si i-n'éteot pos cait à l'Esquéaut". 

12h50 : du quai du Pays Blanc jusqu'à l'passerelle d'Saint-Jean, eine masse de gins avanche in rangs et tout l'leong du Luchet, "Edmeond, Edmeond" on les intind berler

13h00 : on a mis eine barque à l'ieau, les peompiers i-seont in train d'seonder l'Esquéaut.

13h45 : Fifinne elle ne tient pus, elle orclame l'hélicoptère de l'Police fédérale pou pouvoir étinte l'périmète des orcherches jusqu'à l'cathédrale.

"Ah neon, cha suffit... i-d'a d'jà assez ainsin, vous n'voulez pos aussi ein sous-marin ?" li dit l'responsape du magasin.

Au même momint, dins les toilettes de l'galerie, l'préposée au nettiache vient d'intinte ein dreôle de bruit. Comme elle ne sait pos dusque cha vient, l'brafe feimme creot sincèr'mint que ch'est les ouverriers, déhors, qui, au marteau-pic, seont in train d'ouvrer. Elle décide d'aller querre l'garte d'sécurité et tous les deux i-s'mettent à acouter. L'seon i-est fort et régulier, l'garte i-serre les is pou mieux s'concintrer :

"Cha m'fait pinser à... ein moteur qui areot coulé eine bielle... ah mais neon, cha, ch'est quéquein, dins ein WC, qui ronfielle".

L'garte i-a buqué à l'porte, i-l'a ochennée et i-a intindu eine veox li répeonte "occupé".

13h47 : deux minutes après, on veot sortir eine bonheomme in train d'ermette l'cheinture de s'mareonne.

"Tout à fait pa hasard, vous n'vous app'lez pos... Edmeond ?"

"Si fait, Mossieu, ch'est bin cha, ch'est bin m'préneom !"

Ch'est alors que dins s'tiête du quervassin l'franc i-cait cha s'veot à l'questieon qui va poser :

"Vous sareos m'dire queulle heure qui est ?".

"I-va béteôt ête deux heures après-deîner !".

"Mo bé i-est grand temps d'aller faire à minger. M'feimme Fifinne vous n'l'avez pos vue, dusqu'elle acore partie, ceulle-là, pourvu qu'elle ne soiche pos disparue".

14H05 : Après les ortrouvalles, Edmeond i-intind ses quate vérités d'ein Fifinne qu'i-aveot amarvoyée

"Te vas ichi vir l'facture qu'on va devoir payer ave tout c'qu'on a mis en branle pou t'ortrouver".

Groulant comme ein tchien, in plein mitan de l'galerie, l'paufe feimme elle est au bord d'l'apoplexie et elle éclate quançqu'Edmeond s'met à li déclarer :

"Tout cha ch'est arrivé pasque tertous i-s'a mis à paniquer, dins l'vie, je l'dis toudis, i-feaut warder s'sérénité !".

Mais là dusqu'i-a vraimint exagéré ch'est quançqu'i-a ajouté :

"On in buvreot pos eine avant d'ortourner, ave ces émotieons, j'ai m'bouque tout orséquée ?". 

(lexique : raqueonter : raconter / verdi : vendredi / l'avant-deîner : l'avant midi / oblier : oublier / l'indreot : l'endroit / acore : encore / là-vas : là-bas / vife : vivre / ceulle : cette / l'orte : l'ordre / serrée : fermée / l'qu'min (ou l' quémin) : le chemin / eine capelle : une chapelle / chiffler : boire presque d'un trait / creon : de travers / eine gampe : une jambe / les porieons : les poireaux / in puque : de plus / l'orcette : la recette / busier : penser, songer / raviser (ou orwettier) : regarder / rétréchie : rétrécie / berloquer : tituber / à causse : à cause / pasque : parce que / quançque : lorsque / toudis : toujours / ein p'tit rambile : un gamin espiègle / orluquer : regarder du coin de l'oeil / les jeones files : les jeunes filles / ein p'tit queop : un petit coup / l'cabas : le sac à commissions / dusque : où / cheonq : cinq / eine boudaine : un ventre / jusse : juste / ête défrisée : être contrariée / osu : osé / commincher (ou qu'mincher) commencer / cacher après li : le chercher / l'bohette : le guichet / les queontes : les contes / alfeos : parfois / ahais : oui / l'lanque : la langue / anneoncher : annoncer / quieaud : chaud / débaltée : exaspérée / nous eautes : nous autres / ichi : ici / toudis : toujours / eine cayère : une chaise / braire : pleurer / chinquantaine : cinquantaine / au leon : loin / ête leong : être long / annochint : innocent / lommint : longtemps / inaperchu : inaperçu / in beos : en bois / tertous : tous / tranner : trembler / souglouter : hoqueter / marouser : murmurer / avancher : avancer / berler : crier, hurler / orclamer : réclamer / étinte : étendre / l'nettiache : le nettoyage / intinte : entendre / les ouverriers : les ouvriers / ouvrer : travailler / querre : chercher / acouter : écouter / quéquein : quelqu'un / ronfielle : ronfle / buquer à l'porte : frapper à la porte / ochenner : secouer / eine veox : une voix / ermette l'cheinture de s'mareonne : remettre la ceinture de son pantalon / l'quervassin : l'ivrogne / queulle : quelle / béteôt : bientôt / les ortrouvalles : les retrouvailles / amarvoyer : tourmenter / grouler : gronder (pour un chien) / ein tchein : un chien / mitan : moitié / warder : garder / ortourner : retourner / l'bouque : la bouche / orséquer : dessécher)

S.T. décembre 2016.

13:37 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.